Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Je suis née pour être maman


Publié le 9 août 2018 par Camomille

6h40. Gustave se réveille. Des fois on a de la chance, il fait une grasse matinée jusqu’à 7h30 et on peut se payer le luxe de se préparer entre adulte et donc rapidement. Mais aujourd’hui non. Je vais avoir un grand bébé (15 mois) collé en permanence à mes basques.

7h40. Arrivée d’Alphonse et Ernestine. Je suis déjà à la bourre : je suis censée partir à 7h45. Mais mes deux grands ne veulent que maman pour préparer leur biberon, les habiller… je cède. Je suis maintenant franchement en retard.

17h45. Je récupère Gustave et Ernestine à la crèche. Gustave hurle dès que je le pose par terre. Pourtant, il le faut bien pour mettre les chaussures d’Ernestine. Cette dernière hurle également. Elle ne veut pas enlever ses chaussons. Je me fâche et les lui enlève de force. Elle hurle de plus belle. Elle voulait enlever ses chaussons toute seule. Je ferme les yeux et respire. La soirée ne fait que commencer.

18h. Nous retrouvons Alphonse. Il essaye de faire un bisou à Ernestine. Elle hurle. Un câlin à Gustave, il hurle. Lui, ça le fait rire, alors il insiste. Et puis il fait le geste de trop. Un peu trop brusque. Ou ses cadets sont un peu trop lestes. Il se cogne. Ou il tombe. Alors lui aussi pleure à chaudes larmes. Il est vexé. C’est dur de comprendre ses limites, surtout quand elles sont différentes de celles des copains.

18h30. Un bon bain chaud pour calmer tout le monde. Mais les 3 ensemble ne font pas toujours bon ménage. Qui a mis de l’eau dans les yeux de Gustave ?!

18h45. J’ai 3 gnomes tout nus (dont un qui est loin d’être propre) très récalcitrants à l’idée de se mettre en pyjama. La chasse commence.

19h. 20 minutes de tablette pour Alphonse et Ernestine. Je souffle. ça m’embête de transformer ça en habitude, mais Caillou ne peut pas leur faire beaucoup de mal, et il me fait beaucoup de bien à moi. Je peux faire la vaisselle du matin, lancer la lessive et préparer le repas. Je ne vais pas m’en priver !

19h15. Papa à la rescousse ! Que je suis heureuse de voir mon mari rentrer !

19h30. A table ! « Je suis trop fatigué pour manger moi » Non, mon chéri, ce n’est pas parce que le menu ne te plaît pas que tu es tout d’un coup épuisé. « Je veux manger avec mes doudous » Non plus. « Je peux manger que du reblochon et du chocolat ??? » Au moins, Gustave mange bien. Ah non. Ce soir, lui est vraiment trop fatigué et c’est très compliqué.

20h. Gustave au dodo. Plus que 2 !

20h05. Brossage des dents, petit pipi, grosse histoire.

20h30. Dodo ! Alphonse se couche sans faire trop d’histoire. Ernestine saute partout. On la prend 30 minutes avec nous dans le salon pour que son frère puisse s’endormir tranquillement.

21h. En fait Alphonse n’est pas si fatigué que ça. Il ne dort toujours pas ! Mais Ernestine se couche quand même. 21h à 3 ans, c’est bien assez tard.

21h10. « Je veux de l’eau !!!!!!!!!!!! »

23h. Ernestine ne dort toujours pas. « Encore de l’eau ! » « Maman, je veux un câlin ! » Toutes les excuses sont bonnes. Je rêve de 20 minutes pour moi pour lire tranquillement, ou juste prendre le temps de discuter de façon posée avec mon mari.

Avoue, mon quotidien te fait rêver non ?!

Crédit photo : pxhere

Je t’accorde que j’ai un peu forci le trait. Des journées aussi noires, il y en a peu. Mais les journées grises sont légion. Parfois, je me demande ce qui nous a pris de nous lancer dans cette grande aventure de la parentalité. Trois fois en plus. C’est vrai que s’ils n’étaient pas là, il y a plein de choses que j’aurais faites et ferais encore.

Mais surtout s’il n’était pas là, je crois que je serais très malheureuse et chercherais un sens à ma vie. Alors que là, avec mes trois monstres, il n’y a pas un jour que je passe sans sentir mon cœur se remplir d’amour. Alors oui, j’ai des cernes et du bide, les we à l’improviste font partie d’une autre dimension et les grasses mat’ n’existent plus. Mais je ne regrette rien.

J’adore sentir leurs petites mains dans les miennes. J’adore voir leur bouche esquisser des sourires espiègles. J’adore leurs petits mots si tendres et si naïfs. J’adore les sentir se blottir tout contre moi quand je les retrouve le soir. Et je m’émerveille chaque jour de leurs progrès, leur cheminement qui leur permettent de devenir les adultes qui seront demain.

Alors, élever des enfants, c’est comment ? Epuisant ? Souvent. Frustrant ? Parfois. Ils nous poussent à nous dépasser. Ils nous forcent à nous requestionner en permanence. Mais pour autant, je n’ai pas l’impression que ce soit difficile. Je me sens à ma place, en paix avec moi-même. Et j’ai le sentiment que je suis née pour être leur maman.

Crédit photo : pxhere

 

Et toi ? Comment vis-tu ton rôle de maman ?

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !


Porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

21   Commentaires Laisser un commentaire ?

Virg

Hum disons que je me découvre un puits de patience inexploré jusque là ! Les moments difficiles finalement sont ceux où je ne suis moi-même pas très bien, le jour où un truc t’énerves dès le matin ou le bobo tête persistant. Sans ces jours là, j’aurais tendance à dire que pour l’instant ma patience n’a pas encore été surpassée ! Ouf, mais elle n’a que 15 mois… 🙂 😉

le 09/08/2018 à 09h23 | Répondre

Camomille (voir son site)

Le plus beau est devant toi 😉

le 09/08/2018 à 22h38 | Répondre

MamBat

Je ne sais pas si je suis née pour être maman, à vrai dire je crois plutôt que ce n’est pas le cas, en revanche je suis sûre que je suis née pour être la maman de mes enfants.
C’est souvent fatiguant, parfois frustrant et difficile, mais parce que c’est elles, j’arrive à dépasser la fatigue, la frustration et la difficulté.

le 09/08/2018 à 09h46 | Répondre

Camomille (voir son site)

On arrive à dépasser tout ça la plupart du temps 🤣

le 09/08/2018 à 22h39 | Répondre

Miss Chat

Je ne crois pas pouvoir dire que je suis née pour être maman… J’ai l’impression de me planter tellement souvent ! Puis l’envie d’enfants m’est venue assez « tard »…
Mais je suis d’accord avec toi : à présent qu’ils sont là (et même s’ils ne sont que deux, folle que tu es ! 😉 ), je ne vois plus ma vie autrement, sans eux.

le 09/08/2018 à 09h48 | Répondre

Camomille (voir son site)

Tard ? Tu ne les as pas eu bien vieille tes enfants non plus ! Et oui, ils nous rendent chèvre mais on les aime. Il n’y a que pour nos enfants que cette phrase est valable !

le 09/08/2018 à 22h41 | Répondre

Jubijoba

Texte super beau ! Je suis pas là meilleure des mamans, souvent je crie, n’est pas assez patiente, ne joue pas assez avec, mais je pense aussi être née pour ce rôle ! Je rêve d’une journée au calme rien que pour moi, et quand ça arrive je tourne en rond et j’ai l’impression que c’est une journée vide, sans avoir de sens… Avoir un enfant, ça justifie toutes les galères du quotidien 😉

le 09/08/2018 à 10h42 | Répondre

Flora

La parentalité ou la preuve ultime de la schizophrénie humaine !
Je ne pense pas pouvoir dire la même chose, la maternité n’est pas ce qui m’épanouis le plus. Mais je peux te rejoindre sur ce bonheur à la fin de la journée malgré les misères de la progéniture. Pas sûre que je tiendrai 3 mini monstres cela dit…😜

le 09/08/2018 à 10h54 | Répondre

Camomille (voir son site)

Seul l’avenir nous le dira 😉

le 09/08/2018 à 22h10 | Répondre

Melimelanie

Sur ça je te comprends parfaitement! J’ai toujours pensé au fond de moi qu’être maman serait super. Et quand les enfants sont nés mon impression s’est confirmé et j’ai eu une révélation. C’est mon rôle, c’est en moi, j’étais faite pour ça. Je m’épanouis depuis qu’ils sont là et je m’assume mieux. Alors oui ils me font souvent dégoupiller mais qu’est-ce que je les aime!

le 09/08/2018 à 12h53 | Répondre

Camomille (voir son site)

C’est exactement ça ! (Même si je pense être moins volcanique que toi 😉)

le 09/08/2018 à 22h11 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Très joli texte ! Je me reconnais pas mal dedans : les soirées sont looooongues et puis quand ils dorment enfin… ils me manquent !

le 09/08/2018 à 13h21 | Répondre

Camomille (voir son site)

Je n’irais pas jusqu’à là : quand ils dorment je souffle 😊 Mais merci Franfran 😚

le 09/08/2018 à 21h55 | Répondre

Nala

Merci pour cet article à fois touchant et tellement vrai 🙂

Depuis mon adolescence, je voulais être mère. J’ai eu mon premier enfant à 30 ans donc j’ai pris le temps mais depuis, ce n’est que du bonheur ! Des moments de fatigue intense, de patience mise à rude épreuve surtout avec ma cadette (et Dieu sait que je suis patiente pourtant…), de culpabilité à se dire qu’on ne leur consacre sans doute pas assez de temps aussi mais les voir grandir, s’épanouir, me donner tout l’amour dont elles sont capables est alors la plus belle des récompenses <3

Aujourd'hui je n'envisage plus ma vie sans mes enfants, je me renferme sur moi-même lorsqu'elles sont loin de moi trop longtemps (les 3 semaines passées chez leur père le mois dernier ont été un vrai supplice pour moi 🙁 ). Là encore j'ai attendu un peu de temps avant de songer à un troisième enfant, mais 6 ans après la naissance de ma benjamine je me sens à nouveau prête à pouponner. Je sais que c'est la plus jolie des aventures qui nous attend, mon conjoint et moi 🙂

le 09/08/2018 à 14h23 | Répondre

Camomille (voir son site)

Alors je te (vous) souhaite une belle aventure ! (Et c’est vrai que 3 semaines, ça fait long !)

le 09/08/2018 à 22h05 | Répondre

Onedaymaybe

Pour le coup, moi pas du tout !
J’ai toujours su que j’aurais un jour des enfants mais ce n’était pas mon but dans la vie et je ne vis pas pour elle. Ce n’est pas ma raison de vivre, du moins pas la seule.
Être mère est une des facettes de ma personnalité et j’en suis heureuse et fière. Néanmoins je peux pleinement profiter de temps sans ma fille sans qu’elle ne me manque intensément, j’ai d’ailleurs besoin de ces temps sans elle pour me sentir bien et être une « suffisamment bonne » mère.
Je donnerais beaucoup pour ma fille, mais pas tout. Elle n’est pas responsable de mon bonheur quotidien mais elle y contribue.

le 09/08/2018 à 16h46 | Répondre

Camomille (voir son site)

J’ai moi aussi besoin de temps pour moi, d’ailleurs jusqu’à la maladie d’Alphonse je les faisais garder le mercredi alors que je ne travaillais pas et j’adorais avoir ma journée à moi ! Mais force est de constater qu’en ce moment ils sont mon univers et que mon moral est directement lié à leur état de santé / bien-être

le 09/08/2018 à 22h08 | Répondre

Weena (voir son site)

Je pense pouvoir te rejoindre sur la conclusion, je suis faites pour être maman, leur maman (d’ailleurs on me souffle dans l’oreillette qu’on a récidivé une troisième fois 😉) …
Même si parfois c’est dur (et que le projet de 4eme est un suspens, comment allons nous survivre avec trois?😅), j’essaye de chaque jours voir plutôt le positif 😉

le 09/08/2018 à 19h32 | Répondre

Camomille (voir son site)

Oh ! Félicitations !!! J’attends avec hâte l’article sur ton blog pour connaître tous les détails 😚

le 09/08/2018 à 22h09 | Répondre

merle

très joli texte ! Une suggestion : pour l’eau (qui était aussi un prétexte pour se relever) on a installé la gourde dans le lit (gourde bébé donc quasi rien qui goutte). Une excuse de moins pour se relever ^^ même s’ils en trouvent toujours des nouvelles !

le 13/08/2018 à 14h52 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?