Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

L’allaitement, ce n’est pas qu’une affaire de motivation !


Publié le 17 mars 2016 par Étoile

Avant d’accoucher, j’étais certaine que je voulais allaiter. Un choix motivé par la proximité avec bébé que ça implique, évidemment, mais aussi par la transmission d’anticorps et de toutes les saveurs des aliments de saison que je pourrais avaler. Mais je ne m’étalerai pas sur ce point, car je trouve qu’allaiter, c’est un désir très personnel et intime, au final.

Sauf que tout ne s’est pas passé comme prévu lorsque petit prince est né… Allez, je te raconte mon parcours du combattant… que je ne regrette absolument pas !

Les difficultés de l'allaitement

Crédits photo (creative commons) : Cordelia Naumann

Les débuts

Tu te souviens de mon séjour « horrible » à l’hôpital ? Mon ressenti est venu en partie du fait que je n’avais pas été aidée pour l’allaitement. Petit prince arrivait à téter, mais il avait beaucoup de mal à prendre un de mes seins, et surtout, il s’endormait.

Eh oui, c’est l’inconvénient d’avoir eu un accouchement très long : bébé était sans doute très fatigué. En outre, je n’ai pas accouché d’un très gros bébé, par rapport à sa taille. Peut-être que ça a joué aussi sur son état de fatigue ?

Quoi qu’il en soit, il aura mis deux semaines à réussir à téter sans s’endormir. J’entends par là : sans stimulation du type chatouillis dans le cou, sur le ventre, sous les pieds… En plus, je me suis aidée pendant dix jours de bouts de sein, qui ont permis à petit prince de s’habituer au sein qu’il aimait le moins. Ils ont aussi limité considérablement les crevasses.

Bref, quand je suis rentrée à la maison, j’étais confiante. Petit prince arrivait à téter et il avait repris du poids à l’hôpital avec un allaitement exclusif. J’avais juste donné un biberon de transition une nuit, car ma montée de lait tardait un petit peu !

Le retour à la maison

Nous avons continué tranquillement le sein les premiers jours. Sauf que… quand la sage-femme est venue nous voir deux ou trois jours après le retour à la maison, bébé avait perdu du poids.

Avec le recul, pas tellement. En effet, il est normal qu’un bébé perde du poids après sa naissance. Il faut seulement que la perte ne soit pas trop importante (au point que le bébé s’épuise), et que l’enfant retrouve son poids de naissance dans les dix jours après celle-ci.

Mais la sage-femme m’a alarmée. Sans doute à tort, après avis de la PMI et du pédiatre. Je suis certainement passée trop rapidement aux compléments, pour pallier ce soi-disant manque de lait. Je te laisse imaginer ma frustration : au bout d’une semaine, je me retrouvais donc en allaitement mixte.

La douche froide… et la déception

Trois semaines après mon accouchement, je me suis rendue à l’évidence : je n’avais pas assez de lait.

La faute à qui ? Je ne sais pas… J’ai essayé de trouver des coupables : l’hôpital qui ne m’avait pas aidée, la sage-femme qui m’avait alarmée, le fait que je ne me reposais pas assez, notamment parce que je passais des examens professionnels quelques semaines après l’accouchement…

Il y a un fait avéré : c’est que ma poitrine n’a pas été assez stimulée lorsque j’ai eu ma montée de lait ! Eh oui, j’ai toujours produit du lait, mais pas assez… Le tire-lait n’a pas fait grand-chose là-dessus et ne m’a pas permis d’augmenter ma lactation (ou très peu), alors qu’il paraît que c’est le cas pour de nombreuses femmes. En fait, je trouvais surtout cette machine douloureuse et un peu « dégradante ». Mais bon, elle m’a quand même permis de récupérer du précieux lait !

Pour te dire à quel point je voulais que ça marche, le premier mois, j’ai fonctionné de la manière suivante : tétée, puis complément, puis tirage de lait pendant vingt minutes (pour pouvoir le donner en complément lors d’un prochain biberon…). Oui, je sais, c’est compliqué ! Chaque réveil de nuit durait en moyenne une heure et demi avec tout ce rituel…

Mais je voulais vraiment que ça fonctionne ! C’est frustrant quand ton bébé tète bien, cherche le sein… et que tu n’as pas assez de lait ! J’ai donc cherché des solutions…

Les solutions pour stimuler ma lactation

En désespoir de cause, j’ai appelé des associations, et j’ai obtenu un rendez-vous avec une conseillère en lactation un mois après mon accouchement. Je précise que j’avais d’abord demandé des conseils à la PMI, à la pharmacie… et que tous les avis se contredisaient. Donc un conseil : suis ton instinct.

À l’hôpital, on me demandait d’enlever mon fils du sein, car un bébé ne pouvait pas téter plus de trente ou quarante minutes, dixit les auxiliaires. Pour être honnête, je voulais continuer à allaiter malgré cet avis. Mon fils aimait bien dormir cinq minutes, puis se remettre à téter… et avec du recul, je me dis que c’est peut-être pour ça que je n’ai pas eu assez de lait… Comme il s’endormait et que je ne le laissais pas assez au sein, il ne stimulait pas assez mes seins !

Bref, je suis donc allée voir une conseillère en lactation. Premier constat : j’avais un bébé génial, qui tétait super bien malgré la mise en place de l’allaitement mixte dès 1 semaine !

Elle m’a proposé trois solutions :

  • La solution naturelle : tisanes, gélules de fenugrec et homéopathie (ricinus communis).
  • La solution issue des services de néonatologie, le dispositif d’aide à la lactation (DAL), qui consiste à faire passer un petit tuyau alimenté par un biberon dans la bouche de bébé quand celui-ci tète au sein. Cette solution est très pratique pour nourrir suffisamment les bébés qui ont du mal à téter, tout en stimulant la lactation, car ils continuent à téter malgré le complément.
  • La solution médicamenteuse : la dompéridone.

J’ai testé les deux premières, étant fermement opposée à la solution médicamenteuse, alors que j’aurais eu plus de garanties d’avoir une lactation suffisante grâce à ce médicament.

C’est un anti-vomitif, dont l’effet secondaire est de stimuler la lactation. Sauf que, selon plusieurs études, ce médicament peut provoquer des troubles cardiaques chez les nouveaux-nés. Normalement, il n’y a pas de risque quand il passe par le lait de la maman, mais ça m’a refroidie direct. J’étais ultra motivée, mais pas au point de faire quelque chose de contraire à mes principes. Je ne suis pas fan des médicaments : je n’en prends que quand c’est vraiment nécessaire !

Les deux premières solutions ont pas mal fonctionné, en particulier le fenugrec. Elles m’ont permis d’augmenter sensiblement ma lactation. Par contre, je n’ai pas pu arrêter totalement les compléments de lait industriel. Et ces solutions ne marchent pas sur la durée, car ton corps s’habitue ! Elles n’ont été efficaces que pendant un gros mois dans mon cas.

Bilan de toutes ces péripéties

Malheureusement, je n’aurai réussi à allaiter petit prince que trois mois et une semaine. Le premier mois, petit prince buvait principalement de mon lait, puis à 50% environ les deux mois suivants, pour passer à 10-20% les deux dernières semaines (la reprise du travail ne m’a pas aidée !).

Ça reste une vraie frustration, et pour mon prochain petit bout, je m’écouterai. Maintenant que j’ai de l’expérience, je saurai ce qu’il faut faire pour bien stimuler la lactation, et j’aurai plus confiance en moi pour « envoyer bouler » les mauvais conseillers.

En attendant, je me suis vraiment battue, et chaque tétée ou biberon de lait tiré a été une petite victoire. Ça reste quand même douloureux d’en parler, car nous voulions vraiment tous les deux que ça marche.

Mon ressenti maintenant que l’allaitement est terminé

Malgré mon souci de lactation, j’en garde un très bon souvenir. Je me suis accrochée, car mon fils cherchait mon sein. C’est ce qui m’a fait tenir !

Je suis obstinée de nature. J’ai vraiment fait le maximum, alors que je n’ai pas toujours été soutenue par mon mari ou par ma mère. Pour eux, cet allaitement était source de fatigue et de beaucoup de travail. Ils avaient peut-être raison, mais je reste convaincue que la proximité et les anticorps transmis sont bénéfiques pour le bébé. Pour autant, je ne juge personne. C’est vraiment une conviction très très personnelle !

Avec du recul, je pense que mes proches sont néanmoins très fiers de moi, et que leurs remarques avaient aussi pour but de me faire déculpabiliser. Quoi qu’il en soit, j’espère avoir un allaitement plus serein pour son futur petit frère ou petite sœur, et qui durera un peu plus longtemps. Je pense aussi que je me mettrai moins la pression, et que je me ferai plus confiance !

Et toi ? As-tu allaité ? As-tu rencontré des obstacles ? Regrettes-tu d’avoir arrêté plus tôt que prévu ? Viens en discuter…

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !


Porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

27   Commentaires Laisser un commentaire ?

Madame Vélo

Quels sont les signes qui t’on indiqué que tu n’avais pas assez de lait ?
C’est aussi un enseignement que je retire des débuts de mon allaitement : l’entourage (proches, professionnels) insistent sur la durée des tétées et le nombre, et c’est vrai qu’en tant que jeune maman débutante ça rassure d’avoir de tel repères, mais finalement ils peuvent être néfastes dans certains cas : le seul moyen d’augmenter la production est d’augmenter la demande, et donc de mettre bébé au sein !
Tu as bien fait de t’écouter, de persévéré et de faire appel à une conseillère en lactation ! Merci pour ton témoignage 🙂

le 17/03/2016 à 09h55 | Répondre

Étoile (voir son site)

En fait, il pleurait 10 minutes après chaque tétée encore… et il perdait du poids. Avec du recul, je pense juste que je ne l’ai pas assez mis au sein, au regard des conseils que l’on m’a donné ?

le 19/03/2016 à 10h07 | Répondre

Madame D

Franchement, avec du recul j’ai l’impression que si tu n’as pas un allaitement parfait du premier coup avec un bébé qui prend 100 grammes par jour, on te fait vite peur. Princesse ne tétait jamais plus de 10/15 min car elle s’endormait. Elle a mis bien plus de 10 jours a reprendre son poids de naissance et n’a pris qu’un kilo en 2 mois d’allaitement. La pédiatre commençait a peine a me dire qu’un petit complément pourrais être pas mal. Mais heuresement qu’elle ne m’a pas inquité contrairement à d’autres car j’aurais surement abandonné avant sinon. Comme tu dit, il faut s’ecouter un peu plus et avoir confiance en nous !

le 17/03/2016 à 10h19 | Répondre

Étoile (voir son site)

Oui, tu as raison 🙂 J’aurai du plus m’écouter et je suis tombée sur une sage-femme trop alarmiste en sortant de l’hôpital…

le 19/03/2016 à 10h08 | Répondre

Miss Chat

Je crois que tu as dit le principal : suis ton instinct.
L’allaitement est souvent difficile et la famille, les proches et le personnel médical donnent tous des conseils/consignes contradictoires, avec directement des menaces si ça ne se passe pas pile poil comme dans les livres ! Leurs histoires de durée de tétée idéale et « elle ne peut pas rester plus de 40 minutes enfin ! » : c’est usant et contre-productif, selon moi. Chaque bébé et chaque maman sont différents. Il n’y a pas de modèle à suivre en matière d’allaitement, il n’y a que des moyennes statistiques observées !
Nous, après 3 jours de maternité, on a laissé tomber les avis extérieurs et on a fait comme on le sentait, en s’aidant du tire-lait souvent, en donnant occasionnellement du lait en poudre, mais au-moins j’ai finalement pu allaiter ma fille exclusivement aussi longtemps que je le voulais, une fois que tout s’est mis en place.

le 17/03/2016 à 10h53 | Répondre

Étoile (voir son site)

C’est super et c’est très encourageant 🙂 Pour bébé deux, je ne ferai pas la même erreur. J’étais sans doute trop douce et trop « ailleurs » après l’accouchement pour m’écouter. Bon, je précise que j’ai à J+5 après l’accouchement seule et sans aucune aide, car mon mari avait repris le travail. Je devais être tellement épuisée que j’ai écouté ce que me disait les professionnels…

le 19/03/2016 à 10h10 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

Pour avoir vu ma soeur galérer, j’avoue ça m’a un peu refroidis sur l’allaitement. Et puis j’ai eu dans mon entourage des exemples un peu extrêmes.
Trouver le bon compromis c’est compliqué.
Mais tu as eu raison de persévérer et de t’écouter, cela te servira pour la prochaine fois.

le 17/03/2016 à 11h41 | Répondre

Hermy

Je me retrouve assez dans ton témoignage même si de mon côté j’ai eu des super auxiliaires qui m’ont énormément aider sur l’allaitement. Le choupi tétait correctement mais pas assez efficacement pour bien stimuler la lactation (pour ça l’anémie en fer n’a pas aidé). Du coup comme toi j’ai d’abord fait du mixte mais cela m’a vite épuisé donc j’ai abandonné à regrets.

le 17/03/2016 à 11h42 | Répondre

Étoile (voir son site)

Je crois que c’est le risque du mixte. Quand tu es épuisée, c’est certain qu’entre un biberon dégommé en 5 minutes et une tétée qui dure 40 minutes… Avec du recul, j’en voulais vraiment pour faire des levées la nuit de 1H30… J’ai eu aussi beaucoup de chance que Petit Prince accepte encore le sein malgré l’introduction du biberon.

le 19/03/2016 à 10h12 | Répondre

Béré

Ayant eu également des bébés de très petits poids, même nés à terme, j’ai connu aussi l’angoisse de la balance MAIS cela ne reste qu’un instrument de mesure. Et de même que ta balance personnelle ne donne pas le même poids que la balance du docteur, Je le dis pour toutes les futures et jeunes mamans, angoissées du poids de leurs bébés : si vous pesez votre enfant sur deux balances différentes, il y aura forcément un écart ! et je ne parle pas si on rajoute les écarts avant/après tétée ou avant/après pipi etc !

Les prises de poids sur les premières semaines sont tellement infimes que l’écart de précision entre deux balances peut simplement mettre en panique une jeune maman SANS AUCUNE RAISON !

A la rigueur, si tu veux te rassurer, retourne peser ton bébé sur cette même balance une fois par semaine.
Ou alors se fier à d’autres signes : bébé fait bien pipi ? c’est qu’il a bien bu !

le 17/03/2016 à 11h43 | Répondre

Étoile (voir son site)

Oui, tu as entièrement raison. C’est ce que m’avait dit un médecin ! La réaction de la sage-femme que j’ai vu après l’accouchement a été trop alarmiste. La PMI et le pédiatre ensuite, m’ont fait comprendre qu’elle avait « mal fait son job ». Petit Prince a toujours super bien mouillé ses couches avant l’introduction de complément, et la couleur de l’urine est un bon indicateur aussi.

le 19/03/2016 à 10h14 | Répondre

Marie B

J’ai une petite fille de 5 mois que j’allaite encore. J’ai la chance d’avoir une maman qui a eu 4 enfants allaités jusqu’à 12 mois et d’avoir un pédiatre dont la femme a fait aussi des allaitements longs. Mon pédiatre m’a interdit de peser trop souvent ma fille et m’a expliqué que les bébé allaités n’avaient en général pas une croissance et une prise de poids linéaire mais plutot par à-coup. J’ai du aller voir une autre pédiatre quand ma fille a eu 2 mois pendant les vacances de mon docteur et la première chose qu’elle m’a dit c’est « OOOOH mais depuis la semaine dernière elle n’a pas assez grossi, donnez lui des biberons de compléments ». Je me suis entêtée à allaiter sans compléments et ma fille a continuer à grandir et grossir à son rythme et elle va très bien!
Ma mère m’a dit une phrase que je garde toujours en tête : si bébé fait pipi, caca et gazouille c’est que tout roule!

le 17/03/2016 à 12h23 | Répondre

Étoile (voir son site)

Je note pour bébé 2. Et puis, c’est tellement du bon sens ! Là, nous en sommes à la diversification, et aucun pédiatre ne nous dit la même chose… Par conséquent, nous prenons ce qui est bon à prendre et laissons de côté ce qui nous gêne maintenant.

le 19/03/2016 à 10h16 | Répondre

Manie

Bravo à toi !!!! Je pense que tu peux être très fière de toi et en particulier d’avoir tenu bon malgré les difficultés. Ce n’est malheureusement pas toujours facile lorsque même certains professionnels de santé autour de nous ne nous soutiennent pas comme il le faudrait…
Pour ma part j’ai été plutôt surprise dans l’autre sens, puisque tous les docteurs/sage-femmes me félicitaient d’avoir choisi l’allaitement !
J’ai également commencé avec les bouts de sein pendant le premier mois à cause de la douleur; bébé fêtera ses 7 mois la semaine prochaine et toujours allaité !
Je trouve que c’est un moment magique d’avoir son petit en son sein, une relation particulière que jamais le biberon ne remplacera.

Tu peux être fière d’avoir tenu bon je trouve !!

Et si j’ai appris quelque chose ces 7 derniers mois, c’est en effet d’écouter ton instinct, et de vivre en accord avec tes choix et non avec les commentaires des autres.

Bonne continuation !

le 17/03/2016 à 13h46 | Répondre

Étoile (voir son site)

Merci pour ton commentaire, et bravo à toi ! C’est super d’avoir été aussi bien entourée 🙂 J’avoue que de mon côté, c’était mal parti. Belle-maman n’a jamais allaité et ma maman ayant eu des enfants prématurés, c’était compliqué… Avec du recul, j’ai été influençable sur l’introduction des compléments, dans la mesure où bébé avait eu des soucis de croissance dans mon ventre. J’avais tellement peur que cela continue à la naissance !

le 19/03/2016 à 10h18 | Répondre

Weena (voir son site)

Je trouve que tu t’es bien débrouillé avec un début un peu difficile et un entourage pas toujours aidant …
J’ai eu de la chance, FeuFolet a toujours bien tété et vite repris son poids de naissance (bon, la triche à la maternité, il est né à 23h30, mais ils l’ont compté en J1 le lendemain matin, alors forcément il n’avait pas perdu trop de poids 😉 ). Et j’ai eu la chance de ne pas recevoir (ou de ne pas entendre) cette histoire de 40 minutes max … FeuFolet tétait entre 45 min et 1h en journée et bien 2h le soir (même si je soupçonne que la tétée du soir ai été surtout un prétexte de besoin de succion). J’avais tellement de lait que j’ai du le tirer et en jeter lorsqu’il a commencé à faire ses nuits, sinon c’était l’inondation :-s.
Mon regret, c’est que le système collecte dans ma région soit très contraignant (il faut se déplacer soit même toutes les semaines … avec un nouveau né, ça va), donc j’ai du jeter (je n’avais pas non plus la place pour stocker).

le 17/03/2016 à 15h36 | Répondre

Étoile (voir son site)

C’est génial cette situation 🙂 Dommage pour la collecte. Dans le même genre, je voulais faire un don du cordon, mais pas possible dans mon hôpital. Pour la petite histoire, ma maman donnait son lait. Elle n’a jamais pu m’allaiter (je suis née préma) donc j’ai reçu deux mois son lait grâce au tire-lait. Elle en avait énormément au point d’avoir fait une mastite.

le 19/03/2016 à 10h22 | Répondre

Alice

Comme tu dis, ce n’est pas qu’une question de motivation, c’est aussi le problème d’être bien entourée, par des personnes compétentes en allaitement.
Je me pose une question : la personne que tu as vue pr l’allaitement t’a-t-elle tout simplement expliqué les méthodes naturelles (pas de prendre des substances inefficaces) pour relancer une lactation qui se tarit ? (mise au sein plus fréquente, aux signes d’éveil, compression, super alternance).
Ce qui est positif, c’est que tu as réussi à dépasser ton désir pour combler les besoins de ton bébé (et crois-moi ce n’est pas qqch de facile)

le 17/03/2016 à 16h08 | Répondre

Étoile (voir son site)

Pas vraiment. La leache league m’avait proposé le peau à peau et l’alternance. J’ai essayé, mais l’alternance m’obligeait à le changer de sein toutes les deux minutes en fait 🙁

le 19/03/2016 à 10h24 | Répondre

Alice

Normalement l’alternance c’est quand bébé lâche le sein, on lui propose l’autre côté (et ainsi de suite jusqu’à ce qu’il fasse une grosse tétée sur un sein ou qu’il montre qu’il n’en veut plus).
Je suis triste de voir que quelqu’un a pu te conseiller d’alterner ‘à la montre’ alors que c’est totalement contraire au principe même de l’allaitement 🙁
J’espère que tu seras vraiment mieux entourée pr le prochain 🙂

le 19/03/2016 à 23h43 | Répondre

Mme Au Conditionnel

Merci Étoile pour ton témoignage. Enceinte de 6 mois de mon premier enfant , j’aimerai vraiment allaiter, et tout comme j’idéalisais la grossesse, je pense que je dois avoir tendance à idéaliser l’allaitement (alors je me raisonne et j’essaye de me préparer psychologiquement à l’éventualité que cela ne fonctionne pas, même si je serais très déçue). Pour moi l’allaitement maternel a beaucoup d’avantages ; déjà c’est économique (ben oui pas de boites de lait à acheter !), ensuite c’est l’aliment parfait pour le bébé (j’ai toujours la crainte que dans les laits maternisés il y ai des substances plus ou moins nocives pour les enfants). De plus, pas besoin de « préparer » de biberon, le lait est tout de suite disponible au sein et à la bonne température. Enfin, cela permet à la maman de se remettre physiquement plus vite de l’accouchement. Enfin voilà ce sont les principaux avantages qui me viennent à l’esprit là tout de suite ! Bref, j’espère vraiment pouvoir allaiter mon fils. Mais j’ai conscience que la volonté et la motivation ne suffisent pas, comme tu le dis. J’avoue que je crains un peu d’être entourée de professionnels pas très sympa, pas très avenants et patients pour me guider dans cette découverte (car je pense pas du tout que l’allaitement soit inné, en tout cas pas dans nos sociétés modernes).
En tout cas, tu as tenu bon, tu as insisté (l’absence de crevasses et donc de douleurs a dû bien t’aider quand même. Ça c’est quelques chose qui me fait assez peur aussi) et tu as quand même pu allaiter les 3 premiers mois (même si j’ai bien vu que tu aurais aimé que ce soit du lait maternel exclusif jusqu’au bout).

le 17/03/2016 à 18h58 | Répondre

Étoile (voir son site)

Oui, j’aurai bien voulu. J’en ai rediscuté avec le pédiatre, et il m’a fait comprendre que même si je n’avais pas été à 100% exclusif, j’avais déjà fait un très bon boulot. Cela a eu vraiment du sens et un bénéfice de transmettre mes anticorps au moins jusqu’à trois mois. Je te souhaite bonne chance pour ton allaitement. Essaye de rester sereine et fais toi confiance. Pour les crevasses, j’en ai eu une semaine, mais avec les bouts de sein, cela m’a aidé. Je les ai gardé deux semaines environ (et je ne les mettais pas systématiquement, dès que ça cicatrisait, je les enlevais pour habituer progressivement les seins).

le 19/03/2016 à 10h26 | Répondre

Jahanara

Tes débuts ont été assez similaires aux miens : bébé qui a besoin d’être stimulé, crevasses d’un coté car bébé ne tétait que de ce côté le premier jour à cause de sa bosse sur le crâne due à la ventouse, perte de poids ou stagnation après la sortie de la maternité (je dis l’un ou l’autre car avec le changement de balance, on n’a jamais su s’il avait vraiment perdu du poids ou pas). En revanche, il a eu des compléments donnés à la paille pendant 24h le temps que ma montée de lait se fasse : je le mettais au sein d’abord et quand il avait fini on lui proposait un complément. Dès le lendemain, j’avais assez de lzit et on a pu arrêter les compléments. Mais contrairement à toi, j’ai eu la chance que ma sage-femme me motive pour relancer ma lactation vers J15 sans me faire peur : repos, tisanes, homéo, mises au sein plus fréquentes et le poids de bébé est reparti à la hausse sans aucun complément. Le coup de la durée des tétées ça m’a toujours soulé aussi : bébé y passait quasi une heure au début et on me disait aussi que c’était pas possible. Et les médecins qui mettent toujours en doute le fait que tu aies assez de lait, c’est juste hyper agaçant, surtout quand le bébé prend bien du poids !!! Pas facile de ne pas écouter, mais faut pas s’étonner que plein de mamans arrêtent parce qu’on meur fait peur à tort !
Là ça fait presque 3 mois que je l’allaite exclusivement et mon prochain challenge va être de tirer mon lait au boulot pour arriver à poursuivre un allaitement exclusif…

Petit conseil à celles qui veulent allaiter : en cas de doutes, n’hésitez pas à appeler une animatrice de la Leche League !! Sur leur site inyernet vous trouverez les horaires de permanence téléphonique et le numéro de téléphone : rien de mieux pour se rassurer et reprendre confiance quand on s’inquiète !

le 18/03/2016 à 00h23 | Répondre

Étoile (voir son site)

C’est super bravo et bon courage pour la reprise du travail 🙂 J’ai tiré environ 10 jours pour ma part au travail, mais comme je n’avais déjà plus beaucoup de lait, je ne tirai plus beaucoup au travail… Par conséquent, j’ai arrêté à ce moment là. Petit Prince ne cherchait plus mon sein aussi, donc j’ai l’impression qu’on a un peu arrêté tous les deux d’un commun accord 🙂

le 19/03/2016 à 10h30 | Répondre

elewan

J’ai eu le même parcours que toi … Pour mon ainé j’ai été très mal accompagner … j’ai du abandonner parce que j’ai jamais eu de montée de lait et qu’a 1 mois mon fils à commencer à reprendre du poids grâce au premier complément … Pour ma seconde , motivée à blog ( cette fois j’y arroverais !!) J’été super contente, elle tétait bien allaitement exclu à l’hôpital … sauf que jaunisse … grande fatigue pour elle et elle s’est mise à perdre du poids … On m’a fait peur : si vous lui donner pas de complément elle va pas reprendre du poids, se fatiguer et la jaunisse reprendra le dessus …) Et j’ai donné des compléments … Au bib d’abord puis au dal tellement je voyais qu’elle s’habituait vite au bib … Au début j’été contente et je me disait que ça allait repartir vite … Mais ça jamais été le cas et pourtant j’ai tout essayé : mon dispositif spécial tété : bb au sein avec le dal que j’ouvrait qu’au bout d’un moment de tété et tire lait sur l’autre … De quoi te faire détester l’allaitement … Malgrès tout ( tisances ect en plus bien sur) ma lactation n’augmentait pas, je tirai désespérément 30 ml par été quand j’avais de la chance … Je savourait cette tété de nuit que je lui donnais qu’au sein ^^ Et à 2 mois elle a fait ses nuits … La nuit mes seins explosé et j’allais la chercher le matin tellement j’en pouvais plus, et dans la journée si elle avait pas de compléments elle hurlait … bref j’en ai eu marre … J’avais tout les inconvénients des 2 solutions sans avoir aucun avantages … A partir du moment ou j’ai arrêter de tire mon lait et de lui donner les compléments au dal, ma produtcion à vite décliné et à 3 mois et demi elle été au bib … L’allaitement c’est pas qu’ une question de motivation … Mais faut rester motiver ! le prochain sera le bon ! et je donnerai pas de complément non plus !!

le 20/03/2016 à 11h27 | Répondre

Étoile (voir son site)

Bravo d’avoir persévéré 🙂 En tout, ce n’est pas parce qu’on ne tire pas beaucoup de lait que cela veut dire qu’on a pas de lait ! Il parait que le tire-lait fonctionne de manière très variable en fonction des femmes.

le 30/03/2016 à 20h46 | Répondre

Claire

Merci beaucoup pour ton témoignage ! Je me retrouve beaucoup dans ce que tu décris. Enceinte de mon premier je pensais que l’allaitement était quelque chose de naturel et d’evidant…tout s’est très bien passé les 10 premiers jours et apres le poids de bébé a stagné, il n’a récupéré son poids de naissance (gros bébé) qu’au bout de 1 mois. Je suis accompagnée par une super conseillère en lactation, bébé à 2 mois maintenan mais rien n’y fait il prend max 90gr /semaine, je vais devoir augmenter les compléments de LA au DAL (j’étais à 100ml/jr)..j’ai eu une chirurgie mamaire qui a provoqué une baisse de sensibilité au niveau du mamelon, ce qui explique en partie mes difficultés. Malgré tout je ne veux pa arrêté maintenant, meme si c’est difficile je voudrais tenir au moins 3 mois. Ton témoignage me donne de l’espoir et m’aide à déculpabiliser : je me sens moins seule !

le 18/01/2018 à 22h27 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?