Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Fais pas ci, fais pas ça…


Publié le 11 juillet 2016 par Melimelanie

Il est passé par ici, il repassera par là ! Eh oui, après mon premier article sur les conseils (plus ou moins directifs) dont on nous abreuve pendant la grossesse, je reviens avec son pendant « maman » : la pression sociale qu’on subit une fois bébé là !

Attention, sujet délicat… Prête ? On y va !

Conseils durs à supporter pour les parents

Crédits photo (creative commons) : Gordon

Tu allaiteras (si ton lait est bon)

Oooouh, je cherche la controverse, oui, je le reconnais.

Alors, qu’on se mette d’accord, toi et moi : j’ai choisi d’allaiter (le terme « choisi » est très important), tout comme j’aurais pu choisir de donner le biberon ! Chacun fait comme il le souhaite. Mais on sait toi et moi que malheureusement, il n’y a que dans le monde des Bisounours qu’on fait notre choix et qu’on nous laisse tranquilles.

En gros, on est quand même vachement poussées à allaiter. Mais l’inverse est vrai aussi ! Ta belle-mère n’a jamais allaité et ses deux enfants sont au top ? Attends-toi à des réflexions sur le fait que tu t’emmerdes pour rien. Ou mieux, on te ressort l’expérience d’Unetelle, à qui on a ordonné d’arrêter l’allaitement parce que son lait n’était pas bon : « Tu es sûre de ne pas laisser ton bébé mourir de faim ?!! »

Dis-toi que de toute façon, tu auras des réflexions. J’ai un bébé tout potelé, et on me dit qu’il est trop gros. Mais s’il avait été tout mince, j’aurais eu droit à des réflexions sur la qualité de mon lait. C’est un cercle sans fin.

Mon conseil : ignore-les ! Tu veux allaiter (un mois, six mois, un an, plus…) ? Fais-le. Tu ne veux pas ? Ne le fais pas ! Il vaut mieux un biberon donné avec plaisir qu’une tétée au sein durant laquelle tu te retiens de pleurer. Ton bébé t’aimera de la même façon, que tu l’allaites ou non.

Tu ne lui donneras pas de tototte

Ha ha ha ha ha. La meilleure des blagues. Souvent, les gens qui donnent ce conseil te disent de lui faire prendre son pouce (mouais, pas sûre que ce soit mieux) ou insinuent que tu vas rendre ton bébé dépendant à quelque chose dont il n’a pas besoin.

Alors, clairement, si ton bébé n’en a pas besoin, ta tototte, il te la recrachera de suite. Mon fils n’en avait pas du tout envie durant ses trois premiers mois. Et depuis, il a des phases où il l’a toute la journée, et d’autres où il ne la réclame pas du tout. Eh oui, les dents y sont pour quelque chose !

Ce qui me fait le plus rire avec ce conseil, c’est qu’en tant que maman allaitante, on m’avait bien répété mille fois de ne pas lui donner de tototte (pour éviter la confusion sein/tétine). Et pourtant, à la maternité, on m’a demandé deux fois de suite si j’en avais une, car mon fils pleurait (pendant à peine deux minutes) quand on l’examinait… J’en déduis que ce conseil est souvent donné par des gens qui, au bout de cinq minutes de pleurs, caleraient fissa une tototte dans la bouche de bébé !

Donc encore une fois, c’est à toi de voir. J’ai une amie qui a préféré attendre que ses enfants trouvent leur pouce (pour une raison pratique : ils ne le perdent pas la nuit, donc pas besoin de se lever pour leur redonner), et qui a donc supporté les pleurs quelque temps. Moi, j’ai décidé de lui donner pour éviter que mon sein soit « mordillé » en période de dents qui sortent…

Fais comme tu le sens. À ce que je sais, aucun adulte ne se promène avec une tétine dans la bouche. C’est bien qu’à un moment, on n’en a plus besoin !

Tu le feras dormir dans sa chambre

Comment ça, il dort avec vous ?!!! Mais, et votre vie de couple ??!!! Et puis, vous devez le gêner, la nuit.

Et son opposé : quoi, vous l’avez directement mis dans sa chambre en revenant de la maternité ?? Mais le pauvre ! Neuf mois avec Maman, et vous le mettez seul ! Ça va en faire un bébé déséquilibré !

Moui moui… Alors là, pareil, c’est comme tu le sens, en fait. Petit Habitant a passé cinq mois avec nous, parce qu’on y était obligés (on n’avait pas la place pour le mettre ailleurs) et aussi parce que c’était pratique (la nuit, c’est plus facile de le prendre et de le mettre au sein sans avoir à sortir du lit). Et j’ai été biiiiien contente quand il a intégré sa chambre après notre déménagement. Il l’aurait intégrée plus vite si ça avait été possible, parce qu’il nous gênait la nuit !! Oui, IL nous gênait. (Un bébé qui dort, ça fait beaucoup de bruit.)

Donc encore une fois, chacun fait comme il veut et comme il peut. Si tu te sens de te lever quatre fois par nuit pour aller nourrir bébé dans la chambre d’à côté, eh bien, mets-le directement dans sa chambre (et c’est évidemment encore mieux si tu as l’option « bébé qui fait ses nuits »). Si ça te rassure de l’avoir dans ta chambre, garde-le autant que tu le souhaites (bon, à 18 ans, il te dira peut-être qu’il veut avoir son intimité !), et ton couple apprendra qu’il existe d’autres lieux que le lit pour s’amuser. Sois rassurée : tu n’en feras pas un sociopathe, ni dans un cas, ni dans l’autre.

Tu le laisseras pleurer (ou pas du tout)

Top 1 des conseils à la con. Souvent, les personnes qui te disent de le laisser pleurer sont celles qui se précipiteront pour le prendre dès que tu le laisseras chouiner deux minutes dans son transat.

Quand on te dit : « C’est un bébé énormément dans les bras, dis donc ! », retiens-toi de dire que si tu as fait un bébé, ce n’est pas pour le laisser dans un coin pendant que tu continues ta vie, mais pour t’en occuper. Et relativise.

Déjà, parce que ce conseil de laisser pleurer, tout le monde ne peut pas le mettre en œuvre. Entendre son bébé hurler, c’est très difficile, et tu n’as généralement qu’une envie : le consoler (à moins que tu aies une trèèèès grande maison et que tu coupes le babyphone). Ensuite, parce que tu feras ce que tu seras capable de faire.

À côté des conseils « il faut le laisser pleurer » ou « il ne faut pas du tout le laisser pleurer », il y a ta patience. Peut-être qu’au bout d’un moment, tu en auras marre, tu auras envie de prendre une douche, et tu laisseras ton bébé pleurer dix minutes. Et honnêtement, tu auras raison ! Te forcer à prendre bébé dans tes bras alors que tu es à bout n’apportera rien de bon. Et inversement, le laisser pleurer si ça te fait pleurer toi aussi, ce n’est pas bon non plus.

Fais-toi confiance : tu reconnaîtras vite si ce sont des pleurs qui nécessitent d’intervenir ou non (coucou les pleurs de décharge).

Tu lui cuisineras des plats maison (et bio si possible)

Babycook power !!!

Alors déjà, d’un point de vue pragmatique : le bio, c’est super, oui, mais un champ de légumes bio à côté d’un champ plein de pesticides, ça fait des chocapic légumes aux pesticides. Donc si tu en as les moyens, tu peux acheter bio, oui, mais ne te mets pas martel en tête si tu ne peux pas ! Tu n’empoisonneras pas ton bébé pour autant.

Et pour ce qui est du fait-maison, c’est pareil ! Si tu as le temps, vas-y, ne te prive pas. Mais maintenant, les petits pots sont tellement surveillés que tu peux parfaitement en donner à ton bébé sans souci. Ma médecin m’a même conseillé d’y habituer Petit Habitant parce que « ça dépanne et c’est mieux s’il accepte de les manger quand vous en avez besoin » (par exemple, en vacances, si tu ne peux pas cuisiner).

Du coup, moi je dis : vive l’alimentation mixte qui ne prend pas la tête (Petit Habitant a d’ailleurs goûté des petits pots ce weekend) ! Et on ignore les : « Moi, mes enfants, ils n’ont JA-MAIS mangé de produits industriels ! » – oui, bah je suis contente pour toi, mais le mien est ouvert au monde, et donc à l’industrie des petits pots, et pour le moment, il se porte bien.

Tu aménageras tes horaires de travail (ou mieux : tu feras une pause dans ton travail)

« T’es pas aux 4/5 ?! Mais t’es maman, pourtant… »

*Compose un numéro*

« Oui, bonjour, j’appelle pour signaler un cas de misogynie flagrant.
– Ouh la, attendez, c’est qu’on a beaucoup de témoignages ! Je vous mets en attente… »

*Musique d’attente*

Soyons clairs : un enfant, ça se fait à deux (jusqu’à preuve du contraire). Donc soit on se met à poser ce genre de questions aux papas, soit on arrête d’embêter les mamans à vouloir à tout prix que leur comportement au travail change une fois bébé là.

*Fin de musique d’attente*

« Oui, donc pour votre problème, on nous dit que face à ce genre de phrases totalement absurdes, vous pouvez répondre par : T’as pas de Rolex ?! Mais t’as plus de 50 ans, pourtant… ou dérivé.
– Merci. Bonne journée. En espérant ne pas devoir vous joindre à nouveau. »

*Raccroche*

Bon, tu l’auras compris, c’est ta vie : tu en fais ce que tu veux !! Tu ne seras pas une mauvaise mère si tu reprends ton travail comme avant, tout comme tu ne seras pas une femme au rabais si tu décides d’arrêter de travailler pour tes enfants. Tu seras la femme et la mère parfaites que tu as choisi d’être !

Tu attendras deux ans et demi avant de vouloir lui faire un petit frère

Oui, sache que les gens ont aussi leur mot à dire là-dessus. Du coup, quand ton premier enfant aura atteint les 2 ans, on commencera à te demander régulièrement si le petit 2 est prévu. (Ça marche aussi de deux vers trois : on te demandera si tu comptes t’arrêter là ou pas.)

Et si tu réponds qu’il n’y a pas de petit 2 prévu, tu risques d’avoir des remarques sur l’égoïsme de faire un enfant unique, qui va forcément avoir une enfance de merde sans amis (remarques émanant souvent des grands-parents qui, eux, voudraient bien encore quelques petits-enfants à bisouter. Bah oui, trop facile : ce ne sont pas eux qui les auront H24).

Si tu réponds que tu préfères attendre, on te dira sûrement que c’est une erreur, parce que du coup, l’écart sera trop important, ils n’auront pas l’écart d’âge « idéal » (peu importe si ton choix est réfléchi, le mythe de l’écart d’âge idéal l’emporte sur la raison de beaucoup).

Mais tu as aussi droit à des réflexions si tu annonces que oui, tu vas lancer le deuxième bébé rapidement (avant les 2 ans réglementaires). On essayera de te dissuader, en te disant que ce n’est pas bon niveau finance ou fatigue (mais alors deux ans plus tard, go baby go, tu seras devenue milliardaire et tu auras une réserve de sommeil de cent mille heures, apparemment).

Enfin, si tu as déjà trois enfants et que tu dis en vouloir d’autres, je préfère ne pas en parler… Tu seras vite cataloguée « cas social voulant vivre des allocations familiales ». Tout le monde a aussi son mot à dire sur la taille de la famille parfaite…

Tu vas trouver que je radote, mais encore une fois : fais comme tu le sens (ou plutôt, comme vous le sentez, le papa et toi) ! C’est ta vie, tu en fais ce que tu veux. Le mieux, c’est d’ignorer les remarques. Voire de préparer deux ou trois réponses drôles/cinglantes, pour changer de sujet ou mettre fin à la conversation (mais tu n’es pas obligée).

En conclusion, la maternité/paternité est une expérience unique, que chacun vit à sa façon. Fais-toi confiance ! C’est ton bébé, tu sais ce qui est le mieux pour lui. Chacun aura toujours son avis sur l’éducation que tu donnes, car justement, chacun vit cette expérience différemment. Blinde-toi contre les réactions extérieures, et laisse-toi le temps d’apprivoiser ton bébé et d’être apprivoisée par lui. Il te dessinera très vite un mouton !

Et toi ? Tu as subi beaucoup de remarques ? Comment les as-tu prises ? Est-ce qu’elles influencent ta façon d’élever ton enfant ? Viens en discuter…

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

38   Commentaires Laisser un commentaire ?

Liliebooks

Super article déculpabilisant pour la jeune maman que je suis, juste un petit bémol sur l’alimentation « bio », non les légumes bio ne sont pas cultivés à côté d’un champ plein de pesticides. La réglementation est très stricte en matière d’agriculture biologique, surtout en France. Je ne pense pas que ce soit un argument pour ou contre les petits pots, surtout qu’ils existent aussi en version bio.

le 11/07/2016 à 08h13 | Répondre

Melimelanie

Je ne ferais pas un débat sur le bio et ses règles beaucoup plus lâches dans les autres pays européens (et qui représente la majorité du bio que l’on consomme). Ce n’était pas le but de l’article mais bien de déculpabiliser peut importe ce que l’on donne à manger à notre bébé : fait maison bio / fait maison pas bio / petits pots bio / petits pots pas bio. Ce n’était pas par rapport aux petits pots car comme tu dis on en trouve des bio.

Comme tu le dis tu as déculpabiliser et ça je suis heureuse de le lire car c’est la le but de cet article.

Vous dire qu’on est toute la meilleure des mamans pour notre/nos enfants. Même si on n’a pas l’expérience de ceux qui nous donnent tous ces « conseils ».

le 11/07/2016 à 08h53 | Répondre

Madame Bisounours

Pour la réglementation européenne et hors européenne sur le bio, je confirme, c’est de la m***e ! Il faut privilégier les aliments marqués d’un AB et pas ceux avec la feuille et les étoiles (qui est le label européen) J’ai tendance à dire aux parents qui sont frustrés (ou génés) de ne pas cuisiner bio qu’il vaut mieux un petit pot pas bio qu’une puréé aux pesticides ! Parce que quand meme la réglementation sur la nourriture pour les bébés est assez sévère et que tu peux avoir confiance

le 12/07/2016 à 08h37 | Répondre

Marie

Je plussoie Lilliebooks !
Un agriculteur qui cultive des légumes de manière naturelle à côté d’un champ plein de pesticide, n’obtiendra jamais sa certification bio (malheureusement pour lui) car on trouvera effectivement des pesticides dans ses légumes… Comme dans tous les domaines il y a certainement des gens qui trichent sur les labels, mais n’en faisons pas une généralité :-).

Après je te rejoins Melimelanie : chacun fait comme il veut / comme il peut !
Et c’est vrai que les petits pots sont tous très contrôlés (même les non-bio) et soumis à des règles très strictes (bien plus que la nourriture « pour adultes »).

le 11/07/2016 à 09h22 | Répondre

Marie Bodin

AAAHHHH l’allaitement… vaste sujet!
J’ai décidé d’allaiter, et j’ai un allaitement long (j’en suis à 9 mois et je compte aller jusqu’à un an) et j’en entends des vertes et des pas mures, et surtout ça vient de personnes qui n’ont pas à donner leur avis!
La mère de la meilleure amie de ma belle-soeur (oui oui, ça va chercher loin) m’a presque agressé parce que j’allaitais encore ma fille! Que j’allais en faire une dépendante, que de toute façon après 2/3 mois ça n’apportait plus rien au bébé, que de toute façon je devais être tordue parce que ça devenait sexuel d’allaiter ses enfants (oui oui)…

le 11/07/2016 à 08h31 | Répondre

Popie

Non mais les gens sont sérieux ??? Elle est qui porte décider comme ça que c’est sexuel? Les gens ont de gros soucis avec leur sexualité j’ai l’impression. Franchement j’allaite aussi (6 mois et je compte continuer) et je trouve cela super naturel (pour moi hein , parce que je comprends totalement qu’on préfère les biberons pour pleins de raisons !), mais à aucun moment ça n’est sexuel ! Quel horreur de sortir des débilités pareilles ! Faut vraiment être tordue / malveillante / mal informée (ou les 3?)

le 11/07/2016 à 20h28 | Répondre

Melimelanie

C’est fou de se mêler de la vie des autres comme ça! Je plains sa propre file si elle peut être désagréable avec toi alors qu’elle te côtoie de loin.
En tout cas fais comme tu le sens! Pour l’allaitement quand on me prenait la tête je sortais les recommandations de l’OMS. Ca calme parfois. Parfois on te réponds « oui mais l’OMS ils racontent beaucoup de connerie quand même ». Et là tu ne peux rien faire à part t’éloigner loin et vite lol.

le 12/07/2016 à 09h56 | Répondre

Douce

Si citer l’OMS n’a pas d’effet, on peut aussi citer la Haute Autorité de Santé Française, qui reprends les même recomendations que l’OMS.
Ca coupe aussi court au « oui mais l’OMS ils disent ça pour les pays sous développés, nous on n’est pas concernés ».
Les recomandations de l’HAS sont aussi utiles pour apuyyer le « à la demande » qui « rend esclave » et pas toutes les x heures.

le 12/07/2016 à 17h25 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

Une fois de plus adoré ton article !
J’ai l’impression d’entendre déjà toutes ces remarques et je vais être honnête, il m’est arrivé de donner un avis !
Je me rends compte qu’on juge forcément un peu en fonction de ce qu’il nous semble bien ou non. On oublie souvent sur le curseur n’est le même pour personne ni aucun couple.
En tous les cas, tu m’a rappelé que finalement le plus important c’est d’être heureux avec ses propres choix.

le 11/07/2016 à 09h34 | Répondre

Melimelanie

Hooo merci :-).
Je pense qu’on a toute donné notre avis à un moment ou a un autre. Après tout : « Avant j’avais des principes maintenant j’ai un enfant ». Je reconnais n’avoir compris certaines choses qu’une fois enceinte puis maman et je me dit que j’ai vraiment été intransigeante avec certaines parfois et que je le regrette.

le 12/07/2016 à 09h58 | Répondre

Hermy

Autant je n’ai pas trop eu de remarques sur l’allaitement. Par contre j’en ai eu sur la tétine et sur mon congé maternité (mais dans l’autre sens).
Je suis au regret de dire que même en grandissant tu continues à avoir des remarques sur comment tu fais avec ton enfant …
Et je suis au regret de dire que même qu’en bébé est plus grand, tu continues à avoir des remarques sur comment tu fais avec ton enfant … Je me suis bien prise la tête avec bm parce que le Choupi est assez difficile pour manger et que je n’ai pas voulu le privé de dessert parce qu’il ne voulait pas de sa purée. Et j’ai pas mal de réflexions parce que je ne veux pas le laisser en vacances seul à 800kms et qu’on ne part en vacances en couple (c’est si dingue que ça de vouloir faire des vacances en famille ???)

le 11/07/2016 à 09h41 | Répondre

Melimelanie

Je pense qu’effectivement malheureusement les remarques ne passent pas avec le temps (ba oui parce que même si tu acquiers de l’expérience la personne en face aussi donc c’est sans fin)
Il faut se blinder au final et être sûre de soit même si ce n’est pas facile!
(Et je suis d’accord avec toi on a aussi beaucoup de mal à se dire qu’on a fait un bébé pour vivre des moments sympas comme des vacances/week end sans lui. Mais ça dépend des gens c’est sûr)

le 12/07/2016 à 10h02 | Répondre

Annia (voir son site)

Mon Dieu, merci! J’ai adoré la partie des horaires de travail! J’aime bien ton style, plein d’humour, déculpabilisant, mais franc avec nous. Ca, les réflexions d’autres mères, on y aura toujours le droit, comme si elles avaient oublié à quel point c’est pénible. Moi, c’est pour les couches lavables que j’y ai eu droit: « Mais c’était à mon époque, ça! Rooh, dis donc, tu veux vraiment te faire chier à laver 36 mille couches par jour! » Merci… J’espère que je ne serai pas comme ça dans quelques années!

le 11/07/2016 à 10h22 | Répondre

Melimelanie

Merci pour tous ces compliments!
La blague pour les couches lavables. Comme quoi ça dépend des gens. Ici j’ai eu le droit à des réflexions parce que je voulais un lave vaisselle et qu »à notre temps on vivait très bien sans ». Donc bon…

le 12/07/2016 à 10h05 | Répondre

Virginie

🙂 🙂 🙂 🙂 excellent !
Chez nous, ça devrait le faire si nous devenons parents un jour, tout le monde sait bien qu’on n’en fait qu’à notre tête. Avec le mariage, on a mis tout ça au clair avec nos deux familles. En revanche, j’ai effectivement remarqué parmi les jeunes parents autour de moi que chacun y va de son conseil sur à peu près tout en fait ! C’est fou !

le 11/07/2016 à 10h45 | Répondre

Melimelanie

Merci 🙂
Je te souhaite qu’effectivement tu ne vives pas ça parce que ce n’est pas agréable de devoir se justifier sur tout!

le 12/07/2016 à 10h06 | Répondre

Mlle Mora

Ma collègue me dit souvent qu’on devrait commencer par le 2ème – dans le sens où on est beaucoup plus détendu car on sait à quoi s’attendre et notamment les remarques des gens, on s’en fiche parce qu’on est plus sûre de soi. Soyons sûres de nous et de l’éducation qu’on veut donner à nos enfants, toutes ces choses n’auront aucune importance dans quelques années quand ils seront grands et en pleine forme !
De manière générale, je trouve que quand on répond assurément, on nous fiche la paix (surtout pour l’allaitement, quand tu dis non fermement plus personne ne vient t’embêter avec ça… mais je ne connais pas les remarques aux mamans qui allaitent.)

le 11/07/2016 à 12h00 | Répondre

Démétra

Les remarques aux mamans qui allaitent sont assez simples : es-tu sûre que ton lait est nourrissant ? Pourquoi tu l’allaites encore (passé 6 mois) ? Ou sa variante : Tu comptes l’allaiter jusqu’à ses 18 ans ? Tu as encore du lait ? Tu sais que passé 6 mois, ton lait ne sert plus à rien… Moi, de mon temps, ça ne sa faisait pas (non non, nos ancêtres n’allaitaient pas leurs enfants, c’est bien connu !) etc.
En réalité, ça vient d’un manque d’informations sur le sujet 😉
Ma fille a 20 mois et je lui donne le sein très épisodiquement maintenant, surtout pour faire un câlin au calme, c’est notre moment à deux <3

le 11/07/2016 à 15h55 | Répondre

Melimelanie

La marraine de mon fils me dit la même chose : on devrait commencer par le deuxième!
Je te dis ça au deuxième ? 😀

Pour l’allaitement comme te réponds Démétra tu deviens la seule source d’alimentation de ton bébé. Du coup on te demandes tout est n’importe quoi. On te fais des réflexions sur le temps de tétée. Si tu es sûr de la quantité qu’il boit. S’il a tout ce qu’il faut avec ton lait.
Bref tu es remise en question H24 car les gens n’ont aucune visibilité et aucune contrôle et que ça ne leur plait pas.

le 12/07/2016 à 10h09 | Répondre

Chacha d'avril

Super ton article !!
J’aime beaucoup la partie sur… tout finalement. Car oui, j’ai eu le droit à des remarques sur tous les sujets que tu évoques.
Mais généralement les gens se calment vite quand tu dis assez fermement que c’est ta façon de faire et que les autres font comme ils l’entendent.

le 11/07/2016 à 12h21 | Répondre

Melimelanie

Merci beaucoup!!!

Oui être ferme et faire front avec son conjoint suffit en général assez bien à faire taire les casses pieds. Même si j’en ai croisé des persévérants qui retentent la même réflexion toutes les heures au cas ou ta réponse aurai changé entre temps.

le 12/07/2016 à 10h12 | Répondre

Madame Nounours

Je trouve ton article très intéressant. Je suis bien d’accord qu’il vaut mieux laisser parler les gens avec leurs remarques et faire selon son instinct de parents parce que sinon on ne sortirais pas de l’auberge.

le 11/07/2016 à 13h06 | Répondre

Melimelanie

Merci!
Oui il faut se faire confiance c’est le plus important.

le 12/07/2016 à 10h14 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Merci pour cet artiiiiiiiiiicle !!! Je l’adore et plus encore !

le 11/07/2016 à 13h13 | Répondre

Melimelanie

🙂 🙂 🙂 🙂
<3 <3 <3 <3

le 12/07/2016 à 10h15 | Répondre

Étoile (voir son site)

Il est génial cet article !!! Merci de l’avoir écrit 🙂 Pour ma part, je me suis mis des « œillères », pourtant oui, j’ai eu beaucoup de remarques (surtout de ma mère et de ma belle-mère). Seulement je n’approuve pas du tout : chacun fait ce qui veut ! Et ma plus belle récompense est de voir à quel point Petit Prince est épanoui ! Tu résumes très bien la situation lorsque tu parles de la maman « à bout’ quand bébé pleure. Chacun n’a pas la même patience, ne réagit pas de la même manière… donc ce qui est applicable à un couple maman / bébé ne le sera certainement pas pour un autre 🙂 Bref, je me répète mais j’adore ton article. Je me reconnais totalement dedans dans mes réactions et ma façon de voir les choses.

le 11/07/2016 à 13h21 | Répondre

Melimelanie

Merci beaucoup!!

Je pense qu’effectivement il suffit de voir nos bébés sourires pour savoir que tout ce qu’on fait c’est la bonne chose! Et que l’on ai les meilleures pour s’occuper de nos enfants.

le 12/07/2016 à 10h17 | Répondre

Elo (voir son site)

Merci pour cet article! Il est à la fois drôle et très juste. J’ai choisi d’allaiter ma fille mais ça n’a pas du tout marché, elle s’énervait au sein… bref, j’ai arrêté au bout de 15 jours…, elle a une sucette, qu’elle garde surtout pour la nuit, mais comme tu le dis si bien, je ne connais pas non plus d’adultes qui se baladent avec une tototte dans la bouche, et elle a dormi seule dans sa chambre à 2 mois et demi (bon, avec le babyphone à fond et moi en alerte maximale lol) car, je le confirme, un bébé qui dort est extrêmement bruyant!!! Ma fille va avoir deux ans… et ça fait déjà un petit moment qu’on me (nous) rebat les oreilles avec le petit frère (bin oui, on a déjà une fille, donc il FAUT absolument que le deuxième soit un garçon… Bin, oui, quoi pour le papa, c’est mieux : citation véridique!!!!). Bref, on n’a pas fini d’en entendre!!! lol

le 11/07/2016 à 13h23 | Répondre

Melimelanie

Oui je pense que tu n’es pas sorti de l’auberge comme nous toutes :-D.
En tout cas je suis contente que cet article t’ai plu!
Et le coup de un garçon c’est mieux pour le papa non jamais entendu parler du complexe d’oedipe lol.

le 12/07/2016 à 10h20 | Répondre

Démétra

Ouhlala, comme je suis d’accord avec cet article (fort bien rédigé, au passage !)
Alors, pour la tétine, j’étais à la base plutôt contre, même si j’en avais acheté une « au cas où » car je ne voulais pas voir ma fille avec dans la bouche toute la journée… Et fin mars, nous avons déménagé d’Outre-mer, retour en Métropole. Ca a été un sacré changement pour la puce, même à 17 mois. Elle ne faisait plus ses nuits, etc. Je lui ai proposé une tétine un soir et miracle, elle redort bien ! La tétine rest dans le lit avec Doudou et tout va bien 🙂

Pour BB2, j’ai la question, ça y est… et je réponds que je ne me vois absolument pas refaire une FIV, donc très peu pour moi (et de toute façon, je ne suis même pas prête à en avoir un autre, naturellement ou non !). En général, la mention de la PMA calme tout le monde :p

le 11/07/2016 à 15h41 | Répondre

Melimelanie

Merci pour les compliments sur l’article (ça y est je rougis! vous y êtes toutes allé tellement fort sur les compliments…)

Effectivement le coup de la PMA permet de bien stopper. Je me rappel avoir aussi utiliser la GEU pour qu’on arrête de me demander quand je comptais faire un bébé. C’est fou quand même que les gens se mêlent autant de la vie de notre utérus!

le 12/07/2016 à 10h22 | Répondre

Floconnette

j’ai eu toutes les remarques!!!
-l’allaitement: évidemment, je n’ai pas essayé assez longtemps, je ne veux pas le meilleur pour mon bébé etc… Ensuite sur l’alimentation: je le gavais, je lui donnais trop de biberons etc…
-les petits pots: j’ai fait pas mal moi-même mais oui des fois il a du tout fait et le « ah mon enfant n’a JAMAIS mangé d’industriel’ je l’ai entendu pas mal de fois 😉
– pour le laisser pleurer / pas laisser pleurer: ça va encore, pas eu trop de remarques sur ça.
– bébé dans sa chambre dès le début: et oui c’est horriiiiiiiiiible
– pour les horaires de boulot: pareil. Soit je bossais trop et franchement j’allais le regretter de pas avoir profité de mon bébé, soit j’entendais critiquer les femmes au foyer…. j’en ai marre qu’on fasse ce qu’on veut!
– pour le 2ème effectivement je confirme: j’entends de tout!!! qu’on les a vachement rapprochés (2 ans et demi) ou que c’est bien c’est un bon écart, plus d’écart c’est trop nul (et là je rappelle que j’ai 4 ans et quelques d’écart avec mon frère aîné et 6 ans et quelques avec mon petit frère et que j’ai pas trouvé ça nul du tout, chacun ses choix!!).

Bref, pour l’éducation j’y ai aussi droit.
Le pire pour moi étant que ces conseils stupides viennent des gens les moins proches la plupart du temps, avec ma famille et mes amis ça se passe bien la plupart du temps! On parle éducation avec mes copines mamans, même quand elles n’ont pas la même approche, on s’écoute sans se juger et on partage des idées. Je ne comprends pas pourquoi pas on ne pourrait pas échanger normalement!
Je me sens bien plus sereine et d’attaque pour imposer mes choix et faire taire les gens pour mon deuxième bébé en tout cas 🙂

le 11/07/2016 à 22h50 | Répondre

Melimelanie

Malheureusement pour moi (mais heureusement pour toi) ces remarques viennent de personne très proches de moi parfois. Je pense que c’est vraiment une question de vision de l’éducation quand les gens ont un certains âges ou de l’expérience.
J’ai l’impression que les jeunes mamans sont toujours plus compréhensives et moins dans le jugement. (Bon après les jeunes mamans que je croisent sont celles de ma tribu des mamans en grande partie. Et du coup oui elles sont trop tops mes copines chroniqueuses!)

Bonne chance pour bébé 2! Tu as l’air remonté à bloc ça va le faire j’en suis sûre!

le 12/07/2016 à 10h26 | Répondre

Doupiou

Excellent ton article ! J’ai eu aussi pour l’allaitement que mon lait n’était pas assez riche pour ma fille !
Et puis les petits pots et la tétine…. Les meilleurs sujets de réflexions !

le 12/07/2016 à 08h21 | Répondre

Melimelanie

Merci!!

Et oui avec l’allaitement tu peux en entendre des belles tiens. En plus j’ai jamais compris ce que ça pouvait bien faire aux autres qu’on allaite ou pas. C’est tellement personnel comme choix que ça me dépasse qu’on puisse nous faire des réflexions la dessus. (Mention spéciale à : « Mais tu n’as pas l’impression d’être une vache? » Euh.. non, merci, je nourris juste mon fils.)

le 12/07/2016 à 10h29 | Répondre

Melimelanie

Houuu quel accueil!! Je ne pensais pas que cet article serait aussi apprécié! En tout cas je suis heureuse de voir qu’il a bien marché et a permis à certaines de déculpabiliser. C’est la meilleure des récompenses.

le 12/07/2016 à 09h53 | Répondre

Mlle Moizelle

Je suis un peu mitigée face aux « tu fais comme tu le sens ». Même avec de gros efforts de bienveillance, je pense qu’on doit faire comme on peut, mais surtout comme on veut -une fois bien informé!!! Et encore… Comme ON veut, c’est un peu égoïste si cela va à l’encontre du bien-être, de la santé, du bonheur de l’enfant dont on est responsable…
Je pense que beaucoup de gens ne se remettent pas en question et ne cherche pas à en savoir davantage sur les conséquences de certains choix. Sous prétexte qu’on fait ce qu’on veut, on se ferme potentiellement à des solutions/méthodes qui seraient bien meilleures pour l’enfant, et même peut-être pour nous.
Alors les gens qui critiquent ne sont pas bien informés, mais ceux qui font ce qu’ils font ne le sont parfois pas plus. Et s’ils le sont, alors se fermer à la discussion avec un « je fais ce que je veux point barre » n’informera pas non plus la personne qui critique, et elle ira critiquer un autre parent sans rien avoir appris (même si je comprends que cela puisse être agaçant de « se justifier », si l’on prend cela comme un échange constructif, alors ce peut être plus agréable!).
Bref, il n’y a pas d’école de parents, n’importe qui peut « faire un gosse » et hélas certains ne cherchent pas du tout à se renseigner et font des « choix » par habitudes familiales ou conventions sociales par exemple sans se dire, « ok, je suis moi, dans ce contexte, je suis face à ce choix, de quelles infos je dispose pour prendre une décisions? » Et beaucoup ne savent même pas qu’ils ont le choix. Je pense, en vrac: au lieu d’accouchement -oui on peut accoucher chez soi, c’est légal et sécure mais personne ne le sait; au bio -non ce n’est pas beaucoup plus cher si on l’achète auprès du producteur par exemple; à l’allaitement; oui, on peut allaiter avec des tout petits seins, des seins ombiliqués, une opération mammaire ou que sais-je encore; et j’en passe des exemples « d’absence de décisions » alors que oui, nous avons tous le choix de tout.
(c’était mon coup de gueule du jour, pardon! 😉 )

le 12/07/2016 à 10h39 | Répondre

Chaperon Rouge

Ben, en fait il faut différencier le « je t’écoute mais je fais ce que je veux/peux » de l’article de mélimélanie du « tais toi je sais ce que je fais » des gens qui ne veulent pas entendre. Oui, c’est bien de donner son avis, à condition de le faire sans jugement! le coup de l’écart d’age entre 2 bébés, on peut entendre « moi j’ai tel écart, voila ce que j’ai aimé/ pas aimé » ou « moi j’ai des enfants avec tant d’écart et voilà comment ca s’est passé », mais plus difficilement les « tu DEVRAIS faire le deuxième maintenant PARCE QUE » sachant que la plupart du temps l’argument inverse existe. et inversement, juste dire « oui oui » ou « non, laisse moi faire », n’est pas toujours une bonne réponse, alors qu’une réponse argumentée (pour l’allaitement par exemple, ma maman s’est rendu compte que si mon allaitement fonctionne alors que le sein n’a pas marché, c’est pas « parce qu’elle n’avait pas assez de lait », mais parce qu’on lui a dit de faire en mixte et que du coup elle produisait moins etc. Donc nos discussions lui ont permis de revoir un jugement et d’arrêter de s’inquiéter pour l’alimentation de ma fille). Mais quand c’est la même personne qui revient a plusieurs reprise sur le même a priori sans entendre ta réponse/ tes arguments, à un moment ça soule et tu répond juste plus!

le 13/07/2016 à 19h36 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?