Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Perdre un bébé non prévu


Publié le 6 juin 2015 par Flora

J’ai décidé d’arrêter la contraception hormonale, car après avoir essayé la pilule, les patchs et les anneaux, rien ne me convenait. Ne voulant pas risquer un stérilet à cause de contre-indications médicales, je me suis donc lancée dans la contraception naturelle… Vive le calendrier !

Tout le monde sait que cette méthode n’est fiable qu’à 75% à cause des fréquentes perturbations du cycle. Nous connaissons ce risque et nous acceptons de le prendre car, après un mariage et l’achat d’une maison, il n’y a plus que mon travail qui pose problème. C’est ainsi qu’un jour, après un petit retard de règles, je trouve ma poitrine très tendue.

Prévoyante, j’ai déjà un test urinaire à la maison. Quelques minutes suffisent pour que s’affiche un magnifique « pregnant ». Peu après, mon super test évalue ma grossesse à trois semaines.

Ma première réaction est tout naturellement : « et m**** » . Je suis aussi dépitée que mon mari est aux anges ! En effet, j’ai un travail à risque et je ne peux pas travailler enceinte. De plus, je suis alors sur un gros projet… ce n’est vraiment, mais vraiment pas le moment !

J’envoie mon mari acheter un second test, histoire d’être sûre à 100%. Bien entendu, il rend le même verdict.

Femme songeuse

Crédits photo (creative commons) : desobte

Je ne sais pas comment réagir. J’ai peur de la réaction de mon boss quand je vais lui annoncer qu’il devra faire mon travail en plus du sien. En même temps, je ne peux m’empêcher de penser à cette nouvelle vie à trois, à ma petite famille qui va s’agrandir.

Mon cerveau tranche rapidement : la famille prime sur la carrière. Tant pis si je ne peux pas boucler ma thèse à temps, je vais être maman ! Nous ne sommes pas prêts, mais ce n’est pas grave : nous avons huit mois pour nous préparer.

La semaine qui suit, nous l’annonçons à nos parents et à nos amis proches. Tout le monde est très content pour nous. Certains nous avouent même être ravis que nos plans initiaux aient foiré.

Je l’annonce ensuite à mes supérieurs, car la loi m’oblige à les informer de ma grossesse dès que je l’apprends. Mon boulot est bien plus affecté que je ne le pensais, mais à ce stade, c’est le cadet de mes soucis.

Youpi, nous allons avoir un bébé !

Les semaines passent. Je dors encore plus que d’habitude (et d’habitude je dors bien plus que la moyenne), j’ai des nausées le soir (ça fait bien rire mon mari, qui dit que je suis câblée à l’envers), et j’ai toujours des seins tellement douloureux que je suis obligée de dormir avec un tee-shirt bien serré. Très franchement, je n’aime rien de tout ça, mais si c’est le prix à payer pour avoir un bébé, pas de problème.

Jusqu’au jour où, en allant dîner, je sens des mini-pulsations, comme des battements de cœur, dans mon bas-ventre. Mon premier réflexe est de regarder sur internet si c’est normal. Je trouve plein de gens qui disent que, tant que ça ne saigne pas, il ne faut pas s’en faire.

Le lendemain rebelote, mais cette fois, ce sont plus des mini-crampes. Ça ne fait franchement pas très mal. Je remarque quelques pertes brunes. Je me dis que ce n’est sans doute rien du tout, mais je décide d’aller tout de même aux urgences. On ne sait jamais.

La gynéco des urgences est très sympa et m’explique que je ne vis rien d’anormal. Elle va faire une échographie pour s’assurer que tout va bien. Elle vérifie d’abord que mon embryon est bien implanté dans l’utérus. C’est le cas. Puis, elle marque un temps d’arrêt. « Vous m’avez dit que vous en étiez à quelle semaine ? » « Sept semaines d’aménorrhée. » « C’est bizarre, votre embryon est beaucoup plus jeune, il n’a même pas encore de battement de cœur ».

Elle me dit qu’il y a tout de même une chance pour que ma grossesse soit plus récente que mon estimation. Mais moi, je sais que ne peux pas en être à moins de six semaines d’aménorrhée. Le cœur devrait bien être en train de battre. Elle me propose de refaire un contrôle la semaine suivante, mais en sortant des urgences j’ai un mauvais pressentiment.

Je décide d’aller voir ma belle-sœur qui vient d’accoucher pour me changer les idées. Qu’est-ce qu’elle est belle, ma petite nièce ! Je raconte à ma belle-sœur ce qu’il vient de se passer, et on décide d’attendre mon prochain rendez-vous à l’hôpital avant de désespérer.

Mais le contrôle n’aura jamais lieu, car peu après, je commence à perdre du sang. Un tout petit peu chaque jour, certes, mais je sais que mon bébé, devenu si réel au cours de ce petit mois, est en train de disparaître. En lisant le témoignage de Jahanara, j’ai en effet compris ce qui était en train de m’arriver.

Toute la semaine est une suite de longues journées où je dois faire bonne figure, et de nuits en larmes dans les bras de mon mari.

Vendredi soir, après le travail, je décide de passer chez ma gynécologue. À chaque fois que je ne saigne plus, mes espoirs irréalistes reprennent le dessus, et je n’en peux plus de ces ascenseurs émotionnels ! Elle m’explique gentiment qu’en effet, je ne dois plus espérer. À ce stade, il n’y a plus qu’à attendre que mon corps élimine l’embryon.

Au moment où je t’écris, je suis en train de perdre mon bébé. Mon seul désir est que ça se termine bientôt pour que je puisse commencer à me reconstruire. Je ne suis pas vraiment fâchée contre Dieu, mais contre la vie. Je n’aurai pas de bébé, mon projet de travail a été annulé et je crains qu’il ne soit trop tard pour tout remettre en route.

Ma sœur me dit que c’est peut-être une leçon de vie, mais j’ai du mal à voir ce que j’ai pu apprendre de positif. Je n’ai toujours pas envie d’avoir un enfant, encore moins d’être enceinte, et j’ai l’impression que ma crédibilité professionnelle a diminué.

Je suis surtout en colère contre les personnes qui insinuent que j’ai perdu mon bébé parce que je n’en voulais pas à la base. À celles-là, je réponds que les interruptions de grossesse ne se font pas par le pouvoir de la pensée !

Et toi ? As-tu subi une situation similaire ? Comment l’as-tu vécue ? Comment tes proches ont-ils réagi ? Viens en discuter…

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

22   Commentaires Laisser un commentaire ?

le rire des anges

Quel terrible évènement… La vie nous maltraite parfois! Je serais curieuse de savoir ce que ta soeur pense que tu peux en retenir de positif? Peut être lui as tu demandé depuis!
Je te souhaites un bon rétablissement… Ta vie professionnelle se remettra en bonne voie, peut être différemment…

le 06/06/2015 à 08h24 | Répondre

Flora

comme je le dis plus bas, j’en ai appris des choses :). J’ai aussi appris des choses moins positives comme les changements drastiques de notre corps même après un petit mois de grossesse! Ma vie professionnelle se remet tout doucement merci 😉

le 06/06/2015 à 12h11 | Répondre

airelle

Il est dur de trouver les mots corrects dans ce genre de situation.
Il parait que pour une première grossesse ça arrive fréquemment mais ça ne rassure pas pour autant vu qu’on devrait porter la vie.
Avec le temps ça passera ,tes projets pro se referons et quand le moment sera venu, un jour tu seras toi aussi mère.En attendant,repose toi,parles en à ton mari,de tes craintes,peur(pas à ta sœur,sa façon de voir les choses est déprimante ) et moi derrière mon ordi,je ne peux que t’apporter un petit réconfort(peut être)

le 06/06/2015 à 09h01 | Répondre

Flora

J’ai été super surprise d’apprendre le nombre de gens à qui s’était déjà arrivé dans mon entourage mais comme c’est super tabous je ne le savais pas du tout! Pour finir je crois que ma soeur était juste réaliste et que moi je souffrais encore trop pour voir ça du même oeil ;). Merci pour le réconfort virtuel, ça marche 🙂

le 06/06/2015 à 12h15 | Répondre

Jahanara

Je suis désolée pour toi… Si au moins mon article t’a un peu servi, c’est déjà ça.
Il est normal de passer par une phase où on veut juste que ça se termine, puis par une autre où on ne veut juste plus entendre parler de bébé. Il m’a fallu trois mois pour arriver à passer le cap et à envisager une nouvelle grossesse. Entre temps je suis de nouveau enceinte et j’ai dépassé la date de ma fausse couche, tout semble aller bien cette fois-ci !!
Laisse-toi le temps, tu verras bien ici quelques semaines ou mois si tu as envie de retenter l’aventure !
Je t’envoie plein de courage !

le 06/06/2015 à 09h08 | Répondre

Flora

Pour la phase ou je ne veux pas en entendre parler c’est raté! ça c’est propagé un peu trop au travail et je dois encore fréquemment apprendre à la collègue lambda qui me félicite que je ne suis plus enceinte :'(. Sinon oui c’est bizarre mais la vie continue, des fois je suis même triste de voir que les gens autour de moi font comme si rien ne s’était passé. Je t’envoie pleins de pensées positives aussi et te souhaite une belle grossesse.

le 06/06/2015 à 12h21 | Répondre

P'tite Poulette

Coucou…
Alors non ce n’est ni une punition ni l’intervention divine, je vais être bien plus terre à terre, mais c’est juste la loi de la nature. Si ce petit bout ne s’est pas accroché, c’est qu’il devait y avoir une anomalie génétique, et il vaut mieux le savoir au plus tôt… Je suis dans mon 5ème mois de grossesse et je suis dans l’attente de résultats afin de savoir si mon bébé est atteint d’une maladie chromosomique. Une interruption de grossesse est donc toujours envisageable. Je pleurerais toutes les larmes de mon corps, mais je préfère avoir un petit être en parfaite santé…
Tu dis ne pas vouloir d’enfant parce que tu ne te sens pas prête certainement (je vais sur mes 29 ans et j’ai les chocottes d’être Maman je sais ce que c’est ^^), mais tu t’es tout de même projetée et tu étais heureuse. Je suis sûre et certaine que cette période de « deuil » passée, tu te surprendras à y repenser… <3 Pour le moment, il faut que tu digères. C'est une épreuve difficile. Mais tu vas la surmonter avec ton chéri, et la suite n'appartient qu'à vous 😉
Plein de courage, et une grosse pensée pour vous. Bises

le 06/06/2015 à 09h43 | Répondre

Flora

Oui tu as tout à fait raison, la nature est cruelle des fois. J’espère que tout va bien se passer pour ta grossesse et si jamais ce n’est pas le cas, je suis disponible pour échanger et pleurer avec toi. Je ne suis pas prête du tout à être maman mais qui l’est! Maintenant j’ai juste peur car ma courte grossesse a déjà mis mon corps KO… je n’ose pas imaginer ce que ce sera le jour ou je dois tenir 9 mois! Je t’envois pleins de câlins virtuels et te souhaite tout le meilleur 😉

le 06/06/2015 à 12h31 | Répondre

Camomille (voir son site)

Ce n’est pas parce que cette grossesse t’a mis un mois KO que la suivante te mettra KO aussi (bon, c’est vrai, y a des risques !) Chaque grossesse est différente, et c’est plutôt chouette, non ?! Par contre, je ne pensais même pas qu’on pouvait insinuer que tu as perdu ton bébé parce qu’il n’était pas prévu… ça me révolte !

le 06/06/2015 à 17h56 | Répondre

Flora

Non ce n’était pas formulé comme ça heureusement :). C’était plus quelque chose du genre: « ce n’était pas le bon moment tu l’avais dis toi même ». C’est vrai mais ça a quelque chose de culpabilisant… Sinon je croise les doigts pour que le prochain s’accroche tant pis pour les dommages collatéraux 😉

le 06/06/2015 à 20h56 | Répondre

Bulle

C’est vraiment très poignant. Je ne suis jamais passée par là, je mentirais si je prétendais même comprendre ce que tu dois ressentir mais je compatis et te souhaite du courage pour te relever.

le 06/06/2015 à 09h58 | Répondre

Flora

Merci :). gros bisous à toi

le 06/06/2015 à 12h31 | Répondre

Madame B.

Je suis très touchée par ton témoignage, d’autant que j’ai vécu quelque chose de très très très similaire il y a maintenant 8 mois (première réaction « eh m… comment je vais faire pour le boulot », souhait très fort de garder le bébé en me disant qu’ils seront peut-être compréhensifs, fausse couche peu de temps plus tard, colère contre la vie…) Il m’a 4 longs mois, un déménagement et un changement de boulot pour me remettre debout… Encore aujourd’hui, je ne peux penser à cette période sans avoir les larmes aux yeux, la cicatrice est très fragile et se rouvre facilement… Mais je te le promets Mme Ébène, on se relève! C’est long, c’est dur, la colère est longue à apaiser, mais on se relève! Et comme le dit Jahanara, un jour, tu vas te surprendre à avoir envie d’une nouvelle grossesse… Et ta sœur a raison, il y a du positif (je ne le voyais pas sur le coup, mais avec le recul, un peu plus…) Tu sais maintenant que toi et ton mari avez la chance que ça fonctionne plutôt facilement, tu sais maintenant que tu as choisi de garder ce bébé malgré ton travail parce que votre vie à 3 était à tes yeux plus importante, tu sais que ton mari est ravi à l’idée de devenir papa, tu sais qu’il a été là pour te soutenir, pour que tu pleures dans ses bras pendant toutes ces nuits… Ce moment où la vie a été dégueulasse vous a certainement rapprochés, même si ce n’est peut-être pas encore évident aujourd’hui… Je te souhaite de très belles choses dans ta vie à partir de maintenant, et si tu as envie d’échanger, de parler, n’hésite pas à me contacter… Bon courage Mme Ébène!

le 06/06/2015 à 10h59 | Répondre

Flora

Waouh merci pour ce message plein de sagesse, tu as raison sur toute la ligne et maintenant je vois tout ça. Je pleure souvent aussi comme ce matin en lisant les commentaires mais maintenant j’ai accepté la fatalité et je sais que je veux être maman (ça serait aussi un peu prendre ma revanche sur la vie ;). Et du coup tu en es où? Je te souhaite tout le meilleur aussi

le 06/06/2015 à 12h39 | Répondre

Madame B.

On a redémarré les essais au bout de 4 mois et, chance immense pour nous, ça a tout de suite fonctionné… On a été un peu sonné, on espérait prendre notre temps, se réhabituer en douceur à l’idée de devenir parents… Mais on est hyper heureux! Je plains celles et ceux qui galèrent pour que ça fonctionne… J’ai par contre du mal à être sereine pour cette grossesse, peur que le cœur s’arrête, comme la dernière fois… Vivement que je sente bébé bouger pour relâcher la tension… Ça ne devrait plus tellement tarder, j’approche des 4 mois de grossesse 🙂 Je suis contente pour toi que l’envie de devenir maman soit de nouveau là, je te le souhaite rapidement 🙂

le 06/06/2015 à 16h53 | Répondre

Flora

Félicitations, je suis très contente pour toi et ça me redonne de l’espoir ;). C’est normal de ne pas être sereine, ce genre d’épreuve affecte fort notre innocence mais il n’y a pas de raisons que ça n’aille pas :). Je te souhaite une belle grossesse, vivement que tu viennes nous raconter ton accouchement! 🙂

le 06/06/2015 à 17h10 | Répondre

Fifouille

Désolée pour ce qui t’arrive… ton témoignage me touche beaucoup.
Je comprend ta souffrance… il faut laisser faire le temps et les blessures guerriront. Courage.
Bises

le 06/06/2015 à 11h29 | Répondre

Flora

Merci pour compatir. Bisous

le 06/06/2015 à 17h00 | Répondre

Flora

Bonjour les filles, merci beaucoup pour les gentils petits mots. ça fait plus d’un mois que j’ai rédigé ce témoignage et depuis ma vision de la chose a un peu évolué. Maintenant je déteste le reconnaître mais ma soeur avait raison. J’ai appris que dans la vie on a pas toujours son mot à dire, j’ai appris que mon travail n’était pas si incompatible avec une grossesse, et maintenant que j’ai eu mon retour de couche je me surprends en effet à me demander si je ne veux pas remettre ça 😉

le 06/06/2015 à 12h08 | Répondre

Celestine

Ton témoignage est poignant. Je me permets juste de rebondir sur la régulation naturelle des naissances. Je m’informe sur le sujet depuis un moment. L’OMS reconnait l’intérêt de ces méthodes à condition de bien connaître les signes qui permettent de reconnaître les signes de fertilité. Ça peut être très bénéfique pour le couple puisque ça favorise la connaissance de l’autre et la communication est indispensable !
Le livre de Bénédicte Lucereau « se passer de la pilule c’est possible ! Les secrets d’une sexualité épanouie » permet de bien comprendre les enjeux. C’est un éditeur religieux (éditions de l’Emmanuel) mais il n’y a aucune référence religieuse et aucun jugement ou précepte moral, bref je conseille vivement ce bouquin pour se faire une idée.

le 07/06/2015 à 22h10 | Répondre

Flora

merci pour l’info. Pour le moment on est en mode « on verra bien ». Quand je voudrais de nouveau faire attention, je prendrai sans doute un stérilet. Le plus passif possible est le mieux pour la tête en l’air que je suis 😉

le 08/06/2015 à 13h28 | Répondre

Laine

Cet article date un peu mais … J’ai passé une échographie de datation hier, et même constat que pour toi, 7 SA, mais pas de battements de coeur visibles, et embryon trop petit. L’échographiste pense que la grossesse est plus jeune d’environ 10 jours. Mais je ne pense pas, pas autant … J’imagine que c’est mauvais signe ? Je n’ai pas eu de saignement ou perte. Mais je me sens terriblement perdue et triste …

le 26/01/2018 à 10h40 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?