Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Les gros mots


Publié le 9 mai 2017 par Doupiou

Ah les beaux moments de l’acquisition du langage ! Ton petit loulou hésitant sur les mots, inversant les syllabes, répétant tes paroles… C’est tellement mignon ! Tu es toute attendrie quand il imite le chat, quand il communique avec toi, même quand c’est pour dire « pas » (tu peux mettre ce que tu veux derrière : bisous, bain, manger…).

Et puis un jour, c’est le drame. Il te sort un gros mot.

C’est arrivé il y a une quinzaine de jour chez moi, ou plutôt chez PetitePerle. Alors qu’un de ses jouets m’a échappé des mains, elle m’a gratifié d’un magnifique : putain maman ! Distinctement. Elle n’était pas en colère et semblait même amusée de ce nouveau mot placé avec autant de précision.

Énorme sentiment de culpabilité et moment d’introspection : qu’est-ce que j’ai mal fait ?

Quand les parents jurent un peu trop

C’est une réalité, mon mari moi étions assez grossiers. Non pas que je le revendique mais certains gros mots « usuels » sont monnaie courante chez nous. Tu remarqueras que j’ai utilisé le passé dans la première phrase. En effet, depuis ma grossesse nous avons décidé de faire très attention : c’était une bonne habitude à prendre le jour où PetitePerle sera parmi nous. Compte-tenu de notre passif de personnes grossières, neuf mois n’étaient pas de trop pour commencer la cure.

Et j’imagine qu’en ayant déjà conscience de notre manque de subtilité linguistique, nous avions déjà fait une bonne partie du travail. Je pense que ça aurait été bien pire si nous nous voilions la face.

Les « punaises », « zut » ou autres « abruti » ont pris place dans notre langage. Et franchement c’était appréciable d’avoir un langage soigné. Même si de temps à autres une petite récidive était tolérée, globalement nous étions fiers de nos efforts.

Et puis je ne sais pas ce qu’il s’est passé, mais cette bonne résolution a pris la fuite au fur et à mesure de la croissance de PetitePerle. Comme si c’était le bon moment… Je suis tout à fait consciente qu’après une journée plus compliquée ou face à un enchaînement de contrariétés le « m***e » sort plus rapidement que le « mince ». Mais cela n’excuse pas tout !

J’ai toujours essayé de faire attention et la cure de non-gros-mots m’a permise d’être gênée quand j’en dis un maintenant. Mais mon mari est bien moins collaboratif, surtout que ses gros mots sont un peu moins beaux que les miens. Tu me diras qu’il n’y a pas de gros mots beaux, mais j’estime qu’il y a une catégorie de gros mots « acceptables ».

Acceptables oui, mais pas dans la bouche de son petit de vingt-deux mois !

Et dans l’entourage alors ?

Dans la famille proche de PetitePerle, c’est très extrémiste : mon papa dit beaucoup de gros mots mais ma maman jamais. Idem chez mes beaux-parents. Une des sœurs est une vraie poissonnière alors que son compagnon n’a jamais une parole déplacée !

Quand ma fille est née, j’ai mis tout le monde au diapason en parfaite petite dictatrice. Le moindre gros mot qui sortait de la bouche de quelqu’un et je lui sautais dessus comme un chien enragé. Cette politique très stricte a fait en sorte que le langage fleuri de mes proches est doucement tombé en voie d’extinction. Mais gare à moi si je laissais échapper un mot inapproprié ! Mes proches me rendaient au centuple l’humiliation linguistique qu’ils venaient de subir !

Crédit photo : https://www.pexels.com/photo/hands-portrait-child-57449/

Comment réagir ?

Je t’avoue que j’ai beaucoup culpabilisé. C’est de ma faute si ma jolie petite bouille a dit cet horrible gros mot ! Je ne sais pas si ça doit me rassurer ou pas mais compte tenu du contexte, ce p****n était parfaitement placé !

Bien entendu il faut se remettre en question. L’enfant a forcément entendu le gros mot quelque part et il y a fort à parier que ce soit dans son propre foyer. Je suis bien consciente que l’enfant puisse entendre un gros mot ailleurs mais dans le cas de PetitePerle, je mettrais ma main à couper que c’est bien chez nous qu’elle entend ça !

Je lui ai dis qu’il ne fallait pas dire ce mot parce que c’était un mot vilain. Mouai… paye ta crédibilité quand tu sais que c’est de ta bouche qu’elle l’a entendu ! Du coup je me suis posée la question de savoir si la méthode du  » fais ce que je dis, pas ce que je fais  » était bien logique.

Je pense avoir eu une bonne réaction en ne m’énervant pas. Je lui ai calmement expliqué qu’il ne fallait pas dire de gros mots comme ça mais qu’à la place on pouvait dire « zut » ou « punaise ». On en revient à ma catégorie de gros mots acceptables !

Etait-ce un évènement exceptionnel ? Non. Je ne vais pas te mentir, PetitePerle a redis ce p****n. Pas tous les jours non plus hein ! Même si c’est resté anecdotique, elle l’a employé encore une fois quand son papa la chatouillait et un autre fois où j’ai légèrement frotté la voiture ! Mais à chaque fois, c’était dit sans colère ou agressivité.

Après cet épisode, elle n’a jamais redis de gros mots et je redouble de vigilance dans mon langage !

 

Et toi ? Ton enfant dit-il ou a t-il dit des gros mots ? Vers quel âge ? Comment as-tu réagi ?

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

19   Commentaires Laisser un commentaire ?

Die Franzoesin (voir son site)

Voilà un thème intéressant ! Ici, tu imagines, c’est pire, car quand il dit un gros mot en français l’origine ne peut être que de moi ! Mais cela reste très rare car j’en emploie moi-même très peu. En fait il n’y a qu’une exception que mon fils connaît déjà : c’est le fameux mot en cinq lettres qui m’échappe parfois. Mais lorsqu’il le dit ou lorsque je le dis en sa présence je lui explique simplement que c’est un mot pas joli, et que même maman ne devrait pas le dire. Et finalement je ne trouve pas ça si grave qu’il se rende compte que pour moi aussi, parfois, respecter les règles, c’est compliqué !

le 09/05/2017 à 09h19 | Répondre

Doupiou

Je partage complètement ton point de vue quand tu dis que ton petit voit que c’est aussi difficile pour maman de respecter les règles !

le 09/05/2017 à 19h01 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

On est pas des grands adeptes des gros mots mais j’avoue que celui en M m’échappe quand même assez souvent. On a de la chance pour le moment notre neveu ne les répète pas vraiment. Mais cela ne veut pas dire que cela n’arrivera pas non plus 😒

le 09/05/2017 à 09h24 | Répondre

Doupiou

Il va forcément apprendre des gros mots mais le plus tard est le mieux ! Et puis je préfère les gros mots appris à l’école que ceux à la maison !

le 09/05/2017 à 19h02 | Répondre

Lisa

J’ai la même problématique en ce moment, notre petit chou a dit le même mot p***** à plusieurs reprises en chuchotant, par exemple lorsqu’un de ses jouets et tombé sous un meuble. On a bien sûr était surpris et embêté, pour faire diversion et faire oublier ce mot à notre fils, mon mari a eu le réflexe de dire « copain » on dit « copain ». Je ne sais pas si c’est une bonne idée car notre petit chou n’est pas dupe et il avait un regard malicieux lorsqu’il a sorti ce mot à 2-3 reprises. Je lui ai également expliqué que ce n’était pas bien de dire ça, que c’était un gros mot, pas joli… Bon lorsqu’il l’a prononcé c’était toujours à voie basse, en chuchotant et on était juste entre nous. J’espère qu’on va réussir à lui faire oublier cette expression. On va également surveiller notre langage de plus près, on dit rarement des gros mots mais c’est déjà arrivé que ce mot sorte et ce n’est pas passé dans l’oreille d’un sourd.

le 09/05/2017 à 09h41 | Répondre

Doupiou

Les enfants ont cette incroyable faculté d’enregistrer les gros mots ! Et surtout les placer au bon moment c’est fou ! Je pense que tu fais bien de lui expliquer que ce n’est pas beau de dire ça ! Je le fais aussi !

le 09/05/2017 à 19h04 | Répondre

Miss Chat

Hihihi passage délicat de l’éducation de nos enfants ! 😊
Croquette se contente pour l’instant de les répéter après nous quand elle nous entend en dire. On essaye toujours de redire un autre mot plus acceptable à la suite mais c’est compliqué d’argumenter sur le bien/pas bien sachant qu’on le dit nous mêmes…

le 09/05/2017 à 10h18 | Répondre

Doupiou

C’est comme ça que PetitePerle a commencé ! En répétant les gros mots entendus …

le 09/05/2017 à 19h05 | Répondre

Étoile (voir son site)

Très bon thème ! De notre côté, on a été « traumatisé » par des connaissances, dont le premier mot de leur petit garçon a été « p****** ». Du coup, depuis que Petit Prince est né, je veille. Surtout mon mari, car je crois qu’au travail, il est dans un contexte où les gens parlent parfois vulgairement lorsqu’ils sont fatigués, énervés… Pour ma part, je n’en dis pas. Oui, oui, je suis bizarre… mais je n’ai jamais trop entendu mes parents être vulgaires. Des fois, je reprends mon mari & on se chamaille lui me disant que « ce n’est pas un gros mot ». Bref, je dois être un peu
« trop pouet pouet » comme fille, mais je pense que la façon de parler conditionne pas mal la vie d’adulte notamment pour chercher un emploi. Donc, je le reconnais, je suis très rigide sur le sujet 🙂

le 09/05/2017 à 11h33 | Répondre

Doupiou

Le premier mot de mon neveu était « ‘tin » aussi ! Je compatis !

le 09/05/2017 à 19h06 | Répondre

Madame Vélo

Alors ici on est assez adepte des gros mots. Depuis que Crapouillou comprend bien ce qu’on dit (donc depuis ses 9-10 mois) on fait attention à notre vocabulaire. J’ai réussi à diminuer de beaucoup et à remplacer le « merde » et le « chiant ». Le « putain » était rentré dans mon vocabulaire à tel point qu’il était dit devant toutes mes phrases genre « tin ». J’ai fais de gros efforts et je suis contente ! Mais là on vient de passer 5 jours chez mes parents et je me suis rendue compte que leur langage n’est pas vraiment approprié devant un enfant de 2 ans en pleine expansion du langage ! Et que moi aussi, à leur contact, j’ai repris mon ancien vocabulaire. Hop hop hop, de retour à la maison je redouble d’effort pour ne plus en dire. Après j’avoue qu’une fois qu’il est couché je me lâche ! Comme quoi c’est dur quand c’est bien ancré. Il a dit son premier « putain » ce week-end, mais en répétition de celui dit par ma soeur. J’ai préféré ne pas relever, car il est du style, par opposition, il aurait continué à le dire :p donc là il l’a déjà oublié, tout va bien. On verra par la suite comment ça va évoluer, mais c’est sûr qu’il n’y a qu’un seul moyen pour que les enfants n’en disent pas, c’est de ne pas en dire nous-même.

le 09/05/2017 à 13h45 | Répondre

Doupiou

Pareil ici ! Pas facile de devoir diminuer des tics de langage vilain comme les gros mots !

le 09/05/2017 à 19h09 | Répondre

Claire (voir son site)

Oui, c’est pas simple.
Nous le P**** sort parfois. Alors on rectifie en zut ou punaise mais on en fait pas tout une histoire car c’est la meilleur façon pour ancrer le mot pour de bon dans leur esprit.
Mais c’est quand même digue, a chaque fois que ma fille dit ce mot, c’est vraiment dans le bon contexte!
Enfin, avec mon mari on redouble de vigilance mais parfois ça nous échappe 😉

le 09/05/2017 à 16h08 | Répondre

Doupiou

Après on n’est pas infaillibles non plus ! Des fois ça sort tout seul et si on s’en rend compte tant mieux !

le 09/05/2017 à 19h10 | Répondre

Marie Obrigada

J’avoue avoir eu une pensée pour les parents qui disent plus de gros mots que moi quand ma fille a commencé à dire « mince, zut » à toutes les sauces. J’étais fière qu’elle n’ait pas d’autres mots à répéter (il y a bien les grossièretés de papa mais elles sont dans une langue qu’elle ne répète pas encore ^^). Maintenant que j’y pense, j’ai l’impression qu’elle dit moins « mince » et « zut » ou alors je fais moins attention car c’est noyé dans son flot de paroles. 🙂

le 09/05/2017 à 21h28 | Répondre

Doupiou

Vu ton pseudo, j’ose m’avancer en disant que l’insulte de papa est caralho ? 😉

le 10/05/2017 à 08h12 | Répondre

Marie Obrigada

Je ne savais pas comment ça s’écrivait mais c’est bien ça ! 😀

le 10/05/2017 à 21h48 | Répondre

Mlle Mora

Ah c’était une de mes hantises pendant ma première grossesse, pourtant on ne dit pas énormément de gros mots chez nous… On fait plus attention, on a remplacé les 2 plus classiques par d’autres mots, du coup notre aînée a rarement entendu de « vrais » gros mots. Mais ça n’a pas loupé, hier en voiture un méchant gros mot m’a échappé et elle l’a répété avec étonnement. Je me suis reprise et elle n’en a pas fait une affaire d’Etat… De toute façon, son grand truc c’est de répéter après son papa « et ouais, mon gars ! » 😀

le 12/05/2017 à 17h34 | Répondre

Chaperon Rouge

Je redoute ce moment… Alors que j’aime les jolis mots un peu desuets qui peuvent remplacer nos vilains mots (une de mes collègues dit régulièrement « zinzin »), on jure tous comme des charretiers ici. Cest assez terrible et cest presque un jeu chez nous… Mais je passe bizarrement plus de temps a corriger mon père sur les « la soupe DE papi. Pas A papi » au a taper sur les doigts pour les gros mots… Je redoute un peu ce qui adviendra quand la Lueur maitrisera la chose!!!

le 14/05/2017 à 09h36 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?