Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

« Je suis enceinte ! » : quand ce n’est pas une bonne nouvelle


Publié le 20 août 2016 par Freesia

Cet été, Dans Ma Tribu et ses chroniqueuses prennent quelques jours de vacances… Nous serons de retour le 22 août avec des nouvelles chroniques et de nouveaux témoignages ! En attendant, nous t’avons concocté un petit best of des articles les plus vus de l’année 2016. Ce sont donc toutes tes chroniques préférées que tu retrouveras dans les jours à venir ! 🙂

Avant d’entrer dans le vif du sujet, il faut que je te présente le contexte. Nous sommes en juin, j’ai 24 ans et je viens de rentrer en France après avoir passé plus d’un an à l’étranger. J’avais donc quitté mon appartement, mon chat et mon amoureux, pour travailler dans un pays lointain où je ne connaissais rien ni personne.

Ça a été une super expérience, et j’aurais adoré y rester. Malheureusement, le contrat n’a pas pu être prolongé, car je ne suis pas citoyenne du pays (et les règles d’immigration ont changé). Je rentre donc en France, où j’attends avec beaucoup d’appréhension mon amoureux, qui rentre de son stage à l’étranger trois semaines après moi. Et si nous ne nous entendions plus ?

L’amoureux rentre, et tout se passe bien, très bien, trop bien. Nous trouvons tous deux un travail rapidement – des CDD, mais c’est mieux que rien. Nos deux emplois ne se trouvant pas à proximité, nous retournons chez nos familles respectives (avec le moral dans les chaussettes), le temps de trouver un emploi stable dans un lieu commun.

Nous essayons de nous voir le plus souvent possible, et entre deux CDD, nous trouvons même le temps de partir « en vacances » rien que tous les deux. Nous retrouvons notre complicité et notre couple. Et ça fait un bien fou ! Je profite de cette transition pour changer de contraception. Ma plaquette de pilule se terminant, je prends rendez-vous avec une gynécologue.

Enceinte ? Pas enceinte ?

Au retour des vacances, je fais un test de grossesse. Aucun symptôme, pourtant. J’ai eu mes règles il y a quelques jours. Je suis un peu fatiguée, sans plus (je mets ça sur le compte de la route et des randonnées). Mais, je ne sais pas, un truc est bizarre. Et depuis deux jours, ma poitrine me lance.

Je fais donc ce test un matin, sans en parler à mon chéri. Je suis persuadée que le test sera négatif, de toute façon. Je suis juste fatiguée et stressée par mon contrat qui doit s’arrêter dans quelques semaines.

Test positif. Mon monde s’écroule. Je m’écroule. Ce n’est pas possible. Nous utilisons des préservatifs depuis qu’il est rentré. Tout s’est toujours bien passé. Le test est forcément faux. Ça existe bien, les faux positifs, non ? (En fait, c’est extrêmement rare, mais je ne l’ai appris que bien plus tard…)

Garder ou pas un bébé surprise

Crédits photo (creative commons) : Jo Ann Deasy

Je relativise, donc. Nous sommes vendredi, et nous devons passer le weekend avec ma belle-famille. Je ne dis rien, à personne. Lundi, j’irai faire une prise de sang. Qui confirmera ma non-grossesse. Parce que non, ce n’est pas possible. Je ne peux pas être enceinte. Je viens juste de rentrer, je ne sais pas comment envisager mon couple, et nous n’avons pas de travail stable. Non, c’est forcément une erreur.

Sur la route, je pense beaucoup. J’envisage les différentes possibilités. Avortement, naissance sous X, adoption, garder l’enfant… Sur Pinterest, je crée un tableau secret où j’épingle mes trouvailles (chambres d’enfant, conseils alimentaires et autres). Je reste silencieuse et distante, ce qui ne me ressemble pas vraiment. Nous arrivons dans sa famille, et je m’occupe directement de mon neveu adoré de 18 mois. Avec le recul, je pense que déjà, mon choix était fait à 60%. 

Dans la soirée, alors que nous sommes seuls, mon amoureux me confronte : « Qu’est-ce qu’il y a ? » Rien. Rien, vraiment. Et puis, je craque. Je n’ai jamais su mentir, de toute façon. « Je crois que je suis enceinte. » Il se met en colère. Je me mets à pleurer.

« Ce n’est pas possible, » me dit-il. Là, je ne suis pas d’accord. Je dirais plutôt que c’est peu probable.

« Et puis, tu as eu tes règles ! À moins que tu ne m’aies menti ! » Je pleure de plus en plus. Non, je n’essaye pas de lui faire un enfant dans le dos, et oui, j’ai bien eu mes règles.

« Faisons un test ! » J’en ai déjà fait un, positif, mais j’irai en acheter un deuxième. Qui sait ? Celui-ci sera peut-être négatif.

« On ne peut pas avoir un enfant maintenant ! » Je suis d’accord, mais si la grossesse est avérée, l’enfant, il est là. Enfin, il sera là dans quelques mois, et il n’a rien demandé. Je finis par couper court à la conversation. Je suis dévastée. Je ne m’attendais pas à une explosion de joie, mais pas non plus à de la fureur.

Je pars m’exiler, et j’appelle ma sœur, en pleurs. Je lui expose la situation, elle me rassure, me calme. « Il est choqué, me dit-elle. C’est normal. »

Je rentre chez ma belle-famille, qui n’a rien remarqué (ou qui a le tact de faire comme si elle n’avait rien remarqué). Je parle peu et je souris. Je dois faire comme si rien ne se passait.

Une partie de moi veut garder cet enfant. Je sais que c’est déraisonnable, je ne veux pas attendre et l’élever seule. L’autre partie sait que ce n’est pas la situation idéale, pour avoir un enfant. Je suis donc consciente que nous allons devoir en parler, longuement. J’appréhende. Sa réaction, si véhémente, me pousse à vouloir protéger l’enfant.

Nous en parlons peu ce soir-là. Le lendemain matin, je refais un test, qui est lui aussi positif. Je lui donne sans un mot.

Le lundi, je fais une prise de sang. Résultats à 17h : c’est positif. Mon monde s’écroule à nouveau. J’espérais toujours que ce serait négatif.

Et du coup ?

Je réfléchis. Il réfléchit. Chacun de notre côté. Pendant un peu moins d’une semaine, à distance, nous en parlons entre nous le soir, argumentant, tentant d’y voir plus clair. Tu te doutes de notre choix, puisque j’en parle ici – mais jusqu’au dernier moment, on a hésité.

Cet enfant, il n’arrive pas à point nommé, c’est-à-dire au moment où on l’aurait souhaité. Mauvais timing. Nous ne sommes pas dans une situation favorable, nous ne sommes pas prêts non plus. Financièrement, psychologiquement. Nous ne l’avons pas voulu, attendu. Ce bébé n’était pas programmé, on n’a pas cherché à le concevoir. Nous n’avons pas poussé des cris de joie quand nous avons su.

Mais il est là. Nous sommes amoureux, ensemble depuis des années, et nous avons toujours parlé d’avoir des enfants. Certes, il arrive tôt, mais nous ferons face. Nous essayerons, en tout cas. Ensemble. Nous refusons l’avortement, pas parce que nous sommes contre moralement, mais parce qu’une partie de nous pense : « Si nous ne menons pas cette grossesse à terme et qu’il arrive quelque chose qui nous empêche d’avoir des enfants plus tard… »

Je suis alors dans mon deuxième mois. C’est décidé, on le garde. Envers et contre tout/s.

Nous évitons de le dire à nos amis, à notre famille. C’est notre secret. L’amoureux évite même d’y penser. Nous nous sentons comme des enfants en faute, qui ont commis une bêtise. Nous avons un peu honte, mais surtout, peur de la réaction des autres. De ce fait, nous en parlons très peu, même entre nous.

J’ai du mal à me projeter. Mon contrat se termine peu avant le début du deuxième trimestre. Je cherche alors un autre travail, un appartement. De la stabilité. Mon couple aussi.

Mais je relativise. Il y a des situations bien pires que la mienne. On va s’adapter, se remettre à faire des projets. Les images de ce bébé me font prendre conscience que oui, dans quelques mois (si tout se passe bien), un petit truc viendra se taper l’incruste dans notre famille. Mais ce n’est pas si mal que ça, au final. Ça peut même être franchement cool.

Tomber enceinte, c’était peut-être imprévu. Mais je suis enceinte. Dans quelques mois, un petit être va venir au monde et va nous bouleverser. Pour le meilleur, comme pour le pire. Nous voulions un engagement moral et spirituel. Et finalement, cet enfant, c’est un peu tout ça. Un heureux événement.

Et toi ? Est-ce que ton bébé était prévu ? Si non, par quels sentiments es-tu passée ? Comment as-tu envisagé l’avenir avec cet enfant ? Viens nous en parler…

Toi aussi, ça te plairait de nous raconter ta grossesse mois après mois ? Toutes les infos pour devenir chroniqueuse grossesse, c’est par ici !

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !


Porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

34   Commentaires Laisser un commentaire ?

Die Franzoesin (voir son site)

Oh comme c’est émouvant ! Je n’ai jamais été dans cette situation mais je crois au fond que vous ne regretterez jamais vraiment cette décision 🙂 . Je comprends ton appréhension du regard des autres mais j’espère que vos familles, une fois peut être le choc de l’annonce passée, vous soutiendrons inconditionnellement !
Et sinon (parce que ca m’interesse) tu es donc tombée enceinte malgré les préservatifs et sans souci particulier d’utilisation ?

le 16/02/2016 à 07h38 | Répondre

Freesia

C’est gentil 🙂
Effectivement, on utilisait des préservatifs seulement; et y’a jamais eu de soucis particuliers pendant ce mois-ci. On faisait même très attention. Donc, ça a été une vraie surprise (qui a engendré pas mal de questions sur le « comment du pourquoi et quand ?! ») haha
Comme dit ma sage-femme, entre 18 et 25 ans, c’est la période la plus fertile apparemment, et y’a un spermatozoïde qui a dû être assez malin pour se faufiler malgré nos précautions (quel coquin !).

le 16/02/2016 à 14h54 | Répondre

Marine

Ton témoignage est très émouvant . J’ai moi aussi eu une grossesse surprise à 17 ans (sous pilule ) et l’annonce au papa a été aussi très dur. On a beaucoup hésité puis finalement nous avons décidé de le garder contre l’avis de nos familles qui ont mal réagit . Maintenant mon fils va bientôt faire 6 ans et c’est la 7eme merveilles pour mes parents et mes beaux parents . Nous ne regrettons pas notre choix . Ils vont peut être mal réagir au début mais je suis sûr qu’une fois ton bébé naît , ils en seront Gagas . Je te souhaite une bonne fin de grossesse ?

le 16/02/2016 à 08h51 | Répondre

Freesia

Oh c’est gentil ! Je nous souhaite autant de bonheur et d’être aussi gaga que tu peux l’être alors 😀

le 16/02/2016 à 14h55 | Répondre

Mlle Mora

Emouvant ton témoignage ! Vous entrez dans une nouvelle aventure pour votre couple, votre future famille.
Ce n’est jamais vraiment le bon moment de toute façon. vous arriverez à vous stabiliser et je ne doute pas que vos familles vous soutiendront si besoin. Bonne grossesse !

le 16/02/2016 à 09h54 | Répondre

Freesia

Je me suis fait la même réflexion il y a quelques mois : je crois que pour la plupart du monde (tous ?), il n’y a jamais de moment idéal. C’est après que ça le devient, quand on fait en sorte que ça le soit.
Merci en tout cas !

le 16/02/2016 à 14h58 | Répondre

Melimelanie

Très émouvant ton témoignage. Cela m’a fait penser à ma première grossesse qui a été surprise. La première réaction de mon mari quand je lui ai annoncé a été de me dire « tu comptes le garder? ». Euh… on se mari dans 15 jours chéri je ne me suis même pas posée cette question. Une semaine après on a appris que c’était une GEU et cette phrase qu’il avait prononcé l’a hanté pendant les 8 mois qui se sont écoulés avant ma nouvelle grossesse. Du coup je comprends très bien ta réflexion sur l’avortement. Et si ça avait marché une fois et que ça ne marchait plus ensuite. Et si on avait laisser passer notre chance.

Et je n’ai aucun doute sur le fait que malgré la surprise ce petit bout tu vas l’aimer à 10 000 %!!!

le 16/02/2016 à 10h55 | Répondre

Freesia

Sous le coup de la surprise, on a tous des réactions bizarres j’imagine…
C’est sur que ça peut peser sur la conscience. Mais c’est comme un joli conte de fée, tu as eu ta fin heureuse avec l’arrivée de ton petit bout 🙂

le 16/02/2016 à 15h04 | Répondre

Virginie

Ecoute, jusqu’à ce que tu le dises à la toute fin de ton article « Pour le meilleur, comme pour le pire. Nous voulions un engagement moral et spirituel. Et finalement, cet enfant, c’est un peu tout ça », c’est exactement ce que je pensais. Finalement, n’est-ce pas aussi une façon d’affirmer à la face du monde que vous avez foi en votre couple, en votre vie et en votre avenir ? Bel engagement que voilà 😉

Pour ce qui est des contraintes financières/professionnelles/personnelles, une fois que votre décision est prise, je ne doute pas une seconde que vous trouverez une solution à chaque souci.

Vous allez former une supère famille tous les trois <3

le 16/02/2016 à 11h09 | Répondre

Camomille (voir son site)

Je trouve dommage que vous viviez dans la peur du regard des autres. Ils vont bien finir par l’apprendre, autant les préparer non ? Et qui sait, vous trouverez peut-être un soutien inattendu. Parce que du soutien, vous en aurez besoin dans les premiers temps. Mais si votre couple est solide – ce qui semble être le cas ! – il n’y a pas de raison : chaque problème trouvera sa solution. Et de toute façon, un bébé n’a besoin que de très peu choses (même si les boutiques de puériculture veulent nous faire croire le contraire) : les bras de son papa, l’odeur de sa maman, les fesses propres et le ventre plein… Tout le monde y arrive, vous aussi vous y arriverez 🙂

le 16/02/2016 à 11h51 | Répondre

Freesia

C’est les restes de mon image de petite fille modèle qui fait toujours tout ce qu’il faut quand il faut 🙂 Dès que je fais quelque chose qui ne rentre pas dans « le cadre »; j’angoisse haha
J’ai néanmoins pu compter sur ma famille, en or, qui me soutient (sans trop en faire) et qui est super confiante pour la suite. Pour eux, c’était même évident que j’allais avoir ce bébé cette année ! Comme quoi ! 🙂

le 16/02/2016 à 15h09 | Répondre

Jodie

merci pur ton témoignage! et oui un bébé n arrive pas forcément ‘qand je veux’… après presque deux ans d’essai bébé, 2 IAC, j’en ai fait l’amer constat…

félicitation pour ce bébé surprise, je vous souhaite beaucoup de bonheu!

le 16/02/2016 à 12h11 | Répondre

Madame D

C’est difficile a imagine comment nous reagirions a votre place.

Comme toi je suis par contre sur que je n’aurais pas avorter. Pourtant je n’ai rien contre. Mais je pense que j’en serais incapable psychologiquement.

le 16/02/2016 à 13h31 | Répondre

Freesia

Je reconnais avoir une amie qui a dû avorter jeune (religions, traditions familiales et tout ça empêcher la venue d’un enfant); c’était moi qui l’avait accompagnée pour les démarches, et je me souviens combien elle avait été bouleversée. (Bon, elle est mariée et a un merveilleux petit garçon à l’heure actuelle et ne regrette plus du tout ce choix « forcé »).

Mais du coup, très jeune, j’avais beaucoup réfléchi à cette éventualité. Et j’avais averti l’amoureux dès le début vraiment sérieux de notre histoire que si je tombais enceinte; je n’allais pas avorter. Bon, ça, c’était la théorie. Parce qu’en pratique, c’est difficile d’être aussi radicale j’ai trouvé 🙂

le 16/02/2016 à 15h13 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

Je le suis retrouvée un peu dans la situation inverse (persuadée d’être enceinte alors que non, à un mauvais moment) donc je le suis posée ces questions. Comme toi, je n’aurais pas pu avorter, rien que d’imaginer que cela aurait peut être été ma seule chance de tomber enceinte et que je le regretterai au moment où nous voudrions cet enfant.
Je suis sûre que c’est une décision que vous ne regretterait jamais et je te souhaite une belle grossesse.

le 16/02/2016 à 13h54 | Répondre

Freesia

Comme je disais, c’est étrange nos réactions. Et comme on ne connait pas le futur, comment savoir si je n’aurais regretter (imaginons une impossibilité quelconque de concevoir plus tard).
Mais je savais aussi que c’était assez irrationnel comme réaction (je nous rassurais en me disant que si j’avais eu la chance de tomber enceinte seulement un cycle après l’arrêt de la pilule, je n’aurais « normalement » pas tellement de difficulté à concevoir plus tard).

Je pense pouvoir dire, maintenant, que je ne regrette pas du tout notre décision 🙂
(on verra dans 3 mois quand je serai crevée par les « nuits »; et que je dirai « roooo, mais quelle idée ! Je pourrais dormir paisiblement là » 😛 )

le 16/02/2016 à 15h19 | Répondre

Madame Vélo

La réaction de ton amoureux n’a pas dû être facile à vivre – même si on peut comprendre qu’il ai réagit par « peur ». Il n’y a jamais de moment parfait pour accueillir un enfant dans son couple, et ne t’inquiète pas de la réaction de votre entourage : même si certains se montrent réticents au départ, une fois que le bébé sera là tout le monde en sera gaga 🙂 je te souhaite une belle grossesse et de trouver des solutions pour accueillir ce bébé comme vous le souhaitez !

le 16/02/2016 à 14h36 | Répondre

Toscane

Cela faisait déjà un peu plus de cinq qu’on était ensembles avec mon chéri quand mon petit Louis s’est installé bien au chaud… Et rien n’était prévu… Je prenais la pillule, je n’avais plus de travail… Lorque j’ai dit à mon chéri que j’étais enceinte, sa première réaction a été : « c’est pas le bon moment, on le garde pas ». Et pour lui c’était catégorique et sans appel… Pour moi, ce n’était même pas envisageable de ne pas le garder… Je lui ai dit que s’il n’en voulait pas, la porte était ouverte et que je ne lui demanderais rien…. Je pensais que ce serait une bonne nouvelle… Ca ne faisait pas 2 mois qu’on était ensembles… Finalement il est rester…
Et quand mon loulou a eu 9 mois… J ai eu mon retour de couche… Et ma Florine a pointé son nez… Un deuxième loulou sans l’avoir décidé… Il connaissait mon avis… Pour lui ça a été plus dur à avaler… Mais il est resté… Mon fils aura 10 ans en Octobre… Et c est un super papa… Très impliqué et adorable avec ses loulous…
Il a même fini par m’épouser… Et un jour, on a reparlé de l’annonce de la première grossesse… Et il s’est excusé… Ca m’a soulagé… Même au bout de toutes ses années, j’avais besoin de ça.
Maintenant, on est prêt à être de nouveaux parents…. Cette fois parce qu’on l’aura choisi…

Bonne grossesse. Je te souhaites pleins de bonheur 🙂

le 16/02/2016 à 15h24 | Répondre

Freesia

Oh bah dis donc, j’ai l’impression de me revoir dans ta situation du départ 🙂
Ca fait du bien d’entendre que tout va bien désormais, que ton chéri adore son nouveau métier de papa, et qu’il s’implique activement dans l’éducation mais aussi dans votre couple !
Je ne doute pas que l’amoureux ait été surpris, mais c’est vrai que son « non » catégorique du début m’a blessé. Il m’en a reparlé depuis aussi…

(Note à moi même : faire attention au retour de couches ! 😀 J’aimerais éviter deux bébés surprise à la suite et vraiment choisir le moment pour l’éventuel prochain 🙂 )

le 16/02/2016 à 15h30 | Répondre

Toscane

Oui… Le retour de couches fut un grand moment… Surtout que je voulais profiter de mon fils avant d’envisager un autre enfant… Bon ba ils ont 17 mois d’écart… Mais je me dit que ils sont autonomes quasi en même temps… 😉

le 16/02/2016 à 15h42 | Répondre

Toscane

Je profites pour venir donner des nouvelles.
Un petit bout viendra pointer le pour de son nez pour Noël. On est super content. C est une nouvelle aventure qui commence. Le médecin qui m’avait dit que ce serai compliqué à cause de mon stérilet qui m a complètement abimé mon col et bien en à peine deux petits mois et c était bon. On est ravi. Même si j ai quand même la trouille de me remettre dans les couches et de ne plus faire mes nuits… lol

le 20/08/2016 à 14h36 | Répondre

Freesia

Ooooh félicitations Toscane ! Un nouveau petit bébé, cette fois bien attendu(e) ! Un joli futur cadeau de Noel pour Vous 4 🙂

le 21/08/2016 à 15h13 | Répondre

Étoile (voir son site)

Félicitations pour ce futur bébé 😉 C’est un très joli article, et l’on ressent bien vos réactions à tous les deux. La décision a été difficile, mais c’est une bonne chose pour toi et le papa d’avoir réussi à prendre votre décision ensemble. Je ne suis pas du tout contre l’avortement (même si je crois que je n’aurai pas réussi à le faire pour moi), mais une amie très proche s’est faite avortée, et c’est une épreuve a priori très dure psychologiquement. J’ai hâte de lire les réactions de tes proches (si un article est prévu?), et je comprends tout à fait ton ressenti. Dur, dur d’avoir un imprévu quant on veut tout décider et « faire les choses dans l’ordre ». Et comme Die Franzoesin, cela m’interpelle de voir que tu es tombée enceinte malgré le préservatif. J’ai un peu peur maintenant 🙂

le 16/02/2016 à 18h11 | Répondre

Freesia

Comme a dit ma SF « il n’y a aucun moyen de contraception efficace à 100% ».
Il y a eu nombre de femmes qui tombées enceintes avec la pilule, le stérilet, l’implant ou les préservatifs après tout. On espère juste que ce ne sera pas nous 🙂 mais bon, ça reste rare !
(Heureusement en fait)

le 18/02/2016 à 10h35 | Répondre

Doupiou

La réaction de ton chéri a dû être tellement difficile à vivre! Ma pauvre! Je pense surtout que l’angoisse, passé le moment de la surprise, nous fait dire et penser des choses négatives! Avec mon mari nous avons bien réfléchis à avoir notre bébé et même lorsque je suis devenue enceinte après 3 mois d’essai, j’ai eu tellement peur que je me suis demandé si on ne faisait pas une belle connerie… Paradoxal!
En tout cas tu es enceinte à 24ans (comme moi qui ai accouché à 25ans) et j’aimerais bien savoir si tu as des difficultés avec ton entourage pour cette grossesse « jeune »!

le 17/02/2016 à 06h25 | Répondre

Toscane

Excuses moi si je répond…
24 ans, ton entourage a trouvé ça « jeune » ?
J’ai eu mon premier loulou à 25 ans, donc au même âge… Personne n’a trouvé ça trop jeune…
Je ne comprend pas cette réaction… Et quand bien même si tu avais 20 ans… Si vous aviez un toit sur la tête et une situation je ne vois pas ce qui peux empêcher d’avoir un enfant…
Certaines personnes sont mûres pour avoir un enfant à 20 ans et certaines ne le sont absolument pas à 40 ans…
Mais 24 ans ce n’est absolument pas trop jeune 🙂

le 17/02/2016 à 20h27 | Répondre

Doupiou

Alors non, je ne considère pas que 24 ans c’est trop jeune pour une grossesse.
Moi-même enceinte à 24 ans, grossesse désirée avec un mari, un cdi et un toit!
Je demandais juste si freesia, comme moi avait dû subir des remarques sur ce que certains considèrent comme trop jeunes! Personnellement, j’ai eu droit à d’inombrables « mais vous auriez dû profiter de la vie », « votre vie est finie », « avec un enfant on ne revient pas en arrière ». J’en passe et des meilleures…

le 18/02/2016 à 07h03 | Répondre

Madame Vélo

Oh la la mais c’est dingue ça !! Mais tu sais moi à 27 ans ma soeur m’a dit qu’elle n’aurait pas d’enfants tout de suite (elle en a 26) car elle ne veut pas « s’enfermer dans cette vie là ». Moi au contraire je trouve que passé 30 ans ça commence à faire vieux pour avoir son premier enfant ! Donc chacun a un rapport à l’âge vraiment différent et l’important c’est d’être heureux d’accueillir l’enfant !

le 18/02/2016 à 08h57 | Répondre

Freesia

Oh je n’avais pas vu ces messages !

Pour te répondre Doupiou, j’ai eu aussi ce genre de remarques : « vous allez le regretter », « vous savez que vous signez votre arrêt de mort là » (oui oui), « mais vous êtes jeunes, vous avez tout le temps ! », « moi je ne pourrais pas, j’aime trop ma vie » et j’en passe.
La plupart du temps, c’était de la part de ma belle famille d’ailleurs (et une amie aussi).
Sans compter les réflexions (qui n’ont pas été faites pour blesser étant donné qu’à ce moment là, peu de personnes étaient au courant) sur « vous êtes jeunes, vous avez pas de famille, rien qui vous retient : repartez ! ». Hum hum. C’est difficile de gérer je trouve !

Techniquement, je ne pense pas que 24/25 ans soit super jeune aussi. Mais le fait de ne pas l’avoir « choisi » nous a fait beaucoup culpabiliser (et penser à ces remarques).

le 18/02/2016 à 10h29 | Répondre

Douoiou

« vous allez le regrettez » .. Waouh ! Violent quand même !

le 18/02/2016 à 10h47 |

Freesia

Je pense aussi que les proches peuvent trouver ca jeune parce qu’ils ont plus « d’ambition » pour les futurs parents. Beaucoup imaginent la vie qu’ils vont avoir et ca ne correspond pas forcément à leurs attentes.
(Une fois qu’ils comprennent qu’il ne s’agit pas de leur vie, ça va après -enfin je crois)

le 18/02/2016 à 10h31 | Répondre

uneniemeblogdemaman (voir son site)

Très émouvant ce témoignage! Il n’y a pas de bonne ni de mauvaise décision mais étant maman moi-même je pense que vous ne regretterez jamais cette décision là. Puis, le « moment idéal » n’existe pas…bien sûr, il y a des situations plus ou moins confortables pour accueillir un enfant mais un moment parfait, je n’y crois pas. Vous êtes ensemble depuis un bout de temps, tu n’es pas une ado, vous avez un toit sur la tête et plein d’amour à donner…ça ressemble au « bon moment » non? ^^

le 17/02/2016 à 18h44 | Répondre

Marthe

Ton histoire se rapproche de la mienne. Je suis tombée enceinte il y a quelques semaines. J’ai 23 ans, en master, a l’étranger (pas l’Amérique du sud non plus, non, le pays juste à côté de mon pays d’origine). Je ne voulais pas être en couple, je voulais m’amuser avec quelqu’un qui voulait s’amuser aussi. J’ai rencontré ce garçon dans mon école. On s’entendait bien, on flirtait ensemble, pour ensuite avoir des relations sexuelles régulièrement de décembre à mars. Nous avons arrêté de nous voir dans de mauvaise circonstances. Nous nous parlions plus jusqu’au moment où j’ai dû annoncer la nouvelle. Il ne voulait pas de l’enfant, normal je n’étais pas surprise. Je ne voulais pas d’enfant non plus avant ça. Lorsque j’ai fait le test, j’étais chamboulé et je vivais dans un déni (=non c’est impossible, c’est faux, ya rien). Et quand j’ai eu confirmation que si, j’ai pensé différemment. Je ne voulais pas le garder avec moi en ce temps là mais je ne voulais pas non plus avorter. J’avais peur de l’avortement. Peur de l’après, peur de ne pas supporter cette décision. Le géniteur m’a mis une pression énorme et a embarqué toute sa famille et ses amis dedans. Tous voulaient l’avortement. J’avais peur, j’étais seule mais je sentais que je ne voulais pas avorter. Que je voulais protéger ce truc de toutes ces personnes qui lui voulaient du mal. Que je commençais à l’aimer. On m’a insulté de folle, d’égoïste, d’immature, de manipulatrice parce que je ne voulais pas de l’avortement. On m’a dit que je n’avais pas le droit de prendre la décision seule, que c’est une décision à prendre à 2. Que l’avortement c’est rien parce que ce que j’ai en moi c’est rien, ça ne se rattache à rien. J’ai juste à « prendre une pilule, pissez et puis c’est bon ». Le géniteur, pour me pousser à avorter m’a dit que je devais avorter et que si je n’arrivais pas à supporter l’avortement il serait la pour m’aider à passer ce mauvais cap (=grosse blague). Au final j’ai fait une fausse couche. Et lui qui est soulagé et moi qui ne l’ai pas bien vécu. Ce bébé que j’essayais de protéger et que je commençais à aimer n’était plus la. On m’a dit que j’en faisais des tonnes et que j’étais irrationnelle parce que ce n’était que 3 cellules et puis c’est tout. Bref, j’ai quand même eu du soutien parmi le peu d’amis que j’ai mis au courant. Une partie de moi, une grosse partie, voulais le garder, même si je sais que ça aurait été difficile et fatiguant. Mais ce bébé n’avait rien demandé, il est trop innocent pour moi. Je préférais garder un innocent qui n’a rien demandé que de faire plaisir à l’égoïsme de son géniteur. Mais dans les faits, vu la pression que j’ai eu, je pense que j’aurais avorté mais que je ne l’aurais pas bien vécu. J’avais l’impression de ne pas avoir le choix, que c’était la seule décision. Quand bien même je parlais de la solution d’accoucher sous X… Meme ca c’était pas possible pour le géniteur : avortement ou rien. Je me sens incomprise par ces personnes qui m’insultent d’égoïste ou quoi : est ce si mal de vouloir garder un bébé meme s’il n’était pas désiré ou meme s’il n’était pas le résultat d’une histoire d’amour ?

Marthellen

le 21/04/2017 à 21h02 | Répondre

Audrey Lacoste

Felicitation a vous , bah du coup moi aussi je suis enceinte et ces la meme chose mais je suis contre l’avortement et moi aussi je sais pas comment je vais pouvoir m’en occuper mais faut un debut a tout et qui sait aussi que si je met pas cette grossesse a terme peut etre que je ne pourrais plus avoir d’enfant donc je prefere le garder et sa faisait un moment que j’attendais sa malgre que je vais avoir tout juste 18ans mercredi 13 septembre 2017… bref bisous bonne soiree

le 11/09/2017 à 17h58 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?