Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Mon nouveau bébé a chamboulé ma famille


Publié le 21 août 2015 par MmeLYAMO

Aujourd’hui, je vais te parler d’un problème qui a bouleversé un temps notre nouvelle vie à quatre…

Mon deuxième enfant est né en septembre. Tout s’est bien passé. À la maternité, en journée, mon fils était adorable, tout le temps contre moi en peau à peau, car il n’arrivait pas à réguler sa température… Mais la nuit venue, quand j’étais seule, commençait alors un véritable calvaire. Oui oui, un calvaire !

Une fois que je le posais dans son berceau, il commençait à pleurer, impossible de le calmer… J’étais dépitée, je passais mes nuits à essayer de calmer mon bébé. Les auxiliaires passaient régulièrement car elles entendaient le petit pleurer à l’autre bout du service ! Je me disais que tout allait s’arranger en rentrant à la maison, au calme, comme ça s’était passé avec ma première. Je me réconfortais comme je pouvais…

C’est donc confiante que je suis rentrée à la maison. Mais mon fils ne s’est pas calmé, le problème a même empiré ! Il pleurait sans cesse. Son seul moment d’apaisement (et encore pas toujours) : quand il était au sein, dans les bras et avec la chaleur de sa maman…

Bébé qui pleure

Crédits photo (creative commons) : Upsilon Andromedae

Je me suis mise à douter de mon allaitement, mon mari aussi, et notre famille aussi… Je te passe les réflexions (« Tu n’as pas assez de lait… » etc.). Tout ça accumulé, et avec la fatigue en plus, j’ai laissé tomber l’allaitement et je suis passée au biberon, en pensant bêtement que tout allait s’arranger.

Les jours ont passé, puis les semaines. Lors des visites chez le médecin, chez le pédiatre, rien du tout : mon bébé se portait bien (Dieu merci !). Je ne comprenais pas, j’étais perdue. J’ai beaucoup pleuré, et je me suis beaucoup remise en questions : « Je suis une mauvaise mère, j’ai dû rater quelque chose… »

Je crois avoir tout essayé : un lit plus petit, un lit plus grand, l’emmaillotement, un tee-shirt avec nos odeurs, et j’en passe… Mais non, Monsieur ne dormait que sur moi, ventre contre mon ventre, et il fallait que je tapote délicatement ses fesses pour qu’il trouve le sommeil… Autant dire que moi, je ne dormais pas beaucoup !

J’ai vu le temps passer, ma reprise du travail arriver, et j’ai pris peur, car j’étais exténuée… J’essayais de préserver mon mari, qui lui bossait la semaine. Il essayait de prendre le relais le weekend, mais je ne dormais pas pour autant.

La première pédiatre que j’ai vue m’a même sorti : « Mais Madame, vous avez déjà eu un enfant, vous savez ce que c’est ! » Merci Docteur, je ne suis pas débile, un bébé, je sais que ça pleure ! Mais je sais aussi qu’un bébé, ça ne pleure pas tout le temps ! J’étais déjà exténuée, au bord de la crise de nerfs, et Madame m’enfonce un peu plus ! Je suis sortie de là en pleurs, me sentant minable de ne pas réussir à calmer mon enfant…

Entre-temps, on a soigné mon fils pour ses coliques, puis pour un RGO. En voyant que tous ces médicaments que mon enfant engloutissait ne faisaient rien, je les ai finalement stoppés : visiblement, ce n’était pas ça…

Sur le conseil de ma « formidable » pédiatre, je l’ai laissé pleurer… Mon Dieu, quel supplice ! Je ne pouvais pas continuer cette méthode ! Mais j’avoue que ce moment où je l’ai laissé pleurer m’a fait le plus grand bien (ouh la, tu dois te dire que je suis une mauvaise mère !).

J’ai repris le boulot. Ça faisait trois mois que je n’avais pas fait une nuit. Et quand je dis « nuit », je te parle de seulement quatre heures d’affilée ! Mais quand tu dors avec ton enfant sur toi, tu ne dors pas du tout, car tu as trop peur de l’écraser… Au boulot, j’étais une loque : j’exécutais mon travail, point final.

Et puis un jour, j’ai rencontré au travail un médecin, et j’ai fini par lâcher le morceau. J’ai pleuré avec elle, et ça m’a fait du bien. Elle m’a alors conseillé un super pédiatre dans la ville où je bossais… J’ai donc appelé pour prendre un rendez-vous en urgence.

Il m’a reçue dans son cabinet, a vu mon calvaire, et m’a rassurée : ça n’arrivait pas qu’à moi, nous étions beaucoup de jeunes mamans dans ce cas… Nous avons donc commencé par un traitement probiotique pour calmer ses bobos de ventre. Et j’ai tout de suite vu du mieux : il a commencé à faire la sieste chez la nounou, puis à la maison. Même si la nuit était toujours un calvaire, la journée était mieux…

J’ai refait un point avec le pédiatre un mois plus tard. Nous étions en avril, une semaine avant les vacances de Pâques. Et le pédiatre a enfin mis le doigt sur le problème.

Il m’a demandé où dormait mon fils. Je lui ai expliqué que la maison était en travaux et que donc il dormait avec nous. Normalement, il aurait dû aller avec sa sœur, mais je ne pouvais absolument pas le mettre avec elle, car je ne voulais pas la perturber : elle allait à l’école, elle avait besoin de dormir. Il m’a alors dit : « C’est simple : vendredi, c’est les vacances, mettez-les ensemble, tous les deux. Détachez-vous de lui. »

En rentrant, cette idée avait fait son chemin dans ma tête. J’en ai parlé à mon mari, qui lui n’y croyait pas du tout… On a finalement décidé de le mettre seul dans la chambre de notre fille et de faire dormir notre fille avec nous (mon Dieu, encore une bêtise !) le soir-même.

J’avais le cœur lourd en le mettant seul dans cette chambre… Eh bien, figure-toi que nous nous sommes réveillés le lendemain à 7h ! On a sauté du lit et filé dans la chambre : on avait peur qu’il lui soit arrivé quelque chose… Eh non, Monsieur dormait ENFIN ! Monsieur avait trouvé le sommeil…

Pour le pédiatre, j’avais une relation trop proche de mon fils. Dans notre chambre, il étouffait. Il sentait notre stress et ne trouvait pas sa place… Moi, je pense simplement que mon fils avait besoin d’être seul. On a essayé de remettre notre fille avec lui, impossible : ça recommençait.

C’est comme ça que notre fille a dormi avec nous des mois durant (ça, c’est une autre histoire… mais je te rassure, trois ans plus tard, nous sommes enfin seuls dans notre chambre et tout le monde fait ses nuits… YOUPI !).

Et puis un jour, sur un forum, j’ai trouvé les mots : mon fils était un B.A.B.I, un bébé aux besoins intenses…

Aujourd’hui, il va bientôt avoir 3 ans. Il dort très bien, fait des grasses mat’ jusqu’à 11h parfois et des siestes allant jusqu’à 17h… Bref, mon bébé est un grand garçon, mais il reste cependant (et heureusement) très proche de moi. Toujours à me faire des câlins, à me dire je t’aime.

Cette période a bien entendu chamboulé notre vie et celle de ma fille, qui s’est sentie délaissée. C’est vrai, on ne s’est pas occupés d’elle comme on aurait dû. On s’est parfois énervés, alors que la pauvre n’était pas responsable de notre fatigue. Elle nous a d’ailleurs fait une grosse crise de jalousie par la suite. Elle ne trouvait plus sa place et je crois même qu’elle en a voulu à son frère pendant une période : elle était très méchante avec lui. On a dû beaucoup discuter avec elle. Sa maîtresse de l’époque a aussi remarqué son changement de comportement : elle faisait pipi pendant la sieste, elle était plus agressive…

Mais tout est rentré dans l’ordre aujourd’hui. Ils se disputent, mais c’est normal. Je prends plaisir à les voir jouer ensemble, se chercher…

Quand mon mari m’a parlé de faire un troisième enfant, j’ai beaucoup hésité. Ce que j’ai vécu est resté gravé dans ma mémoire. Revivre tout ça, je ne suis pas sûre d’y arriver. Mais qui vivra verra…

Et toi ? L’arrivée de ton deuxième enfant a bouleversé ton équilibre familial ? Tu as déjà eu à t’occuper d’un BABI ? Ton bébé a eu du mal à dormir la nuit (et toi aussi !) durant de nombreux mois ? Dis-nous !

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !


Porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

12   Commentaires Laisser un commentaire ?

Dubmel

Merci pour cet article… Notre fille était du même genre, sauf que c’était notre première… Pareil ne dormait que sur moi, et elle restait au sein pendant des heures, détestait être allongée… Et pendant des mois on m’a dit que c’était normal et que ça passerait… Alors au début, j’ai été patiente et tenté juste de tenir le choc… Mais à 4 mois j’en pouvais plus, j’ai tenté plein de trucs et finalement elle a enfin commencé à aller mieux. Comme toi, le personnel médical n’a pas su ou voulu nous aider, et je croyais que c’était de ma faute… Autant dire qu’on a très envie d’un deuxième, mais qu’on hésite beaucoup!

le 21/08/2015 à 09h50 | Répondre

Philyra

Ma fille aussi était comme ça. Résultat : c’était une allergies aux protéines de lait de vache (j’en ai fait quelques chroniques)
C’est l’allergie la plus courante chez les bébés mais elle est en général assez mal diagnostiqué. Mais, comme elle passe souvent rapidement, les douleurs, RGO et autres symptômes sont souvent mis sur la cause de la normalité et de « un bébé, ça régurgite/pleure, c’est normal »

le 21/08/2015 à 10h19 | Répondre

Charlottofrez

Je reconnais ma fille dans cet article… Ca commence à aller mieux mais les débuts ont été éreintants aussi bien physiquement que moralement. Du coup mon envie d’avoir un 2e bébé a quasiment disparu.

le 21/08/2015 à 11h50 | Répondre

Madame Vélo

Eh bah ! ça mériterait même un article plus précis sur le vécu de ta fille aînée et la place de l’aîné avec un bébé aussi prenant !
Notre bébé dormait dans notre chambre et sur la fin il ne nous réveillait plus qu’une fois. Il arrivait même à faire des premiers jets de 6h de temps en temps. Alors on s’est dit que des fois il se réveillait à cause de nous, de nous entendre. A presque 3 mois on l’a passé dans sa chambre et là, catastrophe : il nous réveille au moins 2 fois, et ne fait jamais plus de 3h30 d’affilé. On a refait un w-e où il dormait avec nous mais ça n’a rien changé.
Du coup j’attends avec impatience qu’il veuille bien faire ses nuits. Ou au moins ne se réveiller d’une fois (tant qu’il est allaité, je comprends qu’il ne fasse pas 10h d’affilé !).
Mais je me pose une question : un bébé qui continue à se réveiller la nuit, j’imagine qu’à partir d’un certain âge ce n’est plus parce qu’il a faim, non ? vers quel âge du coup ? et que faire dans ce cas là ?

le 21/08/2015 à 14h04 | Répondre

Louna

Coucou Mme Vélo ! Moi aussi je me suis posé (et je me pose encore !) des tas de questions sur le sommeil de ma fille. Je ne sais pas quel âge à ton petit chou, mais nous aussi nous avons eu une phase de régression vers 3-4 mois avec de nombreux réveils nocturnes alors que dès 1 mois et demi, notre fille faisait ses nuits. Je me retrouve donc bien dans tes interrogations et je comptais justement faire un article sur le sommeil de la première année !

le 22/08/2015 à 21h06 | Répondre

Madame Vélo

Ah oui un article sur le sommeil serait le bienvenue ! Notre fils a 3 mois et demi. Autour de moi beaucoup de mes amies ont des bébés qui ont fait leurs nuits à 2 mois. Mais là je vois que pour beaucoup il a fallu attendre presque 1 an… ça me déprime rien que d’y penser !!

le 23/08/2015 à 09h13 | Répondre

Louna

Alors, du haut de ma grande expérience de maman 😉 je ne peux que te conseiller de prendre avec des pincettes les comparaisons avec les bébés des copines ou de votre entourage. Tu entends de partout dire « notre bébé a fait ses nuits dès la fin du 1er mois » ou encore « oh ben non, nous il a toujours bien dormi, on n’a jamais eu de problème de sommeil », blablabla. Commentaires on ne peut plus exaspérants pour une jeune maman crevée en manque de sommeil. Et en fin de compte, si tu creuses, tu t’entends répondre « ah oui, ça fait deux nuits qu’il se réveille vers 2h du mat, et qu’il a besoin d’être bercé 3 plombes avant de retrouver son sommeil » ou « il s’endort tôt mais il est levé dès 5h du mat ». Bref, tu te rends compte qu’on est plus ou moins tous dans la même galère, mais qu’on n’en a pas tous la même vision ou qu’on ne tient pas tous le même discours. Je reste persuadée qu’entre le tout début où effectivement bébé a encore faim, puis l’apparition des angoisses au coucher, puis les dents, puis les premiers cauchemars, etc etc…. il faut finalement beaucoup de temps à bébé pour trouver un bon rythme de sommeil.
Mais ne déprime pas comme tu dis, il faut l’accepter et se dire qu’il y aura toujours des périodes de calme, plus simples que d’autres, dans lesquels vous pourrez vous reposer un peu !
Bon courage et surtout, n’oublie pas, c’est tout à fait normal !

le 23/08/2015 à 12h40 | Répondre

Madame Vélo

Merci pour ton commentaire Louna,il m’aide à relativiser.
C’est vrai que c’est exaspérant tous ces gens de mon entourage « ah mais il ne fait toujours pas ses nuits ! à son âge il ne devrait pas avoir besoin de manger encore ! et puis vu son poids et sa taille il a ce qu’il faut pour tenir ! » blablabla… en attendant il se réveille encore 2 fois par nuit, c’est un gros mangeur et un petit dormeur et il faut bien qu’on fasse avec !
Mais j’avoue que je ne peux pas m’empêcher de rêver de quelques nuits bien pleines 😀

le 26/08/2015 à 11h40 |

Sophie

C’est arrivé aussi à ma deuxième mais comme la première etait déjà comme ça, on a fait du cododo tout de suite pendant un mois puis elle a rejoint son lit facilement. Pour la première ca ete un enfer, j’ai arrêté l’allaitement a un mois et demie car elle passait tout son temps au sein et dormait que dans nos bras, dur pour de jeunes parents. Et la troisième on a commencé en cododo et portage, résultat a presque 2 ans elle dort toujours avec nous !! Mais je me dis que quand elles seront ado elles refuseront les câlins alors j’en profite !

le 21/08/2015 à 16h08 | Répondre

Christelle

Oh la la en lisant ton article ça me conforte dans mon choix : chacun sa chambre ! =)

le 21/08/2015 à 16h31 | Répondre

Louna

Merci pour cet article très intéressant et qui a le mérite de rappeler que même si on est déjà passé par là, chaque nouvel enfant est une découverte ! En ce moment où on a l’impression de sortir (tout doucement) la tête de l’eau avec notre fille de 1 an, je me pose plein de questions quant à un p’tit deuxième. Et ton expérience rassemble bien mes angoisses du moment ! ?

le 22/08/2015 à 21h01 | Répondre

Madame D

Ma hantise du deuxième bébé. Ma fille a 20 mois et nous envisageons le 2eme pour bientot et j’ai peur de ne pas avoir un bébé aussi facile a vivre (en nuit je parle) que ma fille … on verra bien !
J’ai la chance d’avoir trouvé une très bonne pédiatre.

le 25/08/2015 à 09h30 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?