Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Mon rôle de tante


Publié le 11 janvier 2019 par Doupiou

Tante, tata, tantine, tatie… Peu importe la façon dont on l’appelle, c’est souvent celle qui a le beau rôle. C’est un savant mélange de maman-copine-confidente.

Et moi j’ai la chance d’être la tata d’une jolie tribu : trois neveux et une nièce (du côté de Mari Barbu) et une autre nièce (de mon côté).

Alors comment je défini et occupe mon rôle de tata ? Et bien je peux te dire que cette place a beaucoup bougé au fil des années !

Avant d’être maman

Lorsque Mari Barbu et moi nous mettons en couple il y a treize ans de cela, sa plus jeune sœur est déjà maman d’un garçon de trois ans mais séparée du papa de son fils.

A cette époque, les enfants m’indiffèrent totalement. Je ne crée pas de relation particulière avec ce petit car j’ai à peine seize ans, et je ne sais pas si cette famille sera encore la mienne dans quelques mois.

Dans cette même année, l’autre sœur de Mari Barbu mettra au monde un petit garçon. Elle habite loin et ne revient dans la région que cinq à six fois par an, son bébé aura déjà six mois la première fois que je le verrais. L’année suivante, elle sera mutée et reviendra définitivement dans le coin.

Au fur et à mesure des années, je tisse des liens avec mes neveux. Pour le deuxième, le lien est plus facile car j’étais « déjà là » quand il est né. Pour autant, les deux m’appellent par mon prénom et non pas tata. Jusque-là cela ne m’a jamais vraiment gênée.

Mais je crois que mon rôle de tata a pris un tournant décisif trois ans après ma rencontre avec le premier. Un soir de vacances d’été, il dit qu’il veut me parler. Je m’attends à un petit secret de garçon de sept ans mais il s’assoit à côté de moi, baisse les yeux et me demande doucement : est-ce que je peux t’appeler tata ? Les larmes me sont montées aux yeux alors que je lui réponds par l’affirmative. Je me suis sentie officiellement adoptée dans le cœur de ce petit bonhomme !

Et comme mon premier neveu m’appelle tata à présent, le second fait de même par mimétisme !

Avec mes deux grands neveux, j’ai surtout le rôle de la tata-copine : ping-pong, football, puzzles, bataille d’eau… Quand les mamans veulent se reposer, je suis celle vers qui ils se tournent pour aller s’amuser dehors ou faire une partie de console.

Depuis qu’ils deviennent adolescents, j’ai progressivement pris le rôle de confidente. Ces grands bourrus ont parfois besoin de se confier même si Mari Barbu est largement préféré dans ce poste-là.

Puis l’année de mon mariage, un autre petit neveu est venu grossir les rangs. Avec ce petit bonhomme, qui est aussi mon filleul, la relation est plus difficile. Mais l’expérience de son grand frère et de son cousin me rassurent : le lien se mettra en place progressivement et je pense être plus à l’aise en tant que tante d’enfants plus grands !

crédit photo : 3643825

Depuis que je suis maman

Jusque-là, je ne jugeais pas l’éducation de mes neveux. Mais depuis que je suis maman, je ne peux m’empêcher de comparer avec mes propres enfants. Bien entendu, je ne le dis pas frontalement aux concernés, mais je fais un parallèle avec ma façon d’élever mes enfants.

Je suis malheureusement devenue moins disponible pour mes neveux. Je sais qu’ils ne m’en veulent pas parce que mon job de maman est très prenant. Mais malgré la proximité de toutes nos familles, on se voit de moins en moins souvent. Près des yeux, mais loin du cœur.

En fin d’année, ma sœur et ma belle-sœur ont chacune eut une petite fille. L’expérience de ma maternité m’a été très précieuse. Pendant leur grossesse, je prenais régulièrement de leur nouvelles, axant mes questions plus sur leur ressenti que sur le bébé. Cela fait du bien pour une future maman qu’on s’inquiète de son état.

Quand les petites sont nées, j’ai laissé le temps nécessaires aux mamans de se remettre de leur accouchement. Comme j’aurais souhaité qu’on le fasse pour moi. Je ne me suis jamais imposée mais je suis toujours disponible si elles ont besoin de moi.

Je me rappelle quand je suis allée voir ma sœur à la maternité, sa fille pleurait car elle avait la couche pleine. Ce que j’ai fais remarquer à ma sœur. Elle ne m’a pas répondu mais m’a regardé les yeux remplis de fatigue et je lui ai demandé si elle m’autorisait à la changer. Elle m’a fait un grand sourire de reconnaissance !

Je pense qu’être tata c’est avant tout être prévenante, pas envahissante et disponible (que ce soit pour les enfants ou les mamans). J’essaie d’être la tante pour mes neveux et nièces que j’aimerais que mes enfants aient. Je sais que l’expérience de la maternité et surtout de la parentalité est un vrai atout. Attention, je ne dis pas que les nullipares sont des mauvaises tata ! Mais je connais les difficultés de l’éducation et je sais que je serais moins regardante et critique maintenant.

Et finalement je pense que le rôle de tata est aussi de créer un lien entre les différents cousin-e-s pour qu’ils aient une vraie relation entre eux !

Et toi ? Es-tu tante ? As-tu des conseils ou des anecdotes de tata à raconter ? Dis-nous tout !


Tu en as marre de courir les magasins pour les fringues des enfants ? Et ce tous les mois, vu à la vitesse à laquelle ils grandissent ? Et je ne parle pas du petit qui hurle (que ce soit le tien ou celui d’une autre, grrr) parce qu’il ne veut pas essayer ce pull-là… Et si tu recevais directement chez toi de jolis looks (du 1 mois au 14 ans !) à essayer TRAN-QUILLE-MENT. Ça va ? Tu gardes et tu payes. Ça ne va pas ? Tu renvoies gratuitement. Bref, viens vite tester Little Cigogne !

Commentaires

9   Commentaires Laisser un commentaire ?

Onedaymaybe

Ici nous avons 16 neveux et nièces (12 d’un côté, 4 + 2 anges de l’autre) : l’aîné avait 6 ans quand je l’ai rencontré… il en aura 18 dans trois mois !
Nous sommes loin de nos frères er soeurs, du coup on ne les voit pas souvent, mais perso, j’aime beaucoup jouer avec mes neveux, les appeler, prendre des nouvelles. On n’a pas de relation très proche, eet y je suis moins disponible depuis que je suis maman mais on s’apprécie !!! J’adore recevoir leurs SMS, leurs cartes postales et leurs vidéos marrantes !

le 11/01/2019 à 11h21 | Répondre

Doupiou

Waou !! 16 neveux et nièces ! C’est extra les familles comme ça !

le 11/01/2019 à 14h15 | Répondre

Raphaelle

Je trouve très jolie la manière respectueuse avec laquelle tu penses aux autres mamans autour de toi! Personnellement j’ai un peu du mal avec la position de tante (auprès de mes nombreux neveux et nièces du coté de mon mari). Disons que je n’arrive pas à « créer du lien » avec eux. Mais je dois dire qu’en général j’ai vraiment du mal avec les « enfants des autres », je les trouves bruyants/sales et je ne sais pas quoi leur dire ou faire avec eux (booouhh la mauvaise tante 🙁 !!).. Peut-être que ce sera différent une fois que mon propre enfant sera né, peut-être aussi que bizarrement ça aurait été différent si ça avait été les enfants de mes frères à moi..

le 11/01/2019 à 11h27 | Répondre

Doupiou

Au début j’étais pareil que toi. Et puis être maman m’a fait découvrir une nouvelle vision !

le 11/01/2019 à 14h19 | Répondre

Mme Espoir

J’habite loin de mes neveu et nièces et je le regrette. J’aimerais avoir une relation plus proche, mais la distance fait que je ne les vois pas beaucoup. J’en profite donc quand ils sont là.

En fait, la nièce dont je suis la plus proche n’est pas vraiment ma nièce ! Il s’agit de la fille du cousin de M. Chéridamour (son presque frère). Je l’ai connue quand elle avait 7 ans (elle en a bientôt 18). Pour elle, on est « tonton » et « tata ». On a beaucoup de goûts en communs, on parle énormément et on s’appelle même au téléphone (chose que je ne fais pas avec mes autres neveux et nièces, mais ils sont plus petits), on plaisante beaucoup et il arrive qu’on fasse des choses avec elle sans ses parents. Je lui ai appris à coudre à 11 ans et j’en suis très fière d’autant qu’elle aime toujours ça. Elle a toujours été très mature dès toute petite, je pense que c’est pour ça que j’ai réussi à créer un lien particulier avec elle. Et comme elle n’a plus de marraine, j’ai un peu tendance à me considérer comme telle. Elle a 2 frères dont on est très proches aussi avec M. Chéridamour (il est parrain de l’un d’eux).

Je suis entièrement d’accord avec toi quand tu dis qu’être tata c’est être « prévenante, pas envahissante et disponible ». Et j’essaie d’être la tata que j’aurais aimé avoir (j’aime beaucoup mes oncles et tantes mais je ne suis vraiment proche que d’un seul d’entre eux alors que j’en ai 9) et donc que je souhaiterais pour mes enfants.

le 11/01/2019 à 12h09 | Répondre

Doupiou

Moi non plus je ne suis pas proche de les 10 oncles et tantes. Après je pense qu’à notre époque, nos parents étaient moins attachées aux relations que pouvaient avoir leurs enfants avec leurs frères et sœurs. Surtout dans notre cas avec des familles très nombreuses

le 11/01/2019 à 14h27 | Répondre

Cricri2j

C est marrant j ai également 3 neveux et une nièce du côté de mon mari et une nièce du mien.
Tous petits de 2 à 7 ans. Je les adore et j ai la chance de les voir régulièrement car nous habitons à côté.
Je trouve la position de tata sympa avec le côté fun, jeux mais pas l éducation 😄

le 11/01/2019 à 13h30 | Répondre

Doupiou

C’est exactement ça : le fun sans l’éducation !

le 11/01/2019 à 14h28 | Répondre

Workingmutti (voir son site)

C’est un rôle qui est assez étranger pour moi car je suis fille unique et chéri n’est pas du tout proche de ses frères. La seule fois où je serai tata ce sera avec mes amis proches :).

Pour moi être tata c’est beaucoup de fun car je trouve que je ne suis pas légitime à m’immiscer dans les principes éducatifs des parents. J’amuse la galerie, je propose des activités différentes de celles des parents et voilà.

le 12/01/2019 à 14h27 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?