Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

L’acupuncture, un bon moyen de retourner un bébé en siège ?


Publié le 4 décembre 2015 par Madame Vélo

Comme je te l’ai raconté dans mon précédent article, après avoir appris que mon bébé était en siège à l’échographie des 7 mois, j’ai décidé de faire des séances d’acupuncture pour tenter de régler le problème.

C’est donc pleine d’espoir et d’auto-persuasion que je me rends à la première séance.

aiguille

Crédits photo (creative commons) : Efraimstochter

La sage-femme me pose une aiguille sur chaque mollet et une aiguille sur chaque petit orteil. Soit quatre aiguilles en tout. Allez, c’est pas la mer à boire ! Puis elle chauffe à l’aide d’un briquet les aiguilles sur les doigts de pied, afin de stimuler l’énergie qui passe dans mon corps jusqu’à l’utérus, ce qui aidera le bébé à se retourner. Elle m’explique qu’il peut éventuellement se retourner pendant la séance, mais qu’il le fera plus probablement dans la nuit qui va suivre, voire durant celle d’après.

Puis elle me laisse comme ça, ne revenant que de temps en temps pour chauffer à nouveau les aiguilles. Entre-temps, j’applique la technique de respiration par le ventre pour me relaxer, et je parle à mon bébé. Par contre, j’évite de mettre mes mains sur mon ventre pour ne pas influencer ses mouvements. La sage-femme m’a dit qu’il devrait beaucoup bouger, mais mon bébé reste stoïque et continue sa sieste tranquillement !

Au bout d’environ quarante-cinq minutes, je suis libérée des aiguilles, et je rentre chez moi, toujours pleine d’espoir et de certitude.

En fin de matinée, j’ai un gros coup de barre, mais je continue mes occupations et je prépare à manger. Après le déjeuner, je lutte encore environ une heure, puis je pars m’installer confortablement dans le pouf pour une sieste. Je m’endors profondément, tout en sentant mon bébé bouger (chose étrange, car normalement, quand le bébé bouge, impossible de dormir !). Je m’empêche toujours de poser mes mains sur mon ventre, pour ne pas perturber ses mouvements.

Lorsque je me réveille, il bouge toujours, et je reste un long moment allongée, à le laisser faire ce qu’il a à faire. Je lâche prise et n’essaye même plus de comprendre dans quelle position il se trouve et dans quel sens il bouge : je lui fais totalement confiance. Je suis tellement détendue et confiante que j’arrive même à me dire en me levant que non, je ne vais pas essayer de savoir maintenant s’il s’est tourné. J’attendrai le soir, voire le lendemain matin.

Mais assez rapidement, je sens qu’il n’est plus tout à fait comme avant. Je ne sens plus la grosse boule (sa tête) qui me comprimait le côté droit quand je m’asseyais. Je sais au fond de moi qu’il a changé de position. Mais est-il vraiment comme il faut, avec la tête bien en bas ?

Deux jours plus tard, lors de notre deuxième rendez-vous, la sage-femme me confirme que mon bébé a changé de position. Sa tête semble être vers le bas, mais un peu sur le côté gauche. Il est globalement dans le bon sens, mais un peu de travers. Je suis ravie : c’est déjà beaucoup mieux comme ça ! Je suis heureuse d’avoir fait confiance à la sage-femme et au bébé.

La sage-femme décide quand même de faire la deuxième séance d’acupuncture, pour aider mon bébé à se mettre vraiment bien comme il faut. Cette fois, la séance est plus courte. Je suis tellement détendue que je m’endors presque.

À la fin de cette séance, nous décidons que je viendrai au cabinet pour la troisième séance, prévue trois jours plus tard, et qu’on verra ensemble si ça vaut le coup de la faire.

Le lundi matin, je me rends donc chez ma sage-femme, qui palpe mon ventre et me dit que la tête du bébé est toujours en haut. Bon. Elle me met en place pour la troisième séance d’acupuncture, mais je commence à ne plus vraiment y croire.

Est-ce parce que cette fois-ci, j’étais moins bien installée ? Parce que j’ai vu les aiguilles sur mes pieds ? Parce que mon corps et/ou le bébé ont voulu dire stop ? En tout cas, au bout de dix minutes, j’ai de grosses bouffées de chaleur. Je suis en train de faire un malaise. On arrête tout.

Dans la semaine, j’ai mon rendez-vous mensuel avec la sage-femme de l’hôpital. Juste avant, l’échographiste libère cinq minutes de son temps pour qu’on puisse vérifier la position du bébé. Quand il me dit : « Toujours en siège ! », je suis à bout de nerfs. J’y croyais tellement ! Ça faisait deux semaines que je ne pensais qu’à ça, je faisais une véritable fixette dessus, et cette mauvaise nouvelle me plombe le moral.

J’arrive dans le bureau de la sage-femme en pleurs, complètement paniquée et déprimée. Elle écrit d’ailleurs sur mon dossier : « angoissée ++ » !

Mais elle est vraiment super, elle m’écoute, me laisse me calmer et trouve les bons mots pour me rassurer. Elle me raconte qu’elle-même a accouché de son premier enfant par voie basse alors qu’il était en siège et qu’à l’hôpital où je vais accoucher, ils ont une politique favorable aux accouchements par voie basse. Elle me parle des spécificités de ce genre d’accouchement. Elle me parle aussi de la VME (Version par Manœuvre Externe : une technique pour retourner manuellement le bébé, de l’extérieur) et me dit qu’il faut prendre la décision rapidement, car je suis déjà à 35 SA et il faut la faire au plus tard à 36 SA… soit la semaine suivante !

Je ne sais pas du tout quoi faire. Par chance, l’après-midi, nous avons une séance de préparation à l’accouchement avec ma sage-femme libérale, et c’est la séance en couple, donc mon mari sera là !

J’en discute longuement avec lui, et je me rends compte que je ne suis pas très motivée pour la VME : il faut se rendre à l’hôpital (à 50 km), ça se passe sous perfusion, il y a seulement 50% de chances que ça fonctionne et des risques de déclencher l’accouchement – qui peut, en plus, se finir en césarienne ! Je me dis que si mon bébé ne s’est pas retourné avec l’acupuncture (50% de réussite aussi), c’est qu’il ne peut ou ne veut pas, et que la VME n’a pas plus de raisons de réussir.

On en parle avec la sage-femme l’après-midi, et elle finit par me dire qu’il faut la faire seulement si on la sent, si on en a envie. Ça achève de me convaincre de ne pas y aller.

Je me détends enfin, et je parviens à penser à autre chose pendant les quelques jours avant mon prochain rendez-vous.

Je passe un pelvi-scanner, pour savoir si mon bassin est assez large pour envisager un accouchement par voie basse. La sage-femme de l’hôpital me dit que j’ai un « bassin de compétition », qu’il n’y a pas de problème pour accoucher par voie basse, qu’il faut juste que je voie un gynéco pour qu’elle puisse mettre l’accord par écrit dans mon dossier.

Elle m’explique comment se passe ce type d’accouchement : il y aura plus de monde autour de moi, la péridurale est fortement recommandée (voire « obligatoire »), la maman fait tout le travail et il faut que je sois motivée. Elle me dit aussi qu’il y a quand même un risque de césarienne d’urgence si le travail n’avance pas assez vite.

Je suis d’accord, et j’ai retrouvé le sourire ! Même si je finis par avoir une péridurale, au moins, j’éviterai peut-être la césarienne. Et puis, je décide de prendre les choses différemment : ok, bébé est en siège et a l’air de s’y trouver bien. Mais ça ne veut pas dire que l’accouchement se passera mal ! Seulement que les équipes médicales auront moins l’habitude et seront donc plus précautionneuses.

En lisant des témoignages sur internet (je sais, c’est maaaal !), je me rends compte qu’après tout, c’est presque plus naturel encore, puisqu’il n’y a aucune intervention de l’équipe médicale et que c’est la maman qui fait tout. Et je vois qu’il y a même encore un espoir de le faire sans péridurale, si je me sens bien et que le travail avance vite.

Après le dernier cours de préparation à l’accouchement, on décide de faire une dernière séance d’acupuncture : quel qu’en soit le résultat, ça ne peut pas être néfaste.

Et cette fois-ci, tout se passe bien : je suis détendue, et le bébé bouge beaucoup. Mais alors, vraiment beaucoup ! Je sens qu’il se passe des choses en moi, que les ondes de l’acupuncture ont un effet sur le bébé. Je lui parle, je pose mes mains sur mon ventre, et je me dis que s’il ne se retourne pas maintenant, c’est qu’il ne peut véritablement pas.

La sage-femme m’annonce en fin de séance que sa tête est toujours en haut, et moi, je me dis que j’ai vraiment bien fait de ne pas faire la VME. S’il se retourne, ce sera plus tard, de son propre chef !

Verdict à l’accouchement ! Il y a des bébés qui se retournent au dernier moment, d’autres qui naissent par le siège et sont en très bonne santé… Moi, je suis juste déterminée à ce que tout se passe bien !

Et toi, as-tu déjà tenté l’acupuncture pour retourner ton bébé ? As-tu essayé la VME ? Quels résultats as-tu obtenus ? Viens nous dire !

Toi aussi, ça te plairait de nous raconter ta grossesse mois après mois ? Toutes les infos pour devenir chroniqueuse grossesse, c’est par ici !

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !


Porte le bracelet Ava chaque nuit pour obtenir sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté cet été pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

15   Commentaires Laisser un commentaire ?

Madame Fleur (voir son site)

C’est épique tout ça !!! Ce petit bébé savait déjà bien ce qu’il voulait.
Je pense que tu as vraiment le bon état d’esprit. J’ai hâte de savoir ce qu’il s’est finalement passé 🙂

le 04/12/2015 à 08h09 | Répondre

Madame Vélo

Hi hi je crois que le prochain article à paraître est le bon 😉
Eh oui très déterminé comme bébé, et depuis qu’il est né ça se vérifie tous les jours !

le 04/12/2015 à 20h39 | Répondre

Claire (voir son site)

Peut être un trait de caractère des bébés en siège 😉
Ma fille est effectivement très déterminée aussi.
Mais il est vrai que le fait que ma fille soit en siège ne m’a pas du tout tracassé. Lors de ma première séance d’accu, elle avait beaucoup bougé et changé son dos de sens, mais sa tête est restée en haut! Les autres séances, aucun changement. Moi j’ai eu seulement des aiguilles sur les petits orteils. J’avais les orteils qui fumais dans l’hôpital, juste sous la pancarte « interdit de fumer » c’étais rigolo!
Hâte de lire la suite de ton récit.

le 08/12/2015 à 22h04 | Répondre

Madame Vélo

Hi hi c’est rigolo comme anecdote, je ne savais pas que les doigts de pieds pouvaient fumer 😉
Aaaah ces bébés, y font bien que c’qu’ils veulent !! ça promet pour la suite !

le 09/12/2015 à 09h59 | Répondre

Claire (voir son site)

Et oui, elle m’a poser des aiguilles spéciale qui chauffe toute seule. C’est un peu comme si c’était de l’encens au bout de l’aiguille. ça maintenait l’aiguille chaude mais ça fumais. C’est à ce moment que je me suis dit, c’est bon, je peux accoucher en confiance dans cet hôpital, ils sont ouvert d’esprit 😉

le 09/12/2015 à 13h56 |

Elsa

Ce témoignage me parle tout particulièrement : mon bébé est en siège lui aussi ! Après avoir beaucoup hésité à tout tenter pour qu’il se retourne j’ai finalement décidé de le laisser faire… (bon je fais bien la chandelle de temps en temps, on ne sait jamais). En revanche la clinique où j’accouche n’est pas pro voie basse pour un siège… Je me prépare donc psychologiquement à la césarienne (et je rencontrerai mon bébé plus tôt :D). Mais surtout je me pose la question de la génétique : mes deux soeurs, mon père, mes cousines du côté de mon père sont nés en siège, y’a-t-il un lien ?
J’ai hâte de lire la suite de ton témoignage 🙂

le 04/12/2015 à 09h39 | Répondre

Madame Vélo

Pour la génétique je ne sais pas : je n’ai pas connaissance de bébé en siège dans ma famille ni dans ma belle-famille. Je sais qu’une de mes belles-soeurs était en siège mais qu’elle s’est retournée la veille de l’accouchement (ce qui m’a laissé espéré jusqu’au bout pour mon cas!).
J’ai tenté la chandelle aussi, et d’autres exercices, mais ils n’ont pas eu d’effets. As-tu essayé l’acupuncture ?
Si tu souhaites essayer quand même par voie basse, penses-tu pouvoir en parler avec le personnel médical qui te suit ?

le 04/12/2015 à 20h44 | Répondre

elsa

Je n’ai pas tenté l’acupuncture… Et j’ai peur qu’il soit un peu tard maintenant. Quand à l’accouchement par voie basse, en y réfléchissant, je n’y tient pas finalement… Mais pour répondre à ta question ils ne sont absolument pas ouvert à cette possibilité pour un premier bébé.
Comme toi j’entends plein d’histoire de retournement spontané de dernière minute alors l’espoir est encore permis !

le 10/12/2015 à 09h13 | Répondre

Madame Bobette (voir son site)

Je passe mon écho des 32 SA la semaine prochaine et j’avoue avoir 2 angoisses: un bébé trop petit ou en siège… Elle était tête en bas mi-novembre lors d’une écho de contrôle pour déceler un éventuel retard de croissance donc j’espère qu’elle n’aura pas décidé de faire la java et de se retourner en siège depuis… Affaire à suivre et d’ailleurs, j’ai hâte d’avoir la suite de ton histoire 🙂

le 04/12/2015 à 14h20 | Répondre

Madame Vélo

En fait on en fait toute une histoire de ce siège, mais finalement beaucoup de bébés sont encore mal positionnés à la 3ème écho, et certains se retournent sur la fin. Mais c’est vrai que quand on m’a annoncé le siège je suis tombée de haut, je ne m’y attendais pas du tout ! J’espère aussi que ton bébé sera bien positionné, c’est quand même des soucis en moins 🙂 tu nous tiens au courant ?

le 04/12/2015 à 20h48 | Répondre

Louna

Quelle chance tu as eu de tomber sur cette sage-femme rassurante et ayant elle-même vécu une situation similaire !
Idem pour la politique d’accouchement par voie basse de l’hôpital dans lequel tu avais prévu d’accoucher : je pense que dans ce genre de situations, où la maman est déjà angoissée et stressée, ça peut être extrêmement difficile de faire entendre ses besoins et ses envies si la politique de l’hôpital ne colle pas à ses attentes….

le 04/12/2015 à 14h49 | Répondre

Madame Vélo

Oooh oui j’ai eu beaucoup de chance de tomber sur cette sage-femme, elle m’a fait un bien fou et elle m’a donné confiance en moi. Je crois que je pourrais lui dédier mon accouchement :p
Oui ça me faisait peur au début de tomber sur du personnel médical à l’hôpital qui n’entende pas et ne comprenne pas mes envies et mes angoisses. Je criais sur tous les toits que de toute façon, si on ne m’écoutait pas et qu’on voulait m’imposer des choses que je ne voulais pas, je sortirais de la maternité et irais accoucher sur le parking 😀 bon, heureusement, je n’ai pas eu à le faire 😉 La maternité où j’ai accouché est vraiment au top !

le 04/12/2015 à 20h54 | Répondre

Madame D

Suspense !!!!!! Non en fait meme pas. Je me souviens d’un commentaire ou tu nous a dit comment tu as accouché. Par contre j’ai très très hate de lire ce récit !!!!

le 07/12/2015 à 00h13 | Répondre

Madame Vélo

Oui c’est pas drôle j’ai déjà tout dévoilé ^_^

le 07/12/2015 à 09h05 | Répondre

MELOU

J’avais hâte de connaître la suite de ton aventure! l’acupuncture est une méthode douce, donc il se peut que cela ne fonctionne pas, il y a peut-être une part de psychologie aussi… ma SF acupunctrice m’avait demandé d’être très détendue et concentrée. Finalement ça n’a pas marché non plus! il ne faut rien regretter! J’avais peur car je n’en avais jamais fait avant et tout s’était bien passé! de toute façon c’est bébé qui décide!

le 18/12/2015 à 22h52 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?