Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Noël et le spirituel


Publié le 14 décembre 2018 par Rigel

À l’origine

Chez les romains, le 25 décembre était le jour du Sol Invictus « soleil invaincu » mais également le jour de naissance de la divinité solaire Mithra. Afin d’unifier les croyances païennes et chrétiennes, le jour de la naissance de Jésus a été (arbitrairement !) fixé le 25 décembre. Il a quasiment fallu attendre trois siècles pour que Noël devienne une fête religieuse chrétienne officielle.  D’un point de vue étymologique, Noël est issu de l’adjectif latin « natalis » qui signifie « de naissance », mais pas nécessairement celle du Christ mais plutôt de la renaissance du soleil (il ne t’a pas échappé que le solstice d’hiver est le 21 décembre, donc tout proche du 25, et qu’à partir de cette date, la durée du jour augmente).

Noël chez les chrétiens

Il est assez peu probable que Jésus soit né en décembre, puisque les textes bibliques font mention de bergers faisant paître leurs troupeaux, et qu’en Cisjordanie à cette période, il ne fait pas super chaud. Noël, qui célèbre la naissance de Jésus et non son anniversaire, n’est « que » la seconde grande fête chez les chrétiens, derrière Pâques (qui célèbre sa résurrection). La période de fête de la Nativité débute le premier dimanche de l’Avent (4 dimanches avant le 25 décembre) et s’achève le 2 février à la Chandeleur (qui correspond à la présentation de Jésus au temple, et pas uniquement aux crêpes !). Durant le période de l’Avent, une période de jeûne était (est ?) observée.

Crédit photo : alsen

Comment fête-t-on Noël ?

Ici, je vais te parler de ma famille. Cette période est très symbolique. Cela commence par la préparation de la crèche, au début de l’Avent. Nous installons les petites statuettes de Joseph, la Vierge, les pâtres et les moutons. Ils seront rejoints le 25 décembre par le petit Jésus et à l’Épiphanie par les Rois mages. Ces mêmes crèches se retrouvent dans les églises, avec parfois des santons très grands (jusqu’à 1m) et très jolis. Dans notre paroisse, les statuettes mesurent une cinquantaine de centimètres et ce sont les enfants du catéchisme qui aident à l’installation, en préparant un tapis de mousse, de la paille dans l’étable, un ciel étoilé…

Autour de mi-décembre, nous installons un sapin. Je n’ai aucune idée de sa signification, et je n’ai d’ailleurs pas cherché ! Nous utilisons un sapin en plastique. Oui, je sais. Moi aussi j’étais contre avant. Mais la combinaison petit espace + flemme de ramasser les aiguilles + aucune envie de gâcher un sapin par an ont fait que nous nous sommes convertis il y a 5 ans au sapin pliable. La crèche déménage au pied du sapin (qui est posé sur une table basse). Choupinette est en charge de la décoration et a fait volontairement tomber environ 2000 fois les boules pour le plaisir de les remettre entre le 15 décembre et le 15 janvier l’an dernier ! Je ne doute pas que Numérobis, attiré par les couleurs de la décoration ne fasse de même (sans les remettre par contre, je le crains !).

Crédit photo : corinnalichtenberg1

Nous assistons systématiquement aux messes de l’Avent, donc tous les dimanches de décembre. Avant les enfants, nous allumions l’une des quatre bougies (pour les 4 dimanches de l’Avent) placées autour de la crèche. Avec Choupinette et ses petites mains baladeuses, nous avons abandonné cela mais je pense que nous allons reprendre avec des bougies LED. Les enfants ont à leur disposition des livres sur Noël, qui expliquent les circonstances de la naissance de Jésus.

La veille et le jour de Noël

La veille de Noël est bien occupée à préparer le repas du soir et du lendemain. Nous avions l’habitude de nous rendre à la messe du réveillon à 21h, mais je dois avouer que ces dernières années, entre la naissance imminente de Choupinette, le fait qu’elle soit vraiment petite, puis être enceinte de presque 8 mois de Numérobis… j’ai passé mon tour ! Dans notre paroisse, ils organisent trois messes. La première est à 17h30 uniquement pour les familles : impossible de rentrer dans l’église si tu n’as pas le sésame : un ou des enfants. C’est bien simple, l’église (qui peut tout de même accueillir 800 personnes) est trop petite pour toutes les familles qui souhaitent être présentes !  La seconde est à 21h : dès 20h, l’église est prise d’assaut et tu n’as aucune chance de rentrer après 20h45. Environ 50 personnes se retrouvent à suivre la célébration sur le parvis chaque année ! Il y a une troisième messe à 23h30, qui est parait-il, beaucoup moins fréquentée (mais la petite église du village dispose quand même d’environ 300 places est tout de même pleine). Si tes enfants sont petits et que tu souhaites assister à la messe du réveillon, n’hésite pas à te renseigner auprès de ta paroisse, il y a peut-être des horaires qui te conviendront !

Le jour de Noël, nous déballons les cadeaux en famille et nous organisons un bon repas. Nous laissons les enfants croire au père Noël. Si tu te poses la question : non, je n’ai aucun doute sur le fait qu’ils arriveront parfaitement à faire la distinction entre le père Noël qui est totalement fictif et Jésus, qui est un personnage ayant réellement existé (chose indéniable d’un point de vue historique, que tu sois croyant ou non).

Noël et le partage

Lorsque nous étions plus jeunes, avec ma soeur, nous donnions du temps dans une association, le soir du réveillon, pour aller distribuer de la nourriture, des boissons chaudes, des vêtements, mais aussi des chocolats et des petits cadeaux pour les SDF qui se protègent du froid dans le métro parisien. Parce que Noël est une fête de partage, et que c’est le pire moment de l’année pour se sentir isolé. Notre paroisse organise un Noël solidaire, et ceux qui le souhaitent peuvent s’inscrire pour recevoir/ être reçus lors du déjeuner afin que personne ne soit seul en ce jour si particulier. Je ne sais pas encore si nous fêterons le déjeuner de Noël chez nous, mais si c’est le cas, nous proposerons probablement d’ouvrir notre table.

 

Et toi, comment prépares-tu Noël ? S’agit-il d’une fête religieuse, familiale ou uniquement commerciale ?


Guide accouchement


Tu en as marre de courir les magasins pour les fringues des enfants ? Et ce tous les mois, vu à la vitesse à laquelle ils grandissent ? Et je ne parle pas du petit qui hurle (que ce soit le tien ou celui d’une autre, grrr) parce qu’il ne veut pas essayer ce pull-là… Et si tu recevais directement chez toi de jolis looks (du 1 mois au 14 ans !) à essayer TRAN-QUILLE-MENT. Ça va ? Tu gardes et tu payes. Ça ne va pas ? Tu renvoies gratuitement. Bref, viens vite tester Little Cigogne !

Commentaires

2   Commentaires Laisser un commentaire ?

Madeleine

Tout pareil ici (même le sapin en plastique !!) Pour l instant, choupinet est trop petit (16 mois), mais quand j étais petite, on faisait la ( courte) prière du soir autour de la crèche puis on entonnait des chants de Noël (chrétien et païen, vive Tino Rossi ! ) c était très chouette. J espère bien qu on fera ça plus tard.
J ai vu aussi qu il y avait des crèches playmobil… Pas mal pour que les loulous manipulent tout cela sans que nos beaux santons en pâtissent… Je les mettrai peut être dans un calendrier de l avent DIY. Ça pourra resservir chaque année !
Et effectivement, on laissera croire Choupinet au père Noël. Ça me gênerait plus qu il croit comme dans certaines régions, que c est le petit Jésus qui apporte les cadeaux. Je trouve que ça serait trop confondre les choses.
Bonne route vers Noël à toutes et tous !

le 14/12/2018 à 08h58 | Répondre

Croco

Chez nous aussi on monte la crèche le premier dimanche de l’avent (enfin, maintenant les crèches puisque le parrain de mon aîné de 3 ans lui a offert une crèche playmobil à Noël dernier), et on ne la range que le 2 février. Pour le moment, il n’y a pas de sapin chez nous par manque de place (enfin, il est dessiné sur la vitre, comme ça encombrement zéro). Mais je sais d’où vient la tradition du sapin. Au Moyen-Age, pendant la veillée de Noël, on jouait les « Mystères » sur les parvis des églises, c’est à dire qu’on racontait en les théâtralisant des passages de la bible. Pour représenter le jardin d’Eden et le fruit défendu, il fallait un arbre, et pour qu’il soit vert à cette période de l’année on choisissait un conifère. Ce n’est que bien plus tard que les sapins se sont déplacés des parvis d’église à l’intérieur des maisons. (Je crois qu’il y avait aussi des arbres décorés de fruit dans certains rites païen associés au solstice d’hiver, mais je suis moins calée sur la question).

le 14/12/2018 à 10h42 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?