Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Je souffre de nausées très sévères : mes astuces et conseils pour (essayer de) les calmer


Publié le 2 mars 2015 par Urbanie

Je profite de cet article pour te faire une petite annonce : oui, je suis enceinte ! Je te parlerai d’ailleurs plus tard des angoisses liées à cette grossesse, forcément très particulière. Mais pour le moment, je vais plutôt m’attarder sur un des maux les plus connus de la grossesse : les nausées !

On l’entend très souvent : « la grossesse, c’est pas une maladie ».

Oui, mais. Parfois, la grossesse peut malgré tout rendre malade, très malade même. C’est mon cas : je souffre personnellement de ce que l’on appelle l’hyperémèse gravidique. Ce nom barbare désigne tout simplement les nausées très (très très !) sévères de la grossesse.

L’hyperémèse gravidique : une vraie souffrance

Souffrir d’hyperémèse, c’est avoir la nausée en permanence, sans répit. Et attention : pas une légère nausée, non. L’envie de vomir est tellement forte qu’elle te cloue littéralement au lit. T’alimenter devient bien sûr incroyablement difficile (dans certains cas, le corps ne tolère plus aucune nourriture ni boisson, auquel cas l’hospitalisation est obligatoire). J’ai eu de la « chance » dans mon malheur, je n’ai pas eu besoin de me faire hospitaliser. En revanche, j’ai souffert : je n’ai tout simplement jamais été aussi malade de ma courte vie !

Ce que j’ai trouvé très difficile aussi, c’est l’isolement et la déprime qui accompagnent ces nausées. Imagine un peu : tu ne peux presque plus rien avaler, chaque repas devient une torture physique. La pensée même de manger te rend physiquement malade. Et même quand tu ne manges pas, les nausées ne te quittent jamais.

C’est un peu comme une super gastro, mais qui durerait des semaines entières. Nuits et jours, sans répit. Parfois, tu n’arrives même plus à dormir tellement les nausées sont fortes (ce qui est mon cas, mon médecin a du me mettre sous somnifère – mais coup de bol, ce somnifère a comme effet secondaire de… calmer les nausées de la grossesse).

avoir le coeur à l'envers - nausées de grossesses, comment les atténuer

Crédits photo (creative commons) : Sodanie Chea

Inutile de dire que ton moral est mis à rude épreuve. Certaines femmes souffrent tellement physiquement qu’elles doivent interrompre leur grossesse. Ça n’a pas été mon cas, mais ça te donne une idée du désespoir qui parfois accompagne ces nausées.

Un exemple ? Quand je suis allée voir mon gynécologue pour lui en parler et lui demander de l’aide, il m’a tout simplement expliqué que mes nausées étaient, je cite, « psychologiques ». Quelle blague ! (C’est un peu le problème quand tu passes par le deuil périnatal, comme moi : tout devient forcément « psychologique » au moindre problème médical !)

Personnellement, je fais plutôt confiance aux dernières études, qui ont tendance à montrer du doigt… les hormones, tout bêtement ! Ce qui expliquerait aussi que les nausées diminuent généralement d’elles-mêmes à la fin du premier trimestre, moment où le taux d’hormones… chute.

Mais voilà : comment ne pas culpabiliser, même un petit peu, quand ton médecin te dit que la cause de ton hyperémèse est « psychologique » (donc un peu de ta faute) ? Et que dire face aux personnes, médecins compris, qui te disent sans cesse « ben alors, tu n’as pas l’air épanouie ! » sur un ton de reproche lorsqu’ils te voient. (Oui, tu imagines bien qu’à force d’agoniser au fond de mon lit, je n’avais pas exactement le teint frais et radieux de la future maman ravie que tu croises dans les magazines dédiés à la parentalité, hein !) Ou que dire face à ceux qui te répondent, quand tu leur parles de tes nausées, que « oui, mais tu es enceinte, tu as de la chance, toi ». Impossible de répondre à ça ! N’empêche, moi, ce genre de remarque ne me soulage pas.

Personnellement, je trouve que le mal-être qui découle de ces nausées est trop largement sous-estimé, y compris par les médecins. Et que ça n’aide pas les femmes qui en souffrent à surmonter cette épreuve, très éprouvante pour le corps, mais aussi pour l’esprit.

Si tu en souffres aussi, ou que tu cherches tout simplement à calmer tes nausées de grossesse sans qu’elles ne soient aussi graves, voici les quelques astuces que j’ai testé pour essayer de vivre ma grossesse un peu plus sereinement.

J’ai testé et ça n’a pas marché (mais ça sera peut-être efficace sur toi !)

L’homéopathie

Dans mon cas, ça ne marche pas, mes nausées étant sans doute bien trop sévères. Mais tu peux malgré tout demander conseil à ton pharmacien pour essayer de trouver les solutions qui te conviennent le mieux. De nombreuses femmes m’ont confié avoir été soulagées grâce à ça.

Le gingembre

Testé, mais… moi, ça m’a donné la nausée ! En revanche, il parait que c’est un remède très efficace pour d’autres femmes. Tu peux en râper dans un peu d’eau chaude en infusion, ou prendre des tisanes déjà prêtes au gingembre. Tu peux aussi essayer le gingembre confit, si tu aimes ça (attention, le goût est quand même très fort, donc il faut aimer).

Les huiles essentielles

Attends, ne fuis pas ! Toutes les huiles essentielles ne sont pas néfastes pour le bébé, le tout est de bien te renseigner auparavant pour éviter celles qui ont des effets tératogènes (c’est à dire susceptibles d’entrainer des malformations chez le foetus). Il existe ainsi dans le commerce des mélanges d’huiles essentielles spécialement conçues pour les femmes enceintes souffrant de nausées : il suffit de les respirer pour faire passer la crise.

Moi, ça n’a pas trop marché, et j’avoue qu’ayant déjà perdu un bébé, je n’étais pas très à l’aise avec le fait d’en utiliser au premier trimestre. Mais là encore, je sais que ça peut être miraculeux pour certaines femmes. Demande bien conseil à ton pharmacien en revanche, et n’utilise pas n’importe quelle huile essentielle, surtout au premier trimestre de grossesse.

J’ai testé (avec succès !)

L’eau citronnée

Un peu de citron dans un verre d’eau fraiche, et le tour est joué ! Ça a très, très bien marché chez moi… pendant une semaine. Jusqu’à ce que mon corps décide qu’il n’en voulait plus (et depuis, je ne peux plus en boire une gorgée !).

Les jus de fruits

Si tu souffres de nausées sévères, tu sais que boire de l’eau peut devenir très difficile, puisque ça peut tout simplement te conduire vers la cuvette des toilettes la plus proche ! Je suis incapable de boire de l’eau depuis que je suis enceinte, en revanche j’ai appris à tester des jus divers et variés. Jus d’ananas, de pamplemousse, smoothies… Tu peux aussi essayer de verser quelques gouttes de sirop dans ton verre d’eau.

Alors je t’avoue que je ne sais pas très bien pourquoi un jus de fruit bien sucré « passe » là où un simple verre d’eau me rend malade… mais ça marche.

Je sais, il faut éviter de manger trop sucré pendant la grossesse… mais entre le sucre et mourir de soif, j’ai choisi mon camp !

Manger !

Oui, je sais, tu es très mal. Mais le problème, c’est que la faim aggrave les nausées. Donc en cas de pic de nausée, essaie de manger un biscuit, une compote, une biscotte… pour moi, ça marche très bien.

Au sujet des aliments, justement : évite ce qui est trop gras ou épicé pour ne pas perturber encore plus ton système digestif. En revanche, pour le reste… fais comme tu le peux. Et surtout comme tu le « sens » !

Un aliment te dégoute, a tout à à coup une odeur insoutenable, ou semble avoir « changé de gout » ? Poubelle ! Sinon, c’est la garantie d’un aller simple vers la cuvette des toilettes, crois-moi ! (J’ai personnellement développé une aversion totale pour… le fenouil ! Et je serais bien incapable de t’expliquer pourquoi…)

C’est ainsi que j’alterne des périodes monomaniaques, pendant lesquelles je ne me nourris plus que d’un aliment ou deux, jusqu’à ce que mon corps décide qu’il en a « assez » et qu’il est temps de passer à autre chose. J’ai donc eu une période « riz blanc avec sauce soja », une autre « mini-Twix » (oui oui !), une autre « sandwich au Kiri et cornichons », une autre « chips »…

Pas équilibré ? La encore, entre me laisser mourir de faim et manger équilibré, j’ai choisi mon camp ! Je reprends les repas équilibrés depuis que les nausées ont commencé à se calmer (parce que oui, elles se calment normalement vers la fin du premier trimestre).

Attention également à ne pas trop manger d’un coup, même si tu as très faim : en cas de nausées, ton corps risque de ne pas bien supporter la digestion et de le faire payer. Mieux vaut manger un petit en-cas toutes les deux heures qu’un gros repas 3 fois par jour.

Rester au lit et dans le noir

Regarder des écrans, ou même lire, ont tendance à aggraver mes nausées. Je ne me suis jamais sentie aussi « bien » que lorsque j’étais allongée dans mon lit sans rien faire. Alors oui, tu t’ennuies… mais tu peux toujours essayer d’écouter la radio, un peu de musique, ou un livre audio.

Sortir prendre l’air.

Je sais: au plus fort des nausées, même prendre une simple douche devient un exercice digne de Koh Lanta. Mais j’ai constaté que, lorsque je devais me rendre chez le médecin, donc que je sortais, je me sentais « mieux » ensuite pendant quelques heures. Même s’il me fallait 45 minutes au bas mot pour trouver le courage de sortir de mon lit, le fait de marcher, même 10 minutes, et de prendre l’air frais, m’aidait à atténuer la sensation de nausées pour le reste de la journée.

Du coup, j’ai pris l’habitude d’aérer l’appartement très régulièrement (même par -10°C!), et lorsque je pouvais, j’essayais de sortir quelques minutes pour faire une petite course.

Les médicaments

Parfois, un traitement sera obligatoire pour t’aider : dans ce cas, ne cherche surtout pas à t’auto-médicamenter, et demande conseil à ton médecin. Lui seul pourra te prescrire un médicament adapté et sans danger pour ton bébé.

En cas de doute sur un traitement, n’hésite pas à visiter le site du CRAT, qui est la référence en la matière.

Si toi aussi tu as des conseils ou des astuces à partager dans les commentaires, n’hésite surtout pas : ce sera sans aucun doute utile à d’autres femmes qui galèrent, elles aussi, à faire passer ces satanées nausées !

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !


Porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

52   Commentaires Laisser un commentaire ?

Madame Fleur (voir son site)

En lisant ton témoignage, je me pose une question : si on souffre d’hyperémèse gravidique sur une grossesse, est-ce que l’on en souffrira systématiquement sur toutes ?
N’ayant jamais été enceinte, je ne connais pas les nausées de grossesse. Par contre, j’ai été très malade pendant les fêtes de fin d’année avec de très fortes nausée sur une seule journée donc je ne peux que compatir à une souffrance qui dure des semaines sans discontinuer.
As tu essayer les chewing gums ? Il parait que dans certains cas cela aide.
Je te souhaite une très belle grossesse.

le 02/03/2015 à 08h57 | Répondre

Pauline

Non, ne t’inquiète pas. C’est très variable d’une femme à l’autre mais aussi d’une grossesse à l’autre. Pour ma 1ère grossesse, j’ai été vraiment malade, ma généraliste n’a pas compris pourquoi le gynécologue ne me faisait pas hospitaliser (4 mois de vomissements, 7 kg perdus en 15 jours). Pour la 2è, j’ai perdu un peu de poids parce que je vomissais et que j’avais la nausée mais c’était beaucoup moins fort et handicapant ( seulement 3 kg en 4 mois). Mais ma mère n’a jamais 1 nausée pendant ses nombreuses grossesse!
Pour les recettes miracles (comme pour les envies alimantaires ou les dégoûts), là aussi, c’est très variable, tant d’une femme à l’autre que d’une grossesse à l’autre. Il existe aussi des bracelets d’acupuncture relativement efficaces et sans risque. Par contre, je fais la guerre à tous les hommes qui disent que les nausées, c’est psychologique. Quant bien même ça serait le cas, ce n’est absolument d’aucune aide!

le 02/03/2015 à 10h30 | Répondre

Urbanie

Oui, il parait que chaque grossesse est vraiment différente. Pour ma première grossesse, j’avais eu des nausées assez sévères, mais rien à voir avec ce que j’ai connu cette fois ci!

le 02/03/2015 à 19h44 | Répondre

Jahanara

Un petit complément : à la maternité près de chez moi, ils travaillent avec un acupuncteur pour soulager les nausées et vomissements liés à la grossesse. Je n’ai pas testé, mais ça peut être une piste supplémentaire à creuser…
J’espère que depuis la rédaction de cet article tu vas mieux !

le 02/03/2015 à 09h01 | Répondre

Jahanara

Et au fait, félicitations 🙂

le 02/03/2015 à 11h41 | Répondre

Urbanie

Merci!
Je n’ai pas osé l’accupuncture, j’avais lu que ce n’était pas forcément conseillé au premier trimestre. Mais je me suis peut-être trompée.

le 02/03/2015 à 19h45 | Répondre

Urbanie

(et puis de toutes façons, impossible de sortir de chez moi… 🙁 )

le 02/03/2015 à 19h46 | Répondre

Maman poule

Je compatie, j’ai eu des nausées en permanence au premier trimestre pour ma troisième grossesse (je pensais y échapper puisque je n’en avais jamais eu avant) mais avec une intensité moins élevé et c’était déjà pas simple à vivre. Ce que j’ai remarqué comme toi c’est qu’il faut manger ce qui te fait envie et pas ce que tu devrais manger sinon il y a toutes les chances que ça repartes. Ça a d’ailleurs été source de conflit avec mon mari qui gère les courses et les repas. Il ne comprenait pas que je ne pouvais pas savoir à l’avance ce que je voulais manger.
Je te souhaite une bonne fin de grossesse et un beau bébé.

le 02/03/2015 à 09h39 | Répondre

Urbanie

Oui, complètement! Impossible de prévoir plus de 10 mn avant ce qui va « passer » ou non. Du coup on a fait des TONNES de stock de presque tout dans le frigo et dans les placards, « au cas ou ». Et parfois mon mari devait sortir m’acheter en urgence un truc à grignoter. Impossible de manger autre chose que des « envies » temporaires!

le 02/03/2015 à 19h47 | Répondre

Virginie

Bonjour l’angoisse, mais comment tu fais pour travailler du coup ????

J’ai entendu dire que les nausées venaient du fait que le corps « s’installe » pour mener à bien la grossesse et que, du coup, l’estomac était amené à être un peu chamboulé, dans le sens déplacé, d’où les nausées et qu’il ne fallait surtout pas garder l’estomac vide. Ma mère gardait systématiquement un bout de pain à portée de main sur la table de chevet pour ne surtout pas se lever l’estomac vide. Je confirme que, apparemment, il vaut mieux manger toute la journée en petite quantité qu’imposer un vrai repas bien lourd trois fois par jour.

Ayant déjà été sujette à ce type de maux suite à une gastrite qui a duré un mois (régime jambon, pain, compote) j’avoue que ça m’angoisse un peu, je sais que c’est l’enfer. J’imagine que tu dois être hyper soulagée d’être sortie de cette période !

le 02/03/2015 à 09h58 | Répondre

Urbanie

Ben… j’ai du être arrêtée, impossible de faire autrement! Heureusement, le pic de nausées s’est cumulé avec les vacances de Noel, donc j’ai passé en tout et pour tout 6 semaines au lit, donc 2 semaines de vacances.

le 02/03/2015 à 19h48 | Répondre

virginie

Ah oui ok, comme tu disais que le corps médical ne t’avait pas pris au sérieux, je me suis imaginée qu’il t’avait laissée comme ça !

d’ailleurs je m’aperçois que j’ai oublié de te dire toutes mes félicitations ! Je suis tes articles avec beaucoup d’intérêt, certains m’ont vraiment parlé, d’autres m’ont touchée, je suis vraiment ravie pour toi, j’espère que le reste de ta grossesse se passe mieux 🙂

le 02/03/2015 à 21h41 | Répondre

Louna

Oh ma pauvre ! Je n’ose même pas imaginer ton calvaire. Surtout que, comme tu le décris très bien, ce qu’on appelle les « petits » maux de grossesse sont souvent mal compris par l’entourage indirect (heureusement que le papa, lui, voit ce qu’il en est, et qu’il est souvent d’un soutien inconditionnel ! 😉 ).
Je trouve également scandaleux que le corps médical minimise à ce point-là (voire dans ton cas, te culpabilise !) : sous prétexte que ce n’est pas une urgence vitale, ni pour toi, ni pour ton bébé, il ne faut pas le prendre en charge et t’aider à trouver des solutions ?!
Il m’est arrivé une situation similaire en tout début de grossesse : j’ai eu de gros soucis de transit. J’étais extrêmement ballonnée et outre le fait que je me sentais mal dans ma peau, c’était très douloureux. Mais dès l’instant où ma gynécologue a été rassurée sur le risque de grossesse extra-utérine, elle n’a plus voulu en entendre parler. J’en venais à me plier de douleur et à pleurer seule dans mon bureau tellement j’avais mal…. Alors, oui, les « petits » maux de grossesse, je connais ! Heureusement, mon (super) médecin traitant m’a envoyée voir un gastro-entérologue qui m’a aidée à trouver la médication qui me convenait le mieux : j’ai dû la poursuivre jusqu’à la fin de l’allaitement puisque ces problèmes étaient liés aux hormones.

Je voudrais revenir aussi sur l’état déprimé dont tu parles : oui, c’est dur d’être isolée socialement, d’être mal dans son corps, alors même si c’est pas facile à comprendre pour tout le monde, oui, une femme enceinte peut-être déprimée, même si elle est par ailleurs très heureuse d’être enceinte et qu’elle souhaitait ce bébé plus que tout ! Alors STOP à l’image de la femme enceinte épanouie qui m’a pourri la vie pendant le 1er trimestre et au moment du diagnostic de mon diabète gestationnel ! :-p

Bon courage à toi, je t’envoie plein d’ondes positives (d’autant plus que je n’ai jamais osé réagir sur un de tes articles parlant du deuil prénatal : j’étais trop bouleversée pour trouver les mots….).

le 02/03/2015 à 10h23 | Répondre

Urbanie

Merci beaucoup Louna!

Oui, je comprends la démarche des médecins, qui est de se dire que si le bébé va bien, c’est l’essentiel. Certes, c’est en effet très important… mais attention à ne pas minimiser l’état de la mère non plus! Surtout que je ne sais pas quelle part la déprime pendant la grossesse peut jouer sur les dépression post partum…

Moi, c’est pareil: c’est ma généraliste qui a ri quand je lui ai raconté le coup du « c’est psychologique », et qui m’a arrêtée. Ouf d’ailleurs!

le 02/03/2015 à 19h50 | Répondre

Chat-mille (voir son site)

Félicitations ! C’est génial ! (je m’en doutais un peu avec tes derniers commentaires mais je ne sais pas si j’ai le droit de le dire :p)

Je confirme que les nausées peuvent être dévastatrices. Je ne pense pas que ce soit la seule explication mais moi j’étais au bord (pour ne pas dire en plein dedans à certains moments) de la dépression pendant toute la première partie de ma grossesse. Et je pensais même à l’IVG (en passant, hein, j’ai quand même du mal à croire que certaines font vraiment ce choix). Je crois que c’était moins sévère que ce que tu décris (j’arrivais à me lever et à dormir) mais j’ai quand même perdu six kilos, frôlé l’anorexie et échappé de peu à l’hospitalisation (« heureusement » durant la pire période j’étais suivie de loin par mon médecin traitant qui minimisait mes symptômes). Après ça a progressivement diminué d’intensité, même si j’ai continué à vomir régulièrement jusqu’à mon accouchement.

Pour moi, rien n’a marché niveau traitement ou astuces. Juste manger, parfois. J’ai fini par en prendre mon parti. Quant aux somnifères qui ont atténué tes nausées, ce n’est en fait pas très étonnant puisque les anti-emetiques sont de la même famille, ce sont des somnifères très légers. C’est d’ailleurs pour ça qu’il faut éviter de prendre le volant avec (je suis devenue pro, tu penses bien !).

Je te souhaite une belle poursuite de ta grossesse. Pas dit que les nausées disparaissent (peut-être ont-elles déjà disparu, remarque !), mais elles vont en tout cas diminuer 🙂 Courage !

le 02/03/2015 à 10h46 | Répondre

Urbanie

Merci (si, tu as le droit de le dire 😉 )

Oui, j’ai beaucoup trainé sur les forums et blogs qui parlent de l’hyperémèse, e fil y’a bien des femmes qui avortent… mais parce que leur état est tout simplement insupportable. Moi ce que j’ai eu, ce n’est presque rien à côté de ce que d’autres femmes endurent. Il y’en a qui vomissent TOUT ce qu’elles mangent. Et même sans rien manger. Il parait que c’est très douloureux, sans parler de la dépression qui apparait assez rapidement. C’est dommage que ce soit minimisé par le corps médical.

Là ça a diminué, même si je vomis toujours de temps à autres, mais j’arrive à reprendre une vie à peu près normale.

le 02/03/2015 à 19h53 | Répondre

accalia

Félicitation pour cette grossesse!
Je comprends tout à fait ce calvaire. Je suis actuellement enceinte de presque 8 mois et demi (plus que 3 semaines!!) et si je n’ai pas souffert de l’hyperémèse gravidique, j’ai depuis le début de ma grossesse des nausées non stop et des remontées acides non stop. Mais vraiment non stop.
Heureusement, je ne vomis pas, mais je dois avouer que j’attendais avec impatience la fin du premier trimestre…Et cela n’a rien changé du tout. Mais alors rien.
A partir du 6ième mois, j’ai perdu espoir que les nausées s’arrêtent. 9 mois de nausées, les gens ne se rendent pas compte de ce que cela fait.

Surtout que rien ne marche : ni manger, ni ne pas manger, ni citron, ni marcher, ni l’homéopathie, ni rien. Je pense avoir tout essayé, sauf les médicaments,^^ Heureusement, pour les remontées acides, il y a le gaviscon.
Je ne suis pas clouée au lit tout le temps (parfois il y a de « meilleures journées » on va dire), mais cela m’a bien pourri la vie…ajoutons à cela un manque de liquide amniotique et un petit poids,…heureusement, maintenant tout va pour le mieux. Sauf les nausées quoi. Rester éternellement au stade du premier trimestre, c’est juste l’horreur.

Alors les gens qui trouvent que je ne suis « pas épanouie dis donc » et qui m’entourent de plein de « aloooors? ça passe les nausées? c’est pas étrange non?? » je dois avouer qu’à partir du 5ième mois, il ne fallait plus m’en parler, sinon je mordais!^^Et qu’on ne me parle de psychologie (c’est ce qu’on avait dit à ma mère « en fait, vous ne voulez pas vraiment de cet enfant, c’est pour ça que vous vomissez! »), parce que franchement, c’est juste n’importe quoi!

Je me console juste en me disant que du coup, je n’ai pas pris trop de poids (on trouve du réconfort où on peut hein^^) et que j’attends avec presque autant d’impatience la venue de mon fils que le premier matin où je n’aurais plus de nausées^^.
Je te souhaite bon courage en tout et beaucoup de patience. Il faut le vivre pour le comprendre vraiment je pense.

le 02/03/2015 à 11h32 | Répondre

Urbanie

Haha, ne m’en parle pas, je suis devenu HYPER SUSCEPTIBLE quand on me dit que j’ai pas l’air épanouie ou que c’est psychologique. Limite je mordrais aussi!

Le premier trimestre s’est achevé, j’avoue que j’essaie de garder l’espoir que les nausées et vomissements s’arrêtent définitivement (même si c’est pas encore ça, mais ça s’est quand même bien calmé).

le 02/03/2015 à 19h55 | Répondre

Croco

Faut pas dire des choses comme ça, ça fait peur à celles qui n’en sont qu’au début ! Pas d’hyperémèse pour moi, mais des nausées à n’importe quel moment du jour et de la nuit depuis plus d’un mois. En fait, j’ai l’impression d’avoir le mal de mer en permanence. Dès que j’ai l’estomac vide, je suis malade (je ne vomis pas forcément, mais j’ai des nausées tellement violente que j’ai même réussi à me bloquer le dos un matin). Me nourrir est devenu un enfer : presque rien ne me fait envie, un verre d’eau peut me rendre malade, ce qui passe un jour ne passe plus le lendemain… J’ai testé le gingembre, le citron, la menthe, rien ne semble efficace. Mon médecin m’a prescris du Primperan, pendant 2 jours j’ai cru que ça marchait, mais depuis hier c’est reparti… Au boulot, je me sens mal à l’aise vis à vis de mes collègues (même si personne n’a rien deviné pour le moment, seul mon supérieur est au courant, et encore, par hasard, mais au final je suis soulagée qu’il sache).
pour le moment, ce qui passe bien ce sont les avocats en les oranges, mais ça ne suffit pas à nourrir alors je me force à manger d’autre choses. Le seul point positif, c’est que j’arrive à peu près à maintenir mon poids (avec des variation jusqu’à 500g d’un jour à l’autre, mais toujours entre 55,5 et 56.5). Je me dis que j’ai de la chance, au moins je ne devrais pas me faire hospitaliser…

le 03/03/2015 à 13h38 | Répondre

Madame D

N’ayant pas connue les nausées (ni rien d’autre en fait (oui vous pouvez me pourrir)), je ne me permettrais pas de juger.

Par contre je rebondis sur la remarque de ton médecin pour le côté « c’est psychologique ». Personnellement je crois qu’effectivement dans beaucoup de cas c’est vrai. Par contre je trouve ça lamentable d’en faire la remarque !!
Avant d’être enceinte je suis parti du principe que non je n’aurais pas de nausées car ma mère n’en a pas eu. Et ce malgré les histoires épouvantable de mes copines. Je préférais rester positive. Est-ce que c’est pour ça que je n’ai pas été malade ? Je suppose que je le saurais avec mes futures grossesses.

Ma fille à 14 mois et il y a 2 semaines, alors que son papa avait pris une semaine pour la garder, elle a eu beaucoup de fièvre et c’est mise à tousser. J’ai tout de suite flippé (premier enfant oblige …) et appeler le médecin. Comme mon compagnon ne travaillait pas je lui ai demandé de l’emmener. Sauf que monsieur à une peur pathologique des médecins … il m’a donc supplié d’y aller moi ! J’ai donc décalé le rdv à un horaire plus convenable le lendemain matin. Et voilà que je tombe malade. Fièvre, nausée … la journée est horrible tellement je suis mal ! Je profite donc du médecin pour ma fille pour moi aussi et je suis arrêté 2 jours.
Quelques heures plus tard je vais beaucoup mieux. Mon copain c’est foutu de moi en me disant que c’était dans ma tête et que j’avais fait semblant pour être arrêté et pas aller bosser. Je ne vous raconte même pas comment je l’ai pourri pendant les 2 jours. Non mais vraiment !!! Est-ce que j’ai que ça à faire de faire semblant ??? Et puis au bout de quelques jours j’ai compris qu’il n’avait pas complètement tort. En fait, devant sa réaction de ne pas vouloir emmener la petite chez le médecin j’ai paniqué de lui laisser MA (oui elle est à moi !) fille alors qu’elle était malade. Et je me suis rendu malade inconsciemment pour m’en occuper !
Du coup avec tout ça j’ai dû faire (vraiment) semblant d’être mal au boulot pour ne pas avoir l’air de m’être pris des vacances !

Bref tout ça pour dire que même si je pense qu’effectivement le psychologique joue beaucoup, ce genre de remarque est à bannir. Ça n’aide personne ! Et puis tout n’est pas psychologique ! On est aussi réellement malade.

Bon courage en tout cas a toutes celles qui passent pas ses affreuses nausées de grossesse (forte ou pas d’ailleurs) et je croise les doigts pour ne jamais savoir ce que ça fait !

(PS : Même si j’ai eu une grossesse « comme dans les magazines », j’ai quand même eu peur pour mon bébé à un moment, alors ne me détestez pas trop ;-))

le 02/03/2015 à 15h41 | Répondre

Chat-mille (voir son site)

Ma mère n’a pas eu la moindre nausée pendant ses trois grossesses, je partais du principe que je n’en aurais pas… Et les miennes ont été épouvantables ! Ma mère a accouché une semaine en retard et y a passé deux jours à chaque fois, j’ai accouché une semaine en avance et en 12h de contractions, c’était plié 🙂 Alors le côté psy, je ne le nie pas, mais à mon avis ça vient en tout dernier dans la liste des raisons pour les maux de grossesse 😉

le 02/03/2015 à 18h35 | Répondre

Urbanie

Oh, tu as le droit d’avoir eu une grossesse de rêves, et à la limite j’ai envie de dire: tant mieux! Ce serait déprimant si on devait toutes en baver! 🙂

Sur le psychologique, j’avoue que j’ai beau être très axée sur le bien être personnel, je vais voir un psy dés que j’en ressens le besoin… autant là je ne doute pas une seconde que ça n’a rien à voir. D’ailleurs je continue de voir « quelqu’un » dans le cadre de mon suivi suite à la mort de ma fille, et on ne parle jamais de mes nausées comme étant quelque chose qui pourrait avoir une origine psychologique.

Je pense bêtement que certains corps supportent moins bien la grossesse que d’autres. Mais en effet, n’excluons pas le fait que chez certains femmes, les nausées peuvent avoir une origine psychosomatique. Comme pour tout en matière de santé, d’ailleurs!

Moi ce qui m’embête le plus, dans le fond, c’est qu’on réduise chaque maux de grossesse à mon deuil périnatal. Par exemple, j’ai eu une infection du rein, et mon médecin m’a arrêtée parce que « vous êtes nerveuse, c’est vrai ». NON. J’ai failli lui dire que non, vous m’arrêtez parce que j’ai une infection du rein, tout bêtement. J’en ai eu une sans être enceinte et j’avais été arrêtée 3 semaines. Rien à voir avec une « angoisse » liée à un deuil périnatal!

Et il y’a aussi ce léger côté culpabilisant qui est un chouia déplacé… ça j’avoue que ça m’énerve!

le 02/03/2015 à 20h01 | Répondre

pitch

Je te rejoins pour le côté psychologique même s’il n’y a pas que ca. Ma mère est tombé enceinte très jeune et a fait une fausse couche car elle était très stressée de cet enfant hors mariage, puis est retombé enceinte juste après par accident (la pilule n’était qu’à ses balbutiements à l’époque) et elle a passé les 5 premiers mois à vomir. Elle a acouché en faisant son poids normal… puis pour ma soeur et moi elle n’a pas eu une seule nausée. Et ma soeur n’a eu aucune nausé pour son premier qu’elle attendait impatiemment mais a été malade (un peu) pour le deuxième car elle venait de se faire licencier… on dira ce qu’on veut mais ca n’est pas toujours que des coincidences même si je reconnais qu’il y aussi une part de reaction physique de notre corps à la grossesse propre à chaque individu et chaque grossesse.

le 03/03/2015 à 09h38 | Répondre

Maelisa

Je suis très heureuse pour toi, d’apprendre ta grossesse =) Et te souhaite beaucoup de bonheur à venir !

Pour les nausées, j’en ai qui durent, sans que ce soit aussi handicapant. Pour moi, c’était plutôt vomissement au réveil, puis plus du tout; mais avec des haut-le-coeur, des écoeurements fréquents, des dégoûts, des odeurs déplaisantes… Donc je vomissais peu, mais mangeais peu… Et mon gentil mari allait manger son fromage sous la hotte de la cuisine !!

Sinon, ce qui a marché pour moi, c’est ce fameux somnifère contre les nausées dont tu parles. Mon médecin traitant me l’a prescrit dès que je lui ai parlé de mes nausées, et plus de vomissements, et bcp moins de désagréments.
Je l’ai pris pendant plus de deux mois… Avant d’essayer l’acupuncture.
C’est une SF formée qui me le pratique. Et moi qui suis très réceptive à la relaxation, ça fonctionne bien. Mais il m’arrive d’avoir un pique de moins bien, alors je retourne parfois la voir (notamment après pas mal de transport…)

Bref, ce qui est compliqué, c’est que ça dépend pour chaque femme ^^

le 02/03/2015 à 16h04 | Répondre

Urbanie

Merci! 🙂

Oui, ce fameux médicament m’a pas mal soulagée, même si ça n’a pas tout arrangé non plus!

Et il va vraiment falloir que je teste l’acupuncture! 🙂

le 02/03/2015 à 20h02 | Répondre

Adeline

Félicitations pour ta grossesse ! Pour les nausees, je compatis et je me demande comment tu fais ainsi que toutes celles qui en souffrent pour tenir. J’en ai eu un peu, mais pas tous les jours et plus par moment, des dégoûts, des hauts le cœur, rarement des vomissements. Et le peu que j’ai eu pour l’instant me suffit amplement. Déjà avec la fatigue je me sens complètement hs et j’ai du mal alors j’ose même pas imaginer si j’avais constamment des nausees. Surtout la difficulté de gérer tous ses ressentis au travail. Je te souhaite d’aller mieux rapidement si ce n’est pas encore le cas et d’avoir une grossesse plus sereine pour la suite.

le 02/03/2015 à 17h26 | Répondre

Urbanie

Merci!

En fait j’ai du être arrêtée, impossible de poursuivre le travail dans cet état. Et c’est clair que cumulé à la fatigue c’est… épuisant moralement! Je tiens comme je peux, en comptant parfois les jours!

le 02/03/2015 à 20h03 | Répondre

Élodie

je n’ai pas tout lu mais moi pour mes légères nausées pour ma grossesse, je mangeai tjs un gâteau sec assise dans mon lit. ensuite je pouvais mener une vie presque normale. mais si par malheur j’oubliais ou pire si je me recouchais après avoir mangé, alors la je pouvais rester coucher toute la journée tellement j’étais mal.

le 02/03/2015 à 21h19 | Répondre

Sophie

Félicitations!

Personnellement, mes 3 grossesses ont été extrêmement différentes.
Ma première a été d’une simplicité, d’une facilté géniale, j’étais heureuse, épanouie (le fameux bonheur de la femme enceinte? c’était moi! ^^)
Tellement finger in ze nose, mon petit était tellement adorable… que j’ai eu envie du 2e très vite. 6 mois après, j’étais enceinte de mon 2e.

Et là, heu? comment dire?
Il a fait sentir sa présence très vite. A 10 SA précisément, lors d’un monitoring. Je sentais bien des bulles, mais je pensais que c’étaient des gaz. Non, c’était bien lui. La SF pose le monitoriing sur mon bidon déjà arrondi, j’entends de grandes interférences en même temps que mes bulles qui éclatent.
« ah bah votre bébé est remuant », qu’elle me dit… c’était lui, ces petites bulles…
Pendant 6 mois, il m’a pourri les côtes, et la vessie avec ses pieds, ses fesses, en me donnant des coups. Ca fait HYPER mal. Mon ventre se déformait SANS CESSE, on se croirait dans un film d’horreur.
Bon, soit, au moins, j’étais rassurée: il allait bien.
Et puis, un jour, impossible de me lever du canapé. Sciatique. Le genre de sciatique, où j’avais mal que je sois assise, debout, en train de marcher ou en train de dormir. A la fin, je ne me déplaçais plus à cause de la douleur.
Douleur qui s’est évanouie au moment de l’accoouchement. J’avais tellement mal, que oui je regrettais d’avoir mis mon bébé en route.
Mon deuxième fils est, 5 ans plus tard, surnommé le tsunami, ou l’ouragan. Toujours la pêche, toujours en train de courir, de sauter.

Ma 3e grossesse.
J’ai su que j’étais enceinte avant même d’avoir fait un test: je vomissais dès que je sentais mon café chaud dans la tasse. (c’était un des signes de ma maman, ça a fait tilt de suite chez moi 😉 )
J’ai attendu la fin du 1er trimestre. -6 kg au compteur, un ventre déjà bien bien rond. Et même l’eau c’était un supplice. Je pensais que mon calvaire avait assez duré; il n’a fait qu’empirer. Il n’y a qu’une chose qui m’a sauvé de l’hospitalisation: les boissons hyperprotidiques à la vanille. Gorgée, par gorgée. Histoire d’avoir un truc dans le ventre.
Les nausées, et les vomissements se sont arrétés une semaine avant que j’accouche. J’ai eu une seule semaine de répit, où j’ai pu enfin profiter de ma dernière grossesse…et j’ai accouché en avance sans aucune raison. Je n’ai pas essayé l’acupuncture, il n’y en a pas par chez moi, mais j’en ai entendu beaucoup de bien. A tester donc!

bon courage pour la suite!

le 02/03/2015 à 21h34 | Répondre

Sophie

*SG pas SA ^^

le 02/03/2015 à 21h34 | Répondre

Flo

Merci ! Oui merci pour cet article qui me redonne un peu de motivation du fond de mon lit… Mon mari ne comprend pas, personne ne comprend même moi je ne comprends pas pourquoi « petit haricot » me rend si mal. Plus d’eau, plus de viande, juste du pain sec et un tout petit peu de « seven up » au citron. Ce goût atroce dans la bouche… Bref c’est pas marrant et ça n’a rien avoir avec le fait d’être heureuse d’être enceinte. Bon courage à vous toutes et prions pour que ça ne dure pas toute la grossesse

le 20/12/2015 à 11h53 | Répondre

Urbanie

Tiens, ça me fait rigoler que tu parles de Seven Up au citron, j’ai finis ma grossesse au Schweppes Agrum’! 😉
Je compatis, j’espère sincèrement que tu vas aller mieux. On peut aimer être enceinte mais souffrir malgré tout. Bon courage à toi!

le 24/01/2016 à 22h08 | Répondre

damiline

Bonjour et merci beaucoup pour cet article!

Mamange d’une petite fille née sans vie à 6 mois de grossesse en 2014 pour cause de rciu, j’avais déjà goûté aux « petits maux » de la grossesse.

Après beaucoup d’efforts pour reprendre ma vie en main, et avec tout l’amour qui nous unit avec mon compagnon, nous décidons de refaire un enfant.

Et là depuis début février c’est un festival! Non pas de joie mais de nausées et vomissements. J’ai été hospitalisée 5 jours et ils m’ont fait sortir dès que possible.

A ce jour, manger reste compliqué de même que boire. Je vomis encore par moment et je suis constamment épuisée. Heureusement que mon chéri est là pour s’occuper de moi!

Je déprime. Je regrette par moment cette nouvelle grossesse. Je me sens inutile, incapable. Bref le moral n’y est pas. Mais lire cet article m’a fait du bien alors merci encore.

le 12/03/2016 à 01h26 | Répondre

Sab

Merci pour cet article dans lequel je me suis reconnue. C’est terrible de ne pas pouvoir être juste super heureuse d’attendre un bébé. C’est notre prix à payer. Pour ma part j’ai remarqué que les chewgums menthe forte m’aident à calmer la nausée, pour celles qui ne peuvent être arrêté ca m’a sauvé la vie au boulot. Et puis je suis déjà tellement ballonee qu’on ne voit plus la diffetence, je suis à 6 semaines qu’on dirait 6 mois ! Bon courage à nous toutes !

le 06/04/2016 à 09h08 | Répondre

Del

Merci pour cet article !
Non la grossesse n’est pas « un long fleuve tranquille » pour toutes les mamans ! Malheureusement.
Pour ma première grossesse, j’ai vomis tous les jours jusqu’à l’accouchement… Résultat : -7 kg. Si bien qu’à 6 mois, on me demandait parfois si j’étais enceinte ou si j’avais pris un peu de ventre !
Une mine affreuse, les joues creusées, le teint terne, fatiguée, déprimée… bref, un réel plaisir !
J’ai moi aussi tout essayé et mon médecin aussi (Prinpéran, Motilium, Donpéridone, gaviscon…) sans aucun résultat !
Mon fils est né prématurément et c’est uniquement après la naissance que se sont arrêtés les vomissements et aigreurs en tout genre !
Mon meilleur souvenir de la maternité (où nous sommes restés 15 jours en néonat) : le délicieux petit déjeuner auquel j’ai eu droit après mon accouchement :-))))
Enceinte du deuxième (après 5 ans d’hésitation!), pleine d’espoir de vivre une grossesse « idyllique »…. malheureusement, il semble que ça ne s’annonce pas ainsi ! 🙁
Bon courage à toutes ! ça ne dure pas… plus de 9 mois 🙂

le 08/08/2016 à 10h32 | Répondre

Idou

Slt
Je tiens aussi à partager ma petite expérience avec vous … Ben voilà je suis mariée depuis trois mois et enceinte de 8 semaines .. Je vous cache pas c’étais pas si agréable paske j’ai souffert dés les premières semaines de ma grossesse ( j’ai un fibrome de 10cm ) ma gynico m’a strictement interdit de faire le moindre effort et elle m’a prescris un traitement de spasfon et d’Utragestan pendant 3mois .. À part ça je vis un vrai calvaire avec les nausées qui s’arrêtent plus toute la journée en plus des vomissement deux ou trois fois par jour je mange presque plus mais ça ne fait qu’aggraver mon cas, l’eau je suis obligée de boire une gorgée pour avaler le médicament …. Pour ce qui est du Moral vous pouvez imaginer surtout que mon mari n’est pas avec moi 🙁 …. J’ai tellement peur que ça dure les 9 mois comme certaines disent .

le 04/11/2016 à 19h12 | Répondre

Zirgou

Bonjour,
Je ne suis pas une adepte des blogs et encore moins des commentaires qui suivent bien souvent un article, mais là je ne peux résister à l’envie de vous répondre et de vous dire « merci ! » pour votre récit !
Je me reconnais totalement dans votre histoire. Déjà deux mois que je souffre, dont un mois d’arrêt de travail ( je doute d’ailleurs pouvoir reprendre prochainement tellement je suis épuisée). Je viens de rentrer dans le quatrième mois mais les nausées continuent (encore deux vomitos avant 7h30 ce matin…).
Je pourrais reprendre chaque point que vous avez évoqué et me l’approprier tellement votre histoire m’est familière :
– points négatifs ou tentatives infructueuses : déprime, solitude, incompréhension… Acupuncture, homéopathie…
– essais concluants : citron sur tout (une semaine), jus de fruits (alors qu’en temps normal je n’aime pas ça), somnifères (pour calmer les nausées la nuit et dormir !)… Rester au lit et ne rien faire, vraiment rien…
Bref, pas besoin l’épiloguer, votre chronique me touche beaucoup, je me sens moins seule !
Merci !

le 14/12/2016 à 11h03 | Répondre

krikri

bonjour, j’ai vécu ça pour mes 2 grossesses pendant 6 mois, il y a quelque tant alors que je parlais de ça avec une naturopathe, elle m’a dit que le placenta était a 9 de ph et qu’il puisait tout ça a la maman bien sur! et donc il est indispensable d’apporter a notre organisme des aliments basifiant a savoir : les fruits bien murs et les légumes et le produit miracle serai le lithotame ça se trouve dans toute les boutiques bio.

le 07/01/2017 à 14h24 | Répondre

Solene

Oh mon dieu.

Larmes de joie et soulagement!!!
J’arrive 2 ans après la guerre, mais cet article est en train de  »sauver » ce début de grossesse chaotique.

Après 2 ans en PMA et de multiples échecs etc. … Il était évident que, quand enfin il resterait, ce petit être tant attendu, tout serait merveilleux, magiques, beau ….
Et bien non! Je meurs de faim, je ne dors plus et je suis en arrêt maladie à à peine 4 mois de grossesse. Pas du tout ce que j’avais prévu. La dernière fois que j’ai fais un vrai repas en entier sans vomir, c’était le 3 janvier et nous sommes le 13 Mars… :'(
Chéri dépérit de me voir dépérir et pourtant on aime déjà très fort ce petit être qui pousse en moi.
Mais alors bonjour la culpabilité quand les fameux  »gens » te disent  »ben dis donc t’as pas l’air contente »  » la grossesse ne te réussi pas »  » T’es enceinte ça ne peut qu’aller » … Etc.

Alors juste merci de cet article qui me remet le moral en place. Je sais maintenant que je fais au mieux là où je pensais échouer..

PS : twix et kiri très demandé ici aussi pendant quelques jours. :))

le 13/03/2017 à 14h52 | Répondre

Maarion

Cet article me fait beaucoup de bien même s’il ne me rassure pas, j’ai atteint toute contente les 14 SA avant-hier et je n’attends plus que la fin de ces foutues nausées qui ne s’arrêtent JAMAIS. J’en ai parlé à ma gynéco au début, elle m’a juste dit qu’en gros c’était la nature, donc je me suis forcée à garder un rythme normal même si j’avais de plus en plus de mal à manger : je tenais au boulot du lundi au mercredi, puis impossible de me lever les jeudi et vendredi, + des nausées de fou. Assez peu de vomissements par contre, bizarrement.
3 semaines à ce rythme + un vomito au bureau, j’ai fini par aller voir ma médecin traitante qui m’a arrêtée. C’était le 2 mars et je suis toujours arrêtée… Les nausées sont permanentes et vont en s’aggravant tout au long de la journée, elles s’aggravent quand je mange, quand je bois, quand je ne mange pas, quand je prends ma douche (l’eau chaude me dégoûte à un point… j’ai déjà du sortir de la douche en courant pour aller vomir…), quand je sens l’odeur du café et le pire de tout je ne supporte plus l’haleine de mon chéri, malgré des brossages de dents réguliers. C’est dur dur pour lui (dont je ne supporte plus l’odeur et qui en plus se farcit toutes les courses, le ménage, la préparation de mon petit dej au lit sans lequel mes nausées montent en puissance dès 9h du mat…).
J’ai testé aussi tout un tas de truc (y compris le fameux somnifère qui ne me soulage pas vraiment mais m’aide un peu à dormir, sachant que la fatigue fait démarrer les nausées plus tôt), l’acupuncture, l’homéopathie, le citron, la relaxation, le gingembre… LE seul qui retarde les grosses vagues c’est de rester allongée ! Le moindre déplacement ou station debout de plus de 10 minutes est suivie de hauts-le-coeur insupportables.
Ajoutons à ça une tension dans les chaussettes, et malgré mes vomissements assez rares (pas tous les jours quoi), -7kg sur la balance perdus entre le 10 février et le 15 mars… Depuis le poids baisse toujours mais plus lentement, ouf, et j’arrive un peu mieux à boire (1/4 de jus de pomme 3/4 d’eau, sur une idée de chéri qui m’a sauvé la vie et de la potentielle hospitalisation pour réhydratation.

Bref, à part vider mon sac, je voulais rebondir sur 2 choses :
– le sentiment de culpabilité. Bon je ne me sens pas (trop) coupable vis-à-vis de chéri même si je me repose entièrement sur lui et que je lui dit qu’il pue, voire que je cours au toilette quand il me fait des bisous (ça et toutes les stratégies ultra discrètes pour éviter de lui parler en face ou de sentir son haleine). Par contre je me sens coupable de ne pas réussir à « prendre sur moi ». C’est ma première grossesse, mais je me demande comment je vais gérer la suite, si je vais pouvoir supporter un accouchement physiologique sans péridurale comme j’en rêve, si je ne vais pas « céder » comme j’ai parfois l’impression de le faire pour mes nausées. Est-ce qu’en me forçant j’aurais pu gérer mieux ? Quand je vois que certaines d’entre vous continuent de gérer le boulot et/ou un premier petit bout, j’ai l’impression d’être une sacrée fiotte… ça m’inquiète un peu pour la suite et pour l’accouchement du coup…

La deuxième chose c’est le rapport au corps et à la nourriture. Je ne cherche pas à psychologiser trop, mais je suis en surpoids assez important, d’où le fait que les 8 kg perdus, il y a une partie de moi qui est contente de les avoir perdus… C’est assez particulier. Bon je me sens tellement mal que je ne pense pas qu’inconsciemment j’ai « envie » d’avoir des nausées pour perdre du poids, ne serait-ce que pour avoir des points d’avance pour les kg à prendre par la suite, mais en tout cas ça m’a beaucoup interrogée au début.
Et puis c’est très perturbant ce rapport nouveau à la nourriture qui, s’il n’était pas totalement serein, a quand même toujours été basé pour moi sur le plaisir (de cuisiner, de partager, de manger…) et là c’est le dégoût total, au mieux il y a des aliments qui passent (merci à l’inventeur du kiri) mais ne m’apportent aucun plaisir… C’est très étrange. Du coup j’essaie de « profiter » de ces nausées pour repenser mes sensations alimentaires, pour écouter VRAIMENT mon corps (j’ai pas trop le choix), pour assumer mes choix (dire non à certains aliments, ne pas finir mon assiette même s’il reste pas grand chose…). C’est nouveau pour moi mais j’essaie de tirer le positif de mon état (même si j’ai trop hâââââte que ça se termine !!).

Et puis je crois que ça m’apprend aussi que je ne peux pas tout maîtriser, que même si je suis bio-local-de saison et que je ne fais mes courses qu’à biocoop et au marché, là je mange du kiri et du jambon sous vide, des concombres pas de saison du tout et qu’apprendre à ne pas rester braquée sur mes principes c’est bien aussi ! Au début j’essayais de concilier biocoop et mes dégoûts et nausées mais c’était trop dur, quand j’ai admis que j’avais envie de concombre (un des 4 aliments qui passent, c’est pas rien), ça m’a changé la vie.

Bref, j’essaie d’avancer dans ma tête « grâce » à tout ça, et le moral est quand même bien meilleur qu’au début quand je pleurais un jour sur deux de désespoir face à un chéri bien démuni. Au moins, qu’il dit, « t’es toujours malade, mais on peut refaire des blagues ! »

Bon courage à toutes celles qui sont encore dedans en tout cas !

le 05/04/2017 à 12h18 | Répondre

elise

Merci pour ce témoignage. Je suis en plein dedans et en pleine déprime… L’impression que ça ne va jamais s’arrêter et que tout le monde essaie de minimiser ou de mettre ça sur le dos du « psychologique » comme tu dis. es deux premières grossesses se sont bien déroulées, j’ai eu quelques nausées mais vraiment rien en fait. La dernière s’est interrompue au bout de 3 mois. Etc elle-ci me fait passer par tous les stades. Je n’en suis qu’à 10 SA mais cela fait 15 jours que je souffre d’hyperémèse gravidique et j’ai du al à entrevoir le but du tunnel. On m’a prescrit du primperan, qui m’a permis de garder quelques repas, sans pour autant arrêter les nausées puis on me dit que c’est pas terrible comme médicament et qu’il faudrait réduire… Alors voilà que je repasse de 3 vomissements par jours à 5 ou 6 voire plus. Je suis épuisée, à bout de nerf, j’envoie mon chéri balader sans arrêt et je ne m’occupe pas de mes enfants correctement. Parfois j’en viens à souhaiter être hospitalisée pour me mettre en retrait et me laisser un peu porter. Mais j’ai l’impression que les médecins ne prennent pas vraiment ça au sérieu… tant que mes analyses vont bien, pourquoi s’alarmer ? désolée pour ce commentaire  » Caliméro » mais ça fait du bien de sortir tout ça… Bon courage à toutes

le 03/06/2017 à 18h14 | Répondre

Sausalito

Hello les filles,
Je suis enceinte de bébé 2 et je suis dans le même état que ce que tu décris dans ton post. Dans le fond je ne suis pas très étonnée ma 1ère grossesse m’avait mis dans le même état, je pensais juste qu’avec moins de pression (j’ai attendu 8 ans pour avoir mon 1er enfant) ma 2ème grossesse me permettrait un premier trimestre plus clément. Ce n’est pas le cas: je suis clouée au lit avec une nausée atroce et je vomis au moins 2 fois par jour mes repas ou ma bille. Me doucher est un calvaire parce que je ne supporte pas l’odeur des produits d’hygiène beauté. Je me suis équipee comme pour ma 1ère grossesse de déo, lessive sans odeur et j’utilise le liquide pour nettoyer les biberons de mon fils (qui a une odeur très neutre) pour me laver les mains. Inutile de préciser que m’occuper de mon bébé de moins d’un an est devenu impossible et cela me frustre. Mes nuits je les passe à ne pas dormir et à pleurer tant j’ai envie de vomir. le somnifère évoqué ne fonctionne pas sur moi car il me donne des tremblements et donc encore plus de nausées. Les vogalène et autres antinauséeux n’ont aucun effet. Et le pire c’est effectivement l’entourage qui soit n’a jamais eu la moindre nausée et du coup ne comprend pas à quel point cette situation est dure à vivre soit (et peut être le pire) qui a déjà eu de légères nausées ponctuelles et qui pensent que vous êtes chochottes d’en faire tout un plat parce que ce n’est pas si invalidant que ça!!! Je suis 10 SA et le seul truc qui me fait tenir c’est de me rapeller que le 4ème mois sonne la fin de ces nausées, me concernant c’est plutôt entre le milieu et la fin du 4ème mois (à partir de 3 mois et demi on va dire que ça devient moins extrême). Voilà, pour moi qui me sent tellement incomprise, décrire un peu mon experience là où me comprend est salvateur et m’apaise un peu.

le 05/06/2017 à 15h37 | Répondre

rafety

Bonjour à toutes ! bien que l’article ai été publié en mars 2015 et que nous sommes en aout 2017 l’hyperémèse est intemporel et le sujet mérite d’être traiter jusqu’à ce qu’il soit examiné à la loupe par le corps médical . Je suis ce qu’on appelle une maman hg et je suis actuellement enceinte de mon deuxième et je revis le grand huit une troisième fois comme beaucoup d’entres nous. En ce moment le remède qui marche c’est le primpéran en suppositoire 3 fois par jours , et j’ai aussi fais une séance d’osthéo qui a aidé mais au bout de 10 jours. Beaucoup de courage et j’envois un max de bonnes ondes pour toutes les mamans hg et merci pour cet article très très utile

laety

le 09/08/2017 à 18h08 | Répondre

N

Merci pour votre témoignage! Je me sentais si seule à vivre ça, mon compagnon ne comprends absolument rien de ce que je vis, me demande même de faire des efforts!
J’ai vécu ça a ma première grossesse, ça a duré les 4 premiers mois, c’était interminable! Impossible de m’arrêter, j’étais en dernière année pour avoir mon diplôme d’infirmière, et il me fallait absolument ce diplome pr pouvoir travailler quand bb serait la.
Aujourd’hui 2 ème bébé en route, et rebelotte. .. la je suis arrêtée, mais j’ai ma fille avec moi qui a du mal à comprendre pourquoi maman est tjs allongée, prquoi maman est malade (vomissements ) et ne guéri pas… et le papa qui ne comprends rien, chez qui il faut pleurnicher tous les jours pour avoir de l’aide. .. c’est pour tout ça, merci merci de votre témoignage, vous pouvez pas savoir comme ça m’aide de vous lire!

le 18/08/2017 à 09h16 | Répondre

Myriam

Merci beaucoup pour ce post déculpabilisant et réconfortant dans lequel je me suis reconnue à100%. Hâte que ça se termine !

le 21/11/2017 à 06h10 | Répondre

Claire

Bonjour à toutes et merci pour vos commentaires, je me sens tellement moins seule et incomprise ici !! 14SA actuellement, ma sage-femme m’avait dit « tenez bon à 12SA ça va s’arranger »… pas de mieux à l’horizon pour le moment :/ mon mari me soutient à fond, j’ai eu « droit » à un mois d’arrêt pour tension basse et perte de poids, mais psychologiquement c’est tellement dur, avec un premier enfant à gérer en plus de ces satanées nausées et vomissement (je tiens bon, je continue de manger autant que je peux pour éviter la case hôpital !! de toutes façons je vomis ventre vide ou plein, alors…). Et les collègues de boulot qu’on a envie de frapper « ohlàlà moi je suis à 4 mois, pas une nausée, j’aurais voulu en avoir parce que je me sentais pas enceinte »…

Niveau « trucs et astuces » j’ai testé à peu près tout ce qui est cité ici et pas grand chose n’a fonctionné pour moi, par contre les chewing-gum citron me sauvent régulièrement (ça ne m’évite pas de vomir, par contre ça me permet de retarder le moment fatidique si besoin – pratique dans le métro ou le TER…). Ah et aussi régulièrement un grand verre d’eau glacé, j’ai l’impression pour ma part que l’eau bien froide ça m’anesthésie en quelques sortes l’estomac et ça me donne 5 min de répit (oui, 5 précieuses minutes sans nausées, le grand luxe !!)

Je souhaite un courage énorme à toutes celles qui vivent ça parce qu’il en faut, vraiment, pour garder le moral. Faut se dire qu’on n’est pas seules et que les autres ont survécu, alors nous aussi ! 🙂

le 20/12/2017 à 21h55 | Répondre

Defosse (voir son site)

Bonjour les filles ,
Je pensais être la seule à vivre une grossesse comme celle que je suis entrain de vivre ! !justement je ne vis plus nausée sur nausée douleur entense à l’estomac et au sternum !!me.nourrir me dégoûte à un point car quand je mange j’ai toujours le goût amer des aliments qui reste dans ma bouche c’est horrible !!!se sentiment heureuse et malheureusement en même temps c’est dingue ! !Je suis à 7 semaine et je désespère car j’ai vécu cela a ma première grossesse et sa a durée 8 mois ! !J’ai tout essayer rien ne me fais du bien à part peut être la glace à l’eau sur le cou .
J’ai se fameux cachet qui m’aide à dormir cela me soulage un peu 😉!!sa reconforte de voir qu’on est pas seule à souffrir de ses maux de grossesse …

le 19/02/2018 à 10h02 | Répondre

Kalis

Bonjour
Je pense que pendant des années encore cette conversation va continuer et cest tres bien comme sa on se sent moins seule
Moi enceinte de bb5 trois premières grossesse idyllique bb4 nausée malade clouée au lit mais je ne pensais Pas subir pire !!
Et bien si !! Je suis à 9Sa et je suis ds le mal absolu ! La semaine dernière g été hospitalisée 5 jours car perdu 5 kg en deux semaines. Hypermerese gravidique Nausée constantes vomissements après manger et manger est un grand mots ! Tt me dégoûte je ne supporte plus aucune odeur ma propre odeur m insupporte et la case douche est un Calevaire le savon le dentifrice la crème tt me donne la nausée
L eau me rend malade ! Les jus de fruits j’ai essayé l eau citronnée sa ma rendu malade comme un chien
Je ne veux plus voir personne même mes enfants ! Heureusement que mon mari est la il me comprend il s occupe beaucoup de moi de la maison des enfants mais il commence à s essouffler je le sent
Je ne support pas qu’on me dise que c psychologique la personne je suis capable de faire une croix dessus et cest pas du tt mon tempérament je déprime j’en viens à regretter cette grossesse désirée c’est horrible !

le 08/05/2018 à 23h44 | Répondre

Marine

Bonjour à toutes,
Merci, cela fait un bien fou de savoir que nous ne sommes pas seules, hospitalisée la semaine dernière pour ça, je sors tout juste de l’hopital, mais malheureusement pas d’amélioration. Situation compliquée, surtout avec une grande devant qui demande beaucoup d’attention, moralement difficile d’etre allongée tout le temps, et se lever seulement pour vomir 7,8 fois / jour…
Courage à toutes!!!
Croisons les doigts que cela s’arrete rapidement!!!

le 12/05/2018 à 04h03 | Répondre

Clotilde

Merci à toi pour ton témoignage ! Difficile de trouver des informations sérieuses sur cette horrible période. Comme toi et les autres personnes qui témoignent, je suis heureuse d’être enceinte mais la violence interne ressentie est tellement forte. Comme toi je n’en suis pas à l’hospitalisation mais j’ai passé deux trois périodes d’alimentation dans ton genre, un repas Riz Avocat / un autre Vache qui rit Courgettes hahaha. J’ai cherché à faire mieux en termes d’alimentation mais en ai payé le prix (que tu connais 😉 ). Vivement la fin du premier trimestre (bientôt)… j’espère que cela ira mieux ensuite. Tu me redonnes de l’espoir ! 🙂

le 29/05/2018 à 20h20 | Répondre

Sausalito

Coucou les filles,
J’avais posté un message lors de ma grossesse il y a tout juste 1 an et je reviens aujourd’hui ( je dois sûrement être la seule à faire ça!) pour vous motiver les filles. Comme pour ma 1ère grosseSse, ma 2eme grossesse m’a offert un premier trimestre chaotique, et comme pour ma 1ère grosseSse les vomissements ont cessé lors du 4ème mois! Depuis j’ai accouche de ma petite princesse et tout ce que j’ai vécu est bien que de l’histoire ancienne. Alors soyez fortes, je sais que c’est tres dur début relativiser, je sais que dans ces moments là on aimerait ne plus être enceinte, mais ça passe, tout passe. Il n y a clairement pas de solutions miracles pour nous délivrer de ces symptômes atroces déprime, apathie, colère, faiblesse… juste attendre… et se sentir un peu comprise nous permet juste de nous sentir moins seule. Courage! 1000 pensées pour vous qui êtes de vraies wonder women!

le 30/05/2018 à 09h10 | Répondre

Noelie

Alors là je ne pensais pas que je d’autres femmes vivaient ce que je vis également. Bon sang j’ai le moral dans les chaussettes!
être enceinte ce n’est pas une maladie? Pour moi oui! J’ai l’impression d’attendre une guérison miracle qui n’arrivera jamais ou dans de nombreuses, nombreuses, nombreuses semaines. J’en peux plus!
Mais vous lire me donne du courage, même si je dois avouer que les postes énonçant des nausées pendant 9 mois me déprime encore plus!
Quand mon mari mange de la pastèque je le tuerais. Et l’odeur qu’il transporte sur lui après … à vomir tout simplement!
Et quand je rentre dans ma maison… il doit y avoir une bougie parfumée quelque part qui me donne envie de vomir. Mon mari ne la sent pas…
Je ne peux plus cuisiner, je ne peux plus faire les courses. Le frigo est vide et j’ai un fils a nourrir. Donc culpabilité +++. Je vais même parfois chez mes parents manger histoire de me dire qu’au moins il pourra manger équilibré.
En fait j’ai tant à dire!
Moi je prends même plus la peine d’aller au toilette, l’évier de ma cuisine fait l’affaire, donc à moi le ménage après!
la seule chose que je peux boire pour l’instant c’est du coca. Pendant 1 semaine c’était de l’eau au citron mais maintenant c’est plus possible! Je mange tout ce qui me fait envie et mon mari s’inquiète que je grossisse! Mais il a pas à s’inquiéter vu que je vomie la moitié de ce que je mange!

Et mes parents qui me demandent tous les jours si ça va, (contrairement à mon mari qui semble s’en foutre, pardonnez moi l’expression) et bien je leur répond que non.
le bonheur de la grossesse? Il est ou il est ou?

le 25/07/2018 à 16h41 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?