Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Pourquoi je voulais trois ans d’écart entre mes enfants


Publié le 15 mars 2018 par Nilith lutine

Dans le grand débat « enfants rapprochés ou non ? », mon avis est plutôt tranché.

Je pense que la petite enfance est une période-clé, la base de toute une vie. Et pour établir ce fondement, je souhaite être disponible autant que possible pour l’enfant qui la traverse.

Un jeune enfant a besoin de beaucoup d’attention. Avec un nouveau-né et un bambin, je priverais l’un ET l’autre d’une bonne partie de mon attention, alors que tous deux en auraient particulièrement besoin.

D’un point de vue purement pratique, si l’aîné est en mesure de faire un certain nombre de choses seul ou avec un minimum d’aide, ce sera plus facile que s’il faut encore tout faire à sa place parce qu’il en est absolument incapable seul. (D’autant qu’en tant qu’ancien enfant unique, il a de toute façon tendance à plus solliciter ses parents…)

Puis (là c’est beaucoup plus personnel !), il y a aussi l’allaitement. Pour moi, permettre à mon enfant de recevoir mon lait le plus longtemps possible est très important. Et ce, au minimum, jusqu’à deux ans. Or, s’il est possible de continuer à allaiter enceinte, la grossesse peut aussi, plus ou moins tôt, tarir la source. Chaque femme réagissant différemment, il est impossible de prévoir.

Bref, j’en étais venue à la conclusion que deux ans d’écart étaient vraiment le minimum. Plutôt deux ans et demi, même.

famille fratrie deux enfants

crédit photo (CC) : vborodinova

Le temps passant, je me voyais surtout rallonger cet écart idéal. Pour tout dire, j’avais vraiment l’impression que je trahirais ma fille en lui faisant un petit frère ou une petite sœur avec qui elle devrait nous partager. Je voyais les moments qu’on ne pourrait plus avoir, et ça me serrait le cœur.

J’en étais finalement arrivée à l’idée de trois ans et demi. Après, on serait tombés sur quatre ans ou plus. Or là arrivait un autre problème : pour le coup, cet écart me paraissait trop grand !

Trop grand, peut-être un peu pour les relations entre les enfants… Ce point m’inquiète assez peu en vérité, je connais des fratries avec un écart d’âge similaire ou supérieur, où la relation est vraiment chouette ! Mais ça inquiète M. Lutin.

Lui a connu la vie en fratrie, contrairement à moi (ça doit jouer dans se sentiment de trahison que je ressens !). Ils étaient quatre, avec deux ans entre chaque. Et pendant longtemps, il n’a eu vraiment aucune affinité avec l’aîné (quatre ans plus âgé que lui). Mais il va sans dire que se joue là, non pas une simple question d’âge, mais aussi de caractère… (Bref, du coup, il trouve mon raisonnement cohérent et il est d’accord : trois ans, c’est bien.)

Trop grand aussi… Pour nous ! Même si cette expression m’a longtemps fait grimacer, j’avoue en comprendre davantage l’intérêt à présent. Et c’est peut-être bien pour cela que plus de quatre années, ça me semble trop : mieux vaut « en finir pendant qu’on est encore dedans ».

Ça sonne comme une corvée dont on cherche à se débarrasser. (D’où la grimace.) Mais je sais que ce moment où l’enfant gagne de plus en plus en autonomie est comme un souffle nouveau, c’est une ouverture sur de nouveaux moments à partager en famille. Plus il gagne en autonomie, plus il est capable de s’intéresser à des choses complexes, plus on peut imaginer aller faire des visites culturelles, aller au cinéma ou au théâtre, randonner longtemps, avoir des conversations passionnées…

Bien sûr, la petite enfance est aussi pleine de moments précieux. (Sinon on n’envisagerait pas remettre le couvert !) Bien sûr, même avec un bébé, on peut faire plein de choses. La plus grande barrière est souvent celle que l’on s’impose soi-même.

Mais soyons totalement honnêtes : plein de choses…. mais quand même pas tout pareil que sans bébé. (Cela étant… avec un enfant plus autonome, de toute évidence, ce n’est pas non plus tout pareil qu’entre adultes !)

Trop tard, parce qu’on ne pourrait pas offrir aux plus grands autant de possibilités d’activités avec un bébé à gérer. Bien sûr, ils pourraient aussi faire des choses sans nous, ou avec seulement l’un de nous. Mais ça ne remplace pas, ni pour eux, ni pour nous.

Bref. Entre trois et quatre ans, pour notre famille ça semblait être le bon compromis.

Et puis… Tout ne s’est pas passé exactement comme prévu…

Et toi ? Dans l’idéal, tu préfèrerais avoir des enfants rapprochés, ou plus éloignés ? Quelle est ton expérience avec ta propre fratrie ?
Tu as aussi ressenti cette impression de « trahir » ton aîné quand il a été question de faire un nouvel enfant ? Viens en discuter dans les commentaires !

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !


Porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

24   Commentaires Laisser un commentaire ?

Madame Tout Court

Ici on en a eu 3 en deux ans – nous avons suivi l’adage « autant en finir pendant qu’on est encore dedans » et visé deux ans d’écart d’âge, et puis on avait déjà 35 ans… sauf que numéro 2 est venue accompagnée 😉

Aujourd’hui l’aînée a 4 ans et les petites sœurs 2 ans, et voici ma conclusion: je crois que 4-5 ans d’écart, c’est le top 😀

Je trouve que depuis quelques mois l’aînée se gère pas mal toute seule et que ce serait vraiment plus cool d’être enceinte maintenant, d’avoir un (ou DES!) nourrisson(s) dans quelques mois…

Ce n’est pas (du tout!) que je regrette mes jumelles hein! simplement on vient de passer quatre ans le nez dans le guidon, à ne faire que s’occuper de nos enfants, sans (presque) jamais prendre de temps pour nous, et en fait on n’en peut plus. Finalement en finir tant qu’on est encore dedans c’est un peu la fausse bonne idée: ça veut aussi dire qu’on est dedans pendant encore un bon bout de temps, sans pause; et si ça ne nous pèse pas forcément tant que ça les deux premières années, au bout de 4 on a vraiment hâte que ça se termine, on ne profite pas du tout. Or il nous reste encore bien 1 ou 2 ans avant qu’elles ne soient assez autonomes. On aurait bien apprécié une pause pour faire quelques activités et voyages avant de s’y remettre, finalement.

Bien sûr, je ne peux pas comparer puisque je n’ai pas l’expérience d’avoir des enfants avec plus d’écart d’âge, ça a sûrement ses inconvénients aussi… c’est vrai que le SUPER avantage c’est qu’avec juste 2 ans d’écart, elles ont à peu près les mêmes activités donc on n’a pas l’impression de devoir en sacrifier une par rapport à l’autre – tout le monde s’amuse au parc, les jouets sont les mêmes pour tout le monde… et même les habits 😀

le 15/03/2018 à 09h59 | Répondre

Raphaelle

Ce type de choix fait souvent écho à notre propre enfance non? Dans ma famille il y avait un écart « parfait » de 2,5 ans entre chaque enfant et je ne l’ai pas bien vécu, ayant toujours l’impression d’être tout juste trop en décalage avec les autres (mais comme tu le dis, tout dépend aussi de la personnalité). J’aimerais du coup en théorie des enfants plus rapprochés (2 ans tout pile voir un peu moins), voir même dans l’idéal des jumeaux (be careful what you wish for qu’ils disaient ;-)). Je regarde aussi autour de moi et il y a un couple qui ont eu des enfants avec 4,5 ans d’écart et du coup j’ai l’impression que l’aînée est très perturbée de « ne plus avoir ses parents pour elle toute seule ». Mais à nouveau ce genre de choses est tellement variable d’une famille à l’autre et d’un enfant à l’autre..

le 15/03/2018 à 10h43 | Répondre

Nala

Vaste sujet que celui de l’écart d’âge entre les enfants. Je ne pense pas qu’il existe un écart d’âge idéal, tout dépend de la vie de famille de chacun et de la façon dont on la conçoit ! Tous les arguments se valent 🙂

Ici mes 2 filles ont 19 mois de différence, elles entrent donc dans le club très fermé des « enfants rapprochés » ^^ Les premières années sont dures mais à présent qu’elles sont autonomes, ça se passe plutôt bien. Evidemment chacune a son caractère donc parfois, ça explose !
J’ai refait ma vie, mon conjoint et moi souhaitons agrandir la famille. Nous nous sommes donc lancés dans les essais bébé, mes propres enfants ont déjà 7 ans et 5 ans et demi (6 ans le mois prochain…) donc là pour le coup l’écart d’âge sera beaucoup plus conséquent 😉

le 15/03/2018 à 11h05 | Répondre

Viviane

Nos aînés ont 14 mois d’écart… Mais ce n’était pas tout à fait exprès. Il a fallu 6 ans au papa pour se remettre de ses émotions et notre 3ème a 7 et 8 ans de différence avec ses aînés. Pour nous, le plaisir de pouponner avec des enfants autonomes, pour eux le plaisir d’avoir un plus petit à protéger. Pour le dernier, quand même, la pression de se retrouver fils unique quand les aînés quittent la maison. Pour bien faire, il aurait fallu faire un petit quatrième !
Pour revenir sur le sentiment de trahison d’un enfant à la naissance d’un puiné, notre deuxième enfant n’a pas très bien pris le fait de devoir céder sa place de plus jeune. Heureusement elle a eu un petit frère ce qui lui a permis de rester la seule fille.

le 16/03/2018 à 21h57 | Répondre

Miss Chat

C’est vraiment une préférence qui dépend de notre propre vécu, je trouve, et de ce qu’on projette pour/sur nos enfants.
Ici, mon mari préférait un écart de +/- 2 ans, moi je trouvais que même 3 ou 4, ça le faisait aussi. Il y a 2 ans pile entre nos deux et au final, on ne regrette pas : notre fille était suffisamment autonome pour ne pas être perdue et nos enfants sont suffisamment proches pour pouvoir partager beaucoup de choses (jouets et certaines activités).
Je pense que ça dépend aussi très fort de tes enfants, comme tu disais, et de leur personnalité 🙂 Ils s’adapteront plus ou moins facilement à telle ou telle différence d’âge.
Tant qu’on les aime tous autant … 😉

le 15/03/2018 à 11h09 | Répondre

bérénice

ah … l’écart d’âge !
Dans l’absolu, on se fixe des principes … puis après notre propre âge de parents entre en ligne de compte car on peut se permettre de se poser des questions sur le temps quand on a la trentaire, un peu moins quand on a la quarantaine !

n’ayant pas tiré de plan sur la comète, je n’avais pas d’idéal, on voulait un deuxième et le destin a voulu qu’il arrive 2 ans après sa soeur.
J’ai un peu paniqué sur le moment, car ça voulait dire avoir 2 « bébés ».
et ce qui me paniquait c’était aussi comment gérer les frais pour deux enfants en garde à plein temps , jusqu’à ce que la grande entre à l’école.
Du coup, j’ai pris un congé parental à temps partiel (mi-temps quotidien) pendant cette première année. ce que je n’avais pas fait pour ma première.
J’ai ainsi pu profité de mon petit bébé et de ma « grande » avec satisfaction car j’ai donné à mon plus petit plus de temps que je n’en avais donné à mon ainée au même âge et j’ai donné à mon ainée du temps à elle pendant les siestes plus longues du petit. ça a été une année merveilleuse !

au final, je ne regrette pas les deux ans d’écart, ça a été parfois compliqué, mais maintenant, ils sont plus autonomes tous les deux, plus indépendants.

Coté sorties et voyages, nous avons eu la chance de ne pas avoir de petits soucis de santé avec nos bambins (pas de problèmes de digestion ou autre) ce qui fait que nous avons pas mal « baroudé » avec le plus petit sur le dos ! pour notre plaisir et celui de la plus grande…

bref ! le tout est de sauter le pas !

le 15/03/2018 à 11h16 | Répondre

Folie douce

Je rejoins d’autres commentaires : je pense que notre vision de l’écart d’âge est très influencée par notre vécu. Ma sœur, avec qui je m’entends super bien depuis toujours, a 18 mois de moins que moi. Et 18 mois ça m’a toujours paru l’écart d’âge idéal et parfait entre des enfants, en plus c’est l’écart d’âge de mes neveux et ils commencent déjà à s’entendre bien et s’amuser ensemble. Et je ne me suis jamais trop préoccupé de l’idée de priver d’une partie de l’attention ou d’activité peut-être justement car je ne me souviens pas de quand j’étais enfant unique et que j’avais toute l’attention de mes parents (mais visiblement ça ne m’a jamais trop manqué lol). Mais ma petite princesse va avoir 9 mois et…il y a un mais! Vu comment c’est passé ma première grossesse je ne me vois pas du tout retomber enceinte maintenant. Je vais sûrement culpabiliser de ne pas pouvoir rendre ma fille grande sœur aussi tôt que moi je l’ai été mais vraiment ce n’est pas possible. Et puis comment je ferai pour m’occuper d’elle si je suis dans le même état que la première fois ? Ça me fait un peu de la peine mais il faut aussi prendre en compte l’écart entre 2 grossesses pour l’écart d’âge entre 2 enfants 🙁

le 15/03/2018 à 12h11 | Répondre

jeanne

Ici le petit frère et le grand auront 3ans d’écart pile. Mais je voulais qu’il en ai moins (1,5ans/2ans en fait mais grossesse extra utérine donc bon )ma soeur à moins d’un an d’écart avec moi et elle est ma meilleure amie, et mes petits frères et soeur ont 1,5 ans d’écart et sont aussi proche que l’on peux l’être (pourtant nous sommes tous très différents les uns des autres )je ne sais pas si avoir grandi à la campagne et ne pas avoir beaucoup de choix en amis de notre âge nous oblige à être proche entre frangins 😄. Dans tout les cas je ne pense pas qu’il y ai d’écart idéal. Juste celui que la vie nous donne et en fonction des couples/famille cet écart et différent.

le 15/03/2018 à 12h16 | Répondre

Mme Espoir

Pour ma part c’est l’inverse ! J’ai beaucoup d’écart avec ma soeur (je suis son aînée de 7 ans). Nous n’avons certes pas forcément partagé les mêmes jeux et je suis partie de la maison à 20 ans. Malgré ça, on est très proches. Quand elle était ado, je jouais les chauffeuses avec plaisir. J’ai adoré être une grande soeur, comprendre ce qui se passait, m’en occuper. L’un de ses premiers mots était d’ailleurs mon prénom ! Alors que j’ai moins de 3 ans d’écart avec mon frère et si on jouait beaucoup ensemble, on se chamaillait beaucoup également et on n’est pas très proches. Je me suis rapprochée de lui une fois qu’on a tous les 2 été installés dans la vie.

Si on réussit à adopter, Schtroumpfette aura énormément d’écart avec son petit frère/sa petite soeur et ça me chagrine. Si je devais donner un écart « idéal » j’aurais plutôt tendance à dire 5/6 ans 🙂 Mon histoire personnelle doit influencer mon avis.

le 15/03/2018 à 14h35 | Répondre

Nilith lutine

Pour l’entente entre les enfants comme je le disais, finalement, je pense que l’écart d’âge joue assez peu… Plus rapprochés ils peuvent partager les mêmes jeux, mais c’est aussi source de conflits (justement parce qu’intérêts identiques). Plus éloignés ils n’ont pas les mêmes centres d’intérêt, mais l’autre enfant a un intérêt en soi, la relation est différente d’une relation de compagnons de jeux.

le 21/03/2018 à 09h47 | Répondre

Sarah

Je pense qu’il n’y a pas d’écart d’age idéal, tout dépend de son vécu, du ressenti, du caractère des enfants. Pour ma part, je ne me serais pas vue avoir deux enfants rapprochés : d’une part j’ai mis du temps à récupérer de la fatigue intense qui a suivi la naissance de ma fille, d’autre part je pense que les enfants jusqu’à l’age de 2 ou 3 ans ont besoin d’une attention particulière et je ne me serais pas sentie capable d’assurer (mais certaines le font très bien!). Et puis je voulais profiter des moments « bébé » à fond. D’un autre coté, je n’ai pas le luxe non plus de pouvoir programmer un écart d’age – étant infertile, tout dépend du succès (ou pas) des traitements.

le 15/03/2018 à 14h43 | Répondre

Madame Nounours (voir son site)

Etant fille unique, je ne connais pas ce que ça fait d’avoir un frère ou une sœur avec X années/ mois de différence mais autour de moi, j’ai divers exemples de fratrie. Personnellement, avec mon mari, nous aimerions que nos enfants aient trois ans voir plus de différence, car notre fils sera mieux se débrouiller que si ils avaient deux ans de différence (sur ce coup-là de toute façon ça risque de ne pas se réaliser vu que mon fils aura deux ans dans trois mois!). On a des amis qui ont des enfants qui ont deux ans voir un peu moins de différence et c’est très sport pour eux, sans parler de l’entente qui n’est pas forcément top mais pour ce dernier point, je pense que c’est vraiment selon le caractère des enfants (certains s’entendrons à merveille et d’autres ce sera l’apocalypse). Je pense qu’il n’existe pas vraiment d’âge idéal pour la différence dans une fratrie, c’est comme je l’ai dit plus haut, une question de caractère (ça n’engage que mon ressentie ^^).

le 15/03/2018 à 14h44 | Répondre

Nilith lutine

Nous sommes tout à fait dans le même cas toutes les deux, niveau expérience et conclusions quant à l’écart d’âge. 😀

le 21/03/2018 à 11h09 | Répondre

Claire (voir son site)

Je voulais minimum 2 ans d’écart. Et puis de toute manière, je me suis dit, on verra quand on sera prêt. Finalement, il y aura un peu plus de 3 ans d’écart. Et il est évident que la fait que ma fille soit relativement autonome ça aide aussi pour gérer un deuxième. Bon après, on choisi pas toujours et on prend ce qui vient 🙂

le 15/03/2018 à 15h30 | Répondre

Mademoiselle Black

Pendant ma première grossesse, je pensais aussi vouloir 2 ans d’écart entre mes enfants. En plus, ça se goupillait pile bien niveau boulot (2 congés sans solde de 6 mois prévus à 2 ans d’écart, idéal pour pouponner longtemps !).

Et puis finalement, bébé numéro 1 est arrivé, et deux ans plus tard, on est des parents comblés. Mais… je ne me sens pas prête à avoir le deuxième tout de suite. Sur le principe on voudrait toujours agrandir la famille, et question logistique, fatigue est on serait prêts à remettre ça.

Mais l’envie, l’envie elle-même, n’est pas encore revenue. Et je trouverais injuste pour le deuxième enfant de le faire venir au monde parce que c’est le bon écart avec le grand frère, et non pas parce qu’on l’a désiré de tout notre coeur. Et si la grossesse ne se passait pas comme prévu (un bébé malade, des jumeaux ou des triplés etc…) je sais que je le vivrais mal si l’envie n’était pas assez forte au départ. Alors j’attends. Je recommence seulement à m’attendrir en voyant un nouveau-né, je suis confiante, ça reviendra !

le 15/03/2018 à 15h48 | Répondre

Sophia

Exactement pareil de notre côté, pour moi la question de l’écart d’âge n’en est pas une : ils auront l’écart d’âge qu’ils auront, le seul critère étant qu’on ait envie d’une deuxième, autant qu’on a eu envie du premier. On peut avoir plein de théories sur l’écart d’âge idéal, je crois que la fratrie se sent bien quand les parents se sentent bien, et puis ça dépend tellement du tempérament des enfants, et ça on ne le contrôle pas !

le 17/03/2018 à 12h27 | Répondre

Nilith lutine

Sur le principe, je dirais bien que je suis d’accord avec toi (et je le suis). 😉
Mais finalement j’ai tellement tendance à intellectualiser que je ne sais pas s’il y aurait vraiment eu un moment où j’aurais eu cette envie du p’tit deuz… Alors même que pour mon aînée, j’ai eu cette envie, très, très fort… Envie qui s’amenuisait alors que la date de début d’essais approchait. Qu’aurait-il fallu faire à ce moment ? Attendre que ça revienne et, seulement alors, se lancer ? Mais si ça ne revenait pas ? :O
Je crois qu’il y a un moment où c’est juste la peur de l’inconnu, et si on ne se lance pas, on ne fera jamais rien. C’est là que ça peut être intéressant d’avoir quand même ce côté purement raisonné qui dit « bon ben vas-y maintenant ».
Parce que pour autant, je sais que je ne veux surtout pas d’enfant unique. Puis mon mari non plus d’ailleurs.
C’est un équilibre délicat entre raison et sentiments… Il ne faut pas dénigrer le côté émotionnel, au risque de faire des choses « parce qu’on a dit que ce serait comme ça » et de finalement en souffrir parce que ce n’était plus ce qui nous correspondait. Mais on ne peut pas non plus compter que sur les émotions, au risque d’avoir des regrets. 🙂

le 21/03/2018 à 11h29 | Répondre

Lumi (voir son site)

Comme cela a été dit, je pense qu’on est influencé par son histoire familiale 🙂

Pour ma part je viens d’une fratrie rapprochée : 2 ans et demi entre ma sœur aînée et moi, puis 15 mois après est venue ma petite sœur !
Aujourd’hui je m’entends bien avec les deux même si je suis surtout proche de ma petite sœur. Mais j’ai le souvenir d’avoir pu partager beaucoup avec elles pendant mon enfance, parce qu’il y avait peu ou pas de fossé lié à l’âge (bon, il y a eu aussi beaucoup de chamailleries, on ne va pas se mentir…).

De ce fait, j’ai toujours envisagé une fratrie rapprochée, un peu sur le même modèle. Et peut-être parce que je n’étais pas l’aînée, je n’ai pas vraiment en tête de priver mon premier né de quelque chose…

Mais bon, on en reparlera, il est tout petit encore – et même si l’idée « autant en finir » me parle, le quotidien avec deux minus a aussi de quoi m’effrayer !

le 15/03/2018 à 17h05 | Répondre

Claudia

Moi je ne voulais pas avoir 2 enfants avec des couches en même temps. Du coup, mes enfants avaient 3 ans puis 4 ans d’écart. Ils s’entendaient (et s’entendent toujours) très bien. Petit bémol: ça fait 12 ans de siestes les après-midi, en week-end ça limite les horaires des sorties. Même si ça ne nous a pas empêché de faire des voyages plus lointains pour les vacances.

le 15/03/2018 à 17h48 | Répondre

Nilith lutine

Pour le coup je me dis que tant qu’à être dans les couches, un peu plus ou un peu moins, ça ne change pas trop la donne. 🙂 Limite on reste habitués plutôt que d’oublier ce que c’était ! 😆
D’autant que, à part si les enfants sont vraiment bien plus grands, il reste toujours des histoires d’accidents à gérer (pipis au lit, attente du dernier moment pour aller aux toilettes – trop tard !). Alors finalement, que Pimprenelle porte encore des couches, ça fait qu’on ne sera pas dans ces problèmes-ci lorsque le bébé en sera à son niveau « couches maximum » (changes de nuit indispensables et tout le bazar). Ça devrait survenir alors que les changes du nouveau-né se seront un peu espacés…
Puis les couches pour un grand, c’est une autre gestion. Maintenant, elle prévient qu’elle a fait caca ou que sa couche est trop remplie, elle dégrafe elle-même sa couche, etc. Rien à voir avec le bébé pour qui il faut tout contrôler.

Mais c’est assez drôle de constater qu’on se focalise tous sur un truc différent pour juger de cet écart d’âge à avoir. 😀

le 21/03/2018 à 11h18 | Répondre

ornella

Je plussoie, si nous devions en avoir un deuxième, entre 3 et 4 ans me semble aussi l’écart idéal.

le 16/03/2018 à 10h31 | Répondre

Madame Bobette (voir son site)

De notre côté, on aurait voulu 2 ans et demi – 3 ans mais on se rapproche de plus en plus des 3 ans pour le moment! Et toujours rien… Si on met au moins autant de temps à concevoir BB2 que pour Tess, on dépassera sûrement les 3 ans. Ca m’embête car j’avais 4 ans avec ma sœur et nos relations ont été longtemps conflictuelles alors qu’elle était proche de notre frère avec qui elle avait 3 ans d’écart…
Bref, de toute façon, c’est une chose que nous ne maîtrisons pas. Je vous demande juste de croiser les doigts pour nous afin que ce cycle soit le bon 😉

le 16/03/2018 à 14h44 | Répondre

Nilith lutine

On croise, on croise. 🙂
Après une relation conflictuelle entre deux enfants d’une fratrie peut très bien n’avoir aucun rapport avec l’âge, on a tôt fait de tout mettre sur ce compte-là, mais il y a tellement de facteurs qui entrent en ligne de compte !

le 21/03/2018 à 09h39 | Répondre

Nilith lutine

Il me semble trèèèèèès clair qu’avant tout, l’idée de l’écart idéal est très influencé par la propre expérience qu’on a. (Comme pour tout en fait.)
Dans mon cas justement, je n’avais pas d’expérience de fratrie, mes demi-sœurs étant beaucoup plus âgées que moi (majeures à ma naissance) et n’ayant jamais vécu avec elles.
Du coup, je ne peux qu’intellectualiser la chose, et je n’ai même pas de bon moments de fratrie à me remémorer pour me rassurer et me dire que c’est chouette, d’avoir un frère/une sœur. 😮

le 21/03/2018 à 09h37 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?