Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Bye bye le torticolis


Publié le 11 septembre 2019 par Clémence

La dernière fois je t’ai parlé des « inconforts » (je ne peux me résoudre à ne pas mettre de guillemets, même encore un an après) du nourrisson et du manque de considération face à ces douleurs de la part des pédiatres. En fait je ne t’avais pas tout dit…

Jamais deux sans trois

Reflux ET coliques, c’est déjà un beau palmarès et on aurait pu croire qu’on s’arrêterait là, sauf que non, le Lutin a en plus également du subir un torticolis.

Donc le Lutin n’avait que quelques jours lorsque nous avons appris qu’il souffrait de reflux gastro-œsophagien. Suite à cette nouvelle, mes amies mamans m’ont rapidement conseillé d’aller consulter un ostéopathe car il est connu que certains reflux peuvent être provoqués par des pincements nerveux au niveau des cervicales. Par chance, j’avais pris la carte de l’ostéopathe spécialisé dans les enfants qui exerce juste à côté de ma sage-femme, avant mon accouchement, et j’étais bien contente de ne pas avoir à chercher un praticien de plus.

L’ostéopathe n° 1 : des manipulations « normales »

Lorsque nous nous sommes pointés chez l’ostéopathe pour la première fois, le Lutin n’avait même pas trois semaines. En l’examinant l’ostéopathe a rapidement senti de nombreuses tensions dans tout son corps. Au niveau des cervicales, mais aussi des hanches, des épaules, du visage et de la mâchoire.

« Comme s’il avait été compressé pendant longtemps. » Lança-t-elle.

Tiens donc… ça me rappelle un truc. Ces tensions résultaient-elle de l’accouchement terriblement long que nous avions vécu ? On ne le saura jamais.

Quoi qu’il en soit, en une heure de manipulation (durant laquelle le Lutin a été incroyablement calme) elle nous dit avoir réglé les tensions des hanches, du visage et partiellement de la mâchoire, des cervicales et des épaules. Elle nous propose de nous revoir deux semaines plus tard pour voir leur évolution.

Les jours qui ont suivi cette première séance ont été très compliqués, car le Lutin pleurait encore plus que d’habitude (c’était donc possible) et nous n’avons pas réellement vu d’amélioration de sa situation. A ce stade j’avais compris que l’ostéopathie n’aiderait pas à régler le soucis de reflux, qui d’ailleurs avait une autre cause. Mais nous avions alors mis le doigts sur un nouvel inconfort qu’il fallait résorber: le torticolis.

Crédits photo: joffi (Pixabay)

Les deux séances qui suivirent, furent très compliquées aussi car notre Chouchou ne s’arrêtait pas de pleurer. Je ne sais pas pour qui ces rendez-vous étaient le plus éprouvants, le Lutin, l’ostéo ou nous ses parents. Et malheureusement ces séances n’ont servi à rien. Du moins c’est ce que j’ai conclu lorsque l’ostéopathe nous a dit en fin de séance qu’ « il reste des tensions dans les cervicales ». A l’issu du troisième rendez-vous celle-ci nous conseille d’attendre un peu qu’il grandisse avant de programmer une nouvelle séance.

Honnêtement, Chéri et moi n’y croyions plus à ce moment là et nous ne comptions plus faire subir de manipulations au Lutin qui ne semblait pas vraiment apprécier ces moments-là. J’avoue que nous en avions mare de courir les salles d’attentes, et surtout que les pédiatres ne nous encourageaient pas vraiment à persévérer.

Juste pour le plaisir:

« l’ostéopathie pour les bébé c’est à la mode vous pouvez essayer si ça vous avez de l’argent à perdre »

« de toutes façon les cervicales d’un nouveau né sont toutes molles, tout ça s’arrangera déjà avec la croissance »

Bref.

L’ostéopathe n° 2 : lui faire revivre sa venue au monde

Les semaines passent avec une lenteur incroyable et je finis par convaincre Chéri de prendre rendez-vous avec une seconde ostéopathe, réputée pour ses soins sur les nouveaux-nés. Oui, je ne pouvais finalement pas me résoudre à laisser mon Lutin d’amour dans l' »inconfort ». Et puis il est bien connu qu’en matière d’ostéopathie il faut parfois tester plusieurs praticiens avant de trouver celui qui saura nous soulager, j’imagine que cette règle s’applique aussi aux bébés.

Donc après avoir raconté une millième fois les détails de l’accouchement, le Lutin passe entre ses mains expertes et elle confirme la présence des tensions au niveau des cervicales. C’est déjà ça. Elle décide de faire une manipulation consistant à lui faire revivre l’accouchement, une espèce de « remise à zéro » du corps. Je t’avoue que cette séance est maintenant loin derrière nous et que ma mémoire flanche en ce qui concerne le pourquoi du comment, je ne saurais malheureusement te donner des détails autres que le fait que c’était très impressionnant comme manipulation, et très doux contrairement à ce que tu pourrais imaginer.

Mais malheureusement cela n’a pas non plus fonctionné.

Cependant, cette seconde ostéopathe à soulevé un point intéressant. Le Lutin ne tournait la tête que vers la droite et lorsqu’il était sur le dos, son corps n’était pas droit, mais légèrement courbé en forme de « C ».

Mes discussions avec des copines Mamans ainsi que mes recherches m’ont emmené à découvrir le syndrome de KISS car la posture en « C » en est un symptôme. D’ailleurs au fil de mes lectures, je réalise que le Lutin possède plusieurs autres symptômes de ce syndrome (oui j’ai questionné Google, non je ne te recommanderais pas d’en faire de même, mais « Maman désespérée, mesures désespérées ») . J’ai donc appris dans mes recherches qu’il existe des spécialistes (ostéopathes ou chiropraticiens) qui permettent de dépister ce syndrome et par chance une de ces chiropraticiennes exerce à vingts minutes de chez nous.

La chiropraticienne

Certes, j’en avais assez de courir les salles d’attente avec le Lutin, mais d’un autre côté je vivais avec la crainte de passer à côté de quelque chose. Mon bébé n’allait pas bien et je ne pouvais pas me permettre de ne pas tenter toutes les options. Il m’a fallu un peu d’adresse pour convaincre Chéri, mais avec la force du désespoir j’ai réussi à l’y traîner (en vrai j’y serais aller seule s’il n’avait pas voulu nous y accompagner, mais j’avais besoin de savoir qu’il était impliqué).

Une fois de plus j’explique le déroulement de l’accouchement dans tout ses détails puis la chiropraticienne se met à manipuler le Lutin. Elle nous confirme la présence de tension dans les cervicales mais aussi dans les hanches. Par contre il n’a pas de syndrome de KISS. OUF ! Enfin une bonne nouvelle. Et elle nous dit aussi quelque chose de très intéressant: si un adulte avait de telles tensions dans la nuque, il serait aussi bien grognon. C’était la première fois qu’un praticien à la place montrait des signes d’empathie vis-à-vis du Lutin, et cela m’a fait le plus grand bien.

Au bout d’un petit quart d’heure elle nous rend notre bébé en nous disant qu’elle pensait avoir réglé le problème et nous prenons rendez-vous dix jours plus tard pour un contrôle.

Pour être honnête je n’avais pas beaucoup d’espoir, mais la vérité c’est que quand nous sommes sortis de ce cabinet, nous n’avions plus le même bébé que lorsque nous y sommes rentrés. Le Lutin s’est métamorphosé en bébé zen, calme, souriant quasiment du jour au lendemain. Et en effet le contrôle dix jours plus tard confirmera que les tensions avaient disparues.

Crédits photo: tung256 (Pixabay)

Et c’est à partir de ce moment que nous avons commencé à « profiter » de notre fils. Le Lutin a aujourd’hui neuf mois et les semaines qui duraient avant une éternité, filent aujourd’hui à la vitesse de la lumière. Il faut d’ailleurs que je pense à prendre rendez-vous avec la chiropraticienne pour contrôler que sa croissance se déroule bien. Mais sincèrement, je n’ai pas trop de doute sur la question. Mon bébé sourire s’éclate au quotidien et il n’y a pour l’instant pas l’ombre d’un inconfort, et je lui fais entièrement confiance pour nous prévenir si jamais il s’en repointait un !

Et toi ? As-tu aussi eu à faire face au torticolis de ton bébé ? Combien de praticiens as-tu testé avant de réussir à le soulager ? Raconte-moi tout !


Nouveauté de cette rentrée 2019 : de nouvelles chroniques seront publiées tous les jours, du lundi au dimanche, à 7 heures sur Dans Ma Tribu. Ne manque pas le rendez-vous ! 🙂

Psst ! Tu souhaites nous rejoindre comme chroniqueuse ? Les candidatures sont actuellement ouvertes : clique par ici pour en savoir plus !


 

Commentaires

5   Commentaires Laisser un commentaire ?

Maud (voir son site)

Pfiou, c’est fou qu’il t’est fallu voir autant de praticiens avant de trouver comment soulager ton bébé !
Je ne connais pas la chiropraxie, je n’ai testé que l’ostéopathie pour ma famille et moi jusqu’à maintenant. Et non, selon moi, ce n’est pas une mode mais une nécessité !

le 11/09/2019 à 07h54 | Répondre

Audrey

Notre bébé a un torticolis aussi, du à sa naissance un peu sportive.
Il tourne beaucoup la tête à gauche et du coup s’est créé une plagiocephalie.
Nous sommes allés voir 2 fois l osteo, qui nous a ensuite rzdirigee vers le kiné.
Il commence. Bien mieux tourner la tête, mais passe les séances à hurler… C’est très éprouvant, sans compter le soir ensuite une bonne heure de pleurs de décharge… Heureusement pas de reflux ni coliques pour nous mais on voit bien que ce torticolis l embete souvent !

le 11/09/2019 à 08h32 | Répondre

Virg

Ayant l’habitude d’aller chez l’ostéo 1 fois par an (et personne ne me fera croire que mes migraines ont disparu par miracle, c’est bien grâce à lui), c’est tout naturellement que je l’ai appelé en sortie de maternité pour un contrôle post-accouchement pour moi et post-naissance pour bébé. Il m’avait juste imposé un âge, je ne me souviens plus lequel. Il n’avait détecté aucun souci classique en suite de l’accouchement pour bébé et, comme le dernier que tu as consulté, étais complètement dans l’empathie avec bébé. Il me montrait ses réflexes en m’expliquant ce qui se passait dans sa tête, c’était hyper intéressant.
J’y suis également allée ensuite pour le RGO. En pro, il m’avait expliqué que c’était très classique et de ne le rappeler que si ça persistait, mon alarme devait être une douleur/gêne visible de la part de bébé.
Effectivement, tant qu’ils sont petits, ça ne leur fait pas mal. Mais du jour au lendemain bébé a commencé à faire des grimaces au moment des rejets, à ne plus prendre plaisir au bain qui amplifiait le phénomène, etc.
J’ai donc rappelé, il nous a reçu en nous prévenant qu’il ne pourrait que la soulager, que ça finirait par passer tout seul. Nous avons fait 3 ou 4 séances, chaque fois pleurs de décharge de fou et groooos dodo à la suite mais bébé était plus cool quelque temps … puis ça revenait.
Le RGO a disparu d’un seul coup à 7 mois et demi à la suite d’une bronchiolitte.
C’est vrai que c’est un grand soulagement de constater que bébé n’est plus en « inconfort ». Qu’est-ce que je peux détester cette expression !

le 11/09/2019 à 09h33 | Répondre

Claire

Alors tout d’abord je compatis 10 000 fois à ces maux des premiers mois. Ils sont tellement fréquents et tellement éprouvants.
Seulement le syndrome de KISS n’existe pas, c’est une invention pour justifier des consultations qui coûtent des fortunes aux parents.
Je suis médecin généraliste, des bébés j’en vois tous les jours et honnêtement je n’en peux plus des “vertèbres déplacés” “grossesses traumatiques” (non mais ça va bien de faire culpabiliser les mères ?)
Les nourrissons sont des petits êtres immatures, voir prématurés à cause de notre bipédie. L’ossification est encore en cours et ne se fait pas de manière symétrique, le tonus, la place de langue, la maturité de l’œsophage… Rien n’est achevé… pour certains bébés c’est plus long et plus difficile que d’autres.

J’ai emmené mon aîné chez l’ostéopathe 2 fois car j’étais épuisée de le voir ainsi. Le pauvre il a hurlé et bien sûr ça n’a servi à rien.

le 11/09/2019 à 22h43 | Répondre

Elodie

Je ne suis pas pour l’ostéopathie en systématique mais je trouve que ça soulage bien certains bébés, on ne peut pas le nier. Personnellement mon fils avait du mal à téter et ne prenait pas le sein sans bout de sein. A 6 semaines je l’ai emmené chez l’ostéopathe et le soir même il tétait sans bout de sein.
En ce qui concerne la chiropraxie je ne connaissais pas jusqu’à ce que j’ai d’énormes douleurs périnéales suite à un accident de voiture et des fractures de la colonne vertébrale…après 2 ans d’errance médicale durant lesquelles mes collègues médecins ont fini par me dire que c’était dans la tête j’ai pris connaissance de cette spécialité et foutue pour foutue jai testé: et là miracle en 1 séance toutes ces atroces douleurs que je traînais depuis 2 ans ont disparu! Je suis convaincue que ça a fonctionné. La médecine occidentale ne maîtrise pas tout, nous soignants ne sommes pas des dieux et il ya encore bien des choses qu’on ignore

le 13/09/2019 à 11h56 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?