Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Mon séjour à la maternité juste… horrible ? Mais avec un bébé super !


Publié le 27 février 2016 par Étoile

Il y a peu, je te racontais mon joli accouchement. Il a certes été très long, mais j’avais avec moi une équipe super, un mari génial et un bébé super warrior qui n’a jamais montré de signes de fatigue pendant les vingt-quatre heures de travail ! Par contre, je t’avoue que le séjour à la maternité n’a pas été mon plus beau souvenir. Allez, je te raconte !

Le calvaire des deux premiers jours

Le premier jour

J’ai accouché le matin, et j’arrive dans ma chambre vers 13h. Je te laisse imaginer mon état de fatigue. Bébé aussi est très fatigué et marqué par l’accouchement. Sa petite tête a souffert : il ne supportera pas les bonnets avant plusieurs semaines… Mais au moins, nous avons une grande chambre individuelle !

Après que j’ai fait un petit somme, des sages-femmes viennent me réveiller et me regardent d’un air goguenard. Je t’avoue que je n’ai pas du tout apprécié. Certes, elles doivent vérifier que je me remets bien de l’accouchement, mais je n’ai pas aimé leur comportement. Dans la foulée, une puéricultrice vient me voir pour les premiers soins de bébé.

Bref, tout le monde me tombe dessus en même temps. En plus, vive l’intimité : ça rentre, ça sort, on ouvre la porte de la salle de bain alors que je me douche. Génial (rire jaune) ! Finalement, je rembarre tout le monde, car je suis exténuée… Je pense que ça n’a pas été très apprécié, d’ailleurs.

En fin de journée, j’appelle les puéricultrices, me sentant moins fatiguée. Elles arrivent deux heures plus tard. Je n’ai jamais changé une couche de ma vie (eh oui, c’est vrai !), et je n’ai pas encore mis mon bébé au sein depuis la tétée de bienvenue. Eh bien, elles me laissent juste me débrouiller, en me regardant et en rigolant.

Après cette journée éprouvante, je tiens néanmoins à garder mon bébé à tout prix, alors qu’elles veulent que je leur laisse à la nursery. Et sincèrement, ça s’est très bien passé, malgré quelques soucis pour l’allaitement.

Séjour à la maternité horrible

Crédits photo (creative commons) : Big D2112

Le deuxième jour

Ce sont toujours les mêmes équipes (les équipes de garde ce weekend-là)… Toujours aussi désagréables…

J’ai du mal à mettre mon petit bout au sein, et quand je demande de l’aide, soit je me fais rembarrer, soit l’auxiliaire arrive, prend la tête de mon fils et la « balance » sur mon sein (je n’exagère pas !). S’il ne tète pas, l’auxiliaire le stimule en lui pinçant les pieds. Mon petit bébé a vraiment été très fatigué par l’accouchement, vu qu’il est resté bloqué dans mon bassin pas mal de temps. Je trouve ce comportement juste inhumain.

De plus, mon bébé a un début d’ictère. Elles mettront plus de quatre heures à ramener la « machine lampe à UV » dans ma chambre et à débuter le traitement…

Le soir, la nursery prend mon bébé trois heures pour que je dorme un peu, car Monsieur enlève son bandeau de protection des yeux de temps en temps. Ça peut être dangereux et abîmer ses yeux s’il regarde trop longtemps la lampe. Il vaut mieux qu’il soit surveillé. On me le ramènera au milieu de la nuit un peu bizarre, avec les yeux grands ouverts et tout brillants. Étrange ? Je me pose des questions, me demande s’il a réellement été surveillé…

Les seules choses réconfortantes pendant ces deux jours ont été la présence de mon mari, la visite de mes parents, apprendre à donner le bain à mon fils (plus globalement m’occuper de lui), et le fait que je me remette très très vite de l’accouchement. Je suis réellement tombée sur des équipes inhumaines, alors que j’étais dans un très grand hôpital parisien !

La fin et le bilan de ce séjour à la maternité

Après ce weekend éprouvant, les nouvelles équipes sont beaucoup mieux : on me donne des conseils pour l’allaitement, les personnes sont douces et toquent bien avant de rentrer dans la chambre, et surtout : on me soigne. Oui, post-accouchement, j’ai eu des soucis peu glamours. Rien de grave, mais personne ne m’avait donné de médicaments… jusqu’à présent.

Cerise sur le gâteau, bébé a bien réagi au traitement pour son ictère et je sors un jour plus tôt que prévu.

Voilà ce qu’il me reste de ces quelques jours après l’accouchement : globalement, un très mauvais souvenir. En particulier, j’ai eu très peu d’aide pour l’allaitement, ce qui a peut-être joué sur ma montée de lait, qui a été tardive et jamais suffisante. J’ai trouvé certaines équipes peu humaines et très débordées ! J’avais l’impression que c’était mieux considéré de donner le biberon à son bébé. Au moins, les auxiliaires étaient tranquilles et n’avaient pas besoin d’aider une maman en galère pour l’allaitement…

J’étais dans un hôpital de niveau 3, et je crois que quand tu as accouché sans problèmes, tu es un peu livrée à toi-même. Dommage… Je comprends mieux pourquoi certaines mamans peuvent faire des dépressions post-partum avec ce type de comportement. Bref, je ne souhaite à personne d’avoir un séjour comme le mien en maternité. Franchement, ça refroidit !

J’ai eu la chance d’avoir des gestes intuitifs avec bébé (et d’être du genre à ne pas me laisser aller), mais bon, quand même… Quand on choisit de travailler en maternité, j’imagine qu’on fait ça par vocation, et que l’empathie est naturelle, non ? Si on n’est même pas capable d’être avenant et à l’écoute dans un endroit pareil, c’est vraiment dommage…

Je garde quand même en mémoire la présence indéfectible de mon mari, et surtout l’attachement avec mon bébé. Nous avons échangé notre premier vrai regard le lendemain de l’accouchement (il fallait qu’on se remette tous les deux de notre état de fatigue), et nous avons très vite trouvé nos repères.

Bref, je n’avais qu’une hâte : rentrer. Je te raconte les premiers jours à la maison très vite !

Et toi ? Comment as-tu vécu ton séjour à la maternité ? As-tu l’impression d’avoir été suffisamment soutenue par le personnel soignant ? Ou était-il aussi froid et brutal ? Viens nous raconter…

Toi aussi, ça te plairait de nous raconter ta grossesse mois après mois ? Toutes les infos pour devenir chroniqueuse grossesse, c’est par ici !

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !


Porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

34   Commentaires Laisser un commentaire ?

Jahanara

Eh bien, ton récit fait froid dans le dos…
Ça ne doit pas être marrant tous les jours pour le personnel de la maternité quand tu es en permanence débordé de travail. Mais ça n’excuse pas le comportement qu’elles avaient avec toi.
Heureusement pour moi qu’en néonat elles étaient bien plus sympa car sinon ces 10 jours auraient carrément été l’enfer !! C’est d’ailleurs sûrement grâce aux super infirmières que mon allaitement a bien démarré et que deux mois plus tard j’allaite toujours.

le 27/02/2016 à 07h53 | Répondre

Étoile (voir son site)

Je suis d’accord avec toi 🙂 J’ai eu aussi l’occasion d’avoir du personnel qui travaillait avec la néonat en fin de séjour, et rien à voir. Vraiment top !

le 27/02/2016 à 08h13 | Répondre

Julia

Je comprends que tu es été déçue du comportement des équipes médicales. mais il faut aussi se rendre compte des conditions de travail qu’elles ont, Surtout dans une grande maternité ! Pour mon aîné, j’ai accouché de nuit, il y avait 2 sage-femmes pour 7 accouchements, elles étaient débordées ! Alors oui, elles auraient pu être plus prévenantes, mais au détriment d’autres mamans. Mais comme je m’y attendais (j’ai accouché dans une grosse maternité de niveau 2) je n’ai pas été déçue ou choquée. J’ai donc pris mon mal en patience (et put*in, j’avais mal). Pour la deuxieme, j’ai aussi accouché dans cette maternité, on n’était que 2 cette nuit là et les équipes étaient aux petits soins.
Peut être es-tu tombée à un mauvais moment ?
En tout cas, tout ça est derrière toi, il ne te reste plus qu’à profiter ! (Rires machiavéliques inside ?)

le 27/02/2016 à 07h54 | Répondre

Étoile (voir son site)

Oui, je comprends très bien la difficulté du métier 🙂 Mais très honnêtement, est-ce que c’est normal de pincer mon bébé pour le mettre au sein ? De ne pas vouloir m’aider pour l’allaitement (car ce n’est pas forcément instinctif pour tout le monde) ? Est-ce que c’est normal de ne pas avoir de médicaments ? Mon mari allait partir à la pharmacie pour m’en acheter… Quant une nouvelle infirmière a pris le relais, et a vu que personne ne m’avait soigné; je peux te dire qu’en moins de deux minutes, j’avais enfin mes médicaments. Tu sais, j’ai vu plusieurs proches et parents se disputaient dans les couloirs, en particulier avec les auxiliaires de puéricultrices. Donc, je pense que je n’ai pas fait ma douillette. Je crois qu’il y avait de réels problèmes avec certaines personnes. Et gros spoiler pour la suite, car il y aura sans doute un article ensuite : mon fils n’arrivait pas à téter à droite, et j’ai alerté, je l’ai dit à tout le monde. Personne n’a remarqué à l’hôpital et me disait que c’était normal. Et bien, le pédiatre de ville a détecté un mois après, un torticolis congénital qui a eu des conséquences très négatives pour la suite de notre aventure… Tout cela pour conclure que être débordé dans un hôpital, normalement ça ne devrait pas avoir sa place… Mais bon, malheureusement, c’est une discussion plus vaste relative à la politique publique de l’hôpital et des moyens alloués 🙂

le 27/02/2016 à 08h24 | Répondre

Julia

Zut, je ne pensais pas que mon message pouvait être mal pris, je suis désolée. A aucun moment, je n’ai pensé que tu étais douillette ou que tu exagérais.
Franchement, même si les équipes étaient débordées, au moins j’ai eu le droit à mes cachets ! (Sérieux, je ne sais pas comment tu as fait pour ne pas retourner la maternité !)
Et malheureusement pour ce qui est de l’allaitement, j’ai remarqué que les plus anciennes étaient clairement moins au fait que les jeunes diplômées ! (Ou que celles qui bossent en Péri-natalité ) c’est sûrement dû à leur formation, qui a eu lieu avant que l’allaitement ne retrouve un peu de ces lettres de noblesse.
Encore une fois je m’excuse si tu as mal pris mon message, ce n’était pas du tout voulu ?

le 29/02/2016 à 09h15 | Répondre

Étoile (voir son site)

Ne t’inquiète pas, je ne l’ai pas mal pris, et désolée si ma réponse a pu faire croire le contraire 😉 Je pense juste que je n’ai pas eu beaucoup de chance… Il suffit parfois d’une personne ou deux pour que les choses se passent moyennement !

le 29/02/2016 à 21h19 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

Je comprends aussi très bien ton point de vue. Être débordé n’empêche pas d’être agréable avec une jeune maman qui vit un bouleversement émotionnel et physique important.
Ça me désole pour toi que tu n’es pas eu l’attention que tu méritais et que ça ait eu des conséquences par la suite.

le 27/02/2016 à 09h21 | Répondre

sabine

Ton recit fait peur dis donc !!
Heureusement, moi j’en garde un très bon souvenir aussi en salle de travail qu’a la maternité. Toutes les equipes etaient agreables et prevenantes. J’ai accouché à Belfort et non dans un grand hôpital parisien et c’était top !

En tout cas, te concernant j’espère que les personnes dont tu fait reference on eu des remontées afin qu’elles se remettent en question !

le 27/02/2016 à 09h37 | Répondre

Étoile (voir son site)

Je pense qu’il y a du avoir des remontées, dans la mesure où des familles se sont plaintes. Personnellement je l’ai remonté pendant mon séjour aux équipes de semaine qui étaient plus sympas. Après je ne sais pas si cela changera quelque chose… En étant dans une maternité niveau 3, je crois que les meilleures équipes accompagnent plutôt les mamans ayant eu les accouchements les plus complexes avec plus de soin (et heureusement). C’est juste dommage d’être négligé, surtout lors d’un premier bébé où l’on découvre tout 🙂

le 29/02/2016 à 21h23 | Répondre

Doupiou

Ton récit est tellement triste ! Le comportement du personnel médical est simplement inacceptable ! Ok ce sont des humains avec leur fatigue, leurs problèmes et leur caractère mais quand on sait l’état psychologique d’une maman qui vient d’accoucher il faut savoir se montrer empathique !
Pour ma part, je suis restée 9 jours à la maternité (accouchement sur 2 jours, césarienne et hospitalisation de ma fille) et il n’y a eu que 2 SF qui étaient vraiment horribles !
Mais je te rejoins sur le fait que je me suis vraiment reposée une fois rentrée chez moi ! Entre les soins de la césarienne, les piqures anti coagulation, les soins de bébés et les allers-retours en pédiatrie pour les intramusculaires de ma fille, c’était tous les jours la course !

le 27/02/2016 à 09h55 | Répondre

Étoile (voir son site)

En tout cas, je trouve que c’était bon signe (pour ma part) d’être pressée de rentrer chez moi ! Au moins, je n’appréhendais pas 🙂 Je te rejoins entièrement sur le fait que cela peut fragiliser certaines mamans.

le 29/02/2016 à 21h24 | Répondre

Elodie

Je suis triste de te lire, j’ai l’impression de reconnaitre des collègues bouh!! Malheureusement non, il y’a aussi des frustrées dans les mater, des incompétentes aussi, et surtout je trouve que le personnel est nul en allaitement, je bosse en France mais j’ai étudié en Belgique et vraiment il y’a une nette différence! C’est vrai que parfois, voire souvent on est débordée, mais lorsqu’on prend un peu de temps, qu’on coache bien les mamans, on gagne un temps précieux pour la suite, même si on reste 20 minutes dans une chambre pour bien débuter l’allaitement, la maman sonnera bcp moins pour les tétées d’apres et on a vraiment rentabilisé nos 20mins, c’est comme ça que je vois les choses 🙂

le 27/02/2016 à 09h58 | Répondre

Étoile (voir son site)

Bon, et bien, je veux bien que tu viennes m’aider pour bébé 2 😉 Plus sérieusement tu as raison. A la fin je ne sonnais plus, mais je mettais plus d’une heure à allaiter mon fils (déjà j’arrivais à le faire téter qu’au bout de 15 minutes sur le sein qu’il ne voulait pas…). Et ensuite, je me faisais disputer parce que c’était trop long et que cela fatiguait bébé… Compliqué tout ça 🙂

le 29/02/2016 à 21h27 | Répondre

Virginie

Hum, ton récit est plutôt triste à lire. Je comprends la fatigue et tout ce que l’on veut mais cela n’excuse pas du tout les moqueries et le manque de respect, une chambre n’est pas un hall de gare que l’on soit fatigué ou pas. Si en plus cela a eu des conséquences sur la suite, est-ce que tu as fait remonter le problème ? Si non, il faut le faire, dis-toi que ce genre de remontées a des suites et que, à défaut de te servir à quelque chose, cela pourrait aider les futures mamans qui passeront par là.
Heureusement, ça n’a pas joué sur les liens que tu as noués avec ton bébé 🙂

le 27/02/2016 à 11h00 | Répondre

Marie B

Je tiens à rassurer les futures maman, il y a aussi du personnel vraiment génial en maternité ! J’ai eu la chance de passer un super séjour avec mon bébé ! J’ai eu du mal avec l’allaitement suite à ma méga montée de lait et les puéricultrice venaient à chaque mise au sein pour aider ma fille à téter correctement et me montrer les bonnes positions. J’ai été chouchouté et soutenue dans mes premiers pas de maman.

le 27/02/2016 à 17h16 | Répondre

Stephanie

Désolée pour toi, ça a du très très difficile, heureusement que tu étais très bien entourée par ton mari et ta famille! J’ai aussi accouché dans un grand hopital parisien niveau 3 (dans le 12ème..), je suis tombée sur des équipes charmantes, j’ai eu du bol. Par contre effectivement j’ai trouvé que le personnel de nuit avait un peu moins de patience (allaitement aussi et bonjour la montée de lait aie aie aie) mais toujours correct. En fait le seul gros point négatif: ma chambre était vraiment sale, le ménage n’était pas fait à fond et c’était vraiment limite! Avec mon mari on a nettoyé la SDB et le meuble à langer avec le gel hydro alcoolique de la chambre!! Voilou pour mon témoignage! Bises

le 28/02/2016 à 09h48 | Répondre

Loupiote (voir son site)

Je ne peux que comprendre, il m’est arrivé exactement la même chose… Un accouchement idéal, mais des difficultés à démarrer l’allaitement, des personnes qui me jugeaient, qui ne m’aidaient pas plus que cela… Et ça a joué sur ma montée de lait, sur ma fatigue, sur mon stress. Heureusement, mon mari était là tous les jours lui aussi et m’a énormément aidé.
Pour bébé 2 (ce n’est pas pour tout de suite), je pense changer de maternité. On verra 🙂

le 28/02/2016 à 13h37 | Répondre

Étoile (voir son site)

Après avoir débriefé avec les filles de ma préparation à l’accouchement suite à nos accouchements, nous nous sommes rendus compte que quelque soit l’hôpital, cela dépend vraiment des équipes 🙂 Pour bébé 2, je verrai bien. J’avais beaucoup aimé mon gynéco et le suivi dans mon hôpital pour ma grossesse à risque, donc à voir…

le 29/02/2016 à 21h30 | Répondre

Lutine Chlorophylle

Rhaaaaaaaaaaa mais quelle bande de branquignoles !!!! :O Un tel comportement me met vraiment hors de moi ! Et après on s’étonne du faible pourcentage d’allaitement en France. Oui, ben forcément, avec de pareils « conseils », y’a pas de miracle. -_-

Les passages multiples dans la chambre m’ont laissé un mauvais souvenir (impossible de se reposer), cependant l’équipe était très respectueuse, et les conseils utiles. (Maternité labellisée amie des bébés.)
C’est vrai que les bébés oublient parfois de téter… Mais plutôt que de le pincer (?!!!) on m’a suggéré une caresse, un petit chatouillis, ou lui bouger une jambe ou un bras. 🙂 (Du coup je m’amusais parfois à « pomper » avec son bras quand Pimprenelle buggait au sein. 😆 )

le 28/02/2016 à 19h32 | Répondre

Étoile (voir son site)

Trop marrant cette technique 🙂 Pour ma part, je chatouillais le cou ou le ventre !

le 29/02/2016 à 21h31 | Répondre

Camomille (voir son site)

C’est n’importe quoi ! Que le personnel soit débordé, OK. Qu’il faille attendre pour la venue de l’infirmière / puer, OK. Mais une fois dans la chambre, elles (voire ils) sont là pour ça !

le 29/02/2016 à 08h56 | Répondre

Madame D

J’aurais presque pu écrire le même … Mais du coup je ne l’ai pas fait et je me suis concentré sur le récit du baby blues.
J’ai eu des sages femmes super … en journée … Dès que la nuit arrivait c’était l’enfer. Le pied pincé aussi j’y ai eu le droit … Mais quel horreur !
Pourtant j’étais dans une clinique.

le 29/02/2016 à 09h38 | Répondre

Hermy

Je ne sais pas dans quel hôpital parisien tu as accouché (mais je serais curieuse de le savoir). J’ai également accouché dans un hôpital parisien de niveau 3 mais j’étais en service de neonat et du coup j’ai juste un très bon souvenir de mon séjour. Tout le monde a été aux petits soins avec moi et clairement heureusement. Mon moral n’était déjà pas au plus haut avec la fin de grossesse et le changement de maternité donc si en plus j’avais passé un mauvais séjour je pense que je finissais en dépression direct.

le 29/02/2016 à 10h07 | Répondre

Étoile (voir son site)

En fait, j’ai accouché dans un hôpital de l’AP-HP mais en proche banlieue dans les Hauts de Seine 🙂

le 29/02/2016 à 21h35 | Répondre

issabill (voir son site)

OMG! Mais quel témoignage accablant… Non, être dans une grande maternité n’excuse pas tout. Personnellement, j’ai accouché au CHU, (très) grosse maternité de niveau 3. Accouchement sans problème, bébé qui grossit immédiatement, etc : l’équipe sage-femmes/puer a toujours été présente et bienveillante pour moi…
Tu sais, ayant travaillé à la direction qualité/relations usagers d’un gros CHU, je ne peux que te conseiller d’écrire une lettre de signalement. Pas forcément d’accusation, pas forcément en mentionnant des noms, juste décrire ce qu’il s’est passé afin qu’une discussion puisse être engagée au niveau des conditions de travail dans ce service…

le 29/02/2016 à 11h03 | Répondre

Étoile (voir son site)

C’est une très bonne idée ! Je vais y réfléchir 🙂

le 29/02/2016 à 21h37 | Répondre

Louna

Oh, ça me rend triste de lire que le séjour à la maternité s’est si mal passé pour toi !
Moi aussi, j’ai eu l’impression de voir de grandes différences entre les équipes de jour / de nuit / de week-end. Globalement, le personnel était bien plus attentif et disponible de jour, j’ai trouvé. Je me souviens encore d’une puéricultrice qui s’est foutue de ma gueule ouvertement, en appelant même la petite jeune en formation et en lui répétant ce que j’avais dit pour en rire toutes les deux devant moi. Bon, ok. Trop sympa. Heureusement que je ne les ai recroisées ni l’une ni l’autre (changement d’équipe). J’ai aussi eu droit à la puéricultrice en folie qui m’a engueulée de n’avoir pas nourri ma fille la première nuit : comme pour Petit Prince, elle avait été fatiguée par l’accouchement et se reposait tranquillement. « Nan mais franchement, déjà vous êtes diabétique, et en plus, vous ne nourrissez pas votre fille ! » Elle est partie avec mon bébé sous le bras, lui a fait une piqûre et me l’a ramenée avec un énorme pansement sur le pied, en me disant : « Ah non, en fait, ça va, elle est pas en hypoglycémie. Mais bon, faudrait qu’elle tète, maintenant. »
Bref, comme toi, plusieurs moments désagréables à passer, mais aussi quelques personnes attentives, encourageantes et bienveillantes. J’ai aussi accouché à Paris, mais dans une petite maternité de niveau 2, et à la fin du séjour, j’ai rempli un questionnaire pour proposer des améliorations, et une sage-femme est venue en rediscuter avec moi. Elle s’est également assurée que j’avais un suivi à domicile de prévu en appelant directement une sage-femme libérale pour moi et en me proposant un 1er rdv : j’ai beaucoup apprécié qu’ils fassent cette liaison, parce que j’étais très stressée de rentrer à la maison.

le 29/02/2016 à 11h32 | Répondre

Étoile (voir son site)

Je vois que tu as eu ton lot de choses bizarres aussi 🙁 Moi aussi, on m’avait proposé la liaison avec une sage-femme mais j’ai gardé la sage-femme qui me suivait chaque semaine avant l’accouchement. D’ailleurs avec du recul, elle aussi ne m’a très bien conseillé ensuite pour l’allaitement. Vivement bébé 2 que je me rattrape. Cette fois, je ferai au feeling et seule, car j’aurai la chance d’avoir l’expérience et le recul 🙂 🙂

le 29/02/2016 à 21h41 | Répondre

Miss Chat

C’est horrible ton témoignage ! Qu’est-ce que c’est pour une attitude ?! QUI peut vouloir travailler dans une maternité et se comporter ainsi vis-à-vis d’une jeune maman et d’un nouveau-né ?!
J’ai accouché dans un hôpital qui a le label « Ami des bébés » de l’UNICEF, qui met en avant l’allaitement tout en respectant les souhaits des parents. Tout le personnel était prévenant et venait aider avec beaucoup de bonne volonté quand on en avait besoin. Malgré cela, le début d’allaitement a été difficile. Ma fille tétait bien, la position était bonne donc on ne m’a rien conseillé contre la douleur autre que « il faut varier les positions »… Mouais… Dans ma situation, des bouts de sein en silicone ou de vrais soins cicatrisants auraient été bien plus indiqués… Bref.

le 29/02/2016 à 12h09 | Répondre

Étoile (voir son site)

Ah… l’allaitement ! C’est mon prochain article 🙂 Je crois que déjà tous les professionnels se contredisent entre eux donc ça n’aide pas trop.

le 29/02/2016 à 21h42 | Répondre

Weena (voir son site)

Et ben, ça fait froid dans le dos un article pareil … je n’ai pas aimé mon séjour à la maternité, mais finalement, je me dit que j’ai eu de la chance …
Je me suis effectivement beaucoup sentie livrer à moi-même (heureusement que mon mari est médecin). Par contre, j’ai eu de la chance, la puéricultrice de nuit était très gentille, ce qui m’a permis de confier FeuFolet les deux premières nuits quelques heures pour me reposer … moi, ils ont carrément oublié de le flashé à J1, c’est la pédiatre qui a vu l’ictère juste au moment de sortir … résultat, consigne de le mettre souvent au soleil en plein mois de novembre, hum, hum.
Mais le plus dur, ça a été l’absence de mon mari qui travaillait le lendemain et le sur-lendemain matin … j’ai donc passé les premières heures seule, avant qu’il puisse me rejoindre avec ses parents ! Je me tâte pour faire une sortie anticipée pour le deuxième si je me remet aussi vite de l’accouchement pour ne pas passer trop de nuit toute seule ^^

le 29/02/2016 à 17h40 | Répondre

Étoile (voir son site)

Je te comprends. J’ai détesté les nuits seules à l’hôpital. Le plus gênant, ce sont les réveils. Je m’endormais à 21H en même temps que bébé, sauf qu’on venait me réveiller à minuit pour la prise de tension, température 🙁 Et en plus, il y avait parfois du bruit dans les couloirs jusqu’à 22-23H.

le 29/02/2016 à 21h44 | Répondre

Weena (voir son site)

Je ne suis pas trop génée par le bruit, mais mon fils ne voulait pas dormir, donc j’ai finis par le mettre épuisée à la nursery vers 4/5h du matin la première nuit (après 48h sans dormir) … et là paf, le service de chambre qui passe à 7h pétante !!!! La deuxième nuit, je l’ai laissé plus tôt et j’ai pu dormir 4 ou 5h le graal ^^

le 29/02/2016 à 21h48 | Répondre

Madame Irbis

Ah, le séjour à la maternité ! Je n’y ai passé que 15h (après l’accouchement, sinon, j’y étais 24h avant) et j’étais très contente de partir aussi vite !
Et je compatis pour les lunettes de protection pendant le tunnel de lumière bleue, ce fut aussi un « combat » pour nous…

le 01/03/2016 à 16h55 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?