Menu
A la une / Conseils

Hospitalisation de bébé : que prendre pour son séjour ?

Aujourd’hui, j’ai envie de te faire un retour utile, et surtout de dé-dra-ma-ti-ser l’hospitalisation de bébé. Ton tout-petit doit être admis pour une nuit, une semaine, voire deux semaines à l’hôpital ? Forte des neuf séjours de Mini 2 entre ses 2 mois et ses 10 mois (je ne compte pas la néonat), je vais essayer de te donner un petit mode d’emploi, la liste des choses à prévoir et mon retour d’expérience sur la question.

Tout d’abord, voilà mon point de vue : nous n’avons pas de prise sur les soins médicaux (enfin si, d’ailleurs je vais y venir à la fin, mais partons du postulat que c’est le boulot des soignants), donc tout ce que le papa et toi pouvez faire, c’est accompagner au mieux votre tout-petit, le divertir pendant les soins et rendre le séjour le moins désagréable possible pour lui (et accessoirement, pour vous aussi !).

Attention, les conseils que je te donne valent pour une hospitalisation en dehors de la néonat, qui est un service très particulier et très différent des autres. Le plus important, c’est, à mon sens, le temps que tu vas consacrer à ton bébé. Pour ça, moins il y a de points matériels qui bloquent, mieux c’est pour ta tranquillité d’esprit et ta disponibilité.

Liste pour séjour à l'hôpital d'un bébé

Crédits photo (creative commons) : CMRF Crumlin

À faire avant l’hospitalisation

La première chose à faire si l’hospitalisation est prévue, c’est de téléphoner au service et de demander s’il y a des consignes spécifiques et des choses spéciales à apporter. Et n’hésite pas à renouveler ton appel si la première personne que tu as eue ne te semblait pas très « concernée ».

Tu peux faire une petite liste de questions à poser pour être efficace : le temps des soignants est précieux.

L’administratif

Pense à prendre avec toi ta carte d’identité, tes cartes vitale et mutuelle, et bien sûr, le carnet de santé de bébé. Les analyses diverses pratiquées pendant la grossesse pourront aussi t’être demandées.

Si un seul des parents accompagne bébé, il faut ABSOLUMENT que le parent absent note sur papier libre une autorisation de soins, sans quoi des soins lourds tels qu’une opération pourraient être retardés, voire refusés.

À la sortie, ne sois pas surprise si le carnet de santé ne mentionne pas tous les soins reçus : tu auras un dossier papier à conserver pour ça. Les soignants des différents services nous ont expliqué que c’était pour éviter une stigmatisation des patients.

Les vêtements à prévoir pour bébé

Je ne l’ai découvert que bieeen plus tard, mais grosso modo, il faut prendre ce que tu amènerais avec toi en vacances ! Oui oui, tu es dans un moment pas franchement rose, mais c’est comme ça que tu seras la plus efficace !

Pour ce qui est de la température, il peut faire très chaud, mais aussi très froid ! Les systèmes de chauffage/climatisation sont souvent capricieux.

Alors, à prendre impérativement :

  • Des bodys : à manches courtes ou longues, mais surtout, à ouverture croisée. Rien qui ne s’enfile par la tête. Ton bébé sera scopé (c’est-à-dire avec des capteurs autocollants sur le ventre et la poitrine), et il faut un accès rapide aux capteurs.
  • En cas d’IRM, aucun bouton en métal n’est autorisé. Après beaucoup de recherches, j’ai découvert que les bodys premier prix que tu trouves dans ton hypermarché avaient des pressions plastiques… Facile, en fait !
  • Des combinaisons ou pyjamas ouverts entièrement sur le devant, ainsi qu’à l’entrejambe, et SANS pieds ! Pourquoi ? Eh bien, la perfusion est souvent au pied, et sinon, il y aura le capteur de saturation, pour vérifier la bonne oxygénation de ton enfant.
  • Des chaussettes : pour le petit pied resté tranquille, et qui sort de ton fameux pyjama sans pieds !
  • Des brassières chaudes, en cas de climatisation réglée à fond (enfin, pas réglée du tout…).
  • Des bavoirs (un par repas, pour l’hygiène). Et là, il vaut mieux prévoir des jetables, qui ne sont pas écologiques, mais si pratiques ! Si nous les avions découverts plus tôt, on aurait évité le bavoir-vomito resté une semaine à l’hosto avant de croiser une machine à laver… Haut-le-cœur assuré ! (Tu sens le vécu ? Sans mauvais jeu de mots…)
  • Des langes.
  • Deux gigoteuses qui s’ouvrent de partout, histoire de laisser les fils et tubes dépasser, tout en évitant que ton bébé ne se déscope en pleine nuit histoire de jouer un peu… et ne fasse accessoirement croire à tout l’étage qu’il est en arrêt cardiaque. (Tu sens le vécu aussi, là ?)
  • Une couverture polaire : l’hôpital n’en fournit jamais, et ça sert à tout.
  • Une couverture type Babynomade, pour bien emmitoufler bébé s’il doit parcourir les couloirs glacés dans son lit/brancard pour des examens ou pour aller au bloc.
  • Pour les serviettes de toilette, ça dépend du service, fais-toi préciser ce que tu peux/dois apporter.
  • Pas de gants de toilette : tous les services ont des gants jetables qui sont très bien, et t’évitent que le gant mouillé ne devienne le meilleur ami du bavoir-vomito.
  • Pas de bonnet, inutile.
  • Pas de tapis à langer : tous les services disposent d’alèses jetables à mettre sur le plan à langer.

Le matériel à prévoir pour bébé

Pareil, pense « vacances » pour ton matériel…

  • Un coussin d’allaitement, même si tu n’allaites pas/plus. C’est un confort pour bébé et pour toi, surtout avec les fils et perfusions.
  • Des cale-tête anti-tête plate, un cale-bébé : l’hospitalisation et l’immobilité ont un effet spectaculaire (et pas en bien !) sur la plagiocéphalie.
  • Les petites cuillères de bébé s’il est diversifié : sinon, on te proposera la cuillère en inox de la cantine, bof à 5 mois. Si tu veux les stériliser, pense au chauffe-biberon à vapeur, très peu encombrant et qui a une fonction stérilisation.
  • Deux biberons si l’hospitalisation dure plus d’une nuit. Dans certains services, on t’en propose, c’est un confort pour le bébé. Sinon, le lait est donné dans des biberons jetables (les mêmes qu’en néonat, version pour plus grands : la plupart des bébés sans problèmes d’alimentation les prennent très bien).
  • Si bébé ne reste qu’une nuit, on te demandera sûrement d’amener ton lait en poudre et tes biberons… Pense aussi au chauffe-biberon !
  • Pour les mamans qui allaitent, je ne sais pas, car j’ai arrêté avant les hospitalisations. Je dirais peut-être qu’en plus de ton matériel habituel, tu peux prendre de quoi stériliser les bouts de sein en silicone, par exemple. Et à savoir : il n’y a pas de tire-lait en pédiatrie.
  • Les petits pots sont souvent limités dans les services, surtout si bébé est au tout début de sa diversification. La gentille aide-soignante sera alors coincée entre un pot avec des morceaux et un tomate-riz-poulet, alors que tu n’as introduit ni viande ni féculents et que tu es loooooin des morceaux ! Alors aide cette gentille dame, et prends tes petits pots avec toi !
  • Une veilleuse si bébé y est habitué. Mets SON nom à lui dessus, ce sera plus facile de la retrouver si tu l’oublies dans la chambre.
  • Son savon en échantillon, des cotons-tiges, du sérum physiologique (pour ne pas avoir à en redemander trop souvent), le thermomètre de bain, un coupe-ongles, le liniment et les cotons (enfin, ton matériel de change habituel, quoi).
  • Une arche universelle, à accrocher au lit à barreaux : ça a sauvé mon bras, qui n’arrivait plus à tenir Monsieur Calamar au-dessus du Mini 2 des heures durant.
  • Et évidemment, Monsieur Calamar, Tonton Mouton, et tous les autres doudous aux noms sympathiques et jouets qui pourront l’occuper, et surtout, lui changer les idées. Un jouet musical est top pour ça au moment des soins.

Et enfin, pour toi !

Au contraire du matériel pour le Mini, j’ai toujours pris le minimum pour moi.

Un des parents peut toujours rester dormir avec le bébé la nuit, sauf en réanimation. Par contre, le « confort » dépend de chaque hôpital. Ça peut aller de la chambre simple où tu as le droit d’utiliser la salle de bain (ben oui, Mini 2, du haut de ses 53cm, ne roulait pas encore tout seul jusqu’à la douche…) à la chambre avec trois bébés/enfants jusqu’à 14 ans, avec lit de camp pliant de l’armée pour les mamans (si si… et en plein Paris, s’il te plaît !).

L’accès n’est en général pas autorisé aux frères et sœurs. Sauf pour les jumeaux, qui sont au contraire encouragés à rendre visite à leur co-jumeau hospitalisé dans la plupart des services.

Donc à prévoir pour toi (ou pour le papa), en plus des vêtements et de quelques affaires de toilette :

  • Une serviette de toilette.
  • Un oreiller pliant ou gonflable de camping.
  • Un sac de couchage miniature une fois plié.
  • Un pyjama présentable.
  • Des bouchons d’oreille et un masque pour les yeux.
  • Des chaussures confortables : oui, les infirmières m’ont beaucoup complimentée sur mes Birk colorées en synthétique ! (Mais bizarrement, mon mari évite le sujet des Birk… que j’ai gardées depuis !)
  • Si l’hospitalisation est à risque de vomito pour ton petit, pense aux vêtements en plus pour toi. (Tu sens encore le vécu ?)
  • Des magazines pas trop intellectuels pour les siestes.
  • Des pièces pour la machine à café.
  • Quelques conserves et compotes (et couverts !), pour les moments où tu n’auras ni le temps ni l’envie d’aller t’acheter un quinzième sandwich qui ruinera définitivement ta ligne. Alors que le cassoulet en boîte, lui, il ne te veut que du bien… Hum hum…

Et en plus de tout ça, n’oublie pas ton sens de l’humour… et aussi ton bon sens !

La plupart des soignants ont toujours été au top, surtout les infirmières et les aides-soignantes, et méritent un bel hommage pour leur dévouement, leur patience et leurs compétences. Mais sache qu’il existe certains services et/ou hôpitaux où tu vas devoir te battre…

Oui, je ne vais pas faire plaisir à tout le monde, mais des infirmières m’ont déjà soutenu que « le paracétamol, c’est quatre fois par jour, donc toutes les huit heures. » Euh, non… C’est quatre fois six qui font vingt-quatre, Mademoiselle. Si si, j’en suis sûre…

Ou bien encore, en sortie d’une semaine de réanimation, une fois l’effet de la morphine dissipé, j’ai demandé du paracétamol, comme prescrit par l’anesthésiste, et j’ai obtenu de l’infirmière pour toute réponse : « Essayez de le promener dans le couloir. Ah, il a mal ?! Vous croyez ? » …

Tu l’auras compris, c’est toi qui connais le mieux ton bébé, et tu te dois de rester vigilante. Si tu as des questions pendant le séjour, adresse-toi au cadre de santé du service, c’est elle (oui, c’est souvent une dame) qui sera la plus à même de t’expliquer le pourquoi du comment, ou bien de recadrer les choses si jamais ça s’impose.

J’espère que cette liste ne te sera pas utile ! Mais si elle doit l’être malgré tout, j’espère qu’elle te permettra de te détacher des soucis matériels, pour être entièrement disponible pour ton bébé.

Et pense à un point positif : tu vas avoir un temps de lecture des magazines people absolument phénoménal, et tu vas pouvoir rattraper un retard sur la vie des stars de parfois plusieurs années !

Et toi ? Tu as déjà dû faire hospitaliser ton enfant ? Qu’avais-tu prévu pour le séjour en pédiatrie ? Tu vois des choses à ajouter dans cette liste ? Viens nous dire !

A propos de l’auteur

J'ai 35 ans, je suis mariée depuis 2014 et nous sommes les parents de Mini1 et Mini2, nos jujus qui nous comblent de bonheur. Nous avons traversé les épreuves de la grande prématurité puis du cancer... Et Nous en sommes sortis encore plus unis, et bien décidés agrandir notre jolie famille! Le papa et moi sommes tous les deux enseignants chercheurs et je suis actuellement en congé parental.