Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Le point couple de Chacha d’avril : des hauts et quelques bas


Publié le 31 août 2018 par Chacha d'avril

Cet été, ça va être caliente ! Les chroniqueuses brisent les tabous. Régulièrement, elles viendront lever le voile sur leur couple. De la sexualité à leur vie de famille, en passant par l’équilibre parfois difficile, elles te raconteront tout.
Aujourd’hui, c’est au tour de Chacha d’avril de prendre la parole !

L’Homme et moi, on se connait depuis un bout de temps. Depuis le lycée. On s’est connu à l’internat. Je l’intriguais, à être si mystérieuse et silencieuse (timide maladive au rapport), alors il me parlait tous les soirs et me taquinait jusqu’au jour où je lui ai enfin répondu (sale caractère également au rapport). Un an d’amour en a suivi. C’était mon premier vrai amoureux. Je l’ai aimé comme on aime pour la première fois, à la folie. Et puis, on s’est séparé parce que je suis partie faire des études à  500 km. On ne pensait jamais se revoir. On a connu d’autres personnes. Et on s’est retrouvé 3 ans plus tard pour l’anniversaire d’une amie commune. On a passé une journée tous les deux à Paris pour « lui chercher un cadeau ». On s’est promené, on a pris un café sur les Champs-Elysées, visité la section Egypte du Louvre, eu un fou rire devant les Tuileries. On a complètement oublié la raison de notre venue sur Paris. On s’est retrouvé, comme une évidence. C’était il y a 9 ans.

Au bout d’un an et demi de week-end et de vacances partagées, on s’est installés ensemble alors que j’étais encore étudiante. Apprendre à vivre en autonomie tous les deux n’a pas toujours été facile mais on s’en est bien sortis. On s’aimait très fort. Les seules vraies disputes qu’on ait jamais eu étaient à propos de ma mère, quand je la défendais encore. Les choses avançant, on s’est marié au bout de 4 ans et demi. Et puis, on a décidé de faire un enfant. Malgré mes premières réticences. Ce ne fut pas toujours facile mais, un an et demi après notre mariage, Petite Fleur est arrivée dans nos vies. Pour la chambouler à tout jamais.

Comment se porte notre couple depuis ?

Credit image (creative commons) : AdinaVoicu 

A la naissance

Quand Petite Fleur est née, nous vivions sur un petit nuage de béatitude. On s’aimait, il était fier de moi, je trouvais que la paternité le rendais encore plus beau. Il a été très tendre et attentionné durant les premières semaines, durant le baby blues et l’allaitement, où j’étais particulièrement à fleur de peau. Puis on a trouvé un rythme au fur et à mesure du temps qui nous convenait. Je n’ai repris les travail qu’aux trois mois et demi de Petite Fleur. Je m’occupais d’elle toute la journée. Il rentrait le soir, préparait le repas et à 19h, elle dormait. On avait toute la soirée pour nous deux. J’étais parfois sur les nerfs, lui aussi mais rien d’insurmontable. Ce qui est certain, c’est qu’on se prenait plus la tête qu’avant. Le stress, la fatigue, la peur de mal faire, tout cela jouait sur nos humeurs et c’était souvent l’autre qui prenait quand la pression finissait par être trop importante.

Entre 6 mois et un an

Vers les 4 mois de Petite Fleur, j’ai repris le travail. J’ai du laisser mon bébé à une assistante maternelle. J’ai redécouvert le monde du travail, où je m’épanouissais totalement, ça me faisait du bien. Mais la fatigue du bébé, la fatigue du travail, le temps perdu dans les transports, tout cela a contribué à nous éloigner. Nous avons traversé quelques mois très difficiles pour nous deux. Au point qu’on ne se parlait plus vraiment, sauf pour les engueulades, qui étaient quasi quotidiennes. On vivait nos soirées et nos week-end côte à côte mais pas ensemble. Les vacances cette année-là ont été un vrai calvaire. On était au bord du divorce, on en avait parlé ensemble, très sérieusement.

Et puis, le jour des un an de Petite Fleur, une dispute a été trop loin, en mots et en gestes. Je ne sais pas exactement ce que cette dispute a débloqué, je ne comprends toujours pas moi-même, mais les tensions ont disparu dès les jours suivants et nous avons repris une vie de couple plus équilibrée petit à petit.

Depuis

Depuis, bien sûr il y a eu des disputes, mais rien de comparable. Nous avons appris à être des parents heureux, une famille équilibrée. Il s’est plus investi dans les soins et l’éducation de Petite Fleur (avant, je donnais tous les biberons, changeait toutes les couches et était la seule à me lever la nuit). On a passé plus de temps ensemble, à s’écouter réellement parler l’un l’autre, de nos soucis, de nos envies, sans accabler l’autre de reproches en permanence. Ce n’est pas facile tous les jours, je te l’accorde. Il suffit d’être plus fatigué ou énervé que d’habitude pour se laisser entraîner sur la mauvaise pente.

Petite Fleur est devenue une petite fille, être parent est devenu moins épuisant. On a réappris à s’aimer lui et moi, car je crois qu’on avait un peu oublié. Entre ses un et deux ans, on a retrouvé un équilibre qui nous a apaisé, en tant que couple mais aussi en tant que personne. On a monté un nouveau projet de vie, ensemble. Depuis quelques mois, nous vivons tous les trois ensemble 24h sur 24. J’avais peur que cela ne fragilise à nouveau notre couple, d’être sur le dos de l’autre, tout le temps, jour et nuit.

Au contraire, vivre tous les trois ensemble, lui, notre fille et moi, nous a permis de mieux nous comprendre. Je n’ai jamais aussi bien compris mon mari qu’aujourd’hui et vice versa. Il y a toujours des tensions et de grosses disputes parfois, mais cela se règle en deux jours maximum. On sait comment apaiser l’autre, comment se faire pardonner après une bêtise ou une parole blessante, trouver les mots qui remplissent le cœur d’amour et de tendresse, faire plaisir à l’autre du mieux qu’on peut.

Vivre pleinement ensemble nous a permis de nous redécouvrir et de nous aimer encore plus. Ce qui n’empêche pas d’avoir des petits plus pour entretenir la flamme.

Entretenir la flamme

Etre parent est souvent le meilleur moyen d’oublier qu’on est aussi un couple. C’est pour ça que, ponctuellement, on s’accorde des moments sans notre fille. Nous sommes partis en week-end à l’étranger alors que Petite Fleur avait trois mois. Depuis sa naissance, nous avons dû nous faire une demi douzaine de week-end en tête à tête. On essaie de tenir un rythme de deux week-end par an minimum. On n’a pas besoin d’aller très loin ou de faire des choses extraordinaires. Juste de passer du temps ensemble sans penser couche et biberon.

Cet été, nous partons une semaine sans Petite Fleur, dans un camping au bord d’un lac à deux heures de chez nous. C’est la première fois qu’on restera aussi longtemps sans elle. C’est mal, mais j’ai hâte.

Il n’y a pas besoin de s’éloigner autant de son enfant pour entretenir la flamme, une soirée au restaurant ou au cinéma suffit largement. Et Petite Fleur passe la soirée avec ses grands-parents ou sa marraine.

Et on s’accorde des petites attentions, même en présence de notre fille : un petit cadeau qui le/me touchera, sans raison, juste pour faire plaisir (il est revenu des courses avec une fleur la dernière fois). Ou préparer le repas préféré de l’autre. Ou tout simplement passer la soirée devant un bon film en câlinant son amoureux. Toutes ses petites choses qui nous font du bien, à lui et moi. Et surtout, je sais que beaucoup trouve ça nul, mais j’ai besoin de lui dire et de l’entendre me dire qu’on s’aime tous les jours, sincèrement.

Le sexe

Venons-en maintenant au sujet qui fâche (un peu) : la sexualité. Etre mère a modifié beaucoup de choses pour moi. Ma libido en fait partie. Je n’ai plus forcément autant envie qu’avant et puis surtout, mes sensations ne sont plus les mêmes. En particulier au niveau des seins. Et ça, l’Homme a du mal à l’accepter.

On ne fait plus l’amour aussi souvent qu’avant et/ou aussi souvent qu’il le voudrait et en plus je ne le laisse plus vraiment toucher mes seins. Mais, selon la moyenne nationale, notre score hebdomadaire est plutôt honorable.

En plus, on ne peut plus faire l’amour quand on veut, il faut attendre que la petite bête dorme, l’après-midi ou le soir.

Au final, la parentalité a modifié notre sexualité mais elle n’y a pas mis fin du tout. 😉

Son avis à lui

Quand je lui ai posé la question, il m’a répondu quatre choses :

«- J’ai pris l’habitude de toujours passer après Petite Fleur quand nous parlons elle et moi, c’est toujours à notre fille que Chacha porte son attention en premier.

– On ne peut plus faire l’amour quand on veut, il faut attendre le soir ou la sieste et c’est assez frustrant…

– Notre vie de couple n’a pas tant changé que ça finalement pour le reste (complicité, attention, disputes,…)

– Ah si, le matin en se réveillant on ne se câline plus à deux mais à trois et j’adore ça»

 

Et toi, quels ont été les changements ou non-changements dans ton couple suite à l’arrivée de ton enfant ? Est-ce que tu le vis bien ? Raconte !

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !


Porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

4   Commentaires Laisser un commentaire ?

WorkingMutti (voir son site)

J’avoue que le fait de faire les choses côte à coté mais pas ensemble me parle bien. Ca été aussi un peu comme ça à la naissance de Samuel. Il a fallu de grosses disputes mais aujourd’hui, ca va mieux.

Les jujus vont entrer à l’école, c’est peut être aussi pour ça.

le 31/08/2018 à 13h43 | Répondre

Chacha d'avril

Je suis contente que ça aille mieux. Cette période n’est vraiment pas facile et c’est dur d’en sortir. Courage pour la rentrée !

le 31/08/2018 à 17h46 | Répondre

Madame Didou

Bonjour,

Merci pour ton article il me parle tellement surtout la partie vivre cote cote. on est en plein dedans avec mon mari. ça vient d’eclater ce matin justement ça faisait 2 jours que je pleurais et que lui boudait…
Je me sens moins seule en lisant ton article. ça me redonne espoir! c’est une mauvaise passe.

le 31/08/2018 à 15h07 | Répondre

Chacha d'avril

Le plus dur c’est d’en sortir. Courage, si vous faites des efforts tous les deux, ça finira par passer.

le 31/08/2018 à 17h47 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?