Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

La question du deuxième enfant


Publié le 26 janvier 2015 par Sweetday

Pour certains, c’est évident. Parfois même il est planifié au mois près, si la nature le permet. Pour moi, le deuxième enfant n’est pas forcément une évidence, mais un choix mûrement réfléchi.

En effet, l’arrivée de notre premier enfant a considérablement changé notre quotidien, comme je le racontais dans un autre article sur ma dépression post-partum. J’ai appris à être maman avec beaucoup de difficultés les premiers mois. Au bout d’un an, je me suis dit sous forme de bilan « ça y est, nous avons atteint un équilibre avec notre fils, nous sommes enfin heureux, je ne veux pas d’autre enfant ».

Au même moment, des amies commençaient déjà à envisager le 2e, voulant des enfants rapprochés en âge. Ça m’a beaucoup remué. Je suis passée par tous les questionnements, me remettant en cause : est-ce que j’étais normale de ne pas vouloir d’autre enfant ? Égoïste ? Pas assez courageuse ? Mais comment font les autres ?

grande soeur et petite soeur

Crédits photo (creative commons) : Lauren Hammond

Mon conjoint, qui lui était sûr de vouloir au moins un autre enfant, me laissait dire « non, plus d’autre enfant », sachant que probablement un jour je changerais d’avis. Comme il ne me mettait pas la pression, je me suis détendue et j’ai arrêté de penser à ça, profitant de mon fils et de ma nouvelle vie avec bonheur. Je me suis dit « si j’en ai envie un jour, je le ferai et c’est tout ! ».

Mais quand alors que je pensais être tranquille, la société et ma famille se rappellent à moi ! Les questions des collègues sur « le petit deuxième » affluent de toute part, à partir des 2 ans de mon premier enfant. Et s’intensifient au fur et à mesure des mois : dès que j’ai mal au ventre, des nausées, ou juste un petit coup de fatigue, on me lance des œillades complices ou suspicieuses. Je dois me me justifier sans cesse, et donc y penser alors que je m’étais laissé du temps pour y réfléchir.

Jeune mariée, il a déjà fallu vivre ça juste après la cérémonie (parfois même pendant, dans les discours de la famille ou des amis) ! Hé bien sache que ce n’est pas fini : une fois le premier arrivé, il y a encore cette étape du « à quand le deuxième ».

Certains m’ont fait culpabiliser. Quand je disais ne vouloir qu’un enfant, on me traitait d’égoïste, que mon fils serait forcément malheureux et déséquilibré. Sympathique pour ceux qui sont enfants uniques eux-mêmes, ainsi que pour leurs parents qui parfois ont fait le choix d’un seul enfant pour des raisons morales, financières, ou tout simplement pratiques. Et sympathique aussi pour ceux qui n’ont pas eu le choix d’avoir un seul enfant, à cause de problèmes médicaux, d’une séparation, de soucis de la vie.

Ma propre mère a eu ces réflexions quand j’étais au plus mal, en plein dépression post-partum. J’ai dit que je ne voudrais pas d’autres enfants (ce qui était un cri de détresse, un appel à l’aide plutôt qu’autre chose), et elle s’est moquée de moi, en disant « Bah, tu dis n’importe quoi, un enfant unique c’est triste, et puis tu changeras d’avis, tu verras ! ». Comme elle est elle-même enfant unique, ce qu’elle a dit m’a beaucoup touché.

Et la grande question de la différence d’âge entre deux enfants… Prépare-toi à entendre tous les avis ! Mais ce que je retiens, c’est que beaucoup sous-entendent que passé 2 ans et demi de différence, tes enfants ne pourront pas s’amuser ensemble, et que donc ils vont s’ennuyer et perdre de la complicité. Encore une façon de te faire culpabiliser. Je me suis renseignée pour me rassurer, et effectivement, tout dépend du caractère de tes enfants : ils peuvent être très proches et complices avec 1 an d’écart comme avec 10 ans d’écart !

Aujourd’hui, j’ai envie d’un autre enfant. Pas pour les autres, mais pour nous, notre petite famille de trois personnes et deux chats. Oui, mais pas tout de suite : après notre mariage, l’année prochaine, nous commencerons les essais.Notre premier enfant aura au moins 4 ans, voire 5 ans, à la naissance du second, ce qui nous va parfaitement : il sera autonome, et c’est ce que nous voulions.

Je suis tombée enceinte à 27 ans, comme ma mère. Mais je n’en aurais pas un autre à 30 ans, comme elle : je suis différente, et faire le deuxième n’appartient qu’à nous. Et puis aujourd’hui, après l’achat d’une maison, nous sommes très justes financièrement. L’arrivée d’un autre enfant serait vraiment difficile, argument que peu comprennent, alors que pour moi, c’est essentiel : je ne me vois pas renoncer à travailler pour garder mon deuxième enfant, simplement parce que mon salaire ne suffirait plus à compenser la garde !

Ce que je voudrais, c’est que chacun respecte les choix des autres. Cela vaut pour la façon de se conduire pendant la grossesse, sur l’allaitement au sein ou au biberon, et surtout, surtout, sur le fait de faire un enfant ou pas ! C’est un choix si personnel, qui impactera TA vie et pas celle de ceux qui donnent des conseils.

Aujourd’hui, je n’écoute plus les avis des autres (enfin !), j’avance au jour le jour. Et qui sait, je reviendrais peut-être dans quelques années te parler de ma famille nombreuse de 5 enfants !

Et pour toi ? Ça a toujours été évident que tu aurais plusieurs enfants ? Tes sentiments se sont-ils confirmés quand tu as eu ton premier enfant, ou tu t’es posée beaucoup de questions ? Tu as envisagé d’avoir un enfant unique ? Raconte !

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

14   Commentaires Laisser un commentaire ?

Chat-mille (voir son site)

J’aurais pu écrire cet article ! Quand j’ai eu ma fille, la grossesse et les premiers jours ont été tellement durs que moi aussi je jurais qu’on ne m’y reprendrais plus. Ça m’a fait rire ton mari qui te laissait dire, le mien a fait exactement pareil ! Peu après, la situation s’est inversée : notre petite a été tellement difficile durant ses premiers mois que mon mari a renoncé à ses rêves d’autres enfants pour préserver sa tranquillité future… Et c’est moi qui l’ai laissé dire ! Aujourd’hui nous sommes d’accord tous deux pour en avoir un autre, mais pas tout de suite ! Et quand ma mère me demande quand on fait le prochain (elle ça lui semblait même incompréhensible que je reprenne la pilule après mon accouchement !), je lui dis d’aller frapper chez ma soeur, qui a un bon boulot et un ami ingénieur, elle, et qui peut donc se le permettre. Comme tu dis, c’est fou que les gens ne comprennent pas que tu as peut-être besoin de faire autre chose que des enfants de ta vie, et que dans certains cas, ce serait même risqué de faire des enfants sans songer aux conséquences financières. Pour ma part, je compte attendre que ma petite ait deux ans, pour faire coïncider le nouveau bébé et l’entrée à l’école. Deux bébés à la maison, pas de travail, pas de garde… Ça me paraît ingérable !

le 26/01/2015 à 10h02 | Répondre

Claire Gezillig

Je ne vais pas trop m’exprimer sur la question du deuxième étant donné que le premier n’est pas encore à l’ordre du jour par ici… (même si pour le moment, j’aimerais bien en avoir trois… mais tout est théorique, je suppose bien qu’on voit une fois qu’on a pu en avoir un, si et quand on veut un deuxième…)

Mais je commente tout de même pour te rassurer.
J’ai un frère avec qui j’ai 15 mois de différence et une petite soeur six ans plus jeune, et bien, je suis très proche des deux 🙂
Pas de la même façon mais vraiment, proches pour les deux. D’ailleurs, c’était mes deux témoins de mariage 🙂

le 26/01/2015 à 10h50 | Répondre

Sweetday

Merci de me rassurer ! Finalement tout dépend beaucoup du caractère des enfants. Et s’ils ne s’entendent pas, eh bien ça ne sera pas de ma faute ! 🙂

le 27/01/2015 à 10h12 | Répondre

isabelled

Oui, c’est curieux toutes ces remarques intrusives autour de la parentalité, de l’éducation, de nos choix. Ce qui m’aide face à ces remarques, c’est de me souvenir toujours que les gens qui nous disent tout ça parlent d’eux avant tout, de LEURS peurs/envies/frustrations. A partir de là, ça désamorce la colère que je peux ressentir et je les interroge sur eux. « Tu aurais aimé avoir un 2ème ? Tu n’as pas aimé être enfant unique ? Tu n’étais pas prête quand tu as eu ton 2e ? » (très souvent le cas = grosse culpabilité des mères = elles transmettent l’impératif social du « il faut un 2è » pour se protéger).
Ici, c’est et ce sera un seul enfant en tout cas. j’ai eu une chance folle de tomber enceinte bien au-delà de 40 ans, on ne tentera pas 2 fois ! Mais au moins, mon âge fait que mes proches ne me posent aucune question…

le 26/01/2015 à 11h16 | Répondre

Sweetday

Oui tu as raison ça renvoie à tellement de choses personnelles… D’ailleurs c’est pour ça que je parle de ma propre mère et que je me compare à elle, on a un « schéma » dans la tête et si les autres ne s’y conforment pas, quelque part on se dit qu’on doit « défendre » la façon dont on a été élevés, alors qu’en réalité chacun fait à sa sauce. Je vais essayer de ne plus m’énerver et de leur retourner la question maintenant 🙂

le 27/01/2015 à 10h13 | Répondre

Maman poule

L’important c’est que chacun fasse comme il veut, il n’y a pas de norme. C’est une décision de couple mais c’est vrai que la pression sociale est parfois dure à vivre. Et quand tu as deux enfants du même sexe on te pousse à tenter un troisième pour avoir l’autre. Alors que tu fais un troisième enfant pour avoir un autre enfant pas pour avoir spécifiquement un garçon ou une fille.
Même avec trois enfants (garçon et fille) on me fait régulièrement le coup du petit quatrième. Et parfois c’est lourd.

le 26/01/2015 à 13h48 | Répondre

Mademoiselle D

Je comprend totalement. J’ai toujours reve d’avoir au moins 2 enfant voir 3 ou 4 ! Et j’en reve toujours !!! Sauf que ma fille vient d’avoir 13 mois et je n’ai toujours pas réussi a retrouvé un équilibre. Pourtant tout est parfait ! Ma grossesse a été parfait, l’accouchement aussi, un babyblues dur a vivre mais très rapide, un bébé qui a eu des pb d’estomac mais qui a fait ses nuits tres vite et de bons medecins l’ont aidé vite aussi !
Mais le probleme ne vient pas d’elle.
C’est juste qu’on arrive pas a retrouver notre vie de couple ! Et depuis que j’ai repris le travail (a ses 10 mois) c’est pire.
Pour l’instant quand on me demande pour quand est le deuxieme je repond « apres le mariage ». Facile. Et je le veux ce deuxieme apres le mariage ! Et mon fiancé aussi ! Mais je sais aussi que ça va etre encore plus desorganisé …
Et le pire dans tout ça : c’est que je suis la premiere a posé ces questions pourri : pendant un mariage « a quand le bebe » et pour celles qui en ont déja « a quand le 2eme/3eme/4eme (rayé les mentions inutile) ».
Bref, c’est pas simple tout ça !!!

Courage à toi en tout cas ! et félicitation pour ton mariage !

le 26/01/2015 à 16h43 | Répondre

Sweetday

Je te comprends tout à fait. Je n’en ai pas parlé dans l’article mais il me fallait absolument retrouver une vie de couple « normale » avant d’envisager le 2e enfant. Et je tiens à profiter aussi de mon futur époux tant que je peux avant de replonger dans les nuits blanches et le degré zéro de l’intimité ! Bon c’est vrai, maintenant on est prévenus, mais quand même.

le 27/01/2015 à 10h17 | Répondre

Mme Alenvers

je ne comprends pas cette intrusion des autres dans nos vies… et surtout cette facon a vouloir suivre la ‘normalité’ des enfants. qu’on n’en veuille pas, qu’on en veuille qu’un, qu’on en est 2 du même sexe et qu’on ne souhaite pas de 3eme… les gens se permettent tout un tas de jugement, ca m’oripile 🙂 de mon côté j’ai 10 ans d’écart avec ma soeur. Certe quand j’étais jeune j’ai été élévée un peu facon enfant unique puisqu’à l’adolescence ma soeur habitait deja en dehors de la maison. Néanmoins elle a toujours été une grande soeur pour moi et qu’on ai 2 ou 10 ans de différence de ce côté je ne pense pas qu’il y ait de différence, nous n’avons pas jouées ensemble (quoique) mais elle était là pour me donner plein de conseil à l’adolescence avec un recul nécessaire. Et depuis que je suis ‘adulte’, un boulot, une maison… je n’ai jamais été aussi proche d’elle et nos 10ans d’écart ne se ressentent pas du tout. Alors surtout n’écoute pas les autres et fait en fonction de ce qui te plait à toi et à ton mari!

le 26/01/2015 à 17h33 | Répondre

Mlle Mora

C’est vrai que les réflexions peuvent être gonflantes, surtout que ça touche quand même à l’intimité d’un couple : comme si les gens s’introduisaient dans ta chambre et vous disaient : alors ? Vous le faites ce 2ème bébé ?! Horripilant !
Mais comme le dit plus haut isabelled, les gens parlent avant tout d’eux mêmes, de leur expérience ou de leurs propres projections… et ne pensent pas forcément à mal en nous posant ce genre de question. L’important, c’est bien que ton mari et toi fassiez ce que vous souhaitez quand vous le souhaitez, pour le plus grand bonheur de VOTRE famille !

le 26/01/2015 à 20h05 | Répondre

audrey

Je n’ai pas encore d’enfants mais je me sens presque obligée d’en avoir vu la pression que l’on nous mets,famille, amis, collegues (Bien que dans ma famille on ne m’embete absolument pas avec ca, mes parents me disent que c’est ma vie et que je fais bien comme je le souhaite

le 27/01/2015 à 06h55 | Répondre

Sweetday

Alors Audrey, surtout ne te sens pas obligée de faire des enfants si pour le moment tu n’en as pas envie ! C’est un piège. Un petit conseil : fais-toi une liste de choses que tu as très envie de faire (faire un treck au Pérou, apprendre la salsa, retrouver des amis que tu n’as pas vus depuis longtemps, pourquoi pas « faire un enfant » aussi si tu le veux, etc…) et après met leur des numéros pour voir quelle est ta priorité. ça aide bien, je te jure ! Et rien n’interdit de changer de priorité en cours d’année !

le 27/01/2015 à 10h25 | Répondre

Floconnette

Bonjour Sweetday,

Je te rejoins sur tous les points. Mon fils aura un an dans 3 semaines et on m’a déjà posé la question des tonnes de fois. Je n’ai pas fait de dépression mais le début était dur qand même, et mon fils est une pile électrique. Adorable mais épuisant, il bouge tout le temps, est très sociable, bref, on est à 100% avec lui quand il est réveillé! Je ne me vois pas du tout être enceinte et gérer toutes les découvertes de sa 2ème année avec un tas de problèmes (oui j’ai peur de revivre la même grossesse compliquée que pour lui). De plus, il dort bien et tard le matin le week end (9h passées souvent!), il est facile en déplacement et en vacances, et puis je n’ai envie d’aimer que lui encore un peu. Donc là je n’ai pas envie de rompre un équilibre. C’est vrai, mes amies enceintes ou les nourrissons me font évidemment envie, mais plus dans le sens où cela me rappelle le début de ma maternité actuelle, ça ne réveille pas vraiment une envie de novuelle maternité.

Et comme oti j’en ai marre de la question! J’ai l’impression que les gens n’ont que ça à faire de commenter! Pour les 2 premiers on t’assène le « alooooooooors? c’est pour quaaaaaaaaaaand? » 20 fois par jour et si tu as le malheur de faire un 3ème, surtout si tu as déjà une fille et un garçon, on te demande « encore?! » ou « c’est voulu?! ». Incroyable!

Pour l’écart d’âge, j’ai les mêmes remarques débiles. LE sacro saint « 2 ans d’écart » sinon ils ne seront pas amis etc. N’importe quoi! Déjà je trouve que c’est lourd à porter pour les enfants que cette obligation d’être complices imposée par les parents. Laissons les vivre!
Je suis au milieu, mon grand frère a 4 ans et 3 mois d eplus que moi et mon petit frère 6 ans et 4 mois de moins. Je suis proche des deux, même peut être un peu plus du petit car… on a fait les mêmes études, donc on discute plus souvent (il étudie encore) à ce sujet. Donc voilà, il y a d’autres facteurs! Par contre en caractère je ressemble plus au grand (ce qui crée de nombreux clashs 😉 ). Et puis je me souviens de mon petit frère bébé, je me souviens de ma maman enceinte, je me souviens de ma fierté d’être grande soeur. Ce n’est pas rien non?
Mon mari a 2 ans de plus que sa première soeur, il n’est pas plus proche d’elle que moi de mes frères. Il est proche du 4ème (lui est l’aîné) qui a 8 ans de moins car ils se ressemblent plus.
On dit aussi souvent que 3 ans est le pire écart car y’a l’école etc. J’en connais pour qui ça va très bien. J’ai une amie qui a mis 2 ans tout pile entre les 2 enfants et son grand était jaloux. Une autre a eu sa deuxième 3 ans et demi après et la grande était jalouse aussi. J’avais 6 ans et j’ai été jalouse aussi. Tout ça ne veut RIEN dire…

Et une amie à moi ne veut pas d’autre enfant un peu pour les raisons du début de ton article ben pareil, les gens lui disent tous les arguments contre l’enfant unique. Ridicule! Elle m’a même demandé récemment si je la trouvais égoïste pour sa fille! La pauvre! je lui ai répondu que je trouvais qu’il était peut etre plus « sympa » pour un enfant de ne pas être seul, certes, mais que d’avoir un 2ème pour « faire plaisir » au 1er était bien plus égoïste à mon sens que de faire ce dont on a envie et d’offrir à son unique enfant des parents épanouis et heureux.
Donc si vous n’en voulez qu’un, n’en faites qu’un, si vous en voulez 8 ben faites les! Et les autres…. on ne les écoute pas 😉

le 27/01/2015 à 09h50 | Répondre

Sweetday

ça fait plaisir de savoir qu’on n’est pas seule dans ce cas. Je suis rassurée et surtout bien confortée dans mon choix d’attendre avant de replonger dans cette grande aventure. Il faut s’adapter aussi à notre propre limite et pas à ce que les autres nous dictent.

le 27/01/2015 à 10h28 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?