Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

La grossesse de ma soeur


Publié le 5 avril 2017 par Madame Fleur

Là, vous êtes en train de vous dire : elle a pété un boulon Madame Fleur ! On s’en fout un peu de la grossesse de sa sœur. En plus, elle a déjà raconté son accouchement ici !

Seulement voilà, depuis que je suis enceinte, je n’arrive pas à me détacher de sa grossesse à elle. Avoir une soeur jumelle, cela implique inévitablement quelques comparaisons et des projections plus ou moins bienvenues, quand il s’agit d’un événement aussi important que la naissance d’un bébé. 

Et pourtant, dès le départ nos deux grossesses n’ont pas eu grand chose en commun. Elle m’avait un peu vendu du rêve avec son absence complète de symptômes. Même si j’ai été globalement peu impactée, je ne peux pas dire que le premier trimestre ait été des plus épanouissant pour moi. De plus, je me rends bien compte que je vis ma grossesse de manière beaucoup moins sereine qu’elle, et que nos caractères différents jouent un poids non négligeable sur nos ressentis.

Pourtant, assez rapidement, j’ai constaté que je me projetais sur les détails qui avaient rythmé sa grossesse. J’ai angoissé plusieurs semaines à l’idée que mes dents me jouent des tours (d’autant que j’avais quelques symptômes) et j’ai eu du mal à accepter qu’il n’en était rien (je n’en suis d’ailleurs pas encore complètement convaincue).

Mais il faut bien l’avouer, sa fin de grossesse m’a quelque peu traumatisé. Nous sommes très proches et j’ai eu vraiment peur pour elle et le bébé lors de sa MAP, puis lorsque mon neveu a finalement décidé que c’était le bon moment de sortir, même s’il était un peu tôt.

Crédits photo : Blanca_rovira

Ses déboires m’ont dans un premier temps conduit à consulter une gynécologue plutôt qu’une sage femme. J’ai eu besoin d’être confortée très rapidement quant à l’évolution de ma grossesse, sans pour autant être complètement rassurée entre chaque rendez-vous de suivi.

Et puis, j’ai fait le choix un peu envers et contre tout le monde de choisir la maternité où ma soeur a accouché, parce qu’elle est de niveau 3, alors que des maternités plus proches de chez moi étaient possibles. C’est un choix que j’ai encore du mal à assumer. Quasi personne n’a vraiment cherché à connaître mes raisons et tout le monde y est allé de son petit commentaire. Je le vis vraiment comme une intrusion dans ma décision (acceptée par mon mari) et comme un manque de confiance en mon jugement. Ma décision n’est pas complètement rationnelle, je le sais, mais elle me rassure et je ne veux pas faire subir un stress inutile à mon enfant. 

Lors de mon rendez-vous prénatal pour les cours de préparation à l’accouchement, j’ai vraiment pris conscience que je me projetais beaucoup trop sur une grossesse qui n’est pas la mienne. J’ai beaucoup parlé de la grossesse de ma soeur et des angoisses que cela avait générées.

La découverte du sexe du bébé (différent), en plus de m’aider dans la projection, m’a également permis d’envisager une grossesse différente. Pour autant, cette grossesse a généré son propre lot d’angoisses avec les examens supplémentaires pour vérifier la bonne croissance de notre bébé.

Au fur et à mesure que le terme de la grossesse de ma soeur se rapproche, les angoisses de prématurité s’ajoutent à mes autres angoisses. Et je crois que je ne serais rassurée qu’en dépassant cette date fatidique. Plus que quelques semaines à tenir, et j’arriverais sans doute à exorciser ce traumatisme.

Et toi, est-ce que tu as des angoisses liées à ton entourage ? Comment tu les surmontes ? Est-ce que cela impacte ta grossesse ?

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

23   Commentaires Laisser un commentaire ?

Anna Breizh

Oh pas facile tout ça en effet. Quand on a un souvenir négatif de quelque chose, je crois qu’il est difficile de l’effacé. Bon courage !
Pour le choix de la maternité, chacun fait comme il veut. J’en connais qui on choisit une niveau 3 alors qu’il y en avait une autre plus près, et pas de problème durant la grossesse. C’est important de se sentir bien dans le lieu où on accouche.

le 05/04/2017 à 07h31 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

Pour le moment, c’est clair que je ne le regrette pas ! Et pourtant la grossesse se passe très bien.
Sur une seconde grossesse ce sera peut être différent. Mais on en reparlera une fois le bébé là et l’accouchement passé 😊

le 05/04/2017 à 13h02 | Répondre

Madame Nounours

Vu ta situation familiale C’est tout à fait compréhensible d’avoir des angoisses pour sa propre grossesse et franchement tu as raison d’avoir choisi une clinique de niveau 3 même si il y a des chances que tu ne vive pas la même chose que ta soeur pour ton accouchement. Quand C’est une première grossesse on souhaite avoir les meilleures équipes autour de soi, si j’avais été dans ta situation j’aurai fait pareil.

le 05/04/2017 à 07h54 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

Merci à toi. J’avoue a part la sage femme et ma mère qui m’a clairement conseillé la dessus, la famille n’a pas forcément cherché à savoir.
Au final, je regrette pas, je regrette juste de ne pas avoir mieux su exprimer mon angoisse là dessus.

le 05/04/2017 à 13h04 | Répondre

Doupiou

C’est marrant parce que j’adorerais partager une grossesse avec une de mes soeurs ! Le côté isolé et incomprise m’avait beaucoup pesé pendant ma première grossesse, même si une de mes soeurs venait me voir tous les deux jours pendant mon arrêt avant l’accouchement

le 05/04/2017 à 11h26 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

Honnêtement, j’aurais adoré aussi !!! Mais sauf accidents, je crois que cela n’arrivera pas. Après c’est ambivalent, au final je profite pour une fois aussi du fait que l’on est pas toutes les deux sous le feu des projecteurs.
On va dire que j’aurais aimé parce qu’on aurait pu partager cest plus les réactions des autres qui m’auraient gênée.

le 05/04/2017 à 13h00 | Répondre

Madame Lavande (voir son site)

Chez moi la question ne se pose pas, je n’ai qu’un frère. Par contre du coté de mon mari, nous sommes très proches de sa sœur ainée et de son mari. Nos filles ont d’ailleurs seulement 6 mois d’écart et nous avons donc partagé un petit bout de nos grossesse, son premier trimestre et mon dernier !
Bon par contre elle a eu une grossesse que je lui envie: pas de nausées, juste un peu de fatigue au début, et elle a été au top jusqu’au bout, sans une contraction avant le jour j, la veille de son terme.
Mais je comprends que dans le cas d’une sœur jumelle ce soit plus difficile de ne pas se projeter. Je comprends ton choix de la maternité, finalement la grossesse c’est plutôt angoissant car beaucoup d’inconnues (enfin pour moi en tout cas) alors vouloir accoucher dans un endroit dont on connait les pratiques ça me parait naturel !

le 05/04/2017 à 11h43 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

Oui au final, c’est le côté inconnu des différentes étapes qui me stresse le plus.
Mais je crois que cela ne s’arrêtera pas avec la grossesse, cela devrait être un état à vie 😀

le 05/04/2017 à 13h06 | Répondre

Claire (voir son site)

Je pense que quand on a un jumeau, cela à des avantages, mais aussi des inconvénients 🙁
J’espère que tu dépasseras la date d’accouchement de ta soeur et que tu te réapproprie cette grossesse. Aller courage 🙂
9 mois c’est à la fois long et rapide quand on voit tous les changement psychique que cela implique.

le 05/04/2017 à 14h32 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

Heureusement, pour moi cela a plus d’avantages que d’inconvénients mais c’est tout à fait vrai.
La date fatidique se rapporchant, je commence à me dire que cela va le faire 😀
Je croise les doigts ! Merci de ton soutien.

le 05/04/2017 à 19h57 | Répondre

Weena (voir son site)

Si, moi ça m’intéresse, d’autant plus que j’ai aussi une soeur jumelle.
J’aurais aimé que nous « partagions » une grossesse, mais vu les dernières discussions, j’aurais fait encore facile deux enfants avant qu’ils ne se lancent …
Ayant été la première à me lancer, ma mère et ma soeur ont énormément projeté sur moi leurs angoisses vis à vis des grossesses très difficile de ma mère (PMA, alitement à 4 mois, MAP à 6 avec hospitalisation, accouchement à 35SA). Heureusement, moi, les hormones me font planer donc je suis passé à coté et mes deux grossesses idylliques leur ont donné tort.
Je me demande comment ma sœur vit mes grossesse, comment je vivrait les siennes et comment elle les vivra vis à vis de mes expériences?

le 05/04/2017 à 15h07 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

Tu n’as jamais pu en discuter avec elle ? Si je me souviens bien, vous n’êtes pas très proches, c’est ça ?
J’avoue, on aurait vraiment aimé toutes les deux être enceintes ensemble, ce n’état pas possible.
Mais finalement, ce n’est peut être pas si mal, cela nous laisse de la place à toutes les deux.

le 05/04/2017 à 20h00 | Répondre

Weena (voir son site)

Non, nous ne sommes pas très proche et nous évoluons dans deux univers très différents : moi la provincial qui ai choisi la maternité avant même un semblant de carrière, elle l’a parisienne -pas forcément hyper carriériste mais avec un rythme de fou.
On n’en a « discuté » le week-end du baptême de LutinCoquin (mariage, bébé, bref discussion de comptoire) : leur réponse, « ils ont déjà du mal à se ‘gérer’ eux même, alors un enfant » (et c’est recevable, même si ça veut dire que mes enfants n’auront pas de cousins de leur âge 😢)
Bref, elle semble heureuse d’être tata, enfin, je crois, on ne se voit que 2/3 fois par an (ça fait triste dit comme ça, non? C’est bête, j’aurais aimé que nous soyons plus proche)

le 05/04/2017 à 22h41 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

Je dois t’avouer que cela me fait un peu de peine de lire ça. Après je te rassure, je me suis toujours mieux entendue avec les cousins plus âgés que ceux de mon âge. Et puis tes fils sont tous les deux c’est top une fratrie je trouve 😊

le 06/04/2017 à 19h28 | Répondre

Weena (voir son site)

Et ils ne resteront pas que 2 😉
Mais, j’ai tellement de souvenirs avec les 7 cousins de mon âge, même si maintenant nous ne sommes plus proche …

le 06/04/2017 à 21h55 |

Die Franzoesin (voir son site)

Je trouve ce thème vraiment passionnant ! Je ne l’ai pas vraiment vécu vis à vis de ma grossesse mais pour d’autres étapes de ma vie, j’ai réagi comme tu le décris. Je ne pouvais pas imaginer que cela se passe différemment de pour ma soeur. Jusqu’à ce que j’en discute avec un psy qui m’en a fait prendre conscience. Il m’ a dit que je ne m’autorisais pas à vivre une vie différente. Ca a été libérateur !

le 05/04/2017 à 19h48 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

Ah oui, toi aussi ?
C’est vrai que le psychologue m’avait aussi fait prendre conscience que finalement c’était plus facile pour moi de me raccrocher à quelque chose que je connaissais même si cela me faisait peur. Quelque part cela me fait moins peur que l’inconnu vers lequel je tends doucement !

le 05/04/2017 à 20h02 | Répondre

Mathou

Comme je comprends! J’ai deux soeurs et je suis très proche par le caractère, la morphologie, les valeurs de l’aînée. Elle a eu des grossesses difficiles, map, pbs hormonaux … et j’ai pris exactement le même chemin . La question de la prématurite me hante au quotidien du coup et il mest parfois difficile de me dire : non à moi ça ne marrivera pas il n’y a pas de raison que ce soit pareil pour moi. Mes je te comprends car ses angoisses sont irrationnelles et tant que je n’aurai pas dépasser le terme où mon neveu est né, je ne serai pas rassurée. ..

le 06/04/2017 à 08h29 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

Je suis désolée de lire qu’à l’inverse de moi, ta grossesse prend le même chemin (enfin on va pas parler trop vite non plus).
J’espère que la fin de grossesse sera plus sereine pour toi.

le 06/04/2017 à 19h23 | Répondre

Mrs Paillettes (voir son site)

Ce n’est jamais évident d’appréhender une grosses et je pense que ça l’est encore moins quand tu as une sœur jumelle qui en a vécu une avant toi. En ce qui concerne ton choix de maternité, il n’y a aucun jugement a avoir, le principal c’est que tu t’y sentes bien, que tu ait confiance en le personnelle soignant et qu’elle correspond à tes attentes. Personnellement pour ma Chouchou j’ai accouché en clinique (toute petite) et pour notre deuxième se sera exactement pareil pour la simple et bonne raison que j’ai confiance, que ma grossesse n’était pas présumé à risques et surtout parce que j’ai une peur panique des hôpitaux. Et malgré notre choix qui était parfaitement approprié, nous avons été « jugés ».
Et puis pour information, je pense que tu t’en es déjà rendu compte mais chaque trimestre à son lots d’angoisses.
Bonne fin de grossesse 🙂

le 06/04/2017 à 09h18 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

Merci ma belle. Moi je ne vois pas le problème des cliniques au final tu es plus chouchoutée que dans une grosse maternité. Comme je le disais plus haut peut-être​ qu’à la prochaine grossesse je serais plus sereine et j’avoue j’adore tellement ma sage femme que j’aimerai trop qu’elle m’accouche 🙂
M’enfin je vais finir cette grossesse en essayant de profiter des derniers moments et ensuite on verra.

le 06/04/2017 à 19h26 | Répondre

Madame choupette

Ma soeur et moi avons accouché avec 5 jours d’écart il y a 5 mois.
Je n’ai pas trouvé si positif d’être enceinte en même temps. C’est rare et précieux ces 9 mois, on a pas nécessairement envie de partager, on peut vouloir être importante et chouchoutée sans entendre 1000 comparaisons.
C’était sympa de parler entre nous de ce qu’on vivait, de se préparer, se chambrer pour le prénom resté secret mais qu’on voulait différent d’attendre qui accoucherait prem’s!
Au final nos bébés sont très différents mais… les comparaisons continuent, …. poids, maintien, nombre de tétées.
On s’en fiche, mais c’est humain, la comparaison est partout 😉

le 06/04/2017 à 20h09 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

Oui je comprends aussi ton point de vue. C’est au final très agréable de ne pas partager ta grossesse avec quelqu’un d’autre. Tu es un peu le centre de l’attention pour pas mal de gens surtout si c’est ta première grossesse. Après j’ai beaucoup de mal aussi à être le centre de l’attention des gens. Cela fini par me gêner parfois.
Et comme tu dis malgré tout ça je crois que les gens ne peuvent s’empêcher de comparer, nous les premières 😊

le 10/04/2017 à 08h48 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?