Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Les vacances au ski


Publié le 6 juin 2019 par Rigel

Cette année, sponsorisés par le CE de mon mari, nous nous sommes rendus tous les quatre à la montagne.

Les trajets en voiture : angoisse par anticipation

Nous avons longuement hésité à prendre le train (liberté de mouvement, possibilité d’aller visiter la voiture bar ou les WC en guise d’attractions tout le long du trajet).

Ce qui nous a freiné ? Le volume de bagages (montagne en hiver = vêtements classiques + combinaisons+ casques de ski, sans compter les couches et les bouteilles de lait de Numérobis = 3 valises plus un sac isotherme pour la nourriture plus un sac de jouets). Et aussi la perspective de 2 changements avec le barda, les escaliers dans les gares. Et puis la montée de la vallée vers la station en bus ne nous tentait que moyennement.

Bref, tout ça pour dire que voilà, nous avons pris la voiture pour un loooooonnnng trajet ce qui ne nous arrive que très rarement (deux fois par an, pour les vacances, en même temps que la transhumance nationale, en bons franciliens que nous sommes). Finalement, nous avons fait 2 grosses pauses pour le déjeuner et le goûter, et hormis un vomi bien cracra de Numérobis à l’aller, plus une crise de larmes (une bonne heure en stéréo), nous avons réussi à rejoindre notre destination.

Crédit photo : photo personnelle

Oui, ça met de très bonne humeur de voir la chaîne du Mont Blanc le matin en haut du télécabine.

Le séjour

Nous avions opté pour des vacances de grosses feignasses reposantes d’un point de vue logistique : un tout-compris ! Ainsi, nous étions en pension complète (très adaptée aux petits, avec mise à disposition de chaises hautes, rehausseurs, bavoirs silicone, petits pots, blédine à la demande). La garderie pour Numérobis était dans l’hôtel, Choupinette était emmené en navette au jardin des neiges. Et nous… nous avions juste à aller skier en amoureux !

Partager le plaisir de la glisse et la beauté des paysages, être légers dans nos déplacements (rien d’autre que notre propre matériel !), avoir le plaisir d’être côte-à-côte sans avoir besoin de meubler le silence sur le télésiège…  Honnêtement, après 3 ans sans vrais longs tête-à-tête (je ne compte pas les quelques dîners que nous avons pu faire) , ça nous a fait un bien fou.

Tous les après-midis, après la sieste, nous allions faire de la luge avec les enfants. Numérobis semblait très perplexe au début, et moyennement enchanté (disons-le clairement : il détestait enfiler combinaison et bottes). Au bout de quelques descentes, il s’est mis à protester quand on l’a sorti de la luge pour la prêter à sa sœur. Le lendemain, le problème était résolu : chacun sa luge, toutes deux empruntées à la réception de l’hôtel ! Par contre, deux fois plus de fatigue pour nous, les remonte-luges.

L’Ecole de Ski

Choupinette, trois ans et trois mois, allait donc au jardin des neiges.

Le premier jour, toute mignonne dans sa combinaison un peu trop grande, elle est montée d’un pas décidé dans la navette. Nous sommes passés voir en milieu de matinée comment ça se passait. Et là, catastrophe ! La moitié des enfants était au sol, en train de pleurer, les moniteurs enjambaient les corps épars en les traitant de gros bébés. J’ai même entendu l’un des moniteurs dire « oh ! il y en a un qui s’est endormi ! » (sur la neige donc) (je te rassure, il faisait assez chaud, il ne risquait pas l’hypothermie). Choupinette était en larmes, et a insisté pour repartir avec nous avant la fin du cours. Après un débriefing avec elle, nous avons convenu qu’il fallait qu’elle y retourne le lendemain. En parallèle, nous nous sommes renseignés pour les cours particuliers, parce qu’il était hors de question qu’elle soit dégoûtée du ski à cause d’un manque de pédagogie.

Le lendemain, il y avait une réelle amélioration. Les jours suivants également. A la fin de la semaine, elle réussissait à descendre une petite pente, tourner, faire un chasse-neige.

Crédit photo : photo personnelle

Ils sont trop mimis, tout minis sur leurs petits skis !

Je t’avoue que pour la motiver à aller au jardin des neiges et à s’appliquer et nous avons usé et abusé de « la carotte » : la médaille de l’école de ski (qu’on a que si on travaille bien en allant tous les jours à l’école de ski, et uniquement si on reste courageuse sur les skis, et qu’on ne pleure pas si on tombe ou si on n’y arrive pas). Je te rassure, au club Piou-piou, tous les enfants repartent avec une médaille. Nous étions très surpris de l’élévation globale du niveau de ski et des exigences pour chaque niveau.

Choupinette était très triste de la fin de ses vacances et n’avait clairement pas envie de repartir ! Numérobis était trop petit pour pouvoir vraiment profiter de ce séjour (il ne marchait pas encore) mais il devrait bien plus s’amuser la prochaine fois. Nous, nous ne nous sommes pas franchement reposés, mais nous nous sommes bien changé les idées.

Et toi, tu aimes la montagne en hiver ? Partisane de « il n’est jamais trop tôt pour commencer le ski » ou au contraire « il sera bien temps qu’ils commencent plus grands » ? Vacances tout inclus ou logistique personnelle ? Raconte !

Commentaires

8   Commentaires Laisser un commentaire ?

Banane

Nous ne sommes partis qu’une fois avec les enfants et sommes bien décidés à ne pas le refaire.
Ils avaient presque 3 et presque 6 ans. La petite faisait la sieste mais nous n’avions eu un cours de ski qu’à 14h, donc il fallait ruser pour manger tôt et qu’elle dorme un peu avant d’y aller quand même.
La logistique nous a complètement dégoûtés : le temps de trajet, l’appart tout petit, les habillages-deshabillages… pas de garderie ou de pension complète pour cause de budget.
Bref, trop de contraintes par rapport au plaisir.
Maintenant qu’ils sont plus grands on leur propose la colo pour apprendre à skier mais ça ne les intéresse pas.

le 06/06/2019 à 07h57 | Répondre

Rigel

Je vois tout à fait de quoi tu parles, les appartements en montagne (cage à lapins donc) sont tellement inconfortables. Toujours les uns sur les autres, dans une délicate odeur mêlant chaussettes qui sèchent et raclette. C’est pourquoi nous avons cédé à la facilité d’un hôtel où nous ne gérions absolument rien. Même en plein tarif, j’avais calculé que l’hôtel (où absolument tout était inclus) était « seulement » 15% plus cher qu’une location + location de skis + forfaits + nourriture + école de ski + garderie. Le prix du moindre effort.

le 07/06/2019 à 00h02 | Répondre

Jeanne

Nous adorons tous les deux skier mais pour nous pas question de mettre nos petits à la garderie pour skier en amoureux, c’est très personnel mais on travaille toute l’année, nos vacances on veut les passer avec nos enfants, à 100%. Par contre la pension complète je valide carrément! Pour les cours, nous hésitons à y inscrire notre grande qui aura 3 ans et demi cet hiver mais ce que tu racontes ne fait pas vraiment rever et je refuse de la forcer si elle n’en n’a pas envie, surtout si ça se passe comme ça ! Je vais me renseigner pour les cours particuliers du coup…

le 06/06/2019 à 10h36 | Répondre

Rigel

Nous pensions comme toi, Jeanne : « quand même, laisser notre petit garçon à la garderie, c’est pas chouette ». Sauf qu’en fait, ledit bébé pesait déjà plus de 10kg, et que nous n’avions pas de pulka pour qu’il soit bien au chaud lors de balades en raquettes ou en ski de fond. Bébé sur le dos, au bout de 30min tu n’en peux plus, et lui non plus ! Rester enfermés dans une chambre d’hôtel… bof ! Donc garderie tous les matins. L’après-midi luge semblait le contenter.
Pour l’école de ski, j’ai vraiment eu mal au coeur à voir ma Choupinette si malheureuse, mais elle s’est accroché et a finalement réussi a décrocher le niveau Sifflote (4e palier sur 5 dans le niveau Piou-piou. Oui, c’est devenu un truc de fou les niveaux de ski des petits ! Je n’en revenais pas de voir des flocons hauts comme 3 pommes suivre leur moniteur sur une bonne piste bleue). Les cours particuliers ne sont pas donnés mais si tu trouves une ou deux autres familles avec qui t’accorder, alors ça revient à peu près comme les cours collectifs.

le 06/06/2019 à 23h56 | Répondre

Croco

Nous avons passée quelques jours à la neige à Noël, moi enceinte d’un mois avec un petit loup de 13 mois et un grand loup de trois ans et trois mois. Pas de ski pour nous, en partie à cause de l’état des pistes qui ne nous faisait pas envie (sans quoi on les aurait peut-être laissé une demi-journée à leur grand-mère, ou à la crèche). En revanche nous avons fait de belles ballades avec petit loup (9 kg) en écharpe et grand loup (17 kg) en partie à pied en partie en porte-bébé. L’aîné à fait de la luge et était ravi, le second préférait rester près de Maman, mais je crois qu’il a apprécié aussi.
En revanche on avait loué un tout petit appartement, et heureusement que mes parents étaient dans un autre, plus grand, avec mon frère et ses filles car sinon ça aurait surement été compliqué !

le 07/06/2019 à 15h36 | Répondre

Cricri2j

J etais justement en train de penser que je partirai bien en vacances au ski en famille. On va opter pour la pension complète aussi je pense

le 06/06/2019 à 22h06 | Répondre

Rigel

Je confirme, c’est top top ! Et ça nous a fait plaisir de voir que les enfants ont apprécié « je veux retourner à l’hôtel ! » (Je pense que les glaces un repas sur trois n’y sont pas pour rien !)

le 07/06/2019 à 00h05 | Répondre

Madeleine

On a fait des super vacances au ski en famille. Il y avait mes parents et ma sœur, son mari et ses enfants. Bref, 4 petits de 5 mois à 5 ans et 6 adultes. On a mis au point un système de roulement: 4 adultes skiaient et 2 gardaient les petits. Top !!!
On a tous bien profité. Je suis rentrée enfin reposée de vacances.
Je n ai qu une hâte, y retourner l an prochain 😊.

le 10/06/2019 à 10h47 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?