Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Vis ma vie en néonat


Publié le 25 mai 2016 par Hermy

Avant de commencer à te décrire mon séjour avec le Choupi en service de néonatalité, je souhaite préciser qu’il y a souvent plusieurs niveaux de néonat dans les hopitaux (pour les cas plus ou moins graves), et que le Choupi était dans le niveau le plus bas (il est né à 35 SA).

Après l’accouchement et la tétée de bienvenue, le Choupi a été emmené en néonat avec mon mari. Je n’ai pas pu aller avec eux, car on avait oublié de m’éteindre la péridurale, et je n’avais pas récupéré l’usage de mes jambes. Une fois le Choupi installé, mon mari est venu me dire que tout allait bien, avant de rentrer pour dormir un peu. On m’a apporté un petit truc à manger, et on m’a dit de me reposer pour le reste de la nuit.

Le lendemain, vers 7h, on est venu m’apporter mon petit-déjeuner, vérifier que je marchais correctement, et on m’a indiqué comment me rendre à la néonat. La salle était en face de ma chambre.

À l’entrée, il y avait un casier pour chaque enfant, avec des blouses et des chaussons pour les parents, et un panneau avec un protocole pour se laver les mains. Autant te dire qu’en néonat, tu suis scrupuleusement les consignes niveau hygiène… et tu les continues même une fois rentrée chez toi !

Au moment où j’ai passé la porte, j’étais à la fois excitée et anxieuse de voir le Choupi. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre, et je ne savais pas s’il avait passé une bonne première nuit.

Au centre de la salle, il y avait un îlot avec des éviers géants et des matelas à langer. Tout autour, contre les murs, se trouvaient les berceaux/couveuses, avec à côté un fauteuil et un petit casier en plastique pour mettre les différentes affaires de chaque enfant. Il y avait également, contre un pan de mur de la salle, des sortes de tunnels (les fameux tunnels utilisés pour les bébés atteints de jaunisse).

L’endroit était très silencieux. Il n’y avait pas de lumière naturelle, seulement des néons, et on entendait les bip-bip des différents appareils.

J’ai été accueillie par une puéricultrice, à qui j’ai indiqué que j’étais la maman du Choupi (ça m’a fait tout bizarre de le dire !). Elle m’a emmenée devant sa couveuse. Il était tout nu (en couche, tout de même), profondément endormi, avec une petite électrode attachée à sa main, qui le reliait à une machine.

Elle m’a expliqué qu’il était dans la couveuse pour l’aider à réguler sa température corporelle, mais que dans un ou deux jours, on le passerait dans un berceau ouvert. La petite électrode était là pour surveiller les battements de son cœur. Elle m’a également montré un tableau avec le nom de chaque enfant, où elles écrivaient les horaires des repas passés et futurs, ainsi que diverses informations sur les soins et les examens à faire.

Le Choupi ayant mangé un peu plus tôt, je me suis contentée de le regarder dormir, en attendant son prochain réveil. J’avais le droit d’ouvrir les petites trappes pour pouvoir le toucher. Il était tout doux, et c’était très apaisant de juste le caresser du bout des doigts. J’ai profité du fait qu’il dormait pour retourner dans ma chambre, récupérer le papa qui venait d’arriver, et prendre des affaires pour le Choupi (il n’allait pas rester tout nu, quand même !).

Nous sommes revenus dans la salle de néonat avec mon mari quinze minutes avant le réveil théorique du Choupi.

En effet, en néonat, les bébés sont calés sur un rythme de trois heures au début, puis de quatre heures quand ils ont quelques jours. Ce système permet aux puéricultrices de s’occuper de tous les bébés. Du coup, il faut arriver un peu avant pour prendre la température, faire les différents soins (soin du cordon, bain, nettoyage des yeux, nettoyage du nez, etc.) et faire le change avant de donner à manger. Un certain nombre d’informations sont consignées dans un cahier pour le suivi du bébé (température, soins, urines et/ou selles, quantité de lait bu, etc.).

La puéricultrice nous a montré comment faire le change et les différents soins. Je me suis dit que ça faisait beaucoup de choses à assimiler, mais en fin de compte, au bout de deux ou trois réveils, nous étions rodés, mon mari et moi-même.

Au niveau des repas du Choupi, j’avoue que jusqu’à ma montée de lait (deux jours plus tard, et très très douloureuse – je t’en parle après), je ne me souviens pas de grand-chose, si ce n’est qu’on a essayé de le mettre au sein à chaque réveil sans beaucoup de succès, et que j’ai extrait manuellement, puis avec un tire-lait, le colostrum pour pouvoir lui donner à la seringue. En complément, il avait également du lait artificiel, que nous lui donnions de la même manière.

Le Choupi était très fatigué, et du coup, il avait tendance à s’endormir très rapidement pendant les repas et à ne pas boire assez.

IMG_0289_1024

Crédits photo : Photo personnelle

Le lendemain, nous avons eu une explication de la pédiatre. Le Choupi avait une grosse anémie en fer (a priori, c’est assez courant chez les bébés prématurés), qu’il allait falloir soigner. S’est donc ajouté aux divers soins, l’administration matin et soir de médicaments (tout un art !!!).

Ce jour-là, j’ai aussi eu ma montée de lait. Je n’étais pas du tout préparée à ce que ce soit aussi douloureux. J’ai passé ma journée à faire des aller-retour entre la néonat pour les réveils du Choupi et la douche (qui n’était pas dans ma chambre, mais au fond du couloir – pas personnelle, la salle de bain, hein !) pour essayer de me soulager.

Heureusement, la puéricultrice de nuit a été formidable et m’a aidée à passer ce cap douloureux, mais nécessaire. Vu que mes seins étaient très gonflés, elle m’a passé des bouts de sein en silicone pour que le Choupi puisse téter (c’est à partir de là qu’il a commencé à boire correctement), et déjà le lendemain, ça allait beaucoup mieux.

La fatigue du Choupi a mis à mal mes rêves d’allaitement exclusif. Il ne prenait pas assez au sein seul, il fallait donc le compléter au biberon.

Mes journées ont alors commencé à être très routinières, calées sur le rythme imposé par la néonat. On réveillait le Choupi quinze à vingt minutes avant son horaire de repas pour les divers soins. Je lui donnais le sein, puis le biberon, et une fois qu’il était rendormi (c’est-à-dire presque immédiatement), je tirais mon lait pour les prochaines tétées.

Après, soit je restais un peu en néonat (mais les activités y sont très limitées), soit je retournais dans ma chambre. Je suis devenue très amie avec le micro-ondes des puéricultrices, vu que je n’arrivais jamais à manger mon repas au moment où il était servi. J’ai eu peu de visites, mais c’était aussi mon choix. De toute façon, les visiteurs n’ont pas le droit d’aller en néonat.

Au bout de quelques jours, j’ai quand même eu le droit d’avoir le berceau du Choupi dans ma chambre pour quelques heures, mais on devait retourner en néonat pour faire les soins et les repas.

Ce rythme a commencé à m’épuiser psychologiquement, et les puéricultrices s’en sont rendu compte. Depuis ma MAP, trois semaines plus tôt, je n’avais pas fait un seul pas dehors. Il fallait que je sorte de cet univers médicalisé et que je prenne le temps de préparer le retour du Choupi à la maison.

Ça a été très dur de le laisser, surtout en ne sachant pas quand il nous rejoindrait, mais j’ai pu me reposer et reprendre des forces pour son arrivée.

Le Choupi est rentré à la maison trois jours après moi. Avant son retour, je passais la journée avec lui, et le soir, je rentrais dans notre appartement. Je tirais mon lait matin et soir, pour que les filles de la néonat puissent lui donner de mon lait la nuit.

Durant mon séjour en néonat, j’ai été très bien entourée et très bien conseillée. Je pense que c’est la raison pour laquelle j’en garde un bon souvenir malgré tout. J’espère vraiment ne pas devoir y retourner pour un futur petit frère ou une future petite sœur, mais je crois qu’un séjour “classique” me fait plus peur qu’un nouveau séjour en néonat, car je ne l’ai pas déjà vécu.

Nous sommes retournés en néonat un mois plus tard, pour le contrôle de l’anémie du Choupi, et les puéricultrices étaient ravies de nous revoir.

Cependant, comme je l’ai précisé en introduction, nous étions dans une néonat pour petits prématurés (et bébés jaunes !). Je pense que le stress et l’angoisse ne sont pas les mêmes dans une néonat pour grands prématurés, car il y a des enjeux plus vitaux dans ces cas-là.

Et toi ? Ton bébé a fait un séjour en néonat ? Comment l’as-tu vécu ? Raconte !

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !


Porte le bracelet Ava chaque nuit pour obtenir sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté cet été pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

32   Commentaires Laisser un commentaire ?

Melimelanie

Avec ma MAP j’ai eu très peur de devoir moi aussi découvrir le service de néonatalogie. Du coup j’ai lu ton article avec attention!!

La photo de vous deux est très belle et la façon dont tu racontes le séjour est tellement apaisée qu’au final j’aurai été bien plus rassuré si je l’avais lu avant la naissance de petit habitant.

Tu ne dis pas combien de temps au final a duré l’hospitalisation de Choupi?

En tout cas maintenant il est en pleine forme et c’est bien le principal 🙂

le 25/05/2016 à 08h33 | Répondre

Hermy

Le Choupi est resté en tout 10 jours en néonat. Je pense que nous avons été bien informés en amont sur comment cela allait se passer et bien entourés pendant le séjour ce qui aide énormément.

le 25/05/2016 à 10h23 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

C’est très émouvant… Je n’ai pas connu la néonat mais la prématurité légère et le fameux tunnel et ca ressemble beaucoup à ce que tu décris. Je suis épatée car j’ai l’impression en te lisant que tu as géré ca avec beaucoup de sang froid et de calme… Moi je passais mes jours et mes nuits à pleurer devant le tunnel je n’arrivais pas à me raisonner. Ou alors c’est ton regard plus apaisé d’aujourd’hui qui me donne cette impression ? En tout cas comme toi, meme si j’espère vraiment ne pas revivre ca a posteriori je relativise et je crois que je paniquerai moins pour un BB2 (cela dit sous l’effet des hormones j’avais un peu perdu ma rationalité alors on verra 😉 ). Et sinon magnifique photo, magnifique maman et magnifique bébé 🙂 !!

le 25/05/2016 à 08h42 | Répondre

Hermy

Merci pour ton gentil commentaire !!! Je pense qu’en effet j’étais sereine parce que le Choupi allait bien. Et au vu de la fin de grossesse, c’était vraiment un soulagement moralement et physiquement que l’accouchement ce soit bien passé et que le Choupi aille bien.

le 25/05/2016 à 10h34 | Répondre

Louna

Oh la la, la photo qui déborde d’amour…. Vous êtes magnifiques, le Choupi et toi !
Moi aussi, ce qui me marque à la lecture de ton article, c’est la sérénité qui se dégage de ton discours : même si tu précises que vous n’étiez pas dans une angoisse vitale, j’imagine que ça doit faire mal au coeur de ne pas pouvoir garder son tout petit contre soi et de le voir si fatigué. J’ai l’impression que tu as été d’une grande force pendant toute cette période difficile, et que l’équipe médicale t’a bien soutenue.
En tout cas, merci pour ce témoignage positif !
Et du coup, j’en profite pour faire ma petite curieuse : combien de temps le Choupi est-il resté en néonat ? As-tu pu continuer à allaiter ? Est-ce qu’il a bénéficié d’un suivi particulier par la suite ?

le 25/05/2016 à 10h20 | Répondre

Hermy

Je l’aime beaucoup cette photo !!!
Comme je l’ai dit dans un commentaire précédent, il est resté 10 jours en néonat et par la suite nous avons eu 15 jours une HAD (Hospitalisation à domicile) qui venait vérifier la prise de poids du Choupi et répondre à nos questions. Je ne connaissais pas et franchement c’était top comme accompagnement. J’ai continuer à allaiter un petit mois mais toujours en mixte.

le 25/05/2016 à 10h41 | Répondre

Hellodie

C’est un sujet souvent bien douloureux que tu abordes là Hermy. Et je confirme, le séjour et bien différent pour les grands prématurés. Je ne vais pas raconter les débuts des Minis, c’est encore tellement douloureux (bientot, peut-être ?) mais faire de la « pub » pour une cause qui me tiens à cœur. En ce moment, SOS prema, qui défend la cause des bebes prématurés et hospitalisés à édité un carte postale, « écrite » par Louise, bébé né à 6 mois de grossesse qui raconte sans patos son quotidien de très grands prema. Cette lettre est à envoyer à chaque député pour qu’un groupe de réflexion national soit créé. Je vous invite toutes à aller sur le site, et à faire les liens vers votre député pour faire avancer la cause des tous petits bebes. Parmis les propositions, il y a celle de l’indemnisation « allocation journalière de presente parentale » généralisée (et oui, pour nous, deux mois sans travail pour le papa, pour rester aux côtés des deux bebes qui se bâtaient pour vivre, et réponse de la sécu à notre demande d’allocation « la prematuré ne nécessite pas la présence des parents »!!!) et aussi la possibilité d’accès aux soins de suivi plus facile ( pour notre exemple toujours, malgré la grande prématurité puis le cancer ensuite, et un bébé qui s’est assis a14 mois, nous attendons toujours la consultation avec la psychomotricienne, faute de moyens). Alors pour Louise et tous ses très petits copains, allez faire un tour sur le site de SOS Prema! (Et promis, je ferais un effort pour raconter leur séjour!)

le 25/05/2016 à 10h20 | Répondre

Hermy

J’espère que tu viendras nous raconter ton séjour mais je comprend qu’il faille prendre du recul sur cet épisode pour en parler. J’ai quand même mis plus d’un an avant d’écrire le mien et il n’était sans doute pas aussi douloureux que le tien.
Et merci pour le message sur SOS préma, c’est vraiment une association formidable et il faut soutenir son action !!!

le 25/05/2016 à 10h47 | Répondre

Chaperon Rouge

Bon à savoir « aucazou » pour un prochain… la photo de vous deux est trop mignonne, et j’ai la sensation que tu vivais ça avec un certain détachement, non? Ou bien c’est le fait d ele raconter un moment après 😉 en tous cas, ouf que tout se soit bien passé!!! ca m’a fait rire que tu dises « futur petit frère », tu n’envisage pas une fille? mdr
Choupi garde t il des « séquelles » de la prématurité?

le 25/05/2016 à 10h23 | Répondre

Hermy

Je pense en effet que le détachement vient du fait que j’ai écrit l’article plus d’un an après mon séjour.
Alors le futur petit frère c’est pas moi qui l’ait mis (j’avais plutôt mis furtur bb2), je vais me renseigner sur ce changement lol !!! (edit : ca va être corrigé)
Aucune séquelle pour le Choupi même si l’anémie en fer a mis assez longtemps à se résorber.

le 25/05/2016 à 10h58 | Répondre

Madame D

C’est vrai que tu decris ça serainement. mais je ne sais pas comment tu reussi a passer le cap de rentrer chez toi sans le Choupi …
@Hellodie : J’ai envoyé des bodys taille préma a SOS Prema via le concours blog We Love Prema mais je ne connaissait pas cette carte. Je vais aller voir ! Merci pour l’info !

le 25/05/2016 à 12h22 | Répondre

Hermy

J’ai passé le cap mais en pleurant une bonne heure avec les filles de la néonat avant de partir !

le 25/05/2016 à 12h31 | Répondre

Hellodie

Alors trois petites « astuces » pour rendre la separation moins difficile, glanées durant cette annee:
1) si le risque de prematuré est avéré (map, jumeaux…) choisir directement un hopital de niveau 3, car si on accouche ailleurs, le transfert de la maman ne se fait que si il y a de la place et c’est très rare, la priorité est laissée aux patientes ayant accouchées sur place… Du coup bonjour la proximité quand il faut rentrer à « ton » hopital le soir. 2) demander à rester à la maternité, la sécu prend en charge 12 jours. Si il y a de la place dans le service, c’est accepté même sans raison médicale, et ça permet souvent de rester avec bébé. 3) voir tout de suite l’assistante sociale, qui pourra trouver une place dans une maison des parents ou un partenariat avec les hôtels proches pour rester avec bébé plus facilement, car quand il faut faire plus d’une heure de route chaque jour pendant plusieurs mois pour voir son bébé… C’est dur. Voilà, des petits conseils que l’on a pas forcément !

le 25/05/2016 à 13h03 | Répondre

Hermy

Je plussoie tes petits conseils !
Je regrette vraiment de ne pas avoir choisi une maternité de niveau 3 dès le début (sachant en plus que j’en avais une proche de mon domicile) mais comme beaucoup de personnes, on pense qu’il n’y a pas de raisons que cela se passe mal.
Je suis restée une semaine à la maternité mais parce qu’il y avait de la place et que les puéricultrices ont fait le forcing dans ce sens. Par contre je n’avais pas connaissance de la prise en charge des 12 jours par la sécu.

le 25/05/2016 à 13h48 | Répondre

Chacha d'avril

Ca doit être très dur à vivre et pourtant tu raconte cela avec tellement de sérénité !
Je t’admire pour ton courage face à cette épreuve. Je ne sais pas si j’aurai aussi bien vécu de voir mon bébé en couveuse si longtemps.

le 25/05/2016 à 13h11 | Répondre

Hermy

Merci beaucoup ! La couveuse il n’y est pas resté très longtemps (1 ou 2 jours). Il n’avait pas de tubes (ni pour respirer, ni pour manger) et je pense que ça aide beaucoup à relativiser. C’est très certainement plus dur dans ce cas.

le 25/05/2016 à 13h50 | Répondre

Mme Lau

Merci de ton témoignage, ça fait écho un peu à ce que j’ai vécu mais en bien différent. J’espérai ne pas avoir à passer par cette case là mais j’y étais préparé étant donné que mes neveu et nièces y sont passé (et même en réa néo nat à cause de leur grande prématurité, ils sont né à 7 mois pour les 2 derniers).
Ma fille est né à terme (à 11 jours prés) mais à la naissance elle avait du mal à respirer toute seule du fait de la quantité de liquide avalée du coup à la naissance je ne l’ai que très peu vu et quand ils l’ont amené en néonat le papa est resté avec moi (dans mes souvenirs personne ne lui a proposé de la suivre). Au final elle n’a été sous oxygène qu’une matinée puis après juste sous surveillance mais ça fait quand même un choc de voir son petit bébé comme ça et je n’ai pas pu m’empêcher de culpabiliser en me disant que c’était de ma faute et que j’avais pas réussi quelque part (surtout qu’il a eu la ventouse pour qu’elle naisse). Elle a passé que 2 jours et demi en néo nat mais y retournait 3 fois par jour pour avoir des injections d’antibiotiques puisqu’elle a déclaré une infection. Au final on est resté toutes les deux 8 jours à la maternité mais à partir du moment où j’ai pu l’avoir dans la chambre ça m’a fait un bien fou et ça m’a permis de trouver les journées moins longues (même si du coup mes nuits étaient plus courtes)

le 25/05/2016 à 14h50 | Répondre

Hermy

Contrairement à ce que beaucoup de gens croient, la néonat (surtout le plus petit niveau) n’est pas seulement pour les prématurés : cela peut être aussi pour la jaunisse et pour des problèmes à la naissance comme pour ton bébé.

le 25/05/2016 à 18h40 | Répondre

Doupiou

Un article qui déborde d’amour et de détachement. Tu as l’air de prendre cette histoire avec beaucoup de maturité et de sang froid. La photo est très belle, j’adore voir cet amour qui déborde de toi quand tu regarde Choupi !

le 25/05/2016 à 16h27 | Répondre

Hermy

Merci beaucoup ! ^^

le 25/05/2016 à 18h36 | Répondre

Allychachoo - Famille en chantier (voir son site)

Je garde un souvenir assez douloureux de la néonat… Les jours qui se transforment en semaine, l’incompréhension sur le pourquoi il ne sortait pas… Je pensais à l’époque vivre la pire épreuve de ma vie, et finalement non, il y a eu pire après, comme quoi… En tout cas, maintenant, j’ai très peur de repasser par la case néonat pour un 2ème !

le 25/05/2016 à 16h42 | Répondre

Hermy

Je pense que le séjour se passe bien s’il y a une grosse communication entre les professionnels de santé et les parents. Sans cela, cela peut devenir un cauchemar !

le 25/05/2016 à 18h38 | Répondre

Allychachoo - Famille en chantier (voir son site)

Oui, tu as raison @Hermy ! Je me rends compte avec le recul que j’aurais aussi pu demander plus d’informations, malheureusement je n’étais pas en bonne forme pour le faire, et puis avec un premier on n’imagine pas du tout que les choses puissent mal tourner… Quoi qu’il arrive par la suite, je suis de toute façon plus armée pour faire face.

le 25/05/2016 à 22h47 | Répondre

Banane

J’avais établi une sorte de liste de critères pour notre 2ème et j’avais longuement réfléchi (alors que clairement la nature ne nous demande pas notre avis, evidemment, mais c’est un détail) pour classer prématurité et malformation. Au final, je souhaitais dans l’ordre que ce bébé n’ait pas de malformation, qu’il ne soit pas prématuré et tant qu’à rêver que ce soit une fille.
Au final elle a eu tout bon! 😉

le 25/05/2016 à 20h28 | Répondre

Allychachoo - Famille en chantier (voir son site)

Je comprends @Banane, je pense que je serais dans le même état d’esprit pour mon prochain !

le 25/05/2016 à 22h50 | Répondre

Hermy

Pour un deuxième je serais sur les mêmes critères !!! ^^

le 26/05/2016 à 12h03 | Répondre

Banane

Si c’est trop douloureux pour Hellodie, je peux aussi témoigner de la grande prématurité. Telle qu’on l’a vécue il y a 9 ans. Même sans cancer après, c’était assez violent.
Jj’en parle rarement sans fard dans la vraie vie, parce que ça ne change pas grand chose de le faire… d’ailleurs c’est l’un des premiers trucs que j’ai appris : autant on peut partager et s’entraider entre parents d’un enfant porteur de malformation, autant entre parents de premas, même si on se comprend, on reste seul face au quotidien. Enfin, je l’ai ressenti comme ça.

le 25/05/2016 à 20h36 | Répondre

Hermy

Je suis vraiment intéressée d’avoir d’autres témoignages sur le sujet. Je trouve vraiment qu’il y a peu de témoignages sur la néonat et les prématurés en général et je trouve cela très dommage (c’est d’ailleurs pour cela que j’ai voulu faire partager mon expérience).

le 26/05/2016 à 12h07 | Répondre

Étoile (voir son site)

Elle est magnifique ta photo. Elle dégage beaucoup de sérénité 🙂 Ma maman a vécu la prématurité et les allers / retours en néonat. Elle regrette beaucoup de ne pas nous avoir eu dans sa chambre et la séparation « dès le départ » est dur. Un sentiment de ne pas « avoir vraiment accouché ». Pour mon petit frère, ça a été très très long (deux mois et quelques en néonat pour très grande prématurité). J’étais toute petite mais ça m’a marqué car j’allais le voir tous les jours à l’hôpital pendant cette période. J’ai souvenir d’une équipe très humaine et qui a toujours été très présente. Concernant les tunnels, Petit Prince en a eu un mais dans la chambre avec moi. C’est impressionnant, mais ça fait bébé « qui bronze » avec des lunettes de pilote !

le 26/05/2016 à 14h15 | Répondre

Hermy

Merci beaucoup !
J’ai la chance de l’avoir eu un petit moment avec moi avant qu’ils ne le ramènent en néonat, du coup je n’ai pas eu ce sentiment de séparation.
J’ai vu énormément de parents paniqués et en pleurs devant le tunnel. Je pense que si pour un deuxième, je devais le laisser en néonat à cause de cela, je serais plus zen (enfin j’espère).

le 26/05/2016 à 14h51 | Répondre

Marie

Accouchement qui s’est bien passé (15h de travail quand même) bébé qui a très bien supporté les contractions tout le long du travail. Bébé né à terme (un jour avant la DPA) et … il est allé en néonat’ car il avait 39 de t° à la naissance à cause de moi (j’avais une mini infection et donc j’avais 38,3°) non seulement je n’ai pu le garder en peau à peau que 5 minutes même pas, mais en plus je m’en suis voulue car c’était à cause de moi si il faisait de la t°

J’ai pu aller le voir 5h après avoir accouché …

ça fait mal de voir son bout’chou pourtant né à terme avec tout ces câbles qui le relie partout

ça fait mal de le voir se faire piquer de partout plusieurs fois par jour pour des prises de sang.

Mais surtout SURTOUT ça fait mal de voir le regard accusateur des autres maman quand vous pleurer de voir votre bébé ainsi, parce que vous il est né à terme …

le 28/09/2016 à 09h13 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?