Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Les stéréotypes de genre dans l’éducation


Publié le 14 juin 2016 par Camille

Louna et Die Franzoesin sont mamans depuis plus d’un an, respectivement d’une fille et d’un garçon. Est-ce que ça change quelque chose dans leur éducation, leur rapport aux gens ? Aujourd’hui, elles proposent de te livrer leur ressenti…

Stéréotypes de genre dans l'éducation

Crédits photo (creative commons) : Ben_Kerckx

Quand apparaissent les stéréotypes liés au genre ?

Réponse unanime : Avant même la naissance ! C’est fou comme tout le monde est curieux de connaître le sexe…

Die Franzoesin : Lorsque j’étais enceinte de Pierre, nous avions décidé avec le papa de ne dévoiler à personne le sexe de notre bébé. Je ne supportais plus les questions récurrentes sur le sujet : « Aloooors, c’est une fille ou un garçon ? » Ça m’était vraiment égal, et je ne comprenais pas cet intérêt démesuré.

Puisque personne ne devait savoir, je me suis dit que je n’achèterais que des habits « mixtes ». Mais les premiers pyjamas sont déjà, dans leur très grande majorité, dédiés à un sexe ! Par leur couleur (rose ou bleue), leurs motifs (voitures ou fleurs), etc.

Je comprends l’intérêt de s’aider des habits pour indiquer le sexe d’un bébé sans avoir à le préciser. Ce qui m’a vraiment dérangée, ce sont les motifs. J’avais la sensation d’y voir une injonction pour mon fils : si je m’y fiais, en tant que garçon, il devait forcément aimer les véhicules et le football !

Louna : Les choses ont été un peu différentes pour moi : j’avais une nette préférence pour une petite fille. Le fait de garder secret le sexe de mon bébé jusqu’à sa naissance m’a cependant permis de réaliser que ça avait finalement très peu d’importance.

Du coup, j’étais d’autant plus étonnée des remarques persistantes de mon entourage pour connaître son sexe. J’ai aussi été désagréablement surprise par plusieurs personnes qui projetaient leurs envies : « Vous ne savez pas ? Alors croisons les doigts pour que ce soit un garçon ! »

Nous avons également opté pour des petits habits mixtes pour la naissance, et une déco neutre pour la chambre : je suis vraiment contente de ces choix, car en quelques mois, les cadeaux ont tous tourné au rose, aux paillettes et aux fleurs !

Encore maintenant, je n’hésite jamais à piocher indifféremment dans les rayons fille ET garçon lorsque j’habille ma fille. Un jour, une vendeuse étonnée m’a demandé si j’avais des jumeaux ! J’ai bien ri devant son air ahuri lorsque je lui ai répondu que oui, j’osais habiller ma fille en bleu.

Est-ce que ces différences se retrouvent ailleurs ?

L : Pour l’instant, je n’ai pas vu de différences dans les activités proposées dans le cadre de la crèche : garçons comme filles jouent avec les petits poupons, portent de grandes robes pour se déguiser, ou grimpent gaiement sur les petites voitures en klaxonnant à tue-tête.

Par contre, il est clair que dès la fin de la première année, les jouets deviennent stéréotypés. Nous avons veillé à proposer des petites voitures à ChérieChou, mais les cadeaux reçus pour son anniversaire parlent d’eux-mêmes : une petite poussette rose et fleurie, deux poupées, une robe rose, des barrettes et autres bandeaux… Heureusement que nous rééquilibrons les choses en lui proposant des légos ou des livres, par exemple.

DF : Au tout début, la question des jouets ne s’est pas vraiment posée. Les mobiles, doudous et hochets sont clairement des jouets neutres.

Un peu plus tard, cependant, quand Pierre a eu 1 an, l’invasion des petites voitures a commencé. Il joue très volontiers avec, c’est vrai. Mais je ne suis pas emballée par ce stéréotype, qui va, de surcroît, à l’encontre de toutes mes convictions écologiques.

Moi, j’aurais bien aimé que pour Noël, il reçoive une dînette ou une cuisine. Je suis sûre qu’il adorerait y jouer, car il aime tellement m’imiter ! J’ai même pensé à un poupon. Mais lorsque j’ai abordé le sujet, je n’ai senti aucun enthousiasme de la part de notre famille.

Avez-vous déjà eu des remarques stéréotypées sur le comportement de votre enfant ?

L : Oui, et très tôt ! Dès qu’elle a commencé à se déplacer, nous y avons eu droit : « Mais quel garçon manqué, une vraie aventurière ! »

Ou alors, parce qu’on n’est pas à une contradiction près, devant l’intérêt marqué de ChérieChou pour sa première paire de chaussures : « Voilà une vraie petite fille, qui va collectionner les chaussures quand elle sera grande ! »

En soit, ça ne me dérange pas qu’elle grandisse en étant ce qu’on appelle abusivement une « vraie » fille – étant donné ma collection de ballerines, je ne lui jetterai pas la pierre. Mais pourquoi vouloir l’enfermer si tôt dans un stéréotype lié à son sexe, alors que je suis sûre que les petits garçons sont tout autant fascinés par l’arrivée de cet objet à leurs pieds ? Pourquoi cantonner le caractère aventureux et l’énergie dont elle fait preuve au sexe masculin ?

La plupart du temps, je reste coite devant ces remarques, mais je redoute que ces raccourcis ne s’impriment insidieusement dans l’esprit de ma fille.

DF : Les premiers mois, je ne crois pas avoir entendu de remarques. Ou bien – c’est possible – je ne les ai pas relevées.

Les plus graves à mes yeux sont apparues à mesure que Pierre grandissait et affirmait sa personnalité, vers 1 an. J’ai un enfant rêveur, calme, délicat et très sensible : cherche l’erreur. J’ai déjà failli m’étouffer avec mon café à entendre : « Un garçon ne se laisse pas impressionner comme ça ! » ou « Un garçon ne pleure pas ! »

Pour moi, ça, c’est insupportable. Parce que je suis fière de sa personnalité, vraiment. Et que je ne considérerai jamais ses émotions comme des défauts à gommer. Lorsqu’il a peur, je le rassure, et lorsqu’il pleure, je le console. Et ça ne risque pas de changer, garçon ou pas.

Quelles solutions avez-vous privilégiées pour une éducation moins stéréotypée ?

DF : Concernant les habits, je privilégie presque exclusivement les motifs neutres et animaliers. Je tolère aussi les motifs de type avions, fusées et trains pour ce qu’ils représentent : le voyage, l’aventure… En revanche, je reste plutôt opposée aux voitures et aux tracteurs (non mais sincèrement, tu ne trouves pas ça hyper moche, en plus, un tracteur ?). Je n’en fais cependant pas une obsession : si c’est un cadeau ou en cas de grosse promo, je prends…

Concernant les jouets, je n’ai pas essayé de convaincre mes proches, et j’ai finalement renoncé à notre dînette et son poupon. Dans ce cas, je préfère ne pas aller plus vite que la société qui nous entoure. Je ne voudrais pas non plus que mon fils me le reproche un jour. Mon mari en veut finalement toujours un peu à sa mère de lui avoir fait faire de la danse quand il était petit… Je me console en me disant qu’il joue avec tout ça à la crèche.

Concernant les émotions, en revanche, je ne laisse rien passer. Si la remarque vient d’une personne éloignée, je corrige en m’adressant à Pierre directement. Si elle vient d’une personne proche, j’en discute calmement avec elle, et jusqu’ici, chacune a reconnu son erreur. Dans ces cas-là, d’ailleurs, je me rends compte à quel point elles n’ont tout simplement pas réfléchi. Elles me disent : « C’est sorti tout seul. » Je suis fière si je peux aider certaines personnes à évoluer.

L : J’essaie aussi de choisir mes combats : on ne peut pas sans arrêt reprendre les gens autour de nous, et corriger la boulangère ou la voisine à la moindre remarque.

Je propose des activités variées à ma fille, je diversifie ses jouets. Heureusement, son papa me suit à 100%, tout comme notre entourage familial : ma mère lui a offert un établi avec ses outils, et ma belle-mère n’hésite pas à monter au créneau devant les petites remarques insidieuses.

Concernant les vêtements, je ne me prends plus la tête : l’idée n’est pas non plus de refuser le rose ou les robes à ma petite fille pour un combat qui la dépasse et qu’elle n’aura (j’espère) jamais à mener. Ma priorité est surtout de ne pas l’entraver dans ses mouvements : les petites filles qui trébuchent sur leur robe trop longue, ça me fait trop de peine…

Quels sont les domaines sur lesquels il faut encore faire des efforts, selon vous ?

DF : Ce qui me préoccupe déjà, c’est le choix des activités extra-scolaires, puis des spécialisations au moment des études. Je trouve vraiment dommage que, de nos jours encore, des domaines entiers soient presque exclusivement réservés aux femmes : études littéraires, danse classique, petite enfance, etc.

J’espère que mon fils saura s’affranchir de ces préjugés et développer des goûts sûrs, même s’ils ne sont pas encore partagés par la majorité. S’il aime le foot tant mieux (ou tant pis !), mais il n’est pas obligé !

L : La place de la mère et du père, et plus généralement, des femmes et des hommes dans la société qui entoure nos enfants est à repenser.

Par exemple, la plupart des personnes qui s’occupent de ma fille sont des femmes : à la crèche, il n’y a que des puéricultrices, et l’animatrice musicale qui leur chante des comptines est une femme. Et les rares fois où nous avons eu recours à des baby-sitters, c’étaient des jeunes filles. Par contre, le médecin et le psychologue de la crèche sont des hommes. Alors certes, il y a des hommes et des femmes dans la vie de mon enfant, mais je fais le triste constat que les personnes dont la place dans la société est (malheureusement) bien plus valorisée sont toutes des hommes.

Heureusement, nous arrivons à un bel équilibre quant à la place du père et de la mère dans la vie de notre bébé : son père s’est autant levé que moi la nuit, il l’emmène à la crèche le matin, et je vais la chercher le soir. Nous avons pratiquement autant de déplacements professionnels l’un que l’autre, nos horaires de travail sont similaires, et nous l’emmenons à tour de rôle chez le médecin.

Bien sûr, c’est un luxe d’avoir des métiers qui nous permettent cette flexibilité, et je suis bien consciente que parfois, le déséquilibre qui s’installe entre père et mère n’est souhaité par aucun des deux.

Ce qui m’étonne, c’est que même dans notre cas, alors que le travail de son papa est aussi proche de la crèche que le mien, la crèche m’appelle moi en priorité lorsqu’il faut venir chercher ChérieChou en urgence. Et lorsque l’un de nous oublie de faire passer une consigne particulière, on pense par défaut que c’est le papa qui a oublié.

Ça me blesse de voir qu’on le considère comme un parent au rabais, tout ça parce qu’il est père. Et ça met une sacrée pression sur mes épaules, de voir qu’on attend tant de moi, tout ça parce que je suis mère. Et quel exemple est-ce que ça donne à notre fille ?

Quel serait votre bilan ?

DF : À l’origine, je pensais terminer cet article sur une note positive. J’ai en effet parfois l’impression que nous sommes sur la bonne voie, et que mes préoccupations de maman semblent finalement normales à beaucoup aujourd’hui…

Et puis, j’ai lu les réponses de Louna, et je me suis rendu compte que la route était encore longue. Peut-être que mon avis est déformé parce que j’ai un petit garçon, justement, et que mine de rien, ça reste la place la plus confortable – la moins contraignante ?

Quoi qu’il en soit, je resterai vigilante sur ce point à l’avenir ! Et je te propose de revenir d’ici deux ou trois ans pour te raconter ça !

L : Je pense que l’essentiel est de montrer à nos enfants, par nos actes et nos choix du quotidien, qu’ils ont toute liberté pour choisir leur voie, et que rien, et surtout pas leur sexe, ne doit les restreindre et les cantonner à un rôle qu’ils n’auraient choisi que par défaut.

(Tous les articles de Louna)

(Tous les articles de Die Franzoesin)

Et toi ? As-tu eu l’impression de sentir beaucoup de stéréotypes peser sur l’enfance de tes enfants ? Est-ce que ça te dérange ? Ou est-ce que cette situation te convient ? Essaies-tu de faire bouger les choses ? Viens en parler avec nous !

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !


Porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

89   Commentaires Laisser un commentaire ?

Flora

Hier un petit garçon de 6 ans a dit que le tapis de jeu de mon neveu (de 2 semaines ) est « girly ». Ce qui m’a le plus choquée c’était le ton de sa voix qui était assez méprisant. Et si un enfant de 6 ans pense déjà qu’un garçon c’est mieux qu’une fille, il y a clairement du boulot…

le 14/06/2016 à 08h09 | Répondre

Louna

Oui, c’est vraiment désespérant de voir à quel point ce genre de comportement peut apparaître tôt….
Comme tu dis, il y a du boulot, alors je file me remettre au travail 😉

le 14/06/2016 à 13h48 | Répondre

Chacha d'avril

Je suis tout à fait d’accord avec vous les filles ! Ce « combat » me tient à cœur. Ma fille n’a que 8 mois mais je lutte deja pour ne pas l’enfermer dans des stéréotypes : je dis à mes proches que lorsqu’ils offrent des vêtements, j’aimerai autre chose que toujours du rose… On a l’impression que les gens se sentent obligés d’acheter du rose parce que c’est une fille !! Heureusement, on rééquilibre la balance avec des vêtements de couleur plus « masculine ». Aujourd’hui elle porte un tee shirt bleu avec des outils dessus ! Heureusement mon mari et ma famille sont assez d’accord avec moi. Mon mari jouait à la Barbie quand il était petit ! Un précurseur ! J’ai plus de problème avec le reste du monde et j’ai deja relevé des remarques qui ne me plaisaient pas du tout. Et je m’interroge beaucoup sur son avenir : activités extra scolaire comme Die Franzoesin mais aussi jeux, études et façon de penser. Je veux que ma fille soit libre de faire ce qu’elle veut sans qu’elle soit jugée parce que ça fait trop ou pas assez fille. Vive la liberté de choix ! (Et désolée pour le pâté mais c’est un sujet qui me tient vraiment à cœur)

le 14/06/2016 à 08h37 | Répondre

Mlle Moizelle

En même temps, quand on veut offrir des fringues, dans les rayons on a un peu le choix entre fushia ou rose poudrée chez les filles et bleu et marron chez les gars… Donc même si d’office on est pas venu chercher ça, on a pas énormément de choix non plus! 🙁

le 15/06/2016 à 10h02 | Répondre

Louna

Ah la la, les cadeaux roses, on connaît ça aussi !
Mais c’est déjà une super chose que ton mari et vos familles soient sur la même longueur d’onde : ça commence par là, l’éducation de nos petits.
Quant aux activités extra-scolaires, je pense qu’il faudra effectivement être vigilant à proposer le maximum de choix à nos enfants, en leur expliquant qu’il faut avant tout suivre leurs envies. On en reparle d’ici là ?

(Et merci pour ce pâté : comme tu l’auras compris, moi aussi, ce sujet me tient à coeur ! ?)

le 16/06/2016 à 18h17 | Répondre

Étoile (voir son site)

Je suis entièrement d’accord avec vous deux, et je me reconnais clairement dans le discours de DF dans la mesure où j’ai un petit garçon. Je vous dis même pas quand je mets du rouge ou certains t-shirts orange… Les gens le prennent parfois pour une fille avec ses traits fins. Mon fils, dans son caractère, a l’air de ressembler un peu à Pierre, donc je comprends entièrement tes réactions et je pense que je réagirai pareil. La sensibilité, la douceur… ne sont pas réservés qu’aux filles ! Par contre, il y a une chose qui me gène vraiment : parfois on me fait sous entendre que si mon fils n’est pas « assez en bleu », etc… ou du moins, je le ressens, cela pourrait peser sur son orientation sexuelle !?! Les gens sont fous. Ce n’est pas parce que j’aime les t-shirt animaux, les couleurs vives… que cela va le conditionner pour la suite ?! Et si, j’aimais seulement la fantaisie plutôt que des vêtements gris, blanc… Pour les jouets, à part quelques voitures, nous avons quelques voitures, mais sinon les jouets sont très mixtes ici. D’ailleurs, j’ai déjà eu des remarques du papa sur des jeux en imprimés liberty : ça fait pas un peu filles… Plus dur pour le père d’éviter les stéréotypes !

le 14/06/2016 à 08h46 | Répondre

Étoile (voir son site)

Désolée pour les fautes… Pas très réveillée… 🙂

le 14/06/2016 à 08h47 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Etoile je me reconnais bien dans ton commentaire. Mon mari aussi est plus « orienté gars » que moi. Quant aux couleurs j’ai eu l’audace d’acheter une poussette rouge et noire (après tout c’est bien la couleur des ferrari, je pensais que c’était neutre comme couleur) et je ne te raconte pas le nombres de gens qui du coup trouvent que ca fait « fille » n’importe quoi ! Enfin les orientations sexuelles oui j’ai déjà eu aussi ce genre de sous-entendu et c’est vraiment nul…

le 14/06/2016 à 12h17 | Répondre

Freesia

Han bah zut. Chez moi aussi la poussette est rouge ! Je savais pas que c’était une couleur « fille ». Pourtant, les pompiers ont bien un gros camion rouge et personne ne remet en cause leur masculinité, non ?

(Note à part : je ne comprends pas le « recherche poussette couleur fille/garcon » que je vois sur les sites d’occasion… Pour moi, c’est pas la poussette qui donne le sexe de l’enfant. Est ce que je dois m’habiller en bleu quand je prends mon bébé dans les bras? Encore une fois, tant que l’objet est utile, sécurisé et confortable, la couleur m’importe peu…et puis, moi, j’aime le violet, le rose, le rouge. Donc si je veux une poussette rose et violette pour qu’elle me plaise à moi, ça ne me dérange pas que le bébé dedans soit un garcon)

le 14/06/2016 à 13h27 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Hi hi Freesia pareil pour moi la poussette n’est pas QUE pour le bébé et moi j’aimais bien la couleur rouge 😉 .

le 14/06/2016 à 21h01 | Répondre

Mlle Mora

Ah bah zut comme Freesia ! Nous, on avait choisi la poussette rouge en pensant que c’était assez « neutre » justement, que ça faisait ni fille, ni garçon… On n’a jamais eu de remarque, mais en même temps on a une fille, alors en fait on est dans les clous pour les gens ?!

le 14/06/2016 à 17h36 | Répondre

Mariounche

J’hallucine de voir les remarques que vous avez entendu pour le rouge ou sur le fait que l’enfant ne porte pas assez de bleu. Rouge pour moi c’est super mixte non ? J’aime beaucoup la couleur et mon fils est souvent habillé très coloré (short jaune ou orange en ce moment, t-shirt ou pull colorés ou avec jolis motifs, blouson rouge !) mais c’est clair qu’au plus il grandit au plus c’est difficile de trouver des vêtements sympas et pas bleus ou noirs pour les garçons… Alors je regarde chez les filles mais il y a bien souvent des détails très filles… Dur de voir que le marketing joue déjà très fort sur ce qui fait fille ou garçon.

le 14/06/2016 à 21h25 | Répondre

Louna

Tout comme toi, je suis assez désespérée de voir comme le marketing a une place énorme dans la vie de nos enfants : j’ai vraiment pris l’habitude de boycotter les marques de vêtements qui ne proposent pas de tenues neutres.

le 16/06/2016 à 18h22 |

Louna

Je suis abasourdie, Étoile, devant la bêtise des gens : penser que la manière dont tu habilles ton fils va jouer sur ses orientations sexuelles ? Mais les gens sont fous ! Comment as-tu réagi à ces remarques ?

le 16/06/2016 à 18h20 | Répondre

Camomille (voir son site)

Je vous rejoins sur tout ! Je en m’étais pas (encore) posé la question des activités extra-scolaires. Pour moi, c’était évident qu’il ferait de la musique et du sport… et je n’avais pas été plus loin. Merci Die Franzoesin 🙂 Entre le foot et la danse, il y a déjà plein de sports reconnus comme mixte (natation, volley, tennis…) et je pense que je les orienterai vers ceux là qui ne sont pas connotés. Quant aux cadeaux… Ils ont beau être tout petit, je fais quand même une liste que je distribue à la famille. Ce qui limite la casse : à (presque) 18 mois, la seule poupée qu’à ma fille est celle qu’elle a eu la naissance. Et permet des « gros » cadeaux (abonnement, trottinette, couette…) Toujours un plaisir de vous lire 🙂

le 14/06/2016 à 09h01 | Répondre

tortue

Là j’ai du mal à comprendre pourquoi ça serait un problème que ta fille ait des poupées, et qu’il faille les limiter ? Ne pas faire des poupées/poupons « un truc de fille » ne veut pas dire l’enlever aux filles, sinon on fait juste l’inverse des stéréotypes traditionnels et ça n’a pas plus d’intérêt !

le 14/06/2016 à 13h50 | Répondre

Camomille (voir son site)

Je suis d’accord. Par contre, ça m’aurait embêté qu’elle se retrouve avec une armada de poupées juste parce que c’est une fille. Et que je ne vois pas l’intérêt des poupées avant les jeux d’imitation soit vers 18 mois. Donc oui, je ne voulais pas de poupées pour les 1 an de ma fille.

le 14/06/2016 à 16h54 | Répondre

Louna

Ça doit être d’autant plus facile dans une fratrie mixte : j’imagine que tes enfants jouent ensemble régulièrement, qu’ils font (ou feront) des activités similaires, non ?

le 16/06/2016 à 18h25 | Répondre

Maelisa

Un sujet qui est totalement au coeur de nos discussions, avec mon mari, mais aussi mes amies pas encore devenues parents. Nous sommes indignés par ces stéréotypies de genre mis en place dès la naissance, qui tendent en plus à soumettre dès le berceaux aux diktats de la mode (avez-vous lu des articles sur les vêtements taillés bien plus finement pour les filels que pour les garçons, pour un même âge donné ? Rien qu’en 6 ou 10 ans, les maillots pour filles sont plus fins et plus courts que ceux des garçons. Sans parler des pantalons : quasiment que des slims ou leggings, même en taille 1 an … ). Ce qui m’agace le plus, ce sont les commentaires qui m’évoquent la banalisation de l’hypersexualisation, le côté dominant/dominé, séducteur/chose fragile, et finalement le conditionnement au harcèlement…
Peut-être que je fais de gros raccourcis, mais quand chez la nourrice, le petit garçon de 10 mois tirait sur les chaussettes de ma fille (à l’époque 6-7 mois) et que la nourrice riait : « Eh bien, tu veux déjà déshabiller les filles ? »
(Mais NOM D’UN CHIEN !)
Ma fille, bientôt un an, est très calme, très souriante et curieuse de son environnement. ça ne manque jamais : dans un restaurant, au marché… Il y a toujours des gens pour s’arrêter et la/nous complimenter. ça fait plaisir quand il s’agit de commenter son calme, ses sourires, sa ténacité à essayer de manger seule à la cuillère… Mais très souvent ce sont des « qu’est-ce qu’elle est gracieuse !!! » « tu vas faire tourner des têtes ! » Je ne dis pas que ce soit connoté négativement dans mon esprit, mais j’ai peur qu’avec la répétition, « gracieuse » la transforme en « précieuse ». J’ai souvent vu des petites filles précieuses, très maniérées, attendant qu’on leur dise qu’elles sont jolies. Mais heureusement, c’est là que nous avons notre rôle à jouer, en lui disant qu’elle est curieuse, qu’elle est forte, qu’elle est intelligente.
Son papa est menuisier, alors il est déjà prévu qu’elle ait son vrai petit établi à elle à 2 ans (avec juste quelques outils au début, toujours sous contrôle et avec accompagnement).

Nous nous inspirons aussi beaucoup des pédagogies alternatives (Montessori, Steiner …) et lisons les magazines « Grandir Autrement », « Kaizen » (avec ses hors séries : « pour une enfance joyeuse ») pour que son épanouissement passe avant tout par de la manipulation, de l’expérimentation, la curiosité naturelle et les moments dans la nature. Alors finalement, je me dis que même si la société tend à faire de nos filles des princesses Disney miniature (et encore, pas sûre que les princesses disney aient des string et talons à 8 ans …), il nous appartient d’accompagner nos filles à devenir ce qu’elles veulent être.
Et de même pour les garçons, qui (HEUREUSEMENT) ont le droit de pleurer et d’être sensible, de jouer aux poupons et à la dînette !

Bon, un pavé pour moi aussi, mais il y a tellement de sujet qui me tiennent à coeur… 🙂

le 14/06/2016 à 09h16 | Répondre

Madame Alsace

Oh oui je suis d’accord avec toi ! L’autre jour ma cousine appelle sa nièce d’à peine deux ans et lui dit « Montre comme tu fais du charme! » et la petite, docilement, tête penchée sur le côté, grand sourire et yeux plissés à battre des cils… Rires généraux sur la mignonnitude. Je suis restée bouche bée, et pourtant c’est tellement fréquent!…

le 14/06/2016 à 12h22 | Répondre

Croco

Moi, j’ai un petit garçon, et ça n’empêche pas que tout le monde lui dise qu’il fait du charme… alors il ne faut peut-être pas dramatiser !

le 15/06/2016 à 16h40 | Répondre

Louna

On sent que le sujet te tient à cœur !
Moi aussi, je me sens souvent indignée et révoltée : j’ai également lu les articles que tu mentionnes, et ça m’a beaucoup interrogée.

Sinon, j’ai l’impression qu’avec une mère comme toi, aussi engagée, et un papa qui a déjà prévu son établi, votre fille me semble bien entourée ! 🙂

Comme tu le dis, il nous appartient d’accompagner nos enfants, filles et garçons, pour qu’ils puissent se forger une société enfin égalitaire.

le 16/06/2016 à 20h18 | Répondre

Annia (voir son site)

Super intéressant, comme article! De mon côté, avec mon fils, je suis plutôt au calme concernant les remarques sur le genre. Ma famille est pratiquement constituée que de filles, donc bon, l’égalité des sexes, ça nous parle! Ma belle-famille est carrément masculine, donc je craignais quelques remarques mais pour le moment, j’en ai aucune! Quand mon fils s’agite (c’est un vrai tourbillon!), on dit de lui qu’il est tonique, et non « un vrai petit garçon! » Mais c’est vrai qu’il n’a que 5 mois. Pour moi, c’est tout naturel de penser que j’offrirai un poupon à mon fils. Pas forcément une poupée de petite fille en robe, mais un poupon « basique », ça oui! Mon petit frère a beaucoup joué avec, étant petit.

le 14/06/2016 à 09h17 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Tu me donnes envie de refaire un peu de lobbying pour imposer un poupon à la maison pour mon fils 😉 .

le 14/06/2016 à 12h18 | Répondre

Maman Poule et Cie (voir son site)

J’adore votre article !
Ici deux garçons, alors bien sûr, on a des voitures, des tractopelles et des vêtements bleus.
Mais on a aussi deux poupons, une poussette, beaucoup de dinette, des perles pour faire des bracelets qu’ils portent fièrement, des vêtements rouges (la « préférée couleur » du grand), orange, violets.
Je ne lutte pas férocement contre les stéréotypes sexuels mais j’essaie de leur proposer une certaine ouverture d’esprit, sur ce point et sur les autres.

le 14/06/2016 à 09h34 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

C’est exactement ca je ne me sens pas non plus « en lutte » mais j’essaie d’éviter de réduire son champ des possibles trop tot.

le 14/06/2016 à 12h19 | Répondre

Louna

Tu as raison, le vocabulaire a son importance, et peut-être que le mot « lutte » est un peu exagéré. Car comme die Franzoesin, je me retrouve dans ce que tu nous racontes : proposer toutes les options à nos enfants, et les laisser choisir leur voie par eux-mêmes ! 🙂

le 16/06/2016 à 20h21 | Répondre

Miss Chat

Je me demandais justement si je n’allais pas aller acheter quelques petites voitures à ma fille parce que je trouvais ça chouette d’y jouer étant petite… ^^
Vous avez tout très bien dit, je pense, c’est un excellent article, les filles !
Ce que j’entends le plus, c’est que « elle aime bien ce qui brille, c’est une vraie fille ! » quand elle essaye de jouer avec mes BO ou nos montres. Ca me tend à chaque fois… Mais il faut choisir ses combats comme vous avez dit et je préfère me concentrer sur l’exemple que NOUS lui donnons en tant que parents. Et là je crois qu’on ne s’en sort pas trop mal (bon, à part pour les métiers, on repassera : papa scientifique et maman littéraire, bravo l’exemple). Je me sers aussi allègrement au rayon garçon (à bas les tracteurs et les voitures par contre !), même si j’adore lui acheter des robes, et je me refuse catégoriquement à faire des remarques sur « ça fait fille/garçon ». Par contre, son père et moi adorons l’ironie et le second degré donc il nous arrive de lui dire (volontairement et pour rire) quelque chose comme « t’as vu, c’est papa qui range le linge, pour une fois qu’un homme le fait ! » mais j’espère qu’elle y verra justement une manière de contrecarrer ces stéréotypes.

le 14/06/2016 à 09h45 | Répondre

Laloutre

Merci pour cet article et tous ces commentaires! Miss Chat quand tu dis « son père et moi adorons l’ironie et le second degré donc il nous arrive de lui dire (volontairement et pour rire) quelque chose comme « t’as vu, c’est papa qui range le linge, pour une fois qu’un homme le fait ! »  » je ne trouve pas que cela aille dans le bon sens. les enfants ne comprennent pas l’ironie ou le second degré, et je trouve que souligner ce « pour une fois » présente la chose comme exceptionnelle, alors qu’il faudrait la banaliser, qu’on ne la remarque même plus tant c’est ordinaire.
Je vous rejoins sur les vêtements, j’étais enceinte l’année dernière, sans connaître le sexe; quand je rentrais dans une boutique on me demandait « Cest pour une fille ou un garçon? » « Je ne sais pas ». « Ahh… » gros flottement, il n’y rien de mixte! En même temps c’est normal, ça double le marché comme ça!

le 14/06/2016 à 15h06 | Répondre

Louna

Tu as bien raison de « choisir tes combats » ! C’est trop épuisant de se battre sur tous les fronts !
Alors bravo pour le bel exemple d’équilibre que vous lui montrez au quotidien. 🙂

le 16/06/2016 à 20h22 | Répondre

Raphaelle

C’est hyper intéressant comme article croisé! Je me pose moi même beaucoup de questions sur le genre et je me demande aussi : jusqu’où puis-je « infliger » mon combat/mes valeurs à mes (futurs) enfants..? Dans ma propre enfance, j’avais un grand frère et une petite soeur, et du coup j’ai passé la première partie de mon enfance à jouer au foot et aux voitures et l’autre à jouer aux barbies et à la maison de poupées.. Je me demande surtout s’il faut dire « non » si l’enfant réclame de lui même (certe influencé par l’école) quelque chose d’incroayblement stéréotypé.. J’ai moi-même réclamé un faux fer à repassé à 5 ans donc bon.. à l’inverse le petit de 3 ans de ma belle soeur a reçu un faux aspirateur (rose, forcément) car il était fasciné par cet appareil, et elle a eu droit à pleins de remarques négatives !! (les gens ont peur qu’il sache bien entretenir son sol plus tard ou quoi?.. hum hum) Bref tout est une question de mesures en effet, et honnetement, les petites voitures c’est hyper rigolo comme jeu, toutes les filles devraient y jouer 🙂 à quand le modèle de petites voitures électriques/hybrides 😉 ?

le 14/06/2016 à 09h53 | Répondre

Louna

Merci Raphaëlle !

Et oui, tu poses la grande question : jusqu’où peut-on aller, sans en venir à infliger à nos enfants un combat qui n’est pas le leur ?
Je n’ai pas la réponse, et j’espère que ma fille ne m’en fera pas reproche plus tard….

le 17/06/2016 à 21h02 | Répondre

Ars Maëlle

J’ai déjà mis un pavé lorsque Nya a parlé de sexisme Sous Notre Toit (je vous conseille d’aller voir pour le futur de vos petites filles https://www.sous-notre-toit.fr/feminisme-et-representation/) , je vais essayer de faire plus court. Votre comparaison montre bien que filles et garçons pâtissent de ces stéréotypes, et que ce serait bénéfique pour tous de laisser chacun être soit même. 2 points qui me tiennent à coeur :
– la littérature jeunesse : montrer aux enfants un monde moins caricatural et genré. A 5 ans, ma nièce a eu la fève de la galette, on lui a dit qu’elle était la reine, elle a répondu : « Je préfèrerais être le roi, c’est lui qui décide » ! Plein d’idées d’album pas sexistes ici : https://filledalbum.wordpress.com/bibliographies/
– ne pas seulement laisser les enfants faire ce qu’ils veulent : les inviter à découvrir tous les univers, du bricolage à la cuisine, du judo à la danse, avant qu’ils n’incorporent une vision genrée des activités.

PS : Camomille, Die Franzoesin, n’ayez pas peur des poupées, ce n’est vraiment pas un « truc de fille », c’est un jouet très important pour tous les petits enfants par sa fonction symbolique : on imite le monde des adultes pour mieux l’intégrer, puis on s’en sert pour travailler avec ses émotions en revivant les scènes de sa vie (gronder, rassurer, prendre soin, transmettre…) Il y a des super poupées pas gnangnan si vous craignez le regard des autres.
(Salut le pavé quand même !)

le 14/06/2016 à 10h12 | Répondre

Camomille (voir son site)

Je le découvre, et je me dis que ça ferait beaucoup de bien à mon garçon. Je pense que je vais lui en acheter du coup. Merci !

le 14/06/2016 à 11h26 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Merci pour ton commentaire ! Oui après cet article je suis encore plus convaincue pour le poupon je vais en reparler à la maison et essayer de l’imposer 😉 .

le 14/06/2016 à 12h20 | Répondre

Louna

Oui, j’avais beaucoup aimé l’article de Nya, d’autant plus que le manque de figures féminines dans les livres pour enfant m’a marqué très tôt, dès l’âge de 9-10 ans. J’ai l’impression que la littérature jeunesse a beaucoup évolué depuis, et je n’hésiterai pas à piocher dans les bonnes idées que tu nous donnes pour permettre à ma fille de s’identifier plus facilement : merci ! 🙂

Quant à faire attention à élargir l’horizon de ma fille pour lui faire découvrir toute l’étendue de ses choix, t’inquiète, c’est déjà au programme ! 😉

le 17/06/2016 à 21h05 | Répondre

Madame D

Tient c’est marrant Louna car c’est tout l’inverse ici. Dès le plus jeune âge ma mere m’a fait lire des livres et m’a tout de suite orienté vers des séries avec des héroïnes ! Fantômette en bibliothèque rose et Alice en bibliothèque verte. Et même si ces livres ont vieilli j’espère bien les faire lire à Princesse !

le 17/06/2016 à 21h22 | Répondre

Louna

Ahah ! Tu me rappelles de bons souvenirs, parce que comme la tienne, ma mère m’a fait découvrir ces séries ! 🙂
Et malgré tout, je me souviens de mon sentiment un peu déçue à chaque fois que je réalisais que le héros de l’histoire que je lisais était encoooooore un garçon. Je pense que la littérature jeunesse était déjà en plein évolution à notre époque, et j’imagine que maintenant, on va avoir l’embarras du choix pour Princesse et ChérieChou 🙂

le 17/06/2016 à 21h31 | Répondre

Mlle Teochew

Cet article m’a fait beaucoup sourire 🙂

J’ai la chance et la joie d’avoir des neveux « jumeaux » : une fille et un garçon.
Ma soeur a toujours été très ouverte et a toujours décidé d’acheté des jouets « des 2 sexes ». Au final, mon neveu aime pousser sa poussette et s’occuper des bébés… et aime aussi les voitures pendant que ma nièce aime les paillettes… et les légos.

La ou on beaucoup ri, c’est le jour ou ma nièce a eu des petites ballerines à nœud vernis rouge… et que son frère a piqué une colère noire pour les mettre :).

le 14/06/2016 à 10h20 | Répondre

Louna

Ahah ! Merci pour l’anecdote, qui montre combien il est dommage de réduire l’horizon de nos petits 😉

le 17/06/2016 à 21h06 | Répondre

Ars Maëlle

Bon, j’ai l’impression que mon commentaire n’est pas passé, désolée si ça fait doublon, je fais court : – choisissez des albums sans stéréotypes (plusieurs sélections ici :https://filledalbum.wordpress.com/bibliographies/) – ne vous contentez pas de ne pas empêcher de faire les choses traditionnellement de l’autre genre, soyez proactif/ves en les invitant à tout découvrir, cuisine, bricolage, sciences, dessin, danse et foot avant qu’ils n’incorporent les stupides clichés sociaux.
Et les poupées, c’est pour tous les enfants un jeu symbolique important qui leur permet d’intégrer le réel par l’imitation et de travailler avec leurs émotions (gronder, réconforter la poupée pour gérer leur propre vécu) Il y a des poupées pas gnangnans pour filles et garçons, ce serait dommage de priver un enfant de ça par crainte d’aller contre ou de se soumettre au stéréotype.
Bon courage dans cette lutte pacifique et de longue haleine qui ne pourra que bénéficier à tous en permettant aux enfants d’être eux-même avant d’être des filles ou des garçons

le 14/06/2016 à 10h31 | Répondre

Camille

Si si, il est passé, il fallait juste que je valide (je pense que ce sont les liens qui ont fait tiquer le logiciel) 😉

le 14/06/2016 à 10h47 | Répondre

Ragnagna (voir son site)

C’est un de mes cheval de bataille ce sujet… Quand j’ai su que j’allais avoir un garçon j’étais soulagée pour lui car dans notre société c’est plus facile (en général) d’avoir deux couilles et un pénis, et finalement quand on a appris j’ai été désolée pour elle d’avance et j’aurai toujours peur qu’elle soit harcelée plus tard.
J’en avais parlé dans un dessin, au parc je dois passer pour une indécrottable chieuse car je laisse jamais passer les remarques style « olala ce sont des garçons c’est vraiment agités comparés aux filles ! ».
Je n’hésite pas à habiller Lucie dans les deux rayons (j’aurai par contre beaucoup hésité dans l’autre sens – la robe chez un garçon ça passe pas encore du tout) et je me moque des parents tout gênés qui disent à leurs enfants « c’est un … une … euuuuh ? On peut pas savoir elle est habillée en bleue ! ». Le bleu ça va à ma fille, ça fait ressortir ses yeux. Et le rose bonbon j’aime pas !!
Je trouve que notre époque est pire qu’avant, quand on voit un pyjama « belle comme maman » et « quand je serais grand je serais pompier », les « lego friends », un garage « pour fille » donc rose – bah oui faut que ça soit girly !
Je pèserai de toute mon influence pour empêcher ces idées à la noix d’entrer dans sa tête mais c’est pas gagné avec l’école où on apprend vite ce qui est pour « fille » et ce qui est pour « garçon » et notre société.

le 14/06/2016 à 10h39 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Tu sais déjà que j’aime beaucoup la facon dont tu habilles ta fille justement <3 .

le 14/06/2016 à 12h23 | Répondre

Louna

Je me retrouve beaucoup dans ton attitude, Ragnagna (et moi aussi, j’adore comme tu habilles ta fille #petitbateauaddict 😉 ). Et moi aussi, j’ai peur pour ma fille, pour son avenir, et j’espère être capable de lui donner toutes les clés pour ne jamais douter de ses capacités sous prétexte qu’elle est née fille. Parce que, comme tu le dis, dans notre société (à l’école, dans les magasins avec le marketing genré, dans la vie de tous les jours avec le sexisme ordinaire, etc….), ce n’est pas encore si facile.

le 17/06/2016 à 21h11 | Répondre

TifTif

Je vous rejoins complètement, ou presque ^^

Je ne suis pas maman, mais tata d’une p’tite puce de 15 mois!
Si j’ai pu lui acheter 2/3 trucs roses, j’ai toujours préféré favoriser des jouets unisexe (rouge, bleu, vert, c’est tellement plein de couleurs, c’est chouette), tapis d’éveil animalier sans connotation aucune.
Pour les vêtements, honnêtement, je lui prends aussi des robes, ça reste une petite fille, mais du blanc, du gris, des pantalons bleus, des jeans, etc.
Mon filleul, lui adore la dinette, à presque 4 ans, et son père voulait lui offrir un poupon avec landau, à Noël dernier, sans connotation fille, malheureusement il n’a rien trouvé qui ne soit hors budget !
Mes cousins ont joué avec moi à la Barbie quand on était jeune ; ça n’en fait pas des déséquilibrés, loin de là !

C’est un combat difficile et qui est loin d’être gagné, tellement c’est ancré dans les traditions.

le 14/06/2016 à 11h05 | Répondre

Mademoiselle Marmotte

Avant même la naissance du Marmotton on a essuyé les réflexions : nous ne voulions pas connaître le sexe du bébé et tout a été pensé de façon mixte … Les spéculations ont été bon train, entre les murs turquoise de la chambre ou la salopette en jeans nombreux ont « deviné » que nous allions avoir un garçon … Bon effectivement nous avons eu un garçon mais il a fallu batailler pour faire comprendre que la salopette en jeans ça pouvait aller aussi bien à une fille qu’à un garçon … Sans parler de la belle famille : entre la mamie qui, pendant la grossesse, a vu un mini tondeuse a gazon en plastique et nous a dit  » si c’est un garçon il pourra en avoir une » … ou encore la tata en voyant son neveu avec une chemise imprimée avec des petites étoiles a dit « oh tu lui mets des vêtements de gay … »
Bref il y a du boulot, je m’en doutais, mais j’anticipe ce genre de pb maintenant : à Noël et aux anniversaires il y aura une liste de cadeaux … Et le Marmotton aura aussi bien des petites voitures qu’un poupon ! En plus, papa Marmotte a déjà prévu de fabriquer une petite cuisine …

le 14/06/2016 à 11h13 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Des vetements de gay mouahahaha 😀 ! C’est quand meme fou de noter comme, pour les petits garcons notamment, il y a encore une vraie peur de l’homosexualité qui se cache souvent derrière tout ca…

le 14/06/2016 à 12h24 | Répondre

Louna

Oui, c’est vraiment effrayant, cette peur de l’homosexualité que l’on projette et dont on accuse à demi-mot les parents inconscients qui laissent jouer leurs garçons avec une poupée :-S

le 17/06/2016 à 21h13 | Répondre

Madame D

Moi ce qui m’embete un peu c’est que soit on est jugé car on tente de mixer un peu, soit on mixe pas et c’est pas mieux. Je m’explique. J’adore le rose ! Vraiment ! Alors oui je me fait plaisir et Princesse a des tonnes de trucs rose ! Jusqu’au siège auto ! Et j’ai pris plaisir a mettre des élements très girly dans sa chambre. Je suis completement pour limiter les stéréotypes de genre dans son éducation, mais je n’ai pas envie de renier non plus ce qu’elle est. Je fait toujours très attention au vocabulaire que j’ulilise avec elle. Tu es belle, tu es forte et tu es inteligente. Elle a des voitures et des poupées. Elle porte du rose et du bleu. Elle aime mettre des barettes et des chouchous. Mais soyons honnete, si j’avais eu un fils, j’aurais coupé ses cheveux depuis longtemps.
Ce qui m’embete dans les stréréotypes ce n’est pas vraiement le coup des robes et des couleurs. C’est plutot sur la façon dont les hommes voient les femmes en general.
J’ai de la chance a la maison. Mon mari et moi travaillons tous les 2 et nous sommes ingénieur dans l’automobile donc pas de probleme de ce coté la. Et mon mari fait beacoup de tache ménagère a la maison donc pas de mauvaise vision du role de l’homme et de la femme.
(Et un pavé, un).
Bref, c’est un sujet passionnant !!

le 14/06/2016 à 11h26 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Je comprends très bien ce que tu veux dire : moi non plus je ne mets pas de robe ni de rose à mon fils. Et dès qu’il a eu des cheveux dans le cou, je lui ai fait couper. Mais pour moi ce sont deux choses différentes. Il y a d’un coté les couleurs qui servent finalement surtout chez les bébés à les différencier sans regarder leur entrejambes – et de l’autre la réduction de leurs capacités / envies / reves (ce qui est à mes yeux beaucoup plus grave).
Avec une maman ingénieure dans l’automobile, je ne me fais pas de souci pour ta fille, meme si c’est une princesse 😉 .

le 14/06/2016 à 12h27 | Répondre

Louna

Je comprends tout à fait ce que tu veux dire, Madame D. Il ne faut non plus tomber dans l’excès inverse et s’interdire par principe de choisir des vêtements ou des chouchous ou n’importe quoi d’autre juste pour montrer notre désaccord vis-à-vis des stéréotypes : ça devient ridicule et complètement à côté de la plaque ! C’est bien pour ça que je précisais que je ne privais pas non plus ChérieChou de jolies robes ou de Liberty, mais que je mettais plutôt l’accent sur le fait qu’elle soit à l’aise dans ses vêtements. Certaines tenues de petites filles sont vraiment inadaptées, je trouve : comment on fait pour grimper sur la balançoire, pour escalader les arbres ou courir dans l’herbe quand on se prend les pieds dans nos vêtements ?
Et je te retrouve tout à fait sur le fait que c’est plutôt sur le regard des hommes envers les femmes, et par extension des garçons envers les filles, et réciproquement, qu’il faut mettre l’effort d’explication et d’éducation. Et pour ça, la méthode la plus efficace est encore le bel exemple que tu donnes à ta Princesse ! 🙂

le 14/06/2016 à 13h00 | Répondre

Freesia

Petite, j’avais été frustrée de ne pas avoir de petites voitures ! Donc je ne peux qu être d’accord 🙂
Mon neveu (2ans) adore passer l’aspirateur par exemple ! Donc, ca a été un cadeau de noël, avec un établis, une marchande de légumes, des petites voitures…
A l’arrivée de sa petite sœur, il y a 3 mois, on lui a offert une poupée corolle et il adore jouer avec, faire comme sa maman.
Au début, certains membres de la famille avaient grincé des dents mais ils ont finalement admis que c’était plutôt bénéfique pour lui -il aime jouer avec des jouets indépendamment féminins ou masculins- pour son présent ou son futur -faire le ménage ou s’occuper d’un bébé, c’est tout autant le rôle d’un garcon.

Niveau vêtements, je le vois avec mon fils : qu ils soient roses ou bleus, je m’en fiche et lui aussi. Alors oui, il a porté un pantalon vieux rose et un pull rose et blanc – mais lui s’en fiche tant que les vêtements sont confortables. (Et je grince des dents quand on m’offre des pyjamas bleus pleins de petites voitures ou des tete shirt a messages « fort comme papa » parce que moi aussi je suis forte non mais !)

le 14/06/2016 à 11h26 | Répondre

Louna

Ahah ! Oui, tu as bien raison : les mamans aussi sont fortes, non mais !
C’est chouette ce que tu racontes, l’évolution des mentalités dans ta famille grâce à l’exemple de ton petit neveu. 🙂

le 17/06/2016 à 21h15 | Répondre

Hermy

Sujet au combien passionnant !!!
Le choupi a une cousine pratiquement du même âge (3 mois d’écart). Il a marché à 14 mois (comme sa maman ^^) et sa cousine à 12 mois. Hé ben tout le monde a dit c’est normal qu’il ait marché plus tard c’est un garçon. J’en conclus donc que je suis anormale d’avoir marché au même âge. De la même manière, les gens (mon mari le premier) trouve normal que sa cousine soit plus calme parce que c’est une fille. Pour les anniversaires, le choupi a eu des voitures et elle une dinette. Personnellement j’aurais préféré la dinette pour le choupi. Il adore jouer avec l’aspirateur et je compte bien lui en acheter un en jouet même s’il est rose. ^^

le 14/06/2016 à 12h31 | Répondre

Louna

Ah oui, moi aussi, c’est ce que je trouve le plus pénible : comparer deux enfants et mettre toutes leurs différences de comportement sur leur sexe. Sur des enfants aussi jeunes, c’est tellement débile ! Et ce genre de réflexions, on en a à la pelle !

le 17/06/2016 à 21h16 | Répondre

Lutine Chlorophylle

Ici tous nos proches sont au courant que nous souhaitons éviter des vêtements et des jouets ultra genrés, tant que Pimprenelle n’est pas en mesure de – éventuellement – donner un avis contraire. On lui met parfois des robes, mais ses vêtements sont indifféremment choisis au rayon fille ou garçon. (Ça m’agace toujours d’ailleurs quand on cherche quelque chose, jouet ou vêtement, et qu’on nous demande « fille ou garçon ? »… En général je ne réponds pas, ou « peu importe ». 😆 ) De toute manière nous n’apprécions pas des vêtements ultra fifille, rose vif avec froufrous partout, paillettes, coeurs, « love » (séparément selon le vêtement ça va… Mais tout ensemble, irk !), et puis en plus, on préfère avoir une majorité de vêtements non typés, pour qu’ils puissent être portés par un hypothétique petit frère.

Sur sa liste d’anniversaire, on trouve un joli porteur voiture (bleu !). 😀

le 14/06/2016 à 15h25 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

L’argument « au moins ca pourra servir pour un petit deuxième quelque soit le sexe » est souvent très pratique en plus d’être fondé !!

le 14/06/2016 à 21h03 | Répondre

Louna

Je suis bien d’accord avec toi : c’est rare que je trouve mon bonheur aux rayons fille des magasins. Du coup, moi aussi je pioche indifféremment chez les filles et les garçons, au grand étonnement des vendeuses. Je suis clairement venue à boycotter certaines marques qui ne proposent pas des vêtements suffisamment neutres.

le 17/06/2016 à 21h19 | Répondre

Weena (voir son site)

Pour en avoir déjà pas mal discuter avec Die Franzoesin, je suis complètement d’accord avec l’article !!
Mais j’ai de la chance, même si le Breton n’est pas toujours su la même longueur d’onde que moi, il a longtemps été le seul garçon dans une fratrie de filles. Donc il avait son poupon et sa poupée barbie. FeuFolet a hérité du poupon, qu’il adore !!! J’aimerais lui trouver quelques vêtement neutre et surtout des chaussures de poupée tellement il aime essayer de mettre ses chaussures au poupon !!!!
Sinon, comme dit dans certain commentaire, j’essaye de lui prendre soit des jouets non genré, soit d’avoir une balance d’équilibre : oui à l’établit de bricolage, mais il a aussi une mini cuisine et de la dînette 😉
Il n’y a que le rose où je tique, un parce qu’il y a un jeu de mot pourri avec son prénom et deux parce que même pour une fille, ce n’est pas une couleur que j’aime … quoique, il existe de nombreuses nuances de rose tellement peu mis en valeur dans les collections rose barbie qu’on nous propose …

le 14/06/2016 à 16h40 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Mam Weena mon humour est très limité j’ai mis une bonne minute à comprendre le jeu de mot mais maintenant ca y est (enfin c’est pas évident non plus hein 😉 ).

le 14/06/2016 à 21h04 | Répondre

weena (voir son site)

Nous avons des amis avec beaucoup d’humour et avons donc eu une avalanche de jeux de mots avec son prénom les premiers jours …

le 14/06/2016 à 21h26 | Répondre

Louna

Oh la la, je suis encore plus curieuse de savoir quel est le prénom de FeuFolet….! 😉

le 17/06/2016 à 21h20 | Répondre

Mlle Mora

Très bon article les filles sur une question qui reste cruellement d’actualité. J’ai l’impression que les mentalités commencent à évoluer, mais le marketing n’est pas prêt à lâcher sur les codes préétablis…
Attendant ma 2ème fille, je vous raconte même pas les remarques ou la tête des gens quand tu annonces que c’est une 2ème fille. On dirait qu’on a vraiment pas de chance ! Je trouve ça tellement triste qu’en 2016 en France, on puisse encore considérer que si tu n’as que des filles, t’as vraiment tout loupé…

le 14/06/2016 à 17h46 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Pour le coup je pense qu’un deuxième garçon c’est pareil, les gens disent rarement « formidable » à l’annonce… Et c’est tellement dommage !

le 14/06/2016 à 21h05 | Répondre

Louna

Oui, tu as raison : sujet encore malheureusement d’actualité !

Et c’est dingue la réaction des gens quand ils te demandent le sexe de ton futur bébé : ils projettent tous leur histoire personnelle sur toi sans te demander une seule seconde ton avis. Moi, j’ai eu au moins deux remarques claires me disant qu’ils espéraient pour moi que j’attendais un garçon : c’est dingue, non ?

le 17/06/2016 à 21h40 | Répondre

Madame Vélo

Oh la la tant de commentaires, je n’ai pas le temps de tous les lire et de faire une bonne réponse ce soir, mais vraiment merci à toutes les deux pour cet article bien construit 🙂 (je ferais une vraie réponse demain !)

le 14/06/2016 à 17h49 | Répondre

Madame Vélo

Concernant les vêtements, j’ai toujours cherché des choses mixtes pour les premières tailles. Et maintenant, même si je prends des vêtements « de garçon » je choisis des trucs plutôt neutres. Pour ça, je suis contente d’avoir un garçon en premier car les vêtements seront plus facilement mettables par une fille (l’argument : ça servira pour le prochain !) ET surtout, même si j’adore les robes et les jupes, j’ai horreur du rose et franchement ça m’embêterait de recevoir des vêtements roses pour ma fille (si j’ai la chance d’en avoir une !).
Concernant les jouets je ne me suis pas trop posée de questions, il a des trucs mixtes pour l’instant. C’est vrai que j’aimerais bien lui offrir un poupon mais j’ai peur des remarques et regards de travers. Du coup j’aimerais beaucoup avoir une fille en deuxième pour que mon fils puisse jouer avec ses poupées ! Ou peut-être que c’est moi qui suis malgré moi enfermée dans un schéma stéréotypé et qui n’ose pas lui en acheter un…
J’ai eu très peu de remarques stéréotypées, et celles que j’ai reçues ne sont pas venues de nos frères et soeurs ni de nos parents mais de nos grands-parents (donc je laisse passer, ils sont trop vieux pour comprendre hi hi !). Du genre : ah on voit bien que c’est un garçon vu comment il aime les petites voitures ! A contrario, tu m’a fait rire Louna avec les chaussures de ta fille, car Crapouillou adore ses chaussures aussi et bizarrement personne ne m’a fait de remarque là dessus 🙂
Je me retrouve beaucoup dans ce que tu dis Die Franzoesin, notamment sur le motif des voitures (je préférerais un vélo hi hi 😉 )
Crapouillou adore jouer avec l’aspirateur, et c’est seulement en lisant les commentaires que je me rend compte que certains pourraient trouver ça « fille ». Personnellement ça ne m’avait jamais effleuré l’esprit ! Après je sais que mon petit frère, quand il avait 4-5 ans a réclamé un balais et un parapluie à noël et mes parents ne s’y sont pas opposé : il a beaucoup joué avec, ça n’en fait pas un garçon efféminé pour autant ! (ceci dit c’est vrai qu’il a un côté maniaque de la propreté !). J’ai un siège auto rouge et une écharpe de portage rouge et violet, et personne ne m’a jamais fait de remarque là dessus non plus.
Même si on oriente notre éducation sur une égalité entre les garçons et les filles, et que je n’interdirais pas à mon fils de faire de la danse s’il le veut ni à ma fille de faire du rugby si elle le veut, je ne veux absolument pas tomber dans l’extrême inverse et leur interdire « d’être leur sexe ». J’apprendrais aux deux à cuisiner et mon mari apprendra aux deux à bricoler (je ne sais pas bricoler et n’aime pas ça !), à partir du moment où ça les intéresse. Mais j’accompagnerais mon garçon à devenir un « homme » et ma fille à devenir une « femme » (on est bien d’accord, cela mérite une définition des mots « homme » et « femme » !)
Bref, encore un pavé 😀

le 14/06/2016 à 21h45 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Je suis d’accord avec toi Mme Vélo sur cet équilibre subtil à trouver… Et c’est vrai aussi pour le choix des jouets que d’avoir une fille et un garçon doit bien faciliter les choses ! 🙂

le 15/06/2016 à 05h51 | Répondre

Louna

Tu as bien raison, Mme Vélo : l’idée n’est pas d’essayer de faire croire à nos enfants qu’il n’y a pas de différence entre un garçon et une fille, mais bien de leur faire comprendre que rien ne doit réduire leurs choix de vie, et encore moins leur sexe.
J’ai aussi l’impression qu’il est encore malheureusement nécessaire d’enseigner à nos enfants que les filles sont l’égal des garçons, et qu’elles méritent autant de respect et d’estime que les garçons.

le 17/06/2016 à 21h28 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

En tant que tante, j’essaye aussi de ne pas catégoriser le Choupi ! Hermy ne l’a pas mentionné mais petites on adorait les poupées et notre train électrique. On y a jouait pendant des années. Quand Choupi sera en ahe, il aura une dinette ça c’est clair et une poupée s’il le souhaite !!! Sa tata y veillera.

le 14/06/2016 à 19h01 | Répondre

Bibichu

Je serai tata l’hiver prochain. Je ne connais pas encore le sexe du bébé (et j’aimerai beaucoup que ce soit une surprise!), mais ça ne m’a pas empêché de commencer à coudre pas mal de choses pour ce(tte) futur(e) neveu/nièce. D’ailleurs, je me rend compte que mes bavoirs peuvent faire très « garçon »… Mais je suis sure que ce sera super pour une fille (comment ça les chiens et les moose c’est pour les garçons?).

le 14/06/2016 à 19h41 | Répondre

Mariounche

Merci pour cet article super interressant ! C’est un sujet qui m’intéresse beaucoup et dans ma famille (mes parents, certains de mes frères et soeurs) ils ont encore complètement des stéréotypes de genre (par exemple : « il court partout, un vrai garçon… ») et aiment bien m’embêter avec ça, je passe ensuite pour une succeptible.
Mon fils a eu des jeux de garçon petit, mais aussi une poupée et même une poussette… comme j’ai des enfants des deux sexes, ça permet plus facilement d’avoir des jeux de tout type auxquels ils peuvent jouer tous les deux.
Ce qui est important pour moi, c’est de montrer à ma fille qu’elle a autant de possibilité plus tard que son frère, autant de choix. Je pense que ça passe beaucoup par ce qu’on leur transmet et par les modèles auxquels s’identifier… Pour celà, les livres bien choisis peuvent beaucoup aider je crois (je lis d’ailleurs aussi à mon fils des histoires avec des héroïnes).
mon fils a les cheveux longs, ça fait beaucoup réagir et beaucoup de gens le prennent pour une fille au premier abord mais finalement j’ai plutot des bonnes réactions quand ils apprennent que c’est un garçon. Pour l’instant ça ne le gêne pas du tout mais bien sûr s’il veut que je coupe je le ferais.
Je me demande aussi d’où vient cette peur sur le fait qu’on rendrait notre enfant homosexuel selon la façon dont on l’habille ou les jeux qu’on lui propose ??? Je trouve ça fou qu’a notre époque on en soit encore là.
Et pour finir, tout ça ne m’empêche pas d’habiller ma fille avec des robes (mais en général pas roses), j’adore ça et tant qu’elles ne l’empêchent pas de bouger et de courir partout, je ne vois pas le soucis :-).
Voilà mes pensées sont parties dans tous les sens à ce sujet mais je crois qu’il y a tellement à dire…

le 14/06/2016 à 21h53 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Il y a en effet beaucoup à dire 🙂 . Je pense en tout cas que les fratries « mixtes » comme tes enfants sont toujours un avantage dans ce sens, car elle favorise les jeux communs etc.

le 15/06/2016 à 05h52 | Répondre

Louna

J’ai l’impression qu’on a vraiment la même approche Marinouchka.
J’aimerais beaucoup moi aussi avoir des enfants des deux sexes : j’imagine qu’il est alors encore plus facile de montrer à nos enfants que leur sexe ne doit en rien les limiter, et que les filles ont autant de possibilités que les garçons.
Je retiens la littérature jeunesse pour montrer à mes enfants autant d’héroïnes que de héros ! 🙂

PS : comme toi, je ne prive pas ma fille de jupe ou de robe, mais je veille à ne jamais entraver ses mouvements !

le 17/06/2016 à 21h44 | Répondre

Tellou (voir son site)

Ohhh comme je me sens moins seule en lisant ce post! Merci merci merci!. J’ai tellement souffert de ces stereotypes quand j’etais petite (« garcon manquee! « Mais tu ne peux pas rester sage 5mn? »..) que je ne veux pas la meme chose pour ma fille. Meme constat que vous a la naissance. Nous sommes expatries au Moyen Orient et les habits sont encore plus marques sexuellement qu’en Europe: un T-shirt pour fille sera rose ou avec une fleur bien sur, mais il aura en plus des paillettes, des noeuds et des frousfrous. A l’opposer, chercher chez les garcons releve du challenge parce que ce sera bleu ou vert avec un gros camion dessus.
Pour l’instant ses jouets sont assez neutres et si j’ai eu peur au momet de l’introduction de la poupee, je me suis rendue compte que c’etait plus un jeu de reflexion (s’identifier au bebe…) que d’imitation (jouer a la maman..)

Petite anecdote: nous lui mettons des couches « pull ups » qui ici, sont a motifs roses pour les filles et bleus pour les garcons. Nous lui mettons les deux. Un jour elle est rentree de la creche en montrant la petite fille qui decore la couche « fille » et en disant « princesse ». Son pere lui a dit que ce n’etait pas une princesse mais Marie Curie. Quand on lui met la couche garcon avec un robot, on lui dit que les robots c’est pour les futurs cosmonautes 😉

le 15/06/2016 à 07h43 | Répondre

Louna

Merci à toi pour ce commentaire enthousiaste !!
Oui, j’imagine que selon l’endroit où on vit, ce doit être encore plus compliqué. Mais je vois que malgré cela, votre fille est bien partie : j’adore la réflexion de son papa ! 🙂

le 17/06/2016 à 21h49 | Répondre

Mlle Moizelle

Rah, vraiment, je suis fan de ces articles croisés!
Et on dirait, au nombre de commentaires, que ce sujet déchaîne les foules…
Je suis admirative devant votre recul, vos remises en question, votre ténacité devant les remarques (oui, souvent « sorties toutes seules »! moi même parfois j’ai honte d’en laisser échapper une ou deux… heureusement que mon mari est vigilent et me reprend!) et devant la société en général, les rayons genrés, les cadeaux, etc.
Je connais bien la phrase « avant j’avais des principes, maintenant j’ai des enfants », et même si j’ai une volonté de fer sur certain sujet (allaitement, couches lavables, etc) je sais que je ne suis pas à l’abri d’un abandon car personne n’est parfait et la réalité est parfois (souvent!) bien différente de ce qu’on avait prévu. Alors si aujourd’hui, quand on nous donne des habits bébé, on trie et on garde au maximum du « neutre », qu’on essaie d’offrir des jeux non genrés aux enfants autour de nous, je pense d’ors et déjà que je si je dois lâcher quelques uns de mes principes quand j’aurais mon bébé à moi, je préfère lâcher celui des stéréotypes de genre et me « battre » pour maintenir plutôt les aspects maternage et écolo qui me tiennent davantage à coeur. Après on verra bien, peut- être que finalement je serai une super maman, et que j’arriverai à allaiter, porter, cododoter, masser mon bébé, le nourrir en bio, maintenir les couches lavables et la récup tant que faire se peut, ET qu’en plus je lutterai contre les stéréotypes de genre! 😉
Bravo à vous en tout cas. Il faut des parents conscients pour des enfants qui deviendront les hommes et les femmes de demain, libérés de ces clichés et ce sexisme!

le 15/06/2016 à 09h01 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Tu sais, je pense que ta volonté de maternage peut aller de paire finalement avec cette réflexion et pas en concurrence. D’une part parce qu’elle va te centrer sur les émotions de ton enfant alors si c’est un fils je ne pense pas que tu rejetteras ses pleurs… D’autre part parce que maternage, allaitement et cododo sont tres presents les premieres annees alors que les reflexions sur le genre durent toute la vie. Donc l’une n’empeche pas l’autre 😉 .

le 15/06/2016 à 11h34 | Répondre

Louna

Je rejoins tout à fait Die Franzoesin : les deux « combats » que tu évoques ne surviennent pas au même moment de la vie, et il ne me semble pas que tu aies réellement besoin d’en privilégier un par rapport à l’autre.

Jusqu’à un an, on te laisse plutôt tranquille avec ton bébé, côté stéréotype, et tu pourras te jeter à corps perdu dans la bataille du maternage et des principes d’éducation qui te tiennent à coeur (j’en partage pas mal, d’ailleurs ! 😉 ).

Et une fois que tu te seras fait la main là-dessus, tu seras fin prête pour continuer le combat, et apprendre à tes enfants le respect et l’égalité entre les filles et les garçons !! 🙂

le 17/06/2016 à 21h57 | Répondre

Mlle Moizelle

Non, je sais bien que ce n’est pas contraire! 🙂 Je dis juste que je ne me battrai pas sur tous les fronts et que ma priorité est ailleurs… Même si je reconnais que ce « combat » est très important, et intéressant. Mais tu as raison, le maternage est surtout présent au début, rien ne m’empêche « d’enchaîner » pour d’autres valeurs après! 😉

le 15/06/2016 à 13h45 | Répondre

Philyra

Je vous partage juste une coversation que j’ai eu avec une personne de l’école de ma fille (qui est en grande section) :
Elle « J’espère que si vous avez un autre enfant, ce sera un petit garçon, pour que *ma fille* puisse jouer avec lui. »
Moi « Ah bon ? » (je réponds toujours de façon distante à ce genre de commentaires)
Elle « Ou alors une petite fille, mais une vraie »
Moi « Comment ça ? »
Elle « Eh bien… *ma fille* joue quand même beaucoup plus avec les garçons qu’avec les autres petites filles. »

… ma fille passe 95% de son temps en robe/jupe, elle adore les barbies et tout ce qui brille. Mais non, le fait d’aimer courir avec les garçons dans la cour et d’apprécier AUSSI les jeux de construction… ça fait d’elle une « fausse fille » visiblement -_- -_-

le 15/06/2016 à 19h59 | Répondre

Louna

C’est dingue comme les gens sont réacs parfois….! 🙁

le 17/06/2016 à 21h58 | Répondre

Charlene

Alors nous, comme notre fille ADORE le rose et que des qu’elle peut elle choisi du rose, mon mari en porte beaucoup (du rose), en chemise, en pull, en polo, en tshirt… Voilà, le rose c’est une belle couleur que l’on aime, c’est pas parce que ça fait fille…

le 15/06/2016 à 21h55 | Répondre

Louna

Hihihi ! Et vous avez bien raison ! 🙂

le 17/06/2016 à 21h59 | Répondre

Mme Indécise

Madame D soulèves un point qui me fait tiquer. Outre le regard des garçons sur les filles, ce qui m’a personnellement le plus étonné c’est le regard des filles sur les autres filles. Je suis une pouf de classe mondiale, mon peu d’amies filles aussi et mes potes aussi ( oui oui les hommes poufs ca existe:). On a toutes un cursus scientifique de base. Et les discours les plus ravageurs ont toujours été ceux d’autres femmes: »Ah bon tu fais de l;astrophysique? je vous aurais imaginé toi et tes potes plutôt coiffeuses » ou le fameux, vous donnez pas une bonne image des filles en sciences. Ce comportement je ne l’ai pas rencontré auprès de mes camarades garçons. Bien évidement qu’il y a des inégalités de genre propre à notre société, mais la première pierre de l’édifice serait peut être d’arrêter de valider ces stéréotypes nous-même en se rangeant les unes les autres dans des cases. Et pour aller plus loin ce qui me choque, ce n’est pas qu’il existe des magazines au pages roses ou bleus. C’est que les gens aient besoin que les pages soient rendus neutres pour se sentir en droit de les explorer. Mes nièces jouent au mécano ou aux petites voitures en robe de princesse. elles ont choisi leur jouet pourtant dans des catalogues bien genrée. je suis entièrement d’accord avec l’article dans le sens où pour moi tout se situe dans l’éducation. Je reste intimement convaincue qu’on en attend trop de la société et que la base est à la maison.

le 15/06/2016 à 22h21 | Répondre

Louna

Tu as raison, et c’est ce qui me désespère le plus, que les filles / femmes soient tellement convaincues de leur infériorité qu’elles en soient les premières défendeuses…. Je ne sais jamais comment réagir dans ces cas-là, tellement je suis désarmée face à cette aberration.
Oui, je suis d’accord, ça passe avant tout par l’éducation de nos enfants, mais j’espère bien que ça finira par déborder sur le reste de la société, car l’idée est quand même d’offrir à nos enfants un monde plus égalitaire et respectueux vis-à-vis de la moitié de la population mondiale ! 😉

le 17/06/2016 à 22h02 | Répondre

Maritxu

J’ai deux garçons de respectivement 3ans et 15 mois. J’ai souvent droit à des remarques du type « c’est bien des garçons ». Je sais que ce n’est pas dit négativement mais cela illustre bien les stéréotypes garçon=énergique, voiture, camion, pompier…
Tout à fait d’accord sur les jouets. Je me souviens encore de la tête de mon beau père quand mon aîné a reçu un poupon en cadeau pour la naissance de son petit frère. Et encore, il était habillé en bleu…?
Ils ont bien sûr plein de jouets de garçons, on ne nous offre que des voitures pour eux… j’ai acheté de la dînette, ils adorent cuisiner avec moi. Maman aussi passe la tondeuse. Bref, j’essaye de rééquilibrer et d’acheter aussi du »mixte » mais j’avoue que moi aussi je me laisse souvent rattraper et j’ai tendance à acheter « garçon » et plutôt bleu…Bon j’adore le bleu pour moi aussi☺
Au sujet des jouets, il y a un truc qui m’horripile, avez vous remarqué la version filles pour les petites voitures par exemple? Ben oui, voyons, une petite fille ne pourra jouer avec des tut tut bolides que si elles sont roses bonbon bien sûr. Grrrrr

le 16/06/2016 à 00h47 | Répondre

Louna

Ahah ! Bravo pour le poupon ! 😉

J’ai l’impression que tu as trouvé un bel équilibre vis-à-vis des jeux proposés à tes garçons : bravo !

le 17/06/2016 à 22h04 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?