Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Notre parcours PMA : trois FIV, une grossesse naturelle, une fausse-couche


Publié le 15 octobre 2015 par Madame Lucette

Allez, promis, j’en arrive bientôt à ma grossesse, parce que bon, je suis chroniqueuse grossesse, pas chroniqueuse PMA ! Mais c’est important pour moi d’expliquer notre parcours « pré-bébés ». Notamment parce qu’il éclaire la façon dont nous avons appréhendé les premiers mois de ma grossesse.

Nous voilà donc arrivés à l’étape FIV. Moi, je suis plutôt satisfaite, car on m’envoie directement à ce que je considère comme la solution la plus efficace. Hop hop hop, ça va donc être rapide. Je fais ma première FIV début mars 2014.

Au final, j’aurai fait cette fameuse tentative en mars 2014, un transfert d’embryon congelé en octobre de la même année, une deuxième FIV en janvier 2015 (celle où le nombre d’ovocytes et d’embryons avait été divisé par deux, souviens-toi), et enfin une troisième FIV, réussie, en mai 2015.

Au milieu de tout ça, en mai 2014, je suis tombée enceinte, spontanément. Le miracle qu’on n’osait plus espérer est arrivé. Une grossesse naturelle, totalement inattendue.

Au bout d’une semaine sans me poser de questions, j’ai réalisé que j’avais encore mal à la poitrine, alors que d’habitude, ça cesse avant l’arrivée de mes règles. J’ai foncé à la pharmacie. Puis chez moi, j’ai foncé aux toilettes et j’ai attendu environ deux secondes avant de voir apparaître le trait magique.

J’en suis restée comme deux ronds de flan. J’ai tourné en rond dans mon appart, en fixant le test pour être sûre que la petite barre n’allait pas disparaître, et en me disant : « J’y crois pas, il a fallu aller jusqu’à la FIV pour que ça marche tout seul !! »

Ultra heureuse, j’ai emballé le test dans une boîte cadeau et je l’ai offerte à mon mari quand il est arrivé. Je n’oublierai jamais l’expression sur son visage ce jour-là. Elle ressemblait un peu à celle du jour où il m’a vue arriver en robe de mariée à la mairie. Une joie intense teintée d’incrédulité : « C’est à moi que ça arrive, tout ce bonheur ? »

On l’a annoncé à ma grande sœur, à ma mère et à mon beau-père (parce que bon, après ce miracle, il n’était pas envisageable que cette grossesse n’aille pas à son terme, ce serait trop moche, n’est-ce pas ?). On a passé un repas dominical à rigoler sur les prénoms et à se réjouir de pouvoir faire les brocantes avec un objectif « équipement de bébé ».

Et puis on est allés faire une échographie pour dater la grossesse. Le médecin nous a dit que tout allait bien, qu’on voyait un rythme cardiaque et tout et tout, mais qu’on devait se tromper sur la date de la conception, car l’embryon qu’il voyait avait une taille équivalente à celle d’un embryon dix jours plus jeune. Dix jours d’écart, sur quatre semaines, autant te dire que c’est énorme.

Une semaine après, une seconde échographie a confirmé qu’il s’agissait bien d’une « grossesse arrêtée ».

Marguerite triste

Crédits photo (creative commons) : frankieleon

S’en est suivi mon parcours « patate chaude », raconté dans un précédent article (si tu es confrontée à une fausse-couche, lis les commentaires de cet article, car mon expérience n’est pas représentative de ce qui peut se passer : certains médecins et hôpitaux gèrent les choses très différemment… et heureusement !).

Ça a été très difficile de subir et de continuer après tout ça. J’ai eu la « chance » de ne me croire enceinte qu’une semaine avant de commencer à m’inquiéter. Ça nous a empêchés de nous projeter trop longtemps. Mais tout de même, cette expérience a laissé des traces : je t’en parlerai quand j’aborderai (enfin !) ma grossesse.

Ce que j’en retiens de positif, c’est que nous avons eu la chance de vivre l’expérience du test de grossesse positif inattendu, cette joie immense du miracle qui se produit. J’ai compris ce jour-là, à la réaction de mon mari, qu’il était fou de joie à l’idée d’avoir un enfant (alors que je me demandais toujours si, finalement, il ne faisait pas tout ça essentiellement pour me faire plaisir), et je l’en ai aimé encore plus. Si je n’étais jamais plus tombée enceinte après ça, j’aurais quand même eu la chance de savoir ce que c’était que de le découvrir.

Bien sûr, outre la douleur ressentie sur le coup, le négatif, comme je te le disais, c’est que ce genre d’expérience laisse des traces, et qu’il est ensuite impossible d’aborder totalement sereinement une éventuelle nouvelle grossesse…

Allez, cette fois, c’est la bonne, c’était mon dernier article « pré-grossesse ». La prochaine fois, promis, j’entre dans le vif du sujet !

Et toi, as-tu eu recours aux FIV pour tomber enceinte ? Est-ce que ça a fonctionné ? Combien de tentatives t’a-t-il fallu ? As-tu dû faire face toi aussi à une fausse-couche ? Viens en parler…

Toi aussi, ça te plairait de nous raconter ta grossesse mois après mois ? Toutes les infos pour devenir chroniqueuse grossesse, c’est par ici !

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !


Porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

4   Commentaires Laisser un commentaire ?

Madame Fleur (voir son site)

Je ne peux qu’imaginer la douleur d’avoir enfin ce bonheur pour qu’il te soit retiré aussi vite. Heureusement que tu es de nouveau enceinte mais les débuts ont dû être compliqués à gérer.

le 15/10/2015 à 10h55 | Répondre

Madame D

Que ca doit être éprouvant … Hate de lire la suite positive !

le 22/10/2015 à 12h35 | Répondre

Melimelanie

Heureusement que je sais que la suite est positive parce que c’est un parcours difficile à vivre.

le 22/10/2015 à 13h00 | Répondre

MARINABA

A quelques mots prêt, il nous arrive la même chose. 2 échecs fiv. Nous devions tenter la 3ème fiv à fin de ce mois. Bonne nouvelle: une grossesse naturelle qui malheureusement ne va pas se poursuivre!

le 05/11/2016 à 12h43 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?