Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Avant, j’avais des principes. Maintenant, j’ai un enfant.


Publié le 2 février 2016 par Miss Chat

C’est en lisant l’article d’Urbanie sur son premier mois avec sa Princesse Kate que j’ai repensé aux grands principes auxquels nous tenions, mon mari et moi, avant l’arrivée de notre Croquette.

Et si je dois faire un bilan, huit mois après sa naissance, le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il est… mitigé.

À toutes les mamans qui avaient déterminé à l’avance leur ligne de conduite, qui étaient persuadées qu’elles allaient tenir bon. À toutes les mamans qui ont finalement laissé tomber et qui ont pris les choses comme elles venaient ! Mais aussi à toutes les futures mamans pleines d’espoir et de bonne volonté. Ceci est pour vous.

Mère bébé principes

Crédits photo (creative commons) : Eduardo Merille

Les principes qui ont disparu derrière un pleur et une couche sale

On refuse d’utiliser une poussette/On portera notre fille en écharpe

On partait du principe que la poussette n’était pas pour nous, car nous nous déplacions beaucoup en transports en commun dans notre ville (la poussette dans un bus bondé, bof bof). Les écharpes de portage nous semblaient donc une bonne solution. En plus, ça paraissait sympa de porter son petit bout contre soi.

Quand Croquette est arrivée, elle a accepté d’être en écharpe pendant deux mois. Puis, vers 2-3 mois, elle a commencé à pleurnicher et à se débattre dès qu’on essayait de la porter en écharpe.

Bon gré, mal gré, on est allés chercher la poussette bon marché qu’on avait achetée (bah oui, elle était censée servir de manière occasionnelle !), qu’on utilise maintenant tous les jours. Croquette kiffe grave la poussette : ça lui permet de regarder tout ce qui se passe autour et de satisfaire sa curiosité d’écureuil intrigué, sans être maintenue contre papa ou maman.

Et le coup de grâce : en fait, on ne prend jamais les transports en commun avec elle. Les écharpes de portage ont donc été remisées définitivement.

On refuse de la faire dormir dans notre chambre

L’idée a été abandonnée dès la maternité, quand on a eu des discussions sur la mort subite du nourrisson : visiblement, faire dormir le bébé dans la même pièce que ses parents jusqu’à 6 mois permettrait de réduire drastiquement les risques.

Après quelques nuits épuisantes où on n’a pas fermé l’œil, on s’est aussi aperçu que notre fille avait besoin de dormir à notre contact DIRECT. Pas dans son lit dans la même pièce, pas dans un berceau juste à côté de notre lit, non. CONTRE nous, presque en peau-à-peau. La première fois que nous avons fait ça, elle a dormi d’une traite entre minuit et 9h du matin. Il n’en a pas fallu plus pour nous convaincre que la solution était le cododo dans notre lit.

Je sais que c’est déconseillé (notamment à cause du risque de mort subite : contradiction, quand tu nous tiens), mais ça a été idéal pendant deux gros mois. Après ça, Croquette a accepté de dormir dans son berceau à côté de notre lit, puis dans son lit, puis dans sa chambre dès 6 mois (victoire !).

J’allaiterai le moins longtemps possible !

Bon, ça, c’est un demi-principe, qui est apparu les premiers jours après la naissance de Croquette. Je pensais initialement allaiter le temps de mon congé maternité (trois mois), mais ça s’est tellement mal passé dans un premier temps que j’avais juste envie de lui refourguer un bibi, et basta !

Puis l’allaitement s’est mis en place et c’est devenu chouette. Tellement chouette et épanouissant que quand j’ai dû arrêter pour retourner travailler, ça a été un petit déchirement.

On ne lui mettra pas de vêtements « de fille »

Je voulais des vêtements neutres, pas forcément du rose et des jupes, pour ne pas tomber dans le schéma ça-c’est-pour-les-filles-ça-c’est-pour-les-garçons.

Mais j’avoue que ça n’a pas tenu longtemps, tant je voyais de jolies choses en magasin. Et ça lui allait tellement bien, ces petits pulls rose poudré ou ces robes couleur crème avec des fleurs rouges ou ces… Bref, j’ai craqué. C’était mignon, pourquoi s’en priver ?

Pour autant, je ne me mets pas de barrière non plus : si je vois dans le rayon garçon un pyjama, un pantalon ou un sous-pull relativement neutre (comprendre : qui ne contienne pas un graphe du dessin animé Cars) qui me plaît, je prends.

On ne laissera pas pleurer

Oui et non, pour ce principe, en fait. Quand ton bébé commence à tester ton temps de réaction suite aux pleurs ou quand il se dit : « Ils ne me regardent pas jouer, donc je pleure. », chaque démonstration de résistance de notre part est une petite victoire, puisque l’enfant n’utilisera pas les pleurs comme unique moyen de communication.

C’est bien entendu quelque chose qu’on a décidé à partir du moment où elle montrait ces manières de faire ! En un mois, nous pouvons constater qu’elle a limité les pleurs pour attirer notre attention et utilise désormais d’autres moyens : le rire, le cri discret, les vocalises…

Les principes qui ont tenu bon

Je n’allais pas lâcher complètement mon idéal de parent parfait, quelques principes ont donc tenu !

On n’utilisera pas de petits pots industriels/On fera tout nous-mêmes/On choisira les aliments les plus sains

Je vais déjà préciser que nous avons un pédiatre allergologue qui est très permissif. Je dis permissif, car il va à l’encontre de tout ce que j’ai pu lire ou entendre jusqu’à présent quant à ce qu’il faut ou non donner à un bébé. Pour lui, il faut TOUT faire manger à l’enfant, dès 6 mois (et même 4, en fait, sous certaines conditions). Oui aux crevettes, oui à tous les fruits, même crus, oui à la cacahuète ! Révolution dans les assiettes !

Nous lui faisons confiance, car notre pédiatre est un allergologue passionné et reconnu, qui se tient au courant. Récemment, il y a eu une grosse rétrospective sur les pratiques alimentaires infantiles en Europe depuis quinze ans, et il a été montré que c’était en mettant l’enfant en contact de différents allergènes et aliments qu’on évitait le plus les allergies ! Mon mari étant un scientifique convaincu (qui travaille, en plus, dans le secteur pharmaceutique), il ne lui en fallait pas plus pour opter pour le « tout à Bébé ».

Depuis ses 4 mois, notre fille mange donc de tout, sans exception, réduit en purée et servi à la cuillère. Et vu la vorace que nous avons, tout y passe avec délectation.

Notre résolution de préparer du fait maison idéalement bio est bien plus agréable à mettre en place, du fait de cette possibilité de lui donner de tout. Je peux dire (avec une pointe de fierté maternelle) qu’à bientôt 8 mois, Croquette n’a jamais touché à un petit pot industriel de fruit ou de légume.

Ça demande parfois beaucoup d’organisation, mais ça fait tellement plaisir de la voir se jeter goulument sur sa purée scampi-pomme de terre-céleri qu’on en oublie le reste. Nous nous méfions tellement des aliments de la grande distribution que ça nous semblait le seul point sur lequel nous ne pouvions absolument pas céder !

On ne laissera pas pleurer : deuxième édition

J’avais dit que « oui et non » ! Nous sommes convaincus malgré tout qu’on ne laisse pas un petit bébé pleurer, car il ne pleure pas sans raison. Il nous semblait donc préférable d’aller chercher notre fille au moindre pleur pendant les premiers mois, ne serait-ce que pour la rassurer et lui montrer que nous étions là pour elle. Après tout, un bébé est incapable de faire un caprice : son cerveau ne peut pas le concevoir !

Nous avons donc tenu bon, malgré la difficulté à réagir positivement à des pleurs à 3h du mat’, malgré la famille qui trouvait qu’on allait en faire une capricieuse (notre fille étant une enfant facile aujourd’hui, je ris d’autant plus de leurs remarques ridicules)…

On n’utilisera pas de produits de soin industriels

Exit les lingettes, les shampoings pour bébé, les gels douche dédiés et autres produits issus de l’industrie. Pour Croquette, nous n’avons utilisé que des carrés de coton bio, du liniment oléo-calcaire (la meilleure invention du monde, selon moi !), du savon d’Alep, du beurre de karité, etc.

Pas question pour nous d’appliquer une crème hydratante soi-disant faite pour bébé contenant une liste de produits chimiques à n’en plus finir, alors qu’une simple noisette de beurre de karité ou une goutte d’huile de noyau d’abricot fait tout aussi bien effet.

On ne fera pas tous les vaccins

Je ne veux surtout pas entrer dans une polémique, chacun fait ce qu’il veut en la matière, en son âme et conscience. Je crois qu’aujourd’hui, beaucoup de gens sont mal informés et qu’il est difficile de faire changer les mentalités (et la théorie du complot a de grands adeptes en matière de santé publique).

Nous avons la chance, grâce au métier de mon mari, d’avoir des informations de premier plan concernant la vaccination, et ça nous a permis de faire un tri dans ce que nous souhaitions faire ou non (dans la limite légale : le vaccin contre la poliomyélite est par exemple obligatoire en Belgique, mais c’est le seul).

Alors OUI, mon bilan est mitigé, comme je le disais, mais en y regardant de plus près, il me semble avoir tenu bon sur la plupart des choses qui nous semblaient importantes : la nourriture, les soins et l’attention portée à notre puce. Pour le reste, ma foi… je relativise !

Et toi ? Quels étaient tes grands principes pour l’éducation de tes enfants ? Lesquels ont tenu bon ? Lesquels as-tu abandonnés ? Viens nous dire !

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !


Porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

35   Commentaires Laisser un commentaire ?

Madame Vélo

Aahh tu m’as devancé Miss Chat !! J’avais aussi pensé écrire un article intitulé « avant j’avais des principes, maintenant j’ai un enfant ». Mais c’est intéressant de voir que je n’aurais pas écris le même article 🙂 Quoique je me retrouve dans beaucoup de points ! Petite question : à quel âge as-tu laissé pleuré pour qu’elle apprenne à vous appeler autrement ? Parce que je suis en plein questionnement, je continue (malgré moi !) à réagir très vite à ses pleurs mais je me rends compte que certains pleurs sont « capricieux » et qu’il faudrait réagir moins vite (il a 8 mois et demi).
Sinon c’est intéressant ce que tu dis sur la diversification alimentaire, j’avais lu aussi qu’apparemment il vaut mieux leur faire goûter à tout assez tôt (même si je préfère commencer qu’à 6 mois). Mais j’ose pas trop, vu que tous les bouquins/pédiatres/puéricultrices donnent les mêmes indications… si jamais tu veux écrire un article là dessus pour détailler je suis preneuse !

le 02/02/2016 à 08h58 | Répondre

Miss Chat

Je serais très intéressée par un article depuis un autre point de vue ! Ca permet aussi de pêcher de potentielles bonnes idées hihi.
Je pense que vers ses 6 mois, on a commencé à observer des pleurs « capricieux » : par exemple, elle jouait dans son parc en gazouillant et quand on arrêtait de la regarder et qu’on reprenait notre conversation, elle se mettait à chouiner. Ca ne semblait donc pas très crédible 🙂 Maintenant, quand je dis ‘laisser pleurer’, ça sous-entend qu’on va voir ce qui se passe et qu’on essaye de voir ce qu’elle essaye d’exprimer. En fonction de ça, on la laisse ‘seule’, on la prend dans nos bras, on joue, etc. Dans tous les cas, on lui explique à voix haute notre raisonnement 😉
J’hésite à faire un article sur la diversification parce que ce qu’on a appliqué tient plus du domaine médical que de la préférence éducative. C’est vraiment une méthode dont le but est de diminuer l’apparition des allergies alimentaires mais elle ne peut évidemment rien si l’enfant est déjà allergique à sa naissance. Ca nécessite donc par exemple qu’il n’y ait pas ou peu d’allergies alimentaires chez les parents notamment (sinon il y a un terrain génétique plus propice aux réactions allergiques) et il faut vraiment être attentif aux signes de l’enfant, si jamais il doit y avoir une réaction. Bref, je vais y réfléchir :p

le 02/02/2016 à 17h07 | Répondre

Mrs Paillettes (voir son site)

Ton article me fait sourire, en effet quand on est sur le point de devenir maman on se fait une liste de choses à faire et ne pas faire pour notre petit loup. C’est comme le projet de naissance quoi, mais rien ne se passe comme prévu 🙂
Je vous félicite de voir qu’il n’y a pas de « craquage » sur la nourriture industriel, ce qui n’est pas motre cas 🙁 nous avons craqué au début pour les compotes (oh désespoir !!!ne trouvant pas les fruits assez bons et la texture de mes compotes étaient assez bizarre), puis question de facilité j’ai craqué pour les petits pots occasionnels (sortie imprévue par exemple); alors je te dis un grand BRAVO.
« Non, votre fille ne sera pas capricieuse parce que vous la prenez quand elle pleure » c’est ce que m’a pédiatre m’a dit quand je me posais la question, un bébé a besoin des bras de ses parents pour être rassuré, mais comme pour vous nous avons souvent eu ce genre de commentaire, et pourtant Chouchou est aujourd’hui un bébé facile à vivre, elle sait juste ce qu’elle veut.
En tout cas bel article.

le 02/02/2016 à 10h11 | Répondre

Miss Chat

Merci ! 🙂 Je dois avouer que maintenant, notre fille mange quand même des yaourts « industriels » car aucun succès avec les faits maison ! Il faut dire aussi qu’on s’arrange toujours pour que les sorties n’empêchent pas la purée faite maison, ça aide 😉 Mais je compatis pour les fruits ! C’est le repas le plus difficile…
Les gens ne font souvent qu’appliquer ce qu’ils ont toujours entendu sans se poser plus de questions, c’est dommage. A nous de répandre la bonne parole hihi.

le 02/02/2016 à 19h43 | Répondre

Madame Charleston

Article intéressant Miss Chat 🙂

Lorsque le moment sera venu, j’espère avoir autant de courage que vous concernant entre autres la nourriture entièrement faite maison !

Par rapport aux vaccins par contre, je suis un peu sceptique … En Belgique justement on a depuis 2/3 ans un retour de certaines anciennes maladies infantiles qu’on pensait disparues ! Je pense notamment à la coqueluche que ma maman a attrapée fin 2015 (trop âgée pour que le vaccin de sa petite enfance fasse encore effet mais elle s’est faite vacciner ensuite) et à mes petits cousins en Province du Luxembourg (non vaccinés) qui l’ont également contractée fin 2014… A mon sens il faut vraiment faire attention car ces maladies restent mortelles.

D’ailleurs, souhaitant un enfant prochainement, ma gynécologue et mon médecin traitant m’ont toute deux – activement – recommandée de me refaire vacciner de la coqueluche avant de commencer mes essais bébé (car le vaccin doit avoir été réalisé au moins 4 mois avant le début des essais et contracter la maladie en étant enceinte est très dangereux …) Mais cela reste une question de choix !

le 02/02/2016 à 11h39 | Répondre

Miss Chat

Je t’arrête touuut de suite : je suis à 100% d’accord avec toi ! Je ne sais pas si tu le sais (tu l’apprendras bien assez tôt si vous décidez de faire un petit bout) mais en Belgique, les deux seuls vaccins vendus contre la polio sont des combinés qui vaccinent aussi contre la coqueluche, l’influenza de type b, l’hépatite B, la diphtérie et le tétanos. Pour nous, il était de toute façon essentiel de vacciner notre fille contre la plupart de ces maladies ! On a effectivement choisi de ne pas faire tous les vaccins recommandés par l’ONE mais on les a sélectionné avec précaution et on a gardé ceux dont les maladies sont potentiellement mortelles ou ceux pour participer à ce que le secteur appelle « l’effet de harde » (si une majorité de la population est vaccinée, on diminue les risques de maladie chez la frange non-vaccinée) 😉

le 02/02/2016 à 20h04 | Répondre

Mlle Mora

Hihi ça me fait sourire aussi, parce que la mienne est plus « vieille » et tu verras que tu laisseras tomber encore d’autres principes avec le temps… Parce que les principes c’est bien joli mais la réalité c’est différent ! L’important est de faire comme on le sent avec son enfant et de s’adapter aussi à son caractère ! Tu as bien raison !

le 02/02/2016 à 11h48 | Répondre

Miss Chat

Ca ne me rassure pas du tout ce que tu dis haha !! Mais je m’en doute, ça sent le furet ces histoires de principes !

le 02/02/2016 à 20h26 | Répondre

Chaperon Rouge

oh chouette article! Ici, la Lueur a bientôt 2 mois, et je me réjouis de ne pas avoir tant transigé que ça (bon éh, elle a le temps de grandir, je sais…) L’écharpe de pportage bien sur, elle s’endort immédiatement dedans et en fait, on n’a pas acheté de poussette (mais c’est possible qu’on le regrette plus tard, on n’a pas fermé la porte juste décidé qu’on éviterait ce genre de couteuse dépense dès le début, vive les trios à 1000€…) Pour l’alimentation, elle est au sein exclusif, et ce malgré la PMI qui a tendance à sous entendre qu’un complément pourrait lui être bénéfique (elle a pris 15gr par jour en moyenne au lieu des 20 recommandés… mais elle grandit beaucoup, elle peut pas tout faire en même temps!!)
Pour les vêtements, comme toit, je ne veux pas de truc trop « girly »! ill est TRES rare de la voir habillée en rose, et si c’est le cas c’est rarement de mon fait: tous ses vêtements nous ont été donnés ou offerts, on n’a pas encore mis un centime dans sa garde robe… et à priori on aura pas besoin avant 1 an, lol.
Ici on est au couches lavables! et non seulement je suis fière d’avoir tenu, et de persister, mais en plus je peux me targuer d’avoir converti quelques récalcitrants!
Pour la toilette, on est aux petits carrés en bamboo lavables, et à l’eau micellaire. Liniment en cas de gros caca. Aucune crême n’a encore été posée sur mon bébé: les couches lavables évitent les irritations des couches industrielles, elle a pour l’instant une peau parfaite!

Par contre, je suis interessée pour l’histoire du vaccin… lesquels vous faites, alors!? <Ici le BCg (je crois) est facultatif, mais conseillé en Ile de france à cause de la mixité des populations… va falloir y passer 🙂 je me pose plus la question sur les vaccins des 2 mois!

le 02/02/2016 à 14h56 | Répondre

Miss Chat

Alala ils sont toujours inquiets pour les courbes blabla… Comme si les petits modèles n’existaient pas ! Sage décision pour la poussette hihi.
Ah alors je dis chapeau pour les couches lavables, beau geste pour l’environnement 😉 Je dois dire que l’expérience ne nous tentait pas du tout (trop de lavages, un peu de dégoût, etc.) Pareil pour les carrés lavables en bambou, même si ça me tente déjà plus… Par contre, attention à l’eau micellaire quand même, c’est un produit qui est réputé assécher et agresser la peau sur le long-terme. Ca m’intéresse de savoir comment ta fille le vivra dans plusieurs mois du coup !
Alors étant belge, je ne connais pas les vaccins en France malheureusement (BCg ?)… Comme j’expliquais dans ma réponse à Madame Charleston, on a fait le vaccin combiné hexavalent, qui nous intéressait avant tout pour polio, coqueluche, diphtérie et tétanos. D’ici quelques mois, on la vaccinera également contre rubéole/rougeole/oreillons. Le reste, c’est soit un non catégorique (varicelle, rotavirus), soit en cours de réflexion.

le 02/02/2016 à 20h54 | Répondre

Chaperon Rouge

je sais plus ce qu’est le bcg…tuberculose je crois! merci pour l’info, il me semble qu’on était partis sur les mêmes vaccins, ca me rassure lol 🙂 pour les couches lavables, vraiment c’est pas si contraignant. Déjà on descend nettement moins de poubelles, et la lessive de toutes façons on en fait plus avec les bodys et pyj’ quotidiens 😉

le 02/02/2016 à 22h36 | Répondre

Miss Chat

Ah ben oui BC pour Bacille de Coch ! C’est bien la tuberculose. Je ne savais pas qu’il était recommandé en Ile-de-France, trash !
Hihi oui dans les premières semaines, c’est vrai qu’on n’est pas à une lessive près ! Mais tu verras, le nombre de pyjamas et bodies souillés diminuent pas mal avec le temps 😉 Je vais réfléchir aux cotons lavables en tout cas !

le 03/02/2016 à 10h11 | Répondre

Marjolie

Non BCG pour vaccin bilié de Calmette et Guérin! bacille de Koch (tuberculose) s’écrit avec un K 🙂

le 09/02/2016 à 09h24 |

Miss Chat

Merci pour la correction, Marjolie ! J’avais fait une supposition. Il s’agit de la même maladie alors ?

le 09/02/2016 à 20h34 |

Claire (voir son site)

Ma pédiatre m’a recommandé le rotavirus et nous avons refuser. Ma fille l’a attrapé à 12 mois et cela lui a valu 4 jours d’hospitalisation.
Malgré tout, je ne regrette pas de ne pas lui avoir fait le vaccin

le 09/02/2016 à 14h53 | Répondre

Miss Chat

C’est toujours le risque mais comme c’est une maladie qui touche la majorité des enfants et qui est facilement traitable, on ne voit vraiment pas l’intérêt de le faire…

le 09/02/2016 à 20h37 | Répondre

Cricri2j

Moi aussi je veux bien les tuyaux de ton mari sur les vaccins que vous avez fait et ceux que vous avez écarté.

le 02/02/2016 à 15h30 | Répondre

Miss Chat

Attention, il ne s’agit pas de tuyaux mais bien d’informations qui sont de toute façon publiques (n’importe qui peut en effet accéder aux recherches faites sur les vaccins en Europe, c’est une obligation). Il faut surtout savoir où trouver l’information et comprendre les résultats des recherches 😉
Celui contre le rotavirus par exemple est un vaccin qu’on refuse de faire pour plusieurs raisons. D’abord, la proportion d’enfants qui développent la maladie malgré la vaccination est ‘énorme’ (pour un vaccin, entendons-nous). Ensuite, l’une des principales raisons pour lesquelles l’état pousse ce vaccin, c’est parce que les malades du rotavirus coûtent très chers à la Sécu. C’est une maladie, certes potentiellement mortelle si elle n’est pas soignée, mais qui est facilement traitable et identifiable si on est attentif à son enfant 🙂

le 02/02/2016 à 21h16 | Répondre

Madame D

Haha ce qui est bien c’est que je compte faire un article de ce genre aussi. Avec encore plus de recul puisque Princesse à déjà plus de 2 ans… Et crois moi des « avant j’avais des principes et maintenant je fait avec » et bien j’en ai un paquet …

le 02/02/2016 à 16h29 | Répondre

Miss Chat

J’attends ça avec impatience ! 😀

le 02/02/2016 à 21h19 | Répondre

Doupiou

Super article ! Mon seul principe passé à la trappe : la sucette !
Par contre je suis preneuse d’info sur la diversification alimentaire. Je suis scrupuleusement les directives de mon médecin mais j’avoue que j’aimerais bien tenter d’autres choses pour ma fille mais j’ai peur d’aller trop vite !

le 02/02/2016 à 16h50 | Répondre

Miss Chat

Ah je n’en ai pas parlé mais la tétine avait rapidement fait son apparition chez nous aussi (ça n’a duré que 3-4 mois). Mais si c’est le seul principe que tu as rejeté, je trouve ça plutôt admirable !
Je t’invite à lire ma réponse à Madame Vélo en ce qui concerne la diversification. Je vais réfléchir à faire un article dessus mais ça sera avec pleiiiin de pincettes 😉

le 02/02/2016 à 21h37 | Répondre

Étoile (voir son site)

Je me reconnais très bien dans la deuxième partie de ton article, nous faisons tout pareil ici 🙂 Je suis assez d’accord avec toi pour le dodo dans la chambre. Pour notre part, nous n’avons pas fait de cododo mais nous avions mis notre fils en bout de lit dans son berceau (pratique pour l’allaitement et super pour minimiser la MSN). Nous l’avons passé à 4 mois dans sa chambre, mais je crois que c’était un peu tôt. Depuis qu’il y est, il s’angoisse lorsqu’il se réveille la nuit, donc on a besoin de se lever de temps en temps pour le rassurer en deux minutes chrono. Mais ça avance bien 🙂 Cela exige aussi de l’aider un peu avec la tétine (même s’il ne l’utilise pas ensuite quant il dort). Je trouve que c’est bien de contourner un peu ses principes si c’est pour aider ponctuellement l’enfant. De notre côté, nous n’en avions pas plus que cela, à part le fait d’utiliser les choses les plus naturelles possibles (mais je le faisais déjà pour moi dans mon quotidien avant l’arrivée de bébé). Je me retrouve aussi pour le portage. Le mien, c’est visiblement pas son truc du tout… Pas très pratique pour prendre les transports…

le 02/02/2016 à 22h39 | Répondre

Miss Chat

Le cododo (dans le lit parental ou pas) est effectivement top quand on allaite ! Ca évite de devoir se lever et traverser son petit logis alors qu’on est à peine capables d’ouvrir les yeux…
Je ne sais pas si 4 mois est tôt mais vous avez l’air de faire ça petit à petit pour votre fils. Une transition en douceur est je pense le meilleur moyen de faire ça 🙂
Ce que tu dis est très juste, on est là pour aider notre enfant et si ça doit passer par contourner nos principes … hé bien tant mieux, j’ai envie de dire !

le 03/02/2016 à 10h19 | Répondre

Lorelei

Bonjour,

Merci pour ton post très enrichissant. Je suis très curieuse concernant les vaccins. Pourrais tu nous faire un article avec les pour ou contre ou avantages/inconvénients ?

le 03/02/2016 à 14h14 | Répondre

Miss Chat

Hmm bof… Ca touche au domaine médical et à la santé d’un enfant, ça comporte une très grosse part d’opinion personnelle également donc je ne crois pas qu’il soit approprié de faire un article dessus. Je peux parler des décisions qu’on a prises mais sûrement pas faire une liste des pour/contre. Dans ma réponse à cricri2j, j’ai donné un exemple de vaccin que nous n’avons pas voulu faire à notre fille. Ca te donne une idée de ce qui nous motive ou non 🙂

le 04/02/2016 à 14h05 | Répondre

Nilith lutine

Elle aura des couches lavables, que je disais.
Ben, on les a. Mais pas elle. XD (Heureusement on nous les a toutes prêtées ou données ! Cela étant, si on avait investi, ça nous aurait sans doute motivé aussi.) On n’a néanmoins pas encore abandonné l’idée qui nous ferait faire de sacrées économies…

Elle n’ira jamais dans un parc (le machin-cage, pas le parc avec des arbres).
Moyennant quoi, un événement totalement indépendant de notre volonté a rendu cela presque indispensable… Et du coup maintenant qu’on l’a, on s’en sert encore pendant les repas pour qu’elle reste près de nous. Et parfois elle est calme dedans (où elle est en hauteur, ce qui joue peut-être aussi) mais pas au sol…

Je la sortirais tous les jours.
Ahem.

Elle ne verra aucun écran de mon fait avant 3 ans.
Bon, alors je ne la mets pas volontairement devant un programme pour enfants. Cependant je suis bien contente d’avoir un documentaire, un film, une série à regarder quand Pimprenelle n’est absolument pas posable et que je fais les cent pas dans le salon ! Du coup, effectivement, elle regarde parfois. Même chose quand je me mets une émission (choisie, je n’ai pas la TV, je regarde tout en replay) pour rendre une tâche rébarbative plus agréable. Il lui arrive de regarder. (Bon, de son angle de vue en vérité, on ne voit pas grand-chose en général, n’empêche qu’elle regarde.) Et même que parfois, elle en oublie de râler pendant quelques minutes. Ce qui ne manque pas de causer des sentiments ambivalents chez moi, entre culpabilité et soulagement.

Puis il y a aussi beaucoup de choses qui sont restées, parfois avec quelques complications que je n’avais pas imaginées (mais jamais au point d’envisager les laisser tomber). Ne pas la laisser pleurer, cododo, allaitement jusqu’à sevrage naturel… Entre autres.

le 03/02/2016 à 14h47 | Répondre

Miss Chat

Oh ben ça j’aurais juré que vous vous seriez tenu aux couches lavables justement ! Pourquoi vous ne les utilisez pas alors ?
Pour le reste, exaaaaactement pareil que vous ! (enfin sauf l’allaitement)
Je trouve que vous vous en sortez quand même très bien 😀

le 04/02/2016 à 14h22 | Répondre

Nilith lutine

Et sauf le cododo. (Oui ce n’était pas clair, mais le cododo était prévu dès le début. 😉 Par contre elle a dormi dans notre lit le premier mois, alors qu’on avait prévu un lit spécial…)
On n’a pas utilisé les couches lavables parce qu’il faisait super chaud quand Pimprenelle est née, et ça faisait beaucoup d’épaisseurs… Mais surtout, Pimprenelle a passé ses deux premiers mois de vie à téter, ce qui compliquait quelque peu les tâches ménagères (et donc les lessives). Et puis après, l’inertie de l’habitude… 😮

le 04/02/2016 à 19h45 | Répondre

Madame Violine

Et bien je peux vous dire qu’après 3 enfants, je ne sais même plus quels principes j’avais !!!! Si, si j’en avais….mais…. Je n’en ai plus, ça fait bien longtemps 😉

le 05/02/2016 à 14h57 | Répondre

Miss Chat

Je crois que le nombre de principes survivants est inversement proportionnel au nombre d’enfants dans le ménage hihi !

le 09/02/2016 à 20h39 | Répondre

Madame l'Abeille

Je me retrouve dans plein de points de ton article miss Chat, surtout le coup des vetements ou comment finir par craquer pour le gilet rose poudré hihi.

Pour les vaccins, en fait en France ce ne sont pas exactement les mêmes qui sont recommandés qu’ en Belgique : le vaccin contre la varicelle et le rota virus ne font pas partie des vaccins recommandés et ne sont donc quasi pas pratiqués.
Les enfants reçoivent en général le DTPCoqueluche-haemophilus- hépatite B comme ta fille , le rougeole-oreillons-rubéole, ainsi que le vaccin contre 13 valences du pneumocoque et la méningite C. Et le BCG ( pour bacille de calmette et Guérin du nom des inventeurs) n’est recommandé que chez les enfants à risque de côtoyer des personnes porteuses de tuberculose ( surtout origines africaines et nord africaine et par extension l’île de France car flux de population, mais libre de refuser).
Au sujet des vaccins, j’aime bien quand tu dis qu’il faut vérifier la fiabilité des informations et leur source . On entend tout et n’importe quoi …

le 07/02/2016 à 22h40 | Répondre

Miss Chat

Voilà, en plus, d’un pays à l’autre, les recommandations diffèrent…
D’après ce que tu expliques et de ce que mon mari m’a expliqué, le combiné DTP-etc. est identique à celui vendu en Belgique 😉 (deux firmes les fabriquent en Europe et chez nous ils sont vendus selon la région) Celui sur le pneumocoque et la méningite n’est pas obligatoire et on ne pousse pas énormément à la vaccination : ils sont obligatoires chez vous ?

Hé oui, grand problème des vaccins actuellement… Il y a eu tellement de lobbyisme mensonger autour de l’anti-vaccination, les firmes pharmaceutiques ont acquis une telle réputation de vautours qu’il est maintenant devenu franchement difficile de s’y retrouver. La meilleure option que je puisse proposer, c’est d’aller lire les résultats des essais cliniques (mais ça demande parfois un bon dictionnaire « sciences-français »)

le 09/02/2016 à 20h54 | Répondre

Eden

J’ai trouvé ton article super intéressant, vu comme je passe beaucoup de temps à discuter avec mon monsieur des choses qu’on fera ou pas, haha ! Je me doutais que ces choses évolueraient (surtout quand on a pas l’habitude et que c’est notre premier enfant, on ne sait pas trop comment ça va se passer !).
Le coup de faire manger de tout au bébé, je connaissait pas du tout mais du coup je suis pour, direct 😉
Du coup je voulais savoir, quelles sont les directives à suivre avec ce régime (qui n’en est pas un) ? Des aliments a éviter quand même ? Si tu pouvais me citer même les choses qui te semblent évidentes… Je ne m’y connais vraiment pas assez en alimentation pour les bébés !

le 08/08/2016 à 23h15 | Répondre

Miss Chat

Hihi merci pour ton gentil commentaire !
Alors c’est simple : j’ai finalement fait un article sur la diversification que tu peux trouver ici : http://www.dans-ma-tribu.fr/diversification-du-bebe-donner-de-tout/
J’y donne toutes les informations que j’ai sur le sujet. Le mot d’ordre c’était : on n’évite aucun aliment ! 😉

le 17/08/2016 à 12h13 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?