Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

La peur du sang m’empêche d’aborder sereinement un projet de grossesse


Publié le 4 octobre 2014 par Madame Vélo

J’ai trois grandes peurs dans la vie, qu’on pourrait appeler des phobies : les chiens, la foule et le sang. Je vais te parler aujourd’hui de ma peur du sang.

C’est le genre de peur que même de commencer à écrire cet article, je commence à me sentir toute chose. Rien que d’en parler, j’ai la vue qui se brouille, la peau qui devient hyper-sensible, les jambes qui me lâchent, l’impression de ne plus pouvoir tourner la tête, les oreilles qui bourdonnent… Alors imagine la vue du sang ! Autant te dire que les prises de sang, c’est ma hantise.

Ma dernière prise de sang remonte à… longtemps. J’ai toujours tout fait pour les éviter. La dernière a été une de mes premières preuves d’amour pour celui qui est devenu depuis peu mon mari (mais ça, à l’époque, on ne le savait pas !) pour un test VIH avant l’arrêt des préservatifs. Depuis, j’ai habilement ignorée les ordonnances de prise de sang qu’ont tendance à prescrire les médecins et les gynécologues, « au cas où », « pour vérifier que » même s’il n’y a rien.

Ma dernière prise de sang donc, s’est terminée en crise de nerfs, crise de larmes, stress intense avant et après, et une journée complète pour m’en remettre. Impossible d’y aller seule, il me faut quelqu’un de confiance pour m’accompagner, me rassurer, et prévenir le ou la « tortionnaire » de ce qu’il risque de se passer ! Et des fois on tombe sur quelqu’un de compréhensif, et des fois… pas !

petite fille à l'air triste

Crédits photo (creative commons) : Various Brennemans

Des envies de bébé

Avec Monsieur Solex, on s’est marié il y a 2 mois. J’ai attentivement suivi toutes les chroniques et articles de Mademoiselle Dentelle pendant les 11 mois de préparatifs. Et on s’est toujours dit qu’après le mariage, on n’attendrait pas longtemps avant d’essayer d’avoir notre premier enfant.

Maintenant, on a donc très envie d’agrandir notre toute jeune famille par un petit bébé !

Mais une peur ne me quitte pas… Ma mère m’a toujours répétée depuis que je suis petite « De toute façon, les prises de sang, tu seras bien forcée de t’y habituer quand tu seras enceinte. À force d’en faire, ça ne fait plus rien. ». Bizarrement, ça ne m’a pas vraiment rassurée (ha ha !).

Alors, depuis que nous avons des envies de bébé, j’ai essayé de me renseigner sur le nombre de prises de sang VRAIMENT obligatoires. Et sur le caractère « obligatoire » de la chose, genre si tu ne le fais pas tu es une dangereuse criminelle qui doit aller en prison.

J’ai ainsi appris qu’il y en a trois minimum : une en début de grossesse, qui sert à déclarer ta grossesse à la Sécu. Une deuxième au 6ème mois. Et une 3ème avant l’accouchement. Mais si tu n’es pas immunisée contre la toxoplasmose, tu dois en faire une tous les mois.

QUOI ???!!! C’est pas possible ! Trois, je veux bien faire un effort (même si je trouve ça déjà ÉNORME !), mais 9… Ah non !
Je serais même prête à manger des crottes de chat pour choper la toxoplasmose avant la grossesse et être immunisée (naaan j’rigole !).

Pour tout te dire, la perspective de devoir faire des prises de sang me fait plus peur que les douleurs liées à l’accouchement.

Comment faire ?

Je ne te l’ai pas encore dit, mais je peux faire preuve de mauvaise foi quand il le faut. Et trouver tous les arguments nécessaires pour aller dans mon sens.

Du genre : « Oui, mais à l’époque c’était pas aussi suivi et les femmes avaient quand même des enfants. »… Bon ok, la mortalité des bébés était très élevée. Ou encore : « Bon, de toute façon, si je n’ai pas chopé la toxoplasmose pendant mes 26 ans d’existence sur Terre, pourquoi je l’aurais PILE pendant les 9 mois de grossesse ? ».

Alors j’en ai parlé à la sage-femme, qui a eu le genre de discours qui me fait fuir. Le genre de discours culpabilisant : « Ce n’est pas pour embêter les mamans que c’est obligatoire, c’est vraiment important pour la santé du bébé. Et si vous ne le faites pas et que le bébé est malade, hein ? ». Toutes ces choses que je sais bien, mais qui n’enlèvent pas le fait que j’ai une véritable phobie ! Du coup, je n’ai pas osé parler du fameux « caractère obligatoire », dont je t’ai parlé plus haut.

Je m’interroge donc beaucoup… Suis-je vraiment égoïste et cruelle ? Au point de ne pas vouloir subir « 9 malheureuses prises de sang », et de prendre un risque sur un éventuel problème de santé pour le bébé ? Est-ce que je peux tomber sur une personne du corps médical compréhensive ? Sachant que pour eux, le sang n’est vraiment pas un problème, ils comprennent difficilement ce type de phobie…

Au final, je me retrouve dans ce cas face au même problème qu’avec ma peur des chiens. La plupart des gens ne comprennent pas et me sortent des phrases toutes aussi énervantes les unes que les autres : « mais il n’est pas méchant », « il veut juste jouer », « c’est un bébé, il ne sait pas encore ce qu’il fait », « ho ça va il va pas te mordre »… Heu… Bah oui, mais peut importe : j’ai réellement peur et ça ne m’amuse pas du tout ! Est-ce que je me moque quand l’une de ces personnes crie devant une araignée ? Non !

Et toi, la même chose t’es arrivée ? Est-ce que tu as réussi à passer outre ces nombreuses obligations de prises de sang ? Ou sinon, comment as-tu réussi à les surmonter ? Tu as des astuces à me conseiller ?

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !


Tu en as marre de courir les magasins pour les fringues des enfants ? Et ce tous les mois, vu à la vitesse à laquelle ils grandissent ? Et je ne parle pas du petit qui hurle (que ce soit le tien ou celui d’une autre, grrr) parce qu’il ne veut pas essayer ce pull-là… Et si tu recevais directement chez toi de jolis looks (du 1 mois au 14 ans !) à essayer TRAN-QUILLE-MENT. Ça va ? Tu gardes et tu payes. Ça ne va pas ? Tu renvoies gratuitement. Bref, viens vite tester Little Cigogne !


Porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Commentaires

43   Commentaires Laisser un commentaire ?

sarah

Je suis EXACTEMENT comme toi, le sang, les aiguilles et objets tranchants sans parler d’entrer dans un hôpital ou une clinique brrrr. Jusqu’à peu j’aurais ete comme toi a repousser ou éviter toute prise de sang mais récemment un événement m’a motivé a essayer de guérir. Car oui une phobie est une maladie et peut être guérie, mais il faut du temps et de la motivation et souvent être bien accompagné. Il existe des professionnels, des psychologue spécialisés dans les phobies, je ne pourrais que te conseiller d’en voir un. Moi j’ai voulu faire sans et me jeter a l’eau radicalement en me présentant un soir pour un don du sang…ahem mauvaise idée, j’ai fais un malaise a peine piquée 🙂 donc la prochaine étape ce sera le psychologue car je veux être en mesure d’aider (sans m’évanouir) si un proche se blesse … Ce n’est pas facile mais si ton désir d’enfant est plus fort que ta peur tu trouvera le courage et la motivation 🙂

le 04/10/2014 à 08h34 | Répondre

Madame Vélo

Merci pour ton commentaire. Oui j’avais aussi pensé à « soigner le mal par le mal » en allant donner mon sang…mais c’est au dessus de mes forces et ton témoignage me prouve qu’il vaut mieux une thérapie avant !

le 08/10/2014 à 12h17 | Répondre

Pivoiline

De mon coté, je tourne la tête pendant que l’infirmier prépare tout le matériel, et ensuite je compte des trucs dans la salle..! (le nombre de carreaux au sol, le nombre de dalles au plafond, le nombre de points sur l’horloge, etc…) Bref, j’essaye d’occuper mon cerveau autrement.

le 04/10/2014 à 08h43 | Répondre

Madame Vélo

C’est la meilleure chose à faire en effet ! moi je ne mets pas mes lentilles et enlève mes lunettes, comme ça je suis sûre de ne rien voir !

le 08/10/2014 à 12h18 | Répondre

Chat-mille (voir son site)

Au risque de paraître extrémiste, des anxiolytiques ? Certains sont compatibles avec la grossesse (je le sais j’en ai pris, youpi youpi) (mais pas pour une phobie du sang, moi j’ai fait ma PDS toxo tous les mois sans moufter) et bernent ton cerveau un petit moment pour lui faire croire que Wouhou tout va bien. La première surtout est impressionnante car ils cherchent plein de trucs, mais les PDS de routines ne durent que quelques secondes. Si je ne pense pas que tu puisses couper (ce serait bête que ton bébé soit malade à cause d’une phobie), je suis sûre qu’il y a des solutions. Je ne pense pas que tu sois la seule future maman phobique…

le 04/10/2014 à 09h31 | Répondre

Chat-mille (voir son site)

PS: manger des crottes de chat, à mon avis beaucoup de haut-le-coeur pour un résultat très incertain 😀 J’ai grandi en fréquentant des centaines (bébés et adultes, restés et partis) de chats car ma mère les élève. J’en ai deux chez moi que j’ai câlinés toute ma grossesse (par contre je faisais plus leur caisse) et je n’ai JAMAIS attrapé la toxo.

le 04/10/2014 à 10h03 | Répondre

Madame Vélo

Oui en effet je ne suis pas la seule apparemment ! c’est rassurant d’un côté…

le 08/10/2014 à 12h19 | Répondre

Floconnette

Coucou
Et bien moi j’ai été servie: pas de toxo, diabète de grossesse et pré éclampsie. A la fin j’avais plusieurs prises de sang par mois. Tout à la fin, c’était tous les 2 jours minimum. Je n’aime pas trop ça mais pas le choix….
Pour la toxo, je t’assure, c’est vraiment vital…. Une femme de ma connaissance a loupé une seule prise de sang et… l’a eue. Bébé aveugle!
Ca m’a boostée à prendre sur moi et à faire ces prises de sang. Mais peut être es tu immunisée, puisque j’imagine que tu n’a pas de bilan récent hihihi.
Après c’est vrai que des fois on fait beaucoup de prévention pour « pas grand chose ». Certaines pensent que c’est nécessaire, pour « être sûre ». D’autres que non, « laissons un peu faire la nature ». Je suis entre les deux…. Mais lorsque j’ai eu toutes mes complications, je n’en pouvais plus d’être piquée mais j’étais soulagée de savoir que les médecins savaient où mon corps en était. Je ne veux pas du tout te faire peur, mais il y a d’autres choses que la toxo…. SI tu développes une petite anomalie tu auras peut être d’autres piqûres :-/. Il vaut mieux le savoir….. 🙁

J’ai une amie dans ton cas. Des fois je lui parlais de mes examens sans faire gaffe, limite elle tournait de l’œil. Elle a fait une prise de sang obligatoire une fois pour cause de contamination de son campus, elle a été mal 2 jours! Ils ont cru qu’elle était contaminée (monoxyde de carbone) mais non non ce n’était que la prise de sang! Je te dis pas, elle est affolée au moins autant que toi à l’idée de bébé mais étant célibataire elle rejette plus l’idée que toi.
Peut être que la grossesse va te révéler ta force! J’ai une phobie du dentiste. Pas aussi violente que la tienne je pense, mais à un point que j’en tremble à l’avance et que je manque de m’éavnouir dans la salle d’attente. Enceinte il m’a fallu faire un bilan, je l’ai repoussé mais j’ai finalement fini par y aller…. Et bien depuis mon accouchement, j’y suis retournée, j’ai fait arracher ENFIN mes 4 dents de sagesse qui me meurtrissaient, et je traite mes dents abimées par mes années de désertion du cabinet dentaire….. J’ai eu une carie ôtée la semaine passée encore. Donc si ça se trouve, cela va te « guérir » un peu??
Courage!

le 04/10/2014 à 09h57 | Répondre

Madame Vélo

Témoignage très intéressant ! je suis un peu comme toi, partagée entre « trop de prévention inutile » et « on est bien content d’être suivi quand il y a un problème ». On verra si la grossesse me fait changer un peu – qui sait ?!

le 08/10/2014 à 12h22 | Répondre

capela16

Bon moi je n’ai pas peur du sang mas peur de l’eau. J’ai essayé les thérapies comportementales, ça marche pas mal, et ça a baissé ma phobie d’un cran (un peu long, je n’ai pas poursuivi le processus jusqu’à me débarasser entièrement de ma phobie mais elle est devenue plus gérable). Mais je te comprends sur une chose, les peurs et phobies n’ont rien de rationnel mais elles doivent comprises et respectées par le corps médical.

le 04/10/2014 à 10h53 | Répondre

Madame Vélo

Peur de l’eau ça ne doit pas être facile à gérer non plus ! J’ai déjà pensé à une thérapie mais je ne sais pas du tout où m’adresser. Et puis jusque là j’ai toujours réussi à éviter le problème ^^

le 08/10/2014 à 12h24 | Répondre

Lola

Je te comprends, je suis hyper sensible et je déteste les prises de sang , j’ai tendance aussi à les éviter lorsque ce n’est pas indispensable. Je m’évanouie des que je vois du sang, je me sens mal lorsqu’on me raconte des événement douloureux physiquement et je déteste les hôpitaux. J’ai moi aussi un gros pb avec le sang et ça remonte depuis la petite enfance. Pour les prises de sang j’arrive à prendre sur moi en ne regardant pas et en essayant de penser à d’autres choses. J’aimerai pour voir donner mon sang mais je ne me sens pas assez forte j’aurais trop peur de faire un malaise. Je ne suis pas encore enceinte mais j’aurais sûrement des prises de sang ts Les mois car je suis groupe sanguin – et chéri +. Mais je suis prête à prendre sur moi. L’envie d enfant est très forte et je suis prête à affronter tout ça, ce qui m’inquiète plus encore c’est lorsque mes enfants tomberont, se blesseront j’ai peur de m’évanouir et de ne pas réussir à gérer la situation. Après j’essaie de me convaincre qu’avec des enfants on devient plus forte et je sais que chéri est la et il me soutiendra si il est la. Courage je te comprends, il faut que tu te concentre sur le bonheur que procure un enfant et que tu ne penses pas au reste,

le 04/10/2014 à 11h44 | Répondre

Madame Vélo

Oui il paraît que les enfants nous poussent malgré eux à dépasser nos limites. J’appréhende aussi quand il faudra gérer une blessure ou autre… en pensant au fond de moi quand même que tant qu’il n’y aura que moi pour gérer la situation j’y arriverais, mais que dès que quelqu’un d’autre pourra prendre le relais il ne faudra plus compter sur moi !

le 08/10/2014 à 12h26 | Répondre

cam

Un tout petit commentaire pour te rassurer, pendant mes deux grossesses je n’ai pas vu une goutte de sang ( je ne suis pas phobique mais je n’aime pas ça du tout et ça me donne direct envie de tomber dans les pommes). J’ai fait mes prises de sang régulièrement mais avec mon mari, je le regardais lui sans regarder le laborantin, on papotait et hop en deux minutes c’était torché, et pour l’accouchement j’ai détourné les yeux des cathéter ou autres, bref je peux t’assurer que je n’ai pas vu une goutte en neuf mois !

le 04/10/2014 à 12h44 | Répondre

Madame Vélo

Chapeau ! tant mieux que tu aie réussi à éviter la vue 🙂 ça doit être possible, mais il n’y a pas que la vue du sang qui m’angoisse, mais tout ce qui tourne autour (le fait de « trouer » ma peau, d’en entendre parler, etc.). J’essaierais au moins comme toi de ne pas voir !

le 08/10/2014 à 12h29 | Répondre

Marina

Madame Vélo, à propos des prises de sang mensuelles, tu as certes pensé à la toxo, mais il y a aussi (et surtout) le dépistage du diabète gestationnel, qui n’est pas rare et peut t’exposer, autant que le bébé, à de très graves complications. Je ne minimise pas ton problème qui semble être une authentique phobie mais çà me paraît une folie de te passer de ces examens juste parce que tu as peur du sang. la sage femme n’est sans doute pas très délicate, mais elle a raison : si tu as une complication, et que tu perds ton bébé, tu imagines la culpabilité que tu porteras toute ta vie ? Les psychologues formés à la thérapie comportementale obtiennent d’excellents résultats sur le traitement des phobies, peut-être c’est d’abord vers là qu’il faudra te tourner… bon courage !

le 04/10/2014 à 17h26 | Répondre

Madame Vélo

Merci pour ton soutien. Je sais au fond de moi que je ne peux pas mettre la santé du bébé en danger !

le 08/10/2014 à 12h30 | Répondre

Mam' Agrume

Alors je vais un peu aller à contre-courant, j’espère ne froisser personne, mais la grossesse est vraiment sur médicalisée en France, et il n’y a aucune preuve scientifique qu’une prise de sang par mois réduise les risques pour bébé en cas de non immunité à la toxo. Pour te dire, aux Pays-Bas on ne me l’a testée que parce que je l’ai demandé (je n’étais pas immunisée pour ma 1 ère grossesse et… toujours pas). J’en suis au 7e mois et n’ai eu qu’une pds en début de grossesse. Pour le diabète gestationnel ils ne font le test par pds qu’en cas d’antécédent familial ou personnel ou si la glycemie est mauvaise (la goutte de sang au bout du doigt). J’imagine que j’aurai droit tout de même à la pds pour l’anesthésie au cas où elle serait nécessaire.
Quand j’en ai discuté avec la sage-femme elle m’a dit que toxo neg = on respecte bien les recommandations d’usage mais test tous les mois inutile et anxiogène puisque de toute façon en cas de passage + on ne connaîtra pas les effets sur bébé avant la naissance (de rien à grave). Quant au diabète gestationnel le test par pds lui-même est délétère (ingestion d’autant de sucre en si peu de temps = mauvais tant pour maman que pour bébé et non indiqué dans la plupart des cas).

Alors si tu n’as pas peur d’être mal vue et décidée devant ton médecin ou ta sage-femme, tu AS le droit de refuser ces examens, et aucune raison de t’en sentir coupable !
Les chiffres de mortalité ou maladie péri-natale aux Pays-Bas sont même meilleurs qu’en France…

le 04/10/2014 à 19h41 | Répondre

Two Love

Je suis complètement d’accord avec toi Mam’ agrume.
J’ai eu mon fils à Dublin, ils ne testent pas la toxo car ils estiment que le risque est quasi nul. Je n’ai pas non plus eu de test pour le diabète,juste des analyses d’urines tous les mois.Je crois avoir eu une seule prise de sang en début de grossesse (j’en ai par contre eu beaucoup quand j’étais hospitalisée mais c’est parce que j’avais une grossesse à risque). J’ai fait attention aux recommandations, mon bébé est en bonne santé et je n’ai rien attrapé.
Pour ce qui est de ta phobie, je pense qu’effectivement il faudrait peut-être essayer de te faire soigner car sans vouloir être gore, un accouchement il y a du sang! J’ai eu une césarienne et quand le médecin m’a montré mon fils, il dégoulinait de sang (le mien, pas le sien). Je trouverai ça dommage que tu ne profites pas pleinement de ce beau moment à cause de ta phobie.
De plus, un enfant, ça tombe beaucoup et du sang, il va y en avoir. Alors je ne peux que te conseiller de consulter pour essayer d’atténuer au minimum ta phobie et profiter des joies d’être mère

le 05/10/2014 à 20h17 | Répondre

Madame Vélo

Merci pour vos témoignage ! Bon bah j’ai plus qu’à m’exiler dans un autre pays ^^ C’est vrai que je me suis posée la question quant à la toxo car j’ai une connaissance qui a eu la toxo pendant sa grossesse. C’est bien de le dépister mais après de toute façon ils ne peuvent rien faire donc à quoi ça sert !?!pour le diabète gestationnel on peut quand même prendre des mesures pour limiter les risques sur le bébé et la maman. Donc non je ne trouve pas que tu vas à contre-courant ! Et pour te répondre Two Love, autant j’ai horreur du sang, autant le sang « naturel » tel que celui des règles ne me dérange pas (pour tout dire, j’utilise une coupe menstruelle et je n’ai pas de soucis) alors peut-être que le sang de l’accouchement ne sera pas si terrible, comparé à une éventuelle perfusion !! je sais, c’est bizarre !!

le 08/10/2014 à 12h37 | Répondre

Nathalie

Dure phobie :/. Pour ma part j’étais plutôt sereine avec les prises de sang jusqu’à ce qu’on aille faire le test du sida avec celui qui est maintenant mon mari. Là ça ne s’est pas du tout bien passé et depuis j’appréhende les prises de sang. Heureusement j’ai trouvé un labo où je vais systématiquement et où ça se passe très bien mais je n’oserais pas donner du sang par exemple.

Dans ton cas et comme suggéré plus haut je pense qu’une thérapie te serait utile, car outre les prises de sang cela pourrait t’aider si par exemple ton enfant se blesse. Certaines blessures sans être graves sont visuellement impressionnante.

le 05/10/2014 à 09h38 | Répondre

Madame Vélo

Merci pour ton témoignage. J’espère que toi aussi trouvera le moyen de surmonter tout ça !

le 08/10/2014 à 12h38 | Répondre

Mathou

Pour continuer sur la lancée des commentaires précédents, je me pose aussi la question de la surmédicalisation de la grossesse en France. (C’est vrai que les pays nordiques ont un taux de mort périnatale idem voir plus bas que nous et pourtant la grossesse et les accouchements sont beaucoup plus « naturels », ils pratiquent beaucoup moins d’actes obstétricaux comme forceps et césarienne aussi). La médicalisation de la grossesse est parfois nécessaire quand on a une grossesse à risque (j’ai été dans ce cas vers la fin), mais sinon c’est vrai que j’ai été ébahie par le nombre d’examens qu’on m’a prescrits et le nombre de prise de sang que j’ai du subir. Je ne dis pas cela pour pour te faire peur, mais au contraire, pour t’encourager à être suivie pendant ta grossesse par un interlocuteur unique, en qui tu aura confiance, qui comprendra ta phobie et du coup ne te prescrira pas des examens à tout va à chaque rendez-vous, mais essayera de les regrouper. Par exemple, si tu dois faire le test du diabète, le labo peut très certainement ce jour là te faire le prélèvement pour la toxo. Idem pour les examens de début de grossesse (bilan sanguin, rubéole et cie) et de fin de grossesse. Comme cela tu limitera le nombre d’actes à faire pratiquer. Je te conseille de te tourner vers un/une sage femme libérale. Elles/ils sont souvent plus à l’écoute des problèmes psychiques des mamans, certains ont parfois un côté plus « naturel » qui remet en question la médicalisation à tout prix, sans pour autant te mettre en danger car elles/ils savent ce qu’elles font. Je ne dis pas que ce n’est pas possible avec un gynéco mais pour ma part j’ai fait mon suivi de grossesse à l’hôpital, j’ai eu des consultations avec une personne différente à chaque fois et où à part me peser, m’examiner et me prescrire de nouveaux examens d’un ton ahuri « hein mais mon collègue ne vous a pas fait faire le bilan truc muche et la prise de sang pour la syphilis???) , je n’ai pas trouvé l’accompagnement psychologique que je souhaitais. Je me suis finalement tournée vers une sage femme à domicile quand j’ai du rester alitée et là j’ai enfin pu poser toute mes questions, mes angoisses, et aussi parler à quelqu’un qui me comprenais sans me culpabiliser.
Sinon je pense aussi qu’il faut choisir le « bon labo ». Un petit laboratoire où tu connais le laborantin , à qui tu as parlé de ton problème et où ça sera toujours lui qui fera le prélèvement sanguin. Ça évite de passer dans des mains différentes à chaque fois et devoir te justifier…
Je pense bien que mes conseils ne sont pas une solution à ton problème, mais peut être que ces petites astuces t’aideront à avoir une grossesse plus douce.
Bon courage!

le 06/10/2014 à 08h57 | Répondre

Mam' Agrume

Voilà des conseils avisés ! (Et bien plus mesurés que les miens… j’avoue que plus je lis et compare mes expériences, plus j’ai tendance à développer une répulsion certaine envers la manière de pratiquer la médecine hospitalière (et par extension ailleurs car les médecins sont surtout form(at)és à l’hosto) en France).

J’ai une idée à ajouter : pourquoi ne pas rencontrer une sage-femme AVANT pour aborder un projet de grossesse plus sereinement ?
Un simple point sur ta contraception peut être un prétexte pour aborder ces choses-là ?

le 06/10/2014 à 22h08 | Répondre

Madame Vélo

Merci pour vos conseils. J’ai effectivement pensé à vérifier que chaque prise de sang sera « rentabilisée » pour en limiter le nombre. Et une amie m’a parlé aussi des sage-femmes libérales, et sans aucun doute je me tournerais vers cette solution !

le 08/10/2014 à 12h42 | Répondre

anne

je me reconnais tellement ! j’ai horreur de ça, je perds connaissance à chaque fois et passe plus d’une heure dans le cabinet et encore quand l’infirmière arrive à remplir les tubes du premier coups…et qu’elle n’a pas à passer sur le deuxième bras….j’arrive même à tomber dans les pommes quand j’accompagne monsieur au don du sang…
Du coup je te comprend complètement, je suis dans le même cas et j’appréhende aussi la grossesse à cause de tout ce suivi médical et des hôpitaux…même si c’est pour la bonne cause…
Du coup pour la prise de sang je me suis fait une raison, de toute façon ça se passera mal et je finirai allongée dans les vapes, la seule chose que je souhaite c’est que monsieur m’accompagne pour me soutenir… Courage !

le 06/10/2014 à 09h20 | Répondre

Madame Vélo

Pour moi aussi c’est accompagnement obligatoire de Monsieur Solex ! en plus il a un effet naturellement apaisant sur moi 🙂 ça ne m’est jamais arrivé mais je pense que si un infirmier se plante et veut recommencer à l’autre bras bah il pourra toujours essayer !!

le 08/10/2014 à 12h44 | Répondre

Madame Patate (voir son site)

Je me retrouve TOUT À FAIT dans cet article. J’ai 25 ans et des broutilles, et pendant 25 ans (pas les broutilles, mais j’y viens, ahah) je n’ai eu que deux prises de sang. Parce que j’ai une phobie des aiguilles, du sang et que comme toi, rien que de parler de ça, ça me donne la nausée et me fait trembler. Je me suis d’ailleurs évanouie les deux fois, ahem. Oui mais je me suis mariée l’an dernier. Et suite à cet évènement, mon mari et moi avons voulu agrandir la famille. Je suis tombée enceinte en avril. Nous en venons aux broutilles, héhé. Ces quelques mois de plus sur mon quart de siècle où j’ai dû faire la prise de sang confirmant ma grossesse et apprendre par la même occasion, que je n’avais pas la toxoplasmose. Et depuis, tous les mois, je fais des prises de sang. Au départ, j’en faisais des cauchemars. J’en pleurais presque, je redoutais toute la journée avant et en parlais encore après. Et puis, promis juré, avec le temps, la peur s’en va presque. On y va toujours a reculons certes, mais on ferme les yeux, on pense très fort que ça ne prendra que trente secondes et puis … C’est terminé.

En revanche, ayant visité la maternité il y a deux semaines, j’ai eu comme une crise de panique lorsque la sage femme a parlé de perfusion pendant l’accouchement. LE CHOC TOTAL. Beaucoup de mes amies me rassurent, car elles n’ont rien eu. Mais pourtant, je flippe. Enormément. Mais encore une fois, même si ça doit être un très mauvais moment à passer pour une trouillarde des aiguilles comme moi, ce ne sera rien comparé au bonheur de voir ma petite fille 🙂

le 06/10/2014 à 19h56 | Répondre

Mam' Agrume

La perfusion, j’y ai eu droit… elle a pas été posée super finement en plus donc elle m’a laissé un bleu énorme. J’ai demandé à ce qu’on me l’enlève (au départ je pensais qu’il s’agissait juste d’une prise de sang), et la sage-femme a doucement rigolé. Bonjour le consentement éclairé du patient (normalement elle aurait DÛ l’enlever à ma demande, surtout que j’ai eu un accouchement hyper rapide et sans anesthésie donc nul besoin de syntocinon).
Un des trucs qui m’ont convaincue de tenter l’accouchement à domicile pour mon 2e !

le 06/10/2014 à 22h15 | Répondre

Madame Patate (voir son site)

C’est vrai ? Rolala, vraiment super nul, alors *_* … Tu as raison, elle aurait dû le faire, et je ne comprends d’ailleurs pas pourquoi elle ne t’as pas écouté. L’accouchement à domicile, je ne sais pas si je pourrais, mon rêve était au départ d’accoucher dans l’eau mais aucune maternité ne le propose près de chez moi 🙁 De toute façon, encore trois mois pour me préparer à tout ça ! Mais ça vient viiiiite.

le 12/10/2014 à 23h34 | Répondre

Madame Vélo

Merci pour ton témoignage, il rassure un peu 🙂 J’ai aussi appris récemment qu’on pouvait être perfusé à l’accouchement et j’ai eu le même choc que toi ! Mam’Agrume, je comprend que tu réfléchisse à un accouchement à domicile. Pour le premier je ferais « comme tout le monde » mais si tout se passe bien j’y réfléchirais aussi pour le deuxième !

le 08/10/2014 à 12h47 | Répondre

Madame Patate (voir son site)

Comme je disais, j’ai encore quelques semaines pour me faire à tout ça, ahah. La perfusion me fait plus peur que la péridurale, en fait. C’est bête, en plus … Mais bon. Je me suis toujours dis que je verrais bien pour la péri, mais me connaissant, je ne tiendrai pas sans ! Alors je sais que le moment venu, aiguille longue comme le bras ou pas, elle sera un vrai soulagement 😀 Je te dirai une fois que mon accouchement sera passé 😉 De toute façon, je voulais peut être en faire le récit, un jour prochain, hihi.

le 12/10/2014 à 23h36 | Répondre

Margot

et sinon contre les phobies, outre les thérapies comportementales bien sûr, quid de l’hypnose? Si ça se trouve ça peut bien dépanner…

le 06/10/2014 à 21h52 | Répondre

Madame Vélo

J’ai pensé à l’hypnose en effet. Si j’essaye un jour je viendrais témoigner si ça fonctionne ou non !

le 08/10/2014 à 12h48 | Répondre

Anne Aunhyme

Pour info, au Canada, ils ne font pas le test de détection de la toxo lors de la grossesse et les gens vont très bien. Suffit de connaitre quelques règles sur les aliments « interdits » et c’est bon je pense. Je ne trouve pas que la grossesse soit un vrai moment de bonheur physiquement parlant donc si cela doit être l’enfer pour chaque piqure cela devient 9 mois qui peuvent être pesants.

le 07/10/2014 à 00h01 | Répondre

Madame Vélo

Un autre pays où je pourrais m’exiler alors ^^

le 08/10/2014 à 12h49 | Répondre

Floconnette

Les filles, je ne veux faire peur à personne mais…. il faut être consciente que beaucoup de femmes peuvent rencontrer de petites anomalies.
Pour le test du diabète, je n’avais, j’insiste, AUCUN antécédent. Et bien j’ai développé un diabète de grossesse! Dans les pays anglo-saxons on ne le teste pas et le reccord de « gros » bébés de naissance est pour ces pays-là….
Donc oui je vous rejoins un peu sur la surmédicalisation, les trop nombreuses contraintes alimentaires etc, mais pas pour le diabète. Je connais d’autres femmes qui en ont eu en France, sans antécédent, comme moi.
Ensuite, mes analyses de sang se sont fortement dégradées sur la fin et j’étais bien contente qu’on l’ait vu car ma santé et celle de mon bébé étaient en jeu (pré éclampsie repérée d’abord dans le sang avec les plaquettes et ensuite dans les urines, donc les urines seules n’aurait pas suffi).

Bref, je comprends la phobie, mais je ne pense pas qu’il y a tellement « trop » de suivi en France. Un peu trop, oui.

Et pour l’accouchement, oui j’ai été perfusée, et quand j’ai fait ma menace d’accouchement prématuré aussi. Et j’étais bien contente d’être perfusée d’eau pour pas que je tombe dans les pommes pendant que je prenais les comprimés toutes les 15minutes pour stopper les contractions…

Donc ce que je veux dire: dans le cas où la grossesse est sans anomalie, pas de souci pour moins médicaliser. Mais même quand on est en forme et qu’on a aucun signe particulier, comme moi, on peut cumuler les soucis….. Il vaut mieux le savoir. C’était déjà beaucoup de stress comme ça alors si en plus j’avais eu peur d’être piquée…. Je préfère prévenir.

Je pense que les autres filles ont raison et qu’une thérapie serait tout indiquée dans ton cas car en effet, s’i ly a le moindre petit souci nécessitant une prise de sang en plus, tu vas te rendre malade 🙁

Mais encore une fois, je ne nie pas et je comprends à peu près (car je ne la vis pas) ta phobie et je la respecte. Je sais que tu veux le mieux pour ton bébé mais que tu as ce gros souci…. Si j’avais un petit conseil, essaie de faire une thérapie et lorsque tu seras enceinte et que tu feras la toxo + la trisomie (éventuellement en même temps comme suggéré plus haut) tu verras ton comportement. Avant il y a peu de risque que tu aies beaucoup d’analyses 😉 ça te permettra de voir comment tu appréhendes la chose et de réajuster la thérapie si besoin.
L’hypnose a été suggérée aussi et je pense que ça mérite qu’on s’y attarde.

le 07/10/2014 à 09h05 | Répondre

Madame Vélo

Merci pour ton témoignage. Je pense aussi qu’il faut adapter la médicalisation aux situations des patientes. Et savoir ce qui peut nous attendre. Malheureusement on a beau savoir, on a toujours tendance à se dire « oui mais nooon, pour moi tout se passera bien ! » ce qui n’est pas toujours le cas !

le 08/10/2014 à 12h52 | Répondre

Mam' Agrume

Je tiens à répondre à Floconnette,

Je ne suis pas anti-médicalisation à outrance, je sais qu’on n’est pas au pays des bisounours, et que la grossesse est une période à risque pour la santé des mères et des bébés.

Maintenant, j’ai expérimenté suivi en France et suivi aux Pays-Bas, et sans vouloir diaboliser, je ne peux que dénoncer la manière dont la mère est considérée en France. Miracle, pour ma seconde grossesse, je n’ai pas l’impression d’être malade, ni d’être un incubateur sur pattes, les examens qui me sont faits me sont expliqués, et aucun examen inutile n’est fait (je n’ai par exemple eu qu’un seul toucher vaginal, et uniquement pour chercher les fils de mon DIU), ni sans mon accord.

Sachant que cette seconde grossesse est une grossesse sur DIU, donc non planifiée, je laisse imaginer les gens comment me laisser un semblant de maîtrise de mon corps m’a aidée à mieux accepter les choses.

En France, le corps médical a tout pouvoir sur le corps d’une femme dès qu’elle porte un enfant. L’intention de départ des soignants n’est jamais mauvaise (ou très rarement…) mais les pratiques très rarement remises en question.
Je ne dis pas qu’il faut se passer de ces examens médicaux. Je dis qu’il ne faut pas les accepter « parce que c’est comme ça » sans comprendre leur bien fondé, s’il existe. Pour la toxo, les études montrent l’inutilité des prises de sang mensuelles.
Pour le diabète, ma glycémie est testée tous les mois, toutes les 2 semaines sur la fin, et s’il y avait eu des facteurs de risque (glycémie mauvaise, atcd, mais aussi surpoids, par ex), le test d’assimilation aurait été fait. Je n’appelle pas ça une absence de suivi.

Enfin, tout acte intrusif a des risques iatrogènes. Là, je parle surtout de l’accouchement. La femme est naturellement faite pour accoucher (entre autres), et moins on intervient, plus les chances pour que ça se déroule normalement sont grandes. Je pense ne serait-ce qu’à la position gynécologique pour l’accouchement, qui favorise les déchirures (ou épisiotomies, par extention) ou même le stress de l’environnement médical, qui peut déclencher une sécrétion d’adrénaline, antagoniste de… l’ocytocine ! (Et aprés ? Injection d’ocytocine de synthèse ? Donc douleur ? Donc péri pas forcément voulue à la base ? Ça peut aller vite…)

Il faudrait que je fasse tout un article là dessus, et certains l’ont fait mieux que moi ailleurs…

le 09/10/2014 à 18h08 | Répondre

Floconnette

oui un article comparant les deux serait super!
Je me suis sans doute mal exprimée mais mon idée de fond était surtout de ne pas forcément faire croire à Mme Vélo qu’elle pourrait se passer d’examens car si par malheur elle a quelques complications (comme j’en ai eues) il y a analyses…. Après j’ai une amie toute jeune maman suivie en UK qui a eu un suivi quasi inexistant comparé au mien, car elle n’avait aucun problème! Tout s’est passé pour le mieux, j’étais presque jalouse 😉
Je te rejoins pour le diabète, il est vrai que des piqûres au bout des doigts, comme je l’ai fait par la suite, peut suffire à faire un tri pour le test de l’hyperglycémie orale provoquée. QUi est violente en effet….
Mais sinon moi ce que je dénocnerais par dessus tout en France n’est même pas directement la surmédicalisation, mais l’absence de suivi psychologique qui nous réduit souvent à des « couveuses ». Là je suis complètement d’accord, à chaque privation supplémentaire (toxo sucre etc) j’en pouvais plus. Une fois quand j’ai dit à mon gynéco que je ne pouvais même plus manger à l’extérieur (amis ou resto) avec toutes ces contraintes il m’a répondu « eh bien, ne sortez pas ». Ah oui, je suis enceinte, finie la vie sociale?
Pour le coup ça m’a plus choquée que d’avoir quelques examens « de trop » peut être 😉

Mais je pense qu’il est intéressant en effet de voir comment ça se passe dans les autres pays.
Je dis juste qu’en cas de souci c’est quand même bien la médicalisation et vu mon accouchement je n’aurais de toute façon tenté aucune autre position que la gynécologique 😉 mais ça ne concerne, évidemment que moi.

le 09/10/2014 à 18h33 | Répondre

Louna

Je suis tout à fait d’accord avec toi Floconnette, ce qui manque le plus, c’est surtout le suivi psychologique pendant toute cette période particulièrement anxiogène.
Si j’ai mal vécu mon premier trimestre, c’est que ma gynécologue n’était focalisée que sur l’aspect purement médical (et encore, pour le bébé, pas vraiment pour la maman). Au contraire, mon suivi à l’hôpital pendant les deuxième et troisième trimestres a été bien plus serein car enfin, j’ai pu rencontrer un personnel capable de se poser 2 secondes pour écouter les angoisses de la maman.

Dans ton cas, Mme Vélo, effectivement, un suivi par une sage-femme libérale qui comprend ta situation particulière peut être une réelle solution.
Bon courage en tout cas !

le 12/12/2014 à 14h26 | Répondre

Marjolie

Au lieu de chercher tous les détours possibles pour essayer d’échapper aux prises de sang, ça paraît être vraiment le bon moment pour faire quelque chose afin de ne pas rester à vie avec cette phobie handicapante (que feras-tu face aux bobos de ton futur enfant? et quand il faudra l’emmener faire, lui-même, ses prises de sang et le rassurer? …et pendant l’accouchement, du sang, il y en aura aussi!) Une thérapie comportementale peut régler ce pb en très peu de séances, ce n’est pas du tout comme une thérapie tout court qui demande un investissement beaucoup plus grand. Il y a des psys spécialisés dans ce type de thérapies, demande à ton médecin ou essaie de faire marcher du bouche-à-oreille.

le 12/10/2014 à 09h53 | Répondre

caro

ca ne servira probablement à personne ce commentaire mais je suis contente qqpart de voir que je ne suis pas la seule et que depuis le temps vous devez toutes avoir un deux trois enfants …
pour l’instant je vais à reculons (enceinte, 2e trimestre) à tous les examens mais bon je les fais …
dur dur surtout quand les soignants sont un mix de « je m’en fous » et « voyons, vous êtes adulte madame » »
:/

le 22/07/2017 à 10h52 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?