Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Mon super accouchement par césarienne


Publié le 2 mars 2016 par Chacha d'avril

Ma césarienne est imminente ! Nous sommes la veille du grand jour !

Je dois me présenter aux admissions à 15h. Mon mari ne pouvant pas être là, ce sont mes beaux-parents qui nous accompagnent, mes trois valises (oui, trois : une pour moi, une pour les vêtements du bébé et une pour les produits d’hygiène, couches, etc.) et moi. Passons sur les histoires administratives, pas très intéressantes…

J’arrive dans ma chambre, et j’entends des bébés pleurer dans les autres chambres du couloir. Bientôt, j’entendrai le mien (petit sourire).

Accouchement par césarienne

Crédits photo (creative commons) : Lars Plougmann

Je m’installe, sors mes affaires… Bah oui, j’ai le temps : toute l’après-midi et la soirée. Heureusement, Belle-maman reste avec moi l’après-midi pour papoter, sinon je m’ennuierais bien.

Pendant cette après-midi, on me fait un monitoring, le premier de ma vie. Je n’apprécie pas vraiment, surtout que je dois me mettre sur le côté pendant quinze minutes…

Après le travail, mon mari me rejoint et passe une partie de la soirée avec moi. À 22h, il part dormir à la maison. La césarienne est prévue pour 11h30 le lendemain. Avant de me coucher, je dois prendre une douche (corps et cheveux) à la bétadine… Ça pue !!

Le lendemain matin, je reprends une douche de bétadine, mais uniquement pour le corps, cette fois ! Ouf ! Ensuite, j’enfile une chemise en papier bleue très seyante, et la culotte assortie. On me fait un nouveau monitoring, puis la sage-femme tente (je dis bien « tente ») de me poser une perfusion. Elle doit s’y reprendre à cinq fois avant d’y arriver, car mes veines sont très fines et éclatent sous l’aiguille. Je garderai des bleus énormes sur les deux bras pendant deux semaines.

Mon mari arrive alors et doit attendre en dehors de la chambre le temps que la perfusion soit posée. Il y passe de longues minutes, le pauvre. Bref, quand il me rejoint, je pue la bétadine, je suis en tenue d’opérée et j’ai des bleus plein les bras… Mais on va bientôt avoir notre bébé.

À 11h20, le brancardier vient me chercher et me descend au bloc. Mon mari marche à côté de moi. Bizarrement, je suis assez zen : je vais accoucher, je vais au bloc opératoire, mais rien ne m’effraie. Arrivés à destination, mon mari reste dans le couloir des visiteurs et le brancardier me laisse dans la pièce se situant entre tous les blocs.

L’attente se fait très longue (après coup, on apprendra qu’une urgence a été prise avant moi) et mon angoisse commence à monter. Je suis seule, sans mon mari, dans cette pièce où les médecins et infirmiers font des va-et-vient permanents. Ma seule solution pour faire descendre la pression : fermer les yeux, respirer et me remémorer l’émission de pâtisserie qui est passée à la télé la veille, pour penser à autre chose. Je m’endors presque : comme quoi, c’est bien efficace, comme méthode !!

On vient enfin me chercher. J’entre dans le bloc, je m’allonge sur la table d’opération. On m’aide à enlever ma chemise d’opérée : imagine une femme enceinte de 8 mois et demi se dandinant sur une table pour se déshabiller, dans une pièce glacée en présence de cinq autres personnes…

L’anesthésiste arrive, me demande de m’asseoir et de courber le dos. Il pique dans mon dos. J’avais vraiment peur de cette étape, mais finalement, c’est moins douloureux que la perfusion !! On ne sent presque rien. Ensuite, je m’allonge, et je sens petit à petit l’anesthésie agir. Bien que je n’aie plus aucune sensation dans le bas du corps, je suis encore capable de bouger légèrement les orteils. Eh non, le bas du corps n’est pas complètement « mort », rassure-toi !

L’infirmière installe le champ (une espèce de drap) pour que je ne voie pas ce qui se passe au niveau de mon ventre. Le médecin me parle gentiment, puis passe de l’autre côté du champ. Ça y est, ça va commencer, je vais rencontrer ma fille dans quelques minutes !!

Comme dans les séries, le médecin demande le scalpel, et papote avec les infirmières. Je ne sens rien de particulier durant toute l’intervention, j’ai juste l’impression que le médecin et l’infirmière jouent à celui qui tirera le plus fort mon ventre vers lui. Un coup à droite, un coup à gauche, c’est vraiment étrange comme sensation. Ça dure quelques minutes.

Au bout d’un moment, je sens un poids en moins, et le médecin me dit : « Voilà votre bébé, il va bien ! » Il lève ma fille au-dessus du champ. Elle a les yeux fermés et ne bouge pas. Une auxiliaire de puériculture l’emporte immédiatement. Elle est née à 12h17.

Étonnamment, je ne suis pas stressée de l’avoir vue immobile. Dans la pièce d’à côté, j’entends l’auxiliaire de puériculture qui nettoie mon bébé, et tout d’un coup, je l’entends pleurer. Ça y est, mon bébé a poussé son premier cri !

La dame revient avec ma fille, emballée dans une couverture, et la pose à côté de ma tête pour que l’on se rencontre enfin. Ma fille est toute calme, les yeux fermés. Je colle ma tête contre elle et je la sens à pleins poumons. Une larme coule le long de mon visage. Je suis maman, c’est MON bébé. Je pense que je me souviendrai à jamais de l’odeur qu’elle dégageait. (Aujourd’hui, je retrouve cette odeur sur sa tétine. L’odeur de sa salive, sûrement. Et j’avoue : je me shoote à l’odeur de sa tétine assez régulièrement…)

L’auxiliaire de puériculture repart avec mon bébé pour la présenter à son papa et la mettre au chaud. La césarienne continue. Le médecin commence à me recoudre. Je ne saurais pas te dire combien de temps ça a duré, j’ai un peu perdu la notion du temps. L’anesthésiste est près de moi, me caresse la joue et me parle gentiment. J’apprécie vraiment : ça m’aide à accepter ce temps perdu loin de mon bébé.

Tout d’un coup, une nausée monumentale monte, j’ai juste le temps de prévenir. On me met un bac sous la tête, je vomis, mais rien ne sort. Normal, je suis à jeun depuis hier soir. Je ne me sens vraiment pas bien, j’ai des spasmes de vomissements, mais rien ne vient. Ça a été le pire moment de la césarienne pour moi.

Quand je suis recousue, le médecin me dit au revoir et part vers d’autres aventures. Le brancardier vient me chercher et m’emmène en salle de réveil. C’est une grande salle en longueur, où plusieurs autres personnes sont alitées. Deux infirmières papotent dans un coin et viennent voir les patients de temps en temps. Je vais passer deux heures et demi dans cette pièce, dans un état de léthargie qui m’amène à somnoler de temps en temps. En gros, je suis dans le pâté.

L’anesthésie disparaît petit à petit, et l’infirmière vient me tâter le ventre, à la recherche d’une éventuelle hémorragie interne. Au début, je ne sens rien, mais quand l’anesthésie se dissipe, je peux te jurer que je les sens bien, ses palpations !!

Je ne regrette rien de cet accouchement, je ne regrette pas de ne pas avoir eu un accouchement par voie basse. Ça s’est très bien passé, et c’est la façon dont ma fille est née. C’est notre histoire.

On me remonte enfin à ma chambre, en brancard. Arrivée à l’étage de la maternité, j’entends un bébé pleurer dans la nursery. Je reconnais les pleurs de ma fille. Apparemment, elle va bien. Dans la chambre, le brancardier et la sage-femme me déposent sur mon lit, dont je ne me lèverai que le lendemain. La sage-femme vérifie ma cicatrice et me palpe le ventre… Ça fait toujours aussi mal !!

J’entends alors dans le couloir un lit de bébé rouler, et je vois une sage-femme ouvrir la porte à mon mari, poussant le lit à roulettes dans lequel dort notre fille. Il a un sourire ému et fier à la fois, il n’a jamais été aussi beau. Je l’aime.

Ça y est, nous sommes une famille. Notre nouvelle vie à trois commence.

Et toi ? Tu as eu une césarienne ? Comment ça s’est passé ? As-tu trouvé le temps long avant l’intervention ? Viens nous raconter !

Toi aussi, tu veux raconter ton accouchement ? C’est par ici !

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !


Porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

27   Commentaires Laisser un commentaire ?

Die Franzoesin (voir son site)

C’est rassurant et bien sûr super pour toi de voir qu’une césarienne peut aussi bien se passer 🙂 . Peut être que le fait qu’elle n’ait pas été pratiquée en urgence a aidé ? Et sinon jusqu’ici je n’avais jamais osé le dire : moi aussi je me shoote à l’odeur de salive !! 🙂

le 02/03/2016 à 07h30 | Répondre

Chacha d'avril

Oui, c’est certain. Le fait qu’elle soit programmée m’a aidé à me faire à l’idée. Mais surtout, je n’en avais rien à faire de la façon dont ça se passerai, le résultat à la fin est le même : mon bébé est là.
Je suis rassurée de savoir que je ne suis pas la seule à me shooter à cette odeur 🙂

le 02/03/2016 à 08h44 | Répondre

Mme Indécise

Je valide, l’important c’est qu’il soit là!!!

le 02/03/2016 à 11h10 | Répondre

Marmotte

Merci pour ce témoignage rassurant ! Ma césarienne approche à grands grands pas et j’avoue que même si j’y suis « préparée » depuis longtemps, des appréhensions sont là !

le 02/03/2016 à 08h50 | Répondre

Chacha d'avril

De rien.
Fixe toi sur l’objectif : le bébé, et tout ira bien.

le 02/03/2016 à 12h03 | Répondre

Miss Chat

C’est drôle, ta façon d’aborder ton accouchement par césarienne me semble si différent de la façon dont on peut aborder un accouchement par voie basse ou justement une césarienne en urgence comme a dit Die Franzoesin. Ca semble plus posé, plus serein, c’est chouette 🙂
J’avais l’impression qu’une des choses les plus difficiles dans une césarienne était le fait de ne pas pouvoir voir son bébé dans les heures qui suivent mais on dirait que tu l’as très bien vécu !
Ah et je trouve ça dommage que ton mari n’ait pas pu y assister alors que c’était programmé, c’est bête quand même 😮

le 02/03/2016 à 08h59 | Répondre

Chacha d'avril

Oui j’étais assez sereine en effet.
Que mon mari n’assiste pas à la césarienne ne m’a pas plus géné que ça car il se trouve qu’il déteste les hôpitaux, il n’aurait pas pu profiter du moment à cause de ses angoisses, il était très bien dans le couloir, c’était même déjà un peu trop pour lui.
J’ai bien vécu la séparation de quelques heures car je savais que Petite Fleur était avec son père, tout allait bien et ils faisaient connaissance.

le 02/03/2016 à 12h06 | Répondre

Hellodie

Je confirme, cesarienne programmée et d’urgence ont de commun que bébé est la à la fin, mais c’est à peu près tout. Pour dire, actuellement, je souhaite pour une prochaine grossesse pouvoir programmer une cesarienne plutôt que de tenter un avac qui se solderait par une descente au bloc en urgence, c’est dire! Attentions, âmes sensibles ne par lire la suite… Dans une césarienne programmée, on incise la peau, puis on écarte à la main les muscles abdominaux et on passe sous le péritoine (la membrane qui entoure les intestins) pour aller inciser l’utérus. En cas d’urgence, on incise la peau, les muscles et parfois aussi le péritoine pour aller rapidement inciser l’utérus, la première intervention dure en moyenne 8 minutes jusqu’à la naissance, la seconde moins de 4 minutes. Au final plus de sutures, de douleurs, d’adhérences post op et une récupération souvent très longue (pour ma part, j’ai mis 4 semaines à marcher sans fauteuil !). Bon, mais y a un avantage tout de même, pas le temps pour une douche à la bêtadine 😉

le 02/03/2016 à 09h31 | Répondre

Mme Indécise

Ce n’est pas aussi clivant que cela. Dans ma maternité les cesariennes en urgences ne sont pas toutes des codes rouges. Du coup entre ces deux extremes, il y a une sacrée palette de variations et on arrive sir des cesas en urgence à faire des choses pas trop pourries!

le 02/03/2016 à 11h04 | Répondre

Chacha d'avril

Je ne savais pas que cela pouvait être aussi différent. La césarienne programmée laisse aussi des traces les jours qui suivent.

le 02/03/2016 à 12h07 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

C’est un joli récit et c’est le début de votre histoire à trois.
Petite question, est ce qu’il y a une explication à tes vomissements ? J’imagine que ça a été une réaction de ton corps à l’anesthésique ?

le 02/03/2016 à 09h34 | Répondre

Chacha d'avril

Merci beaucoup.
Oui, c’est dû à l’anesthésie. Mais je m’y attendait, le médecine m’avait prévenue lors de notre dernier rendez-vous. N’empêche que c’était très désagréable.

le 02/03/2016 à 12h08 | Répondre

Doupiou

Hello club des césa ! Césarienne en urgence pour ma première mais programmée pour le suivant ! Je l’aborderais d’une autre façon c’est certain !
Moi aussi j’ai eu une violente nausée au moment de la pose des agrafes, mais comme j’avais bu l’eau de mon brumisateur pendant ma phase de travail, j’ai tout vomi sur le pauvre anesthésiste qui me tenait les cheveux (genre soirée de picole !)

le 02/03/2016 à 10h43 | Répondre

Chacha d'avril

Oh le pauvre !!
Je ne sais pas si j’aurai préféré vomir quelque chose, parce que vomir et ne rien sortir c’est horrible !

le 02/03/2016 à 12h10 | Répondre

Madame D

je suis toute émue … Moi c’est l’odeur de ses cheveux que je snifff

le 02/03/2016 à 11h27 | Répondre

Chacha d'avril

Merci beaucoup.
Chaque maman a son petit truc je pense, ce petit quelque chose qui fait qu’on se sent bien rien qu’en sentant une odeur, en entendant un son,…

le 02/03/2016 à 12h11 | Répondre

Camomille (voir son site)

Super récit ! Moi, c’est l’odeur dans le cou que je préfère et c’est là que je fais plein de bisous !

le 02/03/2016 à 11h47 | Répondre

Chacha d'avril

Merci !
Moi je fais plein de bisous sur l’arrière du crâne pendant les câlins-rototo ^^

le 02/03/2016 à 12h12 | Répondre

Pititexena (voir son site)

Magnifique cet article, j’ai un sourire béat sur le visage du coup 😉

le 02/03/2016 à 13h03 | Répondre

Elsa

Enfin un témoignage de césarienne positif ! Et oui, ça peut aussi être un très beau moment, serein et plein d’émotion…
Ma fille est née par césarienne programmée il y a deux mois et j’en garde un très très bon souvenir. Déjà l’équipe soignante est détendue, ça papote, ça blague, l’anesthésiste a été parfait à m’expliquer tout ce qui se passait et à me tenir la main… Il faut dire que tout était fait en sorte que l’on se sente bien : le papa était présent, il a même pu passer la tête au moment de la sortie de bébé (le fou !), puis il a pu la suivre pour ses premiers soins, il l’a ensuite eu en peau à peau et dès la césarienne terminée j’ai pu les rejoindre en salle de naissance : pas de séparation en salle de réveil ! Un super moment à trois pour apprendre à se découvrir. J’étais en hypothermie et je n’ai donc pas pu faire le peau à peau avant une bonne heure et demie mais le fait de pouvoir les voir tous les deux était juste magnifique (et on se focalise beaucoup moins sur la récupération des sensations dans les jambes et sur les démangeaisons causées par l’anesthésie).
Alors oui, les suites sont un peu douloureuses, mais franchement, on oublie vite ! Le plus impressionnant pour moi a été la première douche post-césarienne, et le face à face avec les agrafes. Mais là encore, tout est oublié !

le 03/03/2016 à 09h17 | Répondre

Chacha d'avril

Et oui, ce n’est pas toujours un traumatisme.
Tu as eu de la chance de pouvoir être en permanence avec ton mari, même pendant le « réveil ». Mon mari n’a pas pu faire de peau à peau car ma fille s’était trop refroidie et a passé deux heures en couveuse mais il est resté près d’elle et l’a admiré pendant tout ce temps.

le 03/03/2016 à 10h20 | Répondre

Louna

Moi aussi je suis toute émue par ce joli récit d’accouchement : tu as bien fait de nous faire partager ta belle expérience qui peut en rassurer plus d’une sur la césarienne ! C’était une de mes grandes angoisses de fin de grossesse, mais je suis sûre que lire un récit comme le tien à ce moment-là m’aurait apaisée. 🙂
Et moi, comme Camomille, mon shoot, c’est l’odeur dans son petit cou d’amouuuuuur ! 😉

le 03/03/2016 à 10h37 | Répondre

Chacha d'avril

Merci beaucoup ! Je suis très contente de savoir que mon récit peut rassurer certaines futures mamans.
Les odeurs de bébé, c’est magique !

le 03/03/2016 à 16h53 | Répondre

piso

Merci beaucoup pour ce récit. C’est tellement beau la façon dont tu racontes la découverte de ta petite. Ça me donne envie d’y être déjà!

le 09/03/2016 à 13h04 | Répondre

Chacha d'avril

Merci !! J’ai tenté de raconter mon expérience en étant le plus prêt possible de la réalité.
Tu vas voir, c’est génial d’enfin découvrir son enfant.

le 14/03/2016 à 18h42 | Répondre

Charlie

Bonjour,
Ton récit est très touchant (j’ai versé ma petite larme). Je vais aussi passer par une césarienne programmée dans 3 petites semaines.
Il est vrai que j’ai encore du mal à me faire à l’idée, mais la beauté de ton histoire me redonne le sourire. Un grand merci !

le 13/08/2018 à 20h14 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?