Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Le début de notre parcours PMA : direction la FIV


Publié le 28 septembre 2015 par Madame Lucette

Je t’ai raconté dans mon article précédent comment, après trois ans d’essais naturels infructueux, nous en sommes venus à « entrer en PMA ». Je vais aujourd’hui te raconter notre parcours, qui a donc duré deux ans tout pile.

Après les tests pas très encourageants que nous avions faits, nous avons pris rendez-vous à l’hôpital, auprès du professeur conseillé par ma gynéco.

Deux façons de le rencontrer :

  • en « public », et donc via une consultation entièrement remboursée, rendez-vous possible en octobre.
  • en «privé », tarif : 90€, en partie remboursés, rendez-vous possible en juin.

Nous étions fin mai, on a décidé de payer. Heureusement qu’on pouvait se le permettre.

On l’a rencontré, et il nous a expliqué ce qu’on allait faire.

Il a répondu à toutes nos questions, même à celles du type « Ok, et si ce que vous proposez ne fonctionne pas, c’est quoi l’étape d’après ? », alors que j’imaginais qu’il me dirait : « On verra à ce moment-là. » Bref, pas ultra chaleureux, mais gentil, patient et pédagogue. Et compétent, bien sûr.

Son idée, c’était de commencer par des stimulations pour moi, avec des médicaments pendant trois mois, et d’aviser ensuite. En parallèle, il a prescrit un test complémentaire, qui a révélé que la simple stimulation serait parfaitement inutile. Arrêt immédiat du traitement, et passage à l’étape suivante.

L’étape d’après, en PMA, c’est l’insémination, autrement appelée IAC (insémination artificielle avec sperme du conjoint) ou IAD (avec sperme de donneur). Ça consiste à surveiller le cycle de Madame (coucou la salle d’attente à 7h du mat’) pour, quand elle est prête, récupérer le sperme (de Monsieur ou du donneur), trier les spermatozoïdes les plus performants et les injecter directement dans l’utérus (en leur faisant ainsi passer la barrière constatée lors du test évoqué précédemment).

Nous, le staff a décidé de nous faire sauter cette étape, et de nous emmener directement à la FIV (fécondation in vitro).

Tu comprends pourquoi ça n’a duré « que » deux ans pour nous, et pas plus. Pour les couples qui passent par toutes les étapes (stimulation quelques mois, puis souvent au moins trois inséminations, puis FIV), ça peut durer beaucoup plus de temps que pour nous. Autant de cycles, d’essais et d’espoirs déçus.

Temps qui passe

Crédits photo (creative commons) : Nathan O'Nions

Peut-être te demandes-tu pourquoi nous avons sauté ainsi des étapes ? Eh bien à cause de mon âge canonique, figure-toi ! Eh oui, 38 ans, c’est « vieux » pour faire un enfant, quand on est une femme !

Je me penche un peu sur ce thème de l’âge, et je te raconterai la prochaine fois la suite de notre parcours, avec les FIV.

La PMA, bien que concernant de plus en plus de couples, n’est pas un sujet très souvent expliqué, et le grand public n’y connaît pas grand-chose.

Il connaît l’expression « bébé éprouvette », c’est vrai. Mais il ignore bien souvent qu’on peut traiter certains problèmes avec « seulement » une opération de Madame et une stimulation, confond régulièrement insémination avec FIV, croit que PMA = bébé éprouvette. Bref, il est un peu perdu.

Ce que le grand public connaît mal également, ce sont les statistiques de possibilités de grossesse selon l’âge de Madame. Sa science en matière d’âge et de procréation lui vient souvent des magazines people, où depuis quelques années, moult stars affichent de jolis ventres ronds à la quarantaine parfois bien tassée (Marcia Cross, 45 ans, Halle Berry, 42, etc.).

Du coup, dans l’esprit du grand public (dont je faisais partie avant de rencontrer ce médecin gentil, mais qui me parlait de mon âge à chaque rendez-vous), on peut facilement avoir un enfant à 40 ans. Moi, à 38 ans, j’étais donc laaaaarge.

Ben en fait, non. « Avoir un enfant » (même deux en ce qui me concerne), c’est possible, mais « facilement », certainement pas.

Regarde :

  • à 25 ans, la probabilité d’avoir un enfant est de 25% par cycle,
  • à 35 ans, la probabilité d’avoir un bébé est de 12% par cycle,
  • à 40 ans, les chances de faire un bébé sont de 6% par cycle,
  • et la fertilité des femmes est presque nulle après 45 ans.

En dix ans (de 25 à 35 ans), on perd la moitié de chances que ça marche. Et ensuite, on les divise par deux en cinq ans. La fameuse « horloge biologique » existe bel et bien, et ce malgré toute l’avancée de la médecine.

Le souci, vois-tu, c’est la quantité et la qualité de tes ovocytes. Ils vieillissent, comme toi, et ils deviennent moches et moins efficaces (pas comme toi !).

Pour te donner une idée, en un an (l’intervalle entre ma première FIV et ma deuxième), le nombre d’ovocytes qu’on a récupérés a été divisé par deux, et le nombre d’embryons implantables également. J’aime autant te dire que ça fait très très mal de constater ça, et qu’ensuite voir les mois passer entre deux tentatives devient encore plus difficile.

Bref, je ne veux pas t’affoler non plus. Mais si tu as déjà plus de 35 ans, ne fais pas comme moi. Ne te cache pas la tête dans le sable pendant trois ans en pensant que tu as encore du temps devant toi. Si ça ne fonctionne pas au bout de quelques mois, demande à faire des tests, pour appréhender la situation avec toutes les infos en main.

La prochaine fois, je te parle de notre « vif du sujet », nos trois FIV.

Et toi ? Quel âge avais-tu quand tu as décidé d’avoir un enfant ? Y es-tu parvenue naturellement, ou as-tu eu comme moi besoin que la médecine s’en mêle ? De quels types de traitement as-tu bénéficié ? Dis-nous…

Toi aussi, ça te plairait de nous raconter ta grossesse mois après mois ? Toutes les infos pour devenir chroniqueuse grossesse, c’est par ici !

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !


Porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

37   Commentaires Laisser un commentaire ?

Madame D

Aïe, ça fait mal d’entendre ça … Mais c’est vrai que dans notre société actuel, les femmes attendent. A l’inverse, quand je me suis retrouvé enceinte (volontairement) a 24 ans, je t’explique meme pas comment les femmes me regardaient mal dans la salle d’attente du gyneco …

le 28/09/2015 à 09h32 | Répondre

Louna

Ahahah ! Moi aussi j’ai connu ça, même si j’étais déjà un peu plus vieille (27 ans). Et rebelote à la crèche : trop drôle ! 🙂

le 28/09/2015 à 10h14 | Répondre

Madame Lucette

ah bon ??
moi qui pensais qu’on me regarderai à la crèche ou l’école comme si j’étais la grand mère, quelque part, ça me rassure 🙂

le 28/09/2015 à 10h50 | Répondre

Madame D

Haha ! On va faire combo : les trop jeunes et les trop vieilles !!!
Non mais en fait tu doit faire un enfant entre 30 et 32 ans ! Sinon tu es bizarre !

le 28/09/2015 à 11h28 | Répondre

Miss Chat

Je me réjouis de lire la suite ! 🙂 J’aime beaucoup ta description, elle me fait rire !
Lors des contrôles à l’hôpital à la fin de ma grossesse, la salle d’attente pour les monitorings se trouvait AU MÊME ENDROIT que celle pour le service infertilité !! J’ai trouvé ça scandaleux, que devaient ressentir toutes ces femmes qui voyaient à côté d’elle des gros bidous !

Moi, enceinte à 25 ans (donc un peu l’âge parfait pour concevoir) et on n’a eu aucun souci… Mais c’est quelque chose qui doit être si difficile à entendre, qu’on est « trop vieux » pour faire un enfant naturellement…
Par contre, comme Louna et Madame D, je suis tout le temps la plus jeune maman  : à l’hôpital, à la crèche … Les autres ont un bon 5-10 ans de plus que moi :/

le 28/09/2015 à 10h56 | Répondre

Madame Lucette

C’est très très fréquent, cette proximité, là où j’étais suivie, la salle d’attente étais au niveau de la maternité, donc on entendait les bébés pleurer. Et l’attente pour le replacement des embryons était au même endroit que la salle d’accouchement.
C’est pas très délicat mais il y a des personnels communs à tous ces services et les hôpitaux font ce qu’ils peuvent avec leurs locaux 🙂

le 28/09/2015 à 11h14 | Répondre

Madame Tout Court

Bravo pour cet article c’est vraiment très important de faire passer ce message, même si on n’est pas toujours prête à l’entendre….
J’en profite d’ailleurs pour poster ici le lien vers une vidéo-micro trottoir que j’ai trouvée sur le site de l’ordre des gynéco qui démonte pas mal d’idées reçues sur la fertilité/l’infertilité et qui est d’utilité publique, je pense :p

https://youtu.be/iac795A_E9E

En tout cas j’ai hâte de lire la suite! Future maman de jumeaux FIV (la 3ème 😉 ) en région parisienne en février 2016, je te lis avec intérêt, tu t’en doutes 😉 (mais j’ai quand même une petite différence avec ta situation: une aînée qui aura 23 mois lors du débarquement!!)

le 28/09/2015 à 11h06 | Répondre

Louna

Hey, Madame Tout Court, mais c’est une annonce !! Félicitations !! 🙂

le 28/09/2015 à 11h19 | Répondre

Madame Tout Court

eh ouiiii 😀 Merci 🙂

le 28/09/2015 à 11h22 | Répondre

Melimelanie

Félicitations!!! Ça c’est une jolie annonce 🙂 !! Tout en discrétion dans un commentaire mais ça n’est pas passé inaperçu ;-).

Je suis plutôt d’accord avec Die Franzoesin pour le moment on n’a pas vraiment de chroniqueuse en attente de mini 2 ( et 3 dans ton cas) et ton expérience pourrait être vraiment utile :-).

Encore félicitations en tout cas.

le 28/09/2015 à 14h34 | Répondre

Madame Lucette

ce n’est pas un message très agréable à entendre, en effet, la fameuse horloge biologique, on préférerait toutes lui donner un bon coup de talon. Malheureusement, ce n’est pas possible, du coup, mieux vaut être informée et ne pas, comme moi, croire qu’on peut se permettre de prendre tout son temps passé 35 ans.

Merci pour la vidéo ! ca résume bien, en effet, l’écart entre les « croyances populaires » et la réalité (notamment au niveau du % de chance de réussite d’une FIV !!

Tu vas avoir des jumeaux aussi, c’est super ! quand exactement est prévue la naissance ? moi en SA « normales » 1er février mais e, « SA corrigées jumeaux », plutôt 18 janvier. Quant à gérer des jumeaux avec déjà un aîné… euh… respect et admiration éternels ! 🙂

le 28/09/2015 à 11h21 | Répondre

Madame Tout Court

Eh oui, on a eu un lot ce coup-ci!!

La date officielle est le 21 mars mais entre la DPA corrigée et le fait que j’ai déjà accouché 7 semaines avant terme pour l’aînée, je ne pense pas dépasser le 21 février… (c’est marrant d’ailleurs, je ne sais jamais quoi dire quand on me demande « c’est pour quand? » lol)

En tout cas j’espère que ta grossesse se passe bien et j’ai hâte de lire la suite!

le 28/09/2015 à 11h26 | Répondre

Madame Lucette

moi je réponds « janvier 2016 » 🙂

la grossesse n’est pas facile, elle se passe très bien du point de vue médical (bébés en bonne santé, rien de grave de mon côté) mais entre malaises, maux de ventre, utérus contracté dès que je suis debout, je suis déjà arrêtée à 4 mois et demi.

le 28/09/2015 à 12h09 | Répondre

Madame Tout Court

oui, c’est pour ça que je dis « février » aussi mais quand les gens veulent des précisions je me sens obligée de me justifier… bref :p

Je suis désolée que ta grossesse ne soit pas facile :/
J’avoue que je suis agréablement surprise, je pensais que grossesse gémellaire = forcément double de symptômes, mais finalement je m’en suis très bien sortie sur ce plan là au premier trimestre! Par contre je suis physiquement très fatiguée, je m’essouffle déjà très très vite et les remontées acides commencent depuis une bonne semaine… je ne vais pas tenir longtemps à ce rythme :/

le 28/09/2015 à 12h27 |

Madame D

Oh oui félicitation !!!!!

le 28/09/2015 à 11h27 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Tout d’abord félicitations Mme tout court !! Tu n’as pas envie de raconter ta grossesse par ici ? Ce serait super !
Lucette je trouve cet article et notamment son aspect « mise au point » super et j’espère que beaucoup le liront.

le 28/09/2015 à 12h32 | Répondre

Madame Tout Court

Merci!

C’est gentil mais je ne sais pas si j’aurais grand chose de plus à apporter par rapport à Mme Lucette en fait, vu qu’on a bcp de points communs sur nos grossesses… et un terme assez proche!

le 28/09/2015 à 12h44 | Répondre

Louna

Mais si, mais si ! Déjà, parce que, égoïstement, j’aimais bien tes articles (surtout celui de la chambre de ta puce, dont je me suis beaucoup inspirée…. hihi !). Et puis parce que, comme tu le dis si bien, c’est très différent une nouvelle grossesse avec déjà un grand bébé à la maison ! Moi, je suis en plein dans ma phase « recherche de témoignage de déjà maman qui attend un second (ou un second et un troisième dans ton cas !) », alors je suis très intéressée ! 😉

le 28/09/2015 à 13h33 | Répondre

Madame D

Si si si !! Moi aussi j’avais adoré cet article : je m’etais senti beaucoup moins seule avec ma poubelle a couche !! Et comme Louna, moi aussi je veux des temoignages de 2ème bébé !! (ou 3 :-))

le 28/09/2015 à 13h41 | Répondre

Capela16

Merci pour cet article qui a le mérite de ne pas s’enfermer dans le vision « bisounours » des choses. Cela fait partie des choses que j’essaye d’expliquer à mon chéri : ayant 34 ans, si on veut un voire 2 enfants, ce n’est pas dans 5 ans qu’il faut se décider. Mais je crois que pour un homme, l’horloge biologique c’est pas très concret, et ce images de femmes ayant eu des enfants après 40ans leur renvoit sûrement aussi des fausses impressions que « bah c’est faisable aussi plus tard ». Et puis, je passe sur la réflexion ultraaaa classe de mon ancienne gynéco qui lorsque j’avais posé la qestion de « si un jour on veut faire un bébé quels examens prévoir avant » m’avait rétorqué, après m’avoir demandé mon âge, « ah oui quand même… ». Moment de solitude! Pour l’instant rien de concret de prévu, mais en tant que patiente atteinte de maladie rare je m’attends à ce qu les choses ne soient pas forcément hyper faciles…

le 28/09/2015 à 13h23 | Répondre

Madame Lucette

je crois que tu as entièrement raison de t’en préoccuper maintenant. Ton ancienne gynéco n’était pas très délicate, c’est certain mais je pense que eux connaissent bien les chiffres et entendre une patiente de + de 32 ou 33 ans dire « si un jour on se décide » ça les fait tiquer. C’est sûr que c’est cash mais ça a le mérite d’alerter la patiente sur le sujet.
En tous cas tu peux donner quelques chiffres à ton conjoint, ça le fera peut être réfléchir !
La dernière chose à retenir c’est que quand on a environ 35 ans, pour moi, il ne faut pas attendre trop longtemps avant de consulter si ça ne vient pas tout seul. 6 mois me semble bien, un an grand max.

le 28/09/2015 à 14h02 | Répondre

Melimelanie

Les gynécos peuvent parfois être très limites sur ce sujet… J’ai une amie qui a une trentaines d’années et ça fait déjà 3 ou 4 ans que sa gynéco devient de plus en plus insistante sur le fait qu’il « serait temps de s’y mettre si elle veut un jour des enfants ». Et ce n’est pas la première personne a me mentionner ce genre de discours du corps médical…

le 28/09/2015 à 14h37 | Répondre

Melimelanie

Haaa le coup de l’horloge biologique. J’ai expliqué ça a un de mes amis récemment (ami homme!) et il m’a avoué que ce que je lui disais sur la diminution de la fertilité et ce que pouvais représenter un parcours PMA du point de vue temporel il n’en avait aucune idée!! (Et que ça le faisait réfléchir du coup)

On avait aussi tendance à passer pour des aliens dans notre groupes d’amis vu que nous on aimerai avoir nos deux enfants avant 30 ans. Après enceinte a 26 je ne trouve pas ça si tôt que ça du coup j’ai toujours pris beaucoup de recul sur ce type de réflexion. Et puis dans un autre de nos groupes d’amis on a ceux qui n’ont même pas 25 ans et déjà 2 enfants lol! Donc ça compense!!!

Mais c’est vraie que d’un point de vue objectif les amis de ma sœur (plus âgée que moi) sont en pleine période de bébés et ils ont la trentaine…

Mais je pense qu’effectivement la société nous renvoie une image en nous faisant croire qu’on peut aller contre la nature. J’ai récemment vue un reportage dans les maternelles sur la préservation d’ovocytes. Une femme expliquait que le médecin ayant réalisé la préservation lui avait dit qu’il était temps car a une année près elle n’aurais plus rien eu a préserver. Elle avait 37 ans… Ça m’a vraiment touchée parce qu’effectivement à côté on nous explique que tel ou tel star a attendu ses 40 ans pour ne pas gâcher sa carrière…

le 28/09/2015 à 14h31 | Répondre

Madame Lucette

Pour le moment, sauf raison médicale (traitement anti cancer qui va bousiller les ovaires par exemple), la préservation d’ovocytes est interdite en France. je ne sais pas si elle est autorisée dans d’autres pays d’Europe. Aux USA, elle l’est.

le 28/09/2015 à 16h25 | Répondre

Melimelanie

oui tout a fait en France c’est interdit. Elles étaient allé l’une en Espagne l’autre en Belgique je crois (mais je ne suis vraiment pas sûr je suivais à moitié). C’est plus au niveau de la réserve ovarienne que ça m’a mis un choc.

Je n’avais jamais entendu au niveau médical de médecin expliquer que la réserve ovarienne pouvait s’arrêter très tôt (37 ans c’est tôt face au discours des médias). On a tendance à nous parler beaucoup de la ménopause en expliquant qu’elle survient vers 45/50 ans selon les femmes. Mais là je trouve que ça a rendu très concret (pour moi) pourquoi les médecins poussaient à faire un enfant avant 35 ans.

le 28/09/2015 à 16h34 | Répondre

Pitch

La fameuse horloge biologique… Et oui paradoxalement les femmes et les hommes veulent des enfants plus tard mais sont aussi moins fertiles a la base qu’il y a quelques années … Du coup ça diminue pas mal les chances de grossesse. Heureusement que la médecine progresse et permet ces petits miracles 🙂 je lisais les commentaires et c’est assez marrant cette différence de jeune / vieux parents. dans mon taf (cadre) toutes mes collègues ont eu leurs enfants entre 32 et 38 ans, alors que dans mes amies (non cadre / fonctionnaire) elles ont eu leurs enfants entre 22 et 26 ans … J’en ai 28 et du coup j’ai les 2 sons de cloches des collègues qui me disent de profiter de ma jeunesse pour évoluer dans mon boulot et mes amis qui me disent de profiter d’être encore jeune pour avoir des enfants lol

le 28/09/2015 à 15h40 | Répondre

Madame Lucette

Oui, la médecine progresse mais tu as raison de parler de « miracles ». je devrais peut être aussi faire un article sur le % de réussite des FIV, parce que, là aussi, il y a un gros écart entre les croyances populaires et la réalité.

le 28/09/2015 à 16h27 | Répondre

Floconnette

Aha oui c’est vrai que moi j’aimerais 2 ou 3 enfants (plutôt 3!) et le dernier de préférence avant 35, 36/37 maxi.
Mais bon je pense que si on avait des difficultés pour un 3ème on n’insisterait pas, par exemple.
J’ai dans mon entourage des gens qui attendent, attendent, atteingent les 35, les dépassent… Des fois j’en parle mais je crois que oui on nous bassine tellement avec le « tout est possible même tard » qu’on y croit pas.
un couple de ma famille a attendu hyper longtemps sans enfant, ils se sont mariés vers 30 ans et n’en ont pas eu, tout le monde trouvait ça louche comme ils adoraient les enfants mais eux n’en parlaient pas alors on demandait pas. Et quand elle a eu 50 ans (oui 50 ans) et lui 54 (oui 54!) ils ont annoncé la grande nouvelle….
Et donc à présent ils ont une petite fille de bientôt 5 ans. Quand je les vois je trouve ça bizarre quand meme surtout que la mère est déjà à la base ultra désorganisée et pas débrouillarde, là c’est la cata elle ne gère rien. Mais ce n’est pas dû à l’âge ça!!

Et sinon moi j’étais enceinte à 28 ans et j’ai accouché un mois avant mes 29 ans. Donc je pense que si tout va bien, mon projet d’avoir tous mes enfants avant 35 ou 36 ans est réalisable. Sauf si on décide d’en avoir 12 ^^

En tout cas merci d’éclairer nos lanternes à ce sujet, il est encore trop tabou. C’est triste à dire pour la féministe que je suis mais on ne peut pas toujours dire « je privilégie ma carrière jusqu’à tel âge et après je verrai »…. Même si des fois on voudrait.
En tout cas j’ai trovué qu’on avait le bon âge pr notre bébé, pour nous c’était ni trop tôt ni trop tard 🙂

le 28/09/2015 à 17h28 | Répondre

Madame Lucette

la féministe que je suis aussi n’est pas ultra heureuse non plus de devoir dire aux femmes de faire attention à ça. Malheureusement on ne fait pas encore ce qu’on veut exactement avec son corps, autant le savoir.
La question de la congélation de ses propres ovocytes avant 30 ans est une vraie question éthique, philosophique que je n’ai pas encore tranchée…

le 28/09/2015 à 18h23 | Répondre

Madame l'Abeille

Merci pour ton article qui fait passer un message très important, même si on n’a pas forcément envie de l’entendre.

Et après 42 ans pour les femmes, on n’a plus accès à la PMA en France. Comme tu le dis, au delà de 35 ans, après 6 mois d’essais infructueux il faut investiguer.

Une amie medecin de PMA m’expliquait que parmi les femmes/couples de plus de 35 ans qu’ils suivent, il y a entre autre un certain profil de patientes dynamiques qui ont toujours réussi, études et carrières brillantes, ont reporté le projet enfants, et ça fait très mal quand elles se rendent compte qu’elles se « réveillent trop tard » pour avoir des enfants.

le 28/09/2015 à 18h52 | Répondre

Madame l'Abeille

Donc cela fait partie du devoir des médecins d’informer les patientes de la chute de la fertilité après 35 ans. Cela est sans doute parfois tourné maladroitement et/ou mal pris par les patientes ( « de quoi se mele-t-il, il ne va pas me dire quand faire des enfants »)…mais c’est pour leur bien.

le 28/09/2015 à 18h57 | Répondre

Madame Lucette

je suis d’accord, même si c’est désagréable à entendre, les médecins ont raison de mettre en garde leurs patientes !

le 28/09/2015 à 19h41 | Répondre

Anna

C’est bien d’en parler, on pense bien souvent que l’on peut avoir des enfants jusqu’à 40 ans.
Et en même temps, on a pas toujours toutes les conditions remplies pour pouvoir fonder une famille avant trente ans. Le temps de trouver la bonne personne, une situation stable, bien se connaître … C’est pas facile tout ça et ça met une pression supplémentaire aux femmes même si c’est important de prévenir et d’être au courant de cette réalité. Il faut aussi se sentir prête pour la maternité. Dans l’idéal, J’aimerais avoir 3 enfants et le 3ème si possible avant 36 ans mais si il y a bien un domaine que l’on ne maitrise pas c’est bien la procréation. J’ai dans mes amis les 2 cas de figures, ceux qui ont eu 2 enfants entre 25, 30 ans et ceux qui sont dans le début de la trentaine mais préfère privilégier leur carrière et pour lesquels ce n’est pas encore une priorité.

le 28/09/2015 à 20h29 | Répondre

Étoile (voir son site)

J’aime beaucoup ton article. Il révèle bien la complexité des émotions, et l’enjeu de la « fameuse horloge biologique ». Sauf que des fois, on est pas prêt pour X raisons d’avoir un enfant plus tôt : parce qu’on a pas le père, parce que on n’en a pas envie… J’ai eu mon bébé à 29 ans et je me souviendrai toujours de la réflexion du médecin : vous êtes jeunes encore ! Sauf que quand tu arrives à 33-34, ce n’est déjà plus la même histoire… En fait, le cap des 30 ans existe bien pour les gens mais aussi pour le corps médical, j’ai l’impression. En tout cas, en région parisienne, je peux te dire qu’avec mon âge, j’étais une des mamans les plus jeunes en consultation ! Logique quand tu finis tes études à 24-25 ans, premier emploi, le temps de trouver le papa, etc… Difficile de se projeter beaucoup plus jeune sur Paris, je trouve.

le 29/09/2015 à 09h49 | Répondre

Mme Beebop

merci pour ton article
dans deux jours on a le 1er rdv PMA ! j ai 33 ans

le 29/09/2015 à 18h40 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?