Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

J’ai consulté un psychothérapeute hypnothérapeute pendant ma grossesse


Publié le 11 janvier 2018 par Doupiou

Lors de mon entretien du quatrième mois avec ma nouvelle sage-femme, nous avons longuement évoqué mon état psychologique et les répercussions de mon précédent accouchement sur cette nouvelle grossesse. Je lui ai dis que la grossesse n’était pas un état de béatitude complète pour moi et que j’avais un sommeil très agité depuis le premier mois. Je fais des rêves affreux où il est presque systématiquement question de la mort d’un de mes enfants.

Bien sûr j’ai du mal à investir cette grossesse, aussi parce qu’il y a beaucoup d’interférences extérieures qui me prennent de l’énergie : vente de notre appartement et travaux, construction de notre maison qui commence difficilement, question autour du mode de garde de Barbouille et de l’école de PetitePerle, charge de travail conséquente… Bref, beaucoup de conditions réunies pour que mon niveau de stress soit proportionnel à ma fatigue.

Il faut savoir que l’entretien tombe au moment où j’ai eu une vraie journée de m*°=e. Vraiment. Du coup, lorsque ma sage-femme m’oriente pour parler de mon ressenti, les larmes me montent aux yeux et je me retiens de ne pas pleurer. Bien entendu elle remarque cela et me propose trois alternatives :

  • La psychothérapeute
  • Le psychothérapeute hypnothérapeute
  • La psychologue de l’hôpital où je suis suivie pour ma grossesse

Il est assez difficile d’obtenir un rendez-vous avec la psychologue de l’hôpital car elle est très demandée mais le point positif c’est qu’elle peut venir me voir après l’accouchement. Le psychothérapeute hypnothérapeute est très intéressant car grâce à l’hypnose, il peut mettre des choses « positives » dans mon inconscient et m’aider à faire la paix avec mon état. Sur les conseils de ma sage-femme, je décide de prendre rendez-vous.

Source : pexels

Avant d’y aller

Je ne suis jamais allée voir un psy de ma vie. Alors j’ai la trouille ! Vraiment. J’ai peur qu’il fasse remonter des choses que je n’ai pas envie de voir remonter, j’ai peur qu’il utilise l’hypnose pour me transformer en poule pour le restant de mes jours, j’ai peur de me dévoiler, j’ai peur de pleurer…

Bref, j’aborde ce rendez-vous pas très sereinement. Je suis pleine de préjugés et j’ai l’impression d’être presque cinglée. J’évite de trop en parler autour de moi et j’évoque un rendez-vous médical à ma maman quand je lui demande de garder PetitePerle pour l’après-midi.

Je me demande même pourquoi je me suis maquillée ce matin et pourquoi j’ai pris le temps de faire un joli smoky alors que je suis certaine que tout va couler en quelques minutes…

J’arrive donc avec cinq minutes d’avance au cabinet, complètement stressée.

Le déroulement de la séance

Le psy me met à l’aise et commence à me poser des questions de routine : travail, famille, hobbies… Puis il attaque le fond du problème : un sommeil perturbé, un accouchement difficile et une difficulté à investir cette grossesse.

Il m’explique les rudiments de l’hypnose en passant par l’hypnose térapeuthique mais aussi celle du spectacle.

Il me fait faire deux exercices en état de transe hypnotique pour vérifier si je suis réceptive. Certaines personnes ne le sont absolument pas ! Étant habituée à la sophrologie, je me découvre hyper réceptive à l’hypnose ! Le professionnel apaise ma crainte, je peux décider seule à tout moment de sortir de mon état hypnotique : je ne suis pas à la merci de mon hypnotiseur. Ce détail aura son importance pour la suite…

Il me demande ensuite de lui raconter deux souvenirs positifs et un négatif. Pour ce dernier, il me vient en détail l’enterrement de ma grand-mère dont j’étais très proche. Elle est décédée peu après la naissance de PetitePerle et elle me revient souvent en rêves pour me parler. Je fonds en larmes. Ok je pensais avoir fait la paix avec ça mais ce n’est manifestement pas le cas… Je reprends mes esprits doucement! Je me sens ridicule d’avoir pleuré ainsi devant un inconnu…

Après, il me fait allonger sur un fauteuil et me met remet en état de transe hypnotique. Et là clairement je ne suis pas dans le « truc ». Je n’arrive pas à me concentrer sur la voix du psy, je pense à beaucoup de choses sauf à la détente voulue.

Je manque d’exploser de rire quand il me demande de penser à la première chanson qui me passe par la tête car les paroles doivent me parler. La première chanson qui arrive c’est Despacito !

J’ouvre les yeux plusieurs fois sans que le psy s’en aperçoive. Je pense au mal de tête incroyable que j’ai depuis plusieurs jours, je pense que j’ai rendez-vous dans une heure chez le médecin et qu’il faut encore que je passe à la maison chercher des papiers pour les déposer à Mari Barbu.

Bref, je ne suis pas du tout disposée à me laisser hypnotiser ! Par contre je ressors avec une énergie incroyable ! J’ai l’impression d’avoir rechargé mes batteries à fond.

La séance se termine mais je suis déjà ailleurs. Le psy cale les prochains rendez-vous…

J’y retourne ?

J’ai rappelé le psy le lendemain pour lui dire que je souhaitais annuler mes rendez-vous et ne pas continuer cette méthode.

L’aspect financier m’a un peu bloqué mais aussi le fait que je ne me sentais pas vraiment à l’aise. Surtout que son approche est presque identique à de la sophrologie et que je sais faire toute seule !

Peut-être aurais-je dû continuer pour voir les effets sur le long terme. Mais je ne peux pas me forcer !

Et toi ? As-tu consulté quelqu’un pendant la grossesse ? Est-ce que tu connais l’hypnose thérapeutique ? Dis-nous tout !

 


Guide accouchement


Porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Commentaires

5   Commentaires Laisser un commentaire ?

Die Franzoesin (voir son site)

Je crois que je ne serais pas très réceptive non plus à cette méthode mais tu as bien fait d’essayer ! J’espère du coup que la sophrologie suffira à te soulager de tes angoisses.

le 11/01/2018 à 10h57 | Répondre

Inno

J’ai consulté la psy de la maternité pour ma première grossesse et jusqu’au 6 mois de ma fille. Ça a été d’un grand soutien et m’a aidée à destresser en revoyant mon ideal de mère parfaite à la baisse. Il y a plusieurs approches thérapeutiques chez les psys et parfois ça ne colle pas avec l’un mais avec un autre ça ira. Si on souhaite vraiment consulter il faut parfois essayer avec plusieurs psys avant de trouver celui qui nous conviendra.

le 11/01/2018 à 12h51 | Répondre

Mlle Mora

C’est super que tu aies essayé en tout cas, perso, je n’aurai pas osé, je ne crois pas être très réceptive à l’hypnose, mais sait-on jamais…
Peut-être que tu as plus besoin de parler et d’extérioriser tes angoisses. La sophrologie doit déjà pas mal t’aider !

le 11/01/2018 à 12h58 | Répondre

Claire (voir son site)

Je ne m’attendais pas du tout à cette fin !!
Mais si tu ne le sens pas ce n’est pas la peine de continuer.
Pour ma part, j’ai fait des séances d’hypnose ericksonienne avant d’arrêter la pilule. Ces 3 séances m’ont fait énormément de bien. Je suis beaucoup plus sereine depuis. Mais c’était le bon moment, le bon thérapeute.

le 11/01/2018 à 14h58 | Répondre

Emilie

J’ai consulté avant pour être au clair avec moi-même par rapport à une première grossesse qui avait tourné court.
Une fois mes peurs dépassées je suis tombée enceinte et j’ai continué à voir ma psy tout au long de ma grossesse. J’avais besoin de cet accompagnement pour éloigner mes angoisses de fausse-couche puis lorsqu’une anomalie cérébrale a été diagnostiquée sur le bébé lors de la 2ème écho. Elle a été d’un soutien remarquable.
J’ai continué à la voir après la naissance pour panser les plaies d’un accouchement abominable. Puis aux 9 mois de mon fils, rassurée sur mes « compétences » maternelles je n’ai plus ressenti le besoin de consulter.
Vers ses 2 ans 1/2 j’ai rencontré des difficultés par rapport à son alimentation. Sans hésiter j’ai de nouveau sollicité une consultation. Nous nous sommes vues quelques mois et les choses sont rentrées dans l’ordre.
Si j’en ressentais de nouveau le besoin je la contacterais sans hésiter.
Il faut selon son feeling et son ressenti.

le 11/01/2018 à 20h43 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?