Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Mon placenta et moi


Publié le 12 mars 2019 par MamBat

Dans l’une de mes dernières chroniques, je t’expliquais que pour la première fois j’arrivais à lâcher prise et à profiter de ma grossesse. Je dois avouer que ce lâcher prise m’a été bien utile ces derniers mois.

Quand les choses se compliquent…

Lorsque je suis arrivée à ma deuxième écho, ma grossesse se passait plutôt bien, une fois la frayeur des saignements du premier trimestre passée. Les nausées et migraines commençaient à passer doucement et je reprenais goût aux repas.

Nous avons prévenu le médecin de notre choix de connaître le sexe et de ne pas le connaître, et l’échographie a commencé. Bonne nouvelle : MiniChat est dans les normes pour la taille ! Pas d’hypotrophie ni de suivi rapproché pour cette fois-ci, c’est donc possible ! Oui, mais il y a un mais. Le médecin s’arrête sur une mesure, puis m’explique que mon placenta a l’air un peu près de mon col, il va falloir vérifier ça. L’écho endovaginale confirme le diagnostic : placenta bas inséré. « On va surveiller ça et on verra pour la suite » Surveiller quoi ? Voir quoi ? Et c’est quoi cette histoire de placenta bas inséré ?

Le placenta bas inséré, qu’est-ce que c’est ?

En théorie, en début de grossesse, ton placenta s’insère au fond de ton utérus. Parfois, il arrive qu’il fasse autrement, et autrement c’est notamment une insertion basse, près du col donc. On le diagnostique en général lors de la deuxième échographie. A ce moment, le médecin (ou la sage-femme) qui te fait passer ton échographie vérifie la distance entre l’orifice interne du col, et le bord du placenta. On parle de placenta bas inséré s’il est implanté à moins de 6 centimètres de l’orifice interne.

Dans ce cas, on prévoit une échographie de contrôle environ un mois après pour vérifier que le placenta s’est éloigné du col grâce à la croissance de l’utérus. Dans 90% des cas, le placenta remonte avant la troisième échographie. Si ce n’est pas le cas, on parle alors de placenta praevia, et en fonction de la distance entre le placenta et l’orifice interne, il peut être nécessaire de prévoir une césarienne, parce que le placenta gênerait ou empêcherait le passage du bébé en cas d’accouchement par voie basse.

Outre le risque de césarienne, il y a surtout un risque d’hémorragie : pendant la grossesse, le col de l’utérus est sollicité et travaille. Si ton placenta est dans le fond de l’utérus, pas de souci, mais s’il est bas inséré, cela peut causer des saignements. Dans ce cas, un réflexe : urgences maternité sans se poser de questions.

Crédit photo : Pixabay

Et pour moi alors ?

De mon côté, je m’estime chanceuse : je n’ai pas eu d’hémorragies. A partir de ma deuxième écho et jusqu’à la troisième, je n’ai pas vécu dans le stress, j’ai juste pris le temps de me faire à l’idée de la césarienne.

Lors de l’échographie de contrôle un mois après la deuxième écho, mon placenta n’avait pas bougé. Rien. Nada. Même pas un dixième de millimètre. Pas de passeport pour la voie basse donc, et un report de la décision à la troisième écho, même si ça commence à sentir le roussi… En attendant, je dois me ménager : plus de grands trajets en voiture, pas de métro, pas de port de charge (cela incluant également Biquette et PetitChou).

A partir de là, la fin de ma grossesse est devenue un grand flou. Je t’en reparlerais sans doute plus tard, mais ne sachant pas comment j’allais accoucher, je suis devenue incapable de me projeter dans la fin de la grossesse, la naissance, ou même l’après. Je ne vivais plus que le présent, me préparant et préparant MisterBat à l’idée de la césarienne programmée.

Je suis arrivée à ma troisième écho un peu blasée, mais prête à entendre que la position de mon placenta empêchait la voie basse. Sauf que… sauf qu’il a bougé ! Un peu. Pas beaucoup. Pas assez pour envisager la voie basse sans risque pour le moment. Je suis ressortie de là avec la date d’une autre échographie de contrôle, des mesures précises en tête, et l’espoir d’une voie basse.

Parce qu’elles m’ont aidé à me projeter, voilà les biométries utilisées pour décider d’une césarienne en cas de placenta bas inséré dans ma maternité :

  • Entre 0 et 2 cm de l’orifice interne : césarienne programme
  • Entre 2 et 4-5 cm : ça se discute, ça dépend de la taille du bébé et de tout un tas de paramètres que je ne connais pas
  • Au-delà de 4-5 cm : pas de risque, voie basse autorisée sans problème

A l’heure où je t’écris, je n’ai pas encore passé ma dernière échographie de contrôle mais j’y vais sereine. Evidemment, j’aimerais bien pouvoir accoucher par voie basse, tous les accouchements sont différents, mais j’ai un peu peur des douleurs des suites de couche post-césarienne. Cela dit, si ce doit être une césarienne programmée, j’essaie d’y voir aussi des avantages : la logistique de la naissance sera plus simple, je saurais à l’avance à qui confier Biquette et PetitChou… et je sais que quelle que soit la décision prise par mon gynécologue, ce sera la meilleure décision pour le bébé et pour moi au vu des circonstances.

Et toi ? Tu as déjà eu un placenta bas inséré ? La naissance s’est bien passée ? On vient de t’en diagnostiquer un et tu es dans le flou ? Viens en parler !


Guide accouchement

Commentaires

16   Commentaires Laisser un commentaire ?

Workingmutti (voir son site)

Effectivement c’est une « jolie surprise » de la grossesse à laquelle on ne s’attend pas … Mais je trouve que tu fais vraiment preuve d’un sacré calme et d’un sacré recul sur les choses ! La césarienne fait peur, et je le comprends. Mais en ayant déjà eu 2, je pense que c’est beaucoup moins un enfer en termes de douleurs que ce qu’on peut penser (si la maternité sait bien prendre en charge).

le 12/03/2019 à 10h47 | Répondre

MamBat

Je dois avouer que la première fois qu’on m’en a parlé, j’ai paniqué. Entre ce moment là et l’écriture de cet article, il s’est écoulé 2 mois, ce qui m’a largement aidé à prendre du recul sur les événements et les annonces, et à me dire que si jamais césarienne il y avait, c’est que c’était la meilleure des solutions pour le bébé et pour moi à ce moment là. En revanche, ce qui me terrorisait vraiment, c’étaient les suites de couche : j’ai des antécédents de mauvaises cicatrisation, je ne peux pas prendre d’anti-inflammatoires pour raisons médicales… autant dire que les suites de la césarienne m’apparaissent comme une montagne.

le 13/03/2019 à 09h43 | Répondre

Croco

J’ai eu un placenta praevia pour ma deuxième grossesse et… pour moi ça a été plutôt compliqué. A l’écho du deuxième trimestre j’étais comme toi dans la zone d’incertitude. A la fin du septième mois, mon gynéco m’a arrêté par précaution car il y a un vaisseau qui passe entre le col et le placenta. Je n’ai eu aucun saignement depuis le deuxième mois de grossesse et que je n’ai pas de contractions ressenties, donc je ne m’inquiète pas (mais je suis sous anti-coagulant pendant mes grossesse, donc risque supplémentaire). Deux jour plus tard, hémorragie, hospitalisation en urgence (à 19h avec mon aîné qui n’a pas mangé et qu’on doit confier en catastrophe à une voisine sans même que je puisse lui dire au revoir car je baigne dans une flaque de sang). Pendant 12h, suspense, va-t-il ou non falloir que j’accouche par césarienne en urgence ? Finalement, les saignements se sont arrêtés, on me garde quelques jours en observation. Au bout d’une semaine, je comprends qu’en fait, on ne me laissera pas ressortir avant la naissance, par césarienne programmée. J’ai passé un mois à l’hôpital. Une semaine avant, on me prévient que j’accoucherai le vendredi suivant. On s’arrange pour la garde de l’aîné, au moins pas de stress avec ça. La nuit du mercredi, nouvelle hémorragie (alors que je n’avais pas perdu une goutte de sang depuis mon hospitalisation). Le lendemain à 7h du matin j’appelle mon mari pour le prévenir que je passe au bloc à 9h. Heureusement, il peut laisser l’aîné à la crèche avant de venir me rejoindre, mais finalement, même avec une césarienne programmée on a eu des surprises. Mon fils faisait presque 3kg et n’a eu aucune complications, donc je ne me plains pas trop, au final c’est le plus important, mais le dernier mois de grossesse a été compliqué aussi bien pour moi que pour mon mari et mon aîné.

le 12/03/2019 à 13h56 | Répondre

MamBat

Quel stress en effet ! De mon côté je m’estime chanceuse : je n’ai pas eu d’hémorragie de toute ma grossesse, ni de vaisseau qui passe entre le col et le placenta. Je pense que ça m’a vraiment aidée à me détendre. Finalement, les seuls vrais inconvénients, outre mon incapacité à me projeter dans la fin de ma grossesse et mon accouchement, étaient minimes : l’interdiction des grands trajets et de port de charges (avec des enfants en bas âge, ça rend les choses compliquées). Quant à comment se passera l’accouchement… seul l’avenir nous le dira !

le 13/03/2019 à 09h48 | Répondre

Weena (voir son site)

Et ben, que suspens … j’espère que la prochaine écho ira encore dans le bon sens et que tu pourra accoucher comme tu le souhaite.
Troisième grossesse pour moi et aussi une surprise de placenta, à première vue moins embêtant que le placenta bas inséré : j’ai un placenta antérieur, ça veut dire sur l’avant du ventre, ce qui joue principalement sur le ressenti des mouvements.
Donc rien de grave, sauf quand bébé fait des blagues et décide de se mettre en siège à 38sa … la maternité s’est un peu affolée en voulant faire une version en urgence, sans regarder ce détail qui rends l’opération, déjà controversée, carrément contre-indiqué … heureusement pour moi, mon petit poisson a refais la bascule seule 😉

le 12/03/2019 à 15h25 | Répondre

MamBat

On verra bien, je n’ai pas encore accouché 😉
Et pour ton placenta antérieur, punaise, heureusement que ton bébé a fait la bascule seul !

le 13/03/2019 à 09h49 | Répondre

titine24

J’ai eu un placenta praevi pour la 2eme grossesse.
Celle ci a été vu lorsque j’ai fait une grosse hémorragie à 6 mois de grossesse. Du coup allite jusqu’à la césarienne programmée. Heureusement on a pu compter sur les grands parents pour garder mon aînée. Fin de grossesse compliqué et 15 jours avant la césarienne programmée contraction donc hospitalisé. Du coup, hospitalisé 15 jours avant jour J césarienne et reste 1 semaine encore après la césarienne !!

Pour info, anesthésie générale pour une césarienne placenta praevia et je l’ai su 5 minutes avant qu’on m’endorme car l’anesthésiste que j’avais vu qq mois avant ne m’avait pas prévenu !!!

Mais aujourd’hui tout va bien. Cela fait 2ans et mon loulou et moi allons super bien lol

le 13/03/2019 à 14h25 | Répondre

Croco

Ma césarienne à eu lieu sous anesthésie locale, ça doit dépendre des hôpitaux (et le papa pouvait être présent en salle d’op).

le 13/03/2019 à 15h11 | Répondre

Nala

Césarienne sous rachi-anesthésie également, pourtant pratiquée en urgence absolue. En revanche le papa est resté dans le couloir…

le 14/03/2019 à 09h31 | Répondre

MamBat

Césarienne programmée sous AG ? C’est rude ! Ici le gynéco m’a dit que si césarienne programmée il y avait, ce serait sous rachi ou sous péri, et que pour les césa en urgence ils faisaient tout pour éviter l’AG.

le 14/03/2019 à 13h22 | Répondre

Nala

J’ai également connu le placenta praevia, « heureusement » pour ma première grossesse (mes deux filles ayant 19 mois d’écart, je ne sais pas comment j’aurais pu vivre une grossesse similaire pour ma cadette…).
J’avais des contractions précoces associées à des hémorragies du col, du coup alitée dès la fin du premier trimestre jusqu’à 37SA. Hospitalisée une fois durant plusieurs jours.

Mon placenta est finalement remonté durant le 8e mois mais encore une fois petite particularité dans mon cas : j’avais une languette recouvrante, qui elle était toujours présente… Les médecins ne l’avaient pas vue, résultat TV en fin de grossesse avec en prime un décollement des membranes la veille de l’accouchement.
Grosse hémorragie le soir-même, on m’a laissée toute une nuit dans cet état aux urgences avant que le chef de service ne décide de m’envoyer au bloc le lendemain matin. Code rouge, branle-bas de combat… bref le stress total pour moi !

Aujourd’hui ma fille aînée a 8 ans et se porte comme un charme, c’est l’essentiel 🙂

le 14/03/2019 à 09h29 | Répondre

MamBat

Quelle angoisse ! Et ils n’ont rien vu ni senti à l’écho ni à l’examen ?
Enfin si ta fille et toi allez bien, c’est l’essentiel !

le 14/03/2019 à 13h23 | Répondre

Clarisse

Bonjour ! Merci pour ce témoignage très complet. Je ressors également de mon écho du deuxième trimestre, contrariée par cette découverte de placenta bas inséré (effleurant le col). Je commence à me faire à l’idée d’une césarienne mais j’ai une question qui me taraude a laquelle je ne parviendra pas à trouver de réponses claires (peut être parce qu’il n’y en a pas haha)… Est ce que ce positionnement bas entraine forcément un risque d’accouchement prématuré ? Est-on placé en arrêt maladie. Pour la part j’ai une première grossesse idyllique, aucun symptôme ni saignement, juste un bébé qui bouge beaucoup (si le placenta pouvait « bouger » autant je serais ravie…)J’aurais sûrement toutes les réponses à mes questions lors de mon rdv avec ma sage femme (la semaine prochaine) mais je suis quelque peu impatiente… merci encore pour cet article. Belle soirée !

le 22/05/2019 à 18h18 | Répondre

Croco

A priori, cela n’entraîne pas forcément ni césarienne, ni accouchement prématuré, ni arrêt, ni alitement, tout dépend du placement exact du placenta, de la façon dont il se déplace avec l’évolution de la grossesse et de la présence ou pas de facteurs de risques supplémentaires. Je pense qu’effectivement, ta sage-femme te donnera une partie des réponses et te dirigera peut-être vers un gynécologue pour plus d’informations, il ne te reste plus qu’à patienter !

le 24/05/2019 à 11h13 | Répondre

adinems

Bonjour 🙂
je suis enceinte de 8 mois révolus et mon placenta est à 1,8 cm du col. J’ai peur qu’il ne remonte pas suffisamment pour pouvoir accoucher par voie basse, ce qui est mon souhait. Je retourne voir mon gyné dans 3 jours. Ce serait une déception d’avoir une césarienne.

le 02/07/2019 à 11h08 | Répondre

Lydie

Bonsoir, merci pour ce témoignage! enceinte de 30 sa je sors d’une hospit de 10 jours pour saignement. J’attend ma dernière écho, mais césa programmé pour 37 sa. Alité depuis 2 mois et demi, monito toutes les semaines, avec un bébé qui pète le feu.
Avez vous accouché? comment c’est passer la cesa?

le 04/07/2019 à 00h04 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?