Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Mon accouchement gémellaire


Publié le 25 avril 2018 par Two Love

Lors de mon dernier article, je t’avais laissé alors que j’étais à 35SA, c’était un mercredi.

Le vendredi et le samedi, j’ai des douleurs étranges au niveau du pubis, à gauche. Ce ne sont pas des contractions, ça dure 20min environs et ça fait un mal de chien, je sens que quelque chose se passe. J’ai rdv lundi à la maternité, j’en parlerai à la sage-femme.

Cette douleur me réveille à 5h du matin la nuit de samedi à dimanche, je souffre énormément. Je me dis que dans la matinée, on montera avec mon mari à la maternité pour vérifier que tout va bien, cette douleur commence à être trop présente et ça m’inquiète quand même. Je réussis à me rendormir et à 7h, je me réveille, je sens qu’un liquide chaud commence à couler  , je me lève en catastrophe et là, c’est l’explosion, je me vide complètement , j’ai perdu les eaux et en plus le liquide est un peu rouge. Je panique complètement, j’ai peur de la rupture utérine, j’ai peur pour mes bébés ! Il y en a plein la chambre, on se croirait dans un épisode de Dexter.

Mon mari me rassure et appelle la maternité, ils nous attendent.

Ma valise n’est pas finie, je pensais tellement avoir le temps. Je cherche mes papiers rapidement et j’attrape la valise des bébés. Heureusement, elle était faite, je rajoute quand même tout mon stock de vêtements naissance et j’enlève le 1 mois, on ne devrait pas en avoir besoin. Ma belle-mère arrive et nous voilà partis.

Je ne suis pas prête à accoucher, je pensais tellement avoir le temps, je suis un peu perturbée par les évènements. D’ailleurs, notre fille n’a toujours pas de prénom et on va devoir se décider dans la précipitation, ce que je ne voulais pas. Chéri, lui, est serein, comme à son habitude !

crédit photo: Parentingupstream

On arrive à la maternité, les sage-femmes nous attendent, on nous installe dans une salle de travail.

L’une d’elle nous confirme que j’ai bien rompu une poche (sans blague !) et que la naissance, c’est pour aujourd’hui, mais on ne sait pas encore comment, on attend la décision du médecin. Elle nous rassure en nous expliquant que le sang dans le liquide, c’est parce que le col a saigné et que tout va bien pour tout le monde. Le monito indique que les petits vont bien et que j’ai des contractions, 3 toutes les 10min que je ne sens pas, je commence à rêver à un accouchement sans péridurale surtout que mon col est ouvert à 1 cm et que le travail est lancé!!

Chéri est toujours serein, il envoie des messages pour expliquer à nos proches qu’on est à la maternité.

L’interne arrive pour faire une écho, notre fille a toujours la tête en haut et notre fils, la tête en bas. Elle nous explique que la douleur intense ressentie est la tête de notre fils qui appuie, rien de grave. Je suis persuadée que c’est comme ça qu’il a rompu sa poche  (j’apprendrais plus tard que c’est en fait ma fille qui a rompu sa poche).

La gynéco de garde arrive et brise mon rêve, ça sera une césarienne. Elle me dit que comme notre fille est en siège et que je n’ai pas eu de radio du bassin, on ne sait pas si le passage est possible, même si elle va être de petit poids. Surtout qu’il va sûrement falloir faire une grande extraction ( aller la chercher et la retourner), et ils n’aiment pas faire ça sur un utérus cicatriciel.

Bref, je suis déçue et toutes mes craintes reviennent, la douleur, la difficulté à me sentir mère et le temps que j’ai mis à m’attacher…

Je demande quand même si mon mari peut y assister, elle se renseigne auprès de l’anesthésiste de garde mais elle me laisse peu d’espoir.

On nous installe dans ma chambre en attendant de me descendre, une césarienne est en cours, je suis la prochaine, il y a apparemment beaucoup de naissance aujourd’hui dans cette maternité.

On me pose la sonde urinaire, là, dans ma chambre. Je pensais que ça se faisait au bloc, une fois la rachi posée, mais apparemment, pas dans cette maternité ! Je suis déçue, je demande à mon mari de ne pas regarder . ça fait mal et je sens ce tuyau qui est incroyablement gênant,j’ai juste envie de l’arracher !!

Elle continue en me rasant, toujours sur mon lit d’hôpital et nous annonce que chéri ne pourra pas assister à la césarienne. Grosse déception, je vais vivre ça seule, je vais les découvrir de mon côté et mon mari du sien . Il ne pourra pas me rassurer, me serrer la main fort si j’ai peur… je vais mettre au monde nos bébés toute seule.

Lui, il n’est pas déçu, il me dit que ce n’est qu’une question de temps et que nous serons bien vite réunis (mon mari et son pragmatisme !).

Je descends au bloc, c’est une équipe entièrement féminime qui va m’accompagner. J’aime bien cette idée, que seules des femmes vont être présentes pour mon accouchement, un peu comme avant.

Le personnel est vraiment très à l’écoute, elles me parlent, me rassurent, plaisantent. Elles sont toutes maman et je pense qu’elles comprennent ce que je ressens. L’une d’elles à même eu des jumeaux. J’ai bien évidemment droit aux éternelles questions : c’est des vrais ?c’est naturel ? Et toujours la même surprise quand je raconte que mon mari et moi, nous avons tous les 2 une jumelle !

L’infirmière qui reste de mon côté est géniale, elle me parle d’une voix douce et m’explique ce qui se passe de l’autre côté du drap. La seule qui ne parle pas trop, c’est la gynéco et j’ai su plus tard pourquoi (j’en parle à la fin de l’article, si tu à tendance à être angoissée, ne le lis pas.)

A 11h52, on m’incise. C’est un peu plus long pour atteindre l’utérus car il y a des adhérences causées par ma césarienne. C’est aussi pour ça qu’ils n’aiment pas pratiquer plus de 4 césas sur une maman (ok, ok, je m’arrête à 2 de toute façon !)

A 12h01, Notre fils est né, on me dit qu’il est costaud, ça me rassure un peu… on le pose brièvement sur moi. Il pleure, il ne semble pas si petit que ça finalement pour un bébé prématuré et je pleure aussi. De joie, de peur… La sage-femme repart avec lui et à 12h03, c’est au tour de notre fille . Elle semble minuscule, je cherche des ressemblances mais je n’en trouve pas. On fait un bref câlin et elle part aussi, voir la pédiatre.

Quelques minutes plus tard, on les ramène pour un 1e câlin à 3, ils sont en pleine forme, comme si ils étaient nés à terme. Je trouve ça incroyable, j’ai mis au monde 2 bébés, ils sont là et ils vont bien. Le câlin ne dure pas trop parce que mon fils  gémit, on m’explique à ce moment là qu’il a froid.On finit la césarienne et je pars en salle de réveil, chéri me retrouve. Je ne me souviens pas de ce qu’on s’est dit, ça me paraissait tellement surréaliste que nos bébés soient nés, j’avais peine à y croire, tout a été trop vite finalement, je n’ai pas eu le temps de réaliser pleinement ce qui venait de se passer.

La puéricultrice vient chercher chéri parce que notre fils  gémit toujours, elle pense que du peau à peau lui ferait du bien. Je les imagine tous les 2, partageant ce moment et je suis béate, heureuse !

Avec du recul, je suis contente d’avoir eu une césarienne. Mes enfants étant prématurés, ils ont eu besoin d’un petit coup de pouce après la naissance. Je me dis que si ils avaient dû subir des contractions et un accouchement par voie basse, ils auraient peut-être eu plus de difficultés. J’ai eu une équipe au top, qui m’a entouré, chouchouté et les suites de couches ont été bien plus faciles que pour ma 1e césarienne. Je n’ai absolument aucun regret, j’en garde un excellent souvenir.

PS : j’ai connu plus tard la raison de ma césarienne. Le jour où j’ai accouché, une maman a mis au monde un bébé de 600g, elle était à 25SA, elle ne le sentait plus bougé et ils l’ont césarisé en urgence.Le bébé n’a vécu qu’une semaine. La gynéco a été très touché par cela et a préféré ne pas prendre de risque avec moi, elle voulait une maman en pleine santé entourée de ses bébés.


Guide accouchement

Commentaires

17   Commentaires Laisser un commentaire ?

la comtesse Bleue (voir son site)

Merci pour ce récit, je t’avoue que je connais peu de maman ayant accouché de jumeaux et je demandais ce qui changeait vraiment lors d’un accouchement gémellaire.
C’est vraiment chouette que tes petits aient été en bonne santé pour leur terme. D’ailleurs il me vient une question à laquelle tu auras peut-être la réponse, comme il est (il me semble) courant que les jumeaux naissent un peu avant terme, est-ce qu’ils ne bénéficieraient pas d’un petit coup de pouce de la nature qui, sachant qu’un ventre de maman n’est pas extensible à l’infini et qu’ils ont toutes les chances de devoir arriver un peu plus tôt, leur confère un développement in utero adapté ?

le 25/04/2018 à 09h53 | Répondre

Two Love

Mon ventre n’était effectivement pas extensible, ce qui a crée la rupture d’une des poches des eaux.
Je ne crois pas que la nature aide vraiment les jumeaux, en tout cas, pas les miens.
Mon fils gémissait parce qu’il avait avalé du liquide amniotique provoquant une détresse respiratoire. Il est parti en réa 2h après la naissance. Ma fille ne savait pas bien téter, elle ne digérait pas bien, elle est donc partie en néonat le lendemain. ( mais ça fera l’objet d’un autre billet).
Mais je crois que le fait d’être 2 fait qu’ils sont plus forts pour se battre et rattraper le retard qu’ils peuvent avoir.

le 25/04/2018 à 10h39 | Répondre

La Comtesse Bleue (voir son site)

Oh zut les pauvres… heureusement que je sais qu’ils vont bien maintenant ! J’espere que tu n’as pas mal pris ma question 🙂 en fait les rares jumeaux que je connais sont nés avant terme mais en meilleure forme que les bébés « seul » au même terme, c’est pour ça que je m’interrogeais. J’espere Que la séparation n’a pas été trop longue ensuite (mais j’attendrai sagement la suite pour le savoir 😀 )

le 27/04/2018 à 19h05 | Répondre

Nala

Merci pour ton témoignage 🙂

Je n’ai pas accouché de jumeaux, mais 2 grossesses et 2 césariennes pour moi aussi. Je me retrouve un peu dans tes mots du début de ton récit, par rapport à ce sentiment d’échec de ne pas pouvoir donner naturellement la vie… Comme toi, a posteriori j’ai malgré tout mieux vécu ma seconde césarienne qui m’a plus ou moins réconciliée avec cette intervention 🙂 Les regrets se sont envolés dès que j’ai su que la vie de ma fille avait été sauvée grâce à elle !
Elle a 6 ans aujourd’hui d’ailleurs, ça me fait tout drôle de lire un article sur la césarienne à cette date-là 😉 Tellement de souvenirs qui reviennent en mémoire…

le 25/04/2018 à 10h03 | Répondre

Two Love

Bon anniversaire à ta fille alors!
Et merci pour ton commentaire, je suis moi aussi en paix avec mes césariennes maintenant!

le 25/04/2018 à 10h40 | Répondre

Doupiou

Pas cool le coup de la sonde urinaire sans anesthésie ! Pour mes 2 césariennes elle m’a été posée après la péridurale!
Mon mari non plus n’a pas pu être présent pendant mes accouchements et meme si j’étais très déçue sur le coup, c’était plutôt une bonne chose car il y a eu des complications au bloc.
Par contre j’ai eu des équipes assez masculines pour les deux fois !

le 25/04/2018 à 10h21 | Répondre

Two Love

Pour mon aîné, j’avais eu la sonde après la pose de la rachi, au bloc et c’était bien mieux!!
Là, la SF m’a dit que les anesthésistes ne voulaient pas s’embêter, donc ils la posent dans la chambre!!

le 25/04/2018 à 10h42 | Répondre

Mélinda

Ton récit m’émeut… C’est une jolie naissance pour tes deux petits bouts.

le 25/04/2018 à 10h35 | Répondre

Two Love

merci!! ça me fait tout drôle aussi de me replonger dans ses souvenirs!

le 25/04/2018 à 10h42 | Répondre

WorkingMutti (voir son site)

J’ai aussi accouché par césarienne pour mes jumeaux par précaution. J’ai tenté la voie basse pour mon troisième et ça a failli se finir en catastrophe. Donc rationnellement aucun regrets. Mais j’aurai toujours aussi cette amertume au fond d’avoir un corps incapable de donner la vie normalement.

Et ici aussi la seconde césarienne a été plus facile au niveau des suites que la première !

Bonne chance pour ce tsunami qui vient d’arriver dans vos vies 🙂

le 25/04/2018 à 10h39 | Répondre

Two Love

Je suis en retard dans mes chroniques et le tsunami est effectivement bien là, surtout depuis qu’ils marchent et découvrent le monde ( enfin surtout la maison, les placards, les toilettes…)
Mais je suis une maman comblée!

le 26/04/2018 à 11h09 | Répondre

Madame Bobette (voir son site)

Pfiou, j’ai les larmes aux yeux en te lisant. Ca me rappelle beaucoup ma césarienne même si finalement elle était très différente (j’en parle sur mon blog).
De mon côté, le papa avait pu être là et heureusement, je crois que je me serais effondrée de devoir le vivre seule. J’ai aussi eu ma puce en peau à peau en césarienne et en salle de réveil mais elle était à terme donc ça a du être plus simple pour la température.
Mais ce que je retiens comme toi, c’est que tout est allé trop vite. Je n’allais pas à la maternité pour accoucher et puis finalement, 12h après déclenchée et avant même que les contractions arrivent, césarisée. Je ne m’attendais pas à ça et c’est ce que j’ai eu le plus de mal à vivre même si avec le recul, je sais que c’est ce qu’il y avait de mieux.
Félicitations pour tes jumeaux!

le 25/04/2018 à 11h02 | Répondre

Two Love

Merci pour ton commentaire 🙂

le 26/04/2018 à 12h42 | Répondre

Justine

Encore une fois, un article qui arrive pile au bon moment par rapport à mon vécu. La notion de ne pas être prête me parle beaucoup au vu des événements des derniers jours. On y est pas encore, donc j’ai probablement encore du temps, mais que ce sentiment est tenace… comme si au moment où je commençais à peine à me faire à la gémellité, il fallait que je me fasse encore plus vite à leur arrivée concrète qui pourrait être encore plus en avance que l’avance « prévue ».

le 25/04/2018 à 12h45 | Répondre

Two Love

De toute façon, je crois qu’on n’est jamais vraiment prête à l’arrivée d’un enfant, et encore moins de 2.
On ne sait pas comment on va vivre ce chamboulement, ce qu’on va ressentir et comment on va arriver à apprivoiser ce(s) bébé(s).
Mais je crois qu’on y arrive toujours, il faut juste accepter que parfois, on a besoin de plus de temps pour s’adapter à cette nouvelle vie!
Et je sais que tu y arriveras!

le 26/04/2018 à 11h01 | Répondre

Maïa

Bonjour,
Super récit qui me replonge dans l’accouchement de mes deux bébés nés… Il y a 14 jours ! Je trouve très inhumain que la sonde urinaire t’ait été posé sans anesthésie et assez violent le fait que le papa n’ait pas pu assister à la césarienne…
Dans mon cas, césarienne également, avec le papa à côté de moi, qui a suivi nos jumeaux et fait le peau à peau pendant une heure trente, le temps que je puisse les rejoindre.
En revanche, concernant la césarienne, je trouve que le personnel médical en général ne donne pas suffisamment d’information sur ce qu’elle est réellement et ce qu’elle implique par la suite. J’ai fait un malaise au bloc après la pose de la rachi où j’ai eu l’impression d’étouffer, à cause d’une hypotension, et j’en garde un souvenir assez traumatisant. Par ailleurs, je ne m’attendais pas à de telles douleurs les jours qui suivent (l’impression de ne pas pouvoir me lever, marcher et donc m’occuper entièrement de mes enfants), la peur d’aller au toilette et la fatigue post-opératoire. J’ai l’impression que la césarienne dans l’esprit de beaucoup donne encore l’image d’un accouchement « confort ». Je trouve ça dommage car ça me semble bien peu le cas…En revanche, le point extrêmement positif que j’en retiens dans mon cas, c’est que mes bébés sont arrivés sans souffrance et en pleine forme jusqu’à moi, et ça, ça n’a pas de prix…!
Bonne soirée à toi, j’attends la suite avec impatience 😉!

le 25/04/2018 à 20h36 | Répondre

Two Love

Je suis d’accord avec toi, on ne nous explique pas vraiment les suites d’une césa.
Pour mon aîné, j’ai beaucoup souffert, j’avais du mal à me lever ( je marchais courber, en me tenant le ventre), j’ai mis du temps à pouvoir vraiment m’occuper de lui.
D’où mon immense crainte d’avoir une césa pour les jumeaux parce qu’il y avait 2 bébés à s’occuper et mon grand garçon aussi.
Mais finalement, j’ai été très vite sur pied, je n’ai presque pas eu mal et j’ai pu m’occuper des jumeaux bien plus facilement que ce que j’avais pu imaginé.
Je ne sais pas si c’est parce que j’avais besoin d’être en forme parce qu’ils étaient en néonat et avaient besoin de moi ou parce que c’est une 2e. Bref, j’en garde un bien meilleur souvenir et comme toi, je n’ai aucun regret parce que mes bébés auraient sans doute bien plus souffert d’un accouchement par voie basse.
Je te souhaite bcp de bonheur avec tes jumeaux, tu vas voir, c’est magique!

le 26/04/2018 à 11h08 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?