Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Mon parcours avec don d’ovocytes : le temps des doutes


Publié le 28 janvier 2019 par Urbanie

Après le temps des certitudes, voici venu le temps du doute.

Suite à mon premier entretien avec ma gynécologue, RDV est pris avec la généticienne de l’hôpital, quelques semaines plus tard.

Crédit photo (creative commons): RitaE

 

Celle-ci nous reçoit et nous confirme ce que nous soupçonnions déjà: les tests génétiques ne sont toujours pas terminés. Pire: alors que nous avions été informés que les délais varieraient de 3 à 6 mois pour obtenir les résultats, la généticienne nous apprend qu’il faut attendre plutôt en moyenne 1 à 2 ans avant de pourvoir espérer recevoir quoi que ce soit.

En revanche, nous apprenons une autre nouvelle: le test génétique qui nous a été recommandé détecte environ 95% des anomalies génétiques. Certes, il est tout à fait probable de faire partie des 5% d’anomalies non dépistées (c’est à dire que, si les résultats nous parviennent négatifs, cela ne signifie pas que nous n’avons rien – plutôt que le gène défectueux n’a pas été identifié), mais le chiffre suffit tout de même à nous redonner espoir. Oui, contrairement à ce que nous pensions, il est tout à fait plausible que cette saloperie de mutation génétique soit identifiée. Et donc que nous soyons éligibles au Diagnostic Pré-Implantatoire.

Or nous nous étions orientés vers un don d’ovocytes, persuadés que le DPI n’était pas pour nous, vu la rareté du machin dont nous sommes porteurs. En revanche, concernant les délais nécessaires pour pouvoir y prétendre, pas de surprise: 18 mois en moyenne en France, 3 à 6 mois à l’étranger.

Nous sommes donc confrontés à un réel dilemme:

Nous pouvons attendre les résultats pour choisir le DPI. Avantage: la possibilité d’avoir un bébé qui serait génétiquement « le nôtre ». Inconvénient: attendre encore, potentiellement plus d’un an, pour un résultat très incertain. Et si, au bout de 18 mois, on venait nous annoncer que finalement rien n’avait été trouvé? Tout ce précieux temps perdu pour pas grand chose… surtout qu’in fine, il est impossible de savoir combien de temps cela me prendrait pour tomber enceinte via PMA.

Nous pouvons décider d’avoir recours à un don d’ovocytes. Avantages: peu d’attente, et la possibilité de se lancer en PMA dans les mois qui suivent. Inconvénients: la question de la filiation biologique, et un Jean-Mi que je sens nettement moins emballé, depuis qu’il a conscience que nous pouvons prétendre à un DPI dans un futur plus ou moins proche.

A l’heure où j’écris ces lignes, nous avons donc décidé de nous laisser le temps de la réflexion. Pour accorder nos violons, pour faire un choix en totale connaissance de cause, sans pression, sans précipitation. L’enjeu est tellement important que cela peut bien attendre encore quelques semaines, non?

 

Et toi? Quelle aurait été ta réaction à notre place? Tu aurais pris le temps de la réflexion également?


Pssst : porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Commentaires

11   Commentaires Laisser un commentaire ?

Madeleine

Et bien, quel dilemme ! Ton âge doit entrer en compte aussi.
Je pense que j attendrais le dpi. 95%, c est pas mal, qd même. Et au pire, faire un don d ovocytes à l étranger, si le test génétique ne donne rien.
Pour le don d ovocytes, il faut mieux le faire à l étranger, il me semble. Les ovocytes sont ceux de femmes plus jeunes, avec de meilleures chances de succès.
Courage. Nous sommes aussi en train d essayer de faire le petit deuxième en PMA par FIV. On a tellement envie que la famille s agrandisse !

le 28/01/2019 à 09h15 | Répondre

Urbanie

C’est très possible en effet pour les donneuses! On nous a également expliqué depuis ce dernier article qu’il était plus que probable que mon mari et moi ne soyions pas éligibles en France, vu que nous avons déjà une petite fille (ce qui pourrait se comprendre).

Beaucoup de courage à vous également!

le 28/01/2019 à 13h36 | Répondre

Flying Fox

Bonjour Urbanie, je suis votre parcours via vos articles ici et ça m’a fait me renseigner sur le don d’ovocytes, y réfléchir et me dire que je donne déjà mon sang alors pourquoi pas mes ovules si elles conviennent (si je suis en bonne santé hihi) ?
Cependant je suis nullipare et un projet Bébé n’est pas d’actualité pour le moment, aussi je n’avais pas pensé qu’il faut stopper la contraception pour la stim.
Du coup un peu déçue de ne pas pouvoir aider tout de suite mais c’est certain, dès que j’arrête ma pilule j’en parlerai à ma gynéco pour entamer un parcours de don d’ovocytes car c’est impensable de devoir attendre 18mois en France alors même que le parcours PMA c’est déjà la foire des délais à rallonge…

Concernant votre beau projet je vous envoie énormément de soutien et j’espère que vous pourrez le mener à bien de la manière qui vous convient le plus à toi et ton compagnon.
Courage !

le 28/01/2019 à 11h33 | Répondre

Urbanie

Bonjour,

Oui, il me semble en effet que les règles pour donner ses ovocytes sont assez « strictes » en France (il me semble qu’ils refusent si tu n’as pas déjà eu d’enfants? Il faudrait que je revérifie ça). A l’étranger, c’est beaucoup plus souple, ils indemnisent le don et communiquent beaucoup plus.
Merci beaucoup pour ton gentil commentaire en tous cas! 🙂

le 28/01/2019 à 13h48 | Répondre

Miss Chat

Non, en tout cas pour la Belgique, même si le don est indemnisé (merci pour l’utilisation de ce mot d’ailleurs ! 😉 ), les règles sont par ailleurs tout aussi strictes qu’en France et la communication de même que la publicité sont interdites.

le 29/01/2019 à 11h20 | Répondre

Mme Espoir

Les règles pour les nullipares ont changé : désormais il est possible de donner ses gamètes même si on n’a pas d’enfants (depuis 2015).

le 28/01/2019 à 14h10 | Répondre

Urbanie

Ah oui, en effet! Merci de la précision!

le 28/01/2019 à 16h55 | Répondre

Madame Bobette (voir son site)

C’est une question très difficile. Un délai de réflexion c’est quand même bien, tu as raison. Le choix vous impactera tous les 2, c’est indispensable que vous soyez sur la même longueur d’onde tout le long de votre parcours.
Bon courage dans votre décision!

le 28/01/2019 à 15h31 | Répondre

Laurie

Je ne suis jamais très à l’aise avec les « à votre place moi je… », mais deux choses me viennent à l’esprit: c’est très sage de prendre le temps de la réflexion parce que c’est essentiel que vous souez en phase sur la solution qui sera la meilleure pour vous, et la deuxième c’est qu’il n’y a pas de bonne ou de mauvaise décision, juste la vôtre, et quelque soit l’option choisie ce bébé sera le vôtre, vous l’aurez désiré, attendu, il aura sa grande soeur, et au final la filiation génétique ca prait bien secondaire! en tout cas bon courage, je t’envoie plein de bonnes ondes!

le 28/01/2019 à 17h57 | Répondre

Urbanie

Merci beaucoup pour ton gentil commentaire Laurie. 🙂

le 01/02/2019 à 20h20 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?