Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Fais comme ci, fais comme ça…


Publié le 9 novembre 2015 par Melimelanie

Cet article est un peu particulier. Il n’est d’ailleurs pas exclu qu’il ait une suite, étant donné le sujet qu’il traite. Alors de quoi vais-je donc parler ?? Eh bien, cet article va faire un petit état des lieux de la pression sociale que tu vas ressentir pendant ta grossesse. (Si tu parviens à y échapper, je t’envie !)

Pourquoi une suite ? Parce que malheureusement, la pression sociale ne commence pas le jour où tu apprends ta grossesse et ne s’arrête pas miraculeusement une fois bébé né. Mais si elle dure toute notre vie, pourquoi faire un article dessus ?

De la pression généralisée et anonyme aux conseils ciblés

Pour moi, la grande différence se situe là : avant d’être enceinte, on est abreuvée de conseils plus ou moins constructifs, plus ou moins applicables, lancés à la cantonade.

Mais si, tu en as forcément entendu ! « Les produits laitiers sont nos amis pour la vie ! » (on te conseille d’en manger trois par jour) ou « Mangez au moins cinq fruits et légumes par jour ! » (Personnellement, étant intolérante au lactose, ça fait longtemps que j’ai pris mes distances avec ce genre de discours.)

Tu as aussi droit aux émissions qui t’expliquent ce qui est à la mode ou non, et te disent à quoi tu dois ressembler (« Ma chéwie, l’imprimé léopard, c’est top tendance !! »).

Même les séries télévisées te renvoient une image parfois délirante des standards auxquels tu dois correspondre. Je rigolais récemment avec des amies sur le fait que dans nos chères séries adorées, il n’y avait pas (ou très peu – moi, je n’en ai pas encore trouvé) de femmes qui prennent soin à la fois de leur carrière et de leurs enfants (à ce moment-là, je regardais Desperate Housewife, où allier carrière et enfants bien élevés n’est apparemment pas une option…).

Oui, mais tous ces « conseils », au final, on peut choisir de ne pas les suivre, vu qu’ils ne sont pas spécifiquement formulés pour nous.

Mais quand on est enceinte, ça change. Tu n’as plus à subir uniquement des conseils généraux, mais aussi des « recommandations » spécifiques, liées à ton état, qu’il te faut suivre sous peine de regards désapprobateurs…

Folle

Crédits photo (creative commons) : Joe Jukes

Tu ne grossiras pas trop (mais assez quand même)

Ah, l’épreuve mensuelle de la balance pour suivre l’évolution de notre poids !

Le corps médical a inventé un truc magique pendant la grossesse : « le gain de poids moyen par mois ». En gros, toutes les femmes doivent pouvoir prendre le même nombre de kilos au même stade de la grossesse, indépendamment de la façon dont réagit leur corps.

Bon, ok, je suis médisante. Ils ont quand même divisé les femmes en trois catégories, pour la prise de poids recommandée :

  • en sous-poids ou limite : entre 12 et 25 kilos,
  • avec un poids « normal » avant la grossesse : entre 9 et 12 kilos,
  • en surpoids : entre 6 et 9 kilos.

Du coup, tout au long de la grossesse, les médecins vérifient qu’on correspond bien à la prise de poids de notre catégorie, et on a droit à de petites leçons de morale si on s’éloigne trop de la « norme ».

C’est comme ça qu’à 4 mois de grossesse, je me suis fait disputer parce que je n’avais pas assez pris de poids au goût des médecins ! Ils me disaient que je pouvais prendre vingt-cinq kilos et que ce ne serait pas plus mal. (Moi qui lutte depuis dix ans pour gagner ne serait-ce qu’un kilo sans succès, je me suis étouffée quand on m’a annoncé que ce serait bien que je prenne 30% de mon poids de base, en cinq mois…)

Et ça encore, ce n’est que le point de vue médical. Après, il y a les autres, ceux qui vont trouver que ton ventre ne grossit pas assez ou trop. Et les charmantes réactions qui vont avec, de « Tu es sûre d’être enceinte ? » quand ton ventre tarde un peu à se montrer, à « Mais tu es énorme ! Tu es sûre qu’il n’y en a qu’un là-dedans ?! » quand tu dis qu’il te reste encore trois, quatre ou cinq mois avant d’accoucher.

Le mieux, c’est de laisser dire. Chaque corps réagit différemment, et tant que bébé va bien, on se fiche des avis des uns et des autres !

Spéciale dédicace à mon mari et à sa célèbre phrase : « Mais il a dégonflé, ton ventre, depuis hier ! ». Non mon amour, c’est juste que tu t’habitues à me voir m’arrondir. Un ventre, ça ne diminue pas comme ça !

Tu mangeras sain et aseptisé…

… mais « À mon époque, on mangeait ce qu’on voulait et nos enfants allaient très bien ! »

Ah bah oui, ce serait trop facile si tout le monde tenait le même discours. Donc d’un côté, tu vas avoir les gens qui vont te conspuer si tu manges une tranche de saucisson ou que tu craques sur le foie gras ou le saumon fumé à Noël. Et de l’autre, tu vas avoir ceux qui vont être à la limite du désagréable si tu refuses de manger un bout de fromage au lait cru qu’ils sont allés spécialement chercher pour le plateau de fromages du dimanche midi.

Même les médecins peuvent te donner des conseils contradictoires sur ce que tu as le droit de manger ou non. L’un va te dire que la viande saignante, même congelée auparavant, est interdite, quand l’autre va te dire, au contraire, que la congélation, c’est top pour pouvoir consommer de la viande saignante en fin de grossesse, quand tu as besoin de fer.

De mon côté, pendant un temps, je voulais laver tous mes légumes au vinaigre blanc, mais j’ai abdiqué : je me contente de les laver à grande eau trois fois de suite, pour être sûre d’avoir retiré toute trace de terre et de pesticides.

Donc en fait, mon conseil dans ces cas-là, ce serait de faire comme tu le sens, et comme tu te sens en sécurité (et ton bébé aussi !), parce que tu ne pourras pas suivre des recommandations contradictoires en même temps et qu’il te faudra faire des choix. L’important, c’est de ne pas culpabiliser.

Tu te ménageras

Ah bah oui, ma brave dame, c’est que maintenant, tu n’es plus toute seule. Ton corps est devenu une couveuse et il faut faire attention au petit habitant que tu as sous le nombril.

Les recommandations peuvent aller de « Il ne faut plus rien faire le premier trimestre, au risque que le bébé se décroche ! » (prendre les escaliers, quelle folie !), à « La grossesse n’est pas une maladie, vous pouvez vivre normalement tant que vous ne vous mettez pas aux sports de combat… »

Non, la grossesse n’est pas une maladie, mais tout le monde a quand même son avis sur ce que tu peux faire ou non. Surtout si ton état général n’est pas au top (je sais de quoi je parle, vu que la grossesse a un peu gagné par K.O. pour ma part). Il faut quand même faire attention, se reposer et ne pas se lancer dans des déplacements de meubles ou l’escalade de l’Everest.

Pour être honnête, c’est la recommandation que je trouve la plus agréable à suivre. Voir les gens proposer de porter tes courses lourdes ou de te ramener chez toi en voiture (quand tu viens de déposer ta voiture au garage), c’est top !

Alors oui, ça peut être agaçant de se sentir diminuée et couvée, mais je pense qu’il faut juste prendre son mal en patience et se dire que ça nous manquera quand ce sera fini !

Tu écouteras les expériences personnelles de chacun

Avec le sourire et sans t’énerver, si tu y arrives.

Tu as déjà dû voir en filigrane, tout au long de mon article, que les avis de tes proches (ou de la voisine) sont omniprésents durant la grossesse. Même les nullipares ont leur mot à dire (parce que leur amie, leur voisine, la télé… bref, elles ont vu ou entendu telle chose ou telle autre). Tout le monde a son avis. Sur tout. Tout le temps.

Le prénom que tu as choisi est peut-être trop original. À moins que ce ne soit celui de la brute qui a traumatisé ta meilleure amie ou celui du premier amour de ton grand frère. Du coup, on te dira que ce prénom n’est pas une bonne idée.

Ou que ça ne va pas te tuer de rester dans la voiture de quelqu’un qui fume, parce que telle personne a fumé pendant sa grossesse et que son bébé va bien.

Ou que telle habitude que tu as n’est pas compatible avec la grossesse, parce que la rumeur dit que ça nuit au bébé (peu importe que tu aies vérifié auprès de tes médecins que ça ne risquait rien).

Quoi, tu as gardé ton chat alors que tu n’es pas immunisée contre la toxoplasmose ?! Sacrilège !!

En bref, tout le monde va te conseiller sur la façon dont tu dois gérer ta grossesse. De façon plus ou moins insistante, dans des termes plus ou moins agréables. C’est énervant, c’est agaçant, c’est horripilant, mais c’est comme ça.

Vu que tout le monde se permet de nous contredire dans nos décisions, on se sent bonne à rien, diminuée dans notre rôle de femme, pas assez compétente pour prendre les bonnes décisions concernant notre grossesse et notre bébé.

Mais en fait, ce n’est pas ça. Il faut accepter que tout le monde ait son avis et le donne (juste pour parler, ou parce qu’on s’inquiète sincèrement pour toi), essayer de prendre du recul… et se faire confiance, c’est le plus important.

Et toi, est-ce qu’on t’a donné beaucoup de conseils durant ta grossesse ? Quels sont ceux qui t’ont le plus agacée ? Comment les as-tu gérés ? Viens nous raconter !

Toi aussi, ça te plairait de nous raconter ta grossesse mois après mois ? Toutes les infos pour devenir chroniqueuse grossesse, c’est par ici !

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !


Porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

22   Commentaires Laisser un commentaire ?

Doupiou

Et les expériences personnelles des autres continuent aussi post-grossesse ! « Moi mon fils il tenait déjà assis à l’âge de ton bébé », « ton bébé a une bronchite? Ma fille a beaucoup plus dégusté que la tienne alors ne te plains pas! ».
Et oui pour certains, la grossesse et la maternité sont avant tout une compétition !

le 09/11/2015 à 08h45 | Répondre

Melimelanie

Il va falloir que je m’arme contre ça alors. Parce que je risque vite de devenir désagréable face à ce genre de remarques et de comparaisons…

le 17/11/2015 à 10h01 | Répondre

Madame Vélo

Eh oui, malheureusement ça ne s’arrête pas à la grossesse… et autant je m’en foutais totalement des avis des uns et des autres pendant la grossesse, j’étais sure de moi et je me faisais mes propres opinions, autant je vis un peu mal toutes les réflexions sur mon bébé et ma façon de gérer mon rôle de maman. Là c’est plus difficile de laisser couler… !

le 09/11/2015 à 09h27 | Répondre

Melimelanie

Je referais un petit article dans un an environ alors. Voir comment se sera passé ma première année en tant que maman. Mais je suis du genre à rarement laisser couler… Je suis plus dans la répartie cynique à la limite du désagréable…

le 17/11/2015 à 10h03 | Répondre

Madame cœur

Haaaa cette pression!! Et comme de juste, elle continue de plus belle une fois que bebe a pointé le bout de son nez!!! Comme dit précédemment, ces remarques m’énervaient déjà pendant la grossesse mais mtn que cela concerne mon rôle de maman…. Cela me rend complètement folle!!! « Laisse la pleurer ce sont des caprices » (mon bebe a à peine 2 mois), « donne lui des biberons de complément tu auras plus facile », « les colliques de ta fille, ce n’est RIEN comparées à celles de mon fils »!!!! J’ai même eu droit a des remarques sur ma poitrine aparemment pas assez développée pour une maman qui allaite…. Zen zen zen!!!!!

le 09/11/2015 à 10h56 | Répondre

Melimelanie

Le coup de la poitrine c’est quand même pousser la remarque au ridicule. Ayant une petite poitrine qui m’à pas mal complexée je pense que face à une réflexion de ce genre je réagirai très très mal…

Le coup des caprices à 2 mois c’est pareil c’est de la connerie pure… Les gens sont vraiment dans la culpabilisation des jeunes parents et ne réfléchissent pas du tout je trouve.

le 17/11/2015 à 10h05 | Répondre

Miss Littlebulle

Moi qui ne supporte pas les conseils sans les avoir demandés, cet article me parle tout à fait!
J’ai eu pas mal de choses qui m’ont agacée mais la plus pénible c’est « surtout, faites attention au chat dans la chambre » ! Traduction dans ma tête « bande de parents inconscients qui ne réfléchissent pas ! »
Certaines personnes ne se rendent pas compte que leurs conseils sont infantilisants!

le 09/11/2015 à 12h58 | Répondre

Melimelanie

Ha le coup du chat… Moi j’ai eu le droit aux sous entendus qu’un enfant n’est pas un chat… « non sans blague? ».

Mais tu as tout a fait compris ce que je ressentais : cette infantilisation permanente. Comme si on voulait nous garder dans notre place d’enfant et ne pas voir qu’on est un adulte qui va avoir son propre enfant.

le 17/11/2015 à 10h08 | Répondre

Jubijoba

Effectivement le plus simple est d’écouter en souriant et n’en faire qu’à sa tête ! Mais je trouve bien cruels les gens qui donnent leur avis quand parfois on ne peut rien à la situation. Continuer à travailler activement enceinte, parce qu’on a bien besoin de son revenu, et entendre les gens dire que c’est mal et qu’on risque la santé de son bébé, alors que les même personnes trouve ridicule de refuser un verre de champagne … parfois les avis et surtout commentaires des gens sont tellement absurdes qu’une future maman sous influence hormonale a du mal à garder son calme !!!

le 09/11/2015 à 13h03 | Répondre

Melimelanie

Oui les commentaires peuvent parfois être complètement absurde. Et quand on n’a pas le choix a part ne pas écouter.

Moi j’ai eu des gens qui ce sont montrés sceptiques sur mes capacités à donner ce qu’il faut à mon bébé vue mes intolérances. « Mais tu ne vas jamais avoir un apport assez important en calcium ton bébé n’aura pas des os solides ». Pour ce genre de réflexions qui n’ont pas lieu d’être vue que ce n’est pas un choix je ne prenais même pas la peine de répondre. Je changeais de sujet.

le 17/11/2015 à 10h12 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

Je dirais qu’il y a conseils et conseils. Mes bienveillants qui te donne leur avis (souvent quand tu leur as posé une question) et ceux qui ont un avis (souvent contraire au tien sinon ça marche pas).
Je déteste me faire imposer des choses. Au moment où on a déménagé ensemble avec mon mari j’ai eu cette sensation d’infantilisation ! J’ai hâte pour le jour où je serais enceinte je vois déjà comment c’est pour ma soeur !

le 09/11/2015 à 13h12 | Répondre

Melimelanie

Bonne chance en avance alors!

le 17/11/2015 à 10h13 | Répondre

issabill (voir son site)

Ahaha! Je me suis retrouvée dans tellement de tes exemples! Très vrai!

le 09/11/2015 à 19h05 | Répondre

Melimelanie

Merci de me rassurer dans le fait que je ne suis pas seule face à ça!!! Etant une des premières enceinte dans mon entourage je me suis promis de ne pas faire aux autres ce qui m’avait exaspéré moi!!!

le 17/11/2015 à 10h15 | Répondre

Chaperon Rouge

haha, c’est tellement vrai! ici j’ai la chance d’avoir une grossesse idyllique, j’ai échappé à tous les vilains maux et donc aux conseils qui allaient avce. le plus compliqué a été:
la toxo (oui, je garde mon chat, elle ne sort pas de l’appart donc pas de terre sous les pattes, et le plus gros transmetteur du virus c’est le mouton… non je ne vinaigre pas mes légumes, je me contente de tout rincer vaguement. Et oui, je mange ma viande bien cuite, mais rien de bien contraignant)
la listériose: mais en fait, tout le monde est plus ou moins unan ime: avec les normes sanitaires aujourd’hui, c’est hyper rare de l’attraper. donc je ne mange toujours pas les oeufs crus, mais miroir ca passe, et puis le fromage j’ai arrété de me privé.
l’alcool: … oui, j’ai trempé mes levres dans un verre de cidre avec mes crepes, et dans un délicieux monbazillac à un apéro. parce que le pire c’est de se retenir alors qu’on en meeeeeeeeeeeeeurt d’envie!

Quant aux fameux « à mon époque on faisait pas autant attention »: oui, c’est vrai. mais à ton époque, on savait pas de quoi mouraient les enfants. Aujourd »hui on peut l’empecher! 🙂

le 09/11/2015 à 21h33 | Répondre

Madame D

A mon époque on faisait pas tout ca. Oui mais à ton époque le nombre de fausse couche étais et de bébé malade étais bien plus élevé. Ma phrase fétiche durant la grossesse. Je ne l’ai pas encore fait mais pour ma prochaine grossesse je vais aller chercher les stats !

le 09/11/2015 à 23h55 | Répondre

Melimelanie

A mon époque on travaillait jusqu’au bout.
A mon époque on mangeait ce qu’on voulait.
A mon époque on avait pas tous ces examens.
A mon époque on était plus résistante.
A mon époque on…..

RRRRRAAAA

Retournes y dans ton époque! :-p

le 17/11/2015 à 10h19 | Répondre

Madame D

Je suis devenue une de ces personnes qui donnent des conseils et racontent son vécu. Apres j’ai l’espoir de le faire sans être énervante ou donneuse de leçon. J’essaye plutôt de répondre aux questions ou raconter mon vécu (ici aussi d’ailleurs ?).
Mais vous verrez jeune ou futur maman. Vous allez pas pouvoir vous en empêchez. La difficulté c’est de savoir quand se taire. La ou j’ai le plus de mal j’avoue que c’est pour la cigarette l’alcool et certains aliments. Je ne le dirais jamais à une future maman. Mais je n’en pense pas moins. C’est la la difficulté. Savoir donné des conseils et garder pour soi les remarques qui ne seront pas apprécié.

le 10/11/2015 à 00h03 | Répondre

Melimelanie

Même avant d’être enceinte j’étais comme toi a propos de l’alcool et de la cigarette. Mais parce que je suis comme ça avec tout le monde, femme enceinte ou non. Je sais que ça énerve mais sur ce sujet c’est plus fort que moi même si j’essaie de me contrôler de plus en plus.

Après même si je conçois que ça puisse être tentant de parler de son expérience j’espère que j’arriverais à ne pas basculer dans le côté infantilisant et moralisateur quand mes proches seront enceintes.

le 17/11/2015 à 10h24 | Répondre

Amelie

Le dernier conseil en date: trop de sucre c’est pas bon quand on est enceinte (oui j’ai mangé 2 bonbons dans l’open Space du boulot le lendemain d’halloween) mais ce qui est drôle c’est que la personne qui m’a « sermonnée » n’a elle pas arrêtée de fumer pour ses 2 grossesses.
Chacun fait bien ce qui l’arrange finalement 🙂

le 11/11/2015 à 16h52 | Répondre

Melimelanie

Ha ha ha. Moi on m’a appelé madame sucre. Heureusement pas de façon péjorative mais plus parce que je mangeais beaucoup de fruits/bonbons/gâteaux pour passer les nausées.

Mais tu as raison chacun mets ses priorités ou il veut. Mais j’aurais sans doute eu du mal à ne pas répondre dans ta situation… Moi et ma grande gueule.

le 17/11/2015 à 10h27 | Répondre

Mademoiselle Simplette

« Ah tu veux allaiter? Ahaha ca va être affreux tu vas douiller ». Tu es un homme, et  » pas d’utérus, pas d’avis » alors chuuuuuut !
« Quoi ton mari vient pas à toutes les séances de prépa à l’accouchement? Moi mon chéri il est venu à toutes ! ». Ah ben c’est sur ça va surement être un mauvais père alors? Pfff.
« Quoi ? En vacances au début de grossesse tu as marché tous les jours?? T’es folle ». Non mais c’est gentil de t’inquiéter de ma santé mentale parce que je marche, c’est vrai que dit comme ça, ça a l’air tellement fou. C’est comme si j’avais fait du saut à l’élastique. Au moins…
J’en passe et des meilleurs…

le 24/11/2015 à 15h16 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?