Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Mon premier trimestre de grossesse après ma GEU


Publié le 27 août 2015 par Melimelanie

Comme je l’ai raconté ici, cette grossesse arrive après ma grossesse extra-utérine. La première fois, quand j’avais découvert le superbe + sur le test de grossesse, j’étais devenue un bisounours en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. Et puis, du coup, je m’étais un peu pris la mauvaise nouvelle en pleine tête, sans aucune protection.

Alors ça aurait été presque trop facile si cette fois-ci, j’étais aussi montée directement sur mon nuage rose pour aller boire du thé pailleté avec des licornes. Avec cette nouvelle grossesse, les angoisses ne se sont pas évaporées toutes seules (même si la thérapie m’a aidée à relativiser : quand on voit les interrogations que j’avais à l’époque des essais, on peut imaginer que je suis de nature méga un tantinet inquiète).

C’est pour ça que, très tôt, j’ai eu droit aux prises de sang régulières pour suivre l’augmentation normale (ou non) de mon taux d’hormones (c’est à ce moment-là que je suis devenue très copine avec le personnel de mon laboratoire d’analyses médicales, que je continue à voir encore très régulièrement). Mais le suivi du taux d’hormones ne fait pas tout.

L’enchaînement des échographies

Le petit alien a sept semaines de grossesse

Le petit alien à 7 semaines de grossesse !

Oui, je suis inquiète. Mais il faut dire que dans ces cas-là, le corps médical n’est pas le plus rassurant du monde. Un peu comme la loi des séries, les médecins t’expliquent très sérieusement que quand tu as eu une grossesse extra-utérine une fois, tu augmentes tes chances d’en faire une autre ! Youhou, danse de la joie, que de bonnes nouvelles… qui éloignent encore un peu plus mon nuage rose. Et ils ajoutent toujours à la fin : « Mais vous ne devez pas stresser, ça n’apportera rien de bon ! » (Sous-entendu : si vous stressez, vous allez faire une fausse-couche…)

Bref, pendant à peu près deux mois, j’essaie de me détacher le plus possible de cette grossesse (ce qui ne plait pas non plus aux médecins, il faut le savoir).

Dans tout ça, une échographie précoce est programmée, afin de vérifier si l’embryon est bien placé, cette fois-ci. C’est comme ça qu’à à peine 4 semaines de grossesse, je fais ma première échographie. (Dans la même salle où j’avais appris ma GEU neuf mois plus tôt, sinon c’est pas drôle.)

Oui, mais c’est tôt, 4 semaines… Si tôt qu’on ne voit pas encore l’embryon. Le sac est bien placé mais l’échographiste me confirme que, même si tout à l’air normal pour le moment, il faudrait quand même voir à reprogrammer une écho dans quelques jours. Là encore, petite phrase qui fait rêver : « Le sac peut être bien placé dans l’utérus, mais l’embryon peut quand même être dans la trompe. »

Passe le weekend, le lundi arrive. Le soir, en rentrant, j’ai des douleurs en bas à gauche du ventre… Mon mari ne me laisse même pas dîner. Direction les urgences à 19h30 pour une nouvelle échographie.

L’interne nous reçoit, me fait les examens d’usage (pas de douleurs à l’examen, c’est déjà bon signe), puis l’écho. Et il est là. Le petit embryon de 2 mm est bien dans mon utérus. On le voit même clignoter, signe d’une activité cardiaque débutante. L’interne essaie de nous faire écouter le cœur, mais sans succès : il est encore trop petit.

Moi, j’ai toujours mon idée fixe : ma trompe est-elle bien vide ?! Bah oui, j’ai mal ! Ça doit bien vouloir dire quelque chose… Je me montre un peu sèche avec l’interne : « Oui, bon, le cœur, on verra après ! Vous ne voulez pas vérifier que la trompe est vide ? » (Non, je n’en ai pas rien à faire de l’embryon, mais s’il y a un problème avec ma trompe, il faudra de toute façon arrêter la grossesse. Donc si je peux éviter de me projeter pour rien…) Soulagement : la trompe est totalement vide. Tout va très bien.

L’interne me dit que ça doit être une douleur psychologique. Eh oui, on est pile au même nombre de jours que pour la dernière grossesse. Nous repartons donc rassurés, avec une ordonnance pour une nouvelle échographie dans une dizaine de jours pour vérifier l’évolution de la grossesse.

Ainsi, à 1 mois et demi de grossesse, j’ai déjà fait quatre échographies (une au milieu a été réalisée par ma gynécologue, lors d’une visite de contrôle).

J’arrive donc à l’échographie du premier trimestre heureuse de pouvoir voir la petite crevette pour la quatrieme fois, mais surtout heureuse que mon mari puisse enfin la rencontrer et entendre son cœur.

Et les symptômes de grossesse dans tout ça ?

Belle au bois dormant

Crédits photo (creative commons) : elPadawan

En vrai, les symptômes ne nous font pas vraiment nous sentir comme une princesse, mais bon…

Oui, parce que même si j’essaie de ne pas trop m’attacher à cette grossesse, et de penser à autre chose au cas où il y aurait un souci, mon corps en a un peu décidé autrement.

Je commence à avoir des nausées très tôt. Je ne suis pas arrivée au bout du premier mois que j’ai déjà de grosses difficultés à manger. Dès la troisième semaine de grossesse, je suis dans un état que je qualifierais de lamentable : nausées, fatigue intense, malaises.

Les arrêts maladie commencent à partir de ma quatrième semaine de grossesse, quand, après avoir perdu quatre kilos, mon corps ne réussit plus à me mener au travail. (Il faut dire qu’en temps normal, je ne suis déjà pas très grosse, donc avec quatre kilos en moins, je n’ai plus aucune réserve !)

Au même moment, je découvre que je suis allergique au primperan : impossible d’en prendre pour calmer mes nausées. C’est l’homéopathie prescrite par ma sage-femme qui me libérera des nausées vers la fin du deuxième mois, me permettant de reprendre le travail… de manière provisoire.

Oui, parce qu’avec les quatre kilos perdus et l’arrivée des grosses chaleurs, je suis obligée de m’allonger régulièrement par terre pour ne pas perdre connaissance. (Dans un open-space, s’allonger avec les jambes relevées quand on est en jupe, c’est un peu inviter tous nos collègues à regarder notre petite culotte. J’essaie de m’allonger ailleurs, dans ma voiture ou dans des bureaux vides, mais ce n’est pas toujours évident). Donc les arrêts maladie reprennent.

Le coup de grâce est donné début juillet par le cardiologue, que j’ai vu sur avis de mon médecin généraliste, qui me déconseille la reprise du travail tant que je n’ai pas repris du poids et que la température n’est pas plus clémente… Donc malgré mes protestations, je me retrouve arrêtée jusqu’à fin juillet. Avec possibilité de reprise début août, en fonction des températures et à condition de ne pas déplacer mes vacances (de trois semaines en août : autant dire que j’ai prévenu mes collègues que je ne les verrai qu’à la rentrée…).

Ce début de grossesse est un comble pour moi, qui était la première à dire : « La grossesse, c’est pas une maladie ! » Bizarrement, depuis, j’ai presque changé d’avis… Je commence donc ce deuxième trimestre en me posant l’éternelle question : « C’est quand, la grossesse épanouissante ? »

Et toi ? Tu as eu du mal à te projeter dans ta grossesse ? Comment s’est passé ton premier trimestre ? Tu as eu l’impression que la grossesse était bien une maladie ? Viens en parler…

Toi aussi, ça te plairait de nous raconter ta grossesse mois après mois ? Toutes les infos pour devenir chroniqueuse grossesse, c’est par ici !

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !


Porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

16   Commentaires Laisser un commentaire ?

Marie B

J’ai déjà bien entamé mon troisième trimestre et très franchement pour moi la grossesse épanouissante c’est juste un mythe ! Mais même si je me sens mal et diminuée, je suis sur mon nuage d’accueillir bientôt ma fille et je recommencerai à coup sûr pour donner avoir d’autre bébé ! Enfin… Je dis ça mais je n’ai pas encore accouché, on verra si ça me fait changer d’avis 🙂

le 27/08/2015 à 08h19 | Répondre

Melimelanie

Je suis aussi sur mon nuage depuis quelques semaines. Je sens bébé bouger. Je connais son sexe. J’atteinds la période de la grossesse ou il y a de moins en moins de risque de perdre le bébé. C’est merveilleux mais je me sens encore diminué et ça c’est lourd. Donc je le prends différemment maintenant: je suis épanouie d’être enceinte car heureuse de la vie qui se profile avec notre bébé dans quelques mois. Mais je ne pense pas être un jour épanouie de l’état de grossesse :-p.

le 30/08/2015 à 10h11 | Répondre

Madame D

Haha ! Moi je m’allongeais dans les toilettes handicapé !
Apres j’avais prévenu mon chef que j’étais enceinte et quand ça n’allait pas je restais a la maison et bossait de mon canapé !
Tu nous fais le coup de Bella dans Twilight (oui je sais … mais j’aime bien) : perte de poids, risque cardiaque !!!

le 27/08/2015 à 10h11 | Répondre

Melimelanie

Mon chef aussi le savait. Je lui avais dit très tôt vue que j’ai eu besoin de m’absenter souvent au début. J’aurais bien fait du télé travail mon médecin était ok pour ne pas m’arrêter si je pouvais le mettre en place mais ce n’étais malheureusement pas possible dans ma boîte…

Je ne connais pas twilight donc je te crois pour la ressemblance des symptômes. Le risque cardiaque à été écarté mais le poids reste toujours un peu problématique je raconterai ça plus tard :-).

le 30/08/2015 à 10h15 | Répondre

Nessendyl

Ah ah je suis en plein dedans aussi! Enceinte de 7 semaines, je ne suis plus que nausée, fatigue et vertige! J’ai failli tomber dans les pommes (ou vomir, j’étais mitigée) en plein rayons frais du Carrefour pendant les courses! ^^
Moi aussi je l’attends, cette fameuse grossesse épanouissante! :p

le 27/08/2015 à 11h57 | Répondre

Melimelanie

Je te souhaite de l’avoir. Ou de trouver une façon de la ressentir. Le premier trimestre est quand même le plus difficile. Je me sentais vraiment très faible. Pour le deuxième trimestre ça va quand même mieux. Et puis de pouvoir afficher la grossesse permet de mieux gérer certains problèmes. A la pause café au bureau j’ai le droit à un siège à chaque fois maintenant ; -p.

le 30/08/2015 à 10h18 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

Cela a dû être très difficile de passer outre très angoisses et ce début de grossesse pas idyllique ! J’espère que cela s’arrange par la suite.

le 27/08/2015 à 16h07 | Répondre

Melimelanie

Je ne veux pas spolier ce que je risque d’écrire mais ça va mieux merci :-). Le plus difficile c’est finalement de gérer l’inquiétude du futur papa. Il a failli me perdre avec la GEU et après il m’a vue dans un état lamentable pendant 3/4 mois. C’est difficile pour lui de réaliser que je vais mieux même si oui le bébé me pompe de l’énergie et transforme forcément un peu mon comportement habituel.

le 30/08/2015 à 10h21 | Répondre

Claire (voir son site)

Ah, combien de fois je l’ai entendu « la grossesse c’est pas une maladie » mais des fois, on est quand même sacrément malade!

le 28/08/2015 à 13h42 | Répondre

Melimelanie

Je m’excuse auprès de toutes celles à qui j’ai pu sous entendre ça (même si je ne me suis jamais permise de juger je pense avoir parfois pu paraître sceptique). Avant de le vivre je n’aurais jamais pensé pouvoir être mal à ce point! Moi qui ne vomissais jamais j’étais sûr de ne pas être embêtée par ces fichus nausées matinales. Et je me pensais plutôt résistante… Ha ha ha.

le 30/08/2015 à 10h24 | Répondre

pauline

Haha, j’ai eu exactement la même réaction lors des deux écho précoces post GEU : oui oui, y’en a un dans l’utérus, ok, mais la TROMPE, vous voyiez rien dans la TROMPE, z’êtes sûr hein? Parce que bon, quand il n’en reste qu’une on a envie de la préserver.. Je te souhaite d’aller vite mieux !

le 29/08/2015 à 14h29 | Répondre

Melimelanie

Haaaa ça me rassure parce qu’a un moment je me suis dit :  » la pauvre internet elle doit se demander si est cette folle qui n’en a rien à faire de l’embryon ».
Pour l’anecdote lors de la première échographie j’ai demandé à l’échographe : « mais les trompes ou elles vont quand l’utérus grossi pendant la grossesse? ». Il m’a regardé avec de grands yeux sans trop savoir quoi me répondre. Je crois que c’est la première fois qu’on lui posait une question aussi bizarre. Lol

le 30/08/2015 à 10h56 | Répondre

Juliejuliett

Je suis en plein stress également en ce moment, je me suis faite opérée pour une geu avec ablation de la trompe gauche il y a maintenant 3 mois. J’ai actuellement 6 jours de retard de règle je vais faire une prise de sang demain en espérant que cette fois ci tout ce passe bien. Mais je ne sais pas à partir de quand peut on faire un écho ? Parce qu’il faut vraiment que je sache où il est placé. J’ai tellement peur !

le 05/06/2017 à 22h01 | Répondre

Melimelanie

J’espère que la prise de sang t’as apporté un bon résultat.
Pour moi les échos étaient a chaque fois vers 4sa au plus tôt et encore ça peut être limite pour voir donc j’avais souvent une deuxième écho vers 6sa.

le 08/06/2017 à 14h30 | Répondre

Juliejuliett

Finalement ma prise de sang est de 372 Ul/l contre 107 a peu près à la même période quand j’ai fais ma geu donc petit soulagement. Mon gynécologue ma également donné un rdv assez rapidement hier et il a pu me faire une échographie. Bon malheureusement c’est vraiment trop petit il pense avoir vu un petit rond dans l’utérus mais au cas où il m’a dit d’en refaire une dans 1 semaine avec 2 prise de sang à 72h d’intervalle. bon je suis moins stressée mais toujours pas rassurée.

le 08/06/2017 à 15h28 | Répondre

Inaya

Bonjour, j’ai vécu exactement la même chose, je me rappelle encore de ma gynécologue qui lors du 1 er échographie est resté muette pendant un long moment les sourcils froncés…. avec au bout « je ne vois rien» elle m’a demande si je suis sur que le test est positif ! Alors que je lui avais déjà remis la prise de sang. GEU trompe gauche, le lendemain j’ai reçu l’injection de methotrexate et ça a mis 4 mois a partir, c’était le 20/12/2016. Et a chaque fois au laboratoire pour vérifier que le taux baisse, la meme question : de quand date vos dernieres regles et moi, c’est pas important, c’est dans l’autre sens.
Aujourd’hui je suis enceinte de 2 semaines et, j’appréhende la suite…

le 09/08/2018 à 13h46 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?