Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Suite et fin de notre parcours en neotalogie !


Publié le 10 octobre 2018 par Madame Vanille

Nous voici arrivés dans le nouvel hôpital où notre poulette va finir son parcours en néonatalogie. Malheureusement, l’arrivée ici ne se passe tout à fait comme nous l’avions imaginé.

La Petite est reçue par une infirmière du service. Elle l’installe dans une couveuse, alors qu’elle était en berceau chauffant à Port Royal. Je ne le vis pas très bien, j’ai l’impression qu’ils vont la faire régresser dans ses progrès… De plus, sa couveuse est installée dans une grande chambre à 5 places, juste devant la porte du couloir. Les bébés sont séparés par des rideaux et l’espace pour les parents est très exigu. Il y a juste un petit tiroir pour ranger ses affaires. Nous pouvons dire adieu au confort mais surtout à nos moments d’intimité en famille où nous écoutions de la musique et lisions des histoires à voix haute.

Crédits photo : photo personnelle

Et le plus problématique pour moi : impossible de ramener mon tire lait, je dois utiliser ceux fournis par l’hôpital. Même si ce sont des tire-laits de qualité, il ne me conviennent pas vraiment… Mais, je t’en parlerais plus tard, dans un article dédié à mon allaitement.

Je suis vraiment très mal à l’aise dans cette chambre, j’ai l’impression que ma fille n’y sera pas bien entre les bébés qui pleurent juste à coté, le bruit du couloir, l’infirmière qui est très froide… J’ai la sensation que personne ne va prendre soin de nous ici, même si je suis sûre que médicalement parlant, ils seront très bien.
Nous avions peut être pris de mauvaises habitudes à être chouchouter comme nous l’étions à Port Royal…

Heureusement, peu de temps après, le pédiatre de service passe voir la Petite pour un bilan d’arrivée avec les internes. Il est très sympathique et rassurant. Je l’adore déjà !
Il nous reçoit ensuite dans un bureau à part pour nous expliquer le fonctionnement du service, qui sur le papier fonctionne exactement comme Port Royal.
Nous restons jusqu’au soir, afin de rencontrer l’infirmière qui s’occupera de la Petite cette nuit. Quand elle arrive, nous sommes soulagés, elle a l’air bien plus douce que celle de jour. Elle est très gentille et rassurante avec nous. Vois-tu, depuis mon retour à la maison, nous avions pris l’habitude d’appeler la néonat à minuit avant de nous coucher pour avoir un petit compte rendu des derniers soins. L’infirmière de St Joseph nous invite à garder cette habitude et à appeler autant que nécessaire afin que nous soyons le plus sereins possible. Cela nous rassure beaucoup et nous finissons, non sans mal, à rentrer à la maison ce soir là…

Le lendemain, mon mari prend sa journée pour que nous soyons ensemble auprès de notre fille. Puis les jours passent, et nous reprenons notre petite routine. Nous n’avons plus de tableau dans la chambre où nous pouvions échanger avec les infirmières sur les progrès de la Petite, alors nous prenons l’habitude de chaque jour consulter sa « prescription » (faite par le pédiatre du jour) afin de connaître son poids, les changements sur son alimentation (la quantité de lait augmente avec son poids), ses médicaments ou compléments, etc…

Petit à petit, nous reprenons nos petites habitudes. Nous avons de la chance, l’infirmière qui avait accueillie la Petite est en vacances. Au fil des jours, nous rencontrons les autres infirmières du service qui sont toutes aussi adorables les unes que les autres. Au bout de quelques jours, la Petite a 4 infirmières fixes qui tournent selon les jours et les moments de la journée pour s’occuper d’elle, comme c’était le cas à Port Royal. Nous aimons cette stabilité, elles connaissent bien notre fille et ses habitudes. Nous apprenons également à les connaître et inversement. Nous nous sentons vraiment en confiance.

Crédits photo : photo personnelle

Nous devenons de plus en plus autonomes avec notre fille, nous lui donnons le bain seuls lorsque nous jugeons que le moment est opportun, nous faisons tous les soins seuls, etc…

Nous retentons également plusieurs fois les mises au sein, et la Petite se débrouille de mieux en mieux. Le jour de ses 1 mois, elle fait sa première vraie tétée, elle a bu 5ml ! Cela ne parait rien, mais c’est un progrès énorme !

Quand je ne suis pas là, les infirmières lui donne maintenant mon lait à la paille ou à la seringue. Elle complète ensuite par la sonde gastrique.

Crédits photo : photo personnelle

Nous refusons d’introduire le biberon pour l’instant afin de ne pas gêner son apprentissage de la tétée au sein. Mais, encore une fois, je rentrerais dans les détails sur ce point dans mon article sur mon allaitement.

Quelques jours après son arrivée, la Petite a un nouveau voisin de chambre, qui vient lui aussi de Port Royal. Nous faisons connaissance avec ses parents. Le lendemain, nous avons la chance de changer de chambre ensemble pour une chambre double bien plus confortable que la grande chambre de 5 lits. Nous partagerons la fin de notre séjour avec eux.

Une fois, dans la chambre double, tout va mieux. Les débuts difficile à St Joseph sont totalement oubliés. A part, une petite conjonctivite et une otite, la Petite n’a aucun problème médicaux particulier et continue à faire des progrès de jour en jour. Elle passe tout naturellement en berceau classique au bout de quelques jours. Même plus besoin de matelas chauffant !

Crédits photo : photo personnelle

Elle progresse moins vite en ce qui concerne la tétée. Elle boit peu à chaque mise au sein et nous sommes toujours obligé de la compléter par sa sonde. Je commence à vraiment trouver le temps long. J’aimerais tant ramener mon bébé à la maison et il n’y a plus que l’alimentation qui coince… J’ai envie d’introduire des biberons mais mon mari s’y oppose. Il faut dire qu’elle n’est qu’à 35 semaines, c’est normal qu’elle n’y arrive pas encore seule. Quand il n’est pas là, j’en parle beaucoup avec les infirmières de la Petite, surtout avec une dont je me suis rapprochée. Elles savent toutes que chaque tétée est source d’angoisse pour moi, que chaque pesée post mise au sein est décevante. Même lorsque j’ai l’impression que la Petite a fait une super tétée, elle n’a parfois bu que 10ml… Mais elles me soutiennent et je tiens bon ! Je revois la conseillère en lactation aussi qui m’aide à voir le positif. Je tiendrais jusqu’à ce qu’un matin, en arrivant à l’hôpital, j’apprends que mon lait est contaminé par le staphylocoque doré. Ce même staphylocoque qui avait donné sa conjonctivite et son otite à la Petite.
Mon lait est donc soit directement donné à ma fille, soit il finira à la poubelle car il ne le conserveront plus au frigo. Ce qui signifie que cette nuit, elle aura du lait artificiel et chaque nuit jusqu’à son retour à la maison car clairement on ne se débarrassera pas du staphylocoque avant le retour à la maison, même si le médecin de garde me prescrit un traitement.

C’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase, tant d’effort pour que la Petite se retrouve à boire du lait artificiel… Je suis désespérée. Mais l’introduction du lait artificiel signifie aussi introduction du biberon !
La Petite se débrouille comme une chef avec les biberons, elle tête bien et les termine presque tous sans avoir besoin d’être complété par la sonde gastrique. Je ramène alors plusieurs biberons de la marque que nous aurons à la maison pour qu’elle s’habitue tout de suite à la bonne tétine et en à peine 2 jours son infirmière lui retire sa sonde.

Crédits photo : photo personnelle

Plus rien n’empêche un retour à la maison ! Enfin !

Encore 2 ou 3 jours de surveillance, de derniers examens et de paperasse, puis nous rentrerons tous ensemble, le dimanche 28 mai, après 7 semaines et un jour d’hospitalisation…

Une véritable deuxième naissance !

Ce fut long, ce fut dur, ce fut une des pires expériences de ma vie mais au final ce fut le plus beau des cadeaux du monde. A nous la vie de famille !

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !


Porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

11   Commentaires Laisser un commentaire ?

Jahanara

Que d’aventures et d’émotions ! Tes photos sont très touchantes, quelle belle petite fille 😊 J’espère de tout coeur que pour ton 2e bébé tout sera complètement différent et que vous pourrez profiter dès les premiers jours de votre vie à 4. Merci en tout cas de nous avoir raconté tout votre parcours en néonat !

le 10/10/2018 à 08h31 | Répondre

Madeleine

Dis donc, le 28 mai, jour de votre retour à la maison, c etait pas la fête des mères ?
Merci pour ton beau témoignage 😊

le 10/10/2018 à 10h10 | Répondre

Lisa

Merci pour ce beau récit. On vous sent très fort face à tout ce parcours. Je ne sais pas bien comment j’aurais vécu cette épreuve de fond. Toi et ton mari forcez l’admiration…!

le 10/10/2018 à 10h15 | Répondre

WorkingMutti (voir son site)

Merci pour cette très belle histoire qui finit bien. La dernière photo avec papa est juste magnifique.

Maintenant vous n’en êtes que plus fort, même si comme tu l’as dit l’épreuve a été terrible. J’espère que ton allaitement a pu continuer normalement

le 10/10/2018 à 11h35 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Comme je me retrouve dans ce « choix » du biberon… Enfin disons meme que j’ai abandonné plus vite… Dès que j’ai compris qu’avec un biberon il buvrait plus vite et facilement et que cela faciliterait l’arret de la sonde, j’ai decide qu’il prendrait le biberon. Je ne saurai jamais si c’etait la bonne decision, je sais que ca a ete la fin de mon allaitement, mais ca a aussi ete la fin, comme toi, en deux jours, de cette sonde que je ne supportais plus.

le 10/10/2018 à 12h43 | Répondre

Louna

La dernière fois j’apprenais que vous aviez été transférées dans la maternité dans laquelle j’ai accouché et cette fois ci j’apprends que non seulement on y était au même moment mais que nous sommes rentrés le même jour à la maison avec nos petites puces ! On aurait pu se croiser dans le parking ou les couloirs !
En tout cas, cette deuxième naissance le jour de la fête des mères est un magnifique symbole de votre parcours ! <3

le 10/10/2018 à 13h48 | Répondre

Madame D

Quel parcours éprouvant … j’ai hâte de lire l’arrivée a la maison !

le 10/10/2018 à 16h36 | Répondre

Doupiou

Une vraie battante cette petite ! Vivement le récit de votre retour à la maison !

le 10/10/2018 à 19h18 | Répondre

La Comtesse Bleue (voir son site)

Vos aventures sont tellement émouvantes… Heureusement que les choses se sont progressivement améliorées à Saint-Joseph et que vous avez pu retrouver un peu de sérénité, la situation est déjà tellement éprouvante… Peut-être que le comportement de l’infirmière et la proximité de ses vacances sont liés et qu’elle avait besoin de repos ? En tout cas, je suis contente pour vous que le reste de l’équipe vous ait mieux convenue. Et maintenant, vivement le récit du retour à la maison !

le 11/10/2018 à 10h15 | Répondre

Mlle Mora

Quel parcours, ça a dû être si difficile à vivre pour vous deux… C’est émouvant la façon dont tu décris votre histoire. Hâte d’avoir le récit du retour à la maison !

le 13/10/2018 à 14h41 | Répondre

Lumi (voir son site)

Toujours très touchée par ton récit, par ton parcours. C’est déjà une aventure très particulière et parfois tumultueuse que de devenir maman, mais dans les conditions que tu as connues, ça a dû être encore plus bouleversant. Bravo pour cette belle petite famille que vous formez…

le 15/10/2018 à 14h04 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?