Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Post-accouchement : ma contraception non choisie


Publié le 4 février 2016 par Doupiou

« On n’a pas bien le choix. »

Tels sont les mots de mon gynécologue-obstétricien lors de ma dernière consultation, pour évoquer la contraception après mon accouchement. Je reste abasourdie : la contraception, c’est un choix, justement ! Le choix de ce qui est mieux pour moi et pour mon corps, non ? D’ailleurs, il n’y a pas un site qui s’appelle choisirsacontraception.fr ? Petit flash-back !

La sacro-sainte pilule

Dès mes 16 ans, je débute ma vie sexuelle avec celui qui me passera la bague au doigt huit ans plus tard. Comme pour beaucoup de jeunes couples, les préservatifs ne suffisent qu’un temps, et nous décidons rapidement de passer à l’étape supérieure.

Rendez-vous chez mon premier gynéco pour la pilule. Comme j’ai des règles très douloureuses, c’est tout bénef ! Première pilule micro-dosée, que je ne prends que quelques mois, car j’ai des saignements entre les règles.

Autre rendez-vous, autre pilule, mais deuxième génération, cette fois-ci. Je ne la supporte pas du tout : grosse acné, prise de poids, et j’en passe !

Et puis, je commence une pilule qui va être mon Graal ! Ok, c’est une pilule quatrième génération, mais je ne fume pas, je ne suis pas en surpoids (loin de là, même !) et cette pilule me fait une peau magnifique ! Je la prends quelques années, même si le scandale des pilules troisième et quatrième générations me fait un peu peur. Mais après tout, s’il avait fallu que quelque chose se passe mal, ça se serait produit depuis longtemps.

Je n’oublie jamais ma pilule, que je prends tous les jours à 6h30 le matin. Pour moi, c’est la contraception optimale ! Je me fais confiance sur la prise, et ça compte beaucoup, car nous avons plusieurs accidents de préservatif et je n’ai pas trop confiance en ces bouts de latex… En plus, je peux choisir de ne pas avoir mes règles de l’été, ce qui est super pour mon mariage !

Après nos épousailles (j’adore ce mot !), j’arrête donc mon petit comprimé, pour mettre Mini-nous en route ! Les deux premiers cycles sans pilule sont une véritable torture : j’avais complètement oublié l’atroce douleur de mes règles sans pilule ! Puis, le mois suivant, je suis enceinte.

Lors de la préparation à l’accouchement, nous abordons la contraception après la grossesse avec ma sage-femme. Elle m’explique que je vais sortir de la maternité avec une ordonnance pour une pilule, qui dépendra de si j’allaite ou non. Je ne me pose pas plus de questions, tout est très clair.

Après l’accouchement

Comme prévu, je sors de la maternité après huit jours d’hospitalisation, avec mon ordonnance. J’allaite, c’est donc une pilule spéciale qui m’est proposée. Je suis tout de même très étonnée de reprendre la pilule si tôt après l’accouchement, mais je me dis que les médecins savent ce qu’ils font !

Je choisis de ne la commencer que deux semaines après mon accouchement. Premier jour de prise, baisse significative de ma quantité de lait ! Sur le coup, je ne fais pas le rapprochement. Mais plus les jours passent, plus ma quantité de lait diminue, à tel point que je dois faire des biberons de lait artificiel pour compléter.

Je prends rendez-vous avec ma sage-femme, qui me fait essayer plein de méthodes : boire beaucoup, me reposer, prendre des tisanes d’allaitement. Rien n’y fait. Puis, je lui explique que j’ai repris la pilule. Pour elle, pas de hasard : je dois l’arrêter si je veux allaiter correctement à nouveau.

Mais comme j’ai repris une vie sexuelle et que je ne souhaite plus allaiter, je décide de continuer la pilule, et j’en profite pour sevrer en douceur ma fille. Néanmoins, cette pilule me fait saigner en continu depuis que je la prends, il va falloir en changer !

J’ai rendez-vous avec mon gynéco un mois et demi après l’accouchement, pour le « contrôle technique ». Je lui explique que je veux changer de pilule et que je souhaite rependre celle que j’avais avant ma grossesse. Refus catégorique de sa part : cette pilule est trop dangereuse post-accouchement (thrombose veineuse, AVC…). Je repars avec une ordonnance pour une autre pilule, mais je suis très déçue !

Je tente ensuite de me faire prescrire ma Précieuse par ma sage-femme et mon médecin généraliste, mais les deux refusent aussi, pour les mêmes raisons. C’est sans grande conviction que je démarre ma nouvelle pilule. Tout de suite, j’ai un mauvais pressentiment. C’est idiot, mais je ne la « sens pas ». Au bout d’un mois de prise, ce qui devait arriver arrive.

Un samedi soir, je suis tranquillement dans mon salon à attendre que mon mari rentre du travail avec les sushis. Ma fille joue dans son transat. Je me lève pour changer sa couche, et mon œil droit se trouble d’un coup. Je me rallonge, pensant m’être levée trop vite, mais c’est comme si un filtre venait recouvrir mon œil. Je n’y prête pas attention, mais je me sens toute bizarre.

Je prends ma fille dans mes bras et, tout en me dirigeant vers son plan à langer, je tente de lui expliquer que je vais changer sa couche. Sauf qu’aucun mot ne sort de ma bouche. Je commence à paniquer et pense tout de suite à l’affiche sur les AVC dans la salle d’attente de mon médecin : « Répétez une phrase simple : Le ciel est bleu. Si vous n’y parvenez pas, prévenez les secours ». Je me concentre à mon maximum, regarde ma fille (heureusement, je l’ai posée) et ne parviens à sortir que : « La…eu…iel. »

Je tente de garder mon calme et appelle les pompiers. Comment expliquer ce que j’ai alors que je n’arrive pas à parler ? Le peu de mots qui sortent n’ont aucun rapport ! Je crie : « Eu fai AVC ! » au téléphone, et le pompier me met directement en relation avec le SAMU car « on n’aura pas le temps d’arriver ». Ça veut dire quoi, « pas le temps » ?

J’appelle mon mari sur l’autre ligne, et parviens à lui dire : « Pompiers pompiers pompiers ! » Il raccroche et appelle les pompiers, qui lui expliquent que je suis en ligne avec le SAMU. Le médecin au bout du téléphone me fait faire plusieurs exercices. Je peux bouger les bras, les lever. Ce n’est pas un AVC.

Après une bonne demi-heure, je retrouve progressivement la parole, même si j’hésite sur les mots. Le SAMU m’envoie d’urgence chez le médecin de garde (qui se trouve être mon généraliste). Mon mari, ma fille et moi partons sur le champ.

Après un examen complet et une ordonnance pour une IRM cérébrale, mon médecin me demande d’arrêter immédiatement la pilule. De ne pas finir la plaquette. Troubles de la vision, de la parole, maux de tête violents et soudains, tout cela est écrit dans la rubrique « effets secondaires nécessitant l’arrêt immédiat du traitement et une consultation en urgence ».

Arrêt pilule santé

Crédits photo (creative commons) :

L’adoption du stérilet, par défaut

Mon mari me demande d’arrêter définitivement la pilule, il veut qu’on trouve une autre solution. Je me renseigne donc sur les autres moyens de contraception et prends conseil auprès de ma sage-femme. Je dois impérativement stopper les hormones. Mais suite à ce constat, les méthodes de contraception se réduisent comme une peau de chagrin. Elle me conseille le stérilet au cuivre (mon mari est allergique au latex, donc exit préservatifs, diaphragmes et capes).

Je prends rendez-vous avec mon gynéco et évoque mon malaise. Effectivement, il faut arrêter la prise d’hormones. Seulement, il n’est pas très emballé par le stérilet, car mon utérus est très petit et cicatriciel, à cause de ma césarienne, et mon col, très court et bien fermé.

Mais « On n’a pas bien le choix. »

Il m’explique que la pose risque d’être très douloureuse, car je n’ai pas accouché par voie basse, et donc mon vagin ne s’est pas élargi. J’ai accouché en trente-sept heures, mon ami, alors franchement, un stérilet, c’est peanuts, pour moi !

Quelques semaines après, il me pose mon petit DIU en cuivre. La pose se passe très bien et, au final, ce qui est douloureux n’est pas l’introduction du stérilet, mais l’écarteur que mon gynéco utilise pour ouvrir mon col. Il peut ensuite écouter mon flot de questions débiles, du genre : si je mets des tampons, est-ce que les fils vont s’accrocher ? Est-ce que mon mari va le sentir ? Est-ce qu’il peut se promener dans mon corps ?

« Pas le choix. »

Voilà les mots qui résonnent encore ! Moi qui vouais un culte à ma chère pilule, je dois lui dire adieu. Je n’ai pas vraiment eu le choix de ma contraception, et je me sens un peu prisonnière de ce DIU. Il va falloir que je l’adopte progressivement, qu’on fasse équipe, tous les deux.

Mais il a quand même quelques avantages, ce petit : j’ai retrouvé une libido que la pilule avait endormie, et (selon mon mari) si un jour on est sur la paille, on pourra toujours revendre le cuivre du stérilet !

Et toi ? Tu as eu du mal à trouver une contraception qui te convenait après l’accouchement ? As-tu déjà fait des réactions aussi violentes aux hormones ? Quelle solution contraceptive as-tu adoptée ? Viens en parler…

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !


Porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

49   Commentaires Laisser un commentaire ?

Camomille (voir son site)

Ton histoire fait froid dans le dos, quelle peur tu as du avoir ! J’espère que tu t’habitueras vite au DIU, et qu’il te conviendra. Et puis… mine de rien, c’est bien plus économique 🙂

le 04/02/2016 à 09h09 | Répondre

Doupiou

Depuis la pose de mon DIU (je déteste dire stérilet !) je suis sur un petit nuage ! Mes règles ne sont pas douloureuses mais certes légèrement plus abondantes qu’avec la pilule.
Je ne pense plus à la contraception et je me sens libérée des hormones. Je fais corps avec mon corps !
Au début mon mari sentait parfois les fils mais rien de désagréable

le 04/02/2016 à 10h06 | Répondre

issabill (voir son site)

Je n’imagine même pas l’angoisse que tu as du ressentir avec ton malaise…
Pour ma part, il était hors de question de reprendre des hormones après l’accouchement. Quand j’ai arrêté ma pilule, j’ai mis plusieurs mois avant de retrouver des cycles normaux, et à ce moment-là je me suis sentie comme « intoxiquée »… Du coup, ma décision était prise dès le début, après accouchement ce serait stérilet au cuivre sinon rien (enfin, non, surtout pas rien, ahaha!)! J’ai tout de même eu droit à la pilule en attendant le temps réglementaire pour la pose (finalement, pour rien, j’ai mis plus longtemps à reprendre une activité sexuelle…). Ma gynéco était moyennement pour : j’avais de base des règles déjà longues et abondantes. Effectivement, maintenant, j’ai des règles qui durent entre 8 à 10 jours, dont un jour franchement hémorragique, mais cela ne me dérange pas : je suis passée en parallèle à la coupe menstruelle qui m’a rendue ces périodes beaucoup plus agréables qu’avant!
Et j’apprécie en plus le fait de ne plus avoir à penser à ma contraception, pour moi c’est une libération!
Et j’adore le point de vue de ton mari! Tu nous diras combien il compte tirer de la vente de ton stérilet! Ahaha!

le 04/02/2016 à 09h11 | Répondre

Doupiou

J’ai pris la pilule pendant tellement de temps que je ne voyais pas ce que l’absence d’hormones pouvait bien changer.
Je trouvais un peu cucu toutes ces filles qui se disaient libres sans hormones…(désolée!). Et puis à l’arrêt de ma pilule j’ai enfin compris ! Mieux dans ma peau, mieux dans ma tête, une libido au top ! J’espère faire équipe avec mon petit DIU le plus longtemps possible !

le 04/02/2016 à 10h08 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

C´ets intéressant. De notre coté pour le moment on utlise des préservatifs mais ce n´est clairement pas très sur, on est juste pret à prendre le risque disons. Aucune idee pour la suite, quand nous ne voudrons plus d´enfant… Aucune méthode ne m´emballe mais le stérilet en cuivre peut etre… J´ai peur de la douleur.

le 04/02/2016 à 09h22 | Répondre

Doupiou

Si c’est la douleur de la pose qui te fait peur tu peux l’oublier !
J’avais vraiment peur au point de vouloir faire marche arrière le jour du RDV parce que mon gynéco, la pharmacienne et le médecin m’ont conseillé plein d’homéopathie et spasfon en me disant que j’allais avoir très mal (–>petit utérus césarisé).
Finalement c’est passé tout seul et quand je me suis enfin détendue chez le gynéco prête à recevoir mon DIU, il m’a demandé de me rhabiller, c’était déjà posé ! Je te jure que j’avais juste eu un peu mal quand il a écarté le col mais je n’ai RIEN senti de la pose du DIU !

le 04/02/2016 à 10h14 | Répondre

Floconnette

Après mon premier enfant je l’ai fait poser et honnêtement pas de douleur, un inconfort pendant la pose et un léger pincement, et aucune douleur après la pose. Ce qui m’a dérangée furent les règles hémorragiques et j’étais donc 50% du temps en train de saigner quasiment.

le 04/02/2016 à 10h47 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Merci les filles ca me rassure vos témoignages sur le DIU je pense que j´essaierai le moment venu en espérant ne pas avoir trop mal 🙂 . Et bravo Floconette pour l´annonce génial !!

le 04/02/2016 à 11h37 | Répondre

Marmotte

Je faisais partie des nullipares ( c’est moche comme nom) avec Diu parce que justement je ne voulais pas d’hormone … Et donc c’est sans aucun questionnement que le Diu s’imposera après la naissance du Marmotton.

le 04/02/2016 à 10h05 | Répondre

Doupiou

Avant d’avoir mon bébé je m’étais par défaut tournée vers la pilule car c’est ce qui est le plus souvent proposé aux nullipares (ça fait nul !) et que le DIU me paraissait dater d’un autre temps !
Pour une seconde grossesse (envisagée dans 1an 1/2), je me retournerais aussi vers un DIU au cuivre

le 04/02/2016 à 10h17 | Répondre

Floconnette

De mon côté, la contraception est un casse-tête sans nom. Pour résumer:
-pilule jamsine pendant 8 ans jusqu’à ce qu eje fasse enfin un bilan de choléstérol très mauvais alors que je pesais 50kg à tout casser à l’époque, donc pas l’alimentation
– on me passe à jasminelle: ça empire
– un nouveau super gynéco me passe à estreva + lutéran : pas de choléstérol, mais 2 ans après, saignements continus. Il me conseille de l’arrêter quelques mois
– au final je ne la reprends pas, préservatifs pendant 2 ans jusqu’à l’envie de bébé
– en 2013 je suis enceinte, mon fils naît en février 2014. On me prescrit la pilule que tu as dû avoir (Cérazette pour moi). Saignements continus également.
– En avril 2014 on tente Leeloo: saignements dès le 2ème mois
– En juin 2014 je tente l’anneau Nuvaring: génial! Si seulement je l’avais supporté! Choléstérol qui explose, mais les médecins me disent que non justement Nuvaring n’en donne pas ce n’est pa sça la cause mais mon alimentation (je suis plus proche des 60kg que des 50 à ce stade mais pas en surpoids et malgré ma gourmandise je mange sainement en moyenne). Je ne les crois pas, je connais mon corps: en novembre 2014 je l’arrête de ma propre initiative, retour aux capotes. Après les fêtes, sans aucune restriction, je fais un bilan de choléstérol en janvier et il est parfait, triglycérides divisées par 2…. Mon gynéco me dit qu’en effet c’est bien l’anneau.
– En février 2015 je teste le DIU au cuivre. Catastrophe, règles hémorragiques quasi interminables (12 jours contre 3 jours peu abondants en cycle naturel), je suis anémiée et fatiguée, une infection rare carabinée en plus, je stoppe les frais. En avril 2015 je l’enlève.
– J’ajoute que je suis aussi migraineuse donc en plus de toutes ces contraceptions je prends des triptans pour mes migraines et je commence à ne plus aimer l’idée de me « droguer »… mais les migraines sont trop fortes pour etre subies sans traitement avec un enfant en bas âge qui plus est.
– Retour aux préservatifs, je suis désespérée, mais on parle d’un deuxième enfant, c’est temporaire.
– Novembre 2015: me revoilà enceinte, répit pour 9 mois!
– et donc là je suis à 3 mois de grossesse et je n’ai plus de solution: je refuse les hormones, je ne veux plus le DIU cuivre, je suis très irrégulière donc même si je repère mes jours d’ovulation c’est quand même risqué (je vais de 20 à 37 jours de cycle…)

Voilà, je n’ai plus AUCUNE idée de la suite! ligature peut être? Je ne trouve pas de solution à ce sac de nœuds.

Bref je me sens moins seule mais je constate qu’autour de moi après le premier bébé peu de femmes reviennent à la pilule au final, l’idéal est le DIU si on le supporte, ce qui n’est pas mon cas malheureusement 🙁

le 04/02/2016 à 10h45 | Répondre

Floconnette

Désolée pour le pavé! mais je vais juste ajouter que:
– soucis cardiaques dans ma famille
– pré éclampsie au premier enfant
A priori je ne suis pas la candidate idéale à la pilule et avec mes migraines hormonales violentes et l’hypercholéstérolémie, cela me fait peur d’en reprendre. Je constate juste que les hormones (naturelles, de grossesse ou de synthèse) ont un très fort impact sur mon corps, et je n’en vois que la partie visible donc je ne veux plus le tenter…
Mais ayant été enceinte 2 fois au premier cycle, j’ai aussi très peur de l’accident :-/

le 04/02/2016 à 10h56 | Répondre

Doupiou

Essaies peut-être les patchs ? Ma soeur en est très satisfaite !
Sinon dans ton cas il n’y a que l’abstinence… ou vivement la pilule pour hommes 😉

le 04/02/2016 à 12h30 | Répondre

Mlle Moizelle

Effectivement, c’est un « sac de noeuds » 🙁
Vous ne supportez pas les préservatifs? Parce que c’est vrai que c’est la seule solution que je vois… ça ou l’abstinence! ^^

le 04/02/2016 à 12h38 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

Félicitations pour ce second bébé !!!
J’espère que tu auras une belle grossesse.

le 04/02/2016 à 19h23 | Répondre

Camomille (voir son site)

Félicitations pour bébé 2 🙂
Pour la contraception, j’imagine que tu as été voir le site que mentionne Doupiou « choisir sa contraception » ? J’avais pris un rdv avec ma sage femme pour en discuter, ça m’a beaucoup servi !

le 04/02/2016 à 13h34 | Répondre

SwissGirl

Hello Floconnette ! Félicitations pour BB2 !
Pour la contraception, je me demandais si tu avais pensé à l’implant (petit dispositif contraceptif que tu gardes 3 ans sans y penser). J’ai eu un Implanon dans le bras pendant 9 ans et c’était juste génial de ne plus se soucier de rien !
Bon, pour le dernier j’avais pas mal de spotting, donc c’était un peu moins agréable, mais ça vaut peut-être la peine de tenter ?

le 04/02/2016 à 14h42 | Répondre

Floconnette

merci les filles! oui on a craqué et décidé de n’avoir « que » 2 ans et demi entre nos enfants 🙂

Pour la contraception, alors j’ai pensé à l’implant et au patch, mais comme cela reste des hormones je me méfie… L’implant mon gynéco m’en a parlé mais comme je ne peux pas l’arrêter moi même (comme le DIU) j’hésite. Je pense qu’on verra ça le moment venu….
Car jusque là un bébé surprise n’aurait pas été un vrai drame, nous voulions 2 enfants, mais pour un 3ème nous ne savons pas encore et donc je préfèrerais qu’il soit voulu et non pas surprise si possible!
Mais je vois que beaucoup rencontrent des problèmes de contraception, ce qui me pousse à penser que les solutions proposées en France ne sont pas idéales. Je connais plusieurs personnes ne trouvant pas chaussure à leur pied si je puis dire.
En tout cas moi si je raie DIU et hormones de ma liste bah il me reste plus rien sauf l’abstinence oui en effet 😀

le 04/02/2016 à 15h07 | Répondre

Madame Vélo

Hey Félicitations Floconnette pour Bébé 2 😀 ça faisait longtemps qu’on ne t’avait pas vu par ici et ça fait plaisir d’avoir de tes nouvelles – avec un bébé en route 🙂

le 04/02/2016 à 15h21 | Répondre

Louna

Oh la la, Floconnette, tu n’as pas été épargnée par les galères de pilule et même de contraception en général ! Ta mésaventure avec le DIU, c’est exactement ce que je crains : verdict après bébé 2.

Comme toi, j’ai l’impression qu’en France, les solutions proposées ne sont pas idéales mais qu’il n’y a pas vraiment d’effort fait par les autorités de santé pour changer les choses. Enfin, à mon échelle, je ne vois rien évoluer, mais j’espère me tromper et qu’en ce moment même, des recherches sont menées pour enfin proposer des pilules masculines ou au moins solutions différentes côté féminin. On peut toujours espérer !
J’espère que, malgré tout, vous finirez par trouver une solution satisfaisante et qui ne soit pas l’abstinence ! 😉

J’en profite pour te féliciter pour bébé 2 ! Et 2 ans et demi, c’est un écart parfait ! 🙂

le 05/02/2016 à 09h46 | Répondre

Mélo

J’ai pris un stérilet à l’age de 20 ans car j’oubliais toujours ma pilule! franchement je ne regrette absolument pas 🙂 avec tout ce que l’on entend je me dis que c’est pas plus mal de ne pas m’introduire d’hormones dans le corps…. mais je comprends parfaitement ton point de vu, j’ai moi même cherché longtemps une contraception qui pouvait me convenir……….

le 04/02/2016 à 11h07 | Répondre

Doupiou

Je n’avais pas franchement le choix mais finalement c’est un mal pour un bien car je suis très bien avec mon DIU !

le 04/02/2016 à 12h31 | Répondre

Hermy

Comme toi, je voulais reprendre ma pilule d’avant après l’accouchement et l’allaitement et elle ne me convenait plus du tout (saignements entre les cycles + prise de poids). Du coup j’en ai testé une autre qui me convient mais je songe de plus en plus à passer au sterilet en cuivre. Je pense que j’en parlerai avec ma gynéco à mon prochain rdv.

le 04/02/2016 à 11h12 | Répondre

sweetday

Je me reconnais pas mal dans ton histoire, très intéressante ! Juste pour info, mon mari et moi utilisions régulièrement les préservatifs Skyn (de Manix) qui sont sans latex, et qui ont un « toucher » vraiment naturel ! Alors oui ils sont un peu plus chers que les normaux, mais en dépannage ou en transition de contraceptif, je te les conseille ! 🙂

le 04/02/2016 à 11h16 | Répondre

Doupiou

Perso, j’ai horreur des préservatifs ! Je déteste l’odeur, je garde des très mauvais souvenirs de la pilule du lendemain dû aux craquages et ça fait pleins de boutons à mon mari (je vous laisse devinez où). Pourtant c’est pas faute d’avoir essayer de nombreuses marques ou modèles.
Attention ! Je ne dis pas qu’il ne faut pas les utiliser ! Mais dans mon cas ce n’était pas la contraception idéale

le 04/02/2016 à 12h37 | Répondre

Miss Chat

Hahaha « revendre le cuivre du stérilet » j’ai failli éclater de rire en plein milieu de mon bureau (ouh la vilaine qui lit au taf’ !), merci 😀 Bon sinon le reste de ton témoignage n’est pas drôle du tout, c’est effrayant ce que la pilule peut faire…
J’ai refusé de prendre la pilule pendant l’allaitement (même la spéciale allaitement, parce que ça restait des hormones que ma fille ingérait, hors de question). J’en ai ma claque des hormones personnellement à cause de la libido. Je n’ai qu’un seul rêve : mettre un stérilet au cuivre. Comme on veut avoir un deuxième enfant bientôt, ce serait bête dans l’immédiat. Par contre, j’envisage très fort de quand même laisser tomber la pilule et d’utiliser des préservatifs en attendant…

le 04/02/2016 à 11h45 | Répondre

Doupiou

Moi aussi je suis taf alors je ne juge pas !
Juste pour la libido c’est top de ne pas prendre des hormones ! En fait avec la pilule je pensais avoir une libido normale alors qu’en fait, c’est une fois sans hormones que je me suis vraiment sentie épanouie ! ça a été immédiat !

le 04/02/2016 à 12h40 | Répondre

Miss Chat

Oui, c’est tout à fait ça ! Je n’avais jamais eu l’impression d’avoir un problème avec la pilule avant … puis je l’ai arrêtée quand on a commencé les essais bébé. Et là, effet waw ! Rien à voir. Bref, méchante pilule. Plus de pilule. J’espère que le DIU sera aussi sympa pour moi qu’il a l’air de l’être pour toi ! 😉

le 04/02/2016 à 13h02 | Répondre

Mme Kahlessi (voir son site)

Ici aussi gros casse-tête que le moyen de contraception. Pillule Adepal de mes 18 ans au 1er bébé (26 ans), aucun problème, c’était facile… ensuite avec un bébé, impossible d’y penser chaque jour… j’ai donc opté pour l’anneau puis le patch : pour ces 2 les hormones me bouffaient la vie, je n’étais plus moi-même, tantôt je pleurais, tantôt j’étais trop gaie, bizarre. J’ai donc décidé de me faire poser un stérilet (celui qui fait que tu n’as plus de règles). C’était le bonheur, disons 2 ans, ensuite j’ai senti comme une gêne, et en plus je savais que mon mari le sentait alors ça me gênait encore plus dans les moments intimes où c’est déplacé de penser à son stérilet si vous voyez ce que je veux dire !
Bref, là 2ème bébé, le problème est de nouveau sur le tapis sauf que là je n’hésite pas. J’ai absolument tout testé sauf l’implant, alors j’opte pour ça. Même si au début ça me faisait drôle, rien que le mot « implant », j’avais l’impression d’être un mouton à puce ! Mais finalement, quand j’y pense, c’est tout l’avantage du stérilet sauf que c’est pas dans mon vagin. Après, je ne peux pas vous faire de retour d’expérience puisque je me le fais poser en mars.

le 04/02/2016 à 13h20 | Répondre

SwissGirl

Yeah, copine d’implant ! Comme je disais à Floconnette, j’ai eu un Implanon dans le bras pendant 9 ans et j’ai trouvé ça top ! Le 3ème et dernier m’a causé pas mal de spotting, par contre (les implants se suivent et ne se ressemblent pas… !?!!) donc au moment de le retirer j’ai eu envie de faire une pause. Et j’ai testé l’anneau Nuvaring pendant plus d’un an. Pas mal, mais il m’a provoqué des règles ultra douloureuses donc j’ai abandonné.
Bref, je garde un avis très positif sur l’implant et j’y reviendrai sûrement.
C’est vrai que je ne faisais pas la fière lors de la première pose… Et puis après c’était plutôt marrant. Les gens avec qui j’en parlais me regardaient bizarrement, c’était assez fun !

le 04/02/2016 à 14h57 | Répondre

Doupiou

Adepal! Ma pilule horreur ! Comme quoi chaque corps est tellement différent! Ma sœur a un implant et elle adore !

le 04/02/2016 à 20h01 | Répondre

Madame D

J’ai été a 2 doigts de pleurer en lisant ton témoignage. Tu m’a fait super flippé !!!!! Contente de voir que ça va finalement. Malgré les soucis de contraception.
Je ne suis pas un cas a probleme. Limite je fait meme ce que je veux mon corps m’obeit et ne m’embete pas (trop).

le 04/02/2016 à 13h41 | Répondre

Madame Vélo

Je suis contente de lire dans tes réponses aux commentaires que tu t’es réconciliée avec ton DIU et que la solution te convient 🙂
Mais ton histoire elle me fait trop flipper !! Je me suis tout de suite mise à ta place, la grosse panique quand en plus t’as ton bébé à côté de toi… argh ! et le mec « on n’aura pas le temps d’arriver »… brrr j’en ai froid dans le dos !
Pour ma part j’ai laissé tombé la pilule en 2013 car j’en avais marre des hormones, et comme d’autres j’ai découvert que j’avais une libido bien meilleure 🙂 j’ai fais posé un DIU au cuivre, que j’ai gardé 1 an avant de commencer l’aventure bébé. Et comme Miss Chat, comme on voudrait un deuxième assez rapproché, je n’ai pas voulu en reposer un pour quelques mois et pour l’instant c’est préservatifs. Mais c’est vrai que le DIU a plein d’avantages, on n’y penses plus. Règles un peu plus abondantes mais ça va. Et légère douleur à la pose mais bien moins forte que ce à quoi je m’attendais (et dans tout les cas c’est pineats à côté de l’accouchement ah ah !)

le 04/02/2016 à 15h30 | Répondre

Doupiou

Je suis tout à fait d’accord avec toi sur tous les points ! En effet j’ai eu très très peur avec mon malaise, j’ai vraiment cru quand mon heure était arrivée et sans exagérer

le 04/02/2016 à 20h08 | Répondre

Démétra

Merci pour ton témoignage.
J’envisage d’ici un mois ou deux de le faire poser un DIU au cuivre.
J’allai te toujours ma fille de 15 mois mais libido zéro avec Cérazette (ou à cause de l’allaitement ou les deux ensemble, je ne sais pas)
J’ai pris la pilule des années, puis essayé l’anneau et enfin l’implant avant de tenter bébé (au final FIV icsi mais bon)
Comme bébé 2 n’est pas du tout prévu pour le moment, je préfère assurer le coup… On ne sait jamais !

le 04/02/2016 à 19h21 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

J’ai arrêté ma pilule et clairement j’ai déjà prévenu mon mari qu’après une première grossesse on envisagerait autre chose que la pilule !!!

le 04/02/2016 à 19h24 | Répondre

Doupiou

Par rapport à la libido ?

le 04/02/2016 à 20h03 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

Oui essentiellement rapport à la libido et aux problèmes de sécheresse.
Franchement, je revis. Alors lui, mes règles sont beaucoup plus abondantes et douloureuses de même que mes pertes mais je ne veux plus avoir d’hormones.

le 05/02/2016 à 09h07 | Répondre

Doupiou

Je te rejoins complètement pour la sécheresse aussi !

le 05/02/2016 à 10h36 | Répondre

Louna

Merci pour ce témoignage, mais quelle angoisse, ma pauvre Doupiou ! Je n’ose même pas imaginer la peur que tu as dû éprouver au moment de ton malaise, et j’admire ta présence d’esprit (ou tes réflexes) qui t’ont permis d’appeler les secours et ton mari : je ne suis pas sûre que j’en aurais été capable, à ta place !

Même si mon histoire avec la pilule est loin d’être aussi dramatique que la tienne, je ressens moi aussi très fortement le fait d’être « coincée » lorsqu’on ne trouve pas chaussure à son pied dans le panel des contraceptions proposées en France.
Comme toi, pilule de 2ème génération pendant des années avant bébé, puis arrêt pour essai bébé et découverte d’une libido surprise ! Par contre, l’arrêt de la pilule m’a aussi provoqué de sérieux problèmes gastriques, probablement dus aux ajustement de mon corps pour fonctionner sans hormones de synthèse après plus de 10 ans. J’avoue que du coup, je pensais revenir à cette pilule après l’accouchement pour oublier ces soucis gastriques.
Mais comme toi, pilule d’allaitement (que j’ai finalement prise seulement à la fin de l’allaitement : comme MIss Chat, je n’étais pas très fan du fait de donner des hormones à ma fille à travers mon lait), et saignements tous les 15 jours pendant 15 jours : le bonheur !
A l’époque, j’en ai discuté avec ma gynéco, mais elle n’était pas vraiment très ouverte, et elle m’a remis sous mon ancienne pilule.

Après bébé 2, j’aimerais bien pouvoir me passer de pilule (principalement pour la libido), et essayer le DIU au cuivre, mais j’avoue qu’ayant des antécédents d’endométriose dans ma famille, j’ai peur d’avoir des saignements ininterrompus. Pareil avec l’implant (même molécule que Cérazette, la fameuse pilule d’allaitement qui ne m’a pas du tout convenu). Peut-être l’anneau ? Mais je ne comprends pas pourquoi les gynécos ne le proposent pas systématiquement ? Vous savez, celles qui l’ont testé, est-ce qu’il y a des contre-indications ?

J’ai aussi l’impression, quand je discute avec mon amie autrichienne, qu’il y a des solutions à l’étranger qui ne sont pas du tout proposées en France. D’ailleurs, lorsque j’ai vécu pendant un an à Vienne, au moment de faire renouveler ma pilule, la gynéco autrichienne a halluciné en me disant que cette molécule n’était plus prescrite depuis près de 10 ans en Autriche : résultat des courses, 10 ans plus tard, c’est encore celle qu’on me prescrit. Bizarre, non ?
Die Franzoesin, ou les autres expatriées, est-ce que vous avez l’impression d’avoir plus de choix ?

le 05/02/2016 à 09h27 | Répondre

Madame l'Abeille

L’anneau et les patchs sont comme les pilules 3eme génération (mêmes hormones et diffusion « systémique » , c’est à dire action pas locale mais générale).
Du coup ce ne sont pas des contraceptions de 1ère intention mais ça peut convenir à certaines femmes.
Contre indications principales : pb de cholestérol comme Floconnette, antécédent de phlébite – AVC ou autre caillot, hypertension, diabète, tabac chez femme de plus de 35 ans , cancer du sein et de l’utérus comme toutes les contraceptions hormonales.
En tout cas c’est important de pouvoir tomber sur un professionnel de santé ouvert à toutes les contraceptions qui prend le temps d’expliquer!

le 07/02/2016 à 22h55 | Répondre

Madame l'Abeille

Et pour le DIU au cuivre, ne t’en fais pas par rapport à tes antécédents familiaux d’endométriose , si toi meme n’a pas d’endométriose ( et tu aurais des symptômes depuis plusieurs années ) tu risques juste des règles plus abondantes comme avec tout DIU au cuivre.

le 07/02/2016 à 22h59 | Répondre

Doupiou

J’ai l’impression qu’en France on a beaucoup de retard mais surtout beaucoup de préjugés niveau contraception : pourquoi proposer systématiquement la pilule ?
Lorsque je dis que j’ai un DIU au cuivre, je reçois des réactions étonnantes du genre : mais je croyais qu’on ne mettait un stérilet aux femmes de plus de 2 enfants parce que ça rend stérile ! *true story*

le 05/02/2016 à 10h42 | Répondre

Nessendyl

Et bien moi c’est tout à fait l’inverse : je veux un stérilet de cuivre après mon accouchement et je ne veux plus entendre parler de la pilule!
Depuis que j’ai stoppé la pilule pour faire un bébé, je n’ai plus de migraine. J’étais une très très grosse migraineuse, des migraines de 3 jours à en vomir, j’ai subi des tas d’examens, des tas de traitements… et en fait, c’était « juste » les hormones…
Donc, on ne m’y reprendra plus!

En tout cas, merci pour ton témoignage! 🙂

le 05/02/2016 à 11h48 | Répondre

Doupiou

De rien ! 😉
Je ne veux pas dire que la pilule c’est un mauvais moyen de contraception mais j’espère ne plus jamais en reprendre !
Chacun son choix de contraception et sa volonté ! Mais sans hormones je me sens tellement mieux !

le 06/02/2016 à 10h31 | Répondre

Mlle Mora

Roh lala l’angoisse que tu as dû avoir quand tu as cru faire un AVC !!
C’est bizarre que ton gyneco était septique à la pose du DIU après cesarienne… Moi aussi j’ai eu une cesarienne et ça n’a pas du tout dérangé ma gyneco ! Nos uterus se sont suffisamment élargi avec le bébé à l’intérieur ! 🙂 En tout cas, je suis comme toi, le DIU m’a permis d’être plus « en phase » avec mon corps !

le 05/02/2016 à 13h30 | Répondre

Doupiou

En fait mon utérus est resté très tonique ! Un bébé porté très haut et un col qui ne s’ouvrait pas pendant le travail ! Du coup petit utérus et col très fermé !

le 06/02/2016 à 10h29 | Répondre

cyclone

Bonjour Doupiou,

J’ai bondi en voyant l’argument « mon mari est allergique au latex, donc exit préservatifs ». Certes, on peut parfaitement entendre « je n’aime pas les préservatifs » et il y a plein de bonnes raisons à cela, mais pas l’argument de l’allergie. Je suis allergique au latex, et fort heureusement il existe des préservatifs sans latex (notamment ceux de la gamme Skyn) qui permettent de faire l’amour en se protégeant des bébés…et des MST !

Pour revenir au DIU au cuivre, j’en ai eu un pendant 18 mois bien avant ma première grossesse car les variations hormonales à chaque cycle après le retrait de mon anneau vaginal me donnait des migraines terribles. Au final, le DIU était parfait… jusqu’à ce que je me rende compte que j’avais des rhumes et des rhinopharyngites chroniques, et que j’avais la peau entre les orteils qui partait en lambeaux genre mycose +++. Au final, il s’est avéré que je faisais une allergie au cuivre. Résultat : au retrait du DIU, tout est rentré dans l’ordre, mais en dommage collatéral : je ne peux plus porter de bijoux en or (car l’or contient du cuivre) !
Tout ça pour dire : même si c’est très rare, si vous avez un fort terrain allergique, attention au DIU au cuivre, parce qu’on met du temps à faire le lien entre les symptômes et la cause des inflammations ou éruptions cutanées.

le 07/02/2016 à 19h54 | Répondre

Ars Maëlle

Je me permets d’ajouter mon petit commentaire au sujet de la pose de DIU chez les femmes qui n’ont pas accouché par voie basse.
Pour le cas de Doupiou, c’était peut-être à cause du côté cicatriciel que le gynéco avait des réserves, ou alors simplement, comme encore beaucoup trop de médecins de la vieille école, il a des préjugés erronés sur les DIU.
Comme beaucoup d’autres femmes (dont Marmotte et je suppose Mélo qui témoignent plus haut), je me suis fait poser un stérilet en étant nullipare, donc avec un vagin, un col et un utérus de petite taille. Et à part une petite douleur (franchement supportable) à la pose et dans les heures qui ont suivi, aucune contre-indication ni aucun problème.
Pour ma part, je suis très contente de mon choix, pour mêmes raisons déjà évoquées (se sentir à l’écoute de son corps, ne pas avoir à y penser tout le temps, libido…).
Donc j’ai juste envie de dire à celles qui pensent que ça pourrait leur convenir de tenter le coup, et de changer de médecin si celui-ci refuse avec des arguments idiots comme un col jamais ouvert par une tête de bébé. Surtout, pour celles qui l’ignoreraient, les médecins généralistes et les sages-femmes sont aussi aptes à poser les DIU, pensez-y, surtout mais pas seulement si votre gynéco fait des histoires.
A lire sur le sujet : http://martinwinckler.com/spip.php?article393

le 07/02/2016 à 20h12 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?