Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Gérer l’attente…


Publié le 15 avril 2019 par Onedaymaybe

Nous avons lancé le projet d’avoir un deuxième enfant depuis trois mois. Trois petits mois. C’est rien. Riquiqui. Une paille. J’en suis moi-même convaincue.

Crédit photo : Flickr – Skip Moore

Sauf que…sauf que chaque mois le désir est là. Toujours présent, toujours plus grand. L’envie de lire les résultats positifs d’une prise de sang, l’envie de ressentir les premiers symptômes (oui, oui, les mêmes que je haïrais quelques temps plus tard), l’envie de partager ce bonheur avec le futur papa reviennent chaque mois avec plus de force, après chaque déception qu’implique le retour des règles.

Oui, trois mois, ce n’est rien. Mais j’y pense quotidiennement. Même quand je sais qu’il est peu probable que ça ait marché parce que j’ai été malade / fatiguée / absente ou que mon mari a été malade/fatigué/absent et qu’on n’a pas eu de relations sexuelles au bon moment, à la bonne période.

Oui, trois mois, ce n’est rien. Mais quand il faut s’inscrire sur des projets au long cours au boulot, quand il faut réfléchir à la possibilité de reprendre des études ou de passer un concours, quand il faut se projeter sur l’année à venir, je ne peux pas m’empêcher de me dire « Oui, j’ai envie de participer à ce projet. Mais si…? ».

Oui, trois mois, ce n’est rien. Mais combien d’autres après? Pour ma première grossesse, aboutie par une fausse couche à 11 semaines, j’avais patienté huit longs mois. Pour la seconde grossesse, quatre mois. Ce qui nous a amené à une année complète d’essais avant que Charlotte ne s’accroche. C’est long une année. Surtout après 30 ans.

Oui, trois mois, ce n’est rien. Oui, nous avons déjà une fille magnifique qui grandit merveilleusement bien (moi, objective?). Mais notre famille n’est pas complète. Nous n’imaginons notre famille qu’avec plusieurs enfants. Je ne peux m’empêcher de penser parfois que peut-être la nature considérera, elle, que nous avons eu notre quota.

Oui, trois mois, ce n’est rien. Pour ma part, je n’ai de cesse de jalouser les personnes qui tombent enceintes facilement, rapidement, sans difficultés, « du premier coup » comme on dit. Je les envie. J’en suis parfois colère. « Il suffit d’une fois », entend on parfois…mais pas pour tout le monde.

Oui, trois mois, ce n’est rien. Et je sais pertinemment que de nombreuses personnes attendent bien plus longtemps que cela, des mois, des années…parfois sans jamais que l’enfant ne paraisse. Je le sais, j’ai quelquefois un peu honte de souffler sur le temps qui passe, mais j’ai aussi besoin de m’exprimer. Au risque de heurter, de choquer, de faire souffrir.

Oui trois mois, ce n’est rien. Mais c’est déjà de l’attente. Et attendre quelque chose dont on ne sait pas si un jour il arrivera, c’est angoissant. C’est vertigineux. C’est aussi pénible parfois. Ne rien maîtriser, ne rien anticiper, ne rien pouvoir y faire de plus.

Ce n’est rien. Mais pour moi c’est déjà quelque chose.


Porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Commentaires

15   Commentaires Laisser un commentaire ?

Aube

Comme je te comprends,
ici j’en suis à 13 mois d’attente pour bébé 1,
on a commencé les différents tests pour moi et mon mari,
les questions pour savoir si un jour on aura un enfant,
même les renseignements sur l’adoption (oui oui ^^) ..
mais finalement au plus on attend au moins j’attends, car maintenant je ne calcule plus chaque « symptôme », je ne me projette plus enceinte pour les prochaines fêtes ou vacances, je me contente de vivre normalement et d’être patiente.
mais bon à chaque règles un pincement au coeur, quelques larmes, et avec le soutien de mon mari on repart dans l’espoir et les essais.
bientôt 30 pour mois
et 30 ans passé pour mon homme.. pourvu que l’attente ne soit pas trop longue 🙂

le 15/04/2019 à 08h15 | Répondre

Onedaymaybe

Je vous souhaite beaucoup de courage dans toutes vos démarches.

le 15/04/2019 à 08h57 | Répondre

Aube

merci
on a rdv fin juin chez un spécialiste voir la suite à donner après nos examens.
je met beaucoup d’espoir sur ce rendez-vous …
on essaie de rester positif au maximum

le 15/04/2019 à 10h47 | Répondre

Mme Infertile

tu as conscience que ton article peut choquer, heurter, faire souffrir.. Bingo c’est réussi… chacun a le droit de s’exprimer et de ressentir les choses, je suis tout à fait d’accord…
me concernant lire un article où une « maman » parle de « 3 mois d’attente » et toujours rien pour un second… j’ai les larmes qui me montent aux yeux…. 5 ans d’essai pour un 1er bébé qui bne vient pas, une fc, 8 inséminations et 3 fiv au compteur…. et l’espoir qu’un petit être qui m’appelle maman qui disparait à ce stade……
3 mois… ce n’est même pas dans la moyenne pour tomber enceinte… sans compter la chance d’être déjà maman!
alors oui chacun a le droit de s’exprimer …merci pour cet article… 🙁

le 15/04/2019 à 08h30 | Répondre

Onedaymaybe

Oui, je savais que cela pourrait être dur à lire et renvoyer à des émotions compliquées…
Bien sûr, je sais que je me plains alors qu’il y a des situations bien plus compliquées que celle que je vis, et bien sûr je compatis pleinement avec ta situation. Je ne peux imaginer tout ce que cela peut te renvoyer en lisant ces mots.
Je me doute que cela peut être terrible à lire mais effectivement, je crois que chacun peut s’exprimer. Au quotidien, il est difficile de faire part de ces sentiments parce que oui, c’est difficile à vivre pour moi, mais c’est difficile à partager aussi. Je ne présenterai pas d’excuses sur ce que je peux dire dans cet article mais je t’assure de toute ma sympathie.

le 15/04/2019 à 09h04 | Répondre

Mme Infertile

Mais je ne demande pas d’excuse… je voulais faire entendre la voix de l’infertile que je suis…

le 15/04/2019 à 10h31 | Répondre

Madame Irbis

Je fais partie de ces « il ne faut qu’une fois ». Et je n’ose imaginer la douleur de l’attente.
Ce besoin viscéral d’avoir un enfant, en dehors de toute logique, de tout raisonnement. Ça prend au tripes et on y peut rien. Tu as raison de l’exprimer, il n’y a pas de compétition de la douleur, chacune vit ses épreuves et on a pas à devoir les taire car « il y a pire dans ce vaste monde ».
J’espère que ce petit bébé arrivera vite chez toi et chez toutes les autres où il est attendu <3

le 15/04/2019 à 10h13 | Répondre

Céline

Merci pour cet article… je n’ai pas les tiens pour exprimer ce que je pense, sans potentiellement heurter d’autres femmes, donc juste merci.
<3

le 15/04/2019 à 10h29 | Répondre

Claire Gezillig

J’ai attendu 13 mois en plus des longs mois pour que l’amoureux est envie de s’y mettre pour notre ainée, et mon dieu, que c’était dur, j’en ai tellement pleuré… Pourtant, je me rends compte que j’ai eu de la chance finalement, 13 mois pour une grossesse naturelle, c’est pas tant que ça…
Mais les émotions ne sont pas rationnelles, surtout quand on parle d’envie d’enfant.
C’est un article difficile à lire pour certaines (à qui j’envoie mes plus douces pensées) mais c’est bien que tu arrives à trouver un espace pour mettre des mots sur ton ressenti.
Et j’espère aussi que bientôt, tu auras une jolie nouvelles qui réchauffe le cœur <3

le 15/04/2019 à 14h10 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

L’attente n’est pas la même pour moi, moi j’attends qu’on puisse lancer les essais. C’est dur parce que finalement, on ne sait pas combien de temps va durer l’attente. C’est viscéral ! L’esprit est ailleurs déjà tourné vers une vie qui peut être ne viendra pas.
Je comprends que cela soit dur à entendre quand on attend sans succès depuis longtemps, mais ce blog est aussi là pour cela, pour faire part de ses sentiments à un moment donné.

le 15/04/2019 à 14h15 | Répondre

Lili

Oh oui, je comprends bien ton attente!!! Pour ma première, je ne pensais pas être enceinte au bout d’un mois xD et Pour mon 2eme, l’envie a été viscérale, dire que ça m’a coûté 2 mois pour tomber enceinte et que je n’attendais que ça…Au final fausse couche au bout de 2 mois et demi et comme on m’a diagnostiqué une grossesse molaire partielle, je dois malheureusement prendre mon mal en patience car j’ai interdiction de retomber enceinte tant que mon taux d’hormones de grossesse ne soit pas en dessous de 1 (sinon on ne saura pas si c’est une nouvelle grossesse ou une môle, tumeur bénigne qui réapparait!) je te souhaite bon courage pour cette attente!

le 15/04/2019 à 14h40 | Répondre

Lili

Je ne me suis pas relue j’ai oublié une partie * je n’avais pas à me plaindre, alors que ça ne m’avait pris que 2 mois pour tomber enceinte!

le 15/04/2019 à 14h42 | Répondre

JujuKiwi

Moi je fais partie de celles qui n’ont besoin que d’une fois … même en prenant tous les contraceptifs du monde … le seul qui marche (préservatif) me colle des allergies. Du coup on doit suivre les mêmes calendriers que les gens qui galèrent … sauf que nous c’est pour ne pas nous retrouver avec 23 enfants en 15 ans.

La fertilité est injuste, je donnerai bien un peu de la mienne à toutes celles qui ont le coeur déchiré par l’attente d’un bébé qui ne vient pas.

le 15/04/2019 à 15h57 | Répondre

Lumi (voir son site)

J’ai attendu 19 mois pour l’hippocampe. Pas tant que ça (quand on regarde en arrière…) mais assez pour s’interroger, faire des examens. Assez pour souffrir.
Je crois que le plus dur, c’est l’incertitude… surtout à notre époque de contrôle, de planification. Si on savait à l’avance quand cette attente prendrait fin, on se montrerait beaucoup plus patientes ! Car, comme tu dis, ça complique toutes nos projections.
Courage à toi en tout cas. Ici aussi, j’attends… le retour de ma fertilité (15 mois d’allaitement, toujours rien à l’horizon).

le 17/04/2019 à 08h25 | Répondre

Lilenok

Tu articles raisonne beaucoup en moi, parce que j’ai LITTÉRALEMENT le même parcours que toi pour ma première grossesse (a une semaine près pour le FC inaugurale).
Ça a été très dur, même si j’ai maintenant la chance d’être enceinte, et la chance aussi que mon gynéco n’ai pas attendu 1 an révolu pour commencer les tests – ça m’a aider à faire passer le temps, à nous rassurer aussi de savoir que finalement, tout est normal.

J’ai sincèrement détesté aussi toutes les copines qui sont tombées enceintes comme des fleurs autour de moi pendant que j’attendais de mon côté. Mais j’ai eu la délicatesse de ne pas le leur dire – ce n’est pas leur faute si pour elles, c’est facile, et si pour moi, ça ne l’est pas. J’ai juste pris mes distances et je me suis protégée moi.

Du coup, je te remercie pour cet article, qui parlera à certaines qui sont peut être dans le cas que nous avons connu, et qui pourront se reconnaître. Et je suis désolée pour celles qui sont toujours dans l’attente, et les invite à se protéger aussi, comme je l’ai fair moi. Chacune a sa douleur, aucune n’est plus ou moins légitime que celle de qqun d’autre

le 17/04/2019 à 14h23 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?