Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Tourner la page de la maternité


Publié le 11 mars 2019 par Doupiou

Durant ces derniers mois, Barbouille a fait de grosses acquisitions. Il a dépassé le stade du bébé, celui du petit être qui ne se déplace pas et ne tourne qu’aux biberons. A quatre mois, nous avons commencé la diversification alimentaire et à neuf mois, il ne prenait plus qu’un biberon par jour, celui du petit-déjeuner.

J’ai commencé à remplir des cartons de vêtements trop petits, à ranger du matériel de puériculture, à donner mes vêtements de grossesse… Toutes ces objets matériels que j’ai précieusement conservé après la naissance de PetitePerle dans l’optique d’un second enfant.

Mais c’est un fait. Je ne veux pas de troisième enfant et ranger toutes ces bricoles qui ont appartenu à ma fille, puis à mon fils, me laisse dans un étrange état. Je tourne la page de la maternité (j’entends par-là, la grossesse et la période bébé) et je m’apprête à élever deux enfants et non plus un enfant et un bébé.

Ces objets qui disparaissent

Comme je te le disais dans mon introduction, c’est le fait de voir certains objet remisés au fond d’un placard, donnés à une association, prêtés une sœur ou revendus qui me fait prendre conscience qu’une page se tourne.

Lorsque trônait dans mon petit salon, mon super transat de compétition, je n’avais qu’une hâte, qu’il disparaisse pour faire de la place. Je l’ai prêté à ma maman dont le sien était cassé. Étrangement je n’étais pas prête à le vendre et à le voir disparaître à jamais. Il fera le bonheur du dos de mes parents et de ma petite nièce qui y fait ses siestes.

Je trie régulièrement les vêtements de Barbouille pour vendre ou donner ceux qui sont en bon état. C’est toujours drôle pour moi de voir ce petit pyjama dans lequel il a passé tant de nuits, plié et rangé au fond d’un carton. Cela me fait plus souvent un choc quand c’est un vêtement qui a précédemment appartenu à PetitePerle.

Je ne suis pas matérialiste, du tout. Pourtant c’est avec émotion que je me sépare de ce tapis à langer devenu trop petit ou de cette combinaison d’hiver qui sera bien trop petite pour l’année prochaine !

Mari Barbu est bien plus nostalgique. Quand il me voit plier, encartonner et passer des coups de fils à mes sœurs et belles-sœurs pour savoir qui serait intéressé par ce tapis d’éveil, il me demande doucement « tu es vraiment sûre qu’on en aura plus besoin …? »

La peur d’une nouvelle grossesse

Lors de ma première grossesse, je n’avais pas aimé cet état. Ma seconde grossesse n’a fait qu’empirer mon ressenti. Je te passe tous les maux, mais juste à penser aux prises de sang mensuelles, aux nombreuses consultations et aux restrictions alimentaires, la perspective de voir mon ventre rond à nouveau ne me réjouis pas le moins du monde !

Parlons-en de ce corps. Celui qui porte les marques de la vie, les vergetures, les seins moins toniques et mes cicatrices des césariennes. J’ai fait la paix avec tout cela, je n’en ai plus honte. Mais j’ai énormément travaillé pour avoir un corps qui me convient, pour retrouver ma ligne. Je veux pas tout sacrifier à nouveau. C’est égoïste ? Sûrement.

L’éventualité d’une nouvelle césarienne me terrorise. Pas uniquement l’opération en elle-même, mais les suites de couches, les douleurs… J’en viens à être apeurée d’une éventuelle grossesse. Certains professionnel de santé m’ont dit que mes propos étaient liés à mes accouchements traumatiques. Peut-être. Mais je ne veux pas revenir dessus. C’est du passé et la maternité ne passera plus par moi.

crédit photo : jill111 (pixabay)

Un sentiment ambivalent

Pourtant, je me sens traversée par des sentiments contradictoires par moment. J’ai eu ce déclic le jour où, en rangeant les armoires de vêtements, je suis tombée sur une couverture que j’avais acheté pour la naissance de PetitePerle. Même si elle ne l’avait pas beaucoup utilisée, j’adorais cette couverture. C’est donc avec grand plaisir que je l’ai ressortie pour la naissance de Barbouille. Elle est bien trop petite désormais. Mais je n’ai pas pu la mettre dans le sac de vêtements à vendre. Je ne peux pas me résoudre à la voir quitter ma famille proche. Comme si cette couverture était là, en attente de réchauffer un troisième bébé.

Je suis en colère contre moi-même. Non je ne veux pas d’autre enfant. C’est sûr. Je veux pouvoir tourner la page de la maternité, c’est terminé pour moi. Alors pourquoi ai-je plus de mal à me débarrasser de certaines choses ? Pourquoi il y a des jours où je doute ? Dans ces moments-là, je m’imagine avec un troisième enfant. Parfois cela me dégoûte, parfois cela me fait envie. Il n’y a pas de juste milieu, pas de « on verra dans quelques années ».

Pourtant je suis heureuse avec ma famille, j’arrive de mieux en mieux à tourner sereinement la page de la maternité. Me dire que je ne porterais plus la vie ne me dérange pas. Je ne suis pas nostalgique des boîtes de lait en poudre qui remplissent le fond du chariot, je ne suis pas demandeuse de l’odeur si enivrante d’un nouveau-né.

Je suis heureuse de pouvoir sortir des nuits chaotiques, des pleurs sans raisons et de l’angoisse du moindre petit coup de froid.

Alors tu remarqueras que je n’ai pas utilisé le mot « jamais » dans cet article. Il parait qu’il ne faut jamais dire jamais…

J’ai été ravie d’avoir pu connaître l’expérience de la grossesse, de l’accouchement. J’ai été contente d’avoir un petit corps si dépendant à serrer contre moi. Je suis reconnaissante de tout ce que cette aventure de la maternité m’a apportée. Mais maintenant, je tourne la page.

Et toi ? As-tu décidé de tourner la page de la maternité ? N’es-tu pas encore prête ? D’ailleurs, penses-tu qu’on puisse être prête ? Dis-nous tout !


Guide accouchement


Tu en as marre de courir les magasins pour les fringues des enfants ? Et ce tous les mois, vu à la vitesse à laquelle ils grandissent ? Et je ne parle pas du petit qui hurle (que ce soit le tien ou celui d’une autre, grrr) parce qu’il ne veut pas essayer ce pull-là… Et si tu recevais directement chez toi de jolis looks (du 1 mois au 14 ans !) à essayer TRAN-QUILLE-MENT. Ça va ? Tu gardes et tu payes. Ça ne va pas ? Tu renvoies gratuitement. Bref, viens vite tester Little Cigogne !

Commentaires

15   Commentaires Laisser un commentaire ?

Carlotta

C’est assez normal d’être nostalgique.
Et je ne vois pas l’intérêt de se débarrasser d’absolument tout ni tout de suite. Déjà, rien ne presse si tu ne te sens pas prête. Ca ne veut pas dire que tu veux un autre bébé.
Et ensuite, je trouve vraiment important de garder des objets, vêtements… qui ont signification pour le bébé et pour toi. Actuellement enceinte, j’étais super heureuse de récupérer mon vieux lit parapluie (toujours fonctionnel), quelques jouets et pas mal de vêtements que je connais pour m’être vu en photo avant et qui ont été tricoté/acheté par mes parents, grands parents, oncles et tantes…
Certes la mode a changé mais la plupart sont mettable sans soucis (et en plus des souvenirs, ca fait des économies).
Du côté de chéri, il ne reste rien. Je trouve ça dommage. En plus il y a peu de photos de sa petite enfance. Donc moins à partager avec notre bébé.
Donc si tu es sentimental, ca peut plaire à tes enfants plus tard !

le 11/03/2019 à 09h38 | Répondre

Doupiou

J’ai tout de même conservé certains vêtements (trousseau de naissance, couvertures brodées…) et objets (première tétine…)
Mais clairement je ne me voyais pas m’encombrer d’une quantité folle de vêtements 😉

le 11/03/2019 à 14h07 | Répondre

Mme Espoir

C’est important de garder certains objets ou vêtements de nos enfants. Et cela ne veut pas forcément dire qu’on a forcément envie d’en avoir d’autres ! M. Chéridamour a conservé très précieusement plusieurs ensemble de bébé/petite fille de Schtroumpfette, certains manteaux, certains objets. Pas grand chose, ça tient dans un carton. Mais elle est très heureuse de les ressortir de temps à autre et d’entendre pourquoi on a gardé précieusement tout ça, de voir qu’elle a été assez petite pour enfiler cette robe ou ce body.

Par contre dans notre cas, il y a d’autres objets que je garde en ayant en tête que ce n’est pas par sentimentalisme mais bel et bien pour notre futur enfant. Ils sont très rares (4 pour être précise !) mais j’ai très envie qu’il y ait cette « transmission ». Et je garde également des albums car j’adore les livres et j’ai du mal à m’en séparer !

le 11/03/2019 à 10h25 | Répondre

Doupiou

Les livres et jouets sont toujours conservés chez moi ! Comme tu le dis, j’adore quand mes parents ressortent des livres que je lisais petite !

le 11/03/2019 à 14h08 | Répondre

Nala

Ici aussi, la page est tournée. Après 3 grossesses, et 3 césariennes (d’ailleurs dans mon cas, les suites de couches ont été moins douloureuses pour cette dernière que les 2 précédentes 🙂 ).
La page est tournée par choix… mais aussi par nécessité. Juste avant mon départ de la maternité, la gynécologue qui a signé mon autorisation de sortie m’a en effet annoncée que je ne pouvais plus avoir d’autre enfant. Objectivement je le pourrais, mais ce serait mettre la santé du bébé ainsi que la mienne en danger…

Je n’ai jamais aimé être enceinte, pour aucune de mes grossesses. Ma dernière césarienne m’a réconciliée avec l’accouchement, mais les 9 mois pour pouvoir serrer un petit être contre soi me sont réellement très difficiles à vivre.
Même si je savais que cette troisième grossesse serait la dernière avant même l’annonce du corps médical, je n’ai pas réussi à en profiter. Non décidément, la grossesse ce n’est pas pour moi…

En revanche, je profite aujourd’hui un maximum de mon bébé. Pourtant ses premiers mois de vie, ce n’est pas le côté le plus épanouissant de la maternité et j’en ai bien conscience. Mais je sais aussi que les enfants grandissent tellement vite, et que dans quelques mois je repenserai certainement à cette période avec nostalgie.

J’aime très fort mes 3 enfants et pas un plus que les autres. Toutefois, je dois reconnaître que je ressens différemment la maternité avec mon Petit Chat. Sans doute car c’est mon dernier bébé, mais aussi car après 2 fillettes d’âges rapprochés j’ai vraiment l’impression que mon fils est « le petit dernier » à part entière 😉

le 11/03/2019 à 10h44 | Répondre

Doupiou

Je te comprends bien ! Je suis très contente que les suites de couches de ta troisième césarienne ont été moins pénibles que les 2 premières (mais tu n’arriveras pas à me convaincre 😉

le 11/03/2019 à 16h28 | Répondre

Luciole

Je suis dans la même phase que toi… Je commence à trier les affaires de bébé (le deuxième a 18 mois) mais ce n’est pas facile de s’en séparer.Alors je donne, doucement, plutôt à des amis pour que ça profite à des gens que j’aime et que je côtoie. Mon mari a plus envie que moi de tout donner, peut-être pour faire de la place.
Et puis j’ai gardé pour mes deux petits quelques petites affaires que j’affectionne beaucoup. Ils sont dans une boîte à souvenirs, avec les cartes qu’ils ont reçues pour leur naissance, et divers petits souvenirs…
Je n’ai plus envie d’être enceinte, d’accoucher, d’avoir un petit collé à moi 24h/24… Déjà que les deux miens sont très demandeurs avec moi… Je ne me sens pas capable d’avoir un autre enfant. Mais entre se dire qu’on ne veut plus et concrétiser en enlevant tout, ce n’est pas la même chose !

le 11/03/2019 à 13h13 | Répondre

Doupiou

J’ai énormément de photos, j’ai conservé les trousseaux de naissance, les cartes reçues et quelques objets.
Mais je fais comme toi, je donne les vêtements ou je prête le matériel de puériculture !

le 11/03/2019 à 16h29 | Répondre

SarahCoteOuest

Je trouve aussi normal de vouloir garder des choses. J’ai mis dans une boîte des petites affaires de mon fils (bracelet de maternité, bonnet, chaussons…) et je pense que je garderais quelques tenues, ou une couverture pour le côté sentimental. On avait gardé toutes les affaires de puériculture et les vêtements pour le 2ème (prévu dans 1 mois). Mais ce bébé sera certainement notre dernier bébé. Ce sera alors une sacrée étape de donner / vendre tout ça. Ce qui est sûr c’est que je garderai quelques affaires qui me touchent particulièrement (1ers bodys, pyjamas, quelques jouets…). Je suis aussi contente de voir que mes parents ont gardé quelques affaires à moi (même si peu sont mettables maintenant), c’était drôle de les ressortir! Ne culpabilise pas en tout cas, si ça tu as envie de garder quelques affaires, elles ont quand même une histoire particulière !! Et tu verras dans quelques années si tu veux toujours les garder

le 11/03/2019 à 13h50 | Répondre

Doupiou

Autant les vêtements j’arrive à m’en débarrasser sans scrupules, autant les jouets j’ai bien plus de mal !

le 11/03/2019 à 16h30 | Répondre

Mamdezas

Ahhh, même situation familiale mais pas même cheminement ici. Monsieur affirme que c’est fini : 2, c’est bien, la famille est au complet, on peut tout donner/ vendre (sauf quelques souvenirs).
Pour moi, c’est plus difficile de savoir si je tourne vraiment la page. Bien sûr, les moments de crise, de maladie, les nuits pourries, les longues journées… me font dire que 2, c’est assez! Parfois, les moments de jeux, me font dire que oui, on est au complet avec 2 garçons (d’âge rapproché). Mais…. j’ai aimé être enceinte (même si plus difficile de profiter de la deuxième grossesse avec un bambin), j’aime l’idée de rencontrer une nouvelle personne, j’aime voir grandir, évoluer, se développer nos touts petits, j’aime l’idée de 3 enfants (ça évite la relation duelle), j’aime notre manière de vivre en famille, j’aime voir mon aîné être grand frère… bref.
Pas facile de la tourner cette page de la maternité. Bon cheminement à toutes et tous!

le 11/03/2019 à 14h58 | Répondre

Doupiou

Effectivement il est plus compliqué de profiter d’une grossesse avec un ou plusieurs enfants devant !

le 12/03/2019 à 13h14 | Répondre

Maud-a Step to a Gentle Life (voir son site)

J’avais envie de laisser le même commentaire ! Mamdezas, j’ai exactement le même ressenti que toi ! Moi, par contre j’ai 2 filles ^^ je me suis remise de ma fatigue il y a seulement 3 mois (bébé 2 a 12 mois) et je pense beaucoup à un bébé 3. J’ai eu peur de prendre la décision d’un bébé 2 déjà et elle s’est finalement invitée par surprise plus vite que prévu. Mais cette fois, le plus dur serait de convaincre le papa ! Peut être que je devrais comprendre pourquoi j’ai autant envie d’un 3e : une césarienne pas si bien digérée que ça, la renonciation difficile à l’idée de ne plus porter la vie, avoir une situation de famille différente de celle que j’ai connu avec ma sœur (avec qui je ne m’entends pas si bien que ça) et que j’ai peur de revivre avec mes filles… ? Ou tout simplement que nous sommes capables d’accueillir un nouveau petit bout. Autant les habits je m’en sépare facilement (on en a tellement de toute façon) mais les accessoires de puer plus dur. D’ailleurs j’avais une acheteuse pour un nid d’ange et au dernier moment j’ai décidé de le garder !

le 16/03/2019 à 12h26 | Répondre

Workingmutti (voir son site)

Même lorsque BB4 sera née et grande, je pense que j’aurais du mal à me séparer de certains objets, même si je sais que je ne veux plus d’autres enfants après.

Lorsque je pensais que Samuel allait être le dernier, j’ai eu du mal à donner ses affaires. J’ai gardé sa couverture, une tétine, et son cocoonababy.

C’est normal lorsque des objets ont une telle charge émotionnelle pour nous. Etant donné que ne plus avoir d’enfants est une énorme décision, c’est vraiment naturel d’avoir des doutes. C’est une page de notre vie qui se referme et ça se fait rarement sans jamais se retourner.

le 12/03/2019 à 10h52 | Répondre

Doupiou

Après je pense que certains objets sont remplacés par d’autres : les transat par des chaises hautes, les petits jouets par des plus grands …. Et ainsi de suite !

le 12/03/2019 à 13h16 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?