Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Quand l’allaitement, en fait, c’est pas si pire !


Publié le 31 mars 2016 par Chaperon Rouge

L’accouchement, j’y allais sereine et confiante. Parce que je savais que je n’avais pas tellement de prise dessus, et que tout ce que je pourrais faire, j’y avais été préparée. Mon mari, le meilleur coach qui soit dans ces cas-là, serait là pour me seconder. Tout irait forcément bien… ou mal, hein, mais on aurait fait ce qu’on pouvait.

Par contre, il y a une chose que j’appréhendais énormément. L’allaitement.

Il faut savoir que j’ai les seins extrêmement sensibles. Pas sensibles comme dans « Aïe, j’ai mes règles/je suis enceinte, j’ai les seins qui tirent ». Non, sensibles du bout, des tétons que « Non, non, tu ne touches pas, je déteste ça ». Alors va mettre une bouche vorace là-dessus, et laisser faire avec le sourire ce que tu refuses à ton mari en grimaçant…

Bref, l’allaitement, ça me faisait un peu flipper. Et en même temps, je VOULAIS allaiter. Vraiment. Pour un tas de raisons. Toutes celles qu’on lit dans les livres, bien sûr (c’est bon pour le bébé, y’a des anticorps, des vitamines, une diversité de goûts, toussa toussa, ça permet une perte de poids plus rapide, etc.), mais aussi pour des raisons très personnelles, comme le fait que je trouve ça beau, une femme qui allaite son bébé, que je ne suis pas fan des trucs bizarres qu’on trouve écrits sur les boîtes de lait en poudre, ou que ma maman n’ait pas pu m’allaiter (lait pas assez nourrissant, paraît-il…).

Ma sage-femme m’avait donc conseillé de :

  • préparer mes seins à l’allaitement, en étalant une crème tous les jours (deux fois par jour, même !) pour « endurcir » mes tétons (merci le supplice !),
  • demander une mise au sein dans les deux heures qui suivraient l’accouchement (non, ce n’est pas systématique : l’une de mes amies a attendu cinq heures pour avoir son bébé au sein, il avait été mis sous lampe chauffante avant…),
  • présenter les deux seins au bébé, car leur odeur n’est pas tout à fait la même (d’ailleurs, tu as pu le lire sur le blog, certains bébés ne prennent qu’un seul sein !).

Bon, tout ça, c’était bien beau, mais moi, ayant hérité des gènes de super pondeuse de ma maman (oui, laisse-moi y croire !), j’avais peur d’avoir aussi hérité de ses problèmes de lait… J’avais des fuites de colostrum de plus en plus abondantes depuis le début du quatrième mois, mais il paraît que ça ne veut rien dire ! Et si je n’avais pas assez de lait ? Et si mon bébé ne savait pas téter ? Et si je ne supportais pas de l’avoir au sein ?

Après mon accouchement parfait, on met donc ma Lueur au sein. Le droit pour commencer. On m’explique qu’à cet âge-là, le bébé ne boit que quelques millilitres de colostrum, juste de quoi mettre l’estomac en route, et déclencher la lactation chez la maman (genre « Roger, les gars, c’était pas une fausse alerte, le machin est bien sorti, et il va avoir faim ! On met l’usine en maaaaaarche ! »). Et là, problème : je n’ai pas de tétons. Enfin si, bien sûr, j’en ai, mais ils sont tout minus, et mes seins sont si tendus qu’ils disparaissent presque.

Avec l’aide de la puéricultrice sur place, je dois pincer un « bourrelet » de peau de ma poitrine pour permettre à ma fille d’attraper le sein. On pince, elle pose sa bouche, suçote un peu, s’énerve. On rit en lui disant qu’on lui en demande beaucoup pour son arrivée sur terre. Bref, tout le monde passe un petit quart d’heure un peu compliqué tandis qu’elle est sur mon sein droit. Ça tire.

Entre-temps, la puer nous a laissés pour que l’on s’apprivoise. Je demande à Monsieur Loup de prendre notre fille et de me l’installer sur l’autre sein. Et là, il se rend compte qu’elle m’a fait un énooooorme suçon… deux centimètres au-dessus du téton ! En fait, on a glissé au fur et à mesure, et comme je ne voyais pas ce que je faisais, elle s’est retrouvée à téter ma peau. Une magnifique ligne violette est apparue.

Monsieur Loup pose la Lueur sur le sein gauche, et c’est lui qui prend soin de pincer la peau et d’essayer de faire téter le bébé de façon un peu plus efficace. Elle est évidemment épuisée et n’aspire pas grand-chose, mais le peu qu’elle prend me fait un mal de chien. Je serre les dents en me disant que c’est normal, que c’est le début. Ma sage-femme m’avait dit qu’il fallait trois semaines pour mettre l’allaitement en place. Mais ça veut dire quoi, le mettre en place ? On parle de douleur qui disparaît ? D’efficacité de la lactation ? De rythme de tétées ?

WP_20151216_008

Crédits photo : Photo personnelle

Bref, la Lueur s’endort sur mon sein gauche. De retour dans la chambre, on s’aperçoit qu’elle y a fait une magnifique… CREVASSE !! Bon, la crème ne résout pas tout, alors… Allons-y pour un double tartouillage, crème à nénés + colostrum…

Je suis poisseuse à longueur de temps, et on me conseille de me promener les seins à l’air pour les « laisser respirer ». Voui… Mais moi, Messieurs-dames, je suis en chambre double, et je me lève trois fois dans la nuit pour aller changer ma Lueur quand elle se réveille, avant de la mettre au sein… Je ne suis pas pudique, mais il y a des limites à ce qu’on impose à nos voisins…

À chaque fois qu’on me met ma fille au sein, je sursaute et je me tends, me pliant vers l’avant. Les puer me répètent : « Détendez-vous, Madame ! Votre bébé doit partager ce moment complice ! » Mais à chaque succion, ça me projette en avant. Une horreur. Mais je tiens bon, quinze minutes sur chaque sein, comme on me l’a recommandé.

Au passage, je tiens à saluer l’équipe médicale. Que ce soit les docteurs, puéricultrices, infirmières, aides-soignantes… TOUS ont été impeccables, très à l’écoute, de bons conseils et sur la même longueur d’onde. Pas un seul n’a contredit son collègue, c’était vraiment super super rassurant.

Chacun me répète : « Surtout, si vous avez besoin d’aide pour la mise au sein, que vous voulez essayer d’autres positions ou quoi que ce soit, vous n’hésitez pas à appeler, même la nuit, hein ! » Et de fait.

Après deux jours de torture, à me retenir de hurler à chaque mise au sein, je ne présente plus que le droit à ma fille, tant le gauche me fait souffrir. Mais au bout de trois fois le même, je me rends bien compte que ma Lueur a de moins en moins à boire, qu’il faut que je la passe sur l’autre. J’ai mal rien que de l’imaginer au sein gauche, mais ma fille pleure à côté, dans son berceau (enfin, « pleure », c’est relatif : j’ai un bébé MEGA zen, qui se contente de vaguement gémir pour se manifester…), et il faut que je fasse quelque chose.

À 4h du matin, je sonne. Une aide-soignante arrive dans la chambre, une que je n’avais jamais vue encore.

« Tout va bien, Madame ? »

« Non, j’ai mal au sein gauche, j’ai une crevasse. J’ai mal au sein droit aussi, mais moins. Du coup, ça fait plusieurs fois que je lui donne le droit, mais là, elle a faim, et il faut qu’elle tète, et je sens qu’il faut que je donne le gauche. Mais j’ai mal, et ça me donne envie de vomir rien que d’y penser, et… »

Et là, je fonds en larmes. Devant la dame, en lui racontant mes déboires d’allaitement.

« Aidez-moi. Soit vous trouvez une solution, soit j’arrête tout… Mais j’ai vraiment envie de continuer… Faut m’aider, là… »

Je vois toute la pitié du monde dans ses yeux. Elle me console (je ne me suis même pas rendu compte que je pleurais, ça coulait tout seul ! Je n’arrivais à rien retenir !), et elle me dit : « Bon, c’est déconseillé avant la montée de lait, mais on va essayer les bouts de sein. Je reviens. »

Et elle revient. Avec le Graal. Elle me montre comment ça se met, me dit bien de les laver après la tétée, met ma fille au sein, et là… LÀ ! Je ressens tout le plaisir, le bonheur qu’on me décrivait quand on allaite le fruit de ses entrailles. C’est doux, et tendre, et très relaxant, en fait. Je ne sens plus que le bout de mon sein légèrement aspiré dans l’embout de silicone. Les infirmières sont surprises de voir comme ma fille tète bien. On l’entend déglutir régulièrement.

Après, ça a été drôle : je voyais les bouts de sein se remplir, et du coup, j’ai vu petit à petit le colostrum changer de couleur, s’épaissir… J’ai vu venir ma montée de lait, finalement !

La Lueur avait perdu 40g à J1, pris 20 à J2, et 10 à J3. Le biberon de complément qu’une infirmière m’avait laissé « au cas où » n’a, à ma grande fierté, jamais servi !

Voilà comment deux bouts de silicone ont sauvé mon allaitement ! Finalement, sa mise en place n’aura pris que trois jours…

DSC_2440-Modifier-47

Crédits photo : Phare Ouest Photo

Je reviens vite te faire un point sur ce qu’est devenu mon allaitement, avec un trimestre de recul !

Et toi ? Avais-tu des craintes concernant l’allaitement ? As-tu eu mal pour les premières mises au sein ? As-tu pu résoudre le problème ? Raconte !

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !


Porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

37   Commentaires Laisser un commentaire ?

Jahanara

Comme pour toi, les bouts de sein ont sauvé mon allaitement dès le début. Moi aussi j’ai rapidement eu une crevasse à droite car mon bébé refusait de téter à gauche le 1er jour du fait de la bosse qu’il avait sur le crâne due à la ventouse lors de l’accouchement… En plus à gauche, j’avais aussi un mamelon qui ressortait peu et du coup c’était bien plus facile pour le bébé avec le bout de sein. Quand après environ un mois j’ai voulu commencer à me passer des bouts de sein, il a fallu quelques jours d’adaptation pour que mon bébé accepte de téter sans. Je pense vraiment que ça vaut le coup de tenter d’en mettre avant de se dire que c’est trop douloureux et qu’on décide d’arrêter en tout cas !
J’ai hâte de lire la suite de tes aventures.

le 31/03/2016 à 08h20 | Répondre

Chaperon Rouge

C’est clair que ça sauve des allaitements ce truc! le pire c’est que j’en avais avec moi (une copine m’avait refilé les siens dont elle ne s’était pas servi), mais j’avais pas réfléchi à quoi servait ce truc!!

le 31/03/2016 à 22h13 | Répondre

Madame Vélo

Ton histoire ressemble un peu à la mienne, et je suis contente de lire que je ne suis pas la seule à être tellement sensible des tétons que mon mari peut à peine les toucher ! En tout cas c’est chouette que tu ai eu une équipe à l’écoute et bienveillante qui t’a aidé à tenir et à trouver des solutions pour que ça marche. Hâte de lire la suite !

le 31/03/2016 à 09h11 | Répondre

Chaperon Rouge

ooooh que oui, alleluia l’équipe efficace! (ma maman est convaincue que si son allaitement a échoué, c’est parce qu’elle a été mal entourée…)

le 31/03/2016 à 22h15 | Répondre

Chacha d'avril

Moi aussi les bouts de sein m’ont beaucoup aidé mais j’ai arrêté l’allaitement pour d’autres raisons (je ne vais pas tout révéler, un article va bientôt paraître..), je suis très contente pour toi si tout s’est arrangé aussi facilement !

le 31/03/2016 à 09h29 | Répondre

Chaperon Rouge

ah ben pour le coup, j’ai hâte de lire ton article!

le 31/03/2016 à 22h17 | Répondre

Charlene

Bravo ! Les débuts ne sont pas évident et c’est super que tu aies eu une super équipe. C’est super d’avoir des témoignages positifs sur l’allaitement !
Moi j’étais les nénés a l’air tout le temps (même pour les visites) je ne supportais pas le contact du tissus…Bonne continuation !

le 31/03/2016 à 09h44 | Répondre

Chaperon Rouge

je peux te dire que je suis une sacré exhibitionniste la plupart du temps, mais va savoir pourquoi, à l’hosto, ça me branchait pas! (en fait, être les nénés à l’air, c’est trop bien… quand t’es chez toi! ailleurs, euh… bof bof!)

le 31/03/2016 à 22h28 | Répondre

Miss Chat

Oh cette photo (la première), elle est magnifique ! <3
Tes premières difficultés d'allaitement ressemblent tellement aux miennes, je me reconnais dans toute ta description de cette détresse face à la douleur… Sauf que personne ne m'a jamais proposé les bouts de sein. On m'a uniquement suggéré des positions différentes et de la lanoline et déconseillé tout "ustensile". J'ai passé presque 6 semaines à souffrir, en alternant seins, allaitement au tire-lait et parfois un biberon de complément, avant que mes seins ne "prennent l'habitude". Prochaine grossesse, c'est le premier truc que j'achèterai.
Je trouve ça génial que tu aies pu en profiter aussi vite donc ! 😉 Hâte de lire la suite…

le 31/03/2016 à 09h46 | Répondre

Chaperon Rouge

ben j’en suis bien contente aussi: franchement, l’allaitement ca fait parti des trucs pour lesquels je me disais tout le temps « on verra le temps que je tiendrai ». Alors si ca avait été comme toi, j’aurais laissé tombé très très vite. Vraiment. j’en ai fait des positions moi aussi! couchée, madonne, ballon de rugby, toussa toussa… tout allait à la lueur, mais pas à mes nénés!! 🙂

le 31/03/2016 à 22h32 | Répondre

Madame D

Oh c’est trop beau un bébé au sein !!!
Je suis contente pour toi que c’est ai bien fonctionné et que tu soit tombé sur des aides charmantes !

le 31/03/2016 à 10h25 | Répondre

Chaperon Rouge

merciiiiiiiiiii!!! (ce nombre de photos de ma fille qui tète que j’ai… c’est un peu chelou quand même ^^)

le 31/03/2016 à 22h32 | Répondre

Mademoiselle Un Bébé en premier

Pour moi malheureusement, les bouts de seins n’ont pas fonctionné. J’avais presque toujours aussi mal, et je voyais du sang mêlé au colostrum … C’était beurk et flippant. Les seins à l’air…je l’ai fait dans ma chambre simple, mais ça n’a pas aidé non plus ! C’est vrai qu’en chambre double, c’est pas tellement évident, même si toi même, tu le vis bien !

le 31/03/2016 à 10h36 | Répondre

Doupiou

Tout comme toi les bouts de seins m’ont littéralement ruinée !
J’avais un téton plat alors on m’a mis les bouts de seins dès le lendemain de la tétée et une crevasse est apparue instantanément ! Je voyais aussi le sang mélangé au lait dans le bout de sein…

le 31/03/2016 à 11h00 | Répondre

Chaperon Rouge

mais c’est fou ça!? vos seins étaient déjà trop abîmés dessous, ou les bouts de sein on fait ça? ça devait etre flippant en effet de voir le sang dans le lait (mais c’est sans danger, apparemment)

le 31/03/2016 à 22h36 | Répondre

Jahanara

Le coup du sang mélangé au lait ça m’est arrivé aussi. C’est un peu flippant la 1e fois, surtout quand tu t’en rends compte suite à un crachouillis de bébé…
Pour moi c’était lié à la cicatrisation de ma crevasse apparue avant les bouts de sein : ça avait formé de petites croûtes qui se ramollissaient lors de la tétée et devaient saigner un peu (je n’ai jamais pu l’observer sur moi, uniquement sur des traces de lait teinté…). Ça a duré un ou deux jours puis ça a fini par cicatriser.

le 01/04/2016 à 07h24 | Répondre

Mademoiselle Un Bébé en premier

J’avais déjà une petite crevasse en dessous. Je ne crois pas que ça ai empiré, ça m’a juste fait flipper encore plus, même si je savais que c’était sans danger. Honnêtement, c’est une douleur que j’ai trouvé insupportable. J’ai du coup stoppé à regrets…et eu ma montée de lait malgré tout… donc j’ai profité de plusieurs mois de « tétées plaisir », une vraie consolation !

le 01/04/2016 à 22h11 | Répondre

Camomille (voir son site)

C’est toujours rassurant de lire un témoignage sur l’allaitement qui se passe bien, merci !
Ici aussi, les bouts de sein ont été salvateurs.

le 31/03/2016 à 10h45 | Répondre

Chaperon Rouge

ouiiiiiiiiiiiiii! un début positif en tous cas 😉

le 31/03/2016 à 22h38 | Répondre

Mlle Mora

Je salue ton courage d’avoir insisté, et c’est super que finalement ça fonctionne bien. Je n’arrive pas du tout à me faire à l’idée d’allaiter, c’est bizarre pour moi. Mais je suis toujours contente de voir que pour nombreuses d’entre vous ça se passe bien.

le 31/03/2016 à 12h12 | Répondre

Chaperon Rouge

c’est vrai, ça te semble bizarre? Ce qui compte, c’est de le faire de façon convaincue et ZEN. C’est pour ça que j’y allais pas très rassurée. Si ça n’avait pas marché, j’aurais pas insisté, mais je suis ravie que ça ait pris (mon côté fainéante prend le dessus dans ces cas là ^^)

le 31/03/2016 à 22h41 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

Tu as été très courageuse et c’est vrai que pendant tout ton récit je me demandais pourquoi on ne t’avait pas donné un bout de sein piur te soulager. Pourquoi est ce déconseillé avant la montée de lait, tu le sais ?

le 31/03/2016 à 12h30 | Répondre

Madame Vélo

De ce que j’ai compris c’est déconseillé de les utiliser trop tôt et de les utiliser en permanence pour plusieurs raisons : ça ne stimule pas la lactation aussi bien que la bouche de bébé et le risque est que bébé n’arrive plus à prendre le sein sans le bout de sein en silicone.
Mais c’est vrai que je les ai utilisés aussi et ça m’a sauvé ! Par contre je faisais attention de ne pas les mettre à chaque fois, et je les enlevais en milieu de tétée, une fois que le téton était bien ressortit et que bébé avait suffisamment calmé sa faim pour avoir un peu plus de patience !

le 31/03/2016 à 14h01 | Répondre

Chaperon Rouge

Merci Mme Fleur! Oui, mme Vélo a cité quelques raisons au fait qu’on déconseille les bouts de sein

En fait, avant la montée de lait, quand c’est encore du collostrum qui coule, on a besoin que bébé tête fort et convenablement pour déclencher la montée de lait. Chose qui est atténuée par le bout de sein. comme ça créé un « vide » entre la bouche et le téton, c’ezst 2x plus d’efforts pour bébé qui doit têter fort pour faire sortir le lait. Et puis, une Sage Femme m’a dit qu’il était mauvais de laisser le téton « macérer » dans le lait (idem coques et coussins d’allaitement), car ca attire toutes sortes de bactéries qui se déposent sur la peau fragile. Or un bébé au début, ça peut passer 30min sur chaque sein, s’endromir, le reprendre dans la foulée etc. Bref question d’hygiène aussi quoi.
Par contre en effet elle s’est très vite habitué à la chose, et je n’ai jamais pu la faire téter sans, après. Mais du coup, elle n’a aucun problème de confusion « sein/tétine », donc on lui donne tototte et bibs de lait maternel et puis pouf, au sein dans la foulée, lol

le 31/03/2016 à 22h49 | Répondre

Cricri2j

J ai réagi comme toi et une sage femme m a sauvé avec les bouts de sein!! Par contre, bebe n a plus jamais voulu téter sans. J ai donc allaiter 4 mois avec mes bouts de sein mais sans douleur et avec de supers moments avec ma puce. La j attends le 2ème on va essayer sans mais j en aurai dans mon sac pour la mater c est sur!!
Il paraît qu il faut les éviter car on aurait moins de lait produit avec mais ça dépend de chacune.

le 31/03/2016 à 13h50 | Répondre

Chaperon Rouge

Ben j’ai pas eu l’impression d’avoir moins de lait: je déborde perpetuellement, et franchement, je ne vois pas de drame à allaiter au bout de sein si ça convient à maman et bébé 🙂

le 31/03/2016 à 22h51 | Répondre

Marie

ah, je tombe sur un article de bout de sein, que j’avais lu il ya qq mois, mais oublié.
bref, mon allaitement a super mal demarré avec un bébé en réa pd 12h avec oxygene, puis 1 sem d’unité kangourou, un bébé sous perf d’antibio, epuisé qui n’arrrive pas à bien teter le sein. j’ai une super equipe qui s’acharne car comme je veux pas de bib, on le fait teter sur le sein avec une paille du lait en complement pour stimuler le sein et la montée de lait, ou téter sur le doigt. mais retour à la maison je n’ai pas assez de lait et après avoir passé une nuit à essayer de ne faire que de sein j’abdique et je donne un bib pour dormir et je le vois enfin zen et rassasié. Alors je fais un allaitement mixte, du sein qu’il prend pas bien, du tire liat et donc bib de lait maternel et bib de lait artificiel. et au bout de 2 jours, bébé ne veut plus du sein car pourquoi se fatiguer alors que le bib vient tout seul. je suis en pleurs, mon allaitement est mort. et là, la sage femme à domicile me propose le bout de sein!!! et miracle ça ressemble au bib donc bébé retète!!!
mais depuis (bébé a 5 sem) j’entend bcp de chose: que l’allaitement mixte c’est pourri ça lui donne mal au ventre, que je dois absolument enlever les bouts de sein sinon il tète pas assez fort et le lait va s’arreter, que je dois donner 1 sein, que je dois donner les 2 seins… pfff, c’est difficile de s’y retrouver!! quoi qu’il en soit, bébé ne veut pas téter sans les bouts de sein!!
d’ailleurs si quelqu’un a fait du mixte et que ça s’est bien passé, je suis preneuse d’encouragements!!

le 04/11/2016 à 07h51 | Répondre

Chaperon Rouge

Ohlala en effet ma pauvre ca n’a pas du être facile! Cest incroyable que le bout de sein ait sauvé ton allaitement comme ça, je ne pensais pas que ça pouvait aider un bb a se « ré intéresser » au sein ^^ cest génial!
Pour ce qui est de la mixité: Le principal danger cest que comme ton bb boit au biberon, il est donc mathématiquement moins au sein, donc ton corps se dit qu’il n a pas besoin de produire autant et diminue petit a petit la quantité de lait produit. Du coup tu donnes plus le biberon pour compenser etc cest un peu le cercle de la mort mdr. Mais tant que bb accepte les deux, et que ça te plait, franchement ne te prend pas le chou. Si il suit sa courbe et qu’il semble bien portant c’est que cest ok. Pour les problèmes digestifs liés au lait industriel, souvent changer de marque est une solution, faut juste trouver celle qui lui convient (la lueur par exemple ne supporte pas le lait en poudre mais en bouteille aucun problème elle boit n’importe quelle marque!!!). Mais si il n a pas l’air de souffrir cest que son lait lui convient t embete pas 🙂
Pour le reste, la lueur a spontanément arrêté d utiliser le bout de sein vers 7 mois, a la fin de mon allaitement. Je ne sais pas pourquoi, juste du jour au lendemain elle a su trouver le sein sans l aide du silicone, et j’ai apprécié! Mais avant ca elle a tété non stop avec, et ça ne l a pas empêché de grandir, et mon lait de continuer a être produit. Dc j avais pas de raison de « forcer l arrêt ». Par contre j avais toujours un sein qui produisait moins que l autre, donc je le proposait d abord pour stimuler le sein, puis je la mettais dur l autre pour au elle ait sa dose et je la remettais ensuite sur le premier. Donc systématiquement les deux, mais pareil, chacun fait a son gout! Juste se rappeler que plus bb tete un sein plus il produit de lait donc plus ton allaitement va durer 🙂 le mien s est arrêté 2 mois après le début de l allaitement mixte, je ne tirais plus mon lait et la source s’est peu a peu tarrie 🙂 courage!

le 04/11/2016 à 08h17 | Répondre

Marie

je culpabilise quand les gens me donnent des conseils mais je fais à ma sauce. pour l’instant ça marche pas trop mal, et vive les bouts de sein. j’ai pleuré de soulagement et fais la danse de la joie quand j’ai vu qu’il tetait de nouveau avec!!!. mais mon fils est une feignasse goulu qui s’endort au bout de 10 min quand il a du boire tout le lait facile du sein. puis je dois le stimuler et le reveiller pour qu’il prenne le biberon. le plus souvent je tire l’autre sein pour pas trop le fatiguer. (et parce que son père veut absolument savoir combien il boit et avec l’allaitement c’est pas possible… oui oui il est un peu stress son père 😉 ) je donne pas mal de lait maternel la journée et passé 18h, basta je le gave de lait artificiel et il fait ses nuits, dernière tétée et biberon à 21h hier soir et réveil à 5h30!! c’est merveilleux, je dors et je suis plus zen. et je vois bien qu’avec le tire lait, j’ai augmenté doucement ma production. je dois être à moitié moitié, et je suis plutot fière de moi 😀 par contre au boulot je me vois très mal tirer mon lait et donc sevrage obligé en janvier. meme si ça m’enchante pas car j’aurai bien aimé passer l’hiver et le proteger avec mes anticorps.
c’est genial que tu ais tenu 7 mois et que tu ais pu tirer sur ton lieu de travail!!

le 04/11/2016 à 11h44 |

Madame Hope

Merci pour ce joli témoignage. Tu me donnes de l’espoir. On entend tellement tout et n’importe quoi sur l’allaitement qu’au final je suis aussi contente de lire que parfois ça peut se passer bien 🙂

le 31/03/2016 à 15h22 | Répondre

Chaperon Rouge

ça se passe souvent bien, hein! sinon ya bien longtemps qu’on aurait arrêté d’en parler ^^

le 31/03/2016 à 22h54 | Répondre

Alice

Les douleurs à la mise au sein sont dues soit à une mauvaise position de bébé soit à sa mauvaise succion.
Et plutôt que de proposer des morceaux de plastique qui sont loin de résoudre le problème (voire en créent d’autres), la première chose à faire en cas de douleurs non liées à la position est de faire évaluer la succion par un professionnel compétent. J’insiste sur le compétent : orl spécialisé nourrisson, stomato, voire dentiste. Quelques conseillères en lactation peuvent émettre un avis mais rien ne vaut le diagnostic d’un professionnel.

Ce qui est rassurant est que malgré tout vous avez réussi à partager cette belle expérience ensemble. (et sans serrer les dents 😉 )

le 31/03/2016 à 17h07 | Répondre

Chaperon Rouge

Ouh là, c’est un peu sec et fermé, comme commentaire! 🙂 je suis à fond pour les conseillères en lactation etc, mais quand tu es coincée dans ta chambre d’hopital à 4h du matin, c’est pas la première solution qui vient. Et quand la première solution n’est pas dangeresue et qu’elle est immédiatemment efficace, franchement, je dis merci! La Lueur n’a aucun problème, on a fait regarder le frein de langue etc. Elle avait une très bonne succion dès le début, j’ai juste des seins trop fragiles, ça ne me pose pas de problèmes tant qu’ils produisent bien et que mon suuuuper bébé aspire comme il faut pour prendre du poid set continuer la production. Par ailleurs, il m’arrive parfois de mal la poser, et je sens bien la différence de sensation dûe au tiraillement. Là, c’était vraiment pas la même douleur…

le 31/03/2016 à 22h59 | Répondre

Maud

Oooooh trop belle ta princesse ! Ça me rend nostalgique de mon propre allaitement qui a duré 6 mois (j’ai du arrêter pour reprise du travail). Moi aussi, seins sensibles, je pensais ne pas supporter de l’allaiter. Mais ça s’est mis tout doucement en place et surtout je n’ai eu aucune crevasse ou grosse douleur donc chapeau d’avoir voulu persévérer !

le 01/04/2016 à 07h35 | Répondre

Chaperon Rouge

tu as repris le boulot après 6 mois? la chance!!! je devais laisser ma pepette à même pas 3 mois… le tire lait est devenu mon ami… :/

le 07/04/2016 à 19h19 | Répondre

Maud

Et oui je suis heureuse d’avoir eu la possibilité de rester avec elle, d’en avoir profité, et d’avoir repris le travail reposée. Et d’avoir prolongé mon allaitement également car j’ai réfléchis à continuer en parallèle mais ça aurait été trop contraignant pour moi.

le 07/04/2016 à 20h58 | Répondre

Melimelanie

C’est amusant parce que moi c’est tout l’inverse de toi. J’appréhendais l’accouchement (j’avais lu que c’était aussi intense que faire un marathon et comme je m’écroule au bout d’un kilomètre… hum hum) alors que l’allaitement pas du tout.

Mais l’expérience familiale doit beaucoup jouer et pour le coup ma mère nous a allaité ma sœur et moi et depuis que je suis jeune je n’en ai entendu que du positif et du « c’est merveilleux la relation que tu construis avec bébé ». Donc forcément c’était un peu ancré en moi. Et pourtant les débuts n’ont pas été idyllique comme je l’ai raconté. Et le bout de sein m’a aussi sauvé! Et comme toi pour le prochain bébé je n’oublierai pas de glisser les bouts de seins dans ma valise pour la maternité! Même si je me dis que le corps ayant une mémoire des événements avec un peu de chance pour le prochain bébé mes seins se souviendront et seront prêt plus rapidement.

le 01/04/2016 à 08h43 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?