Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

La perte de mon bébé en fin de grossesse


Publié le 13 août 2016 par Alia

Cet été, Dans Ma Tribu et ses chroniqueuses prennent quelques jours de vacances… Nous serons de retour le 22 août avec des nouvelles chroniques et de nouveaux témoignages ! En attendant, nous t’avons concocté un petit best of des articles les plus vus de l’année 2016. Ce sont donc toutes tes chroniques préférées que tu retrouveras dans les jours à venir ! 🙂

Seize ans aujourd’hui…

Je suis alors enceinte de 8 mois et demi, de mon troisième enfant. Pour les deux premiers, j’ai accouché avec deux semaines d’avance. Je pense donc que ce n’est plus qu’une question de jours avant que je puisse prendre ma fille dans mes bras. Eh oui, nous savons que c’est une fille, et nous avons choisi son prénom…

Mais ces jours-ci, je suis très fatiguée. Mon fils de 4 ans étant malade, j’ai dû m’occuper de lui plusieurs nuits de suite. Il a la grippe, et comme il a beaucoup de fièvre et que ça le fait un peu délirer, il fait des cauchemars et se réveille sans arrêt. Nous le gardons donc avec nous dans notre lit.

J’ai demandé au médecin si c’était dangereux pour moi ou pour le bébé que j’attrape la grippe. Il m’a répondu que ça risquait seulement de me donner de la fièvre, et donc de déclencher des contractions. Je risque d’accoucher quelques jours plus tôt, ce qui, vu que je suis quasi à terme, ne serait pas un problème.

Au bout de deux ou trois jours, mon fils semble enfin aller mieux : la fièvre a baissé et il dort enfin paisiblement. Je me repose un peu, en me réjouissant de pouvoir peut-être enfin faire une nuit complète… Mais je commence à ne pas me sentir très bien, à avoir de la fièvre, des frissons, des courbatures… Ça y est, j’ai la grippe, moi aussi.

Je passe la nuit sans pouvoir me reposer, vraiment malade à mon tour, puis la journée suivante à essayer de lutter contre cette fièvre, sans trop pouvoir prendre de médicaments, à cause de ma grossesse.

Le soir, je me rends compte que je n’ai pas senti le bébé bouger depuis un certain temps. Depuis plus d’une journée, en fait… Je le stimule, j’attends un peu. Pas de réaction… Il est vrai qu’en toute fin de grossesse, le bébé ne bouge plus trop, car il n’a plus la place. Je suppose que c’est normal, mais je préfère vérifier. Je demande donc à mon mari de m’emmener à l’hôpital, pour être sûre que tout va bien.

Je passe sur le temps d’attente à l’hôpital, enceinte de 8 mois et demi et fiévreuse, et sur le questionnaire qui me donne encore plus l’impression de m’inquiéter pour rien…

Enfin, on me fait une échographie… Et je vois à la tête de l’interne que quelque chose ne va pas… Mais il ne dit rien… Jusqu’à ce que je réalise que je ne vois pas le cœur battre et que je pose la question : « Le cœur ne bat plus ? » Il me répond simplement : « Non. »

Je vois mon mari devenir blême. Mais moi, je refuse encore d’y croire. L’interne me dit qu’on ne fera rien ce soir, qu’il faut rentrer à la maison, dormir, et revenir le lendemain matin.

Assommée, je rentre chez moi. Je retrouve mes deux autres enfants, et ma mère qui les gardait. Il faut annoncer à tout ce monde que le bébé est mort…

Deuil périnatal

Crédits photo (creative commons) : Flachovatereza

Le lendemain, retour à l’hôpital, où l’on me dit qu’il va falloir que j’accouche. Moi, je pensais qu’on me ferait une césarienne, mais non : le gynéco m’explique qu’on ne fait pas de césarienne dans ces cas-là, car « il n’y a plus d’urgence »… !

On m’examine. Mon col n’est pas du tout ouvert, l’accouchement n’est pas pour tout de suite… Ça peut se déclencher naturellement dans quelques jours, ou on peut me déclencher, mais pas sûr que ça fonctionne. Il faudrait voir avec le chef de service. Je peux rentrer chez moi et revenir plus tard…

Là, ça commence à bien faire ! Je me fâche pour qu’on me déclenche, là, maintenant, tout de suite ! Je ne rentrerai pas chez moi, je veux que tout ça se termine ! Le chef de service déboule, pas très content, mais je ne cède pas : je veux qu’on me déclenche.

On me met un tampon pour me déclencher, et j’attends, j’attends… On me remet un autre tampon de temps en temps… Le soir, c’est-à-dire dix à douze heures plus tard, je sens enfin les premières contractions. On m’emmène en salle de travail. J’accouche sous péridurale, normalement, d’un beau bébé de 3 kg.

Je demande à la garder près de moi un peu, à la tenir dans mes bras… Elle ressemble énormément à sa grande sœur, qui a 8 ans… Elle est si belle… Comment est-ce possible qu’elle ait cessé de vivre ? Puis les infirmières l’habillent, avec les beaux vêtements que j’avais apportés pour elle… et l’emmènent pour toujours…

C’était le 21 janvier 2000. Elle s’appelait Léa. Aujourd’hui, elle aurait 16 ans.

Deux jours plus tard, il a fallu rentrer à la maison. Vider la chambre du bébé, qui était prête, avec les couches et les grenouillères qui attendaient son arrivée…

Trois jours plus tard a eu lieu l’enterrement, que nous avons organisé dans le cimetière de notre commune. Nous sommes ensuite allés régulièrement porter des fleurs sur la tombe, avec son grand frère et sa grande sœur. Il était nécessaire pour nous d’avoir un lieu où nous recueillir… Il était aussi primordial pour moi qu’elle soit inscrite sur le livret de famille, comme notre troisième enfant.

Ce qui a aussi été très important, ça a été de savoir pourquoi elle était morte, et donc de demander une autopsie, malgré les réticences des médecins qui n’en voyaient pas la nécessité. Ils me disaient : « Ce sont des choses qui arrivent… » Moi, je voulais savoir, comprendre, sinon j’aurais eu du mal à envisager une autre grossesse.

Et après de longs mois, nous avons eu la réponse : la mort était due à une attaque virale, probablement la grippe…

Donc si je témoigne aujourd’hui, c’est en souvenir de ma fille, mais aussi et surtout pour prévenir les femmes enceintes que la grippe est dangereuse pour leur bébé et qu’elles doivent aller se faire vacciner ! Oui, le vaccin contre la grippe est possible, et même recommandé, si on est enceinte ! Mais peu de médecins le disent, et je trouve ça très dommage…

Pour finir sur une note optimiste, je voulais dire que, même si ça ne semble pas possible sur le moment, on s’en remet, que la vie reprend le dessus. Quelques mois plus tard, j’étais de nouveau enceinte. Je me suis fait vacciner, bien sûr… Et un an et deux mois après la mort de Léa, j’accouchais d’un beau garçon en pleine santé, qui va bientôt avoir 15 ans, qui me dépasse d’une bonne tête, et qui va très bien (enfin, aussi bien que peut aller un adolescent de bientôt 15 ans… mais ça, c’est une autre histoire !).

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !


Porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

19   Commentaires Laisser un commentaire ?

Gwen

Ton récit est très triste et touchant, j’en ai eut les larmes aux yeux.. Quelle tristesse ça a dû être cette découverte du petit coeur qui ne bat plus. Et devoir l’annoncer aux proches en ayant toujours le ventre d’une femme qui va bientôt accoucher, j’imagine votre peine, ce doit être horrible à vivre. J’ai faits une fausse-couche il y a trois mois à 2 mois 1/2 de grossesse et j’ai eu du mal à m’en remettre, je l’ai trés mal vécu mais bien évidemment que ça aurait été pire à 8 mois 1/2. Heureusement que la vie a repris le dessus grâce à votre petit bonhomme, je vous souhaite beaucoup de bonheurs avec vos ados ?

le 26/03/2016 à 08h45 | Répondre

Amelie

Je lis ton article moi meme enceinte de 8 mois et maman d’une puce de 3 ans fievreuse (grippe/angine) depuis le debut de la semaine dont je m’occupe a temps plein puisque le papa est en deplacement….
Je pensais aussi « naïvement » que si je choppais quelque chose et bien on ferait sortir le bebe et qu’etant presque a terme ca n’aurait pas d’incidence.
Grace a ton article je vais me surveiller et redoubler de vigilance.
Merci d’avoir temoigné, ton article est tres touchant je vous admire ta famille et toi pour votre force de vivre.

le 26/03/2016 à 08h52 | Répondre

Christelle

Quelle horreur… Je n’imagine même pas le courage qu’il a fallut pour dépasser cette épreuve. .. Mais merci pour la mise en garde, je ne suisas enceinte, mais pte un jour, va savoir, et j’ignorais totalement que la grippeouvrit être dangereuse. Je suis aussi contente de le savoir pour toutes mes amies enceintes, je saurais qu’il , e faut pas que j’aille les voir si je suis un jour malade… Mes deux grands mères ont chacun perdue un enéant en fin de grossesse, l’une à l’accouchement, l’autre à 8 mois et demi en tombant dans l’escalier, ma mère a fait plusieurs fausses couches, je pense que ce sont toutes ces expériences qui me font repousser une éventuelle grossesse…

le 26/03/2016 à 09h27 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

Il y a de ça une 20aine d’année, ma tante à également perdu un enfant à presque 9 mois de grossesse d’une infection virale. J’étais très jeune à l’époque. Elle aussi elle a par la suite eu un petit garçon une année plus tard.
Je vous souhaite beaucoup de bonheur et comprends ta mise en garde. Ce sont des épreuves bien difficiles.

le 26/03/2016 à 11h49 | Répondre

stella

Ton témoignage m’a bouleversé. Merci de partager ton expérience.
J’ai accouché en urgence de mes jumeaux car le placenta du petit se décollait. Leur survie s’ est jouée à quelques minutes (comme je l’ai raconté cet été « dans ma tribu »)…c’était le 21 janvier 2015….

le 26/03/2016 à 12h11 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Merci pour ton témoignage, c’est très difficile ce que vous avez vécu 🙁 . C’est vrai que la vaccination est recommandée pour les femmes enceintes mais j’avais toujours « sous-estimé » cette mise en garde. Du coup j’y penserai lors de ma prochaine grossesse…

le 26/03/2016 à 13h04 | Répondre

Mlle Mora

Bouleversant. Merci d’avoir partagé avec nous. J’imagine que même 16 ans plus tard, ça doit être toujours aussi difficile à accepter.
Je trouve toujours que mon mari s’inquiète trop dès que j’ai un petit quelque chose depuis que je suis enceinte, mais effectivement, on est jamais trop prudent..

le 26/03/2016 à 13h26 | Répondre

Madame Violine

Merci pour ce témoignage…
Je suis effarée de lire que tu n’as pas été du tout accompagnée par l’équipe médicale. On te laisse avec ce choc, sans rien expliquer comme si rien ne s’était passé… Quelle honte ! C’est inacceptable !
J’espère que les choses ont changé en 16 ans…
<3

le 26/03/2016 à 15h00 | Répondre

Mrs Paillettes (voir son site)

C’est un témoignage bouleversant mais qui a le mérite d’informer les futures mamans de la gravité d’une grippe. Quand j’étais enceinte, de moins de 3 mois, j’ai eu la grippe, pour la première fois de ma vie, j’avais très peur pour ma Chouchou, mais je ne savais pas que cette infection virale pouvait être aussi dangereuse. Je vais bien réfléchir au vaccin pour le/la futur(e) mini.
Ravit de lire que vous vous êtes relevés tant bien que mal de cette douloureuse épreuve. Je vous souhaite beaucoup de bonheur.

le 26/03/2016 à 15h10 | Répondre

Alia

Merci pour vos réactions. cela me touche beaucoup…
Effectivement, on n’oublie pas, même si la vie continue …
et effectivement, j’ai trouvé très dure la réaction du médecin, qui m’a laissée comprendre toute seule que mon bébé était décédé … et ensuite de devoir me battre pour accoucher au plus vite …
c’était une souffrance de plus de ne pas être bien accompagnée par les médecins ( mais les sages femmes ont été supers!)
mais c’était un week-end, je n’ai eu affaire qu’à de jeunes internes la plupart du temps … et le service maternité de cet hôpital n’était pas super réputé ( mais j’habite une petite ville de province, donc pas le choix…)
voilà, depuis, cela a changé et heureusement ça a bien évolué !
je pense qu’il y a un meilleur accompagnement, surtout psychologique …

le 26/03/2016 à 15h32 | Répondre

Céline (voir son site)

Ton histoire est terrible et tu as beaucoup de courage de la raconter ici. Je suis un peu hypocondriaque, au début de ma grossesse alitée (la seconde, pour moi c’est le lit à chaque fois dès le début pour cause de col défaillant), j’ai demandé le vaccin. On m’a dit que j’étais trop anxieuse. Maintenant que bébé est né, j’apprends qu’il n’était pas efficace contre la souche en activité… C’est certain que ton article aidera bien des futures mamans à comprendre que la vaccination est importante.

le 26/03/2016 à 16h50 | Répondre

Mamalex

Bonsoir Alinéa, je suis… Tellement triste de lire ce témoignage. Je suis moi même mamange de jumeaux (mais le terme etait bien moins avancé que toi, j’ai accouché à presque 15 semaines. Autopsie aussi mais c’est accidentel… Pas d’enterrement, les jumeaux ont été incinéré avec des déchets organiques. Très difficile à accepter, de ne pas avoir de lieu où se recueillir.
Je suis admirative de votre courage d’avoir eu la force de tomber enceinte après la perte de votre fille.
Merci pour ce témoignage qui me conforte dans mon souhait de continuer à me faire vacciner tous les ans

le 27/03/2016 à 22h16 | Répondre

Marjo

Ton histoire m’a donner les larmes ? Et me rappelle tellemét la mienne…. Ma princesse est egalement decedée in-utero, son cordon ombilicale s’est noué, il a emporté ma fille… Je t’envoie tte mon affection, et une douce pensée a ta jolie Princesse ❤️

le 27/03/2016 à 23h34 | Répondre

Étoile (voir son site)

Merci pour ton témoignage ! C’est très courageux de l’avoir écrit. C’est vrai qu’on ne se rend pas trop compte enceinte, donc merci de nous sensibiliser.

le 30/03/2016 à 20h52 | Répondre

Madame Vélo

J’avais lu ton article rapidement avant de partir en week-end et n’avais pas eu le temps de commenter. Mais depuis plusieurs jours il me trotte dans la tête, je trouve ça tellement triste. Je ne savais pas qu’un virus pouvait tuer le bébé in utéro, je ne pensais pas qu’une « simple » grippe pouvait nous faire perdre notre enfant. J’avais refusé de me faire vacciner de la grippe, car quasiment tous les ans le vaccin ne cible pas la souche la plus virulente de l’hiver. Et cet hiver encore le vaccin est à côté de la plaque et ne cible que la souche responsable de quelques pourcents (10 ou 15 je ne sais plus) des malades. Mais suite à ton témoignage je pense que je serais moins catégorique dans mon refus pour la prochaine grossesse et j’y réfléchirais plus sérieusement. Tu as dû en vouloir au médecin qui t’a dit que tu ne risquais rien. Merci d’être venue nous raconter ton histoire.

le 31/03/2016 à 09h19 | Répondre

marie

Bonjour,
J’aurais « aime » trouve ce type de temoignage quand j’ai perdu mon bebe a 8 mois de grossesse a cause d’une triple circulaire+1 noeud. Je me suis sentie si anormale et si maudite pendant des mois et des mois. A la maternite, ils ne me croyaient pas quand je suis allee les vois a deux reprises en disant « il y a un pb, je ne le sens plus bouger ». Puis au final, cesarienne d’urgence, mais il avait trop souffert et ils ne l’ont pas ranime. Il s’appelait Raphael et c’etait un beau garcon, qui aurait eu 7 ans et demi a present. J’etais deja agee (34 ans) et j’ai mis du temps retomber enceinte (car je n’etais pas prete donc on n’essayait pas). Le jour ou j’ai repris le dessus, je suis tombee enceinte de suite d’une merveille qui s’appelle Laetitia. Mais maintenant, a 41 ans, dur pour avoir un deuxieme bebe vivant. J’ai fait une FC cet ete, la je suis enceinte mais decollement du trophoblaste, mycose et grippe avec forte fievre.
Je voudrais juste un deuxieme enfant, vivant. Pas 15, juste un deuxieme….

le 27/04/2016 à 15h54 | Répondre

Léonore

Ce témoignage est très triste, c’est horrible de perdre son enfant surtout si c’est durant la grossesse. Par contre je ne suis pas d’accord avec un point dans cet article. Je ne pense pas que le fait de se faire vacciner contre la grippe soit obligatoire pour les femmes enceintes et que cela empêche à la mort du bébé. J’ai eu la grippe pendant ma grossesse durant mon cinquième mois et j’ai eu peur des répercussions sur mon bébé. J’ai posé la question à mon obstétricien quand je l’ai vu quelques jours après et celui ci m’a dit que le bébé ne risquait rien et aujourd’hui mon bébé va très bien. Je pense que ce qui est arrivé à la petite fille d’Alinéa ne pas soit lié totalement à l’infection virale de la grippe, il doit y avoir autre chose.

le 15/08/2016 à 09h48 | Répondre

Claire

Ce témoignage m’a beaucoup touché. Moi aussi j’ai perdu un enfant, mais après la naissance, elle avait 4 jours, d’un problème cardiaque. Les mois qui ont suivi ont été très éprouvant et même aujourd’hui, c’est dur car j’ai toujours tendance à chercher et à m’imaginer comment ma fille aurait été. Et puis la grossesse suivante a été compliquée, on réalise qu’une grossesse ne mène pas forcément à la naissance d’un bébé viable. Merci d’évoquer ce sujet dans cet article car c’est trop souvent tabou.

le 24/10/2016 à 14h48 | Répondre

Mamalex

je suis désolée pour toi Claire… j’imagine que cela doit être très dur à vivre ! plein de pensées et de courage

le 02/11/2016 à 23h24 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?