Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

La rencontre avec ma fille et la découverte de la néonatalogie


Publié le 28 août 2018 par Madame Vanille

Deux jours après mon accouchement, il est temps d’aller rencontrer ma fille !

Mon mari vient me chercher dans ma chambre avec un fauteuil roulant, nous arrivons en néonat et passons par l’accueil où mon mari me présente. Il y a des casiers pour chaque parent afin d’y laisser nos affaires. Nous passons ensuite dans une pièce où nous nous lavons les mains avec minutie, puis nous nous rendons dans la section où se trouve notre fille. Elle est dans une chambre particulière en réanimation néonatale.

Crédit photo: photo personnelle

Je découvre la couveuse, et mon minuscule bébé à l’intérieur, elle est née à 38cm et 1.195kg. Elle a perdu du poids, comme tous les bébés après la naissance mais n’est pas repassé en dessous des 1kg. Il y a un grand tableau avec son prénom, sa taille, son poids, le prénom des infirmières etc… Elle est pesée à 9h et à 18h.

Crédit photo: photo personnelle

Je regarde tout autour de moi, mon mari et l’infirmière m’explique énormément de choses mais j’ai du mal à tout assimiler.

Je prends enfin le temps d’observer mon bébé, je la trouve si petite, elle est très foncée et un peu rouge et a plein de duvet sur le corps. Elle dort. Mon mari m’explique que sa peau est si fragile qu’il ne faut pas la caresser, juste poser la main sur elle pour qu’elle sente notre présence. Je me badigeonne de gel hydroalcoolique et je me lance. Je sens son petit corps chaud sous ma main, son cœur qui bat très vite, je suis émue puis je ressens une énorme bouffée de culpabilité. Mon bébé est dans cette couveuse à cause de moi. Elle souffre, à cause de moi.
Je ne ressens pas d’amour, pas encore. Je l’observe, j’analyse chaque partie de son corps, je ne la trouve pas belle. Je me sens encore plus mal de ressentir ça. Je pleure discrètement…

Crédit photo: photo personnelle

Mon mari et l’infirmière discutent, je n’entends pas ce qu’ils disent. Je suis jalouse que mon mari connaisse déjà les infirmières qui s’occupe de notre fille, qu’il ait déjà changé plusieurs couches, qu’il sache déjà quel capteur sert à quoi, de quelle manière elle est nourrie et les différents soins qui lui sont apportés…
L’infirmière m’explique que nous ferons du peau à peau demain, quand je serais plus en forme. C’est toujours la maman qui commence ici, surtout dans une situation comme la notre. Plus tard, je me rendrais compte à quel point le fait de m’avoir attendu pour le peau à peau fut si important. Important, car il m’a permis de remonter la pente plus vite et de nouer un lien avec ma fille plus facilement.

Je me sens très fatiguée, physiquement et nerveusement alors nous ne restons pas très longtemps. L’infirmière me refait un petit laius sur l’allaitement mais demain je rencontrais la conseillère en lactation qui me fera un speech complet. En attendant, je continuerai de stimuler ma lactation avec l’horrible tire lait de la maternité.

Le lendemain matin, en arrivant à l’hôpital, mon mari passe me chercher dans ma chambre pour aller en neonat, deux étages plus bas. Je ne peux pas encore y aller seule, marcher est encore très douloureux, la cicatrice de la césarienne me brûle énormément.

Dans la chambre de la Petite, je prends mes marques petit à petit, les infirmières m’aident beaucoup à faire connaissance avec ma fille en participant aux soins : un brin de toilette, un changement de couche, etc… Ce sont des moments très importants afin de créer le lien. Aujourd’hui nous faisons le premier calin, ce n’est pas un vrai peau à peau car cela méritait un peu plus d’installation et ni ma fille ni moi n’étions assez en forme.

Elle a un cathéter qui la supplémente en lipide, glucide, fer, caféine, etc…  qui passe par le nombril. Il est extrêmement fragile, l’infirmière installe donc ma fille sur moi avec la plus grande précaution. Elle lui retire ses lunettes à oxygène car cette nuit, elle a très bien respiré seule. C’est l’occasion de mieux découvrir son visage.

Crédit photo: photo personnelle

Ce premier calin est un vrai bonheur, j’ai enfin l’impression que nous sommes une famille. Sentir mon bébé tout contre moi me remplit d’émotions et je ressens enfin de l’amour pour cette petite chose. J’analyse chaque partie de son corps, ce petit corps pas encore fini mais déjà si fort !

Le lendemain, c’est au tour de mon mari de découvrir cette sensation merveilleuse de pouvoir prendre notre bébé contre son corps. Sentir son petit cœur battre la chamade contre le sien. Sentir le rythme de sa respiration sous sa main. Sentir sa petite main serrer son doigt si fort…

Crédit photo: photo personnelle

Mon mari fut absolument parfait durant cette épreuve qu’à été mon accouchement, je ne le remercierai jamais assez pour ça. Il fut d’un soutien sans faille quand mon moral ne suivait pas. Il fut le père idéal pour notre fille, présent, volontaire, câlins, … Il fut aussi le gendre idéal, rassurant mes parents inquiets. En quelques jours, il m’a prouvé mille fois que j’avais vraiment bien fait de l’épouser…

6 jours après mon accouchement, il est temps pour moi de rentrer à la maison. Je sais que ce n’est pas le cas de toutes les mamans de grands prématurés mais pour moi, ce fut un choix. Je n’en pouvais plus d’être à l’hôpital, seule, et en même temps constamment dérangée et au final pas beaucoup plus proche de ma fille..

Nous établissons alors, sans nous en rendre compte, une petite routine journalière… Après une demi heure de route (en moyenne, paris oblige), nous arrivons à l’hôpital chaque jour à 11h30 pour participer aux soins de 12h et prendre notre fille en câlins à tour de rôle pour 3h jusqu’aux prochains soins et repas. Je tire mon lait dès que possible, entre les câlins. Nous rentrons à la maison après les soins de 21h. Nous mangeons (vite et mal) puis nous dormons. Je met mon réveil à 2h et 6h du matin pour tirer mon lait. Ensuite, nous nous préparons, je tire une dernière fois mon lait, juste avant de partir à l’hôpital, et ainsi de suite… (D’ailleurs, je te parlerais de mon allaitement plus en détail dans un article dédié, très bientôt.)

Chaque jour, notre fille nous étonne par ses progrès. Nous avons eu l’immense chance que globalement tout se passe bien et surtout nous n’avons jamais vécu de retour en arrière concernant sa santé. Elle grossissait chaque jour un petit peu plus. Elle a très vite respirer seule, a rapidement gérer ses bradycardies sans avoir besoin de stimulation extérieure, n’a pas eu d’infection au niveau des cathéters, pas de soucis de digestion autre que des régurgitations assez facilement contrôlable, etc… Rapidement, elle sortie donc de réanimation pour passer en service de néonatalogie classique. Ce fut le début de la véritable autonomie pour nous et de progrès toujours plus fulgurant de la part de notre petit amour.

Je te reviens vite te raconter ça !

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !


Porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

19   Commentaires Laisser un commentaire ?

Die Franzoesin (voir son site)

J’ai eu les larmes aux yeux en te lisant… merci pour ta franchise surtout, sur ce lien qui se crée parfois plus difficilement. C’est un bonheur de savoir que ta petite maintenant va bien !

le 28/08/2018 à 08h42 | Répondre

Banane

Oh punaise, j’ai vu la photo de profil, j’ai sauté sur la présentation de fin d’article et je pense « Gnniii!!! Félicitations!! ». Je lirai l’article plus au calme tout à l’heure, mais j’espere de tout cœur que cette grossesse sera plus calme.

le 28/08/2018 à 09h09 | Répondre

Nala

Que d’émotions dans ton article Mme Vanille ! Tu as su mettre des mots sur le ressenti de beaucoup de mamans dont les bébés ont connu un tel parcours.

Bien qu’elles soient différentes, ton histoire me replonge dans la mienne 8 ans plus tôt… Ma fille aînée a connu la néonatologie pour des raisons autres, mais ce sentiment de culpabilité je pense que nous l’avons toutes connu 🙁
Ma fleur d’automne est restée 10 jours dans le service, j’ai eu la chance d’avoir une chambre en pôle mère/enfant pour rester à ses côtés mais la veille de son retour à la maison j’avais moi-même besoin de rentrer chez moi et d’y retrouver mes marques afin de l’accueillir dans les meilleures conditions. Une infirmière ne l’a pas compris et m’a bien fait comprendre que j’abandonnais mon enfant à son sort, en gros que j’étais une mauvaise mère !

Ta puce a trouvé la force de se battre et de se remettre très vite, ces petits bouts de chou sont de véritables combattants je trouve 😀

J’espère que ta grossesse actuelle se déroule bien et que tu auras un bel accouchement ! 🙂

le 28/08/2018 à 09h37 | Répondre

dubmel

larmes aux yeux ici aussi. Merci d’avoir partagé ca avec nous. Je suis encore sidérée de comment tu as eté traitée après ton accouchement, mais je suis ravie de savoir que tu as réussi à rattraper ca avec ta fille, et que tu es suffisamment bien remise de tout ca pour recommencer une grossesse 🙂
J’espere que cette fois-ci ca va se passer beaucoup mieux!

le 28/08/2018 à 10h34 | Répondre

Madame Bobette (voir son site)

Ton récit m’émeut beaucoup. J’ai l’impression de revivre le calvaire de mon frère pour ses jumeaux. 2 mois très difficiles pendant lesquels la vie ne les a pas épargnés. Il faut tellement de courage pour garder la tête hors de l’eau je trouve même si nous n’avons pas le choix.
Je suis heureuse de lire que tout s’est bien passé pour votre petite puce!

le 28/08/2018 à 10h59 | Répondre

Doupiou

Quelle rencontre… Je suis toute émue ! Ta petite est d’une force incroyable et ton courage est exemplaire ! Une vraie maman qui cartonne ! Félicitations

le 28/08/2018 à 13h25 | Répondre

Madame Vanille

Merci à toutes ! J’ai moi même eu les larmes aux yeux en relisant mon récit. Surtout qu’aujourd’hui même je suis à 30SA de ma deuxième grossesse, pile le terme de ma poulette… Mais tout va très bien. Je vous raconterai ça aussi !

le 28/08/2018 à 13h43 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

Quel beau récit, tellement émouvant !
Plein de bonnes choses pour toi et ta grossesse en cours ! Je te souhaite le meilleur.

le 28/08/2018 à 14h25 | Répondre

Madame D

Super émouvant ! J’en ai pleuré !!! Je suis heureuse de voir à quel point elle va bien aujourd’hui !

le 28/08/2018 à 14h31 | Répondre

WorkingMutti (voir son site)

C’est vraiment incroyablement émouvant et vrai. La difficulté d’attachement, la difficulté du quotidien, l’amour qui se construit. On se focalise souvent sur le lieu très technique, très froid, mais c’est rare de voir un texte qui parle uniquement des émotions. Encore bravo pour ton témoignage.

Ps: non ce n’est pas de ta faute

le 28/08/2018 à 15h25 | Répondre

Madame yoga

Quel article! Pareil que les autres commentaires, il m’a fait remonter beaucoup de souvenirs : le sentiment de culpabilité, la difficulté d’attachement et également le fait que mon mari a grave assuré! Cela me fait repenser aussi à ma gynécologue de ville qui en rdv post partum m’a dit plusieurs fois « ce n’est pas de votre faute »! Mouais! Je te trouve très courageuse de remettre ça et je te souhaite une fin de grossesse plus sereine!

le 28/08/2018 à 15h33 | Répondre

Virg

Plein d’émotions … et de soulagement ! Bel article et les photos parlent aussi d’elles-mêmes.
Félicitation pour le deuzzz, j’espère de tout coeur que tout va bien se passer ! En revanche, j’ai une question : nos filles sont nées avec 12 jours d’écart, césarienne ici aussi et gygy m’a parlé d’un plus long délai que le tien pour remettre ça, si j’ai bien compris pour une histoire de cicatrisation. Qu’en est-il du tien ?

le 28/08/2018 à 20h23 | Répondre

Madame Vanille

Merci ! Alors effectivement quand j’avais accouché on m’avait dit d’attendre un an. Mais quand j’ai déménagé et changé de gyneco je lui en ai parlé, elle m’a fait une échographie pour regarder ma cicatrice interne et elle était parfaitement cicatrisé, elle m’a donc donné son feu vert pour une 2e grossesse dès que je le souhaitais ! Si l’envie te prends, un petit tour chez ton gyneco et tu sauras si c’est ok pour toi !

le 29/08/2018 à 09h43 | Répondre

Lumi (voir son site)

Très émue par ton article, par cette rencontre dans des conditions si difficiles mais qui n’en paraît que plus belle…

Félicitations aussi pour ta nouvelle grossesse. Je te souhaite tout plein de bonnes choses !

le 28/08/2018 à 21h44 | Répondre

Vanessa88

Bonjour
Je vis actuellement cette situation avec un petit chaton né a 26 semaines nous sommes actuellement sur des montagnes russes avec des progres et des problèmes qui surviennent quand ont penses que nous sommes pas trop mal.
Les soucis respiratoires sont notre gros problemes mais quand je vous lis je garde espoir..
Nous restont presents chaque jour auprès de notre bébé pour qu’il sache que nous nous battons a ses côtés.
Merci pour vos mot qui m’apaise un peu dans cette tourmente.

le 28/08/2018 à 22h01 | Répondre

Madame Vanille

Courage pour toutes ces épreuves à venir ! N’hésite pas à me contacter si tu as besoin d’en parler. On se sent parfois bien seuls face à cette situation que l’entourage ne comprends pas toujours.

le 29/08/2018 à 09h44 | Répondre

Madame C

La néonatalogie où tu desends en fauteuil…
Le regard des autres parents, dans le méme cas que toi.
L’impossibilité de t’occuper de ton enfant à 100%.
Mais une équipe professionnelle au top.

le 28/08/2018 à 22h34 | Répondre

Claire Gezillig

Ce récit est tellement touchant. Et de penser à tout le chemin parcouru depuis <3

le 30/08/2018 à 13h37 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?