Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Mon accouchement pas si programmé -Partie 2


Publié le 20 juin 2018 par Doupiou

Nous sommes à quinze heures de travail.

La gynécologue de garde de la veille prend une petite pause dans ses consultations pour venir me voir. Elle comprend que les choses ne se passent pas comme elle l’aurait souhaité mais me dit de ne rien regretter!

On tente le tout pour le tout

Les heures passent. Une sage-femme vient me voir toutes les deux heures pour faire le point et m’aider à changer de position.

Elle me fait tester toutes les positions censées être les plus efficaces pour faire appuyer la tête du bébé sur le col. Et ça fonctionne ! Bébé appuie bien … mais le col ne s’ouvre toujours pas !

Après vingt heures de travail, la sage-femme me fait une petite séance de sophrologie pour aider encore le travail à être efficace.

Elle laisse passer deux heures. Si dans ce délai rien n’a bougé, on file au bloc.

Je comprends que l’issue sera à nouveau la césarienne et même si j’y suis préparée, je m’étais tellement fait rêver avec une voie basse que je fonds en larmes. Mari Barbu me dit d’y croire encore ! Comme d’habitude, il est d’un soutien sans failles.

C’est donc sans surprise que la sage-femme fait son retour, accompagnée de l’anesthésiste et de la gynécologue de garde. Elles me demandent toutes comment je me sens. Étonnamment, je me sens soulagée : ma rencontre avec Barbouille est proche et je n’ai aucun regrets !

Elles me disent d’attendre puisqu’il y a une césarienne en urgence avant moi. L’anesthésiste, que je surnommerais « affectueusement » la Charcutière me pose un second cathéter avec une douceur très relative. Elle m’injecte sans ménagement toute sorte de produit et me dit qu’elle reviendra me chercher quand le bloc sera prêt. J’attire son attention sur le fait que mon mari n’est pas équipé pour m’accompagner. Réponse de la Charcutière : ah non il ne vient pas. Pour les césariennes en urgence c’est non ! On n’a pas le temps de gérer les papas !

Mon sang ne fait qu’un tour et je lui dis que ce n’est pas vraiment une urgence, que la gynécologue avait dit oui. Pas le temps de discuter, la Charcutière a déjà passé la porte.

Mari Barbu est vraiment déçu mais ne le montre pas tandis que je m’effondre. Puis vient le temps de la colère ou j’insulte copieusement cette horrible femme. Ça me défoule… Alors qu’on vient me chercher, je tente une dernière fois de négocier mais je ne suis pas en position de force, Mari Barbu restera dans la salle de travail…

Crédit photo (creative commons) : Engin_Akyurt

Ça devait bien se passer

J’arrive au bloc complètement sereine. Une petite dizaine de personnes s’affairent à me mettre à l’aise : couverture chauffante, petite discussion avec l’infirmier.

Je me sens étrangement zen. On fait les tests d’usage de la péridurale et on commence à me badigeonner le ventre. Je sens les petits coups de pinceaux qui me chatouillent. Puis je fais quand même remarquer à l’équipe que je vois toute l’intervention par l’intermédiaire du miroir de la lampe au-dessus de ma tête ! Ils avaient oublié de mettre le champ vert pour cacher ! On rigole bien !

Et puis l’opération commence. Je sens ce qui se passe mais je n’ai pas de douleur.

Soudain, la gynécologue écarte les tissus et j’hurle de douleur. Personne ne comprend. Je dis que j’ai vraiment très très mal. Tout le monde fait une pause, on m’injecte une dose de morphine.

Dès la reprise j’hurle à nouveau de douleur. Je manque de défaillir. Je vois les visages paniqués de l’équipe médicale. Je peux complètement bouger les jambes ! La péridurale ne fait plus aucun effet alors que j’ai le ventre ouvert ! Un sénario de film d’horreur !

Je sens un masque sur ma bouche et trou noir.

Lorsque je me réveille, je suis fraîche comme une rose et plaisante comme si rien n’était avec l’infirmier à qui je demande une bière ! Je sens une légère tension dans le bloc et la gynécologue balance : votre petit garçon à bien pleuré !

Euh…pardon ? Je ne suis plus enceinte ? Mon bébé est né ? Il est où ?

Une sage-femme me montre immédiatement mon fils déjà emmailloté et avec un bonnet. Il ressemble traits pour traits à sa grande sœur. Je pleure en lui souhaitant la bienvenue et en le couvrant de bisous puis il repart faire du peau à peau avec papa.

En salle de réveil pour deux heures, j’ai la chance que la sage-femme accepte de venir avec Barbouille et Mari Barbu car il y a peu de patients et je suis seule dans un coin. Je peux donc faire la tétée d’accueil tranquillement !

Ce n’est qu’après que je réalise que je n’ai pas vu, senti ou entendu mon fils naître. Je pleure beaucoup et je m’excuse auprès de mon bébé de ne pas avoir été à la hauteur. La sage-femme commence à pleurer elle aussi et m’explique que je n’ai pas le droit de dire ça. Ce qui c’est passé n’était pas de ma faute.

Je retrouve peu à peu l’usage de mes jambes et on me remonte dans ma chambre avec mon mari et mon fils.

Je suis épuisée mais comblée !

Et toi ? As-tu accouché sous anesthésie générale ? Comment s’est passé la rencontre avec ton bébé ? Dis-nous tout !

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !


Porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

24   Commentaires Laisser un commentaire ?

Marie B

alors là…. je t’envoie des tonnes d’affection!
J’espère que les suites n’ont pas été trop compliquée psychologiquement!

le 20/06/2018 à 08h43 | Répondre

Doupiou

Oh tiens ! Peut-être une idée d’article …
La psy de l’hôpital ainsi que la sage-femme cadre passaient tous les jours dans ma chambre pour « me faire parler ». Mais honnêtement je n’ai pas trop souffert psychologiquement mais surtout physiquement

le 20/06/2018 à 10h50 | Répondre

Albertine (voir son site)

Même si je connais déjà l’histoire ça me fait encore de la peine de lire ça… Plein plein de câlins <3 <3 <3

le 20/06/2018 à 09h15 | Répondre

Doupiou

Moi aussi ça me fait de la peine de relire cet article du coup..

le 20/06/2018 à 10h51 | Répondre

Melimelanie

Je n’avais pas voulu commenter la première partie connaissant la fin mon commentaire était trop orienté. Comme Albertine ça me serre le cœur de relire ce que tu as ressenti sur le moment. Je t’envoie pleins de câlins <3 <3 <3 <3

le 20/06/2018 à 09h21 | Répondre

Doupiou

Ouiiii des câlins !!

le 20/06/2018 à 10h52 | Répondre

WorkingMutti (voir son site)

Malheureusement tu n’es pas la seule à avoir subi un début de césarienne à vif. Parfois certaines équipes continent même avec juste des anti-douleurs …

Je comprends ce sentiment d’avoir loupé une étape avec l’AG. J’ai eu une sorte d’AG pour mes premiers et j’ai loupé tous les premiers instants. Il a vraiment été très difficile par la suite de me sentir maman

le 20/06/2018 à 10h10 | Répondre

Doupiou

Ma seule crainte c’était l’AG vu que ma césarienne était déjà prévue. Et j’avoue que comme je n’ai pas été prévenue que j’allais être endormie, la prise de conscience au réveil s’est faite dans la douleur. J’étais persuadée que mon fils était encore dans mon ventre. Et heureusement que j’ai su le sexe avant parce que j’aurais mal vécu qu’on me vole aussi cette découverte

le 20/06/2018 à 10h54 | Répondre

Sarajade

Oh la vache….je n’ai même pas de mots pour te dire à quel point je suis désolée de ce qui t’es arrivé…Tu es vraiment très forte pour t’être remise de ça…Je te souhaite beaucoup beaucoup beaucoup de bonheur pour compenser tout ça!!

le 20/06/2018 à 11h22 | Répondre

Doupiou

Merci beaucoup ! Tout va bien maintenant et Barbouille est un petit adorable !

le 20/06/2018 à 12h05 | Répondre

Caro - WonderMumBreizh (voir son site)

Très dur comme récit. j’espère que ça va aujourd’hui, autant psychologiquement que physiquement ! Bienvenu au p’tit bonhomme, ça a pas du être simple pour lui non plus.

le 20/06/2018 à 11h55 | Répondre

Doupiou

Ça va très bien aujourd’hui ! Bizarrement Barbouille n’a pas semblé plus tracassé que ça !

le 20/06/2018 à 12h07 | Répondre

Sarajade

On se fait souvent plus de souci qu’eux, c’est surtout notre cœur de maman qui est touché. La tante de mon mari a eu 5 de ses 6 enfants par césarienne avec AG, et le seul regret qu’elle a c’est de ne pas avoir eu les 6 de cette façon! Et aucun d’eux ne semble en avoir souffert d’une quelconque façon.

Tout est dans notre tête à nous, heureusement et malheureusement :/

le 20/06/2018 à 13h36 | Répondre

Doupiou

Les neuroleptiques utilisés dans les AG passent dans le placenta. C’est pour ça que les bébés nés de cette façon sont très surveillés les premiers jours

le 20/06/2018 à 17h09 | Répondre

Sarajade

Oui, je ne parlais pas du niveau médical, où il y a effectivement des choses à surveiller, mais du psychologique de l’enfant, dans le sens être « traumatisé » par cette naissance où sa mère n’est finalement pas présente pour l’accueillir 🙂

le 21/06/2018 à 09h33 |

Flora

Oh purée j’ai la haine contre cette charcutière ! Elle mériterait presque que tu lui colles un procès pour incompétence (et accessoirement manque d’empathie).
J’espère que tu es bien remise maintenant. Des câlins virtuels !

le 20/06/2018 à 14h26 | Répondre

Doupiou

Elle terminait sa garde au moment où je suis passée au bloc… la journée était finie pour elle !
Le pire c’est que j’avais déjà une perfusion sur la main mais elle a tenu à m’en mettre une autre juste à côté. J’ai gardé la main bleue des semaines après !

le 20/06/2018 à 17h11 | Répondre

Mlle Mora

J’avais le coeur serré à l’idée de lire le récit complet, en connaissant déjà l’issue. Bravo pour ta force et ton courage ! Barbouille a de la chance d’avoir une maman aussi forte !
La charcutière porte vraiment bien son nom… vraiment affreuse !
Gros câlin !

le 20/06/2018 à 16h07 | Répondre

Nala

Je suis triste de découvrir la suite de ton récit Doupiou… mais soulagée de lire que tout va bien pour ton fils et toi aujourd’hui 🙂
J’y croyais tellement à ta VB, surtout après autant d’heures de travail ! J’avoue que j’aurais craqué avant, la preuve avec mon 2e accouchement (tentative d’AVAC pour moi aussi) : au bout de 10h de travail infructueux, j’ai décidé de passer au bloc. Je n’en pouvais plus, et sans péridurale c’est vraiment difficile de gérer les contractions alors que tu as déjà perdu les eaux… 🙁

Par contre, au-delà de la douleur que tu as ressentie et de l’anesthésie générale, je trouve ça chouette que tu aies pu donné une tétée d’accueil à ton bébé 🙂

le 21/06/2018 à 11h49 | Répondre

Doupiou

23h ce n’était pas grand chose comparé aux 37 pour ma fille ! Mais l’équipe médicale a été vraiment au top pendant cette phase !

le 21/06/2018 à 14h10 | Répondre

Madame Bobette (voir son site)

Et bien, ton récit m’a encore bien ému! Je crois que j’aurais fait un scandale si on me refusait l’accès au bloc avec mon mari… Après tout, ça n’était pas une si grosse urgence, il n’y avait pas l’air d’avoir d’urgence vitale à ce que ça prenne 5 minutes de plus…
Bon finalement, vu comment ça s’est passé, c’est peut-être un mal pour un bien mais quand même… J’espère que tu as réussi à t’en remettre facilement par la suite car ce n’est jamais simple, autant physiquement que psychologiquement!

le 21/06/2018 à 15h00 | Répondre

Doupiou

Effectivement c’était un mal pour un bien l’absence de mon mari ! Mais j’étais très en colère ! Elle l’a fait exprès cette ….!😂

le 21/06/2018 à 18h01 | Répondre

Chaperon Rouge

Même en connaissant l’histoire, ca remue de la relire… Je reste toujours aussi scandalisée que le Barbu n ait pas été préparé alors que vous avez poireauté en attendant la fin de l’autre césa. Pour moi cest proprement scandaleux. Mais barbouille est u’ très beau petit gars bien costaud, c’est le principal;)

le 22/06/2018 à 08h16 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?