Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Notre parcours d’adoption : Le bilan de l’agrément


Publié le 19 septembre 2018 par Mme Espoir

Et voilà. Les rendez-vous avec les travailleurs sociaux se sont terminés un mois et demi avant la commission d’agrément.

Le ressenti de la période d’agrément

Honnêtement, et même si les choses se sont plutôt bien passées pour nous, j’ai été sujette à une anxiété assez forte et qui m’a pourrie quelques semaines. Maux de tête, malaises, anémie, hypotension… J’ai parfois eu l’impression de traverser ce moment comme dans un brouillard. Il faut dire qu’à ce moment-là les choses se sont précipitées : il y a eu l’angoisse l’agrément, le contrecoup de ce projet, une grosse charge de travail et un achat immobilier ! Ça a été une période très intense d’échanges, de décisions importantes engendrant un stress et une fatigue énorme. M. Chéridamour ? Comme toujours, imperturbable et le calme incarné !

Mais d’un autre côté, il y a également eu une motivation et une joie que je n’avais pas ressentie depuis très longtemps. Après des années de PMA où les choses ont stagné, où j’ai vraiment eu l’impression qu’on était laissés sur le bord de la route et qu’on n’avançait plus tout bougeait pour nous. Une vraie bouffée d’oxygène !

Je dois aussi t’avouer un truc : ce que j’ai le plus apprécié dans ces divers entretiens est que mon mari et moi avons parfois découvert des choses l’un sur l’autre (oui oui, après 9 ans ensemble !) Et que nous avons parfois eu de très jolies phrases l’un pour l’autre. Je ressortais de nos rendez-vous à chaque fois plus amoureuse de l’homme qui partage ma vie.

La lecture des rapports

Environ 3 semaines avant notre passage en commission, nous avons reçu un courrier en recommandé du Conseil Départemental nous informant de la date de notre passage en commission et nous donnant certaines informations importantes : lecture des rapports, délai pour demander des rectifications, participation éventuelle à la commission d’agrément.

Récupérer les rapports nous a donné quelques sueurs froides. La psychologue ne l’avait pas encore fait et l’assistante sociale était un peu décalée vu la période (semaines « gruyère » dues aux jours fériés). Mais tout nous est arrivé en temps et en heure 10 jours avant le passage en commission (ouf !)

Je suis au travail quand je reçois par mail celui de l’assistante sociale. Mais je ne résiste pas et le lis aussitôt. Oui je sais, j’aurais pu attendre de rentrer et de le lire tranquillement avec M. Chéridamour. Mais ce jour-là je rentre fort tard et lui n’est pas suffisamment en forme pour une lecture attentive. Je préfère donc l’éplucher toute seule sans attendre. Surtout qu’il n’y a a priori pas trop de surprise sur le fond : à la fin du dernier rendez-vous, elle nous avait informés qu’elle émettrait un avis positif. Après la lecture, je lui signale les quelques erreurs à rectifier. L’échange reflète bien la relation que nous avons : on rit de ses erreurs, elle propose d’elle-même d’étoffer et de rectifier certaines choses. Elle me donne l’heure de notre passage en commission et me promet de me contacter le jour suivant pour me tenir au courant.

Le rapport de la psychologue nous arrive le lendemain. A la première lecture je suis satisfaite car il est positif. Mais des petites choses me chiffonnent et je mets le doigt dessus lors de la relecture :

  • A la façon dont les choses sont tournées, on dirait que je n’ai jamais voulu qu’un bébé alors que je me suis aussitôt projetée avec un enfant ayant déjà 2 ou 3 ans.
  • Il est indiqué que nous ne souhaitions pas adopter un enfant à besoin spécifique alors que ce n’était pas le cas. Nous sommes certes très réticents concernant les enfants à incertitudes de développement mais plutôt ouverts sur d’autres pathologies.
  • Le rapport me semble bien court (2 pages). Je me renseigne, fais des recherches, contacte le représentant EFA de mon département. Il s’avère en effet que c’est un peu juste et qu’il faudrait qu’il fasse au minimum 3 pages. Avec mon mari, nous décidons de recontacter la psychologue pour lui faire part de ce point. Elle nous indique qu’elle suit les directives départementales (qui figent ce qui doit être dit dans un rapport ainsi que sa longueur) mais qu’on pourra voir par la suite si cela s’avère nécessaire.

En lisant ce rapport, M. Chéridamour n’a pas le même ressenti que moi et trouve qu’il nous correspond bien. Comme quoi les choses peuvent être appréhendées de manière très différente selon les personnes !

Ces lectures m’émeuvent énormément. Je remarque que la psychologue comme l’assistante sociale se sont non seulement attachées à décrire ce que nous avons dit mais également la manière dont nous l’avons dit et notre attitude générale (par exemple, l’assistante sociale a noté que nous étions très proches physiquement avec M. Chéridamour et la psychologue a mis en avant notre bonne humeur -merci à mon homme pour ses blagues pourries !) Notre vie est résumée dans ces quelques pages. Les épreuves que nous avons traversées individuellement puis ensemble, les combats que nous avons menés, les choix que nous avons fait pour nous mais aussi pour Schtroumpfette ressortent de manière positive. A l’époque, nous avons agi de la manière que nous pensions être juste et en lisant ces rapports je me rends compte à quel point nous avons bien fait, à quel point cela apparaît aujourd’hui comme une force pour notre projet.

Le verdict

Après hésitation, nous avons décidé de ne pas assister à la commission d’agrément. Nos rapports étant bons, nous n’y voyons pas de réel intérêt. Cette journée se passera dans la même routine qu’habituellement. Réveil tendre avec M. Chéridamour, petit-déjeuner, départ pour le travail sous un ciel gris, réunions, papotages avec les collègues… Je surveille l’heure. 16h00, ça y est c’est notre tour. Comment cela va-t-il se passer ? Qu’est-ce qui sera dit ? Aurait-on dû y aller ? Notre assistante sociale appelle à 17h00. Je n’attendais pas son appel aussi tôt ! Elle a du soleil dans la voix comme toujours. Elle m’annonce que la commission nous a donné un avis favorable. Je ne saute pas de joie, je ne pleure pas mais je ressens un immense soulagement.

Crédits photo (Creative Commons) : ALEEN

En rentrant à la maison, l’idée prend corps petit à petit et une bouffée de joie m’envahit. M. Chéridamour est là, je me dis une fois de plus que c’est un papa génial. Je fais un bisou à Schtroumpfette qui sera une grande sœur adorable. Un peu fatiguée la demoiselle, elle rentre d’un voyage scolaire. J’annonce la nouvelle à mon mari. Il est heureux tout comme moi et me prend dans ses bras. Nous allons pouvoir poursuivre notre route vers notre enfant. Nous ne fêtons pas ça en ouvrant du champagne. Nous savons trop bien que le chemin est encore long mais notre enfant est déjà dans nos cœurs et j’espère que nous serons réunis tous ensemble bientôt.

—–

Et toi, comment s’est passée ton agrément ? Y a-t-il des éléments qui t’ont marqué ?


Porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Commentaires

12   Commentaires Laisser un commentaire ?

Albertine (voir son site)

<3 <3 <3 <3 <3
Il y a tellement d'amour dans cet article ! Entre vous 2, avec Schtroumpfette et pour ce futur enfant… J'en suis toute émue pour vous ! 😉

le 19/09/2018 à 08h51 | Répondre

Madame D

Je suis toute émue pour vous aussi. Et j’ai vraiment hâte que de bonnes nouvelles viennent très vite !!!! 😘

le 19/09/2018 à 09h31 | Répondre

Mme Espoir

Nous aussi. Si tout pouvait se passer aussi bien !

le 19/09/2018 à 20h54 | Répondre

Madame Bobette (voir son site)

C’est si émouvant de lire votre parcours, cette attente et l’avis favorable enfin arrivé! Vous dégagez tellement d’amour, de bonne humeur, de complicité, de simplicité dans votre petite famille 🙂
Hâte de lire la suite! J’espère qu’un enfant viendra vite profiter de tout cet amour 🙂

le 19/09/2018 à 11h21 | Répondre

Mme Espoir

Merci pour ce gentil commentaire ! On est une famille banale, et tout n’est pas toujours rose comme dans toutes les familles. Mais on a de l’amour à revendre et on espère bien qu’un enfant pourra en bénéficier.

le 19/09/2018 à 21h38 | Répondre

Workingmutti (voir son site)

C’est vraiment très émouvant de lire la conclusion de cette première partie. Car le chemin est encore long et je vous souhaite beaucoup de courage pour parcourir celui-ci.

Par contre je trouve que la préparation de la commission est assez moyenne vis à vis de l’information des couples. Il aurait été beaucoup moins anxiogène d’informer les gens des pratiques du conseil départemental en matière de longueur du rapport de la psy …

le 19/09/2018 à 13h27 | Répondre

Mme Espoir

Je pense que les infos ne sont pas données car il n’y a pas vraiment de règle « officielle ». Et je sais que ça a déjà été un problème pour les parents adoptifs dans notre département car un rapport trop court ferme les portes de certains pays.

On a laissé en l’était car on n’a pas voulu prendre le risque de « braquer » la psy, surtout que le rapport est bon.

le 19/09/2018 à 21h56 | Répondre

Chacha d'avril

Je suis toute émue. L’enfant qui deviendra le vôtre aura beaucoup de chance.

le 19/09/2018 à 13h35 | Répondre

Mme Espoir

Il ne pensera peut-être pas la même chose à l’adolescence quand je serai en mode « maman ultra chiante ».

Plus sérieusement, je pense que c’est nous qui aurons de la chance d’accueillir un enfant.

le 19/09/2018 à 21h57 | Répondre

Folie douce

Oh c’est super, je suis contente pour vous! Félicitations pour cette bonne nouvelle et bon courage pour la suite qui risque de vous demander patience et énergie… J’espère que vous continuerez à venir nous raconter votre parcours puis l’arrivée d’un enfant (que je vous souhaite dans un futur aussi proche que possible). Vos articles sont toujours intéressants et émouvants !

le 19/09/2018 à 14h12 | Répondre

Mme Espoir

Merci ! Oui, c’est prévu que je continue à écrire, on est loin d’être au bout du parcours…

le 19/09/2018 à 22h05 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?