Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Mes séjours à la maternité


Publié le 27 septembre 2017 par Melimelanie

Tu vas te moquer de moi mais j’aurai pu mettre le même titre que pour mon article sur ma menace d’accouchement prématuré : « New game, same player » tellement mon dernier séjour à la maternité a ressemblé à celui que j’avais vécu pour Petit Habitant.

Laisse moi te raconter…

L’arrivée en chambre

Après un accouchement qui s’était très bien passé je découvre donc la chambre ou je vais passer les prochains jours.

N’ayant au final presque pas eu de péridurale je suis super en forme mais surtout j’ai super faim!!! Je n’ai pas mangé depuis dimanche midi et il est bientôt 5h du matin je suis affamée.

Sauf que… le brancardier m’a laissé dans mon lit, Petit Excité dans les bras, les barrières remontées, le lit pour bébé à l’autre bout de la chambre et que je ne sais plus comment descendre ces satanés barrières…

Heureusement la sage femme de l’équipe de nuit arrive rapidement pour se présenter. Je lui saute presque dessus en lui disant que je vais me lever tout de suite avec elle pour que cette formalité soit faite et que je puisse être libre de mes mouvements.

Elle est étonnée que je sois si en forme mais je me sens extrêmement bien.

Je n’ai aucun contre coup de la péridurale (j’en avais déjà eu très peu pour Petit Habitant ça avait étonné le brancardier, je m’en souviens encore… il m’avait même dit « Hé bien vous pouvez remettre ça demain si vous crapahutez déjà comme ça ») mon bébé va super bien, je suis un peu euphorique.

Elle repart en me disant que le petit déjeuner ne devrai pas tarder et que je ne la reverrais surement pas car la relève de jour arrive bientôt.

Le début de la fin

(J’ai un truc pour les titres dramatiques je crois :-D)

Lors de mon séjour à la maternité pour Petit Habitant j’avais eu trois jours sur cinq une sage femme que j’avais « affectueusement » surnommé « sage-femme connasse ». Je sais, ça peut paraître puéril et irrespectueux mais elle avait dit d’énormes bêtises durant mon séjour et était une des raisons principales (si ce n’est la seule et unique raison) à mes nombreuses crises de pleurs dans les jours suivant la naissance de Petit Habitant.

Donc qui vois-je arriver dans ma chambre en ce premier jour! Et oui Bingo c’est bien elle.

Je mets un sourire crispée sur mon visage pendant qu’elle commence à discuter avec moi de l’accouchement et de la suite du séjour puis j’ose lui dire :

« J’ai accouché de mon fils aîné il y a 18 mois et vous vous étiez déjà occupé de moi. Vous ne vous souvenez surement pas de moi avec toutes les mamans que vous croisez mais je me rappelle de vous. » Je la vois se décomposer légèrement et juste avant de sortir de ma chambre elle revient sur ses pas et me dit « J’espère que vous n’avez pas gardé un mauvais souvenir de moi ».

Bon je ne suis pas une peste (malgré ce que certains pensent de moi) donc je l’ai rassuré en lui disant que non je n’avais pas un mauvais souvenir d’elle (un mensonge vaut parfois mieux qu’une vérité qui blesse). Et à ceux qui se demandent, oui elle a réussi à dire une connerie même lors de cette brève entrevue en me demandant si Petit Excité était un accident étant donné l’âge de son grand frère…

Puis comme raconté dans mon article sur l’allaitement les galères ont commencé. Petit Excité ne savait pas téter, je me retrouvais avec un clone de son frère jaunisse inclue.

Crédit photo : Photo personnelle

Je vois la vie en bleu

S’il y a bien quelques choses qui aura marqué mes deux séjours à la maternité c’est cette satanée lumière bleue.

Le Symbole des jaunisses de mes fils.

Ce qui m’a rappelé que même sans être estampillé prématuré ils avaient un mois d’avance, et que ce mois entraînait des inconvénients, dont la jaunisse assez forte faisait partie.

Je me suis donc retrouvée à tirer mon lait à côté de mon bébé entrain de « bronzer » attendant ma montée de lait.

Différence avec la dernière fois : cette fois ci je comptais les heures avant de voir mon grand bébé.

La deuxième rencontre s’est donc faite avec le petit frère sous les UVs. Comment rajouter de l’incompréhensible pour un bébé de 18 mois qui ne comprenait déjà pas très bien pourquoi maman était à l’hôpital, et qui était ce bébé avec elle.

La première session de lumière bleue à eu lieu le mercredi (oui tu as bien lu « première »….) forte de mon expérience avec Petit Habitant je savais donc qu’il ne fallait pas que j’espère sortir le jeudi. Je misais donc tout sur le vendredi.

Quand la blague a trop duré…

Le vendredi arrive. Tout est au vert. Ma montée de lait est là. Le poids de Petit Excité a augmenté. Tous les papiers sont fait.

Monsieur Génial arrive et je suis entrain de finaliser ma valise.

J’ai déjà eu l’aval de tout le monde pour sortir mais il faut quand même celui du pédiatre qui passera mesurer le taux de bilirubine (pour savoir ou en est la jaunisse) avant de donner son accord.

Le pédiatre arrive (il faut savoir que c’est l’interne) et nous dit qu’il donne son accord. A ce moment là j’étais au toilette et je hurle depuis la salle de bain qu’il fallait qu’il fasse le test pour la jaunisse.

Le temps de sortir de la salle de bain il est revenu avec l’appareil et fait le test. Je le vois se décomposer et il dit dans un petit rire gêné « Allez bébé on fait pas de blague… »

A ce moment j’ai déjà tout compris. Il refait le test mais la valeur n’a pas changé en 10 secondes. La jaunisse est trop forte pour qu’ils acceptent de laisser sortir Petit Excité. Il va voir avec sa titulaire mais il ne sait pas quoi me dire.

Je m’écroule, je n’en peux plus d’être à la maternité, je n’aimais déjà pas ça avant mais là avec Petit Habitant à la maison, que je n’ai vu que deux heures depuis le dimanche 16h, je suis physiquement impossible de me contrôler quand je réalise que je ne sors pas.

Je fais des aller-retour dans la chambre avec Petit Excité dans les bras. Monsieur Génial essaie de me « calmer » en me disant que ce n’est pas grave que c’est mieux qu’on sorte avec un bébé en pleine forme. Je le sais tout ça, mais sur le moment, je ne suis plus rationnelle. Je me demande si je ne peux pas juste partir en courant, là, maintenant.

Et puis la titulaire met un temps fou à arriver. Quand enfin elle arrive j’ai un peu repris mes esprits mais je refuse de les regarder (j’ai peur de réussir à les désintégrer rien qu’en les fixant étant donné mon état de colère).

Elle m’explique qu’elle a réfléchi, et qu’étant donné son premier traitement à la lumière bleue, elle accepte de façon exceptionnelle de lui faire faire une session de tunnel et de nous faire sortir dans la foulée sans les 24 a 48 h d’observation. Elle nous dit qu’on sera sorti a 17h.

Je respire, mais les larmes coulent. La pédiatre et la sage-femme commencent à me « sermonner » en me disant que c’est pour le mieux, et qu’elles ne comprennent pas pourquoi je pleure. A ce moment j’abandonne d’essayer de leur expliquer la claque que je me suis prise il y a environ 1h et je me contente de parler de Petit Habitant…

« Ha mais il est grand il est à l’école il s’en fiche que vous ne rentriez qu’à 17h ». Euh non il a 18 mois il est chez nounou et on avait prévu d’aller le chercher AVANT 17h. Bref…

Alors tu te demandes peut être pourquoi j’étais en colère. Et bien parce que entre le traitement lumière bleue de mercredi et ce fameux vendredi midi personne n’avait eu l’idée de vérifier ou en était l’état de la jaunisse de Petit Excité.

Donc, en gros, on te fait rester en observation pendant 24h mais on ne fait pas de test régulier pour voir ou en est la jaunisse. Donc quel est l’intérêt de te garder?! Pourquoi c’est moi qui ai du demander à ce qu’on vérifie ou en était mon fils? Est-ce normal d’être capable de donner son aval à une sortie sans prendre la peine de vérifier ce pour quoi on nous a gardé plus longtemps?! Bref.. (oui encore)

Le tunnel arrive pour la deuxième session de lumière bleu. Et là l’auxiliaire de puériculture règle le timer sur 6h. Il est midi, sauf espace temps différent à la maternité je ne vois pas comment je pourrais être dehors a 17h… Sans compter les pauses pour l’allaitement…

Après avoir osé demander s’ils ne s’étaient pas trompé sur le timer j’ai eu le droit à une deuxième session de sermonnage… (ils se sont quand même pointé à trois dans ma chambre) Comme quoi j’étais chanceuse d’être tombée sur cette pédiatre, que tous les autres ne m’auraient même pas autorisé à sortir ce soir, et que il fallait que je réfléchisse un peu c’était idiot de vouloir partir si c’était pour revenir dans 48h aux urgences avec un bébé en mauvaise santé.

Si tu te demandes c’est « sage femme connasse » qui parlait. J’en ai conclu qu’elle n’avait pas changé en 18 mois et j’ai le plus possible évité l’équipe médical jusqu’à la fin du traitement en lumière bleue (sous peine de risquer la condamnation pour meurtre).

Je suis partie, comme une voleuse, dès le timer fini, le plus vite possible avec mon bébé sous le bras, mon mari et mon fils aîné.

Crédit photo : Photo personnelle

Ouf! Notre vie allait enfin pouvoir commencer. On était vendredi 02 juin, 19h30 et je retrouvais enfin mon appartement, mes deux bébés, mon mari et mon lit!

 

J’aurai, cette fois encore, passé cinq jours à la maternité. Cinq jours qui m’ont paru une éternité.

 

Et toi? Comment as-tu vécu tes séjours à la maternité? Tu as trouvé qu’on avait tendance à ne pas du tout aider les parents? Tu t’es senti infantilisé? Au contraire tu as adoré et tu étais triste de partir? Viens nous raconter!

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

27   Commentaires Laisser un commentaire ?

Doupiou

Hey ! moi aussi j’ai eu droit à la sage-femme connasse ! En plus c’est marrant je l’appelais la connasse aussi ! Elle était vraiment odieuse et pourtant c’était une jeune femme donc pas la vieille aigrie.
Voilà pour le commentaire utile…

le 27/09/2017 à 09h06 | Répondre

Melimelanie

XD XD! Ca me rassure de ne pas être la seule à être tombée sur ce genre de professionnels qui ont l’air d’oublier complètement le tsunami qu’on est entrain de vivre!

le 27/09/2017 à 09h54 | Répondre

gwen

Je suis resté 10 jours dans une maternité ou je n’ai pas choisi d’accoucher (j’ai accouché ailleurs mais ils n’avaient pas de service de néonat, j’ai était transféré pour suivre mon fils), et même si c’était très long je n’aurais pas voulu sortir avant que je sache que tout aille bien pour mon bébé. Je suis d’accord avec la sage-femme qui t’a dit « qu’il fallait que tu réfléchisse un peu c’était idiot de vouloir partir si c’était pour revenir dans 48h aux urgences avec un bébé en mauvaise santé ». 5 jours ce n’est pas grand chose et je ne comprend pas que la santé de ton fils ne passe pas avant. Ce n’est que mon avis biensür

le 27/09/2017 à 09h40 | Répondre

Melimelanie

Tu attends que je te félicite d’avoir tenu 10 jours?

Alors clairement tu n’as pas du lire mon article (ou juste le survoler) car justement c’est moi qui ai insisté pour qu’on vérifie que mon fils aille bien avant de m’autoriser à sortir.

Ce que je reproche à l’équipe c’est la façon dont ça s’est passé. De m’avoir dit pendant 5 h que je sortais de tout préparer de me dire de faire mon sac et qu’ils allaient avoir besoin de la chambre pour , sur ma demande, se rendre compte en urgence que je ne pouvais pas sortir.

Ce que je reproche à l’équipe c’est qu’après m’avoir mis une claque monumentale avoir essayé me mettre la pression et me faire passer pour une mauvaise mère parce que j’avais écouté ce qu’on m’avait dit et que je m’étonnais que le protocole mis en place diffère avec ce que l’on m’avait annoncé.

Alors avant de venir commenter des articles avec un ton suffisant, et un jugement a peine caché, il serait intéressant de se rappeler que la bienveillance est toujours la meilleure attitude ( et de vraiment lire les articles sans les survoler…) Ce n’est que mon avis bien sur…

le 27/09/2017 à 10h00 | Répondre

Gwen

Un ton suffisant et un jugement à peine caché ahahahah il serait bien de lire les commentaires sans forcément le prendre mal ma petite dame!
J’ai bien lu ton article en entier et ce que j’en ai retenu c’est « je suis pressé de rentrer chez moi pour retrouver mon ainé, mon appart, mon mari et mes pantoufles! » C’est bien pour ça que tu t’es « sauvé comme une voleuse de la maternité ».
Bref parfois on ne peut pas donner son avis au risque de passer pour une méchante.
PS : non tu n’es pas obligé de me féliciter pour les 10 jours à la maternité, je te donnais juste mon vécu 😛

le 27/09/2017 à 12h54 | Répondre

Camille

http://www.dans-ma-tribu.fr/charte-des-commentaires/ (J’attire l’attention sur « de manière constructive avec respect et bienveillance ». Dans Ma Tribu est un blog où il fait a priori bon écrire et commenter, et c’est important qu’il le reste ! Merci 🙂 )

le 27/09/2017 à 13h23 | Répondre

Melimelanie

« Ma petite dame, ma bonne dame, s’emploient familièrement avec souvent une nuance de condescendance pour s’adresser à une femme. » Larousse
http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/dame/21565/locution?q=petite

De rien.

le 27/09/2017 à 14h10 | Répondre

Gwen

« Ma petite dame » passait mieux que le surnom que tu a donné à ta sage-femme 😉

le 27/09/2017 à 14h32 |

Stéphanie

Même sage-femme connasse à 3 ans et demi d’écart, je l’ai reconnu tout de suite. Premier séjour j’étais en plein baby blues et elle m’engueulait (ce qui me faisait pleurer). Deuxième séjour, je ne l’ai vu que le dernier jour et elle m’a fait monté les larmes aux yeux en me disant que d’après elle je ne sortirai pas aujourd’hui car mon fils n’avait pas repris son poids de naissance, alors qu’il avait perdu moins de 10% de son poids. Ça m’a stressé jusqu’à l’arrivée du pédiatre 2 heures plus tard, qui m’a fait sortir dans la foulée sans problème comme d’autres me l’avant fait comprendre.

le 27/09/2017 à 09h43 | Répondre

Melimelanie

Purée mais c’est fou quand même!
Et qu’est-ce que certains visages peuvent nous marquer!!
J’ai trouvé plus facile ce séjour car j’étais plus sur de moi mais en y repensant j’ai encore eu le droit à des réflexions vraiment pas faciles…

le 27/09/2017 à 10h04 | Répondre

Sarah

J’ai accouché dans un hôpital privé à l’étranger – là-bas on ne reste que 24h à la maternité (si accouchement par voie basse). Le personnel était sympa mais si au départ je voulais prolonger mon séjour d’une nuit (c’est possible si tu payes), j’ai vite changé d’avis ! Là-bas il n’y a pas d’heure limite pour les visites, c’est-à-dire que si tante Simone décide de débarquer à minuit, c’est no soucy! Les visiteurs de la nana dans la chambre d’à coté ont fait un max de bruit dans le couloir jusqu’à plus de 23h, et quand j’ai demandé à l’infirmière si elle pouvait leur demander de se calmer, elle m’a répondu que c’était normal qu’ils fassent la fête et qu’elle ne voyait pas en quoi c’était un problème. J’ai accouché à 4h15 du mat, et le lendemain à midi je sortais. D’un coté j’étais plutôt contente de rentrer chez moi; de l’autre j’aurais voulu plus de suivi médical pour les suites de l’accouchement (je me suis retrouvée aux urgences qqes jours après pour une méga crise d’hémorroïde qui aurait pu être bcp plus soft si détectée à temps)

le 27/09/2017 à 10h36 | Répondre

Melimelanie

Les visites a 23h mon dieu…
Déjà que a la maternité je ne dors pas. Ils avaient toujours le chic pour venir pile poil quand je pouvais dormir alors si en plus les visites durent même la nuit ça devient de la torture par privation de sommeil 😀

Pour la méga crise d’hémorroïdes je compatis mais vu le suivi je ne suis pas sûr que ça aurai changé grand chose pour toi de rester plus longtemps à la maternité. Enfin dans la mienne en tout cas. Ils ont confondu les suites de ma première épisiotomie ratée avec une hémorroïde mais pour autant ne m’ont pas donné de traitement (et au final vu que ce n’était pas ça c’est mieux 😉 )

le 27/09/2017 à 14h16 | Répondre

Sarah

Arf comme quoi… N’ayant jamais eu d’hémorroïdes avant, je pensais que la douleur venait de l’épisio. J’ai eu un accouchement assez facile, mais alors les suites ont été hard.

le 27/09/2017 à 15h01 | Répondre

Charlene

Coucou
Ma s.g.c allait fumer pendant ses pauses et revenait examiner ma fille de tres tres près avec son haleine de chacal. En plus d’être odieuse. Du style : « j’aurais jamais imaginé que vous ayez un aîné vu comment vous vous y prenez, c’est étonnant qu’elle soit Toujours en vie ! » J’ai été le signaler au chef de service. Et par contre j’avais retrouvé une adorable femme de ménage qui m’avait plus aidé que cette sage femme. Je l’ai signalé aussi 🙂

le 27/09/2017 à 10h53 | Répondre

Melimelanie

Non mais elle a osé dire ça?! Mais c’est pas possible!! A côté la mienne est presque soft (elle s’était pointé dans ma chambre un matin de ma première hospitalisation avec 3 autres personnes inconnues au bataillon et sans même un bonjour m’avais dit « Alors comme ça vous êtes dépressive! ». Euh… non mais si je l’étais vous auriez aidé à me replonger en dépression!)
Ma mère voulait effectivement faire des signalements mais au final moi j’avais juste envie de rentrer et d’être tranquille chez moi.

le 27/09/2017 à 14h19 | Répondre

Ida

Pas de sage-femme connasse ici mais puéricultrice connasse !! A chaque fois qu’elle passait elle disait « Mais il est encore au sein celui-là ?! » et me disait d’espacer les tétées de 3h. Je disais « oui oui » comme je ne voulais pas me disputer avec elle (trop sensible je pleurais à la moindre remarque), mais continuais d’allaiter à la demande. Elle vient aussi constamment pour me dire de moins habiller bébé mais à cause d’une clim trop forte (alors qu’on ne faisait que la baisser tout le temps) et un courant d’air dans la chambre il a trop froid ! Pfffff j’ai essayé de lui mettre des vêtements moins chauds mais je ne vais pas lui laisser avoir froid quand-même ! Surtout que les bébés utilisent bcp d’énergie pour se réchauffer au point de moins bien prendre du poids à cause de ça !

Le plus comique c’est qu’après un atelier de portage en écharpe je retrouve une femme rencontrée lors des cours de préparation à l’accouchement. Elle est hyper sensible. Elle avait pleuré lors des cours et pleure encore après l’atelier (aucun jugement là-dessus, j’étais aussi au bord des larmes pour tout et rien). On a finit par parler d’allaitement, j’ai accouché 24h avant elle et avait eu ma montée de lait la veille et elle toujours rien. J’essaye de la rassurer, lui dis comment j’ai fait (tétée à la demande, toutes les heures voir plus souvent, même la nuit, tisanes d’allaitement etc). La puéricultrice connasse rentre dans la salle et je suis hyper étonnée de voir qu’elles sont très complices ! :0 Je ne comprends pas, la puéricultrice n’est vraiment pas sympa et te prend du haut pour le moindre truc… J’espère qu’elle n’a pas suivi les conseils de la puéricultrice pour l’allaitement ou il y a des chances qu’elle a déjà arrêté 🙁

J’ai failli oublier, le jour de la sortie je suis toujours dans la chambre à 17h. J’ai attendu le passage de mon gynéco toute la journée, il devait quand-même valider ma sortie ! Il n’est passé qu’à 15h30. Du coup je n’ai pas osé prendre ma douche avant de peur de rater son passage. Je prends donc ma douche juste après qu’il soit venu, ensuite je dois aller chercher des ordonnances à son bureau et un autre spécialiste avant de sortir de la maternité. J’attends presque 1h dans la salle d’attente du premier spécialiste pour avoir les ordonnances. Ensuite mon copain m’appelle car bébé doit avoir faim, il est inconsolable. Je reviens donc à la chambre pour lui donner le sein. C’est à ce moment-là que passe la puéricultrice pour me dire qu’il serait peut-être temps de libérer la chambre, que ce n’est pas un hôtel et que d’autres patientes vont arriver et rajouter au passage « mais il est encore au sein celui-là ?! » Ben si je n’avais pas dû attendre le gynéco toute la journée et ensuite passer à leurs bureaux pour avoir les ordonnances on n’en serait pas là ! Ça aurait été tellement plus rapide qu’ils me fassent les ordonnances lorsqu’ils étaient dans ma chambre directement ! Surtout qu’avec une épisio et un gros hématome j’arrivais à peine de marcher donc ça n’allait pas vite pour aller à leurs bureaux (avec l’ascenseur en panne de plus est !!) Pfffff à part elle mon séjour en maternité était super et le reste du personnel aussi 🙂

le 27/09/2017 à 10h57 | Répondre

Melimelanie

C’est un peu ça oui. On attend on attend on attend et quand ils nous disent c’est bon on devrait être parti dans les cinq minutes!
Ils m’avaient fait le coup pour ma première hospitalisation « bon on vous a dire que vous pouviez partir pourquoi vous êtes encore là? – j’attends mon mari… – Bon vous serez parti avant midi au moins? « …

Et pour le coup des mauvais conseils sur l’allaitement j’ai arrêtée de les compter…

le 27/09/2017 à 14h22 | Répondre

Claire (voir son site)

Oh punaise, vraiment pas de bol. C’est sûr qui faut que tu t’arrêtes à 2 enfants 😂.
Entre ta grossesse et les suite de couches t’es bien gâtée. Et puis la probabilité de tomber sur la même sage femme. C’est ton karma ou quoi, tu les attire!
Enfin, maintenant c’est terminé. Tes deux fils vont bien et c’est bien l principal on va dire hein 😉

le 27/09/2017 à 14h02 | Répondre

Melimelanie

Ouais on est bien d’accord je m’arrête là 😀

En plus j’étais même pas dans le même service que la dernière fois ( pour petit habitant j’étais en néonat et pas cette fois) et pourtant je retombe sur elle (et encore 2 jours sur 5 quoi…)

Honnêtement j’ai du égorger des bébés chatons dans une autre vie parce que je pourrais te raconter une tonne de situations de merde qui me tombent dessus sans que je demande quoi que ce soit (au travail par exemple… une vraie madame poisse jusqu’à maintenant)

Mais tu conclus bien! Le principal c’est que mes bébés aillent bien et c’est tout ce qui compte pour moi!

le 27/09/2017 à 14h26 | Répondre

Madame Bobette (voir son site)

C’est marrant, mais je crois que la sage femme connasse, c’est automatique en suite de couche ^^
Pas simple ce séjour à la maternité et surtout cette sortie… Et c’est vrai que j’ai du mal à comprendre comment ils ont pu oublier de vérifier la bilirubine… Tess n’avait pas de jaunisse mais a été flashée tous les jours pendant 5 jour!! J’aurais eu du mal à rester calme également. J’espère que tu viendras bientôt nous parler de ton retour à la maison 🙂

le 27/09/2017 à 15h10 | Répondre

Melimelanie

Automatique je ne pense pas (et je n’espère pas ou notre système de santé est encore plus en crise que je ne le pensais…) mais a l’air malheureusement assez fréquent. Le pire c’est que je ne les blâme même pas. Je pense que c’est le système qui les rends comme ça…

Et comme tu dis j’ai été quand même assez furieuse que ça soit à moi a 11h de réclamer le test pour mesurer le taux de bilirubine. Et je pense que c’est bien ça qui m’énerve le plus dans cette situation.Que derrière on ai en plus essayé de me faire passer pour une mauvaise mère alors que 3 heures auparavant on voulait me laisser sortir avec un bébé qui avait besoin de rester hospitalisé.

le 28/09/2017 à 09h18 | Répondre

Emilie

Alors autant j’ai détesté l’accouchement autant j’ai adoré mon séjour en suites de couches. Du personnel attentif, discret, délicat, pas envahissant. Les repas qui arrivent tout seul… Sincèrement je me suis crue en vacances au point de décliner la proposition de sortie anticipée 😄
Je précise qu’ il s’agissait d’un grand hôpital public. Ce séjour fût d’une grande douceur et m’a offert des débuts magiques avec mon Lutin.

le 27/09/2017 à 17h52 | Répondre

Melimelanie

Et heureusement que ça se passe comme ça pour la majorité (enfin je l’espère que ton expérience est bien la majorité et la mienne la minorité et non l’inverse…)

Ici j’étais dans la maternité publique de niveau 3 de la région. Qui a malheureusement beaucoup trop de travail et les moyens ne suivent pas forcément. Mais la maternité de niveau 1 juste à côté et qui dépend du même CHU n’a pas du tout la même réputation et est beaucoup plus dans le coocooning!

le 28/09/2017 à 09h22 | Répondre

Mlle Mora

C’était vraiment pas de bol de retomber sur la même sage-femme ! J’adore sa remarque sur le fait qu’elle espère que t’avais pas gardé un mauvais souvenir d’elle… elle sait qu’elle n’est pas dans l’empathie et ça lui va très bien de ne jamais revoir ses patientes (un peu comme les restau pour touristes si tu me permets la comparaison !!)

le 27/09/2017 à 17h58 | Répondre

Melimelanie

Oui avec la capacité assez importante de ma maternité retomber sur elle 18 mois après c’est quand même une énorme coïncidence pas de bol!

Et effectivement à sa façon de revenir sur ses pas au dernier moment pour me poser la question sous cette forme là (par le côté négatif et non par le côté positif) prouve qu’elle doit être consciente de sa façon de faire….

le 28/09/2017 à 09h25 | Répondre

Folie douce

Ma pauvre tu n’as vraiment pas eu de chance par rapport au personnel médical ! Je suis choquée de ce qu’on a osé te dire! En plus une sage-femme et un pédiatre qui n’ont pas l’air d’être au courant que après un accouchement une femme peut pleurer facilement….ils ont eu leur diplôme où ? Mais ce n’est pas une obligations de tomber sur ce genre de personne. J’ai accouché dans un hôpital public et j’étais très contente du personnel que ce soit en salle de naissance ou pour mon séjour en maternité (mais j’étais impatiente de rentrer chez moi quand même). Par contre je trouve ça dommage que tu n’aies pas « profité » qu’elle te pose la question pour dire la vérité à la sage-femme même si je comprends que dans un moment comme ça tu n’avais pas envie de ce genre de discussion.

le 27/09/2017 à 21h55 | Répondre

Melimelanie

Je pense réellement que comme tu le dis a ce moment elles devaient très bien savoir pourquoi je m’étais mise à pleurer. Alors perdre du temps à leur expliquer ce qu’elles savaient déjà et qu’elles essayaient de « masquer » c’était perdre du temps.

Tout comme je ne suis pas dupe de la « gentillesse » que la pédiatre m’a octroyée en me laissant sortir juste après. Je pense que c’est surtout parce qu’ils se sont rendu compte de leur connerie. Ils étaient limite à me mettre dehors et à me demander pourquoi j’étais encore dans la chambre pour au final devoir me garder plus longtemps après que je leur ai demandé de faire leur travail correctement avant de vouloir me pousser dehors. Globalement ils n’étaient pas tout blanc donc pas ultra a l’aise (c’est pour ça qu’ils se sont d’ailleurs pointés à 3 dans la chambre quand j’ai commencé à poser des questions. Quand tu es en tort vient en force si tu n’as pas d’arguments c’est bien connu)

Sinon je suis contente de savoir qu’ailleurs les expériences se passent très bien! Mieux vaut que la poisse ne touche que moi ;-p

le 28/09/2017 à 09h33 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?