Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Comment ça, mes garçons sont « mignonnes » ?


Publié le 4 juillet 2019 par Eola

Je reviens quelques années en arrière, pour te brosser un joli tableau : vacances d’été, Grand Loup vient de souffler sa 2e bougie et est encore notre petit dernier. Nous sommes tous les 5 sur la plage, les 2 grands vont se baigner et jouent dans le sable avec leur petit frère. A côté de nous, un couple, qui profite également du soleil avec leur enfant, qui doit avoir à peu près le même âge que Grand Loup. Et qui, d’ailleurs, est un peu un bébé du même « format » que le nôtre. Tout rond, avec des grands yeux expressifs et une tête toute bouclée. Avec la même couche de bain à l’effigie du poisson Nemo. Et dont je suis incapable de dire s’il s’agit d’un garçon ou d’une fille. Donc, au moment où les 2 petits entreprennent de jouer ensemble, je propose à Grand Loup de prêter son seau et sa pelle « au petit enfant ». A ce moment-là, le papa du bambin lui dit : « Martin, prête tes jouets à la petite fille !!! »

Franchement, sur le moment, j’ai juste envie de lui crier dessus, de lui dire que son Martin, il ressemble autant à une fille que mon Grand Loup, et que moi, cher Monsieur, je ne me permets pas de trancher quand je ne sais pas !!! Mais je reste civilisée, et je grogne discrètement au lieu de mordre (même si ce n’est vraiment pas l’envie qui me manque !)

Mais, si je suis aussi énervée ce jour-là, c’est surtout parce que ce n’est pas la première fois (et loin d’être la dernière !), et que j’ai bien conscience que mon petit bonhomme ne ressemble pas à l’image classique du petit garçon, sensé être déjà viril à 2 ans. Et, surtout, je suis énervée d’être énervée !!! Car ressembler à une fille, ce n’est pas un problème ! Je pense, avec – un peu – de recul, que ce qui m’a le plus énervé, c’est que l’on attribue à mon enfant une identité qui n’est pas la sienne.

Crédit photo (creative commons) : marmaladelane

Car, dans l’absolu, je devrais plutôt être satisfaite, moi qui veux élever mes enfants sans le clivage des genres. Moi qui suis la première à donner mon accord (et Mister Ronchon valide) en maternelle, lorsque l’ATSEM veut savoir si nous sommes d’accord pour qu’elle lui mette du vernis, car il en réclame et qu’il ne comprend pas pourquoi ses petites copines y ont le droit et lui non. Et l’ATSEM se sent obligée de nous demander la permission car la majorité des parents de petits garçons sont totalement contre.

Et je le revendique. Grand Loup n’a pas la panoplie lookée du « vrai » petit garçon, mais il ne se trimballe pas en tutu rose non plus. Et mes contradictions auraient tendance à me faire dire : « Et même s’il se promenait en tutu rose, avec diadème par-dessus le marché, où est le problème ?! »

Lorsque j’étais enceinte de Grand Loup, et que nous ne savions pas encore si nous allions accueillir une petite fille ou un petit garçon, nous avions fait le choix de préparer le trousseau de bébé en piochant davantage dans le rayon « garçon ». Car mixte, on ne trouvait pas, ou très peu. Et dès que l’on s’aventurait au rayon « filles », le moindre body avait un petit nœud ou des manches froncées. Mais lorsque je me suis extasiée sur mes achats, je me souviens que certains de mes proches ont pensé que l’on savait le sexe du bébé à venir, mais que l’on disait le contraire juste pour que l’on nous laisse tranquille ! Car ce petit body vert ou ce sarouel rayé bleu et blanc ne semblaient clairement pas adaptés à une éventuelle petite fille !

Mais là où cela se complique, c’est lorsque ces interrogations et contradictions éclaboussent les enfants. Autant, la plupart du temps, je laissais (et laisse toujours) dire, autant les enfants ont beaucoup plus de mal à laisser faire.

Car P’tit chat ressemble beaucoup à son frère. Ce qui fait que, comme lorsque Grand loup était plus petit (en gros, jusqu’à l’âge de 4-5 ans), je ne compte plus les « Comme elle est mignonne ! » (car, bien sûr, si un enfant est mignon, c’est une petite fille !)« Quel âge a-t-elle ? », « Elle ne marche pas encore ? », « Elle a bonne mine, cette petite, la cantine est bonne ? » ou encore « Elle parle mal, elle a quel âge » (car, mon P’tit chat, en plus d’être tout rond comme son frère les premières années, a lui en plus cumulé le fait de marcher et parler tard). La difficulté supplémentaire, c’est qu’autant Louloute et Pierrot lunaire n’étaient pas trop touchés par les propos venant de l’extérieur, autant Grand loup a souvent beaucoup de mal à prendre du recul. Et lorsqu’une dame – gentille au demeurant ! – s’approche de notre caddy au supermarché et nous demande comment « elle » s’appelle, il a vraiment fallu que je calme Grand loup, qui ne comprenait pas la question et, surtout, qui n’acceptait pas qu’elle insiste (genre : « pourtant, des enfants, j’en ai vu ; et là, on dirait vraiment une petite fille ! »).

Du coup, je m’interroge. Sur mon positionnement en temps que maman, mais aussi sur mes valeurs en temps que personne tout simplement.

Cependant, lorsque je fais le point, je suis plutôt satisfaite en définitive, de la façon dont évolue les choses avec mes enfants.

P’tit chat a conservé ses boucles (même si je dois insister à chaque fois, chez le coiffeur, car, pour le moment, je ne souhaite pas que l’on utilise la tondeuse pour lui faire une « vraie coupe de petit garçon » !), il joue autant à la poupée qu’avec ses voitures et, pour le moment, sa couleur préférée est le rose. Quant à Grand loup, j’avoue que je suis plutôt fière de la façon dont il gère aujourd’hui ces clichés. Il adore jouer au foot, et rien n’est plus précieux pour lui que son maillot du PSG. Mais c’est le même petit garçon qui me demande encore de lui mettre du vernis, qui adore la collection Livres et égaux de chez Talents hauts et qui se sent comme un poisson dans l’eau au poney club, où il y a encore majoritairement des filles. Certes, avec l’âge (et à mon grand désespoir), ses jolies boucles n’ont pas résisté aux coupes successives, aussi légères fussent-elles. On ne le prend plus pour une petite fille non plus et, vu son âge, j’ai malgré tout envie de dire « tant mieux » !

Philo mène la danse de Séverine Vidal et Mayana Itoïz. Talents hauts, collection Livres et égaux

Cette collection est pleine de pépites qui « tordent le cou aux clichés »

Si mes garçons assument en grandissant de pleurer en public, d’envisager de faire des activités, même des métiers, sans se demander s’ils s’adressent ou non aux garçons, je serai rassurée sur le fait d’avoir réussi à leur donner les valeurs qui comptent pour moi. Et si un jour ils sont papas, je me prends à rêver que plus personne n’aura à demander de précision sur le genre de tel ou tel enfant, car cela n’aura plus d’importance pour personne.

L’important c’est de rêver.

Et toi, est-ce qu’il t’arrive que l’on se trompe sur le sexe de ton enfant ? Est-ce que cela t’importe ou, au contraire, est-ce que cela t’indiffère ? Raconte !

Commentaires

11   Commentaires Laisser un commentaire ?

Toscane

Ah la la !!!
Mon grand qui a maintenant… presque 13 ans, a eu les cheveux longs, parce qu’il adorait ça ! Les cheveux bouclés jusqu’aux épaules il était beau mon loulou d’amour ! Mais il n’y a pasque les adultes qui sont désagréables… Les enfants savent très bien l’être entre eux. Mon bébé d’amour a résisté pendant 3 ans, mais à force d’être moqué, et bien on a coupé les beaux cheveux de mon coeur.
Il les as coupé quand il était en cm1. On habite un petit village de Beauce et les gens sont assez… bref… Quand on a été en vacances à Mimizan par contre, mon fils était aux anges ! Des surfeurs avec les cheveux longs, il m’a demandé si on pou ait venir habiter ici !
Ça m’a fendu le coeur de voirr a quel point les gens sont méchants ! Et il n’y a pas que les enfants… Je ne parle pas de la maitresse qui était desagréable et faisait tout un tas de reflexion !

Quand on ne rentre pas dans le moule, c’est compliqué ! Les gens ont encore beaucoup
de progrès à faire pour avoir une plus grande largesse d’esprit !!!

le 04/07/2019 à 08h29 | Répondre

Raphaelle

J’ai une petite de 3mois que j’habille «mixte» depuis sa naissance (comprendre essentiellement en habits dits «de garçon» selon les gens, même si pour moi un body vers un pyjama gris un bonnet bleu, ben c’est mixte!). Tout le monde la prend pour un garçon ou me demande son genre. Ca ne me detange pas je dois dire car à cet age c’est un bébé avant tout..! Et lui acheter des petites robes pour risquer ne pas pouvoir les reutiliser pour un prochain petit frère eventuel me parait ne pas valoir le coup.. en plus je trouve les habits «pour fille» moins pratiques (mobilité, nombre de pièces à enfiler..). Il y a même eu une etude sur les shorts filles et garçons qui montrait que ceux des filles etaient moins confortables!..

le 04/07/2019 à 09h08 | Répondre

Clette

Je fais partie des gens qui se trompent très facilement sur le sexe d’une personne. Même parfois adultes … du coup je rêve d’un pronom neutre dans la langue française !!!
Pour les petits des autres en général je reste dans le neutre, sauf si c’est un bébé en tutu rose avec bandeau ou un pull « petit mec » (exemples déjà vus) là je tente le coup mdr sinon non.
Ma fille a souvent été prise pour un garçon jusqu’à ses 7-8 mois à cause de ses vêtements assez neutres ou « garçons » ( j’adore les ensembles bermuda à bretelles et chemise manche courte en été !) , mais actuellement à 4 ans, avec sa longueur et sa masse de cheveux (tout bouclés) + le fait qu’elle a le combo grands cils + ossature toute fine, même habillée rayon garçon (moins courant maintenant, elle adore porter des robes) on me dit « elle » donc je suppose que l’ère de confusion est finie.
Je ne me mets pas la pression pour l’habiller, de toute façon maintenant elle choisit elle même la plupart de ses vêtements et on passe du t-shirt dinosaure (rayon garçon) à la robe rose avec des poneys à paillettes d’un jour à l’autre … je suis contente qu’elle ne s’attarde pas sur le côté garçon/fille pour le moment, même si l’influence de l’école (de ses petits camarades surtout) est parfois difficile à contourner ! ( elle a eu une période « que minnie » je n’en pouvais plus !)

le 04/07/2019 à 09h57 | Répondre

neige

Comme je me retrouve dans tes propos!
A vrai dire, pas de bout en bout car les quelques personnes qui ont eu des doutes sur le sexe de mes fils ont toujours tout bêtement demandé au lieu de s’avancer.
Mais dans ta conception de l’éducation, je me retrouve. Et mes fils ont eu la chance d’aller dans une crèche ou on ne se pose pas trop de question: « Tu veux te déguiser en princesse? Pas de problème! »
Bien sûr, les clichés ne se désinstalleront pas facilement mais mon côté optimiste me fait dire que nous sommes de plus en plus nombreux à ne plus s’attacher aux genres et ça ira de mieux en mieux.
D’ailleurs à Noël quand j’ai annoncé que mon ainé serait ravi avec une dinette et mon cadet avec un poupon dans une poussette, personne n’a bronché et mes beaux-parents ont même acheté une splendide poussette avec un poupon aussi rose l’une que l’autre 😉

le 04/07/2019 à 10h04 | Répondre

Madeleine

Petite, tout le monde me prenait pour un garçon avec mes cheveux courts (team coupe au bol, vive les années 80). Je l ai très mal vécu et dès que j ai eu le droit au chapitre, j ai eu les cheveux longs. C est comme si le fait que les gens se trompent me prouvait que je n étais pas une vraie fille.
Meme si je trouve ça idiot, mes filles auront les cheveux longs….

le 04/07/2019 à 13h59 | Répondre

Jeanne

C’est drôle, c’est peut-être parce que c’est l’inverse mais je n’ai jamais été en colère parce qu’on prenait ma fille pour un garçon ! Pourtant c’est arrivé un paquet de fois, il faut croire que poussette bleue et vêtements neutres = garçon ! Pourquoi est-ce que ça te gênait tant ? C’est pas honteux d’être pris pour une fille ! Même maintenant que ma puce a des couettes ou des barettes on me demande parfois si c’est une fille ou un garçon et je n’ai pas de problème avec ça. Par contre je déteste les remarques du style « Elle aime les chaussures ? Une vraie petite fille ! » ou encore « Elle est bien téméraire pour une fille ! »

le 04/07/2019 à 15h50 | Répondre

Sarah

Comme d’autres commentaires plus haut, j’ai habillé ma fille avec des couleurs souvent neutres, n’étant pas du tout branchée rose et froufrous, et ce n’était pas rare qu’on la prenne pour un garçon, jusqu’à ses 1 an à peu près. Cela ne m’a jamais dérangée. Je me souviens d’une fois au parc où elle a commencé à toucher le jouet dinosaure d’un petit garçon. La mère lui a dit « ah non c’est un jouet de garçon, ça » 🤔 A 4 ans, elle m’a déjà dit que le bleu, c’était pour les garçons, j’imagine qu’elle a dû entendre ça à l’école. Le conditionnement commence très jeune.

le 04/07/2019 à 15h51 | Répondre

Lisa

On prend aussi souvent mes garçons (2 et 4ans) pour des filles. Ils ont les cheveux bouclés aussi et de longs cils. Encore plus le premier que le 2e qui a les traits très fins. En grandissant avec les vêtements ça porte un peu moins à confusion. je trouve dommage aussi de stigmatiser les genres. à l’école c’est encore plus flagrant avec des réflexions comme le rose c’est pour les filles, les filles aiment les princesses, les garçons sont forts… Après, je me suis posée la question, est que c’est l’école qui met dans des cases, ou bien l’enfant à lui aussi besoin de s’identifier comme garçon ou fille et pour cela de connaître les différences. Mais cela reste réducteur, j’aimerais leur transmettre que tout n’est pas noir et blanc et qu’ils sont libres d’être qui ils sont avec leur propre goûts, identité… et non pas pour rentrer dans une norme.

le 04/07/2019 à 16h30 | Répondre

Weena (voir son site)

Même sans cheveux bouclés, on prends/prenait souvent mes garçons pour des filles.
L’aîné à 4 ans et demi donc de moins en moins même si on me répète souvent qu’il à le trait fin …
Le must, ce fut une fois où on m’a complimenté pour ma petite fille déjà si attentionnée… parce que mon deuxième fils, pourtant habillé avec un jean bagy, un pull bleu, une veste bleu marine et un bonnet hibou bleu (oui, je sais, beaucoup de bleu), poussait son poupon dans une poussette 🤔…
À la maison, il n’y a pas (encore?) de fille, mais il y a des poupées avec leurs trousseau, des colliers et des bracelets, et même des barrettes si on veut 😉

le 04/07/2019 à 18h01 | Répondre

Astrée

Ah mon dieu que cet article me parle!
J’ai 4 pitchounes (garçon 9 ans, garçon 6 ans, fille 3 ans et demi et garçon 15 mois) mon ainé à été pris pour une fillette jusqu’à 4 ans environ, pourtant cheveux courts et habillé «garçon», avec des couleurs mixtes comme des couleurs de «filles» (rose, violet,….) bon il avait les traits fins…
Numéro 2, traits fins, très longs (jusqu’en bas du dos) cheveux bouclés blonds, souvent attachés en queue de cheval pour éviter les bébêtes a l’école… habillé en «garçon» mais en couleurs (il adore le rose! Et toc les clichés! 😂)hé bien 9 fois sur 10 on me le prend pour une fille… la 10ème personne c’est qu’elle l’aura vu tt nu pour tomber juste! 😂😂
Perso je rectifie «c’est un garçon» ou je précise, comme là au centre aéré je vais le dire d’emblée, car lui s’en fiche compliqué au contraire de son frère aîné que ça agace au plus haut point qu’on puisse prendre son frère pour une fille! Donc on peut passer 10 minutes a l’appeler ma petite, lui donner d’autorité un ballon rose dans un magasin ou un jouet de «fille» au flunch alors qu’il a bien choisi selon son genre…
Bref je ne peux pas dire que ça m’agace mais c’est pénible… et le pauvre a le malheur de ressembler a sa petite soeur comme 2 gouttes d’eau! (Mêmes traits mêmes chevelure) En.plus elle est grande pour son âge donc plus d’une fois j’ai eu le droit a «vos jumelles sont magnifiques, vos jumelles celà…» 😶
Okay… en plus ma fille est ultra girly donc jupe ou robe souvent tutu, barettes, serre tête, paillettes, doré, fleurettes,… donc la différence est tt de même flagrante!
Et comble du comble il porte un prénom (exclusivement masculin) hyper rare et qui sonne souvent fille pour les gens (des dingos!)
Ma fille jamais eu de soucis
Et mon petit dernier… c’est arrivé plusieurs fois… le plus fort? Un médecin des urgences qu’il l’a pourtant vu tt nu puisque examiné qui me l’a appelé «elle» «la puce» «la petite» tt le long de la consultation… et comme lui aussi a un prénom hyper rare qui sonne souvent féminin aux gens…
Comment ça on cherche?? 😀

le 05/07/2019 à 00h23 | Répondre

MM

Bonjour,
Une fille, un garçon, une fille. C’est comme ça chez nous. Pas de différence d’ éducation, tout en gardant le respect des différences. J’ ai aujourd’hui trois jeunes de 22. 20 et 17 , bien dans leur peau. Le plus zen étant mon fils grand gaillard d’1,85m qui arbore fièrement une magnifique et longue chevelure depuis le cm2. Étant un EIP (précoce), il a toujours été différent des autres mais a toujours trouvé sa place. Petit, il avait des traits fins et les gens le prenaient tjs pour une fille. Nous nous en amusions et lui le premier car parfois, les situations ajoutaient à la confusion.A l’ image de la fois où âgé de 3 ans, il promenait partout SA poussette et SON bébé. Dans un magasin, une petite fille du même âge lui emprunte son jouet. Le papa attrape sa fille par la main et lui demande de laisser la poussette de la petite fille en désignant mon aînée. Et cette dernière de répondre, « à mais non, c’est celle de mon frère ». Je n’ai pu m’empêcher de rire au regard effaré du monsieur. Etant moi même un ancien « garçon manqué », comme on disait à l’époque, j’ en ai beaucoup joué jusqu’à l’adolescence ( après, je préfèrerais que les garçons me voient comme fille) et ça ne m’a jamais posé de soucis. La bienveillance et le respect de l’ autre font le travail. Ceux qui ne le comprennent pas ne faisant pas partie de nos intimes, leur avis ne nous importe pas du tout. Finalement, ça peut être simple la vie , non?

le 05/07/2019 à 14h06 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?