Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Pourquoi je fais vacciner mes enfants – Partie 1


Publié le 23 octobre 2017 par Camomille

A l’heure où la polémique enfle et gronde, j’ai envie de partager mon avis de maman de trois enfants, femme scientifique et fille de médecin. Je sais que c’est un sujet très sensible et je ne m’attends pas à ce que tout le monde soit d’accord avec moi. Mais si tu fais partie de celles (ceux ?) qui crient au scandale lorsque notre gouvernement prévoit de rendre obligatoires 8 vaccins supplémentaires, s’il te plaît, essaye de lire ces quelques lignes sans préjugés. Et bien que cette décision s’inscrive dans un contexte politique, je ne soutiens en aucun cas tel ou tel parti dans mon billet. Juste la santé publique.

Crédit photo : Amanda Mills

Au commencement

Je dois avouer que lorsque mon pédiatre a prescrit les tous premiers vaccins à mon fils, je ne me suis pas posé de questions. La vaccination allait de  soi. J’ai fait vacciné mon fils des 3 vaccins obligatoires mais aussi de tous ceux recommandés sans chercher à comprendre. Et puis j’ai entendu le discours anti-vaccin. J’ai trouvé ça curieux. Alors je me suis renseignée. Et je n’ai pas du tout été convaincue. Mais vraiment, pas du tout. 2 enfants plus tard, il est clair qu’on pourrait me ranger dans la catégorie pro-vaccin.

Les arguments anti et pro vaccins

Je ne vais pas épiloguer dans ce billet, ce sera pour la partie 2 (de rien pour le teasing !). Cependant internet fourmille d’articles à ce sujet, plus ou moins bien écrits et – surtout – plus ou moins véridiques. Je trouve aberrant le nombre de fausses informations qui circulent sur la toile. C’est à mon sens capital de garder un esprit critique sur tout ce qu’on lit.

La recherche biaisée

Seulement voilà, que fait-on quand on veut se renseigner ? On cherche des informations sur internet, via un moteur de recherche. Et notre recherche est complètement conditionnée par les mots clés que nous entrons dans ce moteur. Si tu es déjà pro-vaccins tu auras tendance à taper comme mots clés « bénéfices vaccins » alors que dans le cas contraire tu taperas plutôt « risques vaccins » de telle sorte que dans les deux cas, tu tomberas sur des articles te confortant dans ta position. C’est rassurant de lire des choses qui ont l’air sérieuse en se disant « ah, c’est ce que je me disais ! » non ? Alors, pour se faire sa propre idée, pourquoi ne pas faire les deux types de recherche ? Tout en se rappelant que même tata Josette peut payer un hébergeur, ouvrir un blog (ou tout autre site, plus ça fait sérieux mieux c’est) et signer Professeur Tournesol. D’ailleurs, si tu as le moindre doute, tu peux vérifier auprès du Conseil National de l’Ordre des Médecins : tous les médecins français y sont référencés.

Mais au fait, de quoi se protège-t-on ?

Je ne vais pas faire la liste de toutes les maladies dont les vaccins nous protègent. Je vais prendre comme exemple le premier qui me vient à l’esprit. Quand j’entends tétanos, franchement, ça ne me fait pas peur. Pas comme cancer par exemple. Tout simplement parce que, contrairement au cancer, je n’ai aucune idée de ce qu’est cette maladie. C’est vrai, elle n’existe plus, non ?! Mais il y a quelques décennies les gens tremblaient en entendant ce nom. Ils y étaient confrontés et savaient que ce n’était pas une partie de plaisir (de rien pour l’euphémisme !) En bref (merci wikipédia) :

Le tétanos est une toxi-infection commune à l’Homme et à l’animal. Il est dû à une infection locale par la bactérie Clostridium tetani produisant une toxine, la tétanospasmine, ciblant le système nerveux central. Cette neurotoxine est l’un des plus puissants poisons biologiques connus. Elle entraîne la mort dans 20 à 30 % des cas. La guérison s’obtient après plusieurs jours ou semaines d’hospitalisation en réanimation et soins intensifs. Dans les pays développés, si cette maladie est en voie de disparition, elle persiste encore par insuffisance de vaccination. Ailleurs, elle touche surtout les accouchées et les nouveau-nés des régions les plus pauvres, du fait d’une absence d’hygiène et de vaccination. En janvier 2017, ce tétanos maternel et néonatal reste un problème de santé publique dans 18 pays en développement. Cette maladie n’est ni immunisante (il est possible d’être infecté plusieurs fois), ni contagieuse (pas de transmission de personne à personne). Elle n’est pas éradicable car les bactéries sont en permanence dans le sol et l’environnement, mais elle est totalement évitable par la vaccination et l’hygiène des plaies.

Je ne pense pas avoir à ajouter quoique ce soit. Entre faire courir ce risque à mes enfants et faire courir un (hypothétique) risque à mes enfants en les vaccinant, je sais lequel je choisis.

Tant mieux pour elle, mais chacun fait comme il veut

Et bien justement, non. Si on parle de couverture vaccinale, ce n’est pas pour rien. Le vaccin, c’est une contribution individuelle à un projet de plus grande envergure : la santé de tous. Certains ne peuvent être vaccinés pour des raisons médicales. C’est grâce à ceux qui le sont qu’ils peuvent espérer passer au travers de ces maladies redoutables. En comparaison, je prendrai l’alcool au volant. Est-ce que ça vous viendrait à l’idée de dire « chacun fait comme il veut, c’est son problème s’il veut prendre le volant ? » non, bien sûr, parce qu’il peut y avoir des dommages collatéraux, nous le savons tous. Et bien la vaccination c’est pareil. On parle de la santé de nos enfants, mais pas que. On parle également de la santé de tous.

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

77   Commentaires Laisser un commentaire ?

Mme Creamy

Je fais mon petit tour quotidien des blogs que je suis et je tombe sur ton article. Que dire ?
AMEN.
Voilà, juste ça. Quelques uns de mes proches sont anti vaccins, avec tendance survivaliste, théorie du complot et j’en passe. Plusieurs fois, j’ai vu passer sur ma page des pétitions à signer contre cette mesure de rendre obligatoires des vaccins jusque là recommandés. Je ne me sens tellement pas concernée par cette mentalité! Mes enfants sont vaccinés, ils ont les vaccins obligatoires et les vaccins recommandés. Enceinte de mon fils en 2010, j’ai été me vacciner contre la grippe A. Contrairement à toi, je ne suis pas scientifique, loin de là même. Je pense surement naïvement que je fais au mieux pour mes enfants, MAIS AUSSI pour les enfants des autres. Car oui, comme tu le dis, la couverture vaccinale porte bien son nom. Quand je vois que dans certains pays , on meurt encore de la rougeole… Et ce ne sont pas dans des pays sous développés.
Bref, je ne doute pas que tu n’auras pas que des messages de soutien… mais tu as le mien! Bonne journée et encore merci.

le 23/10/2017 à 07h22 | Répondre

Doupiou

Je partage ton point de vue en tout points. Surtout quand tu parle de la recherche biaisée sur google !
Je suis bardée de vaccins, j’en ai même plus que nécessaires et et ma fille aussi. Alors bien sûr tout ce qu’on entend nous fait peur mais il faut arriver à prendre du recul et rester objectif.
J’ai eu cette discussion avec mon mari hier soir car ma sage-femme a remarqué qu’il n’était pas à jour dans un vaccin. Il a rigolé en disant que ce n’était pas grave à bientôt 30 ans. Mais elle lui a répondu qu’en effet, ce n’était pas grave pour lui mais que ça pouvait l’être pour notre bébé à venir qui ne serait pas immunisé de suite. Bien entendu on pense aux méfaits des vaccins pour nous mais plus rarement des bienfaits pour les autres…

le 23/10/2017 à 08h30 | Répondre

100drine

Merci pour cet article !
Je suis effarée de voir le nombre de gens qui préfèrent croire tata josette qui a passé 2 heures à faire des recherches sur internet plutôt que des médecins qui ont passé des années à faire des études ! La méfiance des gens à l’égard des autorités, des scientifiques est de plus en plus grande

le 23/10/2017 à 08h42 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

De part mes études, je suis totalement pro vaccination. Je ne connais très bien les problèmes de couverture vaccinale et les risques que cela peut faire encourir à soi et aux autres.
Merci pour cet article et vivement la suite !

le 23/10/2017 à 09h09 | Répondre

Floconnette

Bonjour!
Je partage également ton point de vue et je trouve ton article bien écrit et très clair. Merci pour cela.
De mon côté j’évite les discussions sur le sujet avec ls gens étant aussi campés que moi dans leurs positions opposées car cela finalement ne mène à rien de bon. Je parle simplement de la couverture vaccinale et des balances de risque: risque de la maladie ou hypothétique risque du vaccin comme tu l’indiques. C’est un sujet qui me tient à coeur et je m’emporte vite…. Comme toi je suis fille de médecin, et maman de 2 enfants.
Même sans cela je pense que j’aurais les mêmes convictions !

le 23/10/2017 à 09h21 | Répondre

mamanmillepattes

bonjour! et bien moi sans être anti vaccin je suis de celles qui décale la vaccination de leurs bébé à l’entrée en crèche (9mois ici en ‘accord avec la pédiatre )si je comprends l’intérêt de la couverture vaccinale je ne supporte pas l’obligation. j’ai adorée allaiter mais si demain le gouvernement nous obliger à le faire parce que c’est ce qui ferait baisser le coup de la sécu je serais lapremière à manifester pour le droit au biberon. 😊 enceinte de bébé deux il sera probablement vacciné comme son aîné à son entré en vie sociale (à moins qu’il naisse par césarienne ou que je ne puisse pas allaiter. (bébé un né a terme par voie basse allaitement exclusif et couverture vaccinazdes proches très forte. par contre je ne me voit pas laisser mon enfant sans vaccination en milieu social. plus comme acte citoyen que pour sa protection dans certain cas.) celon moi l’obligation et la pire chose qui puisse arriver. Elle ne fera qu’augmenter la suspicion plutôt que de convaincre. Nous verrons bien.

le 23/10/2017 à 09h25 | Répondre

Madame D

Coucou mamanmillepattes. Je comprend ce que tu veux dire par rapport à l’obligation. Malheureusement on vit dans un monde où on ne peux pas faire autrement. L’etat À bien été obligé de rendre obligatoire les ceintures en voiture. Pourtant ça va de soi non ? Bah apparement pas. Le nombre de fois que je vois des enfants détachés sur la route … pareil récemment l’etat À dû mettre une loi interdisant de fumer au volant si des mineurs sont dans le véhicule. Ça fait des années que l’on sait à quel point le tabagisme passif es super dangereux mais les gens n’en n’ont rien à faire. Dans un monde de bisounours rien ne serait interdit ou obligatoire car la logique et le bon sens suffirait mais ce n’est malheureusement pas le cas. Et moi non plus je n’aime pas qu’on m’obl À faire quelque chose. Mais si ça permet de sauver des vies et surtout celles des enfants j’en suis la première à soutenir le projet.

le 23/10/2017 à 10h30 | Répondre

ornella

Moi je suis plutôt pour l’obligation vaccinale parce qu’ à un moment je me dis qu’il faut assumer les choix scientifiques que l’on fait. Si l’état considère qu’il est en mesure d’assurer une potentielle non-nocivité des vaccins, qu’ils aillent jusqu’au bout, plutôt que de laisser les parents dans un flou aberrant à ce sujet. De plus, les pouvoirs publics ne s’affolent que quand ils sont mis en cause, pour moi il n’y a que comme ça qu’ils feront pression sur les labos, pour s’assurer du contenu des vaccins. La liberté suppose que l’information soit libre et accessible à tous, on ne peut pas dire que ce soit le cas. Et même quand elle est libre, son appropriation est plus que parcellaire dans la population. Il y a surement un travail de vulgarisation scientifique à faire, mais tout de même, on sait pertinemment que l’information n’arrive pas dans tous les foyers.

le 23/10/2017 à 10h50 | Répondre

Marjo

Pour baisser le cout de la sécu c’est sûr que moi aussi je manifesterais, mais pour sauver des vies non. L’analogie ne fonctionne pas. L’état est obligé de rendre la vaccination obligatoire car des abrutis complotistes répandent de sales rumeurs et que les parents en quête du meilleur pour leur enfant ont peur et les croient. L’esprit de contradiction c’est pas grave quand ça touche le zapping de la tv avec son conjoint mais quand ça touche à l’espérance de vie des enfants c’est très dommageable.

le 23/10/2017 à 14h03 | Répondre

Démétra

Bonjour,
merci pour cet article clair et concis. Je ne suis pas scientifique ou quoi, mais quand j’étais petite je voyais souvent une gamine atteinte de la polio passer devant chez moi. Ma mère m’avait expliqué ce qu’elle avait et j’ai été un peu traumatisée. Du coup, je suis pro-vaccins aussi car je préfère tenter ma chance avec le vaccin plutôt que courir le risque de choper un truc pareil…

le 23/10/2017 à 09h28 | Répondre

Madame D

Bon moi tu le sais je suis aussi pro vaccin et en plus complètement pour cette obligation !

le 23/10/2017 à 10h31 | Répondre

Mlle Mora

Je n’ai pas de commentaire constructif à faire, je suis 100% d’accord avec toi ! Super article !

le 23/10/2017 à 11h05 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

C’est un très bon article, merci ! Et moi j’aimerais beaucoup que l’Allemagne suive la France sur ce point. Ici il y a aussi beaucoup d’anti-vaccins, je crois même encore plus. Je connais même des familles qui se déchirent sur le sujet, des parents refusant de présenter leur nouveau-né à ses cousins non vaccinés. Et moi même je suis contrainte de prendre des précautions énormes avec mon préma tout frais, de crainte qu’il croise justement ceux « qui ne jouent pas le jeu ».

le 23/10/2017 à 11h09 | Répondre

Camomille (voir son site)

Je n’imaginais pas que cette question pouvait cliver au sein dune même famille, quel dommage !

le 23/10/2017 à 13h29 | Répondre

Maria

Je suis pour la vaccination et je ne me pose pas la question pour mes enfants car je veux les protéger eux et les personnes qu’ils pourront rencontrer.
Par contre, quelques remarques:
– est il obligatoire de vacciner les bébés si tôt contre tout. Un bébé en ville risque t il une contamination contre le tétanos avant ses six mois? Est il vraiment utile de vacciner un petit enfant contre l’hépatite B (transmissible par le sang ou rapport sexuel)?

– je suis pour l’obligation de vacciner les enfants avant la mise en communauté pour les maladies hautement contagieuse. Pour les autres maladies, le cas du tétanos par exemple, ca me parait bien moins logique et important.

– je peux comprendre la méfiance des parents quand on voit le nombre de scandale dans le monde liés aux médicaments. Les compagnies pharmaceutiques ne sont pas franchement fiables.

– pourquoi n’a t on pas un programme européen de vaccination ? Selon les pays, les vaccins recommandés et l’âge de la vaccination changent. Ca aurait tendance à dire aux parents que les médecins ne sont pas d’accord entre eux ce qui n’est pas spécialement convaincant.

Et n’oubliez pas que certains vaccins nécessitent des rappels à l’âge adulte et que si on est en contacte avec des personnes âgées ou des bébés, ça vaut vraiment le coup de ne pas oublié de faire le rappel. (Je pense en particulier à la coqueluche et à la diphtérie.)

le 23/10/2017 à 11h14 | Répondre

Pauline

La majorité des cas d’hépatite B se transmettent en effet par le sang et par voie sexuelle mais il peut aussi y avoir une contamination par la salive… il suffit d’une morsure ou d’un peu de salive sur une plaie c’est un virus très contagieux et ça ça peut malheureusement arriver dans l’enfance..

le 23/10/2017 à 13h06 | Répondre

Maria

Il faudrait qu’une personne infectée morde le bébé jusqu’au sang ou lui lèche une petite plaie…
Ca me parait vraiment peu probable (ou un acte de malveillance).
Et ca a l’air tellement peu courant que ce mode de transmission n’est même pas recensé sur le site de la santé publique.
Donc oui, le vaccin est utile mais à 2-3 mois, je me demande si c’est super utile.

le 24/10/2017 à 11h14 | Répondre

Miss Chat

Oui, ce vaccin est utile car l’hépatite B se contracte notamment dans les hôpitaux. Si ton bébé va aux urgences typiquement, il a un risque de l’attraper (et comme la plupart des mamans, tu finiras un jour par entrer dans un hôpital avec ton bébé).
On ne vaccine bien évidemment pas un nourrisson contre une MST donc, l’objectif est complètement différent. Ca va bien au-delà de ça. Il faut vraiment prendre les firmes pharmas et les gouvernements pour des cons si on pense que c’est le but.

le 24/10/2017 à 11h23 | Répondre

Camomille (voir son site)

Tes questions sont beaucoup trop pointues pour moi ! Pour la dernière, j’imagine que ce sont des considérations politiques et non médicales…

le 23/10/2017 à 13h51 | Répondre

Maria

T’inquiète je ne les ai pas non plus. Ce sont des sujets de réflexions actuels pour moi.

le 24/10/2017 à 11h15 | Répondre

Madeleine

De plus, réussir à toucher une population adolescente est plus difficile. C est déjà compliqué qu ils aillent chez le dentiste alors chez le médecin pour un vaccin ! Et la population d ados qui ira le moins se faire vacciner sera sans doute aussi celle qui en aurait le plus besoin…

le 23/10/2017 à 13h52 | Répondre

Maria

C’est pour ca que les ados ont des parents !
Et en plus les vaccins DTP + coqueluche sont à répéter à l’adolescence et à l’âge adulte.
Donc pour moi cet argument ne tient pas.

le 24/10/2017 à 11h18 | Répondre

Camomille (voir son site)

Je ne suis pas d’accord. mon fils a eu des problèmes de santé et j’ai (beaucoup) fréquenté des services pédiatriques. Si la majorité des parents sont fidèles à l’image qu’on s’en fait, d’autres brillent par leur absence. Je ne sais pas ce qu’avait ce bébé. Par contre, ce que je sais c’est qu’en 2 semaines je n’ai pas vu une seule fois les parents. Ce sont les soignantes qui le berçaient dans le couloir quand il pleurait (très souvent) ou lui donnaient le biberon. Évidement, ces parents sont minoritaires, mais jamais je ne leur confierais la moindre responsabilité…

le 24/10/2017 à 12h18 | Répondre

Maria

Des parents absents ou inconscients ne vaccineront pas leurs enfants à 3 mois, 3 ans ou 13 ans.
Ca ne change donc rien au problème.

le 24/10/2017 à 13h31 |

Weena (voir son site)

Tu as déjà eu quelques réponses, mais il faut aussi savoir que les enfants possèdent une glande primitive qui leur permet de mieux absorber les vaccins tout en ayant une meilleure « résistance » aux adjuvants … cette glande disparaît au alentours de 2/3 ans, d’où l’intérêt de faire un maximum de vaccins avant.

(PS : merci Camomille de t’être lancer dans un tel projet et AMEN)

le 23/10/2017 à 21h27 | Répondre

Maria

Je comprends l’idée.
Mais pour avoir vu mon petit neveux hospitalisé après sa première vaccination à 2,5 mois parce qu’il avait tellement de fièvre qu’il ne mangeait et réagissait plus au stimulis (sans conséquence par la suite heureusement). J’aimerai bien savoir si la même vaccination à 4-6 mois aurait eu le même impact sur le bébé ou si n’avoir pas eu tous les vaccins en même temps aurait pu aider.
(On n’aura jamais la réponse, je le sais.)

le 24/10/2017 à 11h22 | Répondre

Miss Chat

Si si, on a la réponse justement ! Que l’enfant ait 3 ou 6 mois au moment de la vaccination ne change rien. Par contre, si on attend qu’il ait 12 ans, les réactions immunitaires sont plus fortes.
Recevoir les vaccins en une seule injection est justement mieux que de les recevoir les uns à la suite des autres : on sollicite une seule fois le système immunitaire (peu importe le nombre de maladies qu’il y a dans le vaccin !) au-lieu de le solliciter 3 fois, par exemple. De plus, le fait d’en avoir plusieurs d’un coup permet d’augmenter la sollicitation pour que justement le système réagisse suffisamment fort que pour se « souvenir » des maladies.
Je suis désolée (vraiment) pour ton neveu car le nombre d’enfants qui finissent hospitalisés après un vaccin est très faible (ce n’est même pas 0.01%) et il n’a pas eu de chance.

le 24/10/2017 à 11h43 | Répondre

Maria

Je suis bien conscient que mon neveux n’a pas eu de chance.
Quoique… car ses parents veulent toujours qu’il fasse les rappels. Mais cette fois ils cherchent à avoir des vaccins séparés. (Histoire de voir entre autre si c’était un problème unique où s’il fait une réaction à un des vaccins/composants.) et leur médecin est d’accord. Mais pour trouver tous les vaccins séparés c’est la croix et la bannière.

Par contre si tu as une étude qui montre que le corps d’un enfant de 3 ou 6 mois est aussi « fort », ca m’intéresse.
Je pense entre autre au pédiatre qui avait dit que la dangerosité de la fièvre diminuait avec l’âge (quelque chose comme avant 3 mois, 38 degrés ou plus avant 2 mois on consulte immédiatement/va aux urgences, pareil pour 39 degrés ou plus avant 4 mois et 40 après 4 mois).
Et la fièvre est un effet secondaire généralement bénigne mais assez fréquent des vaccins il me semble.

le 24/10/2017 à 13h29 |

Miss Chat

J’espère que tu parles anglais :
https://jamanetwork.com/journals/jama/article-abstract/393535
http://rspb.royalsocietypublishing.org/content/282/1821/20143085

En fait, 3 mois a justement été défini comme l’âge à partir duquel le système est suffisamment fort pour résister à la vaccination (et pour définir ça, on a testé sur des bébés âgés d’une semaine… donc oui, c’est sûr que 3 mois est ok).
Oui, la fièvre est très fréquente peu importe l’âge d’ailleurs et c’est aussi ce que les pédiatres croisés jusqu’à présent m’ont dit (par rapport aux tranches que tu mentionnes). Mais c’est une question de gestion de la fièvre, leur corps peut mal réagir plus vite chez un petit que chez un plus grand. Ca n’a pas de lien avec la vaccination en tant que telle.

le 24/10/2017 à 15h00 |

Miss Chat

Maria, je t’ai donc répondu sous deux autres commentaires pour certains éléments mais pour compléter tes questions :
– Le tétanos ne s’attrape pas qu’à la campagne au-milieu d’un champ ; se blesser contre la grille en métal rouillée qui entoure la plaine de jeux est suffisant. Non, effectivement, un enfant de moins de 6 mois n’est pas une population à risque mais dans ce cas-ci, on vaccine tôt car il est joint à d’autres vaccins. Et pourquoi on les combine : parce qu’il se trouve que ces vaccins « fonctionnent » bien ensemble, permettent d’utiliser les mêmes produits et donc de ne faire qu’une injection au-lieu de 3 (toujours l’exemple du DTP donc).
– Le tétanos étant une maladie horrible qu’on contrôle et soigne difficilement et qu’on peut attraper potentiellement PARTOUT, ce n’est pas une question de contagion. On vaccine parce que l’attraper est une sentence de mort dans 25% des cas.
– Les compagnies pharmaceutiques ne sont pas TOUJOURS fiables, nuance. Parce que ouais le fric reste leur principale motivation et on peut raisonnablement se méfier des commerciaux dans ce secteur. A côté de ça, il ne faut pas non plus prendre leurs chercheurs pour des jambons 😉 Eux aussi font vacciner leurs enfants et ils n’en ont rien à cirer que ça rapporte plus ou moins à leur boîte : si l’étude clinique dit « c’est trop dangereux », ils ne développeront pas une merde. Les scandales d’il y a quelques années ont justement permis de remettre de l’ordre dans le secteur, d’imposer des réglementations drastiques. C’est justement maintenant qu’on peut recommencer à leur faire confiance 😉 J’insiste bien sur le fait que : OUI ils essaient parfois d’imposer des vaccins juste pour leur profit mais NON ces vaccins ne sont pas dangereux.
– Je suis pour un programme européen. Malheureusement, nous sommes tous culturellement différents et notre perspective et approche vis-à-vis des vaccins est différente selon les mentalités nationales. Là où on vaccine très bien en Belgique sans obligation, la situation est désastreuse en Italie (et commence à sentir le roussi en France). Chaque pays a fait en fonction de ses affinités, des tendances nationales, de ses moyens aussi.
J’espère que ça t’apporte un peu plus d’éclairage sur la question 🙂

le 24/10/2017 à 12h20 | Répondre

Maria

Merci pour ta réponse !

Je crois que tu as dû rater la partie où je dis que je suis pour la vaccination. Mais ça ne m’empêche pas de réfléchir à la situation actuelle.

– Pour ta première remarque, oui pourquoi pas faire le DTP en un coup mais je pense qu’on pourrait laisser ce choix aux parents des enfants concernés (tant qu’il ne sont pas mis en communauté). Certains parents pensent que les vaccins sont moins dangereux pour les enfants de façons séparés. Tant que les bébés sont vaccinés, je n’irais pas jeter la pierre aux parents qui le font. (Peu m’importe que leur crainte soit justifiée ou non, ce qui compte c’est le résultat.)

– Et oui, il faut vacciner tout le monde contre le tétanos ! Et d’ailleurs l’état pourrait aussi se pencher sur les rappels pour les adultes car j’en connais beaucoup qui oublient.

– Le problème c’est que les compagnies pharmaceutiques (et pas mal d’autres) semblent bien mettre leur profit avant le bien des malades (ou clients). Heureusement les chercheurs sont généralement très bons ce qui limitent les conséquences négatives. Mais il arrive parfois qu’ils se trompent (l’erreur est humaine) ou plus souvent que la chaîne d’organisation faillisse et dans ce cas, il conviendrait que les médicaments soient rappelés dans tous les pays en même temps et les patients correctement informés des risques. Force est de constaté que ce n’est pas toujours ce qui se passe.
Et ça brise la confiance de certaine personne définitivement.
Une amie qui a perdu un proche à cause du médiator a décidé de ne plus utiliser de médicaments et de ne pas faire ses rappels de vaccins. Je trouve la réaction trop forte mais je comprends sa peur. Ce n’est pas tant que le médicament ait failli, c’est qu’on l’a trompé. Et dans sa tête, si c’est arrivé une fois, ça peut recommencer.
Je pense que personnellement les vaccins ne sont pas dangereux. Mais il n’est pas très difficile de comprendre la méfiance de certaines personne, surtout pour les nouveaux vaccins.

– Pour le dernier point, c’est bien à cause de nos différences justement qu’un point de vue européen serait intéressant. Il y aurait moins de conflit d’intérêt, plus de scientifiques collaborant et donc plus de bonnes idées émises et je pense vraiment que ça pourrait rassurer les « patients » de voir que tous les pays (d’une même zone géographique et avec le même niveau de vie, bien sûr) ont la même vision de ce qui est important pour notre santé.
Mais ce n’arrivera probablement jamais malheureusement.

le 24/10/2017 à 13h19 | Répondre

Miss Chat

J’ai bien lu, ne t’inquiète pas 😉 mais tu posais des questions, j’ai donc répondu.
– Oui, ça pourrait être laissé à l’appréciation personnelle tant qu’il n’y a pas risque de contagion. D’ailleurs, en soi, il n’y a pas de mal à les faire séparés, même pour un enfant mis en communauté. Mais là, on entre dans une autre partie du débat… le coût de la vaccination. Cela revient moins cher à l’Etat de payer une dose combinée plutôt que 3 doses individuelles (et c’est bien normal ! Tu payes toujours moins cher un produit que tu achètes « en vrac » si je puis dire). Il faudrait simplement donner les moyens aux états pour payer les doses uniques 😉 mais c’est pas demain la veille…
– Tout à fait… d’ailleurs je n’ai jamais fait mes rappels tétanos jusqu’au jour où j’ai marché sur un clou rouillé dans mon jardin. Autant te dire que maintenant, je n’oublierai plus.
– Je comprends la méfiance des gens vis-à-vis du discours pharmaceutique parce qu’en effet, les boîtes ont vraiment fait n’importe quoi dans les dernières décennies. Je pense par exemple aux pilules contraceptives… Les systèmes de santé sont des machines lourdes et lentes qui gagneraient à réagir plus vite, je te l’accorde. Mais depuis quelques années, c’est ce que je disais, il y a réellement un renouveau des pratiques du secteur pharma, sur lequel malheureusement il y a eu très peu de communications. Là où je ne comprends pas qu’on puisse se méfier, c’est quand des études scientifiques, cliniques, médicales prouvent par A+B que c’est bon et peu risqué de vacciner.

le 24/10/2017 à 15h33 | Répondre

Virginie

Jusqu’à récemment, je ne me posais juste pas la question, cela me semblait évident. Même arrivé à l’âge adulte, mon mari et moi-même avons continué à suivre notre calendrier vaccinal pour DTP. En revanche, je comprends pourquoi les gens se posent des questions, franchement, il y a tellement de scandales que ce soit sur la plan des médicaments/vaccins que sur la nourriture, que l’on ne sait plus à quel saint se vouer.
Ma fille est vaccinée, je n’ai même pas discuté. Après, l’histoire des 9 ou 11 vaccins obligatoires m’inquiète un peu car, si j’ai bien compris, c’est en une seule injection. Est-ce bien raisonnable ? En revanche, je n’aurai pas pensé à aller chercher un vaccin non obligatoire… donc couci couça, c’est bien et ce n’est pas bien 😉 j’hésite. Hâte de lire ton prochain article

le 23/10/2017 à 12h31 | Répondre

Pauline

Pas d’inquiétude, le schéma d’injection ne changera pas il y aura exactement les mêmes injections que maintenant, pas une seule injection globale!

le 23/10/2017 à 13h09 | Répondre

Camomille (voir son site)

Comme le dit Pauline, si tu fais déjà les vaccins 3 obligatoires et les 8 recommandés, il n’y a aucun changement, le nombre d’injections est identique. L’infanrix hexa, c’est déjà 6 vaccins en une piqûre

le 23/10/2017 à 13h36 | Répondre

Étoile (voir son site)

Merci pour ton article ! J’adhère totalement avec ce que tu écris. Je suis convaincue qu’une bonne couverture vaccinale de la population évite de nombreuses conséquences négatives. Ne pas de vacciner, c’est prendre un risque pour soi mais aussi pour les autres en laissant la possibilité à des maladies quasi éradiquées de ressurgir et d’apporter des conséquences très négatives… Dans ma région d’origine, il y a eu l’hiver dernier une résurgence de rubéole, et c’est une maladie qui peut avoir des conséquences très graves sur des nourrissons… Idem à Paris, il y a une résurgence de la tuberculose provenant de certaines parties de la population non vaccinées. Bref, nous avons de la chance de pouvoir être protégés de ces maladies et de pouvoir protégrer nos enfants (- je connais plusieurs personnes de la génération de mes parents ayant des séquelles de ces maladies -) , donc pour moi, ça m’a paru naturel de vacciner mon fils. Je ne le vois pas comme une obligation, mais comme un devoir pour sa santé et celle des autres.

le 23/10/2017 à 12h32 | Répondre

Madame Bobette (voir son site)

Je suis plutôt pro-vaccin même si parfois, je me pose quand même la question du bienfait de certains vaccins si jeune… Pour autant je les fais sans problème (ma puce n’a juste pas fait l’hépatite B mais si je dois le faire pour bébé2, ça ne me pose pas de souci!)
Dernièrement, je me suis posée la question du vaccin contre la grippe que je peux faire gratuitement à mon boulot. Je l’avais fait pendant ma grossesse et quand ma puce était tout bébé pour la protéger. Cette année, je me suis posée la question car je n’ai jamais eu la grippe et puis finalement, je préfère poser ma pierre à la protection collective en me protégeant individuellement… D’ailleurs j’aime beaucoup ta comparaison avec l’alcool au volant, je vais la garder dans un coin de ma tête!!

le 23/10/2017 à 12h37 | Répondre

Camomille (voir son site)

ça fait quelques années que je me fais vacciner contre la grippe. Au début, c’est parce que j’étais enceinte et que je voulais la péridurale, donc je voulais limiter le risque d’avoir de la fièvre pendant l’accouchement. maintenant, après avoir vu un ami avec la grippe, je me dis, mais pourquoi courir ce risque ?! Un vaccin existe, profitons-en !

le 23/10/2017 à 13h48 | Répondre

Madeleine

Je vaccine ma famille (parents, frère et et sœurs, mon mari, ma grand mère) chaque année pour la grippe depuis notre mariage en hiver ! En effet j avais peur que tout le monde soit malade à notre mariage donc j ai proposé à la Toussaint le vaccin et c est devenu une habitude.
Un truc que les mariés d hiver de melle dentelle devraient mettre dans leur check-list !!

le 23/10/2017 à 13h57 | Répondre

Folie douce

Je ne vais pas être très politiquement correcte mais, si je ne suis pas anti-vaccins car bien évidement c’est important, j’avoue être assez méfiante sur le sujet et je trouve qu’il y a de quoi. Ce n’est pas anodin un vaccin, il faudrait pouvoir juger librement du rapport bénéfice/risque et malheureusement il y a de gros lobbys pro-vaccins qui rendent tout très compliqué. Je ne suis pas convaincue par la comparaison avec l’alcool au volant ou la ceinture de sécurité car justement il n’y a pas de lobby derrière, on sait que c’est vraiment pour la sécurité de tous. Il ne faut pas se leurrer la vaccination obligatoire pour certains c’est uniquement une bonne occasion de se faire de l’argent !!!! Attention je ne dis pas que c’est pour tout le monde, mais ça ne donne pas confiance du coup. Pour ma part mon bébé a été vacciné contre l’hépatite B sans que je le sache et je le vis assez mal (d’autant que moi je ne le suis même pas!). Je n’ai pas été assez méfiante mais je le regrette car à mes yeux ce n’est pas indispensable pour un nourrisson. Je ne sais pas ce que je ferai pour un 2e enfant car mon mari n’a pas la même vision des choses mais en tout cas au moins je me méfierai pour savoir ce qu’on lui injecte exactement.

le 23/10/2017 à 14h38 | Répondre

Melimelanie

https://www.lelynx.fr/assurance-auto/actualites/40-ans-ceinture-securite-obligatoire-14523/

« Contre toute attente, la mesure trouve ses opposants, qui déclarent qu’obliger les gens à se protéger contre leur gré est contraire aux libertés individuelles. Les détracteurs relèvent également le risque de rester bloqué dans sa voiture en cas d’accident. Les partisans du dispositif rétorquent que la ceinture augmente au contraire les chances de s’extraire du véhicule puisqu’elle évite de s’assommer pendant l’accident. »

Moi je trouve l’exemple de la ceinture de sécurité plutôt bien trouvé et pertinent en fait…

C’est dans la nature humaine de râler. Mais pour les vaccins comme pour la ceinture de sécurité les chiffres sont assez parlant je trouve…

le 23/10/2017 à 14h58 | Répondre

Folie douce

Ah mais je n’ai pas dit qu’on ne trouverait personne pour raler contre les ceintures de sécurité ! J’ai souligné le fait qu’il n’y avait pas de lobby derrière. d’ailleurs grâce à l’article que tu cites j’apprends que l’inventeur de la ceinture a laissé son invention libre de droits ce qui ne fait que confirmer ce que je disais, le but était bien la sécurité,pas de se faire de l’argent ! Grosse différence avec les fabricants de vaccins et c’est bien là le problème !!! Pour donner un exemple : si un groupe pharma commercialise un vaccin qui serait utile pour 10 pour cent des français mais qu’en faisant pression sur le gouvernent ils arrivent à obtenir l’obligation vaccinale et donc 90 pour cent de vente en plus, ça représente un chiffre d’affaire juteux. Du coup comment obtenir des informations fiables ?

le 24/10/2017 à 12h27 | Répondre

Camomille (voir son site)

Et quel pourrait être un vaccin utile à 10% de la population uniquement ?! Certains vaccins existent et ne sont pas obligatoires (rotavirus, grippe) Ce sont les médecins qui conseillent – ou non. Pour les 11 concernés, la gravité des maladies est telle qu’il faut protéger toute la population. Un labo qui veut s’enrichir fait de l’homéopathie, pas des vaccins.

le 24/10/2017 à 12h40 | Répondre

Folie douce

Avant de voyager dans certains pays (comme l’Afrique, l’Inde,…) il vaut mieux faire tous les vaccins possibles mêmes ceux qui ne sont clairement pas indispensables du tout (voire pas utiles). Donc oui il y a un petit pourcentage de la population qui peut avoir besoin de plus de vaccins que le reste. Et les enfants aussi. L’homéopathie n’est pas le sujet de cet article donc je ne dévierai pas là dessus.

le 24/10/2017 à 13h21 |

ornella

Alors ceux qui partent se font vacciner pour ne pas tomber malades mais pour ne pas être non plus porteur « sain » pour le reste de la population qui n’a pas voyagé. Donc la théorie du vaccin utile qu à 10% de la population pendant que les 90% d’autres sont atteint dans leur intégrité corporelle, c’est fallacieux comme argument. Et sinon, moi je dis faites le calcul entre des vaccins qui rapportent peanuts au labos en terme de coûts de productions (marges bien plus faibles) et de l’homéopathie qui coûtent peanuts en recherche et sur lequel tu peux marger allègrement (non je ne dévie pas, c’est juste pour faire un parallèle du ratio (coûts/bénéfices), je dis que les labos s’ils étaient malins refuseraient l’obligation vaccinale parce que c’est pas avec ça qu’ils vont se payer leur yatch 🙂

le 24/10/2017 à 15h45 |

Croco

Non seulement je suis pro-vaccins (en gros pour les même raisons que toi), mais en plus, je trouve que l’état ne va pas encore assez loin.
Rendre des vaccins obligatoire pour le enfants, s’est très bien (même si je comprends qu’il puisse y avoir débat sur le détail du calendrier, notament pour les enfants n’allant pas en collectivité). Mais je ne comprends pas que dans certaines professions les rappels ne soient pas obligatoires aussi. J’ai appris récement que les professeurs de l’éducation nationale n’avaient aucune obligation, alors qu’on te demande d’être à jour pour encadrer une colo, je trouve ça abérant !

le 23/10/2017 à 17h41 | Répondre

Sofia

Hello !

Les vaccins, quelle histoire ! Personnellement, je ne sais pas du tout quoi en penser, ni dans quel camp me ranger.

Ma belle-famille est anti-vaccin. J’entends donc très régulièrement les deux discours (la mienne était pro).

Me voilà prise entre deux feux. Les arguments « pour » me semblent tout à fait pertinents : protection sociale, éradication de graves maladies etc … Mais les « contre » m’importent aussi : je ne trouve absolument pas délirant d’imaginer qu’on mette des substances pas top dans les vaccins sans trop réfléchir aux effets sur long terme, ou encore qu’on nous prescrive des vaccins qui ne fonctionnent pas vraiment ou ne servent à rien juste pour faire du fric.

Je donne du crédit aux deux partis, je pense que la vérité est à piocher dans les deux camps, malheureusement. Mes propres recherches sur le sujet (j’ai cherché autant d’un côté que de l’autre, comme une balle de ping-pong) ne m’ont pas menée bien plus loin parce si, du côté des anti, certains arguments sont complètement loufoques et vont trop loin, il en reste quand-même des tout à fait plausibles, voire vérifiables dans le lot … Les échecs ont existé ! Des versions antérieures dont on ne veut pas en Europe sont injectées ailleurs, pourquoi ?

Il faut donc choisir en âme et conscience. Qu’est-ce qui, selon nos propres critères du « bon » et du « bien », est le mieux ?
L’Etat a-t-il le droit d’obliger les réfractaires ? A mon sens, on n’a pas à juger les autres. Certains sont anti à cause de fausses croyances qui circulent sur le net. D’autres laissent la place au bénéfice du doute et se méfient simplement. Pour d’autres encore, il s’agit d’un choix éthique, d’un choix de vie, et ça va beaucoup plus loin que « c’est un complot ! »

Reste la question des autres. Est-ce égoïste de ne pas participer à la protection sociale ? Encore une fois, tout dépend de la philosophie de chacun.

Tout comme certains trouvent tout à fait égoïstes les gens qui ne font pas d’enfants, ou au contraire, ceux qui en font dans « ce monde » et qui participent ainsi à l’essoufflement de la planète (je ne dis pas que c’est mon avis, attention !).

Accepterait-on que demain l’Etat nous contraigne à un enfant par famille, comme en Chine, pour le bien de tous ? Je n’en suis pas sûre … Et pourtant, le but derrière pourrait sembler louable, et participer à l’amélioration des conditions de vie, de la pérennité des ressources pour le futur pour tous, et donc de la santé publique … C’est très intéressant comme questionnement, je trouve !

Je n’ai donc pas d’avis tranché sur le sujet. N’étant pas parent, je ne pousse pour l’instant pas la réflexion plus loin … Mes propres parents m’ont vaccinée. En tant qu’adulte, je n’ai pas encore eu à faire de rappel. Il faudrait que je vérifie les dates, d’ailleurs. Le ferai-je ? … Mon coeur balance encore !

le 23/10/2017 à 17h47 | Répondre

Audrey

bonjour,
Je comprends vos doutes mais à la question : Est-ce égoïste de ne pas participer à la protection sociale? je vous répondrai oui puisque vous bénéficiez de la Sécu lorsque vous êtes malade et par conséquent de la protection sociale. Le jour où (je ne vous le souhaite pas) tombez gravement malade la société prendra en charge une partie des frais médicaux. Pour moi se vacciner est un devoir envers la société. il ne faut pas oublier qu’il n’y a pas que les enfants que l’ont protègent mais aussi les personnes fragiles (qui sorte de greffe, les immuno déficients). Je trouve les anti vaccins, sur ce point, assez hypocrites car ils font prendre les risques aux autres, crachent sur les médecins, la médecine, crient à la théorie du complot, au lobbying en général mais je ne les ai pas vu jeter leur carte vitale…..Quid de leur enfants s’ils attrapent une des onze maladies? ils les soigneront comment sans la médecine qu’ils conspuent à longueur de temps. Après il est normal de rester vigilant à ce que l’ont nous propose mais quand je vois toute la désinformation qu’il y a autour….(onze vaccins en 1 injection, 11 nouveau vaccins que l’on ne connait pas (heuu c’est les mêmes en fait) ). Je suis d’accord avec Camomille, souvent les infos sont prises en fonction du camp où l’on se trouve. Cependant les anti vaccins me donne l’impression (pardonnez moi c’est juste un ressenti hein!!) d’être des espèces de bobos frustrés avec des problèmes de riches dans un pays qui à la chance de voir ces maladies reculer (grâce aux vaccins hein!!) et qui se basent sur les dires de tata Odette qui les confortent dans leur idées parce que Elle a vu un enfant mourir dans d’atroces souffrances 1/4 après s’être fait vacciner contre le tétanos…Je ne suis pas sure qu’il se battent a cause de la dangerosité des vaccins mais plus par un besoin de s’opposer à une obligation (genre les nouveaux révolutionnaires. Sauf que les révolutions à la base c’est pas que pour sa gueule en fait). Les arguments récurrents : l’aluminium ( oui mais on en absorbe plus en buvant un verre d’eau), les lobbys pharmaceutiques (ben ça leur rapportent plus de traiter une épidémie en fait….) etc . Après je suis désolée si j’ai blessé des personnes mais ce sujet me fait sortir hors de moi.

le 24/10/2017 à 09h50 | Répondre

Miss Chat

Non non, ne t’excuse pas Audrey : on t’aime ! <3
Ton message est juste parfait !

le 24/10/2017 à 11h16 | Répondre

Sofia

Audrey,

Tu n’as pas à t’excuser de ce que tu penses, et tu ne m’as pas blessée !

Ce que j’essayais de pointer, en fait, c’est la question du libre choix de chacun et de sa liberté … C’est très intéressant de se demander jusqu’où une autorité doit laisser les gens libres de leurs choix. Surtout sur une thématique comme celle-ci qui touche au corps, directement.

Je pointais aussi l’idée qu’on a pas tous la même idéologie, et c’est intéressant aussi de voir où on place les limites d’une pensée différente pour protéger la communauté.

Je pense que la majorité des gens n’a pas conscience qu’un geste n’impacte pas qu’eux, et franchement c’est triste. Nous sommes tous liés les uns aux autres, chaque geste compte. Pour soi, et pour les autres.

Il y a mille raisons qui poussent les gens à refuser le vaccin, comme il y en a mille qui les poussent à ne pas voter à la présidentielle, par exemple (je fais peut-être des parallèles un peu larges, mais tu vois l’idée).

J’ai rencontré des anti-vaccins qui ne croient pas en la théorie du complot. Pour eux, il s’agissait d’un mode de vie. Je ne sais pas s’ils avaient jeté leur carte vitale, mais ils avaient décidé de lutter contre un cancer autrement que par la chimio par exemple. Avec des plantes.

J’en ai rencontré qui me disaient que selon eux, les épidémies étaient utiles, aussi cruelles soient-elles, pour réguler la population sur la planète, et que lutter contre, c’était choisir de tuer la Terre (ils ne choisissent pas leur espèce donc, mais toutes les autres, tu vois ? Est-ce si égoïste ?).
On en pense ce qu’on en pense, on a le droit de ne pas être d’accord. Il est possible qu’ils changent d’avis si un jour ils sont concernés … Mais a-t-on le droit de les forcer ? (C’est une vraie question, philosophiquement et elle n’induit pas ma position sur le sujet.)

Personnellement, mes doutes ne portent pas sur l’aluminium (vu tout ce que l’on absorbe ailleurs … !). C’est plus une réflexion sur l’impact de ma vaccination.
S’il s’avère que les vaccins sont complètement géniaux et bons, je prends le risque de tuer quelqu’un en n’effectuant pas les rappels. Ce risque est contrebalancé par tout ce que j’évoque pour haut, en fonction de ma vision de la vie.
S’ils sont mauvais (genre les théoriciens du complot voient tout juste), je prends le risque de cautionner des lobbys ou que sais-je encore, comme je cautionnerais les conditions de travail désastreuses de personnes en achetant chez L**L, tu vois ?

En fait, ce qui tue les vaccins, c’est ce doute. Je ne sais pas qui l’a initié d’ailleurs, d’où c’est parti. Mais le fait qu’on puisse lire tout et son contraire est tout à fait déroutant. Les gens lambdas, qui n’ont pas les moyens de vérifier VRAIMENT les informations, sont paumés et doivent se fier à leurs propres mécanismes intellectuels, régis par leurs croyances, leur éducation, leurs peurs … D’ailleurs, la chaine Youtube Hygiène Mentale fait d’excellentes vidéos à ce sujet, je recommande !

Bref, c’est compliqué … !

le 24/10/2017 à 11h40 | Répondre

Miss Chat

Non, ce n’est pas compliqué, c’est même très très simple.
On a le droit d’obliger quelqu’un à quelque chose peu importe ses convictions personnelles, ça s’appelle la loi. Tu ne la respectes pas, ok : tu en assumes les conséquences (amendes, emprisonnement, maladies ?)
Si la santé publique, c’est-à-dire la santé du plus grand nombre, doit être assurée par une obligation vaccinale, qu’il en soit ainsi.

Dire qu’un vaccin « est peut-être mauvais », ça revient à dire que les chercheurs en médecine, en biologie, en génétique, en immunologie, en chimie, etc. sont incapables et ne sont pas crédibles. Ca revient à dire qu’on ne croit pas à la recherche scientifique.
Et ça, franchement, c’est risible. Et dommageable.

Il y a un doute parce que les gens ne s’informent pas. La très grande majorité des études cliniques sont accessibles au grand public, libre à lui d’aller les consulter.
« Je n’ai jamais rien lu sur la résistance des matériaux en ingénierie => j’ai un doute sur la véracité » Ca ne marche tout simplement pas.

le 24/10/2017 à 12h39 | Répondre

Maria

L’excuse de protéger la santé publique ne marche uniquement si on ne rend obligatoire que les maladies contagieuses.
Ça pourrait déjà être un premier pas dans la bonne direction qui serait peut être accepté plus facilement.
Je pense qu’il y a malheureusement trop de complotistes en France et de médecins complaisants pour que l’on puisse efficacement forcer tout le monde. (Les tribunaux sont déjà trop engorgés.)
Convaincre les gens me parait plus efficaces.

Quand à la suite, comme je l’ai dit plus haut, il y a trop de médicaments qui ont été mis sur le marché en étant dangereux pour qu’on face confiance aux chercheurs comme cela. La faute viendra plus probablement de l’organisation qui pour économiser une misère changera le processus de fabrication, de conservation ou détournera le médicament de son usage véritable.
Le médiator est resté commercialisé pendant 33 ans en France (7 millions de doses vendues), dont 19 ans de vente alors que les problèmes étaient connus par le labo.
Donc ce n’est pas parce qu’un médicament est sur le marché qu’il ne peut y avoir de problème et que la recherche est infaillible.
Je suis bien consciente que seule une infime proportion des médicaments à causé des problèmes aux malades mais c’est ce qui reste dans les esprits. Ca et le fait que les labos ne savent pas reconnaître leurs erreurs.

le 24/10/2017 à 13h48 |

Sofia

Miss Chat,

Tu n’es pas sans savoir que certains scientifiques, médecins et chercheurs ont pu lourdement se tromper, même si c’est plutôt rare. C’est toujours constructif de remettre les choses en question, en perspective, et d’avoir un esprit critique. Ce qui ne l’est pas, c’est de totalement réfuter sans chercher plus loin, et là, je suis d’accord avec toi.

Tu es persuadée des bénéfices des vaccins donc tu ne vois aucun mal à l’imposer aux autres. Ca se comprend. Mais ce qui fait que tu en es persuadée, c’est que tu en as les ressources. Tu as sans doute un parcours qui a facilité cette confiance en la médecine, cette clarté, cette évidence. C’est loin d’être le cas pour tout le monde !

Tout le monde ne pourra pas comprendre une étude scientifique aussi bien que toi, même si elle en a l’accès. Il y a la presse qui les vulgarise heureusement, mais la presse rend méfiant parce qu’en général, elle n’est pas objective. Imposer aujourd’hui, alors que le sujet est déjà tellement décrié, c’est ancrer encore un peu plus les gens dans leurs positions. Ca les rend méfiants, c’est humain ! Qui ne remettrait pas en cause un ordre dont il ne voit/connait pas le bien fondé ?

Et que faire alors ? Laisser ceux qui savent imposer à ceux qui ne savent pas ? Ne vaudrait-il pas mieux éduquer ceux qui ne savent pas, les convaincre ?

C’est un long débat, et je n’aimerais pas être à la place du gouvernement aujourd’hui. Peu importe ce qu’il aurait fait, sa décision aurait été contestée et j’imagine tout à fait aisément la difficulté d’une telle prise de décision.

La loi est faite pour ça, tu as raison, pour le bien commun. Tu dis que c’est simple. Dans les faits, oui, il suffit d’imposer et basta ! L’Etat est là pour diriger la population et choisir ce qu’il y a de meilleur pour elle, c’est vrai. Peu importent les réfractaires.

Mais dans tout ce que ça soulève d’un niveau idéologique, c’est loin d’être si simple. Nous avons tous notre propre curseur, nos limites.

L’Etat l’impose. Ok, c’est fait. Il n’en restera pas moins que les « anti » feront tout pour ne pas vacciner leur progéniture. Le problème subsistera et les débats aussi.

le 24/10/2017 à 15h07 |

Audrey

Complètement d’accord avec Miss chat

le 24/10/2017 à 15h24 |

Miss Chat

Maria :
Je suis tout à fait d’accord, il faut convaincre les gens. Le souci, c’est qu’on a beau démontrer les choses, on a parfois l’impression que les gens choisissent sciemment de se rebeller. Pour moi, au bout d’un moment, c’est juste de l’esprit de contradiction. La limite entre ça et l’esprit critique est fine…
La santé publique ne concerne pas que les maladies contagieuses ! C’est aussi le fait de protéger à grande échelle de maladies dangereuses et mortelles comme la polio ou le tétanos.
La recherche n’est pas infaillible mais elle fait au mieux de nos connaissances actuelles et c’est elle qu’il faut croire, pas les labos. La plupart des gens ne parviennent pas à distinguer la recherche qui ne s’occupe que de démontrer certaines choses et les firmes pharmas qui sont là pour vendre.
Sofia :
Mais c’est ce que fait le gouvernement : il communique en permanence sur l’intérêt de la vaccination. Il y a des sites gouvernementaux qui expliquent le pourquoi du comment, simplement, avec preuves à l’appui. Les gouvernements essayent aujourd’hui de faire comprendre pourquoi on risque (ou opte pour) l’obligation.
Alors qu’est-ce qu’il faut de plus ?
Et oui, c’est ce que je disais, comme toute loi, les gens peuvent très bien ne pas les respecter… à leurs risques.

le 24/10/2017 à 16h05 |

Mme Creamy

Les chercheurs ne sont pas infaillibles c’est sur, tout comme les chirurgiens et toutes les personnes a qui l’on confie nos vies… et peut être aussi qu’il y a 33 ans, on n’avait pas les mêmes moyens techniques qu’aujourd’hui ?

le 26/10/2017 à 09h29 |

Folie douce

Audrey je trouve que ta phrase sur les anti-vaccins qui sont des bobos qui ont des problèmes de riches fait preuve d’une certaine mauvaise fois ou en tout cas que tu leur fais un mauvais procès. On peut dire exactement la même chose des pro-vaccins ou des gens méfiants comme moi (ni pro ni anti mais parfois dubitative). Oui c’est sûr que quand on est parent dans un pays défavorisé où les conditions de vie et l’hygiène sont déplorables, quand on est pas sûr de pouvoir nourrir ses enfants ou qu’ils ne vont pas se prendre une bombe,on ne se pose pas la question des vaccins, on a bien d’autres problèmes en tête ! Je pense que toutes les personnes qui ont commenté cet article sont des personnes qui ont « des problèmes de riches qui ont la chance d’être dans un pays où les maladies reculent » (en partie grâce aux vaccins mais pas seulement, loin de là!!!). Et alors ? Que faut-il faire? Passer notre vie à s’excuse de ne pas être né en Afrique? Ne jamais se poser aucune question sous prétexte qu’on a de la chance d’être dans un pays riche??? Désolée je ne suis pas d’accord ! Au contraire on a la chance d’être dans un pays favorisé du coup on a le devoir de s’interroger sur ce qu’on peut faire de mieux pour nos enfants. Et clairement on n’a pas tous les mêmes réponses mais on a le droit d’avoir chacun des avis différent (sinon on ne vit plus en démocratie mais dans une dictature).

le 24/10/2017 à 13h37 | Répondre

Audrey

Pour Sofia pour ton commentaire je suis complètement d’accord avec toi, chacun est libre d’agir librement en fonction de ses croyances, ses convictions mais je rajouterais tant que cette décision n’impacte qu’ eux…. Pour tes amis qui ont décidé de combattre le cancer différemment je peux comprendre leur choix, les traitements sont flous, lourds de conséquences mais au final leur choix de soins les concerne eux et eux seuls, ils ont pris leur décisions pour leur santé. . Pour
en revenir aux vaccins et aux comportements égoïstes et hypocrites, je pointe surtout les personnes qui refusent que leur enfant soit vacciné en argumentant que de 1: « les autres enfants le sont, donc pas de soucis » et que de 2 :  » La maladie n’existe plus en France donc pas besoin de leur faire courir de risque en les vaccinant  » mais qui poussent quand même le vice à raler et essayer de contourner leur problème et la loi pour que leur enfant soit scolarisé malgré tout. La j’y vois un soucis OK, ils veulent se mettre en marge de la société en ne participant pas à l’effort collectif par contre ils ne sont pas contre bénéficier des avantages de la société dont ils se mettent en retrait. Ils veulent bien les droits mais pas les devoirs c’est un peu facile non? Pour Folie Douce, non on a pas besoin de s’excuser de vivre dans un pays riche, par contre on devrait se rendre compte que l’on a beaucoup de chance de vivre dans ce genre de pays, avec accès à l’hygiène, aux soins… Rester vigilant à ne pas faire n’importe quoi oui (je ne suis pas naïve au point de croire que nous vivons dans un monde merveilleux non régit par l’argent et les gens corrompus), mais je veux croire en une médecine qui sauve des vies. Les vaccins surtout ceux la on déjà fait leur preuve depuis longtemps et oui ils sont à l’origine du recul de ces maladies. La vraie question est-ce plus la dangerosité des vaccins qui perturbe ou une obligation de les faire? il n’y avait pas tant de débat lorsqu’ils étaient juste conseillés. De plus, oui on est dans une démocratie avec une liberté d’expression mais il y a des règles qu’il faut suivre c’est comme ça. Je ne pense pas que le but de l’état soit de décimer toute sa population. Nous avons pour devoir de rester vigilant à ne pas faire n’importe quoi mais il est de la responsabilité de chacun de se documenter sur le sujet. Malheureusement je ne suis pas sure que tout le monde soit capable de le faire (perso le jardon médical….) ou en ait même l’envie (coucou tata Odette qui repend des oui dires à qui veut bien les écouter) . Ce qui tue les vaccins et plombe leur crédibilité sont pour ma part :la désinformation, les ont dit, les légendes urbaines qu’il y a tout autour. Sans oublier aussi le manque d’intérêt de certains qui ne se renseigne pas mais ont quand même leur avis à donner. Quand tu vois dans certains commentaires (pas ici) des personnes qui te dise « Déjà on ferait plus confiance si on nous disait contre quelles maladies luttent les vaccins » on part de trèèèès loin…..

le 24/10/2017 à 14h43 | Répondre

Melimelanie

Audrey je t’aime <3 ! J'ai l'impression que tu écris les commentaires à ma place tellement on pense de façon similaire sur le sujet!

le 24/10/2017 à 14h57 |

Doupiou

Audrey je partage entièrement ton avis.
Le premier pédiatre de ma fille était une médecin homéopathe contre les vaccins. J’ai presque dû la forcer à faire les vaccins de ma petite alors que pour elle ça pouvait attendre ses 1 ans. Elle m’a même demander d’aller acheter les vaccins en Suisse (moins nocifs selon elle). En tant que parent novice que j’étais, j’ai bien failli adhérer à son discours… Et puis je suis tombée presque par hasard (ma fille avait une rhinite et ce pédiatre n’avait plus de place rapidement) sur un autre médecin qui non seulement m’a conforté dans le bénéfice des vaccins mais a bien pris le temps de m’expliquer les tenants et les aboutissants de la couverture vaccinale.
Parfois, les discours « complotistes » ne sont malheureusement pas toujours dispersés par tata Odette…

le 24/10/2017 à 15h23 |

Sofia

Audrey,

Oui, c’est ça, toute la question houleuse porte là dessus : le risque pour les autres ! Comme la non-assistance à personne en danger qui fait partie de la loi aujourd’hui. Le problème, c’est que c’est moins « évident/logique » de pénaliser une personne non vaccinée parce qu’elle participe à la mort des autres. Il faudrait alors élargir un peu plus le concept de mise en danger de la vie d’autrui.

Ca me fait penser aux Témoins de Jéhovah qui refusent parfois à leurs proches des transfusions sanguines … Sujet houleux !

Imaginons que le vaccin soit vraiment dangereux deux minutes. Il faut choisir entre : prendre un risque pour moi / prendre un risque pour les autres. Les anti-vaccins persuadés qu’ils peuvent contracter de graves complications font leur choix, et je les comprends ! L’enjeu serait donc de leur prouver que non, il n’y a pas de danger.

Je suis d’accord avec toi pour les deux arguments cités. Ceux-là n’ont pour moi aucun crédit, qui se renseigne un peu plus en profondeur (même sans aller lire des écrits scientifiques) aura compris. Encore que … Une grande majorité de la population n’a aucunement l’habitude de fouiller plus avant que ce qu’ils entendent autour d’eux. On ne leur a pas appris (et on devrait y remédier ! C’est peut-être déjà le cas dorénavant, dans les collèges/lycées ?) et ils n’y penseront pas. Pour eux, l’avis de membres de leur famille ou d’autres personnes qu’ils considèrent fait foi. Qui n’a pas tendance à croire sur parole son père/sa mère/son conjoint/un professeur ou un médecin qu’on estime ?

Pour ce qui est du choix « à la carte » des principes de la société … Je te comprends. En fait, je pense que la majorité de ces personnes n’ont absolument pas l’idée que les vaccins participent à l’effort collectif, ni même que c’est un devoir ! Sans doute parce qu’on ne nous l’inculque pas de cette façon. Et peut-être alors, à ce moment-là, cette obligation (si elle est maintenue dans le temps) donnera aux générations futures cette sensation … ?

Je trouve (mais ça n’est basé sur rien d’autre que mon petit point de vue ^^) qu’en France, les gens subissent plus qu’autre chose l’appartenance à la société. Ils y sont plus ou moins « bien », mais ne se sentent pas concernés. Dès qu’il faut donner un peu de soi (que ce soit monétaire ou sous une autre forme de rétribution) ça coince. Mais bon, là, ce n’est que mon petit jugement, je divague.

le 24/10/2017 à 15h34 |

Audrey

A Doupiou, oui tu as raison, ils sont aussi souvent distillés par les médecines douces ou parallèles, ce qui contribue encore plus à semer le doute. Cela va cependant dans le sens de leur discipline. Un homéopathe ne va pas vous conseiller de faire une chimio s’il est convaincu que ses concoctions peuvent vous sauver. Pour ma part je pense que ces disciplines sont complémentaires mais l’une remplace pas l’autre….. 🙂

le 24/10/2017 à 15h41 |

Folie douce

Moi aussi je crois à une médecine qui sauve des vies, je suis persuadée qu’il y a plein de scientifiques intègres qui ont pour seul but la santé publique. Et pour répondre à ta question je pense que les deux posent problème. L’obligation va braquer certaines personnes, la dangerosité va en affoler d’autres et enfin il y a ceux (un peu comme moi) qui craignent qu’on nous impose une chose dont on n’est même pas complètement sur de l’innocuité (et là on parle quand même d’un produit qu’on injecte directement dans le corps tout petit et fragile d’un nourrisson…donc ça fait flipper!). Je suis d’accord avec ce que tu dis sur le respect des lois mais la loi n’est pas immuable. D’ailleurs les choses sont en train de changer et il faut s’assurer que la loi soit juste et protectrice. Or se posent plusieurs problèmes :
1. Les Lois sont faites par des politiques qui en général ne sont pas des chercheurs scientifiques
2. Les scientifiques ne sont pas toujours d’accord entre eux (la preuve il existe des médecins anti-vaccins et pourtant ils n’ont pas eu leur diplôme dans une pochette surprise! Alors qui croire?)
3. C’est compliqué de financer la recherche scientifique, en tout cas en France. Du coup une bonne partie est financée par des labos ou des groupes financiers. Ces mêmes groupes qui ont tout intérêt à vendre le plus possible leur produit… D’où conflit d’intérêt.
Je suis d’accord avec Sofia, c’est une question compliquée et je ne trouve personnellement pas ça facile de trouver des informations fiables (surtout que je ne suis pas scientifique non plus).

le 24/10/2017 à 15h49 |

Miss Chat

Folie douce :
1. Vrai. C’est pour ça qu’ils se basent sur des études d’épidémiologie et cliniques pour prendre une décision. Et sur des rapports financiers de coût pour la Sécu, ne nous voilons pas la face.
2. Les médecins anti-vaccin, tu parles de cette minuscule proportion de la profession qui n’est donc pas représentative de l’avis général ? Les scientifiques sont d’accord entre eux, à partir du moment où il y a des preuves scientifiques. Et attention : un médecin n’est PAS un chercheur.
3. Ce n’est pas parce qu’un labo finance une étude ou de la recherche fondamentale que les résultats vont être biaisés ! Ca signifie simplement que la firme va payer pour qu’on étudie un aspect/médicament/public plutôt qu’un autre. Les cas d’études truquées sont rarissimes et ceux qui s’y risquent perdent tout crédit auprès de la communauté scientifique. Leur carrière est alors terminée ! Combien s’y risquent réellement ?!

le 24/10/2017 à 16h20 |

Audrey

A Sofia . Oui je suis d’accord, « Une grande majorité de la population n’a aucunement l’habitude de fouiller plus avant que ce qu’ils entendent autour d’eux ». et ne manifeste pas forcément l’envie non plus . Nous vivons dans une société individualiste et le concept d’effort collectif s’effrite de plus en plus et effectivement je pense comme toi ils ne se sentent pas concernés par le bien être des autres tant que cela ne les touche pas de près. Pour Folie Douce « là on parle quand même d’un produit qu’on injecte directement dans le corps tout petit et fragile d’un nourrisson…donc ça fait flipper! » je suis d’accord, ça fait flipper mais lorsque ton enfant a de la fièvre tu lui donne du dolipranne, as tu regardé la liste des effets secondaires? elle fait flipper aussi pourtant tu prends le risque pour la lui faire baisser. Balance bénéfices/ risques. Il risque plus de convulser à cause de la fièvre qu’a cause d’un effet secondaire.  » Les scientifiques ne sont pas toujours d’accord entre eux (la preuve il existe des médecins anti-vaccins et pourtant ils n’ont pas eu leur diplôme dans une pochette surprise! Alors qui croire?) » Il me semble que les 2 médecins favoris des antivax, ceux dont tout le monde fait référence lorsqu’on diabolise les vaccins ont été radiés de l’ordre des médecins. Après malheureusement, je n’est pas la réponse, c’est selon ton ressenti. Perso un médecin qui m’interdit les vaccins je m’en méfierais autant que celui qui m’attend derrière son bureau avec l’aiguille déjà prête à être mise dans mon bras. La plupart des médecins avec qui j’ai parlé vaccination ont été plutôt pédagogues et bienveillants, m’avertissant des risques, mais aussi me décrivant les effets des maladies. Il ne faut pas hésiter d’en débattre et de poser des question avec des sachants c’est souvent plus porteur que le débat du dimanche midi avec tata Odette (qui je suis sure veut bien faire entre le débat sur l’allaitement, les vaccins et l’IVG et l’éducation 😉 )

le 24/10/2017 à 16h27 |

Weena (voir son site)

A Audrey,
Un médecin peut-être homéopathe, être convaincu du principe actif de ces molécules ET avoir conscience que ça ne remplacera pas une chimio (mais que par contre, ça peut aider à mieux la vivre 😉)

le 24/10/2017 à 18h57 | Répondre

Emilie l'a Fée

Merci Weena pour cet ajustement à propos des homéopathe. Quant au coût de la recherche pour les vaccins je ne pense pas qu’aujourd’hui cela coûte grand chose aux laboratoires de rechercher comment faire les vaccins que l’on fait à nos enfants puisqu’ils existent depuis bien longtemps.

le 25/10/2017 à 10h05 |

Audrey

Oui c’est pour cela que j’ai mis que les disciplines étaient complémentaires, mais il faut quand même faire attention aux discours que tiennent les praticiens homéopathes ou autres (Osthéo qui pense éviter des opérations…). Certains patients (pas tous bien sûr) peuvent se convaincre que les médecines douces ou alternatives sont une alternative définitive pour éviter un traitement plus lourd, pour des raisons totalement différentes (peur des traitement, soulagement de la douleur donc plus besoin de traitement…). Je suis convaincues que les médecines douces soulagent mais elles ne sont pas forcément la réponse à toutes les maladies. Après le choix reste bien sûr à chacun, c’est leur corps, leur vie, mais les médecins quelque soit leur discipline sont responsables du discours qu’ils tiennent. Leur discours peut être mal interprété et s’ils insistent un peux fortement sur des dangers sans contre balancer la neutralité se perd. Il ne faut pas sous estimer la force des convictions des patients qui pensent souvent bien faire aussi sous couvert de médecine ou naturel et la capacité de déformer les dires à leur avantage.

le 25/10/2017 à 10h39 |

Lucie

Ma pédiatre m’avait bien rassurée sur cette question. D’abord, il faut savoir que si le calendrier n’est pas le même partout, ce n’est pas pour des raisons politiques mais simplement médicales : les foyers infectieux ne sont pas pareils partout. Elle m’a aussi expliqué qu’un bébé supporte beaucoup mieux les vaccins qu’un adulte et qu’un ado non vacciné qui soudain doit se mettre à jour pour par exemple aller étudier à l’étranger risquera bien plus d’effets secondaires qu’un bébé. Quand au danger des adjuvants, il parait qu’il y a bien plus d’aluminium dans un comprimé anti acide ou même dans la nourriture achetée chez le traiteur et conservée dans de l’alu. En plus, les vaccins hexavalents en combinant plusieurs vaccins réduisent encore les adjuvants. Bref, merci pour cet article.

le 23/10/2017 à 19h20 | Répondre

Walter

Bonjour alors moi je suis pro vaccins. Pour l’hépatite B dans 30% des cas, la transmission n’est pas connu et la salive fait parti des modes de transmissions.
L’argent des labos? C’est environ 2% du CA donc c’est même pas les bénéfices car les coûts de production sont de l’ordre de 25% et c’est très long. Environ 10 ans. Cela va rapport environ 10 millions d’euros quand leur chiffre d’affaires se chiffres en milliards, ça change rien pour eux.
Les scandales liés aux médicaments, tous des médicaments détourné de leur utilisation première.

le 24/10/2017 à 09h40 | Répondre

Cassandre

Vaste debat! Bon, tout d’abord, je tiens à préciser que je ne suis pas Anti vaccin. Mais pour une vaccination raisonnable, et adaptée à chacun (en fonction de ses conditions de vie, de son système immunitaire…). Une vaccination qui serait précédée d’une recherche sanguine afin de savoir si elle est nécessaire (ma tante était immunisée contre l’hépatite b qu’elle a eu de façon asymptomatique, son médecin lui disait qu’une vaccination aurait été dramatique).
Du coup, je suis souvent rangée dans les anti vaccins. D’autant que je suis moi même victime de la vaccination. Je suis atteinte d’une maladie génétique et mon état s’aggravait deux mois après chaque vaccination (jusqu’à me mettre en fauteuil). Incapable de faire le lien, j’étais très sérieuse et faisait tous les rappels. Jusqu’à reprendre mon carnet après avoir cherché partout une cause à cette dégradation de cet état. Les médecins généralistes m’ont dit que c’était impossible, je délirais. Des spécialistes de la vaccination, eux, non, et ont fini par me dispenser de vaccins officiellement. Je rencontre depuis quelques médecins plus nuancés, et je limite au maximum la vaccination de mes enfants car j’ignore la part génétique (ma tante a eu une diphtérie vaccinale qui a failli la tuer, l’histoire est lourde dans la famille).
J’aimerais juste de la nuance dans la réaction de tous (des médecins affirment de façon péremptoire que les vaccins n’ont jamais aucun effet secondaire alors qu’il ne leur viendrait pas à l’idée de dire ca pour des médicaments).
Ce qui est valable dans ma famille ne l’est pas pour tout le monde. Quand le rapport bénéfice risque est supérieur, oui, on peut vacciner. Mais en adaptant, à chacun. Je suis donc contre l’obligation, pour cette raison, sans être anti (même si certains préfèrent simplifier en classant en pro vs anti, il existe plein de positions intermédiaires heureusement)

🙂

le 24/10/2017 à 17h06 | Répondre

Camomille (voir son site)

D’après moi, ce sont justement des gens comme toi qui justifient l’obligation vaccinale. Vous ne pouvez pas être vaccinés, les risques sont trop importants. Grâce à ceux qui vous entourent, vous pouvez espérer ne pas tomber malades. mais si dans votre entourage, numéro 1 n’est pas vacciné par conviction, numéro 2 ne l’est pas par peur des effets secondaires et numéro 3 ne l’est pas non plus parce qu’il veut lutter contre le lobby pharmaceutique, il commence à y avoir beaucoup de trous dans la raquette ! C’est évidemment une caricature mais on pointe là l’importance de la couverture vaccinale

le 25/10/2017 à 11h52 | Répondre

Cassandre

Je suis tout à fait d’accord avec toi…si les choses étaient bien faites pour tout le monde. Si des tests préalables étaient systématiquement faits et pas uniquement sur demande expresse du patient informé.

Si des médecins ne niaient pas à priori les effets secondaires (on progresse, mais il en reste…) et que les effets secondaires étaient déclarés à la pharmaco-vigilance systématiquement sans que ce soit au patient de le faire (mon fils a eu de l’eczéma atypique après chaque vaccination obligatoire dans les heures qui ont suivi et sa cuisse a triplé de volume la dernière fois, mais mon médecin, pourtant très ouvert et m’incitant à éviter les autres vaccins et à retarder la vaccination à l’entrée en collectivité, continuait à dire qu’on ne pouvait pas faire de lien…). On aurait ainsi une vraie vision de la balance bénéfice/risque pour chacun (toutes les études reconnaissent qu’environ 10% des effets secondaires sont déclarés seulement, d’où l’ouverture à la déclaration du patient- ce que j’ai fait, mais est-ce compté de la même manière niveau stat’?)

Si on attendait aussi d’avoir le recul suffisant avant d’imposer une vaccination (je tremble à l’annonce d’une vaccination obligatoire au Gardasil).

Tout cela réuni…Ok 🙂

le 25/10/2017 à 13h04 | Répondre

Emilie l'a Fée

Bonjour,
Concernant l’aluminium je ne vois pas pourquoi le fait qu’on en ingère de diverses manières permet de dire que ce n’est pas grave d’en mettre dans les vaccins.
Premièrement, on sait que tout ce qu’on ingère n’est pas forcément absorbé par l’intestin, ensuite je ne comprend pas qu’on l’interdise dans des produits de beauté qu’on se met sur la peau mais pas dans un produit qu’on injecte dessous. Pour moi il y a une énorme incohérence et un mépris du bon sens.
Je ne suis pas anti-vaccin, vaccinez-moi, et mes enfants aussi, pour tout ce que vous voulez, mais sans aluminium.

le 24/10/2017 à 17h40 | Répondre

Weena (voir son site)

Bonjour,
L’aluminium sert à faire « sur-reagir » l’organisme et malheureusement, pour l’instant, on a pas trouver de meilleur vecteur…

le 24/10/2017 à 18h59 | Répondre

Emilie l'a Fée

L’aluminium sert surtout avoir une réaction équivalente en mettant moins de principes actifs, ce qui fait un vaccin moins cher à produire. Le trivalent DTP quand il existait encore ne contenait pas d’aluminium, c’est donc faisable.

le 24/10/2017 à 19h09 | Répondre

Camomille (voir son site)

Le trivalent DTP contenait également de l’aluminium :
« Le formaldéhyde fait l’objet d’une polémique en raison de sa classification comme probable carcinogène humain et du fait de son effet irritant lors d’une exposition chronique par voie respiratoire. Les vaccins contre le tétanos et la diphtérie utilisent une toxine détoxifiée par le formaldéhyde (appelée anatoxine) ; ce produit est également utilisé pour inactiver les poliovirus dans le processus de fabrication du vaccin contre la poliomyélite. Dans tous les cas, le formaldéhyde est ensuite éliminé mais peut persister à l’état de traces. Il faut noter qu’il n’était pas moins présent dans le vaccin D.T. POLIO MERIEUX que dans les autres vaccins contenant les valences D, T ou P combinées à d’autres valences. Dans ces conditions, la polémique concernant la présence de ce produit dans les vaccins est sans fondement, et ce d’autant plus que le formaldéhyde est naturellement présent dans le corps humain comme la résultante de divers processus biochimiques : sa concentration dans le sang est sans commune mesure avec les quantités infimes contenues dans les vaccins. »

Source : https://www.mesvaccins.net/web/news/10314-l-imbroglio-du-vaccin-dtp

le 25/10/2017 à 11h58 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?