Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

La nudité, mes enfants et moi


Publié le 8 août 2018 par Doupiou

Est-il normal que des enfants voient leurs parents nus ? Dans leur douche ? Aux toilettes ? Est-ce malsain de prendre son bain avec son enfant ? Faut-il imposer ou apprendre la pudeur à ses enfants ?

Toutes ces questions – et bien plus encore – je me les pose très souvent. A l’heure où la question du consentement est d’actualité, je m’interroge beaucoup sur mon comportement et sur ce que je montre à mes enfants.

Education et relation au corps

Je ne suis pas pudique. Je suis très à l’aise avec la nudité. Je pense que mon enfance a pas mal conditionné cela. Toute petite je prenais des bains avec mes parents, avec mes sœurs. Mon papa a rapidement arrêté bien sûr mais ma maman ne faisait pas vraiment attention à se couvrir. Chacun pouvait rentrer dans la salle de bain pendant que l’autre prenait sa douche (sauf mon papa évidemment). Alors dis comme ça on ressemble à une famille de nudiste, bien entendu ce n’est pas le cas hein ! Mais simplement il n’y a pas de tabou autour du corps. Et puis une de mes sœur est bien plus pudique que nous, ce qui te montre que c’est aussi une question de caractère. Ma maman n’éprouve aucun soucis à se faire bronzer top-less (étrangement je n’ai jamais osé) voir complètement nue sur la terrasse et ça ne m’a pas posé de soucis d’aider ma sœur à mettre des robes de mariée pour les essayages alors qu’elle était les seins nus. Lorsque je me suis fais tatouer une partie du dos, j’étais top-less bien que ma tatoueuse avait tenté de fabriquer un bustier avec du papier qu’elle m’avait scotché sur la peau, mais je n’étais nullement gênée !

Tu pense bien que cette non-pudeur m’a été très utile lors de mes accouchements ! J’en avais rien à faire d’avoir les fesses à l’air sous la blouse et même d’être complètement nue dans la baignoire lors de mon premier accouchement. Je pars du principe qu’il est des professions où les corps nus sont monnaie courante alors un de plus ou un de moins…

Mari Barbu n’est pas un grand pudique non plus ! Il sort toujours de la douche nu comme un vers ! Lui dort en caleçon, moi en culotte avec un débardeur. Bref, on ne se pose pas trop de questions ! Jusqu’au jour où …

Avec les enfants

Quand PetitePerle était toute petite, on vivait comme avant. Il n’y a qu’une chose que j’impose : la prévenir quand on changeait sa couche ou quand on prend sa température. Mari Barbu et moi prenions nos bains avec elle, c’était vraiment des moments très sympas ! Quand la question de la propreté a commencé à germer dans sa tête, elle nous accompagnait aux toilettes. Quand nous allions aux bébés nageurs, c’est la seule enfant de moins d’un an qui n’avait pas de maillot de bain (juste une couche spéciale).

Et puis à la crèche, j’ai remarqué quelques automatismes qui m’ont paru tellement logiques en collectivité mais auxquels je n’avais jamais pensé : si un enfant est dans la salle de change ou aux toilettes, le parent qui vient chercher son enfant n’a pas le droit d’y entrer (si le parent est de sexe opposé et que ce n’est pas son enfant). Ma fille voulait toujours que ce soit moi qui la change, moi qui l’emmène aux toilettes. Très rarement papa. Même maintenant, aux toilettes, elle veut « être tranquille », ferme la porte et m’appelle quand elle a terminé. Elle aime toujours autant se balader en culotte et parfois elle me demande de l’enlever. Je lui réponds qu’on enlève pas sa culotte autrement que pour prendre le bain ou aller aux toilettes.

Mari Barbu s’est questionné sur notre rapport à la nudité avec notre fille. Elle comprend bien sûr que papa a un zizi de garçon et maman une zézette de fille. Elle dit que maman a des gros nénés mais tout cela est tellement innocent dans sa bouche. Mari Barbu a décidé de ne plus prendre de bains avec elle vers ses deux ans, sauf si elle le lui demande. Moi aussi j’ai arrêté, surtout parce que j’étais enceinte ! Après mon accouchement je me suis mise à cacher mon corps, à refuser que PetitePerle entre dans la salle de bain quand j’y étais nue, à m’enfermer dans les toilettes. Elle n’a pas compris mais je n’arrivais pas à lui expliquer. Je voulais la protéger. Il ne fallait pas qu’elle voit la cicatrice fraîche de la césarienne.

Comment moi qui a toujours été très à l’aise avec mon corps, qui ne s’était jamais posée la question de savoir si ma fille pouvait ou non voir mon sexe ou celui de son papa, étais terrorisée à l’idée que PetitePerle voit cette marque ? Alors je lui ai expliqué que maman avait une cicatrice. Elle a voulu la voir. Je lui ai répondu qu’il fallait attendre. Un matin alors que j’étais en train de retirer les derniers strips de la cicatrice, PetitePerle s’est soustraite à la garde de Mari Barbu et m’a rejoint dans la salle de bain. Ses yeux se sont posés une demie-seconde sur mon ventre. Et puis plus rien ! Quel soulagement !

A l’aube de ses trois ans, PetitePerle s’interroge de plus en plus sur le genre. Je lui explique sans détours, parfois j’utilise des mots comme pubis ou vagin mais c’est un peu trop flou pour elle. On reste sur le zézette et fesses. Quand elle a besoin d’aide aux toilettes, elle souhaite très souvent que ce soit une femme qui l’aide. Je réponds toujours à ses demandes et n’insiste pas pour y envoyer Mari Barbu si elle ne le souhaite pas. Une fois que nous avons intégré la pudeur (ou pas !) de PetitePerle, tout roule à la maison ! Elle n’est pas choquée de nous voir nous trimballer en sous-vêtements et puis Barbouille est arrivé…

Crédit photo (creative commons) : Gaille2000

 L’autre sexe

Tout est très simple avec PetitePerle. C’est une fille et je sais comment ça marche une fille. Une fois qu’elle a intégré le fait qu’on doit toujours garder sa culotte, elle peut rester à la maison uniquement en culotte s’il fait chaud, je n’ai aucun soucis avec ça.

Par contre avec Barbouille je me pose beaucoup de questions. Certes il est encore très petit. Mais je me demande si je pourrais prendre mon bain avec lui ? Est-ce que sa sœur pourrait prendre son bain avec lui ?

Le sexe en tant qu’attribut physique ne m’a jamais dégoûtée. Pour moi il s’agit simplement d’une partie du corps que l’on montre moins (voir pas du tout en société hein!). Les enfants sont si innocents, si naïfs. Et si curieux en même temps. Je sais que les réponses à mes questions viendront en temps et en heure, je sais que je devrais peut-être devenir un peu plus vigilante au fur et à mesure que Barbouille grandira.

Mais j’aimerais éduquer mes enfants dans la connaissance et le respect du corps de l’autre. D’une manière plus large, je ne cacherais pas mes protections hygiéniques à la vue de mon fils. Ce n’est pas sale. Et je respecterais toujours leur volonté. S’ils se sentent gênés par mon manque de pudeur, j’irais me couvrir davantage !

Et toi ? Et toi aussi plutôt team tout nus ou à l’inverse team pudique ? Es-tu gênée que tes enfants puissent te voir toute nue ? As-tu des conseils ? Dis-nous tout !

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

17   Commentaires Laisser un commentaire ?

Virg

Je trouve ton état d’esprit plutôt sain vu que tu respectes la volonté de ta fille. Pour avoir connu une phase de pudeur à l’adolescence avec une mère impudique, je peux te dire que c’est précieux. Elle ne considérait que c’était n’importe quoi, « je t’ai mise au monde, je sais comment t’es faite ». Elle n’a jamais pris conscience de l’importance que l’intimité avait pris pour moi. J’ai donc appris à fermer la porte à clef, ce qui n’est pas bien non plus. Pourtant, je n’étais pas non plus prude de fou, simplement, j’estimais que j’avais le droit de prendre ma douche, de m’habiller et d’aller aux WC tranquille, sans que personne ne débarque dans la pièce 😉 En vieillissant, ma pudeur s’est un peu « détendue », surtout dans le cadre de mon noyau familial proche mais je garde encore un mauvais souvenir de cette période, toujours à devoir se justifier de sa pudeur alors que ça devrait tout simplement se respecter pour ce que c’est : une phase d’acceptation de son propre corps.
Après, petit garçon, petite fille, sincèrement je ne sais pas quoi te dire. Je sais que mon père a cessé très vite les bains avec moi, comme Mari Barbu mais je sais aussi que j’ai longtemps pris le bain avec mon grand frère (18 mois d’écart) sans que cela ne pose de problème. En revanche, autant ma mère n’était pas pudique, autant c’est sûr qu’aucun comportement déplacé n’aurait été accepté. Du coup, je pense que ces bains communs ont cessé avec l’entrée en primaire.

le 08/08/2018 à 08h39 | Répondre

Doupiou

Outre, les mots de ta maman sont difficiles. On n’a pas à se justifier de sa pudeur ; surtout à l’adolescence où le corps change, c’est suffisamment compliqué comme ça !

le 08/08/2018 à 14h13 | Répondre

caro

C’est vrai que cette maman a eu des attitudes blessantes, mais très certainement sans aucune volonté de blesser sa fille. Déjà parce qu’elle avait un tempéramment différent, mais probablement, parce qu’elle était issue d’une génération différente.. .la question du rapport au corps et à la pudeur a été complètement chamboulée dans les années 70, période que la maman en question a sûrement vécue… Ca a peut être permis à l’époque de sortir de certains carcans, mais je pense que ça a pu faire du mal. On reprend conscience aujourd’hui de l’importance de la pudeur dans la construction des enfants et des jeunes, et c’est tant mieux

le 09/08/2018 à 18h56 | Répondre

Pauline

Intéressant sujet!
Chez nous c’est surtout tout autour du consentement: des toutes petites (environ 2 ans) on leur demande l’autorisation – par exemple dans le bain est ce que maman/papa peux laver ton zizi et tes fesses? Si c’est oui pas de pb, si c’est non elles doivent le faire seule (on supervise bien sûre – pour être sure que ces bien fait), pour les toilettes c’est pareil etc. On leur explique que leur zizi et leur fesse sont à elles exclusivement et que personne n’a le droit d’y toucher si elles ne le veulent pas – du coup on respecte beaucoup le mot NON chez nous. On joue aux chatouilles et l’une d’elle finit par dire non? On arrête. On fait des câlins et des bisous et elle dit non? On arrête. Les grands parents arrivent et réclament des bisous et elle dit non? On explique que c’est important d’être poli et dire bonjour mais on ne force pas à faire des bisous et des câlins.
On leur inculque ça dans l’autre sens aussi – respecter le Non des autres. Le NON de sa sœur, le non de maman ou pas, des copains et copines etc. On explique l’importance de ne pas forcer les autres.
On a demander à la crèches de suivre le même cheminement: aux toilettes les assistantes doivent donc demander l’autorisation pour essuyer les fesses etc, si c’est non, elles la laissent faire seule – etc.
Par contre nous ne faisons pas de différences de règles selon les sexes. On ne touche pas les sexes des autres qu’ils soient féminin ou masculin, on applique les mêmes règles de consentement pour les hommes et femmes – nous ne voulons pas diaboliser les hommes ou le sexe masculin à nos filles – les hommes ont le droit de s’occuper d’elles autant que les femmes (on a des baby-sitters hommes et femmes qui ont besoin occasionnellement de donner le bain, emmener aux toilettes etc – l’es regles de demande d’autorisation sont les mêmes) – et à la maison elles voient papa tout nu autant que maman; et ça inclue le bain / douche. Les règles encore une fois sont les mêmes: on a pas le droit de toucher le zizi de maman, on n’a pas le droit non plus de toucher le zizi de papa.
Et enfin on explique souvent que leur Corp est à elles, et que tant qu’elles sont petites personnes n’a le soit des les toucher autres que pour le bain et toilette et avec autorisation, et si jamais quelqu’un (petit ou grand – qu’on connaît ou qu’on ne connaît pas) le touche d’une manière qui ne leur plait pas elle doivent en parler à maman, papa et n’importe quel autre grande personne de confiance.

le 08/08/2018 à 08h52 | Répondre

Doupiou

L’histoire du bisou pour dire bonjour je ne la connais que trop bien !! Mes beaux-parents ont eu beaucoup de mal avec le fait que ma fille refuse de faire des bisous alors qu’elle dit bonjour. Maintenant, c’est entré dans les têtes de toute ma famille : on ne force jamais les enfants à faire des bisous

le 08/08/2018 à 14h16 | Répondre

Virg

Je trouve cette idée vraiment géniale, je me permets donc de la retenir. En revanche à partir de quel âge peut-on lui donner le choix ? Quand est-ce que vous avez introduit cette idée de c’est à toi, tu as parfaitement le droit choisir qui te touches ?

le 09/08/2018 à 09h17 | Répondre

Pauline

On a commencer à introduire l’idee Très tôt, autour des 2 ans. On a commencer à leur demander l’autorisation de les savonner dans le bain en 1er – et puis la conversation commence assez naturellement avec les tout petits

le 09/08/2018 à 10h16 | Répondre

Virg

merci de ta précision 😉

le 09/08/2018 à 17h26 |

Mme Espoir

Pour ce qui est des bains j’ai une photo sur laquelle j’ai 8 ans et je suis au bain vec mon frère de 5 ans et ma sœur de presque 2 ans. Donc on a dû les prendre ensemble jusque tard mais je ne m’en souviens pas : je ne pense pas que ça m’ait gênée.

Après, je trouve très bien de tenir compte de la pudeur des enfants. Ma maman n’en faisait pas grand cas et ça m’a vraiment gênée donc je fais attention avec Schtroumpfette. De son côté elle est pudique avec nous mais prend encore très facilement des douches avec sa cousine de 7 ans.

le 08/08/2018 à 09h28 | Répondre

Doupiou

Ça dépend aussi de l´age tu as raison ! Bizarrement j’étais moins gênée de voir le corps de ma mère qui celui de mes soeurs !

le 08/08/2018 à 14h19 | Répondre

Raphaelle

C’est un article très intéressant! tout dépend probablement de la manière dont les choses sont ressenties par les enfants et du respect de leurs propres décisions/limites ce qu’il me semble que vous faites bien! Enfant j’ai pris mon bain avec mes frères pendant longtemps mais dur à dire combien d’année exactement.. probablement jusqu’à leur entrée au primaire. ça lançait des discussions sur l’anatomie mais rien d’insurmontable 🙂 J’ai aussi pris des bains ensuite avec mes petites soeurs jusqu’à mon entrée au primaire à moi. ça me semble un bon moment car c’est aussi un passage à « grand enfant » quelque part.. par contre je n’ai jamais vu mes parents nus et je garderais bien ce système avec mes enfants.. j’ai l’impression (peut-être à tord hein) que ça peut créer des complexes ensuite à l’adolescence (par exemple pour les garçons vis à vis de leur père, si vous voyez ce que je veux dire hum hum), et une fois que les enfants prennent conscience du concept de la sexualité, est-ce que ça ne leur permet pas de « visualiser » trop clairement celle de leurs parents?.. matière à réflexion.. après ce que tu dis sur le fait de ne pas cacher tes serviettes hygiéniques à ton fils je suis tout à fait d’accord, ma mère nous les cachaient même à ses filles et ça entretenait un tabou absurde..

le 08/08/2018 à 11h47 | Répondre

Mademoiselle Violette

Mon père a toujours refusé de donner la douche à ses filles (on est 2 soeurs). On ne l’a jamais vu nu non plus (tellement que je me souviens d’avoir ri avec ma soeur qui devait avoir 5 ans et moi 8 parce qu’elle « avait vu son zizi » en entrant dans la salle de bain sans réfléchir … Du coup, je me demande si cacher un corps ne le mystifie pas … Bref …)
Ma mère, je l’ai déjà vu topless et j’ai même des souvenirs nue, même alors que j’étais grande, mais franchement, ça ne m’a pas traumatisée.
La nudité n’a jamais été prônée à la maison mais en même temps, si ça arrivait, bah ça arrivait …

Maintenant, avec mon beau-fils de 2 ans et demi, ça me place dans une autre situation que je trouve délicate et presque gênante à chaque fois qu’on l’a. Déjà, je ne me déshabille jamais devant lui. On dort nus avec son père mais quand je vais le voir la nuit parce qu’il pleure, j’enfile automatiquement ma chemise de nuit/peignoir qui a été disposé là la veille justement au cas où il y ait un réveil nocturne. Ensuite, j’évite à tout prix d’avoir à lui donner la douche ou le bain. J’ai dû le faire quelques fois mais ça me dérange, je ne sais pas comment faire en ce qui concerne les « parties intimes ». Peut-être que lui demander son autorisation m’aiderait (dans l’optique où je n’ai vraiment pas le choix et que je dois lui donner le bain/douche). Ca me dérange beaucoup moins d’être la personne qui l’emmaillote dans la serviette de bain. Idem pour changer la couche et nettoyer le gros caca qui a débordé sur le zizi, je ne sais pas comment m’y prendre … Ca me dérange … Il n’est pas mon fils et autant, je n’ai aucun mal à me placer comme une de ses figures parentales lorsqu’il s’agit de prendre soin de lui, le câliner, le bercer, jouer avec lui, lui apprendre de nouvelles choses, etc, autant la nudité, c’est vraiment quelque chose qui me gêne … J’y réfléchis beaucoup et quand j’imagine notre vie future avec des enfants (si on en a la chance), je suis certaine que ça ne me dérangerait pas le moins du monde qu’ils soient là quand je m’habille … Peut-être un héritage de mon père …
A l’inverse, mon homme se balade tranquilou à poil à la maison. Mon beau-fils ne dit rien, tout au plus « Oh Papa est tout nu ».

le 08/08/2018 à 15h30 | Répondre

Viviane

Mes aînés (garçon et fille avec 14 mois d’écart) ont pris leur bain ensemble jusqu’à au moins 8 ans.
Avec nous je dirais de mémoire jusqu’à 18 ou 24 mois.
Il y a un équilibre à trouver entre la pudeur et l’aspect totalement naturel et pas honteux de la nudité.

le 08/08/2018 à 17h57 | Répondre

Doupiou

Complètement d’accord avec ta conclusion

le 08/08/2018 à 20h01 | Répondre

Steppenwolf

C’est une réflexion intéressante. Ici on n’est pas encore parents mais on vit facilement dénudés surtout en été. Tant qu’on n’est que tous les 2, on pousse vaguement la porte de la sdb sans la fermer à clé. Mais le couple est justement le lieu de l’intimité.

J’ai pour ma part souvenir du manque de respect de pudeur de ma mère à partir de la préadolescence. Non seulement elle tournait en dérision mon besoin de fermer la porte de la sdb ou de m’habiller tranquille, mais elle ne comprenait pas non plus que ça me gêne de la voir nue. Je pense que ce qui se joue ici est non seulement le rapport au corps changeant, mais surtout celui à l’intimité et au besoin de démarquation / distance. Quelque part, voir l’autre nu a pour moi un côté « tu es la chair de ma chair / mon alter ego et je te connais par coeur, ton corps est le prolongement du mien ». Les vêtements mettent une limite à ça, ça participe de couper le cordon. C’est comme ça que je le ressens en tout cas. (Pour le naturisme c’est différent.)

le 10/08/2018 à 16h17 | Répondre

Madame Lavande (voir son site)

C’est un sujet très intéressant ! Je ne me souviens plus trop enfant jusqu’à quel age j’ai pris des bains avec mon frère, 5 ans je dirais. J’ai souvenir d’avoir pris très rarement une douche avec ma mère mais vraiment petite, autour de 3 ans. Par contre jamais avec mon père. Plus grande je n’ai plus souvenir d’avoir vu mes parents nus. Par contre de mon coté, que ce soit avec ma mère ou avec des copines, être topless ne m’a jamais génée. Aujourd’hui je ne suis pas particulièrement pudique non plus.

Avec la Biscotte, je n’ai pour l’instant aucun problème à prendre ma douche avec elle, d’autant plus qu’elle le réclame. Elle ne prête d’ailleurs aucune attention à mes parties intimes dans ces moments là, mais adore me mettre le shampoing sur les cheveux 😉 !! Son père par contre a arrêté de prendre la douche ou le bain avec elle autour de ses 18 mois. Il lui donne toujours sa douche parfois, mais n’est jamais nu devant elle. De son coté elle ne manifeste aucune préférence sur la personne qui l’accompagne aux toilettes ou qui lui donne sa douche.

le 18/08/2018 à 16h01 | Répondre

Madame Bobette (voir son site)

C’est très intéressant comme sujet. La nudité fait partie de notre quotidien aussi et je sais qu’il faut que nous réfléchissions à comment nous allons inculquer la pudeur et le respect de son corps et du corps de l’autre à Tess. On commence tout doucement mais pour le moment, elle ne nous laisse pas beaucoup d’intimité et s’invite dans la salle de bain quand nous nous lavons ou quand nous allons aux toilettes. Nous ne sommes pas gênés mais je ne veux pas qu’elle le devienne par la suite ou même que ça soit mal interprété. Nous en parlons donc régulièrement et un jour nous trouverons le bon équilibre je pense.

le 20/08/2018 à 16h55 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?