Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Quand c’est le papa qui prend un congé parental


Publié le 23 juin 2016 par Étoile

Aujourd’hui, j’ai décidé d’aborder un sujet intimement lié à la reprise du travail de la maman : le congé parental, mais du côté papa ! Ayant été arrêtée très tôt dans ma grossesse, il me semblait malvenu vis-à-vis de mon employeur de retarder ma reprise, d’autant plus que je travaille dans un domaine où la masse de travail est intense à certaines périodes de l’année. Il était donc préférable que je revienne travailler à la fin de mon congé maternité officiel.

Néanmoins, il était inconcevable pour nous de confier Petit Prince à quelqu’un d’autre qu’un de ses parents avant ses 6 mois. Notre solution : négocier avec nos employeurs respectifs pour que Petit Prince soit gardé par Maman ou Papa jusqu’à ses 6 mois.

Une décision de couple

Quand je suis tombée enceinte, j’ai préparé assez tôt mon retour. Voulant être arrangeante avec mon entreprise, je suis revenue tout de suite après la fin de mon congé maternité. Grossière erreur, car le corps n’est pas encore totalement prêt, de mon point de vue. C’est tôt, trop tôt, et bébé est encore très petit.

J’ai demandé à mon mari s’il serait envisageable pour lui de prendre un congé parental de quelques semaines, afin que je puisse revenir travailler lors des périodes de rush dans mon entreprise, pour ensuite retourner garder Petit Prince jusqu’à ses 6 mois lors des périodes de travail creuses.

Il a été assez dubitatif au début : ni pour, ni contre. Il ne l’a pas mal pris pour autant. Je crois qu’il était juste surpris. Mais l’idée a fait son petit bout de chemin, et c’est avec enthousiasme qu’il a accepté cette solution quelques semaines après notre première discussion.

Petite parenthèse administrative : aucun employeur ne peut refuser un congé parental, à condition que la demande ait été faite un mois avant la fin du congé maternité. Pour ma part, j’ai liquidé mes congés pour garder un peu plus Petit Prince, mais mon mari, lui, a eu besoin de poser un vrai congé parental.

Le congé parental pris par le père

Crédits photo (creative commons) : Jon DeJong

Le regard des autres

Cette décision a néanmoins été très mal perçue.

Pas spécialement par son employeur, qui ne pouvait rien dire, d’autant plus que Monsieur Étoile travaille dans un service où on peut facilement le remplacer.

Mais j’ai eu droit à des reproches de ma belle-famille : « Mais tu as pensé à sa carrière ? » « Ce n’est pas à l’homme de garder l’enfant ! » « À notre époque, ça ne se faisait pas ! » J’ai eu l’impression d’être une épouse égoïste, qui ne pensait qu’à sa propre carrière.

Dans notre cercle d’amis et dans notre travail, les gens ont été pour la plupart surpris, mais en même temps amusés d’envisager mon mari en papa au foyer !

Dommage que les mentalités aient encore du mal à évoluer sur ce sujet. Pour ma part, je ne vois que du positif à une telle situation : ça permet de créer un peu plus de lien entre le papa et son bébé, et surtout, ça permet de donner au papa plus confiance en lui, confiance qui lui manque souvent, persuadé qu’il est que les mamans savent « mieux faire les choses ».

Comment s’est passé ce congé parental ?

J’ai recueilli les impressions de Monsieur Étoile, qui s’est prêté au jeu et a mis en avant des points que je n’avais pas envisagés. Son impression générale est que ces deux mois avec Petit Prince se sont bien passés.

Voici les avantages qu’il recense :

  • C’est mieux pour bébé de rester le plus longtemps possible avec un de ses parents.
  • Il a pris confiance en lui.
  • Il a aussi créé un lien réel et plus fort avec son fils.
  • Ce congé lui a permis d’éviter une très grosse période de travail dans son entreprise (oui, c’est bête, mais ça compte !).
  • Dernier point, à corréler avec l’avantage cité précédemment : le papa n’a pas de congé maternité ! Ces deux mois avec bébé ont été certes intenses, mais ils lui ont aussi permis de « récupérer » d’une certaine manière.

Concernant les inconvénients, ils se rapprochent de ceux qu’une maman en congé maternité peut noter :

  • On n’a pas de vrai rythme de vie (ou comment être encore en pyjama à 13h…).
  • Les journées passent à une vitesse folle.
  • On peut se sentir parfois « coupé du monde ».

Pour ma part, j’aimerais aussi mettre en avant les points suivants :

  • Mon mari sympathisait avec les commerçants du quartier, car pour eux, c’était atypique de voir un papa avec son tout-petit ! Même si le regard familial n’a pas été tendre, force est de constater que la bienveillance des gens extérieurs à notre famille (corps médical, commerçants, etc.) était réelle.
  • J’ai trouvé mon mari aussi plus zen et serein, et je lui accorde à présent une confiance totale pour s’occuper de notre fils, alors qu’il était mal à l’aise durant les premières semaines de vie de bébé.
  • Du côté de Petit Prince, celui-ci était bien et serein avec son père. Mon mari l’a ouvert à d’autres horizons et lui a apporté des choses différentes par rapport à ce que je pouvais lui apporter.

Cette période s’est tellement bien passée que nous envisageons que le papa arrête de travailler quelques mois… Pour d’une part, garder bébé, et d’autre part, envisager une reconversion professionnelle et/ou la recherche d’un nouvel emploi pour lui.

Et toi ? Comment s’est passée la fin de ton congé maternité ? Ton mari a-t-il pris un congé parental ? Comment s’est-il passé ? Viens nous raconter !

Pssst ! Décidément, on te gâte cette semaine ! Reviens sur le blog à 11h, pour avoir une petite surprise 😀

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

32   Commentaires Laisser un commentaire ?

Cacy

J’ai la chance de vivre dans un pays où les 2 parents prennent des congés parentaux pour s’occuper du bébé. Généralement la mère prends 6-9 premiers mois car elle allaite et le père les 6-9 suivants.
Et ici un père qui ne s’arrête pas serait plutôt mal vu.

L’égalité continue après car les papas aussi s’arrêtent lorsque l’enfant est malade !

J’espère que les mentalités changeront aussi en France.

le 23/06/2016 à 08h43 | Répondre

SwissGirl

Voilà un pays équilibré ! C’est bien ça !!! Où es-tu ?

le 23/06/2016 à 13h00 | Répondre

Cacy

En Suède.

le 23/06/2016 à 13h58 | Répondre

Étoile (voir son site)

Pour avoir vécu dans un pays nordique, cela ne m’étonne qu’à moitié 🙂 Je trouve cela absolument génial !

le 23/06/2016 à 15h05 | Répondre

Madame Vélo

C’est vraiment chouette ça ! Mais quel dommage d’avoir eu ces remarques de la part de la famille ! Alors que j’ai l’impression que de façon générale les gens sont agréablement surpris quand ils rencontrent une famille qui a prit cette décision. Vu notre situation aujourd’hui ce n’était pas possible que mon mari prenne un congé parental (et complètement inutile vu que je suis à la maison de toute façon !) mais on espère tous les deux que pour au moins l’un de nos enfants notre situation aura changé et qu’il pourra le faire ! Bravo de nous en avoir parlé 🙂

le 23/06/2016 à 08h55 | Répondre

Étoile (voir son site)

On a tellement apprécié de le faire qu’on l’envisage à nouveau pour bébé 2 🙂

le 23/06/2016 à 15h06 | Répondre

Annia (voir son site)

Wouahou! C’est génial! C’est rare de lire ce genre de témoignage en France! Je trouve ça dommage que tu aies eu à entendre ce genre de réflexions… Bon, après, de la part des parents et beaux-parents, il fallait s’y attendre, à leur époque, c’était vraiment différent. J’ai récemment entendu que j’étais la « cheville ouvrière » de la famille, et que donc, je ne pouvais pas être en mauvaise santé. Et mon mari, c’est qui? Le voisin de palier? Bref, les mentalités sont encore à changer, mais ça n’empêche pas de mon mari de s’occuper autant de notre fils que moi!

le 23/06/2016 à 10h56 | Répondre

Étoile (voir son site)

Tant mieux 😉 En même temps, dur dur de se faire comprendre par les anciennes générations. Les gens sont maladroits et surtout comparent des époques… qui ne sont juste plus comparables !

le 23/06/2016 à 15h08 | Répondre

Miss Chat

Rho je crois que je serais hyper remontée si on nous avait sorti ce genre de réflexions ! :/
Mon mari dit souvent qu’il pourrait s’arrêter complètement de travailler et devenir homme au foyer. Je crois qu’il s’épanouit plus avec sa fille et à la maison qu’en travaillant 🙂 Moi, en soi, je veux bien, mais faut pouvoir se contenter de mon seul salaire. Et pour l’instant oups…

le 23/06/2016 à 11h46 | Répondre

Étoile (voir son site)

+1 ici. La nouvelle lubie de Monsieur Etoile, c’est d’avoir 4 enfants pour devenir papa au foyer 🙂

le 23/06/2016 à 15h09 | Répondre

Madame Fuschia

J’ai été au chômage pendant ma grossesse et à la fin de mon congé maternité je voulais absolument retrouvé un emploi. J’ai repris un travail au 3 mois de mon fils.Cela a été un peu dure de passer 24h/24 avec lui a absente 10h par jour. Pendant mon congé maternité, je trouvais ça un peu injuste pour mon mari. (je profitais à 100% et lui juste 2 jours par semaine)
C’était dur a accepter pour nous 2 que notre enfant soit plus souvent chez la nourice qu’à la maison. Du coup mon mari à pris un temps partiel parental de 6 mois(80%). Comme ça il a son fils rien que pour lui pendant une journée !
Et cerise sur le gateau moi j’ai un matin par semaine ou je me lève plus tard et je peux prendre mon temps! ( hé oui je n’ai pas le petit à gérer)
Meme si financièrement c’est compliqué…on a trouvé le bon compromis entre profiter de bébé et travailler.

Dans notre entourage c’est le seul papa à avoir fait ça…. mais nous n’avons eu aucune remarque.
Ps : si j’avais pu j’aurai également pris un 80%.

le 23/06/2016 à 12h05 | Répondre

SwissGirl

Je trouve que c’est une excellente stratégie !! Quelle bonne idée !! Le moment venu, nous y penserons aussi, tiens !

le 23/06/2016 à 13h04 | Répondre

Étoile (voir son site)

On y songe fortement pour l’arrivée de bébé deux cette solution, car les weekends sont bien trop courts avec bébé !

le 23/06/2016 à 15h16 | Répondre

Madame D

Je trouve ça trop top !!! Et vraiment dommage les refléxions de la famille. Je garde espoir que les mentalités ce mettent a changer !

le 23/06/2016 à 12h11 | Répondre

Jojo

Je suis choquée de lire les réactions de la famille ! Particulièrement « Mais tu as pensé à sa carrière ? » Il est donc normal que la femme ne pense pas à sa carrière, mais impensable que l’homme fasse de même ? Ca me hérisse le poil à chaque fois… il est d’autant plus important de nos jours que le papa crée un vrai lien avec son enfant, et ce n’est possible qu’en prenant du temps pour cela…

le 23/06/2016 à 13h22 | Répondre

Étoile (voir son site)

Entièrement d’accord ! Je n’ai pas voulu être critique dans mon article, mais quand je vois la relation de mon mari avec son père… Monsieur Etoile a voulu aussi prendre ce congé par choix, car il voulait justement avoir un lien fort avec son fils et ne surtout pas reproduire ce qu’il a vécu !

le 23/06/2016 à 15h18 | Répondre

Croco

Ici, nous n’avons pas pu prendre de congé parental (ou peut-être osé, car au final notre budget nous l’aurait surement permis en faisant attention). En revanche, mon mari a pris son congé paternité juste à la fin de mon congé maternité pour que notre fils puisse entrer à la crèche un peu plus tard (comme ensuite, il y avait les congés de Noël, on a gagné 3 semaines, ce qui est déjà beaucoup à cet âge là). Pour un prochain, nous espérons pouvoir prendre chacun un 80% du temps, pour pouvoir avoir chacun notre journée avec nos enfants… Et je pense que personne n’y trouvera rien à redire dans nos familles respectives (d’ailleurs, mon frère et ma belle-sœur le font actuellement).

le 23/06/2016 à 13h25 | Répondre

Étoile (voir son site)

On songe exactement à la même chose pour bébé 2 🙂

le 23/06/2016 à 15h18 | Répondre

Christelle

Merci pour ton récit !
Mon homme veut prendre un congé parental, pour lui aussi le bébé doit être avec ses parents et il estime que c’est aux parents de s’occuper de lui.
Je trouve ça vraiment génial car personnellement je ne me vois pas m’arrêter plus que le congé maternité pour m’occuper de bébé non pas que je sois carriériste mais j’aime mon travail, je suis à coté de la maison et j’ai des horaires de bureau et beaucoup de vacances donc je pourrai profiter du bébé et de mon homme presque autant que je le souhaite !

le 23/06/2016 à 14h53 | Répondre

Étoile (voir son site)

C’est super ! Autant en profiter 😉

le 23/06/2016 à 15h19 | Répondre

Mlle Moizelle

J’ai survolé les commentaires pour voir s’il n’y avait que moi que ça choquait ou bien… Et ben on dirait que oui, je suis la seule…
Je trouve génial que ton mari et ton fils aient passé du temps ensemble, je trouve génial qu’enfin il y ait des papas au foyer, mais ce qui me gène c’est la raison qui vous a amené à cette situation. Que tu te sentes obligée, vis-à-vis de ton employeur, parce que tu as quitté ton boulot tôt dans ta grossesse.
… je ne sais même pas comment dire à quel point je trouve ça triste de considérer ce genre de chose, devoir quitter son tout petit « par égards » envers son boss et sa boite… C’est quoi nos priorités à la fin! :-/
Je sais qu’il y a des femmes qui ne peuvent absolument pas financièrement rester avec leur petit, mais retourner au travail parce que c’est « malvenu vis-à-vis de [t]on employeur de retarder [t]a reprise » je trouve ça vraiment triste.
Heureusement que vous ayez pu trouver une solution pour que PetitPrince reste avec l’un de ses parents et qu’en plus cela ait été une période bénéfique pour lui et ton mari!!!

le 23/06/2016 à 16h05 | Répondre

Mlle Mora

Je pense qu’en général ce sont les hommes justement qui n’osent pas s’arrêter vis à vis de l’employeur… Et comme le dit Christelle, quand on aime son boulot, on ne se voit pas forcément prolonger le congé maternité. Ici, la situation est donc un peu « inversée » par rapport à d’habitude, car Etoile est celle qui « doit » retourner travailler au plus tôt.
C’est vrai que c’est triste que le monde du travail mette autant de pression, moi aussi à mon retour de congé mat, j’ai refusé le congé patho alors que je n’étais pas super en forme, car je culpabilisais de ne pas retourner au boulot tout de suite. Avec le recul, je regrette un peu car quelques semaines de plus ce n’est rien pour l’employeur alors que pour bébé oui.
Pour bébé 2, le papa et moi allons nous mettre à 80% – on peut pas se permettre qu’un de nous deux s’arrête, mais les week ends seront plus longs avec nos filles ! 🙂

le 23/06/2016 à 17h37 | Répondre

Mlle Moizelle

Oui, c’est exactement ça: « quelques semaines de plus ce n’est rien pour l’employeur alors que pour bébé oui ». Merci d’avoir trouvé les mots que je cherchais! 😉

le 23/06/2016 à 18h05 | Répondre

Mlle Moizelle

Et je vous souhaite de supers moments pendant vos longs week ends!
Nous avons décidé que rien ne remplacerait ma présence auprès de notre enfant (et qu’en plus je compte l’allaiter le plus longtemps possible) et donc nous vivrons avec un seul salaire… Mais si Plus tard je reprends un job à temps partiel, il est probable que mon mari se mette à 80%, aussi pour de longs week ends!

le 23/06/2016 à 18h07 | Répondre

Étoile (voir son site)

Tu as de la chance 🙂 En région parisienne, impossible de vivre sur un seul salaire, et je ne suis pas prête à renoncer à une qualité de vie minimum, et puis ce serait compliqué de toutes les manières. Si pour bébé 2, je prends un congé parental, on devra vivre sur nos économies.

le 24/06/2016 à 09h59 | Répondre

Étoile (voir son site)

Merci pour ton commentaire. Entièrement d’accord avec toi, mais à l’époque j’étais encore trop naïve et gentille. J’ai fait tout cela… pour n’avoir aucune reconnaissance ! Mais après j’y vois quand même deux choses très positives pour moi : j’ai pu reprendre « en douceur » car c’est plus rassurant quand le papa est à la maison et je suis revenue travaillée au bon moment dans le sens où j’ai réussi à retrouver en une semaine un nouveau poste en interne avec un responsable carrément plus humain et un boulot plus adapté à une vie de famille, mais aussi plus intéressant (gros coup de bol et très bon timing : le poste était ouvert et non pourvu lorsque je suis revenue de congés mat !). Pour bébé 2, je verrai les choses différemment et je pense prendre un congés parental supplémentaire de quelques mois (et mon mari aussi 🙂 ).

le 24/06/2016 à 09h56 | Répondre

Mlle Moizelle

Oui, nous sommes en partie « chanceux » car notre loyer n’est pas très élevé, mais pour le reste, je pense que c’est une question de priorité. Mon mari ne gagne pas plus de 1300 par mois, nous ne sommes pas « riches » d’argent mais d’amis, de loisirs, d’amour… Je ne pense pas avoir renoncé à « un confort minimum » (nous invitons souvent, nous avons une voiture -lui a une voiture de fonction, nous mangeons bio, quand on a « besoin » de quelque chose d’important -machine à laver qui tombe en panne ou ordi qui ramait vraiment trop car très vieux- on achète sans être dans la m** pour autant, on a des économies,…) mais tout dépend de ce que chacun considère comme son « confort minimum » en fait! Nous ne fumons pas, on ne voyage pas beaucoup, on ne se fait pas un ciné par semaine ni un restau tous les 15 jours, on a des téléphones pour téléphoner seulement et on ne rachète que si ça casse, on attend les soldes pour les fringues et on achète souvent d’occaz (aussi pour le côté écolo et contre la société de conso)…
En fait, c’est bizarre parce qu’on a souvent l’impression de se faire plaisir, je n’ai pas souvent le nez dans les comptes, et beaucoup se demandent comment on fait… Et parfois moi aussi! ^^

le 24/06/2016 à 15h43 | Répondre

Mlle Moizelle

Et non, les patrons ne sont pas « reconnaissants »… Les bébés non plus (quoi que des années plus tard ils peuvent l’être!) et c’est bien à nous de faire nos choix par rapport à nous même, et à être fières de ces choix, sans chercher de reconnaissance ailleurs… Mais c’est pas facile, je sais!

le 24/06/2016 à 15h45 | Répondre

Laura

Bonjour Mlle Moizelle, je ne suis pas vraiment d’accord avec toi concernant l’intérêt de reprendre plus tôt le travail… Au-delà de l’aspect financier, être absente « trop longtemps » ça finit par coûter cher en termes de carrière. Parce que quand on est absente, on se fait oublier. Les dossiers importants et intéressants sont confiés à d’autres. On perd le fil des gros dossiers en cours, des actualités de la boîte, et au retour on est larguée donc pas forcément crédible pour reprendre un poste à responsabilités. Et non, ce n’est pas forcément vrai que « quelques semaines de plus, ce n’est rien pour l’employeur » : selon la boîte et selon le poste tenu, ça peut faire une grosse différence ! Aujourd’hui je suis moi même en position de chef et j’ai des subordonnés qui s’absentent plus longtemps que prévu (congé parental, congé maladie). Je ne leur en veux pas personnellement mais honnêtement ça nous met dans l’embarras et du coup je ne leur confie plus les gros dossiers importants car pas possible qu’il y ait un « trou » dans le suivi, trop risqué pour nous. C’est dommage pour eux d’un point de vue strictement professionnel, car ils auraient merité qu’on leur confie des choses intéressantes, maintenant je comprends qu’ils aient d’autres priorités en ce moment… Quoi qu’il fin soit je peux comprendre que certaines veuillent revenir assez vite au boulot, histoire de ne pas être trop sur la touche à leur retour. La carrière ça peut être source de fierté et d’épanouissement aussi…

le 27/06/2016 à 15h50 |

Doupiou

Super ton article ! C’est top de voir que tout s’est bien passé pour votre famille mais tellement navrant d’entendre de tels propos clichés ! Finalement, tu devais peut-être t’y attendre !
En tout cas chapeau à vous deux d’avoir pu trouver une solution pour le bien-être de bébé !

le 23/06/2016 à 19h50 | Répondre

Étoile (voir son site)

Merci 🙂 Avec du recul maintenant et pour bébé 2, c’est certain qu’on essayera que l’un des deux parents soit avec bébé au moins jusqu’à ses un an. On a eu de la chance que Petit Prince soit un bébé sociable et éveillé, ouvert… donc il a très bien vécu la transition, mais j’aimerai vraiment faire différemment la prochaine fois.

le 24/06/2016 à 10h02 | Répondre

NINA

Bonjour,

Je suis étudiante sage-femme à Rennes et je rédige un mémoire sur le congé parental pris par les pères.
Accepteriez vous de discuter avec moi?
Bien cordialement
Nina

le 31/03/2018 à 18h21 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?