Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

L’amour fraternel


Publié le 3 octobre 2018 par Melimelanie

Avoir un frère ou une sœur c’est merveilleux.

Je ne vais pas te mentir, en programmant de faire un deuxième enfant aussi rapidement c’est aussi parce que, dans notre esprit à Monsieur Génial et moi, c’était faire un super cadeau à Petit Habitant.

Avoir un petit frère ou une petite sœur aussi proche en âge leur permettraient d’avoir les mêmes jeux, centres d’intérêts, jouets… au même moment.

Nous espérons très fort réussir à les rendre très complices et à leur faire comprendre que leur premier ami dans la vie c’est leur frère.

De notre histoire personnelle

Même si nos familles sont semblables à Monsieur Génial et moi il y avait une différence principale. (oui bon deux si on prend en compte qu’ils sont deux frères et nous deux sœurs mais on fait tous les deux partie d’une fratrie du même sexe quoi).

J’ai trois ans et demi d’écart avec ma sœur là ou lui a sept ans et demi d’écart avec son frère.

Et ces quatre ans de plus entre lui et son frère je les ai très vite ressentie.

Une des premières fois qu’il m’a parlé de son frère Monsieur Génial m’a dit :

« Quand je suis né, il avait sept ans et demi, et un bébé ça l’emmerdait. Quand j’ai eu sept ans et demi, il avait quinze ans, j’étais un enfant ça l’emmerdait. Quand j’ai eu quinze ans, il avait plus de vingt-deux ans, et avoir un ado dans les pattes ça l’emmerdait »

A l’époque ça se passait très bien avec ma sœur. Très vite il s’est imposé à nous le fait que si c’était possible on mettrait maximum trois ans et demi entre nos enfants.

La concrétisation

Quand on a décidé de lancer notre deuxième enfant le plus vite possible on s’est heurté à des discours pas faciles.

Beaucoup ont essayé de nous dissuader en nous disant que nous faisions une erreur, qu’il fallait qu’on profite du premier, et que je travaille un peu plus avant de lancer le deuxième.

Mais la nature a décidé de nous faire l’immense cadeau de nous donner ce deuxième enfant que nous voulions tant dix-sept mois et demi après son frère.

Je me souviens d’une réflexion d’une de mes amies qui m’a dit en rigolant : « Ok vous êtes des scientifiques et vous êtes précis. Mais quand tu disais que tu voulais dix-huit mois d’écart entre tes enfants je ne pensais pas que tu allais y arriver aussi précisément! »

Mais voilà nous l’avions enfin notre fratrie! Deux petits garçons avec dix-huit mois d’écart, il ne tient qu’à nous de leur apprendre qu’ils sont une bénédiction l’un pour l’autre.

Leur relation actuellement

Et je dois dire que pour le moment tout est idyllique.

Ils s’adorent et sont super complice.

Oui il y a bien sûr quelques jalousies (typiquement qui sera dans mes bras ou ceux de papa) mais il y a de grands moments de rigolades et de jeux et des câlins à n’en plus finir.

Petit Habitant n’en fini pas de faire des bisous à Petit Excité.

Et Petit Excité est toujours entrain de chercher son frère ou de vouloir faire comme lui.

Ça nous met même dans des situations délicates quand on met Petit Habitant au coin et que Petit Excité va le chercher pour jouer…

En tout cas pour le moment la relation qui a l’air de se construire entre eux nous convient parfaitement.

Et l’avenir?

S’il y a bien quelque chose que je peux dire aujourd’hui c’est que la relation que Monsieur Génial a avec son frère n’est pas au beau fixe (euphémisme) comme celle que j’ai avec ma sœur.

Cela fait souffrir nos parents et nous le comprenons parfaitement étant donné que je vivrais très mal que mes fils ne s’entendent pas. Mais malheureusement beaucoup de mal a été fait et les histoires d’adultes c’est compliqué.

C’est pour ça que je vais toujours veiller à ce qu’aucun de mes fils n’essaie de prendre l’ascendant sur l’autre.

Je veux qu’ils apprennent à se connaître et à s’aimer pour ce qu’ils sont avec leurs similitudes et leurs différences.

Qu’ils se liguent contre nous pour faire les quatre cents coups ensemble.

Qu’ils se soutiennent et s’encouragent dans la vie.

Mais surtout qu’ils sachent qu’ils ne sont obligés à rien. Je ne les aimerais pas moins s’ils ne s’entendent pas.

On mettra tout en œuvre pour que le fait qu’ils aient un frère soit une chance. Pour qu’ils avancent dans la vie en sachant qu’ils ne sont pas seul mais deux.

J’espère leur bâtir pleins de souvenirs à deux et de bons moments qui les soudera.

J’espère qu’ils sauront s’accepter et s’aimer dans leurs défauts et leurs qualités. J’espère qu’ils se chamailleront pour se rendre compte qu’ils s’aiment encore plus fort après.

Mais j’espère surtout qu’ils seront heureux dans la relation qu’ils construiront l’un à l’autre.

Nous n’avons pas fait des frères. Nous avons fait des enfants uniques et indépendants. C’est juste qu’ils ont un partenaire de jeux et de bêtises à la maison.

Toutes photos: photos personnelles

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !


Porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

42   Commentaires Laisser un commentaire ?

Casilda

Bonjour,
Bon alors moi je suis fille unique, les fratries ont toujours été une curiosité pour moi et j’ai toujours beaucoup observé celles autour de moi. J’en suis venu à la conclusion que ce n’est pas tant l’ecart d’âge qui fait que les enfants s’entendent bien mais plutôt l’attitude des parents à leur égard et ce quelques soit l’age. En effet j’ai connu énormément d’enfants qui ont passés des années à ce taper dessus. Et dans ces cas les parents avaient toujours une préfèrence ou se comportaient différemment avec l’ainé et le dernier. Ou comptaient beaucoup trop sur l’ainé pour élever le petit. A côté de ça j’ai pleins d’exemples d’ecarts d’âge conséquents où les relations sont très bonnes. Mon mari a 14 ans et 12 ans d’écarts avec ses frères et il s’entend très bien et a des centres d’intérêts communs avec les 2. En revanche entre eux il n’y aucune complicité et ils ne partagent rien. Leur mère passait son temps à les comparer et les mettre en compétition. Cela a été dur pour eux.
Ils n’en reste pas moins que s’ils s’entendent bien c’est chouette qu’ils soient rapprochés car ils partagent beaucoup de jeux et auront de beaux souvenirs ensemble!

le 03/10/2018 à 07h45 | Répondre

Melimelanie

Je suis d’accord avec toi sur le fait que l’environnement des enfants (les parents/la famille autour) joue énormément sur la relation finale. Peut être plus que l’écart d’âge. Ce qui est sûr c’est que de notre côté on mettra tout en place pour leur créer une relation apaisée et sans concurrence!

J’espère que leur complicité va continuer à grandir ou au moins pouvoir leur donner de jolis souvenirs en communs!

le 04/10/2018 à 14h21 | Répondre

Virg

J’ai l’exemple exact contraire ayant moi-même 18 mois d’écart avec mon frère. Et on a finalement réussi à s’entendre …. à l’adolescence quand mes copines ont commencé à être intéressantes pour lui et inversement 🙂 🙂 🙂 😉 pour mon frère, j’étais un boulet ! En revanche, je ne sais pas si c’est parce qu’on a vu le pire de l’autre mais, aujourd’hui, je peux te dire que perdre mon frère reviendrait à perdre un bras. Mais ça a toujours été le cas en réalité. Ce n’est pas parce qu’on ne s’entend pas qu’on n’est pas solidaire, je n’ai jamais accepté qu’on fasse du mal à mon frère et vice versa. Je pense que ça n’a rien à voir. Je l’accepte tel qu’il est et pareil pour lui, on sait parfaitement qui est l’autre, c’est tout. Autant pour le reste de la famille, parents compris, je suis adepte du « on ne choisit pas sa famille… » autant je fais clairement une différence pour mon frère. Du coup, je ne te parle même pas de son fils… lui ce serait carrément la tête que je perdrais !
Le fait que nous ne soyons ni l’un ni l’autre matérialiste doit aider beaucoup. Et mes parents n’ont jamais fait de différence de traitement entre nous deux, du coup pas de compétition de ce côté là non plus. Je ne connais pas la clef du succès mais mon sentiment à la lecture de ton article est que vous projetez trop. A la fois tu écris que ce sont des individus et que le petit frère est un cadeau. Ça m’interroge beaucoup et, pour être tout à fait honnête, ça me paraît malsain, en particulier pour le plus jeune que vous placez inconsciemment dans une posture « inférieure » à l’aîné. Lui a eu le droit de voir le jour pour lui-même alors que le second a eu le droit de naître parce que son frère était là. En gros, il lui est redevable.
Désolée si mon propos paraît dur mais c’est vraiment mon ressenti à la lecture de cet article. Étant en plus aussi en 2e position, j’ai eu de la peine pour petit excité.

le 03/10/2018 à 08h54 | Répondre

Doupiou

Je ne trouve pas que Melimelanie se projette dans un succès, au contraire : elle dit « j’espère », « je veux »… On est plus dans le souhait et le désir que la certitude.
Des enfants sont des petits humains avec un caractère qui leur est propre. Mes deux enfants s’entendent à merveille aussi, mais Est-ce que ça va durer ? Aucune idée !
Mais « j’espère » et « je veux » que ça soit le cas…

Virg, je ne sais pas si tu as plusieurs enfants, mais les réflexions que l’auteure a eu, je les ai eu aussi. Faire un enfant est une décision qui n’appartient qu’aux parents mais il réel qu’on pense aussi à l’aîné quand on décide de parler du deuxième.

le 03/10/2018 à 09h22 | Répondre

Virg

Ce n’est qu’un ressenti à la lecture de l’article 😉 Je crois que c’est en particulier cette phrase « c’était faire un super cadeau à Petit Habitant » qui m’a fait tiquer et du coup a orienté ma lecture. Nous n’avons qu’un enfant et nous n’en aurons qu’un car nous avons eu bb tardivement alors que nous sommes plutôt adeptes des enfants avec au moins 7 ans d’écart 🙂 🙂 🙂 donc c’est trop tard pour nous. Je suis aussi peut-être plus sensible à cet aspect car je suis la plus jeune qui sait ?
En revanche, une chose est sûre, dès que j’entends ce genre d’idée « faire un copain pour l’aîné » , ça me hérisse le poil 🙂 Et je l’entends très très très souvent quand les gens lancent le 2ème. Les parents disent que ce sont des individus, etc. mais finalement ils décident inconsciemment de ce qui est bon pour leurs enfants en espérant très fort qu’ils comprendront que c’est bon pour eux de rester en bon terme avec leurs frères/sœurs. Or, la projection commence sur les plus jeunes avec ce type de souhait très fort. Un peu comme les parents qui disent à leurs enfants « moui, la musique, c’est bien comme hobby mais les études de médecine c’est mieux pour toi ».
Je ne porte pas de jugement, je donne un ressenti, hein ? c’est dans mon caractère de rejeter toutes les cases préétablies. Je dis souvent à ceux qui voudraient appliquer des clichés sur mon bébé qu’il inventera sa propre case 😉

le 03/10/2018 à 09h38 | Répondre

Melimelanie

Alors qu’on soit bien claires j’ai fait un deuxième enfant parce qu’on en voulait un deuxième avec monsieur génial. Jamais au grand jamais les demandes ou non de petit habitant aurait pu influer sur ce choix.
Je n’ai pas fait « un frère ou une sœur » pour occuper et faire plaisir à mon aîné. J’ai fait un enfant parce que j’avais envie d’avoir un deuxième enfant et que nous nous projetions à quatre.
Mais comme le dit très bien Doupiou il y a une énorme différence entre se décider à faire un premier enfant et faire ceux d’après. On ne peut pas nier l’existence du premier. Et pour moi le fait que petit habitant ai un petit frère et que petit excité ai un grand frère et un énorme cadeau pour les deux!
Forcément au moment de nous lancer dans les essais pour notre deuxième nous avons réfléchi par rapport au premier. Mais juste parce que pour nous avoir des frères et sœurs est une chance. Malgré nos histoires compliquées. Malgré que je ne parle plus à ma sœur depuis 6 mois alors que nos parents ont tout fait depuis notre enfance pour qu’on puisse être complice.
La situation actuelle ne me fait pas nier que d’avoir une partenaire de jeu à la maison toute mon enfance a été une grande chance et c’est ce que je souhaite pour mes enfants.
Ensuite il y a le caractère. Même en faisant tout ce qu’on peut rien ne dit qu’ils s’entendront ce sont des individus uniques avec leurs caractères propres. Oui l’attitude des parents jouent (mes beaux parents reconnaissent avoir élevé deux fils uniques ça n’aide pas à créer des liens) mais il y a des enfants derrière avec personnalités différentes.
Je suis aussi la deuxième je sais donc très bien que je ne raisonne pas comme « j’ai fait mon deuxième pour occuper le premier » parce que clairement pour moi ce n’est pas ma position dans ma fratrie donc ça ne m’a même pas traversé l’esprit.

le 03/10/2018 à 09h50 | Répondre

Virg

je suis désolée si mon commentaire a choqué/peiné/etc. c’était un ressenti. donc mea culpa si ce n’est pas le cas et j’ai envie de dire tant mieux.
Vous pouvez le supprimer si vous voulez.

le 03/10/2018 à 10h04 | Répondre

Mme Espoir

Pour moi ce n’est pas la différence d’âge qui explique qu’on est complice/pas complice avec son frère ou sa soeur. J’ai 7 ans d’écart avec ma soeur et on est très proches (autant que possible sachant qu’elle habite loin dans un autre pays). Quand elle était bébé je pouponnais, quand elle avait 7 ans et que j’étais ado je jouais quand même avec elle, quand elle était ado et moi jeune adulte je l’emmenais avec ses copines à droite et à gauche et je venais la chercher aux soirées où elle allait. J’ai beaucoup d’exemples de ce type de relation : la nièce de mon chéri a 10 ans d’écart avec son plus jeune frère et ils s’aiment beaucoup, une amie de lycée a 15 ans d’écart avec sa jeune soeur et pour autant elle sont vraiment proches. Je nuance cependant car dans tous les exemples de ce type que j’ai, l’aînée est une fille. Cela joue peut-être…

le 03/10/2018 à 09h12 | Répondre

Melimelanie

Il y a effectivement pleins de raisons pour expliquer que des relations fraternels se passent bien. La première est la plus prépondérante c’est le caractère des enfants. Même si, derrière, l’attitude des parents jouent il est difficile de souder deux individus qui n’auraient rien en commun. En pariant sur des enfants rapprochés on espère qu’ils auront des centres d’intérêts similaires au même moment. Rien ne nous dit qu’ils s’entendront plus tard mais on espère qu’ils pourront bâtir des souvenirs de jeux ensemble qui leur donneront un socle commun pour au moins se tolérer à l’âge adulte.

le 03/10/2018 à 09h56 | Répondre

charlotteauxpetitspois (voir son site)

Je ne vais pas rentrer dans le débat du « Pourquoi faire un deuxième », d’abord parce qu’il y a rarement une raison unique, ensuite parce que si PARMI les raisons il y a « notre ainé aura un petit frère/une petite soeur et ça c’est génial », ça me semble être chouette.
Quant aux écarts d’âge…
Dans ma famille d’origine, je suis l’ainée, ma soeur R a 5,5 ans de moins que moi, ma soeur V a 6,5 ans de moins que moi et ma soeur G. a 10,5 ans de moins que moi. Bref, mes parents ont tout testé comme écarts (ils étaient pas sponsorisés, mais ils auraient dû! ;-)). Et franchement : on est toutes super proches. Mes soeurs qui ont 14 mois d’écart (mais une née fin 1994, l’autre début 1996, donc deux années scolaires) ne sont pas spécialement plus proches, bien qu’elles aient vécus des trucs plus similaires et en même temps enfant.
Dans ma famille à moi… C’est un grand sujet de tension actuellement. Mon mari désespère de l’écart qui se creuse entre poupette et… celui qui n’est pas encore là et me reproche de ne pas avoir rapidement voulu relancer le projet bébé en son temps. Sauf que… Voilà. Bref, les écarts d’âge c’est aussi beaucoup d’aléatoire. (ce fût le cas pour mes parents et c’est le cas pour nous) Et c’est TB quoi qu’il arrive. 🙂
En tout cas, je te souhaite que tes fils s’aiment encore et encore. Et j’espère de tout coeur que dans 30 ans, c’est ta petite famille : tes deux fils, leurs compagn(e)ons de vie et peut-être même leurs enfants que tu réuniras tous ensemble. C’est après tout la seule chose qu’on peut souhaiter aux familles. Pour le reste, la vie apportera son lot de surprises.

le 03/10/2018 à 14h37 | Répondre

Melimelanie

Comme tu le dis les raisons sont multiples. Et la raison principale était totalement égoïste puisque si j’ai fait mes enfants si rapidement c’est pour ma carrière (paye ta mère en carton). Et je reconnais tous les jours que je remercie mon corps/Dieu/la chance/le hasard (je laisse le choix) d’avoir pu me permettre de suivre les plans que j’avais établi. Parce que, même si il y a eu une erreur de parcours, derrière c’est pratiquement un sans faute et j’en suis très reconnaissante.

Comme tu dis au final on ne contrôle rien (même moi je dis avoir planifié mais on avait repris les essais au deuxième mois de petit habitant donc ce n’était pas non plus de la planification super précise on a juste eu beaucoup de chance)

Je te souhaite de pouvoir vite avoir une très jolie nouvelle qui grandit au creux de ton ventre et je te souhaite la même chose pour dans 30 ans <3

le 03/10/2018 à 14h57 | Répondre

Doupiou

Je ne pense pas que l’amour fraternel dépende de la différence d’âge mais force est de constatée que des enfants rapprochés sont d’excellents compagnons de jeu pour l’un et l’autre. PetitePerle et Barbouille ont 2 ans et 9 mois d’écart et elle me demande très régulièrement quand pourra-t-il marcher pour jouer avec elle.
Les photos sont vraiment émouvantes, on sent sincèrement la complicité entre eux. Je te souhaite que cela dur le plus longtemps possible car c’est important cet amour fraternel…

le 03/10/2018 à 09h12 | Répondre

Melimelanie

Ils sont pour le moments extrêmement complices (même si les premières chamailleries apparaissent) nous avons beaucoup de chance. J’espère que ça continuera sur cette voie là et je te souhaite de pouvoir faire le même type de photos 😉
Il est vrai que la différence d’âge peut ne pas être si importante que ça dans la relation mais on a voulu « minimiser les risques ». On se dit qu’ils auront normalement des centres d’intérêts similaires au même moment (vu comme ils se piquent les jouets ça a l’air d’être vrai). J’espère réussir à les aider à construire une joli relation tout les deux.

le 03/10/2018 à 13h44 | Répondre

Banane

18 mois d’écart avec mon frère, complices dans la petite enfance on a ensuite passé bcp de temps à se battre (pour de vrai). Ça s’est arrangé quand j’ai quitté la maison, à 17 ans. Depuis on est très proches.
Chez nous les 2 grands ont 3 ans d’écart et ça fait 8,5 ans que c’est la fusion. On est très contents pour eux. Et avec le dernier, qui a 4 ans de moins, ça se passe très bien aussi pour l’instant. Je leur fais souvent remarquer qu’ils ont de la chance, même par rapport à leurs copains, d’avoir des frères et sœurs avec lesquels ils s’entendent bien.

le 03/10/2018 à 09h15 | Répondre

Melimelanie

C’est super quand ça se passe bien comme ça! J’espère vraiment pouvoir aider mes enfants à avoir une jolie complicité

le 04/10/2018 à 14h23 | Répondre

MmeExpat

J’ai 7 ans et demi d’écart avec ma soeur et nous ne sommes pas vraiment proches. Je voulais éviter que mes enfants aient autant d’écart mais la vie en a décidé autrement (premier enfant surprise, divorce, remariage mais 6 ans d’essais pour le deuxième enfant) et au final, mes enfants ont 12 ans et demi d’écart.
Et même si c’est loin de ce que je voulais, c’est absolument génial de les voir ensemble. Mon fils a attendu avec nous cet enfant qui ne venait pas. Vu son âge, on lui a expliqué la PMA et il a suivi toute la grossesse de près. Il a voulu venir avec nous à la maternité (césarienne programmée, il nous a attendu dans la salle d’accouchement pendant qu’on était au bloc) et a donc rencontré sa soeur alors qu’elle n’avait 1/2h de vie. Il s’en occupe beaucoup, joue avec elle, la fait rire en faisant des grimaces… Sa soeur, c’est la prunelle de ses yeux et certainement la personne la plus importante de sa vie actuellement. Et elle de son côté est absolument fascinée par son grand frère.
Je ne pense pas qu’il y ait un écart idéal. Cela dépend du caractère des enfants et les 12 ans et demi d’écart entre les miens me sont pas un obstacle, au contraire.

le 03/10/2018 à 09h52 | Répondre

Melimelanie

Je pense qu’il y a effectivement une question de caractère mais aussi la façon dont les parents « présentent » l’arrivé d’un nouvel enfant. Dans ta configuration c’est super que ton fils se soit impliqué comme ça et je pense vraiment que ça a aidé à forger en amont un lien fort avec ce bébé si désiré et attendu!
Je suis très contente de savoir que ça se passe aussi bien pour vous après tous ces obstacles et espère que tes enfants auront une joli complicité (mais je n’en doute pas j’ai des exemples dans mon entourage d’enfants avec 15 ans d’écart vraiment soudés!)

le 04/10/2018 à 17h08 | Répondre

Nala

Je me pose également la question de la différence d’âge pour « juger » d’une complicité ou non entre frères et sœurs. Mes deux filles ont 19 mois d’écart et bien qu’elles ont du mal à se passer l’une de l’autre, elles ne cessent de se chamailler lorsqu’elles sont ensemble 😉

Actuellement enceinte, bébé3 aura presque 8 ans et demi de différence avec mon aînée et 7 ans avec la cadette. Là pour le coup il y aura un grand écart d’âges, je suis curieuse de savoir quelles seront leurs relations à tous les 3 dans l’avenir 🙂

Je suis moi-même l’aînée de 3 filles, et je suis aujourd’hui beaucoup plus proche de la plus jeune (nous avons pourtant 6 ans de différence) que de mon autre sœur, qui a seulement 21 mois de moins que moi (mais nos relations ont toujours été tendues)…

le 03/10/2018 à 11h23 | Répondre

Melimelanie

Je pense que c’est aussi question de comportements et de caractères. Même en ayant un âge proche on peut ne pas du tout s’entendre avec son frère ou sa sœur (il suffit de voir dans une classe d’âge certains enfants ne s’entendent pas du tout) Mais c’est vrai que j’espère quand même que le fait de pouvoir vivre les choses à peu près en même temps leurs permettra de créer une complicité. Mon plus grand défi sera de gérer la compétition je pense. De leur faire comprendre qu’il n’y a aucune compétition à avoir entre eux. Pour moi c’est ce qui détruit le plus les relations frère/soeur.

J’espère que tes trois enfants pourront se construire une jolie relation et comme tu dis parfois on est plus proche de celui avec qui on a le plus d’écart d’âge!

le 03/10/2018 à 13h49 | Répondre

Viviane

J’ai la même configuration familiale à la maison : mes aînés (garçon puis fille) ont 14 mois d’écart et numéro 3 a 8 et 7 ans d’écart avec ses frères et sœurs. Si mes deux grands se sont beaucoup chamaillés, ils sont effectivement très complices (et l’arrivée des pièces rapportées n’a pas toujours été simple). Ils s’entendent aussi très bien avec le benjamin qui malgré tout s’est retrouvé fils unique à son adolescence, les grands ayant quitté la maison.

le 04/10/2018 à 13h46 | Répondre

Melimelanie

Ici les chamailleries commencent mais au final je trouve ça mignon. J’espère qu’ils auront une relation comme les tiens qui a l’air d’être une jolie relation ( et oui les pièces rapportés peuvent apporter pas mal de tensions c’est sûr…)

le 04/10/2018 à 17h11 | Répondre

Viviane

En même temps, quoi de plus pratique qu’un frère/ une soeur pour se chamailler ^^

le 04/10/2018 à 18h24 | Répondre

Chabadaba (voir son site)

La complicité entre frères et sœurs, je comprends que ça te préoccupe!J’avoue que je serai sans doute assez malheureuse de voir que mes enfants ne s’entendent pas.
Mais j’ai l’impression que l’écart d’âge n’y est pas pour grand chose : ma sœur et mon frère ont 14 mois d’écart, tandis que je suis arrivée 8 ans après mon frère… Et nous nous sommes toujours très bien entendus. Il y a même désormais bien plus de complicité entre mon frère et moi qu’avec ma sœur.
Beaucoup de personnes dans mon entourage justifient l’écart d’âge de leurs enfants par l’argument « c’est pour qu’ils s’entendent mieux », mais ce raisonnement justifie à peu près tous les écarts souhaités.
Quant à nous, on est pas des champions en termes de fertilité, on sait qu’on ne contrôlera sans doute pas l’écart entre nos enfants…(on s’est fixés un minimum de 18 mois, mais après, advienne que pourra!).
Cela dit, je trouve ta démarche pour faire en sorte qu’ils soient complices très jolie. Quel que soit l’écart entre mes enfants, j’espère qu’ils auront la belle complicité de tes fils.

le 03/10/2018 à 11h52 | Répondre

Melimelanie

Je sais que nos parents (que ça soit ceux de monsieur Génial ou les miens) sont très tristes de voir la façon dont ce sont dégradés nos relations avec nos frères et sœurs. Forcément je les comprends mais bon… pour être totalement honnêtes dans les conflits actuelles (et même antérieurs ) leurs comportements n’aident pas du tout à apaiser les situations. Alors de là a dire qu’ils sont à 100% responsables non. Nos caractères ont une grande part de responsabilité mais je suis d’accord quand tu dis que les parents ont un rôle à jouer. Je ne prétends pas pouvoir faire mieux que mes parents ou mes beaux parents. Je sais juste que je ferais tout mon possible pour que mes enfants aient des relations apaisées.
En tout cas je te souhaite de pouvoir avoir tes futurs enfants quand tu le souhaites et de pouvoir les voir développer une jolie complicité.

le 03/10/2018 à 14h19 | Répondre

Madame D

Je pense aussi que selon l’age des enfants, il y a des moments ou ils aiment être seul et d’autres ou ils aiment être entouré. On le remarque d’ailleurs entre la crèche et la maternelle. Les enfants passent de jouer seul a jouer a plusieurs. C’est un peu pareil au niveau des fratries je trouve. Ma sœur et moi on s’entendait très bien petites, puis on s’est éloigné a l’adolescence pour se retrouver en tant que jeunes adultes.
Mais comme toi je suis plus que ravie quand je voit mes enfants qui se font des câlins et qui jouent ensemble.

Même si je persiste et signe : tu es complètement folle d’avoir fait des enfants si rapproché !!!! FOLLE ! PtitLion à 18 mois et même si un ptit troisième me tente bien je n’imagine ABSOLUMENT pas survivre si j’avais un nourrisson de plus à gérer maintenant !

le 03/10/2018 à 11h57 | Répondre

Melimelanie

J’avais tendance à penser comme toi que certains moments de la vie n’étaient pas propices aux relations fraternelles. Qu’au final une fois avec des vies « similaires » (mariés, parents,…) on retrouverait des relations qui avaient pu être distendues. Et au final quand j’ai réalisé que ce n’était pas le cas je suis tombée de haut et c’est ce qui a été le plus difficile à gérer.
Du coup j’espère pouvoir protéger mes enfants de ça et leur apprendre à avoir des relations cordiales s’ils ne souhaitent pas plus.

J’aime tellement les voir jouer ensemble, rire aux éclats et se faire des câlins que je n’imagine pas pouvoir les voir se détester un jour. Mais j’essaie de m’y préparer et je ferais tout pour que ça ne se produise pas mais je sais bien qu’il faudra que je prenne en compte leurs individualités.

Et je ne suis pas folle :-p C’est normale que tu ne l’envisage pas maintenant parce qu’ils sont déjà deux c’est tout 😀 (Non en vrai quand j’ai réalisé qu’on faisait une connerie c’était trop tard je pouvais plus remédier à la situation 😀 – Je précise que je rigole au cas ou ça ne se verrait pas par écrit :-p)

le 03/10/2018 à 14h30 | Répondre

Pauline

Malgré ma lecture assidue de ce site, je n’ai jamais posé de commentaire vu que je n’ai pas encore d’enfants.
Cependant cet article sur la fratrie me fait réagir. J’ai 2 petits frères qui ont 3 ans et 7 ans de moins que moi. Mon frère qui a 3 ans de moins que moi a un caractère très différent du mien, alors que j’ai un caractère plus similaire avec celui qui a 7 ans de moins que moi.
Durant notre enfance, je m’entendais mieux avec mon plus petit frère que celui qui a peu d’écart avec moi. Donc, je suis d’accord que l’entente d’une fratrie dépend des personnalités de chacun des enfants. Même si je pense que malgré la différence de caractères avec mon frère cadet, j’ai toujours eu un tel amour fraternel pour lui (reçu par l’éducation de mes parents), que je passais au-dessus de ces différences de caractères pour essayer de créer du lien avec lui.
Maintenant que nous sommes adultes, je m’entends très bien avec les 2, même si mes relations avec chacun sont différentes du fait de nos personnalités. Je vous explique tout ça pour dire que je ne pense pas que l’entente entre des frères et sœurs à l’âge adulte dépendent du caractère de chacun, je pense que ça dépend plutôt de l’éducation reçu et des chemins que chacun ont pris.
Nos parents nous ont éduqués à aimer sa famille, à la tolérance, au partage, à la bienveillance, … Je pense que ces valeurs nous permettent de profiter de tous les instants qu’on passe ensemble malgré nos différences de caractères, nos différences de vie et nos avis différents. Une des preuves est que même maintenant à l’âge adulte, je sais que je n’ai pas la même façon de vivre que mon frère cadet. Et pourtant, ma famille, mes frères et mes parents, sont les prunelles de mes yeux !

le 03/10/2018 à 12h39 | Répondre

Melimelanie

Merci pour ce premier commentaire!
Vu le caractère à l’opposé de mes fils ce que tu me dis me rassure! J’espère vraiment que l’on arrivera à les élever dans l’amour et le respect de l’un et de l’autre!

le 04/10/2018 à 17h13 | Répondre

Mlle Mora

C’est une question que je me pose régulièrement, quelles seront les relations entre mes filles plus tard ? C’est difficile de le savoir… Aujourd’hui, elles jouent ensemble mais à l’adolescence je ne sais pas ce que ça donnera, chacun voudra se démarquer des autres, normal !
La différence d’âge instaure des relations différentes je pense. Je m’entends vraiment très bien avec ma soeur, elle me raconte tout, j’ai 6 ans de plus qu’elle et on a joué ensemble malgré cette différence. Mais, je suis vraiment une grande soeur pour elle, une référence, et moi, je la vois toujours comme « petite » alors qu’elle est adulte maintenant !
Mon mari n’a que 18 mois d’écart avec son grand frère, ils ont été très proches dans l’enfance et l’adolescence (avec bagarres à l’appui of course !), et maintenant, ils se parlent à peine… en partie à cause de la femme qu’il a choisi d’épouser… Eh oui… les pièces rapportées peuvent aussi venir bouleverser la relation fraternelle !

le 03/10/2018 à 14h24 | Répondre

Bibou15

Totalement d’accord avec toi sur les pièces rapportées! de mon côté je suis la dernière d’une fratrie de 3 : 8 ans d’écart avec mon frère qui est l’ainé et 5 ans avec ma soeur au milieu, les deux ont donc 3 ans d’écart ( à vérifier si mes calculs sont bons :p) je ne sais pas si c’est une question d’écart, d’éducation ou quoique ce soit , une chose est sure : nous sommes hyper proches tous les 3! On ne se dispute pas ou alors si dispute il y a elle sera réglée dans l’après-midi sinon personne ne dormira tranquille. Je peux dire sans aucun doute que je ferai n’importe quoi pour mes frères et soeur et qu’ils soient heureux est ce qui m’importe le plus avec la santé de mon fils. ET DONC pour revenir à la question des pièces rapportées, malheureusement, cette grande complicité entre nous 3 n’est pas toujours bien reçue. Cela doit être agaçant, je ne l’explique pas mais malheureusement c’est ainsi. Bon rien de très grave il n’y a aucune dispute entre nous, nous sommes seulement un peu distants pour respecter les vies perso de chacun. Je trouve ça malheureux de voir qu’une famille unie crée des jalousies mais bon..

le 03/10/2018 à 16h25 | Répondre

Melimelanie

Je ne comprends pas ce que ça peut apporter aux pièces rapportées de dégrader des relations au beau fixe. Quand j’ai rencontré Monsieur Génial je m’étais mise ne tête d’améliorer la relation qu’il avait avec son frère. Bon après je suis un peu revenue sur ma position mais j’ai toujours insisté sur une chose : je ne ferais jamais rien pour dégrader leur relation. Si je ne peux pas améliorer je préfère garder une position neutre.

le 05/10/2018 à 11h20 | Répondre

Melimelanie

C’est vrai que si en plus les pièces rapportés s’en mêlent ça peut poser problème. En fait je pense que ce que j’aimerais c’est que même si plus tard ils ne sont pas meilleurs amis ça ne soit pas une plaie de se voir. que les contraintes que peuvent entraîner des réunions de famille paraissent limités face au plaisir de se voir. Seul l’avenir nous donnera la réponse!

le 05/10/2018 à 11h17 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

Mon avis personnel est vraiment que la différence d’age ou le traitement des parents (s’il n’est pas déséquilibré bien sûr) importe peu au final. Seul compte le caractère et les affinités. Je connais des jumeaux qui ne se supportent pas et des enfants ayant 20 ans d’ecart qui s’adorent. Je ne crois pas non plus que des enfants qui ne jouent pas ensemble ne s’entendent pas. Personnellement, j’eprouve encore maintenant le besoin parfois d’etre seule avec mes parents de profiter d’eux et pourtant j’adore ma sœur plus que tout au monde, c’est ma famille. Je considère plutôt que le vrai cadeau à faire a un enfant unique c’est justement une autre personne qui a les mêmes souvenirs familiaux que toi, qui sera là le jour où il faudra se soutenir, avec qui te remémorer ton enfance, parler de tes parents, des tes grands parents …
Et je trouve que c’est la vraie force d’une fratrie même si des fois chacun éprouve le besoin ou la nécessité de s’eloigner.
Et puis on peut passer beaucoup de temps à se détester et puis un jour trouver ce petit truc qui nous rapproche. Rien n’est figé au final et c’est ce qui est bien aussi.

le 03/10/2018 à 14h46 | Répondre

Melimelanie

Même si le caractère joue je pense qu’on ne peut pas totalement exclure l’environnement. tu parles de jumeaux : j’aurai été terrorisée d’en avoir pour les difficultés que ça apporte dans l’éducation. Comment réussir à leur aider à trouver sa place quand une grande partie des gens qu’ils vont côtoyer les contraignent dans leur rôle de jumeaux. Je pense que justement c’est beaucoup pus « simple » de trouver des jumeaux qui se haïssent que dans les fratries avec des enfants qui ne sont pas nés en même temps.

Avoir 20 ans de différence ne t’empêche pas d’être proche de ton frère ou de ta sœur si tes parents vous ont donné la bonne place. Même si vos caractères peuvent bien s’accorder si les parents ne font pas d’effort pour vous créer une unité familiale c’est voué à l’échec!

(Et c’est totalement normal de parfois aimer être seule avec tes parents même si tu adores ta soeur! <3)

le 05/10/2018 à 11h36 | Répondre

Céline

Je pense que tout est question de dosage: l’écart entre les enfants, l’attitude des parents et le caractères des enfants. Ici, 2 filles avec 17 mois d’écart. La Petite est arrivée plus tôt que prévue, et au final, c’est magique. Et vu que c’est top, on espère que Le/La Mini arrivera sans tarder. Si nous y arrivons, il y aura un peu plus de 3 ans entre la Grande et Le/La Mini.
On fait plusieurs enfants parce qu’on a foncièrement envie de chacun de ces êtres, mais aussi, chez nous, pour qu’ils aient toujours quelqu’un dans leur vie pour qui compter (on l’espère du moins, on ne sait pas de quoi sera fait).
Je suis aussi la 2ème, je suis aussi fâchée avec mon frère à qui je ne parle plus depuis 6 mois, mais au fond, s’il se passait quelque chose de grave, je suis persuadée qu’il serait le premier à m’épauler.

le 03/10/2018 à 15h19 | Répondre

Melimelanie

Tu le dis très bien c’est un savant dosage qui fait que tout peut très bien ou très mal se passer! Et malheureusement on ne contrôle pas toutes les variables!

Je te souhaite que ton mini arrive bientôt dans vos vies!

le 05/10/2018 à 11h38 | Répondre

Madame Bobette (voir son site)

Quand on vient d’une fratrie, je pense qu’on se projette toujours un minimum dans celle qu’on crée pour nos enfants.
Comme toi, je pense que c’est un cadeau de pouvoir leur offrir ça et j’espère que nous pourrons bientôt le concrétiser chez nous même si ça met un peu de temps.
Après réflexion, je ne suis pas certaine qu’il y ait un écart d’âge idéal… Que ce soit 18 mois ou 7 ans, la relation sera ce qu’ils en feront, nous sommes juste là pour y semer les meilleures graines possibles. Bon j’avoue, au fond de moi, j’espère toujours qu’il y aura moins de 4 ans entre Tess et bébé 2 mais ça, c’est toujours parce que je me projette moi-même…
Enfin voilà, tout ça pour dire que je comprends assez bien ta réflexion et que j’y adhère plutôt également 😉

le 03/10/2018 à 15h59 | Répondre

MmeExpat

J’ai moi aussi l’exemple inverse. J’ai 7 ans 1/2 d’écart avec ma soeur et nous ne sommes pas vraiment proches. C’est pourquoi j’ai toujours voulu avoir des enfants rapprochés (2-3 ans).

J’ai eu mon premier tôt et ont suivi un divorce et 4 ans à l’élever seule. Donc c’était clair que si jamais il devait y avoir un 2e enfant, l’écart serait plus grand que souhaité initialement. J’ai rencontré mon mari et on a dû passer par la case PMA. Ce 2e enfant, on l’aura attendu 6 ans ensemble donc mon fils et sa soeur ont 12 ans 1/2 d’écart.

Mon grand était au courant du parcours PMA (vu son âge, on lui en avait parlé) et a attendu son petit frère/petite soeur avec beaucoup d’impatience. Il a suivi la grossesse avec beaucoup d’intérêt et a même souhaité nous accompagner à la maternité. C’était une césarienne programmée donc il nous a attendu dans la salle d’accouchement pendant que nous étions au bloc. Il a rencontré sa soeur alors qu’elle avait à peine 1h. Depuis il s’en occupe avec beaucoup de patience et d’amour. Sa soeur, c’est très certainement la personne la plus importante de sa vie. Et elle, de son côté, elle le regarde fascinée, rit de ses grimaces. Ils sont malgré cette immense différence d’âge déjà complices et c’est trés émouvant à observer.

Je pense qu’être proches ou non de ses frères et soeurs a certes à voir avec la différence d’âge mais c’est aussi beaucoup une question de caractère.

le 03/10/2018 à 19h07 | Répondre

Maye

J’ai toujours toujours dis que je n’aurais qu’un enfant. Quand j’étais petite c’était parce qu’il était hors de question d’infliger un frère ou une sœur a mon enfant. Plus grande c’était parce que je ne voulais pas subir le déchirement de voir ses enfants se détester en plus. Aujourd’hui que ma fille est la, c’est pour d’autre raison plus pragmatique et sentimentales. On peut donc déduire par ces quelques points la relation que j’entretiens avec ma sœur de 20 mois plus jeune. Elle a toujours été un monstre pour moi. Elle prenais toute l’attention, elle me volais mes affaires, elle avait plus de droits que moi, elle me frappait, elle me volait TOUTES MES AFFAIRES TOUT LE TEMPS. Je disais a mon entourage que c’était pas parce qu’on avais des globules rouges commun que je devais l’aimer. A l’ecole je niais notre parenté. Bref, pour moi c’est juste hors de question. Je sais bien que chaque fratrie est différente et que mon expérience personnelle n’augure de rien du tout, mais il est hors de question de prendre le risque.
Bon, pour nuancer, depuis que ma sœur est adulte ça se passe beaucoup mieux. Aujourd’hui on s’entends même très bien et je suis triste de vivre très très loin d’elle. Comme quoi tout n’est pas figé. (Mais ça ne rattrape pas 18 ans d’enfer…. )

le 03/10/2018 à 20h02 | Répondre

Floconnette

Bonjour,
Je pense que tellement de paramètres influent sur l’entente entre frères et sœurs que…. ben vaut mieux faire ses enfants quand on a envie que de parier sur un écart d’âge idéal. C’est ce que vous avez fait, et nous aussi! Je viens d’une fratrie « éloignée », je suis au milieu de 2 frères (+4.5 et -6.5 ans) et donc nous avons à la fois la différence d’âge et de sexe. Mon mari est l’aîné d’une fratrie de 4 rapprochés. Je vois de tout autour de moi!
J’ai presque l’impression (dans les exemples que j’ai bien sûr je ne fais pas de vérité générale!) que les fratries unisexes et des 2 sexes provoquent plus de différences que l’écart d’âge.
J’ai 2 garçons de 29 mois d’écart (oui c’est précis! 🙂 ).
Ils sont comme chien et chat, c’est « je t’aime moi non plus ». Ils s’adorent, ne se quittent pas, mais se disputent, se cherchent des noises, se provoquent, se jalousent. Ils ont un très fort caractère chacun. Quand je les sépare ils sont tristes, quand ils sont ensemble soit c’est l’amour fou soit ils se tapent dessus. Je suis heureuse de les voir complices mais c’est parfois épuisant! Ils ont 4 ans et demi et un peu plus de 2 ans à l’heure actuelle. Depuis cette année ils sont séparés pour la garde (périscolaire et nounou) et on le ressent! Le petit est en joie de chercher son frère le soir, il hurle de joie en arrivant au périscolaire. Le grand l’ignore! mais en fait il est content car quand je viens sans le petit il le cherche… Quand je propose des vacances séparées (un chez chaques grands-parents) « non non on veut être ensemble »…
Donc jene regrette pas notre choix mais le terrible 2 de l’aîné a été trèèèèèèèès dur et long durant ma grossesse et après la naissance, là encore nous avons beaucoup de difficultés avec son caractère (il est soupçonné précoce, il est provocateur, colérique etc, c’est très dur à l’école et en société…) et donc avoir un 2ème forcément ça nous fatigue de tout gérer! Mais on est heureux comme ça, on a condensé un peu les années « sport » ms… ça se tassera, non? 😉
En tout cas c’est chouette pour tes fils ils ont l’air adorables! Je leur souhaite une belle relation 🙂

le 04/10/2018 à 11h39 | Répondre

Miss Chat

Mon mari est comme toi et voulait une petite différence d’âge pour que nos enfants s’entendent bien. Mais personnellement je suis convaincue que c’est uniquement leur personnalité qui fera qu’ils s’entendent bien ou non 🙂 J’ai déjà vu tous les scénarios pour les âges alors je ne tire pas de plan sur la comète, ça dépendra d’eux ! Même si évidemment leurs centres d’intérêt seront certainement plus proches en étant proches en âge. Mais je me dis qu’une fois arrivés à l’âge adulte, même 10 ans de différence ne seront pas si marqués. Et au final, si tout se passe bien, on est adulte plus longtemps qu’on est enfant 😉
Pour l’instant, avec 24 mois pile d’écart, ils sont tout le temps l’un sur l’autre, tantôt à rire aux éclats, tantôt à chouiner pour un même jouet. Ils sont assez complices et maintenant que le cadet a quasi 18 mois, ils partagent quasiment les mêmes jeux. J’espère que ça va continuer !

le 04/10/2018 à 12h57 | Répondre

WorkingMutti (voir son site)

J’ai eu la chance d’avoir des jumeaux et leur petit frère deux ans après. Zéro regrets. Ils sont hyper complices, les grands sont très attentifs au bien être de leur petit frère. Ce qui est drôle c’est que le petit dernier reproduit ce schéma avec le petit bébé avec qui il est gardé chez l’assistante maternelle.

Mon conjoint a 9 ans d’écart avec son frère. Ils sont quasi des étrangers

le 05/10/2018 à 13h35 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?