Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

La trouille de l’accouchement


Publié le 7 mars 2018 par Rigel

Tout est dans le titre ! Oui, un accouchement est un phénomène naturel. Oui, ça fait des millions d’années que des milliards de femmes ont accouché sans problème. Oui, j’ai l’immense privilège de vivre dans un coin de la planète où s’il y a le moindre souci, je suis quasi assurée de m’en sortir sans trop de séquelles et le bébé aussi. N’empêche…

Je ne sais pas d’où vient cette peur profonde de l’accouchement. Est-ce que c’est pathologique ? Je ne sais pas, et à vrai dire, je m’en fiche un peu. Et si c’est le cas, je n’accoucherai pas cinquante fois dans ma vie. Ni même dix. Ni même peut-être trois. Donc ça ne nécessite pas à mon sens d’aller consulter un psy. Toujours est-il que je vais devoir accoucher au moins une seconde fois, pour faire naître Numérobis.

La naissance de Choupinette aurait du me rassurer : oui, un accouchement c’est physique (euphémisme : si tu n’as pas encore eu d’enfant, dis-toi que c’est physique comme un Iron Man ! Bon, je n’ai jamais couru d’Iron Man, mais je suis sûre que ça y ressemble fortement !). Choupinette a vu le jour rapidement, malgré un travail laborieux d’une vingtaine d’heures et j’ai bien réussi à identifier les muscles à utiliser pour l’aider à sortir (c’était l’une de mes plus grande crainte : mais quels sont les muscles que l’on doit contracter ? Lors de la préparation à l’accouchement, les sages-femmes avaient été claires : « Pas d’entrainement avant, ça ne sert à rien, vous oublieriez, donc on vous dira le jour J si vous poussez de la bonne façon. »)

Quel est le problème alors ? Et bien, la douleur que l’accouchement génère. Je ne suis globalement pas douillette, il m’est arrivé de me blesser très gravement sans me laisser submerger par la panique et arriver à parfaitement gérer la douleur (probablement grâce/à cause du shoot d’adrénaline du moment). Mais je déteste souffrir (comme tout le monde, évidemment !). Et plus encore, je ne suis pas prête à accepter la douleur lors d’une naissance. Certaines femmes arrivent à la transformer en quelque chose de positif, à « l’accueillir »avec différentes techniques de respiration et de relaxation. Ben pas moi. Je ne vois pas cette douleur comme une forme de transcendance, quelque chose que je pourrai utiliser pour donner le meilleur de moi-même.

Heureusement, un homme saint (ou plus probablement une femme sainte !) a inventé la péridurale ! C’est vraiment une piqûre magique (qui ne fait même pas mal, vu qu’a priori ils font une mini anesthésie locale avant. Je n’en suis pas certaine, vu que tout était dans mon dos !) et je sais que je supporte bien les anesthésiques. Alors oui, ce n’est pas naturel. Mais il ne me viendrait jamais à l’idée de me faire opérer sans anesthésie (comment ça ce n’est pas pareil ? Bah si ! des os bougent, des chairs sont déformées et tu perds beaucoup de sang !).

Crédit photo : Parentingupstream

 

J’admire celles qui font le choix d’une naissance naturelle, mais je t’avoue que j’étais bien perplexe quand les sages-femmes qui faisaient visiter l’hôpital ont présenté les salles « nature » avec liane, baignoire, etc etc… Ça ne me correspond absolument pas. Oui, la grossesse est sur-médicalisée en France, et les accouchements aussi. Il suffit de regarder comparativement avec d’autres pays tels que l’Allemagne ou le Royaume-Uni, où le recours à la péridurale est beaucoup plus faible (exemple : 80% des femmes y ont recours en France quand 75% des femmes s’en passent en Grande-Bretagne). Mais quand on regarde par rapport au Brésil, où le taux de césarienne est de 43% au global (et jusqu’à 80% dans le privé !), on est bons ! Quand on voit ce qu’on fait on se fait peur, quand on voit les autres, on se rassure !

Je sais donc déjà que j’aurai recours à la péridurale (dans la mesure du possible, si Numérobis se pointe comme un boulet de canon, contrairement à sa sœur, il se peut que je ne puisse pas l’avoir !). Je sais que c’est à contre-courant de la tendance actuelle, qui consiste à revenir vers plus de naturel. Mais voilà, j’assume ! Je n’ai pas l’impression d’être moins la maman de Choupinette. Je me suis extrêmement bien remise de l’anesthésie, j’ai pu me lever moins de 4h après sa naissance. J’espère que l’anesthésiste sera aussi talentueux et que je répondrai aussi bien au produit pour Numérobis.

 

Est-ce que l’accouchement génère une certaine angoisse pour toi ? Est-ce que tu penches plutôt pour une naissance naturelle ou penses-tu avoir recours à la péridurale ? Raconte-moi !

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !


Porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

23   Commentaires Laisser un commentaire ?

Doupiou

Petite précision concernant le taux très élevé de césariennes au Brésil : si les femmes des milieux aisés accouchent quasi systématiquement par voie haute c’est culturel et pas (toujours) médical. Elles estiment que l’accouchement par voie basse est sauvage, bestial et donc « réservé » aux femmes des milieux pauvres. De plus c’est un pays où l’accès à la chirurgie est très simple.
Concernant ton article, je comprends complètement la peur de l’accouchement même si je dois la partage pas. Ce n’est pas la douleur qui me fait peur mais plus les complications (et il y en a eu lors de mon premier accouchement !!). Je te rejoins complètement, la surmédicalisation me rassure aussi !

le 07/03/2018 à 08h43 | Répondre

Clémence (voir son site)

La peur de l’accouchement est une des raisons pour laquelle à presque 31 ans je n’ai toujours pas d’enfant donc je te comprends Ô combien !
Quand on était en terminal, notre prof de SVT nous a fait visionner une vidéo d’un accouchement (genre caméra entre les jambes avec le son) et j’ai vraiment été choquée. J’ai d’ailleurs fermé les yeux une bonne partie du cours. Lorsqu’on ma parlé pour la première fois d’épisiotomie (une copine qui venait d’accoucher) je croyais qu’il s’agissait d’une blague. J’ai du googler pour y croire et je ne m’en suis toujours pas remise. Bref, Team péridurale pour moi aussi…
Je trouve que le luxe de notre époque c’est justement d’avoir le choix. Les avancées médicales et technologiques permettent aujourd’hui de soigner de nombreuses maladies et aussi de souffrir moins lors d’un accouchement, alors pourquoi ne pas en profiter si on en a envie ? L’erreur selon moi est de faire croire qu’une femme qui accouche avec péridurale a moins de mérite qu’une femme qui accouche physiologiquement. Et qu’en est-il des césarienne alors ? Chacune fait comme elle peut. Je pense qu’il est surtout important d’être en paix avec ses propres décisions.

le 07/03/2018 à 08h50 | Répondre

Rigel

Une vidéo avec détails sur l’accouchement en cours de SVT ! Ils avaient trouvé le moyen de faire un cours hyper efficace sur la contraception, en fait !

le 07/03/2018 à 21h56 | Répondre

Delphine

Merci pour cet article déculpabilisant. La tendance au naturel prend de plus en plus de place, parfois maladroitement où l’on juge négativement la péridurale ou l’aide médicale à l’accouchement. Je suis enceinte pour la première fois et savoir qu’un péridurale pourra m’aider pour ce moment qui fait si peur, me rassure énormément.

le 07/03/2018 à 10h02 | Répondre

Miss Chat

Mouahaha j’ai accouché sans péridurale mais à aucun moment, je n’ai eu l’impression « d’accueillir la douleur » ! Elle me fait bien rire cette expression…
Bref, initialement je pensais exactement comme toi. Même si la nature en a décidé autrement pour moi et qu’en plus j’ai récidivé de mon plein gré, je considère toujours que c’est quand même bien con de souffrir alors qu’on pourrait obtenir une anesthésie !
Ce qui est important à mes yeux dans ce non-débat, c’est qu’on ait un choix libre et entier 🙂 Imposer dans un sens ou dans l’autre est cruel et inhumain, je trouve…

le 07/03/2018 à 10h18 | Répondre

Flora

Je n’avais pas peur de l’accouchement, la limite dans le temps et les taux de mortalité très bas me rassuraient. J’imaginais ça comme un marathon aussi et j’étais curieuse de savoir où se trouvait ma limite personnelle sans péri. J’ai eu ma réponse : 30 h de travail avec un bébé coincé dans le bassin… J’avais besoin d’aller jusque là pour ne pas avoir des regrets. Si je ne l’avais pas fait je me demanderais sans doute si j’aurais pu échapper à la césarienne en ne prenant pas de péri par exemple.
Comme tu dis l’important c’est d’avoir le choix 😉

le 07/03/2018 à 10h19 | Répondre

Rigel

30h de travail sans péri 😮 je ne sais pas comment tu as pu gérer aussi longtemps ! Au bout de 14h, j’étais à bout !

le 07/03/2018 à 21h53 | Répondre

Mme Grenouille

Moi aussi j’avais peur de l’accouchement que je considérai comme une boucherie ! Du coup, j’étais plutôt pour la péridurale mais je ne fermais pas la porte à la salle nature si jamais j’arrivais à bien gérer la douleur… bon au bilan j’ai supplié la sage-femme pour avoir la péridurale car je ne gérais pas du tout les contractions fortes et très rapprochées !

le 07/03/2018 à 12h22 | Répondre

Hélène

Ah nos peurs… elles nous font réagir toutes tres différemment. Moi c’est ma peur de l’episio, des éventuelles complications liées à la surmédicalisation, des possibles difficultesde début de l’allaitement à cause de certaines péri qui shootent les bébés… à cause de toutes ces peurs j’ai tout fait pour ne pas avoir de péri, je me suis meme mise en recherche d’une sage femme qui faisait du suivi global avec accouchement naturel en plateau technique avant de savoir que je.étais enceinte. Comme ça j’etais sûre que je tomberais pas sur n’importe quelle sg qui ne chercherait pas à me comprendre. Peur de tomber sur le pire corps médical… finalement super accouchement sauf les 10dernieres minutes à cause de la ventouse, car sans péri, bon j’ai insulté tout le monde. 😉 alors l’accueil de la douleur ça dépend jusque.à un certain point. 😉 mais mes peurs ont été prises en compte. C’est l’essentiel je pense pour bien vivre son accouchement

le 07/03/2018 à 13h41 | Répondre

Sonia (voir son site)

Oh que je te comprends! En attente de mini two, j’ai moi aussi pas mal les pépètes d’accoucher à nouveau… Je me suis sentie dépassée par la douleur puis assommée par la péri… Alors très clairement je pense que je finirais pas avoir une péridurale, mais cette fois ci j’ai envie d’apprendre à mieux « gérer » la douleur (en priant très fort pour ne pas vivre un déclenchement à nouveau)… Il y a une sorte de mode retour à un accouchement « naturel » mais je dirais que c’est plus pour mettre en lumière-éviter des actes médicaux pas forcément toujours nécessaires (injection d’ocytocine pour accélérer le travail, episo…). Il n’y a aucune culpabilité à prendre une péridurale… Avec ou sans on est tout autant maman…

le 07/03/2018 à 14h19 | Répondre

Cha (voir son site)

Je me reconnais tellement dans ce que tu écris! Moi la phobique du médical, qui ai réussi à faire naître ma fille dans le calme et la sérénité il y a 6 mois… J’ai écrit sur la peur de l’accouchement aussi récemment. A savoir si ma prochaine grossesse se déroulera avec moins d’angoisses… mais pas sûr 😉

le 07/03/2018 à 16h41 | Répondre

Alexa

Merci pour cet article! Qu’est-ce que ça fait du bien! J’avais aussi personnellement une peur bleue de l’accouchement. Je ne voulais pas souffrir, je ne voulais pas de ce côté « animal », « bestial », être en transe et surtout je cauchemardais de devoir avoir une épisiotomie! Finalement, bébé n’a jamais été décidée à sortir et commençait à fatiguer donc nous sommes passés par une césarienne. Devrais-je me sentir coupable, moins crédible? Moins mère que celles qui ont accouchée par voie basse? Pas du tout! Car au final, c’est mon bébé en bonne santé qui était primordial. Et pourtant, je ressens la critique de certaines quand je raconte mon expérience. Comme ci ce « rite de passage » d’accouchement naturel était obligatoire pour être considérée. Bref! Chacun ses choix, convictions ! 😊

le 07/03/2018 à 17h14 | Répondre

Rigel

Le VRAI rite de passage pour devenir mère, c’est tolérer le passage de nuits qui durent 7-8-9h à 3-4-5h selon moi !

le 07/03/2018 à 21h39 | Répondre

Melo (voir son site)

Je te comprends ! Moi-même j’avais très peur de l’accouchement naturel… Cette peur de la douleur m’a poursuivie une bonne partie de ma grossesse mais j’ai fini par me dire que de toute façon, il faudrait bien qu’il sorte ! 😀 J’ai très vite demandé la péridurale (au bout de deux petites heures de travail ! 😀 ) mais je pense avoir mal jaugé l’administration de l’anesthésiant parce que j’ai quand même eu bien mal… Je tire mon chapeau à celles qui ne veulent pas en avoir recours. Et en plus,pour moi, l’accouchement s’est terminé par une césarienne !

le 07/03/2018 à 17h17 | Répondre

Rigel

La nature est bien faite. Tu passes 95% de la grossesse à flipper de l’accouchement, et les 5% restants, tu n’en peux tellement plus d’être énorme que finalement, tu as hâte !

le 07/03/2018 à 21h37 | Répondre

Chaperon Rouge

oui, on anesthésie avant la péri ! ci je coupe la poire en deux, je vais essayer d’attendre un max avant la péri, simplement parce que c’est sensé aider à faire avancer le travail. Mais oui, j’ai béni l’anest’ pour l’arrivée de la Lueur !!! Quand j’ai fait mon rdv avec l’anesthésiste pr le Lampion, il me disait qu’alors qu’à l’époque de nos parents ça faisait peur et eprsonne n’en voulait, et qu’il y a 15 ans tout le mond ey passait, aujourd’hui c’est beaucoup plus mesuré et les mamans pèsent beaucoup plus le pour et le contre, veulent doser, gérer etc 🙂

le 07/03/2018 à 21h23 | Répondre

Rigel

L’avantage, c’est que dans plus en plus de maternité, ils laissent à la maman la possibilité de doser la péridurale, après l’injection de la dose initiale. Sur le même principe qu’une pompe à morphine en fait ! Comme la douleur est quelque chose de très subjectif, c’est vraiment bien que la parturiente soit celle qui décide.

le 07/03/2018 à 21h35 | Répondre

Miss Chat

Mon beau-père a travaillé en salle d’op de maternité et il te dirait qu’à l’époque de nos parents (la sienne quoi), le souci, ce n’était pas tant le manque de confiance des gens mais surtout le manque d’expérience de certains anesthésistes face à une procédure médicale qui reste très délicate et qui était une nouveauté à l’époque… 🙂 Certains docs n’étaient pas encore habitués à la pratiquer et ça pouvait bel et bien représenter un « danger ».

le 08/03/2018 à 08h52 | Répondre

Folie douce

Je suis surprise de ce que tu dis sur la préparation à l’accouchement mais c’est peut-être moi qui n’ai pas bien compris ce que tu écris : tu n’as pas du tout eu d’exercice concret de préparation ??? Si c’est le cas c’est normal que tu n’aies pas réussi à gérer la douleur mais ça me parait bizarre de la part des sages-femmes alors j’ai dû mal comprendre. Moi aussi avant d’être enceinte l’idée de l’accouchement me faisait flipper car je suis une méga chochotte qui a peur de la douleur, des piqûres, du sang (et j’assume, chacune ses phobies!). Ma grossesse étant très difficile à vivre finalement j’étais pressée d’accoucher pour que ça s’arrête. Mais je voulais absolument une péridurale pour ne pas avoir à trop souffrir. Finalement j’ai dû faire tout le travail sans et j’ai quand même un bon souvenir de mon accouchement malgré la douleur. Je pense que le fait d’avoir eu une bonne préparation à l’accouchement (ma sage-femme nous faisait faire des exercices pratiques à chaque fois) + d’avoir préparé mon périnée y a beaucoup contribué. Et aussi j’ai eu accès à une baignoire et ça c’était un soulagement extraordinaire (je me souviens d’avoir pensé que l’eau chaude courante était la meilleure invention de l’Homme lol). Par contre à la fin le personnel médical m’a demandé de me mettre en position gynécologique pour que ma princesse sorte et heureusement j’ai eu la péridurale juste avant car j’ai quand même eu très très mal. Du coup pour un second accouchement s’il n’y a pas de complications et que je peux accoucher dans une position naturelle j’envisage de tenter sans péri du tout. Ça me surprend moi-même de penser ça mais après tout on évolue et il faut savoir s’écouter. Mais c’est vrai que j’aimerai quand même être dans un lieu médicalisé pour avoir accès à la péridurale et au reste « au cas où »…

le 08/03/2018 à 13h05 | Répondre

Rigel

Non, pas d’exercice concret, juste de la sophrologie (et moi, la sophrologie me fait bien dormir !). Du coup, pour Numérobis, je n’ai rien fait. De toutes façons, pas le temps !

le 09/03/2018 à 22h56 | Répondre

Lili (voir son site)

J’avais comme toi peur d’accoucher à cause de la phobie des hôpitaux, de la surmédicalisation…J’ai repoussé jusqu’au dernier moment le départ à la maternité.Finalement, j’ai pris les choses telles qu’elles arrivaient et comme j’avais des contractions très douloureuses, j’ai été très soulagée quand on m’a donné des antidouleurs puis la péridurale (alors qu’à la base, je n’en voulais pas)… Pousser heureusement n’a pas été de longue durée (un quart d’heure) contrairement aux heures de travail (environ une vingtaine). Par contre, j’appréhenderai cette peur d’accoucher au moment où j’aurai mon deuxième….même si cela sera moins inconnu mais à ce qu’il parait une grossesse n’est pas la même selon chaque enfant! Je te souhaite bon courage et de trouver la force en toi pour cet accouchement 🙂 et du bonheur par la suite

le 09/03/2018 à 14h05 | Répondre

aline

Bonjour

comme toi j apprehende beaucoup mon accouchement qur rapproche a grand pas la ouf c est bon j ai vu l anesthesiste et bien confirmer que oui oui je la veux cette peridurale je suis pas maso si je peux éviter d avoir trop mal ca m arrangerait…. Meme si je ne suis pas douillette de base je me vois mal accoucher sans la peridurale

le 10/03/2018 à 08h44 | Répondre

Madame Bobette (voir son site)

Je pense que c’est un choix qui reste personnel pour vivre au mieux cette naissance. Ce n’est pas ce choix qui nous rendra ou non plus fabuleuse ni même moins maman comme tu le dis.
C’est un choix qu’on nous laisse en France et un choix vraiment libre, sans pression, je trouve. Je connais très peu de mamans qui ne l’ont pas prise excepté sur la blogo.
Profite d’avoir le choix pour vivre pleinement ton accouchement sans la trouille qui peut aller avec 😉

le 14/03/2018 à 12h30 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?