Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Mon expérience de l’allaitement au tire-lait


Publié le 5 mars 2015 par Madame Tout Court

Ce matin, une copine m’a demandé comment j’avais vécu le « tire-allaitement ». Le QUOI ?? Jusqu’à ce matin, j’ignorais que le fait de tirer son lait pour le donner à son bébé au biberon (sans lui donner le sein, donc) portait un nom.

J’ai donc pratiqué l’allaitement au tire-lait pendant deux mois, à la naissance de ma fille.

Plusieurs amies et connaissances l’avaient fait avant moi. Certaines étaient très enthousiastes, d’autres plus mitigées, mais avaient apprécié cela comme méthode de transition. Il y a certainement autant d’expériences qu’il y a de femmes, mais je te livre mon avis brut, avec le recul : c’était pour moi une forme de torture à petit feu.

Pourquoi avoir choisi cette méthode d’allaitement ?

Je sais que dans certains cas, c’est un choix volontaire et réfléchi en amont.

Ce n’était pas mon cas. Avant d’accoucher, je savais que je voulais essayer d’allaiter ma fille au sein. Je n’étais pas convaincue que ça fonctionnerait, ayant beaucoup d’exemples d’échecs autour de moi, mais j’en avais vraiment envie et étais prête à m’investir à fond.

Malheureusement, ma fille était trop pressée de découvrir le monde, et après avoir perdu les eaux à 32 semaines d’aménorrhée, je n’ai pas pu la garder au chaud au delà de 34 semaines et demie.

Nous avons été séparées les 48 premières heures. Pour combler l’attente, j’ai demandé un tire-lait à la maternité, pour amorcer ma montée de lait : ma toute petite louloute allait avoir d’autant plus besoin de toutes les bonnes choses que j’avais à lui apporter, je ne voulais pas perdre de temps. Ce tire-lait bas de gamme n’a pas réussi à me sortir une seule goutte de colostrum, et encore à moins provoquer ma montée de lait !

Je pensais qu’avec ma fille dans les bras, ça irait mieux. Mais malheureusement, elle ne voulait pas téter. Pourtant, jusque-là elle avait été nourrie par sonde, donc ça n’aurait pas dû modifier son réflexe de succion… J’ai donc continué à essayer tant bien que mal de tirer mon lait, le temps qu’elle « apprenne à téter », et à lui présenter le sein avant chaque repas, avant de lui donner son lait au doigt pour ne pas qu’elle s’habitue à la tétine d’un biberon. Le fait est qu’elle n’a jamais voulu téter au sein. Malgré un soutien sans faille (il faut le souligner !) de toute l’équipe des sages-femmes et de la néo-nat !

J’ai donc continué à tire-allaiter, cette torture à petit feu, comme je l’appelle.

dispositif d'aide à l'allaitement - allaitement au doigt

Crédits photo : Photo personnelle

dispositif d'aide à l'allaitement - allaitement au doigt

Crédits photo : Photo personnelle

Pourquoi c’était une torture pour moi

D’abord, j’ai mis une semaine à réussir à tirer 10ml (autrement dit, 5mm au fond d’un biberon), et ce en tirant 20 à 30 minutes 8 fois par jour. C’est allé en augmentant très progressivement (en ayant changé pour un tire-lait de compétition !), mais je n’ai jamais réussi à avoir assez de lait pour couvrir ses besoins d’une journée – je ne te parle même pas d’en avoir d’avance ! Pendant ce temps, ma fille était complétée au lait artificiel.

Donc au début, où elle tétait toutes les 2h30, ma journée se déroulait de la façon suivante :

  • 30 minutes de tire-lait
  • 5 minutes de rangement de la machine et des accessoires
  • 5 minutes pour lui changer la couche etc.
  • 10 minutes à essayer de la mettre au sein quand même, pour voir si cette fois-ci elle allait bien vouloir le prendre
  • 20 minutes de tétée au doigt (puis au biberon quand j’ai abandonné d’essayer de la mettre au sein)
  • 20 minutes de rot/câlin
  • 1h de douche OU repas OU lessive OU dodo (et encore, c’est quand j’arrivais à m’endormir rapidement – et j’ai de la chance, ma fille n’a jamais eu de mal à dormir).

JOUR ET NUIT.

Certes, ça s’est espacé un peu les semaines suivantes, mais je gagnais tout au plus 1h de rab entre deux repas… Bref, c’était épuisant.

Ensuite, j’avais l’impression de cumuler les inconvénients des deux méthodes, biberon et sein, et d’autres s’ajoutaient encore :

  • obligée d’acheter du lait artificiel, des biberons, de les laver, préparer et réchauffer le lait avant de le donner (car je conservais les éventuels excédents au frigo)
  • quasiment impossible de passer le relais au papa – certes, il pouvait donner le biberon à ma place le premier mois (il était en congés), mais après, il bossait la journée et avait besoin de dormir la nuit. Et puisque j’étais déjà debout pour le tire-lait, c’était idiot qu’il se lève aussi !
  • interdictions alimentaires de la grossesse prolongées
  • difficulté à suivre lors des « pics de croissance » de ma fille
  • obligée de trimballer mon tire-lait (en plus des biberons qui doivent se conserver au frais) si je quittais la maison pour plus de 3h, et de trouver un endroit où je pouvais me traire tranquillement (ah, tirer son lait dans les toilettes d’une aire d’autoroute… MEMORABLE !)
  • impossible d’allaiter tranquillement au lit : pour le tire-lait, tu dois être assise bien droite, et tenir les téterelles en place. Tu ne peux pas bouquiner en même temps, par exemple… Combien de fois j’ai renversé tout mon lait par terre en voulant répondre à quelqu’un sur Facebook… (Bon, il paraît que certaines y arrivent, mais ici ça n’a jamais marché !)

Et puis j’ai eu mal. J’ai eu des crevasses et des engorgements à plusieurs reprises. Je suis allée jusqu’à la mastite, quand ma fille a eu deux mois.

C’est d’ailleurs à ce moment-là que j’ai réussi à arrêter : mon lait faisait vomir ma fille.

Mon bilan de l’allaitement au tire-lait

Oui, tu as bien lu, je dis que j’ai « réussi » à arrêter. Aujourd’hui, je dirais que j’ai entretenu une relation S/M avec mon tire-lait (n’ayons pas peur des mots !). Il me faisait du mal, c’était une torture physique et psychologique, et pourtant je continuais. Parce que j’avais l’impression d’avoir besoin de lui, que ma fille avait besoin de lui. Et puis j’avais tenu jusque là, pourquoi arrêter maintenant ?

Et pourtant, si c’était à refaire… Je crois que je replongerais. Comme on revient avec un amant qui nous a détruite mais qu’on a terriblement aimé.

Et toi ? Tu as tire-allaité ? C’était un choix réfléchi, ou ça s’est imposé par la force des choses ? Ça s’est bien passé, ou ça a été très pénible pour toi ? Tu réussissais à faire autre chose tout en tirant ton lait ? Raconte !

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !


Porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

27   Commentaires Laisser un commentaire ?

Madame Biologie

Ah les joies du tire-allaitement ! Ça ne me manque mais pas du tout !!! Et pourtant je pense qu’au prochain je réessaierai le sein et si ça ne marche pas, je retenterai le tire-lait également, mais cette fois pas un bas de gamme, on verra si ça change qqch 😉

le 05/03/2015 à 09h02 | Répondre

Madame Tout Court

De mon expérience, c’est mieux mais pas la panacée quand même 😉 je te souhaite que ça marche mieux la prochaine fois!

le 05/03/2015 à 13h02 | Répondre

sunshine

un tire-lait haut de gamme, ça change la vie! j’avais essayé les autres et j’étais tt de suite blessé. avec ma « machine de guerre » j’ai pu tenir 5 mois.. 5 mois de contraintes et de disciplines, mais à refaire je ferai tt pareil!!!

le 05/03/2015 à 09h54 | Répondre

Madame Tout Court

Wahou, 5 mois!!! j’admire! c’était un choix volontaire ou bébé réfractaire?

le 05/03/2015 à 13h03 | Répondre

sunshine

j’avais plein de lait mais la petite puce n’arrivait pas à prendre mon sein.. Je tenais tellement à l’allaitement que ce fut un bon compromis! après, une fois que la discipline était prise, c’était parti… j’ai même allaité après la reprise du travail mais j’ai pas tenu longtemps! L’épuisement a eu raison de mon entêtement 😉

le 05/03/2015 à 19h07 | Répondre

Julia

Ah la la, les tires lait bas de gamme et les 5 mM au bout de 30 min de torture, je l’ai connu aussi avec mon premier (mais heureusement pour nous, c’était plus pour du confort de vie alors j’ai pu arrêté). Pour la deuxième, j’ai aussi pris un tire lait mais de compét’ et là quand même ça fait une sacrée différence ! Après j’ai la chance que l’allaitement (celui au sein) se passe bien, parce que je ne pense pas que j’aurai pratiqué le tire-allaitement, je me serai très vite découragée.
Alors bravo ! Et j’espère que si il y a un deuxième bébé, tu puisses allaiter et pas tire-allaiter

le 05/03/2015 à 10h02 | Répondre

Madame Tout Court

Merci! oui, j’espère aussi que j’arriverai à allaiter au sein… ou pas. j’avoue que maintenant que j’ai l’expérience du biberon, j’y vois pas mal d’avantages… bref, on verra ça le moment venu :p

le 05/03/2015 à 13h07 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

J’adore tes métaphores !!!
Je te trouve très courageuse, vu ce que tu décris, d’avoir continué aussi longtemps.
Je n’ai pas d’enfant, mais comme toi ma sœur a eu un prématuré et elle a tire allaité un temps, et bien je pense qu’elle l’a vécu de la même manière que toi ! Et pourtant, elle avait un tire lait de compétition.
J’espère que pour un second l’allaitement se passera bien !

le 05/03/2015 à 11h14 | Répondre

Madame Tout Court

Hahaha, merci 🙂 *rougit*

le 05/03/2015 à 13h08 | Répondre

Mathou

Je compatis avec toi, et même si j’ai eu plus de chance que toi au final, je suis passée par ces galères! Avant tout bravo pour ton courage!
Pour ma part, bébé à terme pourtant mais qui n’arrive pas à téter. Une semaine à la maternité avec une équipe qui m’encourage à fond.Je rentre chez moi, mon bébé ne tète toujours pas. Mon médecin me soutien mais n’y crois pas, il m’encourage à tirer mon lait le plus longtemps possible. Quelle galère, tirer toutes les trois heures, ne jamais avoir assez en stock, essayer quand même de mettre bébé au sein, donner un bib au final, laver le tire lait et… recommencer!
Au final ma fille a mis un mois à prendre le sein. Je pense que ce qui a sauvé mon allaitement c’est d’avoir beaucoup de lait, pas de problèmes de crevasse et mastites comme toi et surtout un tire lait pas de compét mais assez bien quand même.
Toutefois, une fois l’allaitement mis en place j’ai eu le tire-lait en horreur pendant plusieurs semaines. J’ai retiré ces derniers temps pour faire garder ma fille mais franchement, c’est très lourd.
alors vraiment bravo pour avoir tenu aussi longtemps! Je crois que j’aurai flanché avant, car vraiment tire-allaiter c’est lourd et l’allaitement au contraire devrait être simple (lait toujours prêt- pas de bib à laver). Mais la preuve en est de tous ces témoignages que c’est loin d’être toujours le cas.

le 05/03/2015 à 11h32 | Répondre

Madame Tout Court

Oui malheureusement… pourtant j’ai une copine qui l’a fait pendant 8 ou 9 mois de mémoire et qui n’a que des éloges!
C’est génial que ta fille ait fini par prendre le sein! la mienne tétait trois fois (super bien!), avait du lait plein la bouche, mais refusait de continuer après 🙁
Je pense que j’aurais vraiment pu avoir assez de lait, mais juste que le tire-lait ne le stimulait pas assez bien et ne le vidait pas assez non plus, d’où mes galères…
Enfin bon, j’espère ne jamais avoir à recommencer 😉

le 05/03/2015 à 13h13 | Répondre

MumChérie (voir son site)

Dure expérience ! J’ai tire-allaité quelques semaines pour mon 2e avec un tire lait prété en pharmacie. je n’ai pas connu toutes tes difficultés mais n’ai pas aimé du tout ! Heureusement, ça n’a pas duré et je n’ai pas eu de problèmes pour allaiter naturellement le reste du temps. Je comprends pourtant ta relation « SM » pour essayer de donner le meilleur malgré les difficultés !

le 05/03/2015 à 12h26 | Répondre

Madame Tout Court

Tant mieux si tu n’as pas eu à le faire longtemps! je te jure, ce truc m’a rendue complètement schizo :p

le 05/03/2015 à 16h56 | Répondre

Sophie

J’ai connu aussi les affres de la prématurité avec ma fille… Et le tire allaitement, et l’allaitement raté avec mon premier. Je partais pas du bon pied avec ma nénette! J’avais même pas envisagé une seule seconde de l’allaiter, pendant ma grossesse.
Et puis le lendemain de l’accouchement boucherie, de ma fille transférée à 200km, une AS (la même que pour mes deux premiers!) arrive avec le TL. Bon, soit, je vais essayer, histoire de dire: « voyez, j’ai rien!  »
J’ai eu 100 ml dès la première tirée…
Bon ben j’ai continué… Après tout c’est ce qu’il y a de meilleur pour elle.

Je suis allée voir ma fille en réa 4 j après l’accouchement, avec une graaande glacière rempli de bibs.

J’ai toujours essayé de lui donner le sein, sans succès. Malheureusement, ma fille a été transférée dans l’hopital plus proche de chez moi, et après 2 mois à tout tenter avec l’équipe soignante, je me suis retrouvée bien bien seule avec une équipe pas du tout au clair avec l’allaitement. Pas du tout renseignée. L’allaitement? pas une priorité…
J’en ai pris mon parti et je me suis (beaucoup) battue pour que ma fille n’ait que mon lait. Donc des tirages 8 à 12 fois par jour pour assurer sa provision.
Donc des tirages avec mon tire lait et mes biberons sur place à l’hopital (parce que n’étant plus hospitalisée, je n’avais plus le droit de demander un TL et qu’il n’y avait pas de biberons adaptés).
Et une désapprobation totale de l’équipe: mais comme je faisais tout dans les règles d’asepsie, ils ne pouvaient refuser mon lait. Ou c’était bib d’office. Donner le lait à la cuillère, ou à la pipette? mais quelle idée (:/ )

Et j’ai continué jusqu’à ce que l’on déménage, 6 mois plus tard, où j’ai réduit le nombre de mes tirages progressivement.

Mais je n’aurai jamais pu y arriver sans le soutien inconditionnel de mon mari, et du lactarium qui a eu grâce à moi beaucoup de litres de lait pour les prémas, parce qu’à chaque retour au lactarium j’ai pu faire don de mon lait.

J’étais contente que l’aventure se termine, mais aussi très fière d’avoir fait tout ça pour ma fille, là où je n’avais pas réussi pour mon premier où le tire allaitement et l’allaitement étaient clairement une torture.
Mais je le dis avec du recul, 3 ans que l’aventure allaitement s’est finie ;). J’étais euphorique quand j’ai rendu ma machine de compet’!
(et clairement, la machine y est pour beaucoup dans la réussite chez moi)

le 05/03/2015 à 17h45 | Répondre

Sophie

(et ma fille a eu mon lait jusqu’à la fin de la même année: j’avais énormément de stock! même moi j’en reviens toujours par, alors que mon premier si je résussisais à tirer 50 ml c’était la fiesta)

le 05/03/2015 à 17h47 | Répondre

Karine (voir son site)

Salut,

Je n’ai pas encore d’enfants, mais j’ai un peu réfléchit à l’allaitement et tout le taintouin. Et à vrai dire l’option tire-lait est celle qui me plait le moins… Et ton article confirme donc tout ça…
On va voir si je change d’avis au moment venu mais pour le moment je crois que je préfèrerais passer au biberon/lait en poudre que d’utiliser cette machine…

A+

le 05/03/2015 à 17h55 | Répondre

Sophie

Question anecdotes, j’en ai des tas ^^

La fois où un dimanche ma soeur a fait une pharmacie de garde à 45 km de la fête pour du lait spécial préma parce que nénette faisait un pic de croissance mais le temps que tout se mette en place chez moi, j’avais peur de ne plus suivre…
Lait préma qui n’a servi à rien car j’ai pu tirer ce qu’il fallait en fait…

Je profitais de chaque voyage en voiture pour tirer mon lait avec un tl manuel… Jvous dis pas la tronche des gens en plein bouchon quand ils me regardaient…

Quand mon deuxième prenait les téterelles et pleurait parce que le lait sortait pas chez lui…

Quand j’ai rendu mon appareil, et que la pharmacienne a ameuté tous ses collègues parce qu’elle ne savait plus si j’étais encore remboursable ou pas: « c’est la première fois que qqn garde un tire lait aussi longtemps!! »..

Attendre 3 h alors que la poitrine fait trop mal… J’avais eu le malheur de boire un verre de vin sans calculer avant…

On en rigole maintenant 🙂

le 05/03/2015 à 17h55 | Répondre

Banane

Pour cause de grande prématurité + malformation de la bouche, j’ai « tire-allaité » notre aîné pendant 3 mois. J’ai arrêté dès qu’il est sorti de l’hôpital en fait, parce que je ne me voyais pas gérer le tire-lait (à stériliser d’ailleurs) en plus de tout le reste. Il n’a jamais pris le sein efficacement (il fallait que ça lui coule tout seul dans la bouche, ce que ça faisait au départ mais pas assez pour le nourrir exclusivement)
Ca n’a pas été une partie de plaisir mais pas une souffrance non plus. C’était une nécessité pour lui et même si je ne m’étais pas posé la question de l’allaitement avant sa naissance, je n’ai eu aucune hésitation car c’était un peu notre seul lien au départ.
Ma chance c’est d’avoir été une grande productrice : rapidement je tirais 1L de lait par jour. Alors qu’il était loin de boire ça!! J’ai fait des stocks, il a donc eu au moins un biberon de lait maternel par jour jusqu’à ses 6 mois. J’en ai aussi donné au Lactarium de l’hôpital.
Suite à la naissance de sa petite soeur, j’ai d’ailleurs demandé s’ils voulaient de mon lait, car j’en avais trop, mais ils voulaient mettre en place un processus compliqué, du coup j’ai laissé tomber (et je n’ai allaité la petite, née à terme, que 7 semaines car je déteste ça, en fait… l’avantage du tire-lait c’est qu’on sait combien on donne, là je ne savais jamais et en plus le sein qu’elle ne prenait pas coulait dans tous les sens, c’était compliqué logistiquement)
Bref, le tire-lait ce n’était pas un choix mais ça a été un allier efficace.

le 06/03/2015 à 13h57 | Répondre

Leiza Augsburger

comme je te comprend!! le premier tire-lait que j’ai utilisé a été un vrai instrument de torture aussi!! maintenant j’en utilise un autre. et comme ton bébé, un de mes jumeaux refuse de prendre le sein… alors je donne le sein a un bébé et je tire du lait pour l’autre… ça donne un travail fou!!!!! tu peux lire mon récit ici: http://www.panierdezazou.com/lallaitement-teste-par-zazou/

le 15/03/2015 à 17h07 | Répondre

lacafouine (voir son site)

pfiou je reconnais bien ces galères de tirage de lait! pour d’autres raisons j’ai du tirer mon lait à gogo aussi (et je le tire toujours au boulot d’ailleurs) et j’ai connu quelques moment de solitude intense! Mais je ne regrette pas non plus.

le 24/03/2015 à 11h13 | Répondre

cyndurand (voir son site)

Quel beau partage, merci beaucoup. Vous avez beaucoup de volonté! Mon expérience en allaitement est complètement différente… http://www.lasaisondumammouth.blogspot.ca/2015/02/sallonger-pour-nourrir-bebe.html

le 17/04/2015 à 15h29 | Répondre

audre

J’ai l’impression de me revoir quelques années au paravent, et comme vous dit malgré les embûches je referai pareil pour un troisième si j’avais un troisième. J’aimerais tellement connaître ce moment là, allaiter son bébé sais tellement beau

le 22/05/2015 à 01h55 | Répondre

Hellodie

Comme je me reconnais dans ton témoignage! Comme toi j’étais hyper motivée, j’avais eu des lectures toute ma grossesse et je me voyais vraiment avec un bébé à chaque sein (et oui, j’attendais des jumeaux!). Mais après l’accouchement prématuré 9 semaines avant terme à 32 SA, la césarienne d’urgence et les bébés transférés dans un autre hôpital (je ne les ai vu que le 4ème jour)… J’ai été soutenue par l’équipe de réa puis de soin intensifs pour tirer mon lait, malheureusement de toutes petites quantitées pour deux enfants. J’ai continué, tiré toutes les 3 heures, mis le réveil la nuit, supporté les remarques de ma belle mère qui vraiment de « comprenait pas ».
Tout c’est compliqué lorsque les bébés ont été transférés en neonat apres 2 semaines dans l’hôpital de notre ville. J’ai du me battre pour que mon lait leur soit donné! Et comme je soutenait déjà l’un de mes petits entre la vie et la mort pour une entérocolite, c’était trop dur, je n’ai tenu qu’un mois. Ils on fini leur hospitalisation au lait artificiel. Le problème est qu’ils n’ont jamais su ou pu téter le sein, il ont commencé le bib a 5 semaines, et je ne me voyais pas tirer mon lait et m’occuper de 2 bébés en même temps. Courage à toutes les mamans qui tire-allaitent.

le 31/07/2015 à 11h48 | Répondre

Jen-Cz (voir son site)

Comme ça fait du bien de lire ton article. Même si ce que tu as vécu était loin d’être plaisant, mais ça fait tellement de bien de voir que l’on n’a pas été seule dans ce cas. Et je ne savais pas non plus qu’on appelait ça le tire-allaitement.

Pour ma part, mon bébé est arrivé à terme. Il faisait 4kg. Un bébé bien portant.
Allaiter c’était un de mes souhaits et jamais je n’aurais pensé galérer. Jamais…. Pourtant ce fut l’horreur. Première fois que je l’ai mis au sein, ça m’a tellement brûlé que j’en serrais les points et les pieds. Je pensais que c’était normal et j’attendais au fur et à mesure de la succion que cela se calme un peu… Mais rien ! A part des crevasses, du sang. C’était horrible. Je ne supportais même plus les vêtements sur ma peau. Du coup j’ai passé la majorité du temps avec les seins à l’air. Pas très glamour, mais le contact sur mes seins était tout simplement une torture. Mais j’ai insisté car j’y tenais réellement. J’ai donc comme toi nourri mon bébé à la sonde pendant 4 mois. 4 mois en pensant que ces douleurs aller tout de même cesser à un moment donner. Et bien rien du tout. J’ai eu plein de traitements différents car on ne sait pas vraiment ce que j’ai eu au final et pourtant j’étais suivi par infirmière, sage-femme, conseillère en lactation, et toute la clic.. J’ai même eu plusieurs mastites en essayant de me tirer le lait à la main (oui oui c’était un conseil d’une conseillère en lactation). Mais mes douleurs n’ont jamais cessé. Au bout de 4 mois je lui ai donné le biberon toujours en tirant mon lait et à 6 mois j’ai ENFIN compris que je n’y arriverai jamais et qu’il n’y avait pas de solution à mon problème, alors j’ai arrêté.

Malheureusement, je ne suis pas sur de pouvoir avoir la même expérience avec le prochain bébé tellement ça a été une période très difficile pour moi. Tant d’un point de vue physique que psychologique. Et pourtant c’est mon plus grand regret de ne pas avoir pu mettre mon bébé directement au sein.

Ahhh ça fait du bien d’en parler. Merci pour cette article et vive le tire-allaitement ! 😉

le 27/04/2016 à 16h06 | Répondre

Laura

Comme dit Jen, ça fait du bien de voir qu’on n est pas seule… ma fille est née il y a deux semaines, prématurée d 1,7kg. Deux semaines seulement… et pourtant je deviens déjà dingue à tirer mon lait 8 fois par jour après avoir tenté de donner le sein. Quand elle veut bien téter, je ne sais pas si c est parce qu’elle a une trop petite bouche mais elle me fait tellement mal au mamelon… je ne vois pas de solution à tout ça… quelle déprime.

le 31/10/2016 à 03h56 | Répondre

Emilie

Ouf je ne suis pas seule. De mon côté, depuis sa naissance il y a 2 mois et demi, nous avons cumulé tous les problèmes d’allaitement (bébé endormi, problèmes de succion (freins?), REF suivi de grève de la tétée, …). Je tire-allaite donc en essayant toujours de la mettre au sein le matin quand elle est pas trop réveillée ou le soir pour la calmer mais c’est pas ça qui va la nourrir.
Dans mon cas, elle tète toutes les deux heures, j’ai juste le temps de tirer mon lait (pas de stock) de laver le tout qu’elle se réveille… Alors pour faire une sieste des fois je ne lave pas je met le tout au frigo et deux utilisations de suite, pas top mais c’est ça ou je pète un câble.
Je vais continuer comme ça jusqu’à ses 3 mois en espérant un déclic mais il est possible que le pic de croissance à venir mette un terme à tout ça… C’est tellement de fatigue et personne ne me comprend, toute ma famille me dit d’arrêter, histoire que je fasse autre chose à la maison.

le 12/07/2017 à 20h18 | Répondre

Kelly

Je pensait être une extra terrestre la je vous écrit des toilettes de l ait d autoroute où je tire mon làit
Bébe a 8 mois 8 mois d allaitement exclusif àu tire làit

le 20/08/2017 à 13h53 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?