Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

La motricité libre : mon expérience


Publié le 4 juillet 2016 par Die Franzoesin

Avant de devenir maman, je n’avais jamais entendu parler de motricité libre. Je suis tombée sur ces mots un peu par hasard, en traînant sur la blogosphère parentale. La motricité libre a en effet le vent en poupe : comme l’allaitement, le portage ou la DME (diversification menée par l’enfant), elle est à la mode en ce moment. Mais la motricité libre, qu’est-ce que c’est ?

C’est une façon bien précise – quoique très simple – d’interagir avec son bébé et de stimuler – ou pas – sa motricité générale. Il s’agit en fait de respecter un seul principe : ne jamais le mettre dans une position qu’il ne parvient pas à atteindre par ses propres moyens.

Concrètement, ça veut dire ne pas asseoir son bébé avant qu’il ne sache s’asseoir de lui-même, ne pas mettre un bébé debout avant qu’il ne sache se redresser de lui-même, ne pas faire marcher un bébé en lui tenant les mains avant qu’il ne sache marcher tout court, etc. Il y a plein d’autres petites choses associées de près ou de loin à la motricité libre, comme le fait de privilégier le pied nu jusqu’à l’acquisition complète de la marche. Et comme toutes les théories éducatives, on peut l’appliquer à la lettre ou simplement s’en inspirer.

Motricité libre

Crédits photo (creative commons) : Torrey Wiley

Si j’ai choisi de te parler de ce sujet aujourd’hui, c’est parce que j’ai pratiqué la motricité libre de façon presque exclusive avec mon fils, qui a désormais 18 mois. J’ai donc un peu de recul sur le sujet. Il me semble par ailleurs que cette façon de faire, bien qu’elle soit en train de se répandre, reste assez méconnue et marginale en France. En Allemagne où j’habite, en tout cas dans mon Land, elle est en revanche très majoritaire.

Je souhaite toutefois préciser quelque chose : si j’écris cet article, c’est juste pour t’informer, et pourquoi pas te donner envie d’essayer, si tu sens que ton bébé et toi pourrez y être réceptifs. Je ne crois pas que ce soit la seule, ni la meilleure façon de faire. Chaque bébé est différent, et chaque parent aussi. Ça ne me choque ni ne me dérange en aucune façon que d’autres fassent différemment. D’ailleurs, ma propre mère m’a assise et fait marcher, et je n’en ai gardé aucun traumatisme sévère ! Et puis, qui sait, les théories en la matière évoluent si rapidement ! Peut-être que dans vingt ans, ça semblera totalement rétrograde !

Bref, j’en viens à mon sujet : la motricité libre, mon fils et moi. Je disais tout à l’heure que j’avais découvert le terme de motricité libre sur la blogosphère. Le terme oui, mais pas la méthode. Celle-ci m’a été expliquée par la kiné qui s’occupait de mon fils les premiers mois. Mon fils est né avec deux petites particularités normalement sans gravité : un torticolis congénital, et un pied en dedans (métatarsus varus pour les intimes). En dehors des exercices spécifiques qui lui étaient prescrits, notre kiné nous a vivement conseillé cette façon de faire, afin de favoriser son bon développement musculaire.

Concrètement, ça veut dire que les premiers mois, je laissais mon enfant très régulièrement par terre, sur une simple couverture. Plus tard, nous ne l’avons jamais assis entouré de coussins. Nous le laissions au sol, sur le ventre désormais. Encore plus tard, lorsqu’il a eu 1 an, nous ne l’avons pas fait marcher en lui tenant les mains. Nous avons attendu plus ou moins patiemment qu’il se lance de lui-même, ce qu’il a finalement fait à 15 mois. Nous n’avons jamais eu de trotteur et ne lui avons acheté aucune paire de chaussures avant ses 15 mois. Voilà, en gros, en quoi ça a consisté pour nous.

Et maintenant, le retour d’expérience tant attendu… Et alors ?

On dit beaucoup de choses sur la motricité libre et, comme sur d’autres sujets, ses adeptes me semblent parfois un peu exagérer. J’ai ainsi souvent lu que la motricité libre renforçait l’estime de soi chez l’enfant, celui-ci parvenant de lui-même à atteindre la position convoitée. Très honnêtement, je ne suis pas certaine d’être d’accord avec ça – ou alors dans une très faible mesure. La base de l’estime de soi, à mon sens, elle se niche dans la bouche et le cœur des parents, dans leur capacité à féliciter et à valoriser leur enfant. Est-ce que mon fils aura plus tard davantage confiance en lui qu’une petite fille qu’on aura assise à 6 mois ? Je ne crois pas.

Cependant, je vois certains avantages, c’est vrai, à cette méthode.

Le premier (et tu vas découvrir que je suis une maman fainéante), c’est qu’elle rend ton enfant autonome. C’est-à-dire qu’elle l’habitue dès le début à faire sans toi. J’ai déjà croisé des bébés qui réclamaient sans cesse qu’on les fasse marcher en leur tenant les mains. Mon fils n’y étant pas du tout habitué, il n’a jamais eu cette idée. Et je dois dire que j’ai trouvé ça très pratique : ça a préservé mon dos et ma tranquillité.

Le second, c’est qu’elle permet de réduire le nombre de chutes et d’accidents. J’ai entendu beaucoup de récits d’enfants mis en position assise qui ont soudainement perdu l’équilibre et se sont cognés. Bien sûr, aucun d’entre eux ne s’est fait vraiment mal. Mais l’avantage de la motricité libre, c’est qu’elle permet à ton enfant de ne faire que ce qu’il maîtrise vraiment.

Et c’est vrai que Pierre n’est presque jamais tombé. Il a marché relativement tard, mais spontanément avec beaucoup d’assurance et d’équilibre. Et lorsque, par hasard, il trébuche, il sait parfaitement bien tomber, en amortissant le choc avec ses mains ou ses fesses. Il a d’ailleurs su marcher et se relever en même temps. Et je crois que je peux associer ça à la méthode pratiquée.

J’y vois cependant un désavantage aussi, et je souhaite le mentionner en toute transparence : avec la motricité libre, sauf exception, ton enfant ne fera jamais partie des premiers.

Alors que tu verras tous les petits de tes amis souriants et assis à 6 mois, il y a de fortes chances pour que le tien soit encore en train de râler sur le sol à plat ventre. Alors que tu liras sur toutes les notices de chaises hautes qu’elles sont utilisables à partir de 6 mois, la tienne restera encore de longues semaines dans son emballage. Car un enfant est rarement en capacité de s’asseoir seul – ce qui demande une force importante dans les bras pour se relever entièrement – avant 8 mois.

Idem pour la marche : ne pas faire marcher son enfant, c’est souvent accepter qu’il fasse du quatre pattes plus longtemps, et même après 1 an. Ce n’est pas insurmontable, mais je mentirais si je te disais que ça ne m’a pas parfois un peu démotivée. C’est toujours tellement plus facile d’être comme tout le monde, voire en avance !

Voilà, tu en sais plus sur la motricité libre. J’espère t’avoir donné envie d’essayer, car c’est une approche très intéressante de la motricité à mes yeux. Et puis, si ta belle-mère s’étonne : « Mais tu le laisses comme ça, sur une couverture ? », puis un peu plus tard : « Mais tu ne le fais pas marcher ? », tu n’auras qu’à lui répondre : « Mais non, voyons, c’est la méthode allemande ! »

Et toi ? Tu as pratiqué la motricité libre ? Quels avantages y as-tu vus ? Quels inconvénients ? Viens nous raconter…

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !


Porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

47   Commentaires Laisser un commentaire ?

Marie Obrigada

Très intéressant comme toujours ! Je ne suis juste pas d’accord sur le fait qu’un enfant en motricité libre ne fait pas partie des premiers. Niveau motricité ma fille a tout fait tôt et pourtant je pense avoir appliqué aussi les grands principes de la motricité libre que tu cites (ne pas asseoir, aider à marcher seulement à la demande, pas de chaussures…). Bouger c’était son truc, à l’inverse elle a eu des dents tard et doucement (seulement 7 à 17 mois). Donc bon, chacun son rythme, quelle que soit la méthode d’accompagnement des parents. C’est vrai que la motricité libre n’accélère pas le processus donc ça peut être plus long mais pas forcément.

le 04/07/2016 à 07h49 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Bonjour Marie et merci ! Oui tu as raison j’ai vu des petits en motricité libre marcher à 11 mois… Mais ce que je voulais dire c’est que notamment vers 6 – 7 mois ne pas mettre son enfant assis et attendre qu’il le fasse peut faire penser qu’il est un peu en « retard ». Idem quand on ne les fait pas marcher…

le 04/07/2016 à 12h01 | Répondre

Julia

Pareil que toi Marie ! Pour nos deux enfants nous avons pratiquer la motricité libre et franchement si je ne m’étais tenue qu’à ma propre expérience j’aurais dit qu’au contraire ça permet aux enfants d’être dans les premiers. Mais là encore, chaque enfant est différent. Cependant la différence flagrante entre les enfants qui sont poussés et ceux qu’on laisse faire à leur rythme c’est vraiment l’autonomie et la confiance en soi. Ce qui peut être dangereux quand ton enfant prend un peu trop de la graine et grimpe de partout ? !

le 04/07/2016 à 12h16 | Répondre

virginie

Ecoute, je n’ai pas d’enfant et, malheureusement, ce serai pour une prochaine fois puisque j’ai dû évacuer un œuf clair… bouuuuu… bref, là n’est pas le sujet. En revanche, je trouve le raisonnement de la motricité libre assez sain finalement : pourquoi forcer la nature tout simplement ? L’enfant avance a son rythme et pi c’est tout ! Alors tu vois, on peut être réceptif pour plusieurs choses, certains pour un renforcement musculaire, d’autres pour la confiance en soi, pour ma part, ce sera l’idée que je ne force pas mon enfant à aller plus vite que la musique 😉 Quand j’en serai là, je me pencherai plus avant sur ce sujet.
Je te remercie de l’avoir abordé avec nous.

le 04/07/2016 à 08h09 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Je suis désolée pour toi Virginie et j’espère que tes vœux se réaliseront au plus vite ! Je suis contente d’avoir éveillé ta curiosité sur ce thème le moment venu tu pourras te renseigner davantage.

le 04/07/2016 à 12h02 | Répondre

Tortue

Hello !
Merci pour ce retour d’expérience ! J’ai comme toi été sensibilisée au sujet dans les premiers mois de ma fille, et j’ai été bien déterminée à procéder comme ça. En pratique, la réalité m’a montré qu’on ne planifiait pas tout dans le développement d’un enfant. Je l’ai mis énormément sur son tapis d’éveil, et pourtant elle ne s’est jamais retournée, ni dans un sens ni dans l’autre (et encore maintenant à 10 mois et demi) donc j’ai fini par la faire jouer assise quand même (ce qu’elle apprécie beaucoup) alors qu’elle ne savait pas s’asseoir en partant de la position allongée (mais en attendant quand même qu’elle tienne seule sans coussins, vers 9 mois). Et là elle est sur le point de partir à 4 pattes en partant de la position assise mais ce n’est pas encore parfaitement au point (pour le coup je la laisse faire). Je compte aussi ne pas la faire marcher, dans le principe, mais déjà elle adore se mettre debout contre moi et se tenir à mes mains. qu’elle cherche spontanément. Lui refuser sous prétexte de motricité libre serait complètement artificiel et anti-instinctif…! J’attends de voir la suite, mais moi qui avait été complètement séduite par le concept, je me dis maintenant avec ma courte expérience que finalement ce qui compte c’est de faire comme on le sent et d’observer son enfant !

le 04/07/2016 à 08h29 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Je comprends totalement ce que tu veux dire Tortue et c’est pour ça que j’ai essayé de rester « modérée » dans mon article, parce que j’ai constaté autour de moi qu’en effet, cette méthode ne convenait peut-être pas à tous les enfants.

le 04/07/2016 à 12h03 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

Je te remercie pour l’article car effectivement, on en entend beaucoup parlé mais on ne m’avais jamais vraiment expliquer en quoi cela consistait.
Je partage totalement ton avis sur l’estime de soi mais ça tu t’en doutais certainement ! ?

le 04/07/2016 à 08h31 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Je suis contente si j’ai pu t’informer davantage 🙂 . Ah la confiance en soi, ça mériterait un article dédié !

le 04/07/2016 à 12h04 | Répondre

ally

Tiens, c’est amusant, j’ignorai que cela s’appelait comme ça. J’ai moi aussi laissé mon fils longtemps sur une couverture sans chercher à l’assoir, il a très vite fait du 4 pattes mais a effectivement mis plus longtemps à marcher (à 15 mois), mais par contre, une fois qu’il a démarré, plus moyen de l’arrêter et comme tu le dis, il est finalement très peu tombé, où alors, toujours avec le reflexe de mettre les bras en avant. Il faut dire qu’on était en vacances à la mer, la plage, ça amorti bien les premières chutes. Moi non plus je ne l’ai jamais forcé, il a fait ça à son rythme malgré les « quoi, mais il ne marche pas encore? ». La seule chose c’était la chaise haute, on a démarré pour ses 7 mois, parce que le transat pour les repas ça devenait compliqué. Idem pour les chaussures, c’était pieds nus et chaussons souples en cuir. Je crois que comme pour les repas, il faut y aller un peu au feeling. Quand il n’a plus voulu de ses petits pots à 15 mois (en même temps que la marche, tiens, tiens), plutôt que de rentrer dans le conflit parce que les préconisations veulent que…, on lui a donné la même chose que nous, et ça a roulé tout seul (et du coup, pour nous, ça nous a permis de rééquilibrer encore plus notre alimentation vers quelque chose d’encore plus flexitarien).
Bon en tout cas, la méthode allemande, je penserai à la citer alors (étant en Alsace, ça passera tout seul 🙂 )

le 04/07/2016 à 08h32 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

C’est drôle peut-être que tu as été influencée sans le savoir par le pays d’à coté ? 🙂 Pour les repas nous avions la chance d’avoir un transat en hauteur – au niveau de notre table, car sinon en effet j’imagine que ça peut être rapidement frustrant.

le 04/07/2016 à 12h05 | Répondre

Melimelanie

Très intéressant comme retour surtout que je n’ai pas du tout pu faire ça avec Alexis pour le moment… Très vite il a refusé de rester dans son parc et à réclamé d’être assis sur le canapé/ dans la chaise haute… Et pourtant je tente un maximum de le laisser se débrouiller par lui même mais dans ce cas je vis avec des chouineris/pleurs permanents et j’avoue ne pas avoir la force!

le 04/07/2016 à 09h33 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Je comprends et je crois en effet que tous les bébés ne sont pas forcément réceptifs… Dans ce cas là je pense sincèrement que ce n’est pas si grave, il finira par marcher comme les autres 😉 .

le 04/07/2016 à 12h07 | Répondre

Hermy

Tout comme toi, je n’en avais jamais vraiment entendu parlé avant que la kiné du Choupi m’en parle (torticolis congénital ici aussi) et j’avoue que cela m’allait bien comme méthode. En plus je me suis rendue compte qu’à la crèche, il appliquait aussi cette méthode. Alors c’est vrai que du coup le Choupi n’a pas marché super vite et qu’il a fallu que j’attende ces 9 mois pour qu’il se mette assis tout seul (vive le transat pour les repas) mais bon c’était un mal pour un bien. Si c’était à refaire, je referais pareil !!! ^^

le 04/07/2016 à 09h58 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Moi aussi finalement je crois que cette méthode me convenait bien et en plus je crois qu’elle convenait aussi bien à Pierre. J’espère que nos BB2 seront aussi réceptifs 😉 .

le 04/07/2016 à 12h10 | Répondre

Lisa

On pratique ici aussi la motricité libre, bébé est assez tonique et plutôt en avance. Il s’est retourné très tôt, a très vite fait du quatre pattes. On sent qu’il a très envie de se mettre debout, il essaie de se redresser en ce moment, mais il n’a pas encore un an alors je ne sais pas si il marchera tôt ou non. Chez l’assistante maternelle, les autres enfants sont plus grands et je pense que cela le stimule beaucoup aussi. Il peut être un peu frustré de ne pas pouvoir faire comme les grands. J’aime bien le principe de laisser les enfants aller à leur rythme. Et pour l’instant, l’avantage qu’on y voit, c’est que bébé apprend de ses petites chutes et fait attention lorsqu’il bascule à prendre appui sur ses bras ou autre pour ne pas se faire mal. Par contre, à partir du moment ou bébé bouge beaucoup cela demande beaucoup de vigilence et d’être à proximité pour le surveiller même si on a essayé d’adapter et de sécuriser un maximum l’espace. Parfois, je me dis que le parc serait bien pratique de temps en temps pour pouvoir le laisser en toute sécurité et vaguer à ses occupations.

le 04/07/2016 à 10h11 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

J’avais quand même un parc car j’étais souvent seule avec mon fils et pour des cas particuliers (prendre ma douche, passer un coup de téléphone) il n’y avait pas d’autre solution. Mais ce n’est pas forcément contradictoire 🙂 .

le 04/07/2016 à 12h11 | Répondre

Madame Lavande

Très intéressant comme article, et puis c’est toujours sympa de voir les pratiques chez nos voisins 🙂
Ici la puce a seulement 3 mois donc question motricité c’est assez limité: elle tient bien sa tête et relève la tête et le torse quand on la met sur le ventre. Elle commence également à se retourner. Je trouve en effet que sur-stimuler son enfant pour qu’il s’assoit/marche n’est pas forcément la meilleure des méthodes, pour autant je pense qu’un peu de stimulation ne fait pas de mal. C’est bien que chaque enfant aille a son rythme mais ça n’empêche pas de le stimuler. Je pense appliquer une méthode à mi chemin 😉
Si on ne stimule pas j’ai un peu peur que l’enfant n’avance pas beaucoup ! En terme d’estime de soi, être toujours le dernier à savoir faire quelque chose, même si c’est par soi même seulement, je ne suis pas sure que ce soit très valorisant.

le 04/07/2016 à 11h09 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Oui c’est toujours un subtil équilibre à trouver entre stimuler un peu / trop ou pas assez… Je me rends compte que j’ai tendance naturellement à stimuler mon fils pour la lecture, le langage, le dessin… Sans doute parce que ce sont des activités qui spontanément m’attirent. Je pense que tant qu’on reste dans ce spontané de la relation, le partage d’intérêt, tout va bien.

le 04/07/2016 à 12h17 | Répondre

Lily

Coucou !

Merci pour cet article 🙂 J’adore le principe de la motricité libre, mais je n’ai pas réussi à l’appliquer pour mon aîné, qui ne supportait pas de rester tout seul allongé (c’était un fan du transat, je devais l’emmener partout dans la maison avec moi) !

Mon deuxième lui adore son tapis d’éveil, il gigote et il se retournera bientôt je pense (il a 4 mois), donc je suis tentée d’attendre qu’il s’asseye tout seul, il a le potentiel 😉

Mais j’ai une QUESTION : comment fait-on pour les repas (diversification) ? Il faut bien les asseoir, pour les faire manger ? Comment ça se passe…?

le 04/07/2016 à 11h41 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

En effet c’est une très bonne question 🙂 . Dans ce cas ce qui est très pratique ce sont les transats qu’on peut positionner en hauteur au niveau de la table. Il permettent d’éviter la position assise et de soutenir son dos et son cou. On peut aussi bien sûr donner à manger dans le transat posé par terre, mais c’est un peu moins pratique.

le 04/07/2016 à 12h26 | Répondre

Lily

Ok, dans le transat, j’essaierai ça ! Mon transat est « à terre », on mangera donc à la japonaise… (quel mélange de cultures !).

le 04/07/2016 à 14h17 | Répondre

Lutine Chlorophylle

Pour moi la motricité libre n’est pas une religion, il s’agit donc de limiter au maximum les temps d’assise (pour rester sur cet exemple) tant que l’enfant ne sait pas faire… Mais on peut malgré tout l’assoir le temps du repas, et le laisser ensuite à nouveau au sol ! 🙂

le 04/07/2016 à 14h01 | Répondre

Lily

Oui tout à fait ! C’est sur le temps de « jeux », finalement, que la motricité libre s’applique…

le 04/07/2016 à 14h24 | Répondre

Claire (voir son site)

Pour ma part, je lui donnais à manger sur mes genoux. Et c’est aussi ce qu’il font à la crèche de ma fille. Ils n’ont pas de chaise haute et font manger les enfants sur leurs genoux jusqu’au moment ou ils peuvent manger seul à table. En plus, ça permet un moment privilégier aussi.
Mais après chacun fait comme il veux/ peux.

le 04/07/2016 à 14h40 | Répondre

Allychachoo - Famille en chantier (voir son site)

Tu te doutes, pas de motricité libre chez nous vu que petit chat est suivi en psychomotricité depuis ses 3 mois 😉 Je ne pense pas que c’est quelquechose qui aurait convenu pour lui, il a vraiment besoin qu’on lui « fasse faire » et « faire ressentir » pour qu’il s’approprie les gestes et postures. Pour autant, la marche on n’a pas forcé, pas de porteur même si il est vrai qu’à un moment je me suis posée la question tellement on sentait que ça le frustrait… (je sais que ce n’est pas recommandé, mais je dois dire que j’ai lu plusieurs témoignages de parents qui en avaient utilisé sur de très courts moments et que ça avait aidé, alors…). En tout cas, il s’est lancé quand il s’est senti prêt. Ce n’est pas encore parfait, mais comme toi pas de chutes, et surtout je sens bien que la confiance en lui est là et bien là. C’est ce qui est important je pense : « sentir » les besoins de son bébé.

le 04/07/2016 à 12h48 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Oui bien sûr il me semble d’ailleurs qu’une personne l’a écrit en commentaire : comme pour beaucoup de sujets (la diversification, etc.) c’est différent pour chaque bébé et chaque maman et l’important c’est de s’adapter 🙂 .

le 04/07/2016 à 14h37 | Répondre

Allychachoo - Famille en chantier (voir son site)

Exactement ! Entre les « théories », nos volontés éducatives et le caractère et les besoins de bébé, il faut composer 🙂

le 04/07/2016 à 16h44 | Répondre

Camomille (voir son site)

Je ne suis pas pour la motricité libre, dans le sens où j’aime montrer et encourager que ce soit la station assise, la marche… Et c’est ce que j’ai fait avec mon 1er. Mais avec ma 2ème, je n’ai pas eu le choix 🙂
Elle refusait de s’assoir, refuse encore de marcher. Elle veut tout faire toute seule depuis la naissance et elle veut que ça bouge. Pour elle, pas de tapis d’éveil plus de 3 min, pas de chaise haute avant 11 mois, elle ne s’est assise qu’à 14 mois. Bref, tout ça pour dire que la motricité libre, je pense qu’avant d’être le choix des parents, c’est le choix des bébés !

le 04/07/2016 à 13h04 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Je pense aussi qu’il est difficile de forcer un bébé et que certains sont plus ou moins réceptifs à cette méthode. De mon côté j’ai été fascinée justement de voir que sans rien lui montrer, il progressait tout seul, naturellement. Cela ne m’a pas manqué de ne pas lui montrer.

le 04/07/2016 à 14h34 | Répondre

Mlle Mora

Je l’ai pratiquée sans le savoir en fait, c’est maintenant que je me rends compte !
La crèche va beaucoup dans ce sens, ils ne l’asseyaient jamais tant qu’elle ne savait pas le faire toute seule. Pour la marche, ma mère me tannait pour que je lui achète des chaussures, mais tant qu’elle n’a pas marché je n’y voyais pas l’intérêt ! Elle a marché à 14 mois et comme ton fils, elle tombe rarement et quand ça arrive, elle sait parfaitement se rattraper. Pareil, elle n’a jamais réclamé qu’on la fasse marcher avant qu’elle sache le faire, et j’avoue que oui, c’était bien reposant, parce qu’une fois qu’elle a su marcher, il a fallu lui courir après (surtout dans le TGV !! hihi)
Pour bb2, je pense faire la même chose, mais on verra si elle est aussi « conciliante » que la 1ère…

le 04/07/2016 à 13h11 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

En fait au début aussi je suivais simplement les conseils de ma kiné (en allemand qui plus est) et je ne savais pas que cela avait un nom particulier 🙂 . J’espère aussi que mon deuxième bébé (le jour où il sera conçu hein 😉 ) sera aussi réceptif !

le 04/07/2016 à 14h35 | Répondre

Popie

Article très intéressant (et bienveillant !!!). J’ajouterais juste que ça dépend aussi du tempérament de l’enfant. Mon fils n’aime pas être couché et ce depuis sa naissance et il a toujours pleuré pour qu’on le change de position pour pouvoir tout regarder et nous n’avons pas vraiment eu le choix ! Nous avons juste suivi en fait, car la vérité c’est que c’est nous qui nous adaptons à l’enfant pour de nombreuses choses !

le 04/07/2016 à 13h22 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Oui c’est pour ça que j’ai essayé de ne pas être « dogmatique » dans cet article. J’ai conscience que les enfants sont plus ou moins réceptifs !

le 04/07/2016 à 14h30 | Répondre

Claire (voir son site)

Adepte de la motricité libre, ma fille a fait ses premiers pas vers 11 mois et s’est mise a bien marché vers 12 mois. Je pense que ça dépend des enfants. Ma fille aime bouger, c’est son truc, il est sur qu’elle n’est pas en retard à ce niveau là. Mais chaque enfant à son rythme et il me semble que c’est important de le respecter.
Pour moi, l’énorme avantage de la motricité libre, c’est que l’enfant est plus autonome (ça c’est pour les mamans flemmarde 😉 )
Et le deuxième avantage important pour moi, c’est que ma fille chute extrêmement rarement, elle connait très bien ses limites et se ravise si elle pense qu’elle ne peux pas arriver à faire ce qu’elle souhaite.
Et dans le cas ou elle chute, je ne dit rien et en principe, elle non plus et reprend ou elle en était!

le 04/07/2016 à 13h39 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

J’ai le même avis sur les avantages que tu décris – et sinon tu as raison cela n’influence probablement pas le rythme des progrès 🙂 .

le 04/07/2016 à 14h30 | Répondre

Lutine Chlorophylle

Nous pratiquons la motricité libre ici aussi. 🙂 Quand je repense au cousin de Pimprenelle au même âge, qui promenait ses parents partout pour être debout et « marcher », je suis bien contente de ce choix… Pimprenelle serait certainement capable de « marcher » si on la soutenait… Mais pourquoi faire au juste, alors qu’on sait que ça ne fait pas arriver la marche autonome plus rapidement (ou alors plus maladroitement). Je préserve donc mon dos, et Pimprenelle longe les murs. 😆 Et pour tout dire, comme on ne l’a jamais habitué à autre chose, les rares fois où l’on essaye de la soutenir en position debout, elle se laisse tomber à genoux ! 😀
Pour ce qui est du regard des autres, j’ai tellement l’habitude de ne pas m’en inquiéter (ou si peu) que je n’avais même pas imaginé que cela puisse être un point négatif.

le 04/07/2016 à 14h21 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Au moment de l’apprentissage de la marche je crois en effet que c’est un véritable atout « tranquillité » !
Et sinon je te rejoins : ce n’est pas une religion et s’il y a des « entorses », ce n’est rien de grave ! De mon côté j’ai simplement évité la chaise avant 9 mois parce qu’au delà de la méthode, Pierre avait comme je l’ai précisé de petits problèmes musculaires au niveau du cou.

le 04/07/2016 à 14h29 | Répondre

Muriel S.

La motricité libre est pas mal connue de nos jours, elle est même plébiscitée par ma pmi !
La puéricultrice que je vois m’a donné tout plein de conseils pour encourager et aider ma puce dans sa motricité ! Le but étant de la laisser faire seule et lui donner un coup de pouce quand elle avait des difficultés.
Notre grosse erreur a été de mettre notre fille assise alors qu’elle ne savait même pas se retourner…. Ça a été fait à l’initiative de ma mère(elle avait 8mois) chez qui on a été en vacances 2 mois et à notre retour, la puéricultrice nous a fortement déconseillé de continuer… On a remis la poupette sur le dos, elle n’était pas contente mais en l’encourageant à se retourner, elle a pris de plus en plus d’assurance toute seule ! En 3 semaines elle s’asseyait toute seule ! On ne l’a jamais forcée à se mettre debout, de toute façon, elle ne voulait pas ! Par contre, quand elle découvert qu’elle pouvait mettre un pied devant l’autre, on a été bons pour lui tenir les mains pendant 3 interminables mois ! Elle a marché à 18mois !

le 04/07/2016 à 15h54 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Je me rends compte qu’en France désormais la plupart des institutions (PMI, crèches) prônent en effet la motricité libre. Tant mieux si tu penses que ça a aidé ta fille ! Marcher à 18 mois on pense que c’est « tard » parfois mais en vrai c’est parfaitement « normal » 🙂 .

le 04/07/2016 à 22h13 | Répondre

Étoile (voir son site)

Sujet qui tombe au bon moment 😉 Nous sommes aussi en motricité libre. Par contre, Petit Prince est mis dans sa chaise haute pour le repas, et il aime bien parfois qu’on le tienne pour qu’il pousse sur ses jambes. Ce qui est agréable, c’est qu’on sent que bébé est ultra motivé et content lorsqu’il apprend tout seul. Dès qu’il a acquis une position, il ne « la quitte plus » ! Mes parents ont tendance à le caler avec des coussins mais je n’aime pas vraiment. Je préfère qu’il se mette assis de lui même. Je trouve que la motricité libre lui permet de faire des progrès énormes sur des choses auxquels on ne pense pas. Petit Prince passe dans des endroits parfois assez incongrus (mais pas dangereux) sans jamais se cogner. On sent qu’il maitrise réellement bien son corps, donc même s’il ne marche pas encore, je rejoins entièrement ce qui est dit dans ton article 🙂

le 04/07/2016 à 16h21 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Tant mieux 🙂 . Et ne t’en fais pas pour la chaise haute ou de petits moments en position assise, c’est normal et il n’est pas nécessaire d’être dans l’extrême. Un peu de temps assis, un peu de temps par terre, et je suis sûre qu’il va continuer à progresser comme ça !

le 04/07/2016 à 22h08 | Répondre

Ragnagna (voir son site)

J’adhérais à fond à la théorie comme tu sais mais la pratique varie toujours selon l’enfant comme tu dis. Elle a passé ses 7/8 premiers mois au sol sur des langes, sauf parfois quand elle a su tenir son dos vers 5/6 mois où on jouait avec elle appuyait sur un de nos genoux un petit peu (on voyait quand elle fatiguait de tenir son dos et elle se rallongeait alors) puis un jour elle a marché 2 pas entre nous et elle a plus voulu arrêter donc nous demandait de la faire marcher. Et comme je suis pas une ayatollah on a répondu à sa demande !
Je pense que le mieux c’est de suivre leurs envies sans les forcer. Comme pour tout en éducation. C’est vrai qu’elle chutait peu, elle avait pris son temps pour se muscler pour se lancer définitivement avant son anniv.

le 04/07/2016 à 21h19 | Répondre

Ragnagna (voir son site)

(Elle haïssais le transat ici par contre, on l’a rangé très tôt, elle mangeait sur nos genoux)

le 04/07/2016 à 21h21 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Je crois que si le bébé n’est pas réceptif, ce n’est pas vraiment nécessaire d’insister… Comme tu dis il faut rester ouvert ! J’avais juste envie d’écrire un article sur ce thème car j’ai l’impression qu’il est encore un peu méconnu (en dehors de la blogosphère parentale 😉 ).

le 04/07/2016 à 22h06 | Répondre

demester

bonjour je viens de lire votre article, j’ ai aussi pratiqué la motricité libre pour mes trois enfants et une chose est sur c’est qu’ils n’ont pas été en « retard » ma première a marché à 12 mois mon second n’avait pas 10 mois et ma dernière 11 mois ce sont des enfants très débrouillards et en demande d’autonomie constante alors parents et futurs parents n’hésitaient pas ne soyez pas dans la crainte que vos enfants ne soient pas dans la norme

le 22/07/2017 à 08h56 | Répondre

lili

bonjour, merci pour cet article. je suis très intéressée par la motricité libre (que finalement je trouve très naturelle) mais ‘ayant pas d’exemple autour de moi et n’ayant pour l’instant aucune expérience, j’ai du mal à voir « concrètement » certain moments du quotidien.. voulant se passer de transat, où est le bébé pendant vos repas par exemple? en supposant qu’il ne dorme pas à ce moment là, vous le laissez au sol pendant que vous êtes à table? j’imagine que c’est frustrant pour lui et je serai tentée de le mettre « avec nous », sur un transat? Or j’aimerai me passer de transat… merci de votre réponse!

le 26/02/2018 à 09h58 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?